Surprise ! Le climat va changer !

Publié le 10 décembre 2017 - par - 36 commentaires - 1 817 vues
Traduire la page en :

Un régal climatoseptique nous est proposé sur le site “réchoffophobe” de Réinformation.tv :

Surprise n°1 : “Deux nouvelles études écologiques indiquent que 92 % des populations des ours blancs sont “stables ou en augmentation”, rapporte Réinformation.tv en date du 8 décembre 2017 :

“Publiées dans Ecology and Evolution et dans Polar Record, les deux études reposent sur des conversations avec les populations autochtones qui ont une expérience multiséculaire de la présence de l’Ursus maritimus : un procédé qui a souvent permis jusqu’à présent de constater à quel point leur expertise est réelle et fiable lorsqu’elle est rapportée aux mesures scientifiques prises par la suite.

“L’ensemble des observations laisse penser qu’il n’y a quasiment “pas de vérité dans les assertions actuelles selon lesquelles les ours polaires seraient une espèce menacée en raison du changement climatique et d’une couverture de glace plus fine dans les mers arctiques“. Sur le long terme, leur situation paraît même “assez bonne”, à tel point que certains observateurs Inuit estiment qu’il pourrait bien y avoir “trop” d’ours polaires à l’heure actuelle. Une étude fait état de l’observation des populations locales selon laquelle les ours polaires n’ont pas besoin d’une couverture de glace épaisse pour pouvoir chasser le phoque. Les Inuits ajoutent que la tendance des ours à faire le tour des poubelles ou à rechercher de la nourriture sur terre n’a rien de nouveau : c’est un comportement opportuniste qu’on leur connaît depuis toujours”.

Commentaire : Pour les activistes-journaleux du Monde est fou de gauche, faire le tour des poubelles des publications réchauffistes grassement subventionnées et suivre aveuglément le comportement grégaire des 15000 spécialistes partisans-signataires réchauffistes, c’est encore un comportement opportuniste qu’on leur connaît depuis toujours. Mais attention ! Surprise ! Le climat va changer !

Surprise n°2 : “La production mondiale de céréales va de record en record : le CO2, précieux allié de la nourriture des hommes” a écrit Matthieu Lenoir le 6 décembre 2017 sur Réinformation.tv :

“Bonne nouvelle pour la planète : l’année 2017 affichera une production record de céréales sur Terre, annonce la FAO, l’organisation de l’agriculture des Nations unies. La production de céréales devrait dépasser le record de l’année précédente. Le stock global de riz et de céréales secondaires (orge, avoine, épeautre, seigle…) devrait aussi atteindre un niveau record. De quoi “alarmer les climato-alarmistes” qui répètent que le “changement climatique” va affamer la planète et qui s’en prennent au CO2, engrais sans pareil.

“On notera avec intérêt que le nouveau record atteint par les céréales secondaires est porté par la croissance de leur production en Amérique latine et dans la partie sud de l’Afrique. La production de froment devrait quant à elle décliner légèrement par rapport à 2016 en dépit d’un ajustement depuis fin octobre lié à une moisson de plus grande ampleur qu’anticipé en Russie. Cette baisse est surtout due à une moisson moins importante aux États-Unis, en raison principalement des événements climatiques de l’année, et en Australie. La production mondiale de riz devrait rester stable. Au plan, commercial, le léger déclin du froment est largement compensé par un surcroît de transactions sur le maïs, le sorgho et le riz.

“Le nouveau patron de l’EPA Scott Pruit encouragé à passer au crible les affirmations alarmistes !

“De quoi conforter les opposants à la théorie de la nocivité du CO2, qui est considéré de nos jours par la pensée unique comme un polluant. (N.B. : la pensée unique est un polluant dans le débat réchauffiste).

“La Heritage Foundation américaine “dénonce ainsi la vision catastrophiste de l’impact des activités humaines par le “réchauffement” qu’elles entraîneraient, supposé lié à un surcroît de dioxyde de carbone“, et qui serait la cause d’une désertification massive et d’une hausse du niveau des océans. Son point de vue est pris en compte par le nouvel administrateur de l’agence américaine pour l’environnement (EPA), Scott Pruit. Bob Murray, patron d’un géant du charbon, Murray Energy Corp., dit avoir encouragé Pruit à passer au crible “les affirmations alarmistes et les justifications scientifiques” des régulations, actuelles et futures, visant à réduire les émissions à gaz à effet de serre. L’un des thèmes développés par la Heritage Foundation est que les émissions de dioxyde de carbone par la combustion des carburants fossiles “ne devrait plus être considérées comme polluantes mais comme un élément essentiel permettant, par l’accélération de la croissance de la végétation, de nourrir une population mondiale en forte expansion”. Bob Murray a insisté sur le fait que la nouvelle administration nommée par Donald Trump “prépare un travail (critique) de fond” sur les “affirmations alarmistes“, “par des études contradictoires et un débat sur la science”. Il ajoute : “Il faut le faire, si vous ne les contredisez pas, vous resterez définitivement contraints par cet engagement climatique.”

“La production mondiale record de céréales a-t-il un rapport avec le CO2 ? L’administration Trump a été très active pour réorienter les politiques visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre, le principal étant “sans conteste la vapeur d’eau“, bien que “les climato-alarmistes, porteurs de valises de la nouvelle économie “disruptive“, persistent à viser principalement le CO2.” Le nouveau gouvernement américain entend revenir sur le Clean Power Plan, qui visait à réduite de 32 % les émissions des centrales électriques à l’horizon 2030, et le président Trump a annoncé un retrait des accords de Paris sur le climat.

“Selon Craig Idso, il faut émettre du CO2 pour nourrir la planète. Le résultat des récoltes de 2017 est à ce titre édifiant. Craig Idso, a fondé le Center for the Study of Carbon Dioxide and Global Change, “climato-sceptique affiché”. Il affirme que la production alimentaire mondiale ne pourrait plus satisfaire la demande à l’horizon 2050 si on n’émettait pas plus de CO2 dans l’atmosphère. Le CO2 est utilisé par les végétaux grâce à la photosynthèse qui réduit le dioxyde de carbone grâce à l’énergie solaire captée par la chlorophylle, en libérant de l’oxygène pour produire du glucose. Tout va bien malgré les “hululements apocalyptiques du GIEC et de l’Union européenne“. La production estimée de céréales pour la prochaine campagne, qui s’achèvera en 2018, se situera bien selon la FAO au-dessus en volume des résultats de la campagne précédente à 2.613,3 millions de tonnes contre 2.612,2 millions de tonnes. Du jamais vu.” © Matthieu Lenoir sur Réinformation.tv

Commentaire : Si L’imposture climatique © de Claude Allègre a souligné le rôle des nuages et de la vapeur d’eau, d’autres ont montré que les poussières de Houille (Chine, Inde, Allemagne) forment un écran au rayonnement solaire au même titre que les émanations de poussières des volcans en éruption.

Les climato-septiques ont montré que cet écran de la haute atmosphère diminue le réchauffement de la planète. Un clin d’œil sur Le Monde qui a publié le manifeste signé par 15 364 scientifiques de 184 pays, paru lundi 13 novembre dans la revue BioScience et titre : “Le cri d’alarme de quinze mille scientifiques sur l’état de la planète“. Les 15000 déplorent : “Un phénomène d’extinction de masse, le 6ème en 540 millions d’années environ (?), au terme duquel de nombreuses formes de vie pourraient disparaître totalement“. (On n’en sait rien.) L’article publié dans “Le Monde est fou” fait l’éloge de Stephen Hawking, le célèbre physicien (de l’émigration interstellaire fin-du-mondiste ?) qui prophétisait que la Terre “serait inhabitable dans un avenir proche”. (Le physicien fin-du-mondiste) exhortait l’humanité à “préparer l’exploration interstellaire“. (???)

Surprise n°3 : “Fais-moi peur !” : le changement climatique pourrait modifier la personnalité”, rapporte Réinformation.tv en date du 30 novembre 2017 : “Parmi les “prédictions de malheur des alarmistes du climat”, celle-ci mérite bien le pompon : voici qu’on nous explique que les personnalités humaines sont modelées par la température du lieu où l’on passe ses premières années. Si celle-ci se réchauffe, la personnalité des gens pourrait elle aussi évoluer. Parmi les habitudes et des tendances affectées, on note le plaisir à explorer les environs, à interagir avec les autres, à se lancer dans de nouvelles activités ou à travailler dehors.

“Naître dans une zone tempérée, et ce quel que soit le niveau social, le “genre” (?), le revenu ou l’âge, vaut encore mieux que d’être touché par une bonne fée : cela fait de vous un être plus agréable, consciencieux, stable sur le plan émotionnel et extraverti. Et dans zones aux températures modérées, on constate davantage d’interactions sociales. Dans le grand froid, la tendance à l’excentricité est plus marquée.

“Un peu raciste vis-à-vis des populations des pays chauds, peut-être ?”

Commentaire de fin : Après les délires des déglingo-gender à l’école, sur les médias pourris et les télés vulgaires de la désinfomation en continu, on a droit aujourd’hui au délire déglingo-psycho-réchauffiste !

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi