Succès de la manifestation contre le « passe sanitaire » à Nîmes

La mobilisation contre la vaccination obligatoire et le passe sanitaire a rassemblé environ un millier de personnes à Nîmes ce samedi.

Plusieurs collectifs avaient appelé à manifester dont Les Patriotes. Le cortège très fourni mais peu organisé a défilé dans toute la ville en s’arrêtant à des points névralgiques comme la préfecture, la mairie, la Maison carrée, le palais de justice, l’esplanade Charles de Gaulle ou la place de l’Horloge.

L’ambiance était bon enfant et il n’y a eu quasiment aucune tension à signaler. De nombreux automobilistes ont soutenu les manifestants par des gestes amicaux en faisant donner leurs klaxons. Les personnes présentes étaient très « remontées », c’est le moins qu’on puisse dire. Soulignons au passage l’absence complète des forces de l’ordre.

Une fois de plus il a été facile de constater qu’il s’agissait, à près de 100  %, de Gaulois « réfractaires » qui ne supportent plus les diktats toujours plus contraignants et arbitraires qu’un gouvernement fantoche aux ordres des lobbys mondialistes veut imposer à la population (surtout de souche).

 

Au sein des participants, de nombreux personnels soignants, traités il y a quelques mois encore « en héros et sur le point d’être mis à pied comme des malpropres » dira un manifestant hospitalier…

La Ligue du Midi, toujours à la pointe de la défense des libertés publiques, était partie prenante. Son président, Richard Roudier, a fait, en début de manifestation, une allocution très appréciée du public : « l’unité d’action doit se réaliser sur trois thèmes à l’exclusivité de tous autres : « Non à la tyrannie, Non au passe sanitaire, Oui à la liberté », évoquant la mémoire du colonel Rossel enfant du pays, défenseur de la liberté et fusillé en 1871 par les Versaillais du gouvernement d’Adolphe Thiers. Il rappela avec force l’épisode N° 1 des Gilets jaunes où des malfaisants avaient introduit par leurs provocations et leur sectarisme le ferment de la discorde dans la révolte populaire.

Le succès de l’opération peut laisser présager une structuration prochaine et un renforcement du mouvement.

En fait, ce dernier acte d’autoritarisme macronien risque fort de mener à cette convergence des luttes que le pouvoir oligarchique redoute tant.

Croisons les doigts et continuons le combat.

Richard Roudier

image_pdfimage_print

5 Commentaires

Les commentaires sont fermés.