1

Supposons que Stefan Posch ait craché sur Marcus Thuram…

Quel dommage, pour la gauche, pour l’extrême gauche, pour La France insoumise et pour les Noirs que ce ne soit pas Stefan Posch, le défenseur de l’équipe de foot d’Hoffenheim, qui « a craché au visage de Marcus Thuram » ! Une majorité de professionnels auraient mis le genou à terre et levé le poing, en signe de protestation, réclamant vengeance, encadrés par toutes les ligues, association, personnalités qui se seraient emparés des « Unes » de tous les médias, presse et télé, ainsi que des réseaux sociaux « pour défendre l’honneur « du Français du club allemand de Borussia M’Gladbach ». 

Aujourd’hui silence total, ils sont muets, malgré quelques petites remarques sur ce « méchant » défenseur allemand « qui a certainement bousculé un peu trop fort le Français parce qu’il était noir ! ». 

Il est vrai qu’il leur serait bien difficile de dire et d’écrire que Marcus Thuram a bien fait car, en général, c’est « lorsque vous êtes une personne noire que vous pouvez vous faire cracher dessus, même à la télévision », n’est-ce pas Lilian Thuram ! Le père de Marcus, le premier à s’élever avec indignation contre la moindre remarque « forcément raciste » d’un Blanc, même quand elle est pleinement justifiée ! 

Pourtant on n’a jamais entendu Éric Zemmour se plaindre et déclarant « quand vous êtes une personne blanche vous pouvez vous faire cracher dessus même à la télévision, mais également dans les médias, dans la rue et partout ». 

Voyez ce « scandale » international provoqué par ce pauvre arbitre roumain qui a osé désigner, parmi des Blancs, un individu de couleur noire dont il ne connaissait pas le nom. Cet ex-international avait-il à ce point honte de sa couleur de peau ? Moi, je ne me sentirais pas le moins du monde insulté, mais pas le moins du monde, je vous l’assure, si l’on me désignait comme le Blanc au milieu de personnalités d’une autre couleur, parce que l’on ne connaîtrait pas mon nom. 

« J’ai réagi de la mauvaise manière » a reconnu Marcus Thuram, donc il peut et il doit être pardonné, mais aucun pardon, et même un lynchage médiatique, si cela avait été le Blanc qui avait craché sur Thuram. 

« Il a présenté ses excuses à Stefan Posch, ainsi qu’à ses coéquipiers et à toutes les personnes qui ont été témoins de sa réaction ». Il est certain qu’elles seront acceptées, ses excuses, alors que celles d’un Blanc, dans des circonstances identiques, auraient été considérées comme tardives, après un geste « impardonnable », qui mérite les sanctions les plus sévères, alors que celles qui frapperont Marcus Thuram seront, probablement, considérées comme « très dures ». 

La pression est dorénavant sur le sélectionneur de l’équipe des « Bleus », Didier Deschamps : osera-t-il exclure Thuram ? Saura-t-il résister aux « insinuations » que lui ont déjà valu l’exclusion de Benzema ? 

Un proche avenir nous le dira. 

Une certitude : on ne verra plus Marcus Thuram sur un stade avant quelques semaines mais, au fait, qu’en pense Vikash Dhorassoo, Dominique Sopo, et quelques autres « aboyeurs » contre la couleur blanche ?  

Manuel Gomez