Sur un air de Julien Clerc, hommage à l’islamo-fellateur Askolovitch

Publié le 6 janvier 2015 - par - 2 519 vues
Traduire la page en :

Ri7Fourest askolovitch lèchentCher Monsieur Le Poulpe, permettez-moi tout d’abord une vigoureuse et amicale poignée de tentacule à chacun de vos appendices pour accompagner mes vœux, bien sincères, à l’aube d’une année nouvelle.

Que 2015 vous apporte moult plateaux de fruits de mer arrosés, comme il se doit, d’aligoté à bonne température : cela vous changera de l’eau salée !

Je vous souhaite en outre de radieux matins, bleus comme l’horizon, de somptueuses nuits blanches, à Saint-Pétersbourg ou ailleurs, de divins breuvages, enfin, rouges à damner de nouveau un communiste repenti…

Je viens de prendre connaissance de votre dernier article (qui fera, lui aussi, couler beaucoup d’encre)

https://ripostelaique.com/javoue-jai-passe-ma-soiree-du-reveillon-avec-des-gens-de-gauche.html

et du coup de bec, bien mérité, à l’ineffable Askolovitch qui fait encore des siennes. Car, qu’on se le dise, le canard (enchaîné) ou le perroquet (médiatique) ne sont pas seuls à disposer d’un bec : le poulpe, lui aussi…

Donc, l’islamo-fellateur Modeste Askolovitch, Asko pour les bougres mahométans qui bénéficient de ses largesses buccales, vient de révéler au grand jour un nouveau scandale. De jeunes militants bleu ciel auraient fraternisé, au cours de la nuit de l’An neuf, avec quelques-uns de leurs homologues bleu marine ! Ils auraient temporairement remisé leurs baïonnettes et seraient sortis de leurs tranchées respectives pour partager force libations (sans aucune modération) et langues de belle-mère dans un sauvage déchaînement de décibels indigne de la solennité du moment…

L’affaire, si elle est avérée, est grave en effet ! Peut-être parlera-t-on un jour du réveillon de Montoire comme on parlait jadis de l’entrevue du même nom, celle-ci étant, dans l’ignominie, largement surpassée par celui-là…

Le phare de l’islamophilie française, le susnommé (si j’ose dire…) Askolovitch, délaisse donc quelques instants les babouches tendrement aimées pour dénoncer les sordides accointances régnant au sein de la classe politique (de droite) française. Il se pourrait même, c’est à peine si j’ose le dire tellement c’est bas, que des rapprochements plus intimes encore, l’ivresse aidant, se soient produits entre frères (et sœurs) ennemi(e)s !

La République, citoyens, tremble sur ses bases. La colère monte et le peuple gronde ! Je vous le demande, Français, mes frères, reverrons-nous un autre matin ?…

J’envie un peu, je dois l’avouer, la renommée de cet Asko-halal pour qui les fameuses trompettes résonnent si fort et si souvent, même si j’admets qu’il n’hésite pas, pour les emboucher, à payer de sa personne.

Sans aller jusqu’à un tel sacrifice charnel (et tant pis pour la gloire !), j’aimerais à mon tour faire une révélation fracassante qui me vaudra à coup sûr le buzz, l’argent du buzz et le sourire de la réinfosphère : devinez où notre moderne Rouletabille a passé ses vacances d’hiver (surtout ne pas dire de Noël : c’est un coup à perdre la tête de la main d’un déséquilibré à la waquebarre) ; vous ne voyez pas ? Le pays commence par un P

Allez, je vous laisse la surprise, à découvrir ci-dessous. Julien Clerc en a déjà fait une chanson.

Si avec un tel scoop je n’entre pas dans le top 10 des agitateurs médiatiques, je veux bien être… circoncis !

 

Il était arrivé

Le taxi l’emportait

Toujours la même ville

La même aérogare

Les mosquées des barbares

Islamabad ma ville

 

Askolovitch est là

Askolovitch est là

Et l’islam est toujours si gris

La charia chaque jour si triste

 

Tout est fermé

La maison est là solitaire

Une rumeur, un pas traîné

La porte s’ouvre un peu

Et il est entraîné par ceux

Qui l’appellent mon frère

 

Askolovitch est là

Askolovitch est là

Et l’islam est toujours si gris

La charia chaque jour si triste

 

Dans un coin du logis

Tous se pressent autour de lui

Les filles sont voilées

Et les garçons zélés

L’imam et tous les convertis

Qui rêvent de Syrie

 

Askolovitch est là

Askolovitch est là

Et l’islam est toujours si gris

La charia chaque jour si triste

 

Askolovitch est là

Askolovitch est là

 

(librement détourné de Ivanovitch, de Julien Clerc :

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xc03de_julien-clerc-ivanovitch_music”>http://www.dailymotion.com/video/xc03de_julien-clerc-ivanovitch_music[/dailymotion]

http://www.dailymotion.com/video/xc03de_julien-clerc-ivanovitch_music)

Raphaël Delahaut

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi