Supposons que les GJ veuillent entrer à l’Élysée : que fait l’armée ?

Supposons, supposons, supposons !

Mais supposons seulement que ce samedi certains Gilets jaunes, ou des casseurs, des voyous, des délinquants, déguisés en Gilets jaunes, décident (ce qui tout de même m’étonnerait) par pure provocation de vouloir pénétrer en force dans l’Élysée ou place Beauvau ou encore à l’Assemblée nationale, au Sénat, enfin dans un quelconque de ces bâtiments officiels qui seront confiés à la garde de l’armée française ?

Quel sera le comportement, la réaction, de ces militaires ? Défendront-ils les accès, au risque d’agressions violentes ? Laisseront-ils passer les civils, puisqu’ils auront reçu l’ordre de leur hiérarchie de ne pas faire usage de leurs armes, en aucun cas ? Qui peut le dire ?

Mais supposons que, parmi ces militaires, se trouve un « Français » d’origine étrangère, radicalisé depuis longtemps, sans que les services concernés ne soient au courant (comme c’est très souvent le cas, force a été de le constater), et placé dans cette situation inespérée (et inattendue) dans l’attente justement d’un passage à l’acte ?

Ou alors, un jeune radicalisé de fraîche date, sans que personne ne soit au courant, ni ses proches, ni son entourage, toujours « Français » d’origine étrangère et récemment engagé ?

Ou encore un « déséquilibré », Français d’origine étrangère (il y en a de plus en plus qui ne l’étaient pas du tout « avant ») et qui, depuis son engagement dans l’armée, le sera devenu subitement ?

Toutes ces suppositions, bien qu’invraisemblables, ne sont pas impensables.

Ne vient-on pas de constater qu’un « Italien », d’origine sénégalaise, installé depuis 15 années en Italie, à Milan, et naturalisé depuis, avait décidé d’incendier son bus avec 51 enfants à l’intérieur ? Il a mis le feu et voulait donc réellement les « brûler vifs ».

Qui aurait pu penser que cela pouvait se produire ?

N’a-t-on pas constaté, le 26 mars 1962, rue d’Isly, à Alger, que des militaires « soi-disant menacés » n’ont pas hésité une seconde à tirer des rafales de FM sur une foule désarmée (près d’une centaine de morts !) ?

N’a-t-on pas constaté que le 5 juillet 1962, à Oran, les militaires soient restés « l’arme au pied », sur ordre de leur hiérarchie, jusqu’au chef de l’État, pendant que 3 000 Français se faisaient massacrer ?

Bien des événements sont arrivés alors qu’il était impensable de les « supposer ».

Supposons donc que ce samedi, ou le suivant, car ce ne sera pas le dernier, l’un de ces militaires décide de tirer sur la foule des agresseurs sous le prétexte qu’il s’est senti menacé, que sa vie était en danger, et qu’il y ait des blessés et des morts ?

Les militaires obéissent aux ordres mais d’autres non. L’histoire de France nous en présente de très nombreux exemples et il ne serait pas souhaitable, et même dramatique, qu’un nouvel exemple nous en soit donné aujourd’hui !

Ce ne sont que des suppositions et l’on ne peut qu’espérer, que souhaiter, qu’elles ne restent que des suppositions.

Quoi qu’il advienne ce samedi ou l’un des suivants, le président de la République, le Premier ministre et, surtout, le ministre de l’Intérieur, pour son incompétence éclatante, en porteront l’entière responsabilité devant la France et les Français !

Manuel Gomez

image_pdfimage_print

31 Commentaires

  1. Supposons, supposons, supposons, que Macron allume la mèche qui fasse péter le baril de poudre nommé France…

    • C’est ce qu’il cherche pour pouvoir imposer une dictature suite à des événements nécessitant de prendre les plein pouvoirs….

    • C’est ce qu’il cherche mais sans vraiment en avoir l’air. Va-t-il y arriver ?

  2. Manquerait plus que mémé brizitte soit violée par des vilains zilets zones….mais je suis sur que choupi ferait barrage en criant « il faudra d’abord me passer sur le corps  » …..un héros je vous dit . Ces gars sont des adeptes du barrage ,ils ont fait barrage a Lepen et maintenant ils font barrage aux GJ ….ils ne construisent plus « ils font barrage » ya qu’a l’imigration qu’ils ne font pas barrage et c’est là qu’on voit le résultat de l’insécurité grandissante et de ce qui se passe en prison avec les surveillants en premiere ligne

  3. c’est vrai et possible comme situation…..un militaire normalement « francais » mais d’origine machin truc sous la pression d’une bande de black box et juste pour foutre le ko total avec un relent d’islam qui passe dans sa téte tire sur ces casseurs,j’imagine l’ambiance et le désordre total,macron y a t-il pensé ?? car si cela arrive je vous dit pas le heures et jours qui vont suivre…le Mélanchon qui explose de colére et MLP qui aura encore dite une vérité mais comme jamais écoutée ils s’en tapent de son opinion,a esperer que tout sse passe bien.

  4. mon cher manuel
    bien sur toi tu sais et nous nous savons, le musulman du 4eme rt qui tenait l’AA52 rue d’isly le 26 mars a fait plus pour changer l’histoire de l’algérie francaise que n’importe qui d’autre ,( a part charles evidemment) nous l’avons cotoyé, son chef de section n’a rien pu faire..
    les gouvernants d’aujourd’hui jouent avec le feu et ne s’en rendent même pas compte ce sont des gosses ignares et inconséquents…….
    réponse demain
    bien à toi merci pour tes chroniques

    un ancien

  5. Ils tireront uniquement sur des GJ à condition que ce soient des FDS paisibles et eux seuls , et de préférence n’ayant rien à voir avec cette hypothétique tentative d’intrusion, mais soigneusement choisis parmi des manifestants pacifiques passant à proximité . Face à des black blocks et/ou des bandes de d’islamo-racailles , ils resteront l’arme au pied méme en cas d’agression contre eux en baissant les yeux (et leurs pantalons) et iront ensuite se défouler sur les Roger et les Janine débonnaires qu’ils mutileront allègrement à coup de flash à bout portant dans les yeux en criant « a voté ! » (comme les FDO le font depuis le début ) .

  6. Allons allons nous savons tous que les militaires sont des hommes avec un cerveau en bouillie formaté et instrumentalisé pour obéir à des ordres précis et que ces « ordres » passent avant tout le reste y compris le peu d’humanité qu’ils avaient encore et le peu de réflexion aussi.
    Cons comme une moule.

  7. tout le monde se gaussait des films « de funès » au sein de l’armée dans les années soixante dix, mais là ça n’est plus de la caricature ou de la dérision (observées par des esprits supérieurs) ça se passe en vrai ; l’informatique a réussi l’exploit de pouvoir désormais introduire le « fantasme virtuel dans la société physique » avec une propension pour la deuxième de perdre de plus en plus de terrain en faveur de la première , ça va mal aussi parce qu’on est tous en train de vivre un changement de configuration.

  8. J’ai une interrogation : Qui composait la troupe qui a tiré sur la population rue d’Isly ? Qui n’a pas écouté le « Halte au feu » que l’on entend ? A quel Régiment appartenaient les tireurs ? Merci pour les réponses .

    • Je crois que c’était le 22 eme RTA ( régiment de tirailleurs algériens ) dont certains étaient ‘ »soit disant » des repentis du FLN. Le lieutenant d’origine kabyle qui les commandait ne les connaissait pas. Il s’est suicidé quelques années plus tard en France.

      https://www.youtube.com/watch?v=nVigmz9bFGU

  9. Octobre 1789. La Fayette, informé des événements, arrive en fin de soirée à la tête de vingt mille hommes de la garde nationale. Il rétablit un semblant d’ordre et va se coucher. Son inaction lui vaut le surnom de «Général Morphée».

    Le roi, qui dispose pourtant de troupes sûres, renonce à disperser les émeutiers sur le conseil de son ministre Jacques Necker.

    Mais le lendemain matin, un garde de la Maison du roi, pris à partie par la foule, tue un garde national. C’est l’émeute. Plusieurs gardes royaux sont tués. Les grilles du château sont forcées et la foule se rue vers les appartements de la reine. Un garde du corps a juste le temps de crier : «Sauvez la reine !» avant d’être sauvagement tué.

  10. L’Elysée a ses forces de sécurité spécifiques: Garde Républicaine et GSPR

  11. Rappelez vous les Gardes Suisses aux Tuileries. Mais le danger pour le pouvoir n’est il pas de se retrouver avec l’armée dans les pieds ? Les colonels Grecs: « Conseil d’ancien, pour faire un putsch il vaut mieux être à l’intérieur, ça évite de devoir défoncer les portes.

  12. Réponse facile : l’Elysee est la propriété et la fierté de la Nation Française, Le Président Macron n’est qu’un locataire. Si les racailles déguisées en jaune s’en prennent à L’Elysee, les paras, bérets rouges vont leur faire moucher rouge !!!

    • Investir ne veut pas dire détruire. Le problème n’est pas l’Elysée mais celui qui y habite…

      • Investir ne veut pas détruire…. comme pour les Champs Elysées vous voulez dire….Encore un phraseur gaucho anonyme évidemment… Moi, je dis que ceux qui s’en prennent aux biens publics ou privés doivent être détruits dans le sens premier du terme : éradiqués !

  13. L’armée est avant tout obéissante. Elle est formatée pour cela. Quand il faut cogner, elle cogne (Paris 1871, Fourmies 1891, Sétif 1945). un peu comme les flics, en quelque sorte ..

  14. En ce moment de l’histoire de l’Occident, si l’on veut rester attaché à la démocratie contre toutes ces dérives staliniennes et pinochetiennes et contre la mondialisation du refus de l’identité première, qui nous appartient , au profit d’une identité contraire à la démocratie, il faut voter patriote aux européennes ! C’est la dernière chance ! Merci

  15. ben, ils feront ce que l’on leur a dit de faire:
    rien comme au bataclan
    feu à volonté comme à la rue d’isly à alger en 1962 contre des piednoirs sans armes

  16. Sinon, ça peut être aussi un français de souche radicalisé encore plus difficile à voir … vous n’y avez pas pensé ?

  17. Supposons qu’un blackblock ou un émeutier quelconque cherche à arracher son arme à un militaire de sentinelle, obligé de tirer pour la conserver. Que se passe t-il ensuite? C’est un risque qu’il est impensable de prendre…

    • En tant qu’ancien militaire je peux vous dire que personne ne bougera, soyez tranquille!.

  18. Déjà évoqué ce sujet plus haut…
    Sans s’en rendre compte, Macron met l’Elysée à portée de main !
    On attendait que ça !

  19. L’élysée n’a jamais été aussi proche d’être prise par les GJ qu’aujourd’hui!.
    Qu’ils viennent me chercher disait le freluquet en narguant le peuple, fort des milliers de CRS qui l’entourent quotidiennement.
    Bouge pas mon petit, on arrive!.

Les commentaires sont fermés.