Suède : la formation du nouveau gouvernement, de l’équilibrisme de haut vol

M. Michaud-Nérard, dans son article d´hier « La Suède sur la voie du redressement national » semble avoir manqué plusieurs épisodes dans le film des élections générales de Suède.

C’est pardonnable au train où vont les choses et, quand on n’est pas sur place et ne comprend pas la langue du pays. Par contre, Mr Jacques Guillemain a compris que les conservateurs (parti Modérés à 17 % avec Ulf Kristersson comme chef de file) mondialistes déclarés sont idéologiquement en désaccord avec le parti de droite nationale de Mr Jimmie Åkesson, les
Démocrates de Suède, à 21%. Pourtant, ils ont ensemble formé le bloc de droite de par la force de leur électorat = 38% avec deux autres partis qualifiés de droite (Démocrates Chrétiens et Libéraux) pour arriver à 49%, ce qui leur donne une majorité de 3 mandats au Parlement. Åkesson est pour une immigration réduite à 0, contrôle aux frontières, renvoi des criminels dans leur pays d’origine, renforcement des peines et restauration du bien-être que la Suède a perdu en 25 ans.
Les Modérés et les Démocrates de Suède ont négocié un programme de compromission avant les élections dans lequel la lutte contre la criminalité et l’immigration de masse sont des thèmes centraux. Le fait que l’immigration de masse nourrit la criminalité et la criminalité l’immigration  est un phénomène reconnu par tous et tous les partis, à l’exception d’irréductibles comme les Verts et la Gauche. On peut néanmoins se poser la question de savoir si les Modérés joueront le jeu après la formation du gouvernement. Il faut savoir que le prédécesseur à la tête du parti des Modérés, Fredrik Rheinfeld, avait demandé aux Suédois « d’ouvrir leurs coeurs » pour accueillir humainement la déferlante migratoire de 2015. A la suite de quoi, en 2021, le premier ministre en exercice à l’époque, le socialiste Löfven, avoue piteusement « nous avons été naïfs », reconnaissant implicitement le rapport immigration/criminalité.
Est-ce que les Modérés ont réussi leur mue ou est-ce une posture électorale pour accaparer le pouvoir à la barbe des Démocrates de Suède ? Il y a d’autres inconnues dans le bloc de droite et celui de gauche. Les Libéraux s’opposent frontalement à toute collaboration avec les Dém. de Suède, alors qu’ils n’ont que 16 mandats sur 176 et peuvent faire capoter les accords d’avant les élections. C’est pourquoi ce sont les Modérés qui travaillent à la formation du gouvernement qui eux sont pleinement acceptés par  les Libéraux. Bonne tactique, mais jusqu’où ? Dans le bloc de gauche, la présidente du Centre (Annie Lööv, mondialiste, comme Sanna Marine de Finlande) a démissionné avant-hier et le parti a de gros problèmes pour lui trouver un successeur. Le centre est normalement de droite et, A. Lööv hors jeu, tout peut arriver, comme le ralliement au bloc de droite.
Les négociations pour la formation d’un gouvernement de droite présentable au président du parlement Norlén tient de l’équilibrisme de haut vol. Aux élections précédentes en 2018, il a fallu 4,5 mois pour élire un gouvernement. La situation est encore plus fragile maintenant qu’il y a 4 ans, en dépit  de l’avancée spectaculaire des Démocrates de Suède. Est-ce que 21% vont suffire à faire passer sa politique, c’est la question ?
Ce qui est positif dans l’immédiat, ce sont les résultats (préliminaires) aux élections communales qui sembleraient leur être très favorables, surtout dans le nord et le sud du pays. En Suède, il y a 290 communes avec un budget indépendant alimenté par les impôts, 30% retenu à la source sur les revenus des individus. Pour le fisc suédois, la famille n’existe pas.
En conclusion, quelques chiffres sur le nombre de personnes ayant le droit de vote en 2022 et 2018 respectivement :
au parlement :    7 712 103          7 495 936
communes  :      8 141 439          7 861 590
Pour 2022, la différence entre parlement et communes est de 429 336. Cette masse, qui ne vote pas encore au parlement, ce sont des étrangers ayant le droit de vote aux communes et qui voteront au parlement en 2026. La Suède compte 10,5 millions d’habitants. Si les chiffres vous intéressent, allez sur « Valmyndigheten »  ou » SCB » où vous trouverez tout en anglais.
Jean-Claude Jourdan
image_pdfimage_print

10 Commentaires

  1. Dans le nord du pays, le fief du VPK ?

    Alors ça, c’est une vraie révolution !

    Vous parlez bien du vrai nord, de Luleå à Kiruna ?

    • Oui Monsieur : Norrbotten, Lappland,Västerbotten, Jämtland, Ångermanland, Härjedalen,
      Medelpad, Hälsingland, Dalarna, Värmland et Skåne,Blekinge, Småland. Toutes les régions, ce qu l´on appele en Suède « Landsbygden » = les campagnes avec habitat
      clairsemé et villages.Le Nord de la Suède n´est plus rouge (VPK). Le sud du pays
      avec Skåne, Blekinge et Småland où on vote à la droite nationale en réaction à
      l´islamisation de ces régions. Malmö est une ville étrangère à 60%.

      • C’était au Norrbotten que je pensais.

        Alors oui, c’est une vraie révolution !

  2. Enfin je veux dire, vous ne faites pas commencer le « nord » à Sundsvall ou Östersund, comme beaucoup de gens ?

  3. donner le droit de vote aux immigrés, ça c’est une bonne idée pour que les progressistes gouvernent

  4. la gauche les aura a coups de moraline, et tous prendront le meme chemin que leurs predecesseurs : plus d’immigration, l’insecurite ce sont les anglais, et vive cancel Sweden.
    Rien a esperer de ces Nordiques !

    • Vous avez entièrement raison. J´ai déjà écrit dans des articles précédents que la
      Suède en tant que pays homogéne est foutu. Les suédois pacifistes et consensuels n´iront pas à la guerre civile. Il y aura peut-ètre une partition du pays. Les Danois
      réalistes ont prévenu que la frontière sera fermée et le pont entre Malmö et Kastrup
      bloqué.
      Du côté norvégien c´est plus difficile avec une frontière de plus de 2000 km

      • Ce ne sera pas la première fois que les danois bloqueront le pont.

        Ça fait des lustres qu’ils se plaignent du laxisme des suédois, notamment pour la sécurité dans les trains. Je ne parle pas de sécurité ferroviaire, bien évidemment, mais de la sécurité antiterroriste.

      • Côté norvégien, on imagine assez mal des maquis islamistes dans les Alpes scandinaves ! 😅

        S’ils tiennent le coup face au froid, aux loups et aux gloutons, et aux moustiques en été, je pense qu’ils se feraient assez vite repérer !

        • J´adore vos commentaires. Si il y a maquis dans les Alpes scandinaves (Fjällen)
          ce serait plutôt des suédois, norvégiens et samer.
          La racaille islamiste préfére les villes près des services sociaux et du fric.

Les commentaires sont fermés.