Stora et Noiriel : Dupond et Dupont débattent sur l’extrême droite…




La gauche n’existe plus. Seules quelques lucioles comme Michel Onfray et Céline Pina brillent dans sa nuit en passe de devenir éternelle.
La gauche s’est fondue dans le magma des partis de la mondialisation, de l’immigration, de l’islamophilie. Elle a non seulement perdu son âme mais toute forme, toute consistance, tout nerf idéologique. Dérive qui la mène vers un totalitarisme où l’on est tolérant qu’avec soi-même.
Deux exemplaires interchangeables de ce totalitarisme étaient sur scène ce 15 janvier au Musée de l’immigration sur le thème : Immigration : le lexique de l’extrême droite a-t-il gagné le débat public ?
L’un est Benjamin Stora, grosse allégorie de la repentance de ces pieds-noirs ayant trempé une main dans le trotskisme et l’autre dans l’histoire et la sociologie quand leurs parents s’installèrent en France. Mélange amer de l’intellectuel formaté et du militant, Stora balade sa non-pensée de livre en livre, de plateau de télévision en débat entre copains.
L’autre est le reflet idéologique de Stora, Gérard Noiriel. Comme son pote, il est marxiste tendance Karl, historien très orienté spécialisé dans l’immigration chance-pour-la-France.
Pour jouer l’entremetteur entre les deux personnages, Nicolas Prissette, un obscur journaleux qui erre de chaîne d’information en magazine papier.

Un débat entre Stora et Noiriel a la valeur d’un débat entre Igor et Grichka Bogdanoff. Les deux compères sont à peu près d’accord sur tout devant une salle entièrement acquise à leurs présupposés politiquement corrects.
Les deux hommes sont des spécialistes de l’amalgame.
Noiriel, en publiant Le venin dans la plume, a réussi à marier l’antisémitisme de Drumont et le combat contre l’islamisme de Zemmour.

Tout dans son livre est d’une finesse qui a tout pour plaire à France Inter, La Croix et Libération. C’est dire.
Stora relie sans barguigner Le Pen, Dupont-Aignan, Déat, Drieu.
Noiriel commence par un soutien appuyé à Benjamin Stora. L’homme a reçu une paire de claques de la part de Valeurs actuelles. Pour Noiriel, sans surprise, un article nauséabond, antisémite, de haine…
Noiriel tourne en rond comme un cheval handicapé mental dans un manège.
Stora s’essouffle.
Pour nos deux affreux (moralement), sales (mentalement) et méchants (idéologiquement), impossible de discuter avec l’extrême droite parce que ces adeptes n’ont que l’insulte à la bouche. Ils recommandent de ne pas débattre avec ces gens-là. Débattre c’est les légitimer, leur offrir une place dans l’espace public.
Nicolas Prissette pointe une carence dans l’argumentation de Laurel et Hardy : en octobre et novembre, le Rassemblent National et Debout La France n’ont eu que 13 % de temps d’antenne et donc, ceux qui sont du même avis que les deux comiques, 87 % d’occupation du petit écran.
Ce n’est pas très probant comme victoire de l’extrême droite dans le débat public.
La réponse est vite trouvée : les pourcentages, ça ne veut rien dire. Les deux hommes ne veulent pas jouer les mesquins petits comptables. Ce qu’il faut mettre en évidence, c’est que l’extrême droite s’infiltre dans des émissions quotidiennes, régulières.
Tremble, CNews ! Cache-toi, Christine Kelly ! Big Stora is watching you.
Soupir de satisfaction de Dupond et Dupont. Le camp du Mal n’a pas réussi à s’installer chez les vrais intellectuels, les universitaires. Ces subventionnés chroniques se cramponnent solidement aux idéaux gauchistes dévoyés.
Évidemment, Dupond et Dupont n’envisagent pas une seconde que cela provient du fait que l’Université française, c’est aujourd’hui le comité central du parti communiste chinois. En plus rigide. Que toutes les têtes qui dépassent sont chassées hors les murs. Qu’en pense Sylviane Agacinski, interdite de conférence à Bordeaux-Montaigne parce qu’elle est contre la PMA et la GPA ? Qu’en pense le metteur en scène des Suppliantes d’Eschyle interdit de représentation de sa pièce à la Sorbonne pour cause de blackface ?
Quant aux remèdes pour faire reculer l’extrême droite, Noiriel souhaite des pressions sur le CSA, sur les marques, sur les publicitaires. Les Sleeping Giants doivent accroître leurs actions sur les journaux et les entreprises. Le Slip français n’a pas fini de baisser culotte.
Prissette avance que si la densité de l’extrême droite se renforce, c’est peut-être parce qu’il y a une demande, après tout 64 % des Français ne se sentent plus chez eux.
Aussitôt notre couple appelle à sauver le petit peuple du péril fasciste. Mais en filigrane, on saisit que c’est surtout eux et leur caste qu’ils désirent préserver du petit peuple qui pourrait un jour leur demander des comptes. C’est que ces sans-dents pourraient faire une majorité.
Alors Noiriel rêve de réactiver les vieilles lunes communistes : le prolétariat et la bourgeoisie, la lutte des classes, les possédants et les possédés, le patronat et les travailleurs. Sauf que les deux imbéciles se retrouveront dans le mauvais camp, celui du Bien si perverti qu’il pourrait terminer dans les fosses de l’histoire.
Et l’immigration essentiellement musulmane dans tout ça ?
Pour Stora, c’est hors sujet. L’islam est une religion comme une autre. Voire meilleure.
Il faut sortir du schéma qui impose l’islam dans le débat dès que l’on parle d’immigration.
Le plus rageant c’est que ces deux clowns croient ce qu’ils disent. Ils pensent qu’ils sont les vrais représentants du réel.
Je rêve de les enfermer dans un sac avec, pour Badiou et Pena-Ruiz pour compléter le lot, un sac bien lesté dont je me débarrasserais dans la Mer des « Sarcasmes » de mon extrême droitisme.
Marcus Graven

image_pdfimage_print

9 Commentaires

  1. Je serai heureux de faire affronter le huileux stora a Bernard Lugan ….mais là les journalopes n’ont pas assez c……lles pour tenter le coup . Pour ma part je discute régulierement a Marseille avec des vieux PN et croyez moi qu’en faisant la synthese avec ce qu’ils me racontent sur leur jeunesse en Algérie et les écrits de B Lugan ; je n’ai vraiment pas besoin de perdre mon temps a lire les récits de coco de stora qui sont loin d’etre la vérité . Le journaliste Adrien Rohard cet aprem est plus qu’inquiet de la haine que portent les français aux journalistes « qui peut encore s’en étonner » ???

  2. Le débat :l’un ;le RN pas bien… l’autre, je dirais même plus, le RN pas bien.

  3. deux piednoirs qui écrivent des livres, zemmour qui les vend et stora qui est acheté par le gouvernement

  4. Laissez donc ces rigolos sur le bord de la route!Le ‘sens de l’histoire’ qu’ils affectionnent tant les a déjà dépassés: le peuple de France (maladroitement) montre qu’il en a marre et surtout de ces galeux qui depuis quarante ans nous détruisent….celà donne le chaos d’aujourd’hui.

  5. Martinez ressemble vraiment aux Dupont (d) d’Hergé. En moins drôle. Quand à la nébuleuse d’extrème drouaaate, (que personne n’a jamais vu, ce qui la rend encore plus horrrrible !) elle commence en tant que nazi monstrueux à être un peu usée . Faudrait trouver autre chose, hein, les gauchos ?

  6. Pourquoi ressasser sur les Morts ?
    La Toussaint est passée !
    Une plaque, ou une… Claque suffisent !

    • Vous avez parfaitement raison !
      La logorrhée verbale de ces cocos mal déguisés en penseurs ressemble à un mauvais courant d’air venu des chiottes publiques.

Les commentaires sont fermés.