Strasbourg entièrement masquée nuit et jour : vivre en dictature sanitaire

Publié le 9 septembre 2020 - par - 11 commentaires - 1 009 vues

Alors la préfète du Bas-Rhin a obtenu du Conseil d’État le droit de museler tout Strasbourg !

Soit 280 000 habitants plus tous les visiteurs, les scolaires, les étudiants et travailleurs qui y viennent.

Et ceci de jour comme de nuit, dans les rues comme dans les parcs publics.

Pendant la guerre il y avait probablement un couvre-feu, et encore, pas tout le temps, mais rien de comparable à ce flicage 24 h/24 sur la totalité de la commune, parcs compris, c’est-à-dire plusieurs hectares de forêt au Nord et au Sud de la commune. Comme au sud la forêt est un lieu de prostitution, je pense que vous pouvez vous y balader sans masque, les flics n’y intervenant pas.

Pour l’instant, dans les petites rues, nous pouvons circuler, le masque sous le menton, et respirer. Mais pour combien de temps ?

En effet, le but du gouvernement étant de faire rentrer un maximum de pognon via les amendes de 135 €, peut-être bientôt des drones pour nous repérer et envoyer les flics ?

Et pendant ce temps-là, tout le monde sait que le trafic de drogue continue, que des Roms volent, que des musulmans trafiquent des armes, que les cambrioleurs cambriolent. Bref tout le monde sait que les flics et la magistrature ne font rien pour assurer notre sécurité. Nous verbaliser est leur priorité.

En circulant à pied, vous pouvez voir les cyclistes sans masque ou le masque sous le menton, idem pour les trottineurs, les joggeurs, les jeunes enfants, les gens installés à des terrasses de bar.

Pour l’arrêté, comme vous êtes un piéton, vous êtes le seul verbalisable. Donc attention aux flics !

Et pour aller à l’épicerie, vous tripoterez votre masque avec vos gros doigts sales entre 4 et 25 fois. Masque que certains ne changent ou ne lavent jamais visiblement.

Positivons : le masque en hiver sera confortable contre le froid. La part de la population qui porte le masque sans conviction, juste pour échapper à l’amende, me semble être devenue majoritaire. Une possible sortie de dictature par sabotage de la mesure sanitaire de muselage se dessine. Le masque ne sera plus porté que dans les rues où se trouvent les flics et ils ne peuvent être partout. Les lieux où iront les flics seront désertés par la population car trop contraignants.

Patience donc, cette comédie ridicule prendra fin sans manifestation et sans l’aide des élus politiques.

J’ai dû faire au moins une manifestation par an depuis l’âge de 17 ans et ceci pour aucun résultat positif, au mieux un statu quo était obtenu. La méthode du sabotage par l’inaction à mi-chemin de la désobéissance civile et du sit-in me semble l’avenir. Cette méthode a l’avantage d’être à la portée des zombies qui vivent par procuration sur Netflix et Instagram, rivés à un écran. Ils arrivent à éviter les crottes de chiens sur les trottoirs tout en ayant les yeux braqués sur leur téléphone portable. Ils arriveront à relever leur masque à la vue de flics.

La France est devenu un pays où les gens honnêtes, surtout s’ils sont blancs, sont verbalisés et où les racailles ne vont pas en prison. C’est triste mais nous nous sommes relevés de bien pire en 1918 et 1945.

Brenton Anders

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Mary

D’accord avec vous les gens honnêtes sont verbalisés, et pire…j’en ai fait l’amère expérience lorsque j’ai été agressée chez moi et que j’ai écopé d’un rappel à la loi (recit sur résistance républicaine que Christine a eu la gentillesse de publier).

patphil

maintenant que les flics de base se rendent complices de la répression on peut les appeler des cognes, comme le faisait brassens

Martel

“des cognes” c’est trop gentil, appelons les : les merdes , et c’est encore leur faire honneur !!!!

Laurent P

Avec le masque, Ceux-Qui-Ne-Sont-Rien ont TROIS possibilités :
– 1, ne pas en porter et être prêt à assumer une amende. Vous l’encadrerez et ça servira à démontrer à vos enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants que VOUS n’avez PAS fait partie de la majorité des moutons crétins.
– 2, porter une ILLUSION de masque, comme l’illusion de moustache de Groucho Marx. Voir le lien ci-dessous pour savoir comment faire.
– 3, porter un masque mais JAUNE, pour afficher votre rébellion de gilet jaune sans gilet jaune. Voir de même le lien ci-dessous.
resistancerepublicaine.com/2020/08/27/resistez-avec-un-masque-groucho-et-ou-un-masque-jaune/
Lien : ( https://resistancerepublicaine.com/2020/08/27/resistez-avec-un-masque-groucho-et-ou-un-masque-jaune/ )

patphil

j’élimine la première proposition ! leur donner du pognon est stupide !

Gabriel Zallas

– 4, une autre option : fabriquer un masque avec une moustiquaire avec une etiquette norme NF recupéré sur n’importe quel objet.

Stéphanie D.

5. Agrafer ou écrire des messages sur vos muselières. En ce moment la mienne porte le message LREM = Le Reich En Marche écrit en rouge.
Le jour où l’élastique pètera et qu’il faudra que j’en change la suivante portera: Adolphe Macron = 30000 morts, à quand la guillotine?

Antikon

Je suis Strasbourgeois habitant un quartier privilégié sans trop de racaille.
Depuis qu’une connasse de préfète venue de l’intérieur de l’hexagone a imposé par sadisme la muselière, je ne vais plus au centre ville, y compris dans les supermarchés, sauf ceux où il n’y a pas de vigile africain.
Je privilégie l’Allemagne où l’on peut respirer librement sans cette saloperie de muselière qui a failli étrangler par une quinte de toux le nain islamo-mondialiste de l’élysée qui a peut-être la phtisie.
Comment est-il possible que le conarvirus ne fasse pas des centaines de millions de trépassés, voire milliards, à travers le monde ?
Stupeur et consternation de ma part.
Mais très vifs regrets encore plus…

wika

Non il n’a pas de phtisie, il consomme trop de farine

Novo

Mais de très bonne qualité

Gigi

Méfiez-vous des masques bleu-ciel made in China. Je crois qu’ils les vaporisent de talc pour les protéger de l’humidité et moisissures pendant leur transport en containers.
Pire que le talc un produit anti moisissure.
Il faudrait exiger une analyse.

Lire Aussi