Star Wars et la politique française…

Publié le 18 décembre 2015 - par - 3 commentaires - 856 vues
Share

StarWars

 

Il est des êtres dont le machiavélisme frise le modèle indépassable. À ce niveau d’excellence, nous l’appellerons talent rare et dans le rôle de L’empereur nous nommerons François Hollande ; Valls portera la panoplie intégrale du maléfique Dark Vador. Or, au sein de l’Empire galactique, quelles nouvelles du front ? Après avoir réussi à semer la division au sein du Parti EELV, à un moment où l’on eût craint que la dissidente princesse Leia, tendrement surnommée Cécile Duflot n’eût caressé l’ambition de présenter sa candidature à la prochaine Présidentielle, le désistement du PS aux Régionales ouvre la scène 1 de l’opus VII : « De l’intérêt d’appeler à la formation d’un grand Parti réformateur des forces obscures » rassemblant opportunément monstres de Gauche, Choubakas du Centre et apprentis Jedis LR rongés par l’ambition. Qu’est-ce à dire ?

En sacrifiant des guerriers PS au 2ème tour des Régionales, puis en invitant les nouveaux Présidents des Régions à travailler en collaboration avec le gouvernement, l’Exécutif entend-il seulement œuvrer pour « l’Alliance rebelle » ? Autrement dit, le projet d’actions communes en faveur de l’emploi et de la formation continue est-il celui qu’on prétend viser ? D’aucuns n’y pourraient-ils pas percevoir une tentative de fracturation du rêve ressuscité de la belle Sarkozie, gageant sur un premier tour décisif de la campagne présidentielle et la présence inéluctable du FN au second ? Or sans doute leur donnerions-nous raison, tant l’absence d’un corpus commun à 18 mois de l’échéance suprême met en exergue une multiplicité de petites écuries, dont chacune s’affaire à la promotion exclusive du dynamisme quarantenaire innovant de son poulain. Bruno Lemaire et NKM sont appelés sur le plateau de tournage de la scène 2, intitulée : « Chevaliers Jedi contre Seigneurs noirs ». Et qui sont ces derniers ? Naturellement Kilo Ren, campé par un Nicolas Sarkozy dont la truculence verbale ineffable consternera sans doute son meilleur adversaire, « ce meilleur d’entre nous » lors de la prochaine Bataille d’Endor, dite Campagne des Primaires de la Droite. Oublierons-nous l’ancien « collaborateur », autrement dénommé François Fillon et d’autres ? Quoi qu’il en soit, les hostilités sont déclarées. Sarkozy ne vient-il pas de limoger sa Vice-Présidente déléguée avec l’élégance qui le caractérise ? L’amer monarque avait eu tout le loisir d’y songer lorsque assis à la tribune VIP du Parc des Princes, la soirée électorale battait son plein. Ainsi traite-t-on les dissidents à l’Empire. Ou faudra-t-il que le Bonapartisme galactique soit définitivement déchu ?

Et que dirons-nous de notre Empereur actuel ? Qu’on se le dise, depuis l’Élysée François continue de voir la vie en rose. D’ailleurs, les bonnes fées ne se penchent-elles pas de nouveau sur son Palais ? Princesse Leïla ne vient-elle pas de le prier de regagner sa place au sein du gouvernement après qu’une infructueuse alliance avec le Front de Gauche n’eût conduit les deux Partis à la déroute électorale ? Comble de la jouissance, Borloo, Bayrou, Bertrand, Estrosi, NKM, Raffarin ne se laissent-ils pas doucement séduire par une « collaboration » avec l’ennemi ? Et Au fond pour l’Empereur, le programme est tracé : appeler à l’unité des Gauches plurielles, diviser la Droite, en capter les Rastignac et les Maîtres Yoda. Mais en 2007, Sarkozy avait-il fait autre chose avec son empire d’ouverture ? Pour quels résultats ? Et dimanche on avait promis aux Français du changement après la leçon des Régionales…

Enfin que dirons-nous de Dark Vador, s’agitant, tourbillonnant, tempêtant, vilipendant. Or derrière le masque du Mal incarné, qu’y appréhenderait-on ? L’espoir d’une défaite de son auguste Maître aux Présidentielles, laquelle lui donnerait la latitude nécessaire à la refondation du PS en une puissance Sociale-Démocrate comparable à celle que nous retrouvons dans la plupart des pays européens ? Et même dans l’hypothèse de la réélection hollandiste, la Gauche historique est-elle autrement que moribonde ? Qu’on le médite : « On connaît dans les grandes cours un autre moyen de se grandir, c’est celui de se courber ».

Mylene Doublet-O’Kane

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
hathoriti

Euh… Valls en Dark Vador ????? Excusez-moi, mais…Dark Vador a quand même une autre classe que le petit matador, non ? Une autre intelligence et surtout, il ne perd jamais les pédales lui, il ne fait pas une branlette devant le Sénat Impérial !!! Hollande dans le rôle de l’Empereur ? Wouaaah! Moi, je le vois plutôt dans celui de Jarjar Binks…qui est con comme un manche à balai, qui fait bourde sur bourde, qui fait nommer Palpatine à la tête du Sénat, mais…qui est gentil contrairement au jarjar de l’Elysée ! Quant à la princesse Leïa en cécile duflot…! Ah! non ! Leïa n’a rien de mâame Michu ! Je verrai plutôt la ravissante et intelligente Marion …Bon, allez ! je vais aller voir « le réveil de la force » pour la 2e fois… Sympa de s’amuser, par les temps qui courent.

Josette Gazu

Des chroniqueurs cinéphiles ont souligné le rapprochement avec les légendes fondatrices de mythes, comme celui du père. Pour les Républicains, les temps sont venus de s’éloigner de celui du gaullisme. C’est pourquoi des L.Wauquiez et autres B.Lemaire prêchent pour une refondation de la droite…à voir!

Alexander

La différence entre Dark Vador et Valls : Le premier a gardé un peu d’humanité par rapport au second.