Sur l’islam et la défense d’Israël, Marine a beaucoup à apprendre de Wilders

Publié le 7 mai 2014 - par - 1 739 vues
Share

ayaan et wildersPar le biais du site de Rue 89, repris par le site Fdesouche nous apprenons que se déroule une lutte au Front national de la jeunesse entre les souverainistes, antieuropéen et les identitaires , anti-immigration.

http://rue89.nouvelobs.com/2014/04/14/contre-leuro-contre-lislam-lutte-pouvoir-chez-les-jeunes-fn-251439

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi M. Philippot, venu de chez Chevènement, est plutôt proche du souverainisme, mais il est plus difficile de comprendre les délicatesses de jeune fille de Marine Le Pen envers l’islam, d’autant que si l’on regarde ce sondage d’Opinion Way pour le journal Lyon-Mag, en 2011, les choses sont claires dans les premières préoccupations des Français. Ils répondaient à cette seule question : parmi les sujets suivants, quels sont les 3 qui vous incitent le plus à voter pour le Front national en France aujourd’hui ?

Maitrise de l’immigration 78 %

Sécurité 57 %

Islam 54%

Inégalités sociales 22%

Pouvoir d’achat 18%

L’emploi 12%

L’Europe 7 %

Certes beaucoup des amis de Marine Le Pen, de Chatillon à Péninque en passant par Soral, Édouard Ferrand ou Christian Bouchet et tant d’autres, sont pro-arabes, pro-palestiniens, et selon la dénomination délicate de la nouvelle philologie bien-pensante : anti-sioniste.

Marine Le Pen, dans une interview à Jeune Afrique en 2012, elle disait être pour l’armement nucléaire de l’Iran (dirigé d’abord contre Israël) et pour les droits de ce qu’elle appelle « le peuple palestinien ».

En réalité sur cette question dite « palestinienne » et les rapports avec Israël, et surtout avec ces Israéliens qui ont construit les implantations en Judée-Samarie (berceau du peuple juif) elle partage l’avis d’une grande partie de l’UMP et de l’ensemble de la gauche et de l’extrême gauche.

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen même combat pour une politique intérieure socialiste et vraiment à gauche, et une politique étrangère résolument pro-arabe, ce que les souverainistes imbéciles appellent « la politique étrangère gaulliste ».

Aussi plutôt que voter pour le Front National, les laïques qui veulent en terminer avec l’islamisation de la France devront voter pour le « voor de Vrijheid », dit le PVV, le parti de la liberté créé par Geert Wilders.

En effet, malgré l’accord tactique pour les élections européennes entre le FN et le PVV, Geert Wilders a compris contrairement à Marine Le Pen, que la lutte contre l’islam était prioritaire en Europe et passait par la défense d’Israël.

Israël qui au Moyen-Orient est l’incarnation des plus hautes valeurs de l’Occident. Nous verrons ce qu’il adviendra de cette alliance, mais sur cette question essentielle de la survie d’Israël, il y a risque de gros temps entre les deux.

Geert Wilders a compris que si les musulmans combattent et ont autant de haine contre Israël et contre les juifs, c’est, que leurs esprits sont obscurcis par le Coran.

Les musulmans du Moyen-orient et du monde entier comprennent que les Juifs ont à voir avec l’Occident, et ce depuis la sortie d’Égypte.

Après l’arrivée en Canaan, pourra commencer avec les 10 commandements gravés sur les Tables de la Loi, un rapport au monde fait de droit, mais surtout de devoirs.

Ce que l’islam et les musulmans se refusent à faire depuis leur invention.

Les manières des musulmans intégristes dans notre pays comme dans toute l’Europe nous font toucher du doigt cette vérité, que Marine Le Pen ne veut pas voir où plutôt de laquelle elle ne veut tirer aucune leçon politique.

Geert Wilders lui a compris cela, il entretient une relation personnelle forte avec Israël où il s’est rendu une quarantaine de fois au cours des 25 dernières années.

Selon ses propres déclarations, il y aurait rencontré plusieurs fois Ariel Sharon et Ehud Olmert.

D’ailleurs, il fut un temps où il souhaita émigrer définitivement en Israël lorsque durant un séjour de quelques mois, il travailla dans des boulangeries industrielles et dans un moshav (village différent d’un kibboutz). Devenu député européen, il soutint Israël et fustigea les pays qui lui étaient hostiles et il continue de s’y rendre après son élection, accompagné d’autres élus de son parti.

Geert Wilders a été soutenu pendant ses procès par des néoconservateurs Américains comme Daniel Pipes et David Horowitz, de plus la Coalition juive républicaine (Republican Jewish Coalition, RJC) a financé un de ses discours dans une synagogue à Boston (États-Unis).

Marine Le Pen, recluse dans sa petite boutique, se refuse à faire le pas qui, dixit Henri Guaino, « débarrasserait le Front National de son manteau d’inhumanité ».

Il manque uniquement à la présidente du FN, d’aimer la France de la même façon qu’un Marc Bloch ou un Fernand Braudel.

Il faudrait qu’elle se décide à ne plus supporter l’islamisation de la France en appelant comme Geert Wilders le fait aux Pays Bas, à mettre les musulmans qui refusent l’intégration (mais acceptent les allocations) en dehors de notre pays.

C’est d’ailleurs cette position que défendit celui, dont (à tort,) se réclament les souverainistes (ceux qui ne lurent de Charles Maurras que la partie antisémite) : le général de Gaulle.
Lazare Zylbergleitt

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.