1

Stéphane Sitbon-Gomez : un écolo radical numéro 2 de France Télévisions

Si certains veulent la preuve que c’est l’extrême gauche qui règne sur les médias publics, arrêtons-nous sur le cas de Stéphane Sitbon Gomez, bras droit de Delphine Ernault, propulsé, à 33 ans à peine, numéro 2 de France Télévisions en tant que directeur des programmes et des antennes, il a désormais la haute main sur ce que les téléspectateurs regardent sur les chaînes du service public, en dehors de l’info.

Il chapeaute une équipe de 450 personnes, un budget de 1 milliard d’euros à dépenser chaque année dans les divertissements, les magazines ou la fiction…

« Stéphane est l’une des rares personnes en qui Delphine Ernotte a une confiance totale et avec qui il n’y a jamais eu d’eau dans le gaz », souffle à l’Opinion un dirigeant de France Télévisions.

« Delphine a trouvé la machine intellectuelle qui correspondait  à ce qu’elle cherchait pour diriger son cabinet », confie à l’époque un proche de la présidente à l’Obs.

Niveau salaire, en bon gauchiste, il ne pense qu’à l’argent (public bien sûr) et ne s’oublie jamais. Le syndicat SNPEC CGC pointait du doigt que  « pour certains directeurs, récemment nommés ou d’autres directeurs qui voient par magie leur périmètre s’étendre régulièrement et donc leur salaire… Oui pour Stéphane Sitbon-Gomez qui a pris hausse sur hausse à chaque promotion depuis 2015. Oui pour les « hors grilles » de France Télévisions qui plafonnent à 235 000 euros par an. »

Sa fiche Wikipédia et les différents articles repris ci-dessous sont éloquents :

https://www.linkedin.com/in/st%C3%A9phane-sitbon-gomez-7839a465/?originalSubdomain=fr

https://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phane_Sitbon

https://www.lefigaro.fr/medias/stephane-sitbon-gomez-un-ex-politique-a-l-assaut-du-paf-20201111

https://www.lemonde.fr/festival/article/2014/08/22/stephane-sitbon-gomez-jeune-prodige-des-verts_4475151_4415198.html

https://www.entreprendre.fr/stephane-sitbon-gomez-un-couteau-suisse-a-la-tete-de-france-televisions/

https://dirigeant.societe.com/dirigeant/Stephane.SITBON-GOMEZ.43076242.html

https://cgc-medias.fr/wp-content/uploads/2022/07/HAUSSE-GENERALE-DES-SALAIRES.pdf

Il se réclame fils et petit-fils de militants rouges, et ses parents ont créé la maison d’édition « L’esprit frappeur » qui se présente comme une maison d’édition qui publie des essais politiques sur des questions d’actualité, et a par exemple publié, des livres comme « Simusiga  comment des Français ont massacré à l’arme lourde les derniers résistants du Rwanda », « En finir avec la guerre aux drogues », « le Goulag américain », et d’autres ouvrages très engagés que vous pourrez apprécier sur leur site.

https://livrelibre.fr/categorie/livres/editeurs/esprit-frappeur/?v=11aedd0e4327&product-page=2

Son grand-père était journaliste au Nouvel Observateur, et sa grand-mère avait signé en 1971 « l’appel des 343 salopes ».

Ses parents sont des gauchistes libertaires militants très actifs qui évoluent dans la mouvance autonome des années 1980, puis font fortune dans le Minitel rose, puis se lancent dans l’édition.  Ils ont également fondé le Réseau Voltaire, qui publie très régulièrement Thierry Meyssan qui nie la responsabilité d’Al-Qaïda dans les attentats du 11 septembre 2001 et qui, établi en Syrie,  accable « l’Occident et les sionistes » de tous les maux, ce qui veut tout dire…

Partisan de l’écologie politique radicale, Stéphane Sitbon Gomez choisit à 13 ans de militer chez les Verts – « les plus modernes ».

Il est le parrain de la fille de Cécile Duflot et a dirigé la campagne d’Eva Joly. Ici encore, c’est une signature…

En bon gauchiste toujours attiré par les postes dans le secteur public, financé par l’argent public, il travaille deux ans et demi au ministère du Logement où il s’occupe principalement du DAL (droit au logement) et des mal logés, qui, comme chacun le sait, ne profite pas beaucoup aux Français de souche…

En 2015, il est nommé à France Télévisions, selon Lilian Alemagna et Laure Bretton de Libération, grâce à l’intermédiaire du communicant Denis Pingaud, qui travaille régulièrement avec les Verts. Denis Pingaud est un militant à la Ligue communiste révolutionnaire, membre du bureau politique de l’organisation, connu sous le nom de Séraphin, et qui collabore à Rouge. Il est soutien de José Beauvais, directeur exécutif d’Opinion Way, et participe au comité de préfiguration de l’École de la communication de l’Institut d’études politiques de Paris, où il enseigne la communication politique à partir de 2008.

Étonnez-vous après de la partialité du service public, où Éric Zemmour a été interdit, et où tous les patriotes, quand ils sont invités, sont traités comme des chiens face à une meute.

Brutal est un mot qui revient souvent dans la gestion de Stéphane Sitbon Gomez. En effet, les gauchistes n’aiment pas qu’on leur résiste et sont prêts à tout : tout le monde le sait depuis Staline.

France Télévisions et le secteur audiovisuel public français ont des miliciens à leur direction. Et l’ordre rouge doit régner dans les médias et faire les élections.

C’est l’État profond français et ses dérivés des leaders de Mai-68 et leurs enfants et petits-enfants qui continuent à truster les places stratégiques de l’information en France en écartant et en bloquant toute concurrence à leurs idées.

Étonnez-vous après qu’une Léa Salamé, compagne du député rouge Glucksmann ait autant d’émissions…

Promotion du wokisme, du pseudo-antiracisme, de l’immigration, de l’islam, lutte contre les patriotes, tous ceux qui écoutent ou regardent les émissions du service public en ont la preuve tous les jours.

Albert Nollet