Syrie : Trump et Poutine jouent avec le feu…

La situation s’est encore tendue aux Etats-Unis comme dans le reste du monde. Cette fois, après sa tentative pour impliquer la Russie dans la tentative d’assassinat d’un agent double et de sa fille par un gaz innervant, et la déroute qui s’en suit pour elle dans son opinion publique, Thérésa May, le Premier ministre britannique, vient de faire un pas en arrière, après sa dernière accusation d’utilisation de l’arme chimique par Bachar-el-Assad à Douma en Syrie, en retardant la possibilité d’une attaque pour information insuffisante quant au réel coupable.

Entre-temps, le président des Etats-Unis, qui avait félicité Vladimir Poutine lors de son élection, l’invitant même à une rencontre à la Maison Blanche, puis avait annoncé qu’il retirait ses troupes de Syrie, sur la foi d’accusations venues de groupes terroristes quant à l’utilisation de l’arme chimique par le régime syrien, repart en guerre avec une telle vigueur que le risque d’une confrontation avec la Russie qui en découlerait devient patent.

Il faut ajouter qu’aux Etats-Unis, sa situation devient épineuse. Le procureur spécial, Robert Mueller, a ordonné une perquisition chez l’avocat de la Trump organisation, Michael Cohen, en dépit du « privilège avocat-client », qui protège le secret des dossiers de ses clients, et des droits constitutionnels du président des Etats-Unis.

Ce double front, extérieur et intérieur, est dangereux car le président enfreint, en Syrie, sa politique annoncée de retrait des guerres lointaines. Son électorat, et surtout les militants parmi eux, ne le suivent pas et il n’est pour s’en convaincre que de lire les commentaires sur des sites conservateurs comme Breitbart, World Net Daily ou chez les libéraux de Zerohedge. Sarah Palin, qui l’a soutenu depuis le début, vient de faire une déclaration dans laquelle elle affirme « que pas un seul de nos fils ne doit mourir sur le sol de Syrie ».

Par ailleurs, sa cote de popularité, avant l’affaire syrienne, est remontée à 51 % d’opinions favorables, ce qui devrait lui permettre de limoger à tout le moins Rosenstein, représentant l’attorney général Jeff Sessions, qui a signé l’acte autorisant la perquisition chez Michael Cohen. Nul ne doute que s’il utilisait ce pouvoir de renvoyer ce fonctionnaire pour reprendre l’offensive, il aurait une grande partie des congressmen républicains contre lui, qui seraient prêts à engager une procédure d’impeachment.

Et dans cette hypothèse, le soutien dont dispose Donald Trump dans le peuple américain serait crucial. Or cette base, qui a déjà mal vécu l’épisode des « dreamers » et les reculades de Trump sur la construction du mur, n’accepte pas non plus la politique annoncée en Syrie.

Et pourtant, il faudra bien qu’il engage le fer avec la gent politique de Washington pour se libérer. Et pour cela, l’appui réel du peuple américain est nécessaire même si insuffisant. Or, dans la partie qui se joue, on apprend que le Pentagone renâcle à s’engager en Syrie, arguant des risques de confrontation avec la Russie. Si Donald Trump, pour des raisons qui restent obscures, défie l’armée et ses électeurs, pour finalement faire le jeu de ses ennemis mondialistes, pour qui une guerre avec la Russie est vitale pour annihiler la montée des nationalismes, alors son salut ne sera plus garanti. Peut-il ne pas échouer en s’engageant dans une politique aventureuse sur la foi de faux événements créés par des groupes terroristes ? Je ne le pense pas.

Mais il faut aller plus loin dans l’imbroglio syrien. Des cartes montrant la position des postes militaires des différentes puissances étrangères opérant là-bas sont disponibles sur des sites américains. On se rend compte que des Français y sont sans qu’on ait su que le Parlement l’avait autorisé. Mais presque toutes les positions iraniennes (Celles du Hezbollah comprises) se trouvent concentrées dans le sud-ouest près de la frontière israélienne.

Et là c’est Poutine qui joue avec le feu. Comment peut-il demander aux Israéliens de se contenir quand leur pire ennemi est positionné près de leur frontière nord ? Car le seul état n’ayant pas de positions militaires en Syrie même, mais ayant de vraies raisons de se sentir en danger est justement Israël. Or la Russie contrôle ses alliés, et aurait pu prendre en compte ce paramètre afin d’éviter le porte-à-faux où elle se trouve et qui lui sera préjudiciable en cas de conflit ouvert. De même que l’alliance iranienne est à la limite du possible de son côté, comme la saoudienne ou la qatarie le sont de l’autre côté.

Pour dîner avec le diable il faut une longue cuillère.

L’avenir proche dira qui aura fauté et qui aura eu raison, mais notre sort en dépend et l’avis des peuples n’est pas pris.

Nous sommes en démocratie.

Georges Clément

Voir également entretien de Georges Clément, interrogé par Olivier Pichon

image_pdfimage_print

58 Commentaires

  1. Des forces iraniennes sont presentes sur le sol syrien pour empêcher le dépeçage de ce pays. Or les Israéliens alliés de circonstance de l’Arabie Saoudite participent au chaos syrien parce qu’ils préfèrent des groupes de djihadistes plutôt que d’avoir une nation arabe forte comme voisin. Ils ont donc une responsabilité concernant la présence de troupes iraniennes en Syrie.

    • Les forces iraniennes sont en Syrie pour étendre leur main mise sur les Arabes, et les sunnites en particulier. Ni Israël, n’ai aucun pays arabe n’ont de troupes sur le sol iranien, alors que l’Iran a des troupes en Syrie, en Irak, au Yémen, au Liban ( via le Hezbollah). Les Iraniens sont victorieux et occupent militairement ces pays arabes. Ils pensent à présent pouvoir provoquer Israël à sa frontière, c’est pourquoi Israël bombarde les convois d’armes iraniennes.

      • Et comme ni Israël ni l’Iran ne sont arabes…
        Ni la Turquie( nostalgique de son ancien califat ottoman) d’ailleurs
        Le seul état arabe moderne laïc et unitaire restant était justement la Syrie.
        Se greffe là dessus le fanatisme religieux fort dans l’islam, mais pas non plus absent du partie du judaisme, de quoi faire un mélange explosif.

      • Vous confondez corampf et torah. Vous vous êtes trompé de bande dessinée. Mais au vu de votre vocabulaire rien détonnant : QI égal à 0.

      • Bientôt il n’y aura aucune différence entre un Français et un Musulman, grâce à la démographie.

      • Oui les Israéliens se défendent, et les Français capitulent et collaborent. Rien de nouveau sous le soleil.

    • Gretch grand penseur géopolitique des temps modernes des complots fumeux de l’enfumage des tapis de prière grand ami de l’Iran qui a trouvé tout seul la vérité l’absolue vérité : Israël responsable des merdiers irakien syrien kurde lybien turque et des hémorroïdes de mon grand père !

  2. Londres impliqué dans la mise en scène de l’attaque chimique présumée en Syrie.
    Au cours d’un briefing, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir des preuves de l’implication du Royaume-Uni dans l’attaque chimique présumée en Syrie du 7 avril 2018, évoquant une «provocation – mise en scène»
    https://francais.rt.com/international/49749-attaque-chimique-syrie-royaume-uni-implique
    Rusreinfo publie une vidéo montrant comment les « victimes des attaques au gaz » sont fabriquées en Syrie. Manque plus que l’ordure BHL pour commenter… Et voila sur quoi marcon et autres crapules se basent pour prétendre vouloir attaquer la Syrie, et par extension son principal allié, la Russie!
    https://rusreinfo.ru/fr/2018/04/attaques-au-gaz-des-preuves/
    Et la folle de l’Élysée elle joue avec quoi?

  3. Article 35 de la Constitution Version en vigueur au 25 juillet 2008
    La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement.
    Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard trois jours après le début de l’intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote.
    Lorsque la durée de l’intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l’autorisation du Parlement. Il peut demander à l’Assemblée nationale de décider en dernier ressort.
    Si le Parlement n’est pas en session à l’expiration du délai de quatre mois, il se prononce à l’ouverture de la session suivante.

  4. Moi, quand je vois l’épouse de Bachar El Assad, je me dit que cet homme ne peut pas être totalement mauvais.

  5. Ne JAMAIS oublier que la Russie est le dernier pays européen apte à défendre notre civilisation chrétienne non seulement sur son territoire mais également dans chaque pays qu’elle reconnaîtra comme allié !!!
    Qui peut affirmer que l’on pourra se passer des russes et de Poutine lorsque nos villes ressembleront très très bientôt aux villes syriennes ? On ne maitrise pas nos frontières et l’on importe le conflit syrien ( mais pas seulement ) porteur d’une idéologie qui en fera une forme de génocide  » new look » sous forme d’infestation de nos villes, de notre société et qui va déboucher bientôt sur BFM ( et ses journalistes qui en bandent à l’avance ) sur des images de carnage dans notre belle France !!!

  6. C’est un bon article , les occidentaux Macron, May et Merkel fonctionnent avec un logiciel de retard et Trump semble s’être rallié à ce logiciel démentiel pour des raisons intérieures.
    On notera que pour une fois Israël se fait avare de déclarations martiales tout comme Poutine( il y a beaucoup de russes en Israël et tous ne sont pas nécessairement juifs).
    Les deux islam sunnite allié des occidentaux et chiites allié des russes manipulent leurs parrains non musulmans (Etats-Unis et Russie) pour les pousser à la confrontation tout en recherchant l’implication d’Israël.
    D’une par il faut en finir avec le djihadisme sunnite et de l’autre avec l’activisme de l’Iran chiite et du Hezbollah.
    Jeu dangereux, on pert l’essentiel, c’est l’islam qui génère l’escalade entre puissances.

  7. Les russes sont francophiles et pas d’ hier !!! Tolstoï a écrit Guerre et Paix en français directement !! Depuis la fin des soviets la fraternité avec les russes devrait être à un bien meilleur niveau : si nos minuscules énarques croient qu’ils vont pouvoir faire la guerre en Syrie comme dans nos banlieues aux commandes d’une PS4 et des Rafales à l’autre extrémité, ils se trompent… Ce sont des guerres bien moyenâgeuses qui s’enclenchent et qui vont exiger que nos soldats descendent de leurs avions et se relèvent les manches dans une odeur durable et un peu sucrée je dois dire de cadavres en décomposition , vos voisins, vos frères, vous !!!

    • La fin effective du pouvoir des soviets remonte à la fin de la guerre civile en 1921 et de son dernier épisode l’écrasement des marins de Cronstadt. Ensuite c’est la dictature du parti bolchévique et l’instauration par Lénine d’un capitalisme d’Etat (la Nep).

      Ce pouvoir totalitaire (qui n’avait de soviétique que le nom), diaboliquement favorisé par Berlin, nous a en effet privé durant de longues décennies de notre alter égo à l’autre extrémité du continent.

  8. En « démocratie », dites-vous ? Diantre ! Mais alors, on nous aurait menti ????

  9. Le conflit contre la Syrie est une monstruosité. C’est l’assurance, si les russes ripostent aux attaques américaines, anglaises et françaises, du début d’une guerre mondiale. Le tout est de considérer que SEULS les chefs d’état sont responsables de cette guerre qui peut embraser le monde entier. 3 ou 4 pignoufs décident de la mort de peuples entiers pour des motifs criminels et ridicules. On sait très bien que l’attaque aux armes chimiques ont été menées par des islamistes radicaux et personne d’autre.

      • Avez vous regardé la dernière intervention de Vladimir Poutine, pendant laquelle , avec de nombreuses images de synthèse, il « dévoilait » les nouvelles armes des armées Russe ?
        Vous devriez en faire la recherche sur internet, puis la regarder, jusqu’au bout ! L’Aigle Russe est puissant, ne vous y fiez pas, rappelez vous Stalingrad, rappelez vous la bataille de la Moskova, l’âme Russe est éternelle !
        Comme Pouchkine !
        Et elle, n’est pas encore diluée !

        • Les nouvelles armes de l’armée russe ? La même qui s’est fait mettre dehors d’Afghanistan par des paysans illettrés ? Poutine ne bougera pas et l’armée russe ne fera absolument rien contre les forces de la coalition.

          • L’armée russe ne bougera pas, …, de Syrie, les frappes non aucun sens,Trump a prévenu les russes et les syriens et la coalition s’est seulement contentée de frapper des cibles où il n’y avait aucune production d’armes chimiques ou conventionnelles conséquentes.
            Que peuvent faire des occidentaux haïs dans une région déjà suffisament meurtrie et où les armes de destruction massives entre 1990 et 2003 sont surtout tombées du ciel par ces mêmes occidentaux qui ont favorisé la montée d’Al Qaïda puis de Daesh, faire revenir ces égirgeurs fous d’Allah?
            Même Israël n’approuve pas tant que ça ces frappes.

          • Je crois me souvenir que quelque temps avant, rappelez moi c’était bien les américains qui s’étaient fait, après nous, virés du Vietnam par une bande bodoï!

            • @antécumé
              Vous avez raison. Mais le sujet était la possible riposte russe.

              • La Russie a gagné la guerre en Syrie , sauvé un chef d’Etat et un régime non par amour mais pour des raisons hautement stratégiques, elle a des alliés musulmans chiites mais elle tient d’une main de fer ses propres musulmans sunnites en Tchétchénie et sur son territoire.Elle n’aime pas ses alliés chiites mais les soutien loyalement par Realpolotik.
                La riposte russe restera diplomatique et verbale parce qu’il y a un cerveau à sa tête et pas un président versatile, intoxiqué et affaibli par un congrès et des officines qu’il n’a pas su écarter.
                Pour le reste il y a la dissuasion nucléaire et ça il a dû le rappeler à Trump et aux occidentaux.
                Les deux camps connaissent ces limites.

        • c’est sur que des armes en image de synthèse, ca fait tres peur… Les attaques chimiques en syrie en revanche, elles sont pas générées par ordinateur

  10. Jones au vu de votre orthographe déjantée vous avez encore fumez le tapis de prière ! Attention l’abus d’islam tue ! Vous avez besoin de vous faire soigner et ceci de toute urgence !

    • Anonymous, revoyez votre orthographe plutôt que de critiquer celle des autres « …vous avez fumeZ…? » non! « vous avez fumé… »

  11. Le Golan n’a jamais été syrien. Lors du protectorat français la France a magouillé avec la grande Bretagne en échangeant des territoires historiques au gré de leurs intérêts. De plus cette portion inhabitée avait été peuplée de tchétchènes pour des raisons stratégiques bien evidentes de revendications ultérieures.

    • Il y a plus de druzes que de tchétchènes sur le Golan que je sache et le Golan était me semble-t-il en Syrie avant la bataille de Qunaytra.
      La zone est plus ou moins démilitarisée mais si pour une fois une occasion de paix(on ne leur demande pas de s’aimer) a été manquée entre une Syrie moins islamiste que d’autres pays arabes et Israël comme lors de la restitution du Sinaï à l’Egypte au prix d’un plateau.
      Bien sûr on comprend l’intérêt stratégique du Golan château d’eau pour le Nord d’Israël et poste de gué sur la plaine de Damas.
      Plus ça va et plus c’est le grand islam qui finira par mettre ces belligérants d’accord.
      Entre deux maux, un Syrie « laïque » et multiconfessionnelle c’est mieux et un état d’Israël moins ambitieux qui équilibrerait la donne.

    • Cela s’appelle faire des concessions réciproques.
      Mais il y a sans doute l’Iran et le Hezbollah qui fait du régime syrien (avec des alaouites et des chrétiens minoritaires et des sunnites majoritaires) un obligé.
      Il n’y a pas à être pro -syrien ou pro -israélien, les sociétés de ces deux pays sont ennemies pour des raisons géopolitiques mais elles sont aussi les plus avancées en matière d’éducation de la région, franchement vous trouvez qu’on vit à Damas sous le même régime qu’à Téhéran ou à Ryad? La Syrie est encore laïque et Israël n’est pas encore une théocratie malgré quelques colons illuminés.L’islam radical reste le danger principal pour toute la région et le monde.

    • Cela dit nos intérêts d’européens d’abord, l’islam dans nos pays n’a fait qu’y porter la guerre (contre nous et ses propres divisions internes)et le conflit, et sûrement plus que le judaïsme .
      L’existence de l’Etat d’Israël est un prétexte, l’Islam reste inchangé dans ses objectifs nous sommes le Dar Al Harb , Maison de la Guerre, bien plus qu’Israël, avec ou sans sionisme comme alibi, qui n’est qu’une épine de plus dans les pieds du Dar Al Islam.
      Israël ne menace pas la France ou la Pologne de submersion ou d’attentats, guérillas ethniques et religieuses, ni égorgements l’Islam oui. Alors Vive l’Europe, d’abord.
      Assez de conflits exportés chez nous.

  12. Il en est de la Syrie comme du reste. Comme en 1914, comme en 1939, comme en 1945 en Indochine, en 1956 à Suez, nos Amis ricains ne sont pas engagés, mais les Britiches et… la France.
    Comptez sur nos indéfectibles Amis pour se manifester comme à leur habitude, après nous avoir enfoncés dans la merde.
    Profondément.

  13. Cette nuit une partie de l’armée Française, que l’on peut aisément appeler  » Légion Condor bis  » a bombardé une nation souveraine, en appliquant le principe interventionniste des Nouveaux Colonialistes, principe déjà appliqué en Libye, où la même Légion Condor bis, a participé à l’exécution d’un leader populaire.
    Pour Donald Trump, pas de problème, c’est officiel : « America’s first », pour notre Légion Condor bis, quelle légitimité légale ? Celle du successeur de grho’llande ? Celle de France’s first ?
    Quel bénéfice pour les citoyens de notre nation, pour le bien des chrétiens d’orient, que Bachar el Assad a toujours protégé ? Et contre lesquels luttaient les assassins d’al-nosra, encensés par Fabius, collègue de Macron ? Posez vous les bonnes questions.

    • On se les pose, frantz, on se les pose et on conclut ainsi: « quelqu’un, » là-bas, veut la peau de Bachar pour installer l’état islamique qui est trop con pour avoir compris qu’il sera de la « chair à canons » et ainsi…le Nouvel Ordre Mondial avancera à très grands pas et tout ira pour le mieux dans « le meilleur des mondes »…espérons seulement que ceux qui téléguident le tout, à Washington, à Paris et à Londres vont prendre dans la gueule un revers mémorable…!

  14. Nous avons attaqué cette nuit ! USA et GB confondus…
    Sans mandat, bien sûr, de l’ONU islamiste. Préservant les Russes, maitres du terrain.
    Irak, Libye, n’ont pas suffi ?
    « Moralité » internationale contre « Moralité » nationale bafouée ?

  15. Hé le ali, mohamed, vous nous prenez pour des demeurés comme vous!? l’analphabète! va donc à l’école avant de nous emmerder avec ton nazislamisme!

  16. Bien vu, bien dit, Economie de guerre ! et la querelle biblique, ils peuvent se la mettre où je pense…!

    • Très juste et la première préoccupation des européens devrait être de mettre l’islam hors jeu en Europe comme des pays de l’Est l’ont déjà compris.
      Israël est assez grand pour se défendre seul et n’a nul besoin de nous pas même des américains et au moins ne nous envoie pas d’égorgeurs.
      L’islam chiite comme sunnite soutenu par des russes chrétiens orthodoxes ou sunnite par des anglo-saxons chrétiens protestants et catholiques n’a qu’un seul objectif, il se dit tant mieux s’il a des alliés mécréants pour l’y aider: convertir et dominer le reste du monde Russie et USA inclus!
      Si nous étions aussi réalistes que les israéliens face à cet ennemi, nos nations prendraient modèle sur un pays identitaire qui au moins se bat pour survivre et avec 20 % de musulmans dans ses frontières en plus!

    • Il faut revenir à nos intérêts identitaires, l’islam veut la peau de l’Occident bien plus que la prétendue menace sioniste (les poncifs éculés des juifs dominateurs par l’argent, les délires soraliens ou d’un Pierre Hillard), bien sûr que les israéliens ne sont pas plus des saints que d’autres, mais ils ne fomentent pas d’attentats, ne financent pas des constructions de synagogues cathédrales dans nos capitales, n’égorgent pas et ne font pas rouler des camions sur nos concitoyens, ils sont justes identitaires et attachés à leur survie et intérêts vitaux en tant que peuple.
      Les nations européennes n’ont pas à se laisser instrumentaliser par les querelles d’Ismaël et d’Israël, mais elles devraient copier le modèle identitaire d’une forteresse qui se défend et contre attaque.

    • Nos intérêts vitaux ne sont ni anglo-saxons , ni russes, ni israéliens, ni arabo-musulmans(chiites comme sunnites on s’en tape), ce sont ceux de plusieurs nations européennes souveraines dont une moitié d’entre elles(à l’Ouest) sont trahies par leurs élites qui les vendent aux pires.
      Nos interêts vitaux sont économiques mais égalements culturels et spirituels: nos peuples ne veulent pas de l’islam, nos peuples commencent à en avoir soupé de l’américanisation et de la mondialisation qui les dissout dans un marché, et ces deux loups que sont la mondialisation -globalisation et l’islamisation avancent d’un même front.
      Les russes sont sans doutes les moins éloignés de nos nations que les autres, mais ils défendent leurs intérêts, il n’y a que nous européens pour tout gober sans résistance.

  17. un type dont l’épouse n’est pas entorchonnée ne peut pas être fondamentalement mauvais

    • Juste, et on ne fait pas douze an d’études médicales pour devenir dictateur professionnel, c’est absurde, et son épouse travaillait encore pour JP Morgan à Londres quand il y terminait sa spécialisation, il s’est retrouvé poussé à la tête de la Syrie suite au décès de son frère aîné et de son père.
      La Syrie s’était rapprochée de l’Occident depuis les attentats du 11/09/200, il y eut une ouverture politique et voilà comment on la remercie.
      L’Occident est devenu aveugle, fou et suicidaire qui ne sait plus nommer l’ennemi qui le tue et s’allie encore avec ses vrais ennemi idéologiques qui lui envoie ses imams et ses colonies de musulmans surtout sunnites.
      Entre deux maux on choisi le moindre et nous soutenons les pires.A la différence d’un Poutine pragmatique et réaliste.

  18. trop tard, le shérif autoproclamé » du monde a frappé pour faire plaisir à ses « amis » arabes, les deux toutous lui ont emboité le pas avec une déclaration surréaliste de l’anglaise May qui proclame que l’intervention est légale (la loi c’est elle!)

  19. On aurait mieux fait de bombarder l’armée turque qui n’a rien à foutre là-bas. S’il y en a que je voudrais voir gazés c’est bien eux. Dommage que TV-libertés n’ait pas de correspondant suffisamment proche du feu de l’action pour pouvoir apporter des preuves infaillibles que l’utilisation d’armes chimiques ne provient pas du régime. Ça ferait également une superbe épine dans le pied du dictateur qui nous dirige.

      • PR1, officiellement, mais les agents de la CIA ou autre service secret ont les moyens de brainwasher les présidents qui se succèdent pour exercer une influence très marquée sur leur décisions, ils ont certainement une stratégie dans la continuité et des informations des plus précises sur les situations où que ce soit sur Terre et tous les enjeux géopolitiques. Ils sont en mesure de démontrer au cours d’un brainstorm avec le président tous les impacts et conséquences de tel ou tel choix ou action avec des graphiques et des informations secrètes ; comment une personne issue de la société civile tel que le président élu pourrait-elle se passer de l’avis d’experts qui travaillent jour et nuit sur ces questions pointues depuis toujours, non, ça n’a aucune chance d’arriver.

    • L’islam qui a servi les intérêts américains tout au long de la guerre froide va reprendre du service contre la Chine. Au-delà de la question de l’approvisionnement en énergie fossile, l’enjeu de cette guerre pour Tonton Sam est d’empêcher l’émergence d’un monde multipolaire. Il s’agit d’« unifier » les rangs dans la perspective du face à face final sino-américain. Cette bipolarité recherchée est extrêmement dangereuse pour le monde et particulièrement pour l’Europe. Elle n’est pas sans rappeler la guerre de trente ans (1914-1945) qui fut l’épilogue de la première mondialisation, celle sous égide britannique, hégémonie que menaçait l’essor fulgurant de l’Allemagne impériale.

      • Pascal Olivier Merci pour cette description sensée. Je suis sûr que vous conviendrez qu’une question se pose au sortir de cette analyse : la préférence d’une multi-polarité ne risque-t-elle d’aboutir à un échec avec pour finir avec un monopôle absolu chinois résultant de l’effondrement des USA ? Il s’agit bien d’une question, je ne prétends pas y répondre, qui le pourrait ? Une chose est sûre, la Chine ne rêve que de ça, dégommer les américains et comme je disais à quelqu’un qui pensait il y a 15 ans qu’avec le changement d’orientation économique de la Chine, le communisme était mort, je crois surtout qu’il a décidé de jouer avec les armes de son adversaire pour mieux le dominer, avec l’avantage immense d’un coût de la vie extrêmement bas grâce à l’absence de spéculation immobilière.

        • Communisme ou pas, la Chine (qui est un empire) a toujours été dirigée de main de fer. Un monde multipolaire n’est certes pas en soi une garantie de paix mais il pourrait contribuer à une paix, même relative. Mais surtout il permettrait à l’Europe de ne pas sortir définitivement de l’histoire. Si nous subissons l’islam et l’islamisation c’est en grande partie parce que nous ne sommes plus maître chez nous et a fortiori de notre part du jeu des puissances. Attaquer la Russie a pour but d’empêcher l’Europe de devenir un acteur stratégique indépendant.

          • Pascal Olivier, Ma remarque ne remet pas en question l’intérêt d’un monde multipolaire ou son bénéfice pour l’Europe s’il parvenait à émerger mais le risque, en cas d’échec, d’une domination absolue et hégémonique d’un monopôle chinois, qui serait alors effectivement un totalitarisme communiforme avec tout ce que cela comporte comme atteinte aux libertés. Les chinois n’ont aucune intention d’avoir pitié de qui que ce soit en cours de route, comme pour tous les pouvoirs gauchistes dictatoriaux, la fin justifie les moyens, c’est en grande partie ce qui fait leur force économique aussi, on ne s’embarrasse pas avec les règles sur la pollution, le droit des travailleurs etc… Je pose un dilemme qui naît du risque d’échec, ouvrant la question de soutenir un pôle occidental unique pour survivre.

            • Le pôle occidental unique c’est notre mort assurée, une islamisation accrue et une guerre à grande échelle inévitable sans aucune garantie que ce pôle l’emporte contre la Chine.

              • Pascal Olivier, je veux bien vous croire mais je ne sais pas pourquoi. En quoi un alignement sur les USA change quoi que ce soit à l’islamisation qu’on subit ; pire, s’il doit y avoir un pôle supplémentaire, c’est nécessairement à l’échelle d’un continent, donc de l’Europe, ce qui n’est pas prêt de se produire sans soutenir le cadre de l’UE, laquelle est une garantie parfaite pour une islamisation ininterrompue et même croissante. Je ne comprends pas votre raisonnement. Pour moi, l’idéal serait que les chinois ne soient pas si impérialistes et qu’on puisse plutôt considérer une bipolarité nord sud où tout le monde civilisé uni ensemble s’accorderait à considérer que 1400 ans d’emmerdements, ça commence à bien faire et qu’il serait temps d’en voir le bout !

                • Parce que l’islam est un des glaives réorganisateurs de la mondialisation sous égide américaine. Les EU ont pris le relai des Britanniques et des Allemands qui opposaient l’islam à la France et la Russie traditionnellement protectrices des chrétiens d’Orient. Combien de fois la perfide Albion a empêché la Russie de restituer la deuxième Rome à l’Europe ?

                  Quand je parle d’Europe, je pense évidemment pas à l’UE qui est un instrument d’asservissement au service des EU (et de l’islam par la même occasion), mais principalement à ses deux puissances continentales aux deux extrémités de l’Europe , La France et la Russie.

  20. Nous soutenons pour de stupides raisons des alliés qui nous haïssent, nous n’avons aucune affinité idéologique avec l’islam, notamment sunnite, sauf quelques barrils de brut et nous adoubons l’Arabie Saoudite comme pays arabe et musulman « modéré » , nous nous allions à la Turquie réislamisée par Erdogan, qui joue sa partition, contre une Syrie gouvernée par un chef d’Etat occidentalisé formé en Occident (études médicales à Londres) qui ne fait que remplir son rôle légitime en utilisant l’armée de son pays pour le défendre contre des frelons islamistes et djihadistes fanatisés et soutenus par nos idiots utiles.
    Nous sommes des apprentis sorciers instrumentalisés par ceux que nous croyions instrumentaliser.

Les commentaires sont fermés.