Soutien aux Gilets jaunes et renforcement de la mobilisation en Occitanie

Publié le 23 novembre 2018 - par - 25 commentaires - 1 676 vues
Share

La première journée de mobilisation et de lutte des Gilets jaunes restera dans les annales de l’Histoire sociale de la France et de l’Histoire de France tout court. En tout cas, depuis la dernière guerre, c’est le premier exemple de mouvement de révolte sans chef, spontané, décentralisé et autogéré.

On a connu des mouvements de masse générés par des syndicats, par des partis (généralement de gauche). On se rappelle le mouvement des Bonnets rouges – qui a fait ponctuellement reculer le pouvoir – circonscrit à la Bretagne mais dirigé par un triumvirat officiel ; on a connu le mouvement de La Manif Pour Tous, centré sur une question sociétale, avec ses dirigeants bien identifiés et des soutiens très affirmés…

On avait connu des contestations à caractère socio-professionnel (les petits patrons ou travailleurs indépendants) tel le poujadisme, le Cidunati ou la CDCA, mais jamais un mouvement d’une telle ampleur de la petite classe moyenne de plus en plus tirée vers le bas, surtout depuis l’arrivée de Macron. D’après les renseignements qui nous arrivent de tous les points chauds de la fameuse « diagonale du populisme », dans le sud, on voit se côtoyer sur les barrages des employés, des ouvriers, des apprentis, des artisans, des petits patrons, des petits retraités, en fait un condensé du monde de ces petits Blancs qu’on ne voit jamais et qui, donc, pour la « caste politico-médiatique » des hors-sol, n’existent pas. Et qu’on ne me dise pas que ce n’est pas un vrai peuple puisqu’un sondage Odoxa nous a dressé ce tableau des Gilets jaunes : garçons et filles, 30 à 35 ans, issus des couches populaires, en provenance de la France rurale et périphérique.

J’ai toujours été très circonspect quand des camarades affolés me disaient qu’il fallait constituer d’ores et déjà des réduits géographiques pour les Blancs, des espèces de « bantoustans » à l’envers où nous pourrions vivre selon nos coutumes et nos traditions. Je me permets de rappeler à certains qu’en France, nous avoisinons les 50 millions, ce qui, sur une population totale comptabilisée de 67,5 millions, représente quand même 75 % de cette population.

La mobilisation des Gilets jaunes a été inattendue, à tel point que le pouvoir a tenté de la minorer de façon éhontée. Jusqu’à 13 heures dans l’après-midi du 17 novembre, les commentateurs nous annonçaient sans sourciller les chiffres du gouvernement soit 1 000 barrages avec 50 000 participants. Ce chiffre grotesque allait évoluer jusqu’à 2 000 barrages avec 227 000 manifestants pour arriver en fin d’après-midi à 2 400 barrages (chiffre du ministre de l’Intérieur) pour 280 000 manifestants, soit 110 manifestants par barrage. Or, les images, les vidéos et les constatations de visu font ressortir que, si les barrages ruraux tournaient autour de ce chiffre, les manifestations en périphérie des villes et aux péages se mesuraient en milliers : Avignon, Nîmes, Montpellier, Narbonne, Béziers, Perpignan. Reprenons le cas de Montpellier avec une autoroute bloquée par des centaines de motos et des milliers d’autos auxquelles il fallait ajouter les manifestants présents à pied sur les voies d’accès. Je veux proposer un moyen de comptage au ministre de l’Intérieur : à Béziers, les Gilets jaunes ont mobilisé un millier de personnes sur un bassin de population de 100 000 habitants, soit 1 % de la population. En appliquant ce ratio (que j’ai vérifié en d’autres lieux) à l’ensemble du territoire, on arrive à un nombre de manifestants de 670 000, ce qui me paraît plus proche de la vérité que les inepties ministérielles.

Globalement, la mobilisation avait atteint ses objectifs. Évidemment, les médias de propagande étaient là pour salir un mouvement que les politiques n’arrivaient pas à appréhender et qui n’entrait pas dans leur logiciel. On a vu surgir ainsi « les briseurs de barrages » qu’on nous a présentés comme de « braves travailleurs pressés de rentrer au foyer » ou de braves mamans « impatientes d’emmener leur enfant à l’hôpital ». En fait, dans 90 % des cas, il s’agissait de racailles (toujours les mêmes !)… On a même vu, dans la région de Bordeaux, des individus à moto faire des concours de « roue arrière » autour des barrages.

Et maintenant, que faire, comme disait l’autre ?

Les barrages se poursuivent, même si la pluie tombée en abondance ne facilite pas les choses. Une certaine forme d’organisation est indispensable, même si nous pensons que ce mouvement décentralisé présente de nombreux avantages, comme par exemple d’être difficile à récupérer par le pouvoir central.

Les blocages ont eu le mérite de faire connaître le mouvement mais ils présentent des inconvénients majeurs : les accidents, quelle qu’en soit la cause, nous font passer pour des fauteurs de violence, même si les Gilets jaunes en sont les premières victimes. En tout état de cause, il faut privilégier les barrages filtrants qui ne braquent pas les automobilistes.

Le gouvernement va jouer le pourrissement, à défaut de pouvoir diviser un mouvement qui n’a pas de chefs. Le danger est l’usure de la mobilisation et une fatigue généralisée. Il est préférable de donner des rendez-vous à date fixe et au même endroit, par exemple tous les samedis et dimanches jusqu’à la trêve de Noël. Cela n’interdit pas de mener des actions ponctuelles en semaine, avec des groupes très mobiles qui se retirent rapidement et refusent l’affrontement avec les forces de police.

Les cibles doivent être revues. L’ennemi, ce n’est pas l’automobiliste mais les représentations de l’appareil d’État : préfectures, services fiscaux, députés qu’il faut débusquer jusque dans leur permanence. L’ennemi, ce sont les représentations de la société marchande et des multinationales mondialisées : plates-formes logistiques, raffineries, dépôts de carburants, pollueurs notoires, laboratoires pharmaceutiques…

On a vu à plusieurs reprises à Paris, rue du Faubourg-Saint-Honoré, à Bordeaux, au pont d’Aquitaine, ou à Lunel, au rond-point de Gallargues, des tentatives de fraternisation avec les policiers. C’est un point indispensable dans notre combat et les forces de police sont mûres pour rejoindre le combat du peuple, elles qui sont méprisées et traitées comme du bétail par le monarque de l’Élysée et son intendant de Matignon.

Enfin, essayons de faire un peu de pédagogie dans nos tracts et déclarations : dénonçons, comme l’ont fait les Gilets jaunes du rond-point des Angles, la formidable escroquerie de la transition écologique qui ne sert qu’à faire passer la pilule dans ce jeu de bonneteau du pouvoir qui n’a d’autre fin que de nous faire les poches avec un gazole à 2 € le litre en 2019…

Restons autonomes et solidaires, soyons arc-boutés sur les fondamentaux de nos premières revendications car, dans l’Histoire, il n’y jamais d’autres revendications que fiscales et alimentaires à la base des grands changements.

Marre des taxes qui nous escanent !
Stop à la paupérisation de notre peuple !
Macron et sa bande, démission !

Richard Roudier

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Novo

Macron ne sait pas quoi faire face au soulèvement populaire ? J’ai une idée : qu’il se serre la ceinture d’ une manière significative, question d’exemplarite, qu’il réduise la dépense publique en diminuant les salaires et les indemnités diverses et variées des hauts fonctionnaires (je ne parle pas de petits fonctionnaires ) mais des parasites bureaucrates qui se gavent sur le dos des « gens qui ne sont rien ». Ensuite, arrêter d’accueillir toute la misère du monde au frais de la classe moyenne, de plus en plus pauvre.
Rien que ces deux mesures et nous avons déjà fait plein d’économies…

faguet

81.000 «gilets jaunes» étaient recensés samedi à 15H00 dans toute la France, dont 8.000 à Paris …..ça fait 852 par département On nous prends pour aussi con que le ministre des comptes de la nation
Lavelanet 400 gilets pour 10000 habitants et des centaines de voitures favorables.5 incidents sur toute la semaine dont 4 voitures de coloriés … Des supers gendarmes sympas .faut pas trop le dire on pourrait nous les muter.Faut tenir jusqu’à qu’ils baissent la CSG et les taxes sur les carburants
Macron taxe tout ce qui bouge , ce qui bouge encore il le réglemente , ce qui ne bouge plus il subventionne

Nathanaël

Contrairement à Richard Roudier, je ne soutiens pas les gilets jaunes devant et marron derrière.

DUFAITREZ

Mouvement désorganisé ? Vrai ! C’est ce qui fait sa Force et sa Sincérité !
Sans Chefs, Réseaux… et Fric, ils risquent de tomber sous la coupe des Partis !
Sans Télé, internet, smartphones, ceux de 89 ont su constituer des Etats Généraux !
Ils ont gagné ! Faisons pareil ! Nous avons les outils, Nous !

Sophie

S’il vous plaît les Gilets jaunes, rentrez chez vous, vous causez du tort à la France, vous n’agissez pas en bon citoyen et vous vous faites mal en agissant comme vous le faites.
Allez plutôt à l’église, c’est l’endroit idéal pour se recueillir et pour prier le Seigneur ou la Sainte Vierge. Allez vous confesser, demandez pardon pour vos péchés ou demandez au sacristain une rencontre avec le prêtre, il va pouvoir vous guider. Si vous avez encore un peu d’Amour pour Jésus, allez à l’église, merci.

urky

Rejoindre la discussion…

urky

J’espère que c’est une plaisanterie . Si c’est le cas elle est de mauvais gout dans les circonstances actuelles

Nathanaël

Merci Sophie, la vraie France, c’est vous qui la personnifiez : femme au foyer, qui ne sort que pour aligner les chaises dans l’église et repasser la soutane du prêtre. Merci encore Sophie, de nous rappeler que ce ne sont pas ces monômes de cégétistes attardés qui vont sauver la France !

Sophie

Merci Nathanaël, ça fait chaud au coeur de savoir que je ne suis pas toute seule et j’apprécie vos bonnes paroles, ça change des insultes des soi-disant patriotes et des syndicalistes. Que notre Sainte Vierge vous protège.
Je vous salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous.

Nathanaël

Comme vous, je suis effaré de l’état de la France. Comme vous, je sais qu’il n’y a qu’une seul chose à faire : s’agenouiller et prier. Comme vous, je salue aussi Marie pleine de graisse. Nous avons décidément beaucoup de points communs.

Aux Armes Citoyens

Une folle !

Aux Armes Citoyens

Mais que fait cette dingue sur un site comme celui-ci ?
C’est un site patriotique et politique, pas un site catho ou autre.
Allez faire le même prêche aux coranik, ça vous changera au lieu de nous em… avec vos c….
Moi aussi je suis catho pratiquant mais pas bisounours ni bénéouioui.

Sophie

Une folle, une dingue, non mais pour qui vous prenez-vous? Et le respect monsieur, on ne vous l’a pas appris dans votre soue à cochons?

singe et torix

les deputes sont des cons ont s ent fou le probleme nous les retraitès somme 15 millions les jeunes que nous avons nourrit ne veulent pas payer pour nous nos anciens n avait pas de retraites c etait la famille qui gardait les vieux

Laurent.fauvel@hotmail.fr

Soutien aux gilets jaunes évidemment

meulien

la 4eme republique est tombee,lorsque les forces de l’ordre ne l’ont plus defendu

gilles colcombet

Avez vous vu que les députés se sont votés , ce jeudi dernier , en pleine révolte des gilets jaunes, la suppression de la CSG pour eux sur leur indemnité pour frais parlementaires? .
Cela montre qu’il s’en foutent des français puisque 80 % des français sont derrière les gilets jaunes qui n’en veulent plus de ces hommes politiques hors sol et de ces bataillons de ministres innutiles et trop payés (surtout en retraite)
Il faut que la France change en profondeur comme la Pologne qui était sous le joug communiste, grâce à Solidarnosk, dans les années 80. Ce mouvement est un exemple à suivre pour les gilets jaunes : un mouvement sans violence mais d’exigence et de persévérance pour que la démocratie revienne ; démocratie qui a disparu depuis plusieurs années

patphil

la hargne des zélites contre les gilets jaunes et la servilité des médias aux ordres prouve qu’ils ont peur de ce mouvement

Durand

Conseil aux « Gilets jaunes » : LETTRE-TYPE À ADRESSER À VOTRE DÉPUTÉ (et AUX SÉNATEURS DE VOTRE DÉPARTEMENT) pour réclamer la destitution de Macron par mise en œuvre de l’article 68 de la Constitution.

https://www.upr.fr/actualite/france/conseil-aux-gilets-jaunes-lettre-type-a-adresser-a-votre-depute-et-aux-senateurs-de-votre-departement-pour-reclamer-la-destitution-de-macron-par-mise-en-oeuvre-de-larticle-68-de-la-constitut/

Natou

Svp pouvez vous donner cette lettre à la responsable de la pétition Priscillia ? Pétition que j’ai signé et nous sommes 1M et l’acte 3 de cette pétition c’est la destitution de Macron .
Merci Beaucoup .

Jill.re

Je ne crois pas à la pérennité de ce mouvement ;
c’est trop bordélique; et puis emmerder les automobilistes qui sont précisément les victimes des mesures gouvernementales me paraît pour
le moins inapproprié.
Il faudrait faire pression directement sur les politicards.

annie

il faut relire certaines périodes de notre histoire et vous verrez les similitudes avec ce qui se passe aujourd’hui , (révoltes des gens car la seule solution était de mettre des taxes et toujours des taxes , et les rois menaient grand train , LES ROITELETS ONT MAL FINI ET J ‘espère QUE LE merdeux FINIRA PAREIL !!!!!!
révolte pendant le période des rois maudits ,,jacqueries etc

Grangean

Sur l’autoroute A7, dans la moyenne vallée du Rhône, Montelimar Bollene Avignon, beaucoup de sorties d’autoroute fermées,… à l’initiative des sociétés d’autoroute, alors même qu il n’y avait que de brefs ralentissements aux péages en question, du fait de la présence des gilets jaunes.
A se demander si ces sociétés n’essaient pas de compliquer la situation, de créer de la confusion et de braquer les usagers contre les gilets jaunes.

Joël(1)

Richard Roudier: Richard Coeur de Lion!!! Sacré bonhomme!!!!!!! La France civilisé et bonne enfant mais Rebelle devant les injustices! Bonjour de Bretagne profonde où nous participons à la lutte aussi!!!!