Strasbourg : le lèche-babouches Philippe Richert dans ses oeuvres

Publié le 10 mai 2014 - par - 1 451 vues
Share

Islamectomie1Tout au long de ce pont du 8 mai, l’association gérant la mosquée turque Eyyub Sultan de Strasbourg a mis en oeuvre sa onzième kermesse avec portes ouvertes.  Etablie dans un vaste ensemble de hangars (anciennement fabrique de jouets), la mosquée et ses bâtiments annexes peuvent accueillir jusqu’à 4000 personnes. L’association a d’ailleurs l’intention d’y faire édifier une nouvelle mosquée, aussi importante que la grande mosquée de Strasbourg (marocaine) qui est déjà une des plus grandes de France. L’instruction de la demande de permis est déjà en cours (sources DNA et France 3 Alsace) a déclaré Olivier Bitz, l’adjoint PS chargé des cultes de la Ville. Si ce dernier était présent pour couper le ruban inaugural de la kermesse, il y avait aussi Philippe Richert, président de la Région Alsace et Jean-Philippe Maurer, vice-président du Conseil général du Bas-Rhin, tous deux UMP.

Avant de déguster quelques succulentes confiseries, Philippe Richert déclara comme prioritaire sa venue sur place pour montrer toute l’importance à la manifestation qu’ils célébraient. Et de rajouter un couplet sur la mise en place, à la région, d’un groupe de travail sur les relations interreligieuses.

Ah bon, la Région Alsace s’occupe elle aussi des religions et se sent obligée, par le fait de légitimer une organisation politico-religieuse liberticide, prosélyte et criminogène qui méprise et condamne ceux qui refusent de s’y soumettre et qui ouvertement ravale la femme au rang de sous espèce humaine, il n’y avait qu’à voir le nombre de bâchées déambulant entre les stands auxquelles on attribuera princièrement une mezzanine dans la nouvelle mosquée. Philippe Richert est-il aveugle ou mal conseillé pour s’être rendu à une manifestation promouvant cet Islam que réprouvent déjà 72 % des Français ? Ou alors est-il déjà à la pêche des voix d’électeurs étrangers quand les socialistes auront imposé au français le droit de vote de ces derniers.  Si le président de la Région Alsace voulait figurer au palmarès des lèche babouches de la semaine, il n’aurait pas pu mieux choisir.

Je lui accorde toutefois une petite circonstance atténuante. Quand on est un élu, maire, conseiller général ou même comme lui, président de région, peut-on refuser une demande de construction de mosquée ou de lieu culturel musulman avec comme argument : « désolé messieurs, j’ai étudié votre religion et j’en ai conclu qu’elle était contraire aux droits de la république, de la démocratie, des droits de l’homme et du citoyen et qu’elle mettrait en danger mes administrés si vous appliquiez ses préceptes ». Aucun élu ne peut se permettre cela car il serait immédiatement désavoué par nos traîtres UMPS et autres gouvernementaux, certainement destitué et mis au ban de la société.

Car en plus, les lobby musulmans qui les démarchent ont affiné leurs pratiques ; à l’heure actuelle, ce ne sont pas des barbus vociférant Allah Akbar mais souvent des  hommes habillés à l’européenne, cravate, petites lunettes d’intello et discours travaillé et sirupeux. On commence à connaître. Ils n’ont plus besoin d’être agressifs, nos collabos UMPS ont déjà glissé sous la table.

Jean-Louis Burtscher

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.