Suspendue pour refus de piquouze : réintégrée grâce à l’Europe !

Ne boudons notre plaisir : une victoire ponctuelle, certes, mais qui peut faire boule de neige. Par ailleurs, reconnaissons (une fois n’est pas coutume) que l’Europe n’a pas que du mauvais : c’est en effet en s’appuyant sur la législation européenne que cette excellente décision de justice a pu être rendue.

***

Voici les faits :

Lors de l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale pour les soignants, une infirmière travaillant à l’EHPAD Les Laurentides à Tourouvre-au-Perche, près d’Alençon (Orne) avait refusé les piquouzes anti-covid, arguant du fait que son état de santé est particulièrement précaire (elle est atteinte d’un cancer pour lequel elle est soignée depuis plus de quatre ans). Par ailleurs, elle élève seule sa fille de 16 ans et n’a pas voulu prendre le risque de se faire injecter une substance “dont l’autorisation de mise sur le marché n’est que conditionnelle et dont on ne connait pas toutes les incidences en termes d’effets secondaires”.

L’administration de l’EHPAD l’avait séance tenante suspendue de ses fonctions, sans traitement naturellement. L’infirmière avait alors porté l’affaire devant le Conseil de Prud’hommes d’Alençon.

***

Le 1e mars dernier, le Conseil a statué en faveur de la requérante, estimant que la législation européenne l’autorise à refuser ce traitement dans la mesure où à ce stade, il doit être considéré comme un médicament expérimental .

On imagine le désarroi de cette infirmière qui, pendant cinq mois, a dû survivre avec les moyens du bord.

Elle peut désormais réintégrer son poste, et recevra par ailleurs le paiement de 13.412 euros en dédommagement des salaires non versés.

On ne peut qu’espérer que cette décision fasse jurisprudence.

***

A noter que l’employeur (dénommé « Bienfaisance (sic…) de la Pellonnière » qui gère l’EHPAD de Tourouvre) a fait appel du verdict. Ces pourritures, qui affament et maltraitent nos aînés sont décidément prêtes à tout pour pouvoir continuer à verser à leurs actionnaires de confortables dividendes…

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

image_pdfimage_print
21

13 Commentaires

  1. Il est PLUS que temps de dénoncer publiquement – par exemple sur RL – le nom des établissements (et de leurs responsables) qui ont suspendu ou refusent d’embaucher des personnels non « vaccinés ». Il faut donner leurs noms, de sorte à ce que des dépôts de plaintes collectives puissent être déposés contre eux. La mauvaise publicité fera le reste…

    • Vous êtes bien naïf. Le texte Européen sur lequel ce jugement prudh’hommal s’appuie a simplement échappé à la vigilance des censeurs-piquouzeurs de l’UE. Gageons qu ça sera vite réparé, la censure est quasi-immédiate de nos jours.

      Par exemple, la liste des effets secondaires recensés par Pfizer, qui a été publiée suite à une décision de justice alors que Pfizer voulaient la garder secrète pendant 50 ans a été, incroyablement, visible sur Yahoo.

      Pendant quelques minutes seulement, rassurez-vous, les censeurs ont fait leur travail bien vivement! Car la liste et longue et très inquiétante, même si elle ne contient pas les chiffres qui en permettraient une interprétation statistique. Mais j’ai les copies d’écran, à tout hasard…

    • @ Zephyrin
      Si des prétendus et soi-disants garants de notre Constitution n’avaient pas vendu leur âme – si tant est qu’ils en possèdent une – nous n’aurions pas eu besoin de cette UE dans ce cas de figure, – et dans d’autres -, UE dont par ailleurs notre Saignerie et sa démone pendante ursula von machin vont renforcer des pouvoirs liberticides et asservir les nations ayant fait confiance à ces suppôts de Satan.

  2. j espere que l infirmiere aura gain de cause tenez nous au courant svp

  3. Je vous donne un établissement qui je pense par « intérêt » a refusé d’employer son personnel si pas vacciné .
    Hôpital SAINT-JOSEPH MARSEILLE

  4. « Ces pourritures, qui affament et maltraitent nos aînés sont décidément prêtes à tout pour pouvoir continuer à verser à leurs actionnaires de confortables dividendes… »
    Cet EPHAD est une structure à but non lucratif. Vérifier avant aurait pu éviter de se ridiculiser en mode marxiste. Mais bon, 2 secondes de recherche (premier résultat), c’est visiblement trop demander à certains (ce qui ne les empêchera pas de conchier leurs semblables quand ils font de même, bien évidemment)

    • @ C’est la lutte finale
      Vous êtes bien naïf. Voyez dans toutes ces associations à but non lucratif, du moins dans une grande proportion,comment vivent dans le luxe leurs dirigeants. Et les « caisses noires » ne sont pas une vue de l’esprit. Quelques scandales sont dénoncés sur la place publique. Je vous laidse le soin de farfouiller vous-même le Net, et ce pour m’éviter d’être accusée de relayer des fake niouzes.

    • PS @ C’est la lutte finale
      J’ajoute par ailleurs que ces sortes d’établissements subsistent grâce à la générosité de l’État avec l’argent du contribuable et qui, en juge et partie, peut leur couper le robinet. Votre pseudonyme me fait penser à un partisan coco, ainsi je ne m’étonne plus de ce raisonnement étroit de votre part.

    • @C’est la lutte finale : si ce ne sont pas les actionnaires qui se gavent, ce sont les membres du conseil d’administration. Dans les deux cas, ce sont les pensionnaires qui morflent. Merci pour cette kolosale mise au point.

Les commentaires sont fermés.