1

Stéphane Bern : « Les éoliennes sont une négation de l’écologie »

La cathédrale de Coutances (Manche). Derrière elle, une éolienne située sur la commune de Gratot. Photo © Daniel Picot

Cathédrale de Coutances, dans la Manche. Stop au massacre !

Dans une excellente tribune du Figaro, Stéphane Bern dénonce une fois de plus la supercherie de l’énergie éolienne, véritable négation de l’écologie.

Stéphane Bern accuse la ministre Barbara Pompili d’écocide : “Les éoliennes sont une négation de l’écologie. Elles détruisent le patrimoine de la France”

Cette véritable tragédie pour notre patrimoine naturel et bâti, avec des « sites remarquables de beauté et des joyaux architecturaux » qui se retrouvent défigurés par ces monstrueux moulins à vent de 250 m de haut, est la sinistre conséquence du machiavélisme de Macron, qui dit comprendre les opposants à cette folie des écologistes tout en décidant de porter le parc d’éoliennes de 8000 à 20 000 unités d’ici 2028.

Comme je l’écrivais dans un chapitre de mon livre, « Macron et l’imposture éolienne. Soumission totale aux écologistes », Macron tient le double langage auquel il nous a habitués depuis quatre ans. Il promet blanc et fait noir, c’est systématique.

C’est ainsi que le 14 janvier 2020, sous la pression des élus locaux, Macron déclarait :

« La capacité à développer l’éolien massivement, il faut être lucide est réduite. Le consensus est en train de nettement s’affaiblir dans notre pays. De plus en plus de gens ne veulent plus voir d’éolien près de chez eux, considérant que leur paysage est dégradé ».

De son côté, la ministre de la Transition écologique enfonçait le clou, dénonçant « Une situation d’encerclement de certains bourgs absolument intolérable ».

Mais le 21 avril 2020, Macron retournait sa veste et décidait par décret le développement massif de l’éolien, au mépris des élus locaux et des riverains. Il est vrai qu’entretemps les écologistes venaient de rafler plusieurs villes de France lors des municipales.

Si la réélection de Macron doit passer par la destruction de nos paysages, peu importe, détruisons notre patrimoine naturel  et bâti !

Comme le rappelle Stéphane Bern, l’immense majorité des ruraux refusent de voir leur environnement pollué par cette énergie inutile, coûteuse, non recyclable, dont les nuisances sont visuelles et sonores, qui ruine la valeur de leur maison, sans qu’ils puissent jamais rien dire, pour la simple raison qu’ils n’ont plus voix au chapitre.

Macron a donné raison aux puissants lobbys de l’éolien, limitant les recours contre les parcs et interdisant de faire appel.

C’est ainsi que le contribuable a financé 9 milliards d’euros d’aides directes à la filière éolienne, une énergie non pilotable, exploitable seulement 25% du temps et nécessitant un recours aux très polluantes centrales au charbon, comme cela se passe en Allemagne.

En fait, le combat est inégal, entre les ruraux sans défense et les citadins bobos qui détiennent le pouvoir et la finance. « C’est le combat de David contre Goliath ». Les maires se rebiffent, mais les préfets ont ordre d’imposer les champs d’éoliennes coûte que coûte.

Les ruraux sont victimes de chantages odieux et de pressions intolérables. 70% des projets font l’objet d’un recours. Mais l’Etat passe outre.

Malgré le vent de colère qui souffle toujours plus fort, Macron joue la carte du vote écologiste, un soutien qui lui est indispensable pour 2022.

Oubliées l’imposture écologique et l’électricité intermittente, oubliés les dangers pour la santé des riverains, oublié le gaspillage de l’argent public, oubliée la corruption, oubliées les nuisances sonores et visuelles, oublié le massacre de nos paysages et de nos sites touristiques, oublié l’effondrement des prix immobiliers pour les riverains.

Les horribles tourniquets envahissent les campagnes et les côtes, détruisant le fragile équilibre écologique marin.

Ajoutons à cela que l’éolien, c’est 100% de perte pour le contribuable français, puisque tout le matériel vient de l’étranger.

Rappelons que grâce au nucléaire, la France est le meilleur élève d’Europe en matière d’émissions de CO2. Notre pays pollue 6 fois moins que l’Allemagne. Mais rien n’y fait, les Verts imposent leur dictature alors que l’énergie éolienne est disqualifiée dans tous les domaines.

Non seulement l’éolien n’est pas pilotable puisqu’il dépend des conditions climatiques, mais son coût est démesuré.

Selon l’AIE, les coûts de production sont tombés à 35 dollars par mégawattheure pour le nucléaire, contre 53 pour l’éolien terrestre et 115 dollars pour l’éolien en mer.

Enfin, il faut savoir que les pâles d’éoliennes, en matériaux composites, ne sont pas recyclables. De plus, il faut couler 500 m3 de béton pour fixer le mât d’une éolienne sous terre. Oui, Stéphane Bern a raison de dénoncer cette négation de l’écologie.

On le voit, les Verts n’ont aucun argument crédible pour défendre les énergies renouvelables. Mais on sait qu’ils n’ont jamais fait de l’écologie. Ils font uniquement de la politique et ils savent très bien que Macron est leur otage.

Jacques Guillemain