1

Soutien Z : les Hongrois publient un nouveau chapitre de notre livre

Le Magyar Nemzet, le plus grand quotidien hongrois, reprend un nouveau passage du livre écrit par Pierre Cassen et Jacques Guillemain « 2022 Zemmour aura le dernier mot ». 

Nous en profitons pour vous encourager à acheter ce livre, en ce début d’année, où il est plus que jamais d’actualité.


quantité



Chèque de 15 euros à l’ordre de Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

Ce n’est pas la première fois, puisque le 8 janvier dernier, ils avaient déjà publié la conclusion de cet ouvrage.

Le plus grand quotidien hongrois publie la conclusion de notre livre

En août 2021, ils avaient déjà fait un article sur le livre de Jacques Guillemain, « Macron, le pire fossoyeur de la France ». 

Les Hongrois intéressés par “Macron, le pire fossoyeur de la France”

Donc, alors que la presse française n’a guère paru intéressée par cet ouvrage, remercions la rédaction du journal hongrois. Le titre de cet article est Le bon choix c’est Éric Zemmour

https://magyarnemzet.hu/velemeny/2022/01/a-jo-valasztas-eric-zemmour

Je vous livre la version d’origine :

« Zemmour et la droite, trente ans de trahisons »

Cette droite félonne et hypocrite, les patriotes n’en veulent plus. Ils veulent Zemmour.

Après avoir sauvé les meubles in extremis lors du scrutin local des régionales, les Républicains se sont senti pousser des ailes.

Les Wauquiez, Retailleau, Pécresse, Bertrand, Barnier et même Baroin se découvraient soudain un destin national au cri de « Pourquoi pas moi ? » Certains ont déclaré forfait, d’autres s’accrochent encore, tenant tout à coup un discours musclé alors que cette pitoyable droite avachie n’a fait que mener la même politique mondialiste que Macron. S’ils croient à leur retour en grâce, ils se trompent. Tous sont Macron-compatibles.

Car cette clique d’incapables est visiblement fâchée avec l’arithmétique et oublie l’essentiel. La participation aux régionales étant de 33 % et le score final de la droite étant de 29 % des votants, cela nous donne : 33 x 29/100 = 9,57 % des inscrits. Avec un score de 10 % des inscrits, pas de quoi s’extasier et se décerner un label de légitimité pour accéder à l’Élysée.

La droite pavoise, jubile, fanfaronne, affirmant que ses idées sont majoritaires dans le pays, alors qu’elle prône le mondialisme contre l’avis de 70 % des Français, qui ne veulent plus d’immigration ni d’islam. Ce sont les idées souverainistes et nationalistes de Zemmour qui sont majoritaires, stop à la désinformation.

Quand on écoute la droite, après les régionales, c’est assez renversant, du pur délire :

« Enfin une lueur après ce long tunnel »

« On retrouve des couleurs, on redonne envie »

« Ça nous met dans une position favorable pour 2022 »

« On sait maintenant que la droite sera présente au second tour »

« Ceux qui espéraient nous voir disparaître en sont pour leurs frais »

Une telle naïveté laisse pantois. Leurs illusions risquent fort de se fracasser sur le mur des réalités. La vérité est que les Républicains ont mobilisé moins de 10 % des électeurs pour une échéance locale qui ne passionne pas les foules. De là à en tirer des perspectives de victoire en 2022, ne rêvons pas.

En fait, la droite, c’est le symbole de la trahison. La droite, c’est Ganelon trahissant Charlemagne et Roland à Roncevaux. Ceux qui pavoisent et se voient au deuxième tour en 2022 ont la mémoire courte. Petit rappel salutaire sur le bilan de cette droite quand elle était au pouvoir :

C’est la droite qui affirmait en 1990 que l’islam était incompatible avec la République, qui voulait une immigration zéro et qui prévoyait de réserver les prestations sociales aux seuls nationaux. Mais en 1992 elle retournait sa veste pour satisfaire aux diktats mondialistes de Bruxelles.

C’est la droite qui a osé dire que les racines de la France sont autant musulmanes que chrétiennes, oubliant Clovis, nos 1500 ans de chrétienté et nos 45 000 églises.

C’est la droite qui a enterré en 2004 le rapport Obin qui démontrait la dangereuse islamisation de l’école républicaine. Le ministre de l’Éducation nationale de l’époque était un certain François Fillon…

C’est la droite qui a confisqué au peuple son “non” à la Constitution européenne, au mépris le plus abject de la démocratie et du référendum.

C’est la droite qui a supprimé de notre Constitution le référendum populaire préalable à tout élargissement de l’UE, dans le seul but de plaire à Ankara.

C’est la droite qui a supprimé la double peine pour les criminels étrangers.

C’est la droite qui a exonéré d’incarcération les criminels condamnés à des peines de prison ferme inférieures à deux ans.

C’est la droite antipatriote qui a toujours combattu le FN et organisé un “front républicain” à chaque élection depuis trente ans.

C’est la droite antidémocrate qui a supprimé la proportionnelle, interdisant à 11 millions d’électeurs FN d’être représentés à l’Assemblée.

C’est la droite qui a créé le CFCM, déroulant le tapis vert aux Frères musulmans de l’ex-UOIF, qui ont raflé la mise pour mieux islamiser le pays.

C’est la droite qui a supprimé 54 000 postes dans les armées, alors que nos soldats sont engagés comme jamais en opérations extérieures.

C’est la droite qui a supprimé 13 000 postes de policiers et gendarmes, malgré l’avertissement des émeutes de 2005.

C’est la droite qui a supprimé 21 tribunaux de grande instance, 178 tribunaux d’instance et tribunaux de police, 62 conseils de prud’hommes, 55 tribunaux de commerce, alors que les délais de justice ne cessent de s’allonger de façon dramatique.

C’est la droite qui a fermé des dizaines d’établissements de santé et supprimé des dizaines de milliers de lits.

C’est la droite qui a bradé 600 tonnes de nos réserves d’or au prix le plus bas, alors que le métal jaune a triplé depuis.

C’est la droite qui a bradé nos autoroutes, devenues des mines d’or pour les heureux acheteurs qui plument les automobilistes.

C’est la droite qui a décidé de payer le “chèque anglais” que Margaret Thatcher refusait de régler à l’UE. Une facture colossale de plusieurs dizaines de milliards.

C’est la droite qui a décidé de déplacer la frontière anglaise de Douvres à Calais, donnant naissance à la jungle inextricable qui détruit la région.

C’est la droite qui a liquidé Kadhafi, seul rempart contre l’islamisme et contre l’invasion migratoire venue du Sahel.

Et c’est cette droite démissionnaire qui prétend aujourd’hui durcir le discours sur l’immigration et l’islam. Ils osent tout ! Quand le maire LR d’une ville du Sud veut s’opposer à ce que Zemmour tienne une réunion dans sa ville, sous la pression de la gauche et des musulmans, cela prouve que les Républicains ne sont plus de droite.

La droite est totalement acquise aux délires de Bruxelles, totalement en osmose avec les mondialistes, donc avec Macron. Sur l’islam et l’immigration, elle a renié ses convictions de 1990 et n’a plus jamais prononcé les mots “patrie” et “identité gauloise”. Le programme de la droite, on le connaît. C’est celui de Xavier Bertrand.

Priorité au combat contre le RN et les Identitaires, et soumission aux diktats mondialistes de Bruxelles. Voici ce que disait Xavier Bertrand à Éric Zemmour récemment :

«Je sais bien que je n’ai pas le niveau. Mais plus personne ne l’a aujourd’hui. La présidentielle ce n’est pas un examen, c’est un concours. C’est le niveau des autres qui compte.»

En clair, au royaume des aveugles, le borgne est roi. Et ce monsieur conscient de son incompétence a la prétention de gouverner une puissance nucléaire qui dispose d’un droit de veto à l’ONU. Sidérant ! Rappelons qu’il est le mieux placé des candidats de droite ! Un incompétent conscient de ses insuffisances fait la course en tête !

Cela s’appelle vouloir escroquer le peuple ! C’est tragique.

Ne comptons pas sur ceux qui ont toujours trahi leurs électeurs pour sauver la France du naufrage identitaire et du chaos racial qui se profile. La droite, c’est un copié-collé du macronisme. D’ailleurs, ils sont des légions entières à avoir rejoint Macron, le fossoyeur de la France.

La survie de notre pays passe par un engagement total en faveur d’Éric Zemmour, seul vrai patriote capable de nous éviter le chaos généralisé. Lui seul s’opposera aux délires de Bruxelles et imposera le postulat incontournable si on veut que la patrie survive : « La France d’abord. »

C’est pourquoi aucune voix ne devra manquer à Zemmour dès le premier tour. L’heure n’est plus aux promesses stériles, aux discours sans lendemain. L’heure est au sursaut salvateur avant le naufrage définitif et irréversible de la France.

Éric Zemmour n’a jamais trahi ni menti. Il n’a jamais changé de discours ni retourné sa veste. Lui seul mérite notre soutien et notre confiance.

Pierre Cassen