Syriza : opération portes ouvertes immigration-islam sur terre et sur mer

Publié le 29 janvier 2015 - par - 318 vues
Share

http://youtu.be/ZiPqN3adKeY

Pour une meilleure compréhension du texte qui suit, il est préférable de regarder cette vidéo d’une minute ½. Mais avant d’en arriver à son analyse je dois, concernant la Grèce, clarifier certaines choses que les Européens ignorent, occultées qu’elles sont par la mafia politicomédiatique qui possède droit de vie et de mort sur nous tous, soit plus de 507 millions d’âmes, y compris bien sur les vampires de politicards et journalistes qui, sans notre sang pour se nourrir, disparaitront aussi vite qu’ils sont venus et ce jour n’est pas loin, je vous le garantis.

Lorsque les instigateurs du nouvel ordre mondial et ses adeptes incultes clament tout haut que la Grèce est le berceau de la civilisation occidentale, ils se trompent. Ils se sont contentés de prendre sa langue en otage puis de la violer.  La langue hellénique, étant la mère de toutes les langues occidentales, ils n’avaient aucun moyen de parvenir à leurs fins : l’abrutissement des peuples, leur asservissement à une dictature financière oligarchique orchestrée par l’ONU. En nous faisant croire que nous étions libres grâce au suffrage universel « démocratique » (rien à voir avec la démocratie, bien sûr), la pilule passait mieux. Évidemment,  ils n’allaient pas nous dire « bandes de salauds, on vous tient par les testicules (et je suis polie…), travaillez, payez les impôts, votez au suffrage universel démocratiquement, et crevez pour que nous on vive ! ».

Voilà pourquoi, alors qu’il y a encore quatre ans, c’est à peine si on trouvait une ligne par semestre dans les quotidiens nationaux, on ne passe plus une journée sans que la planète entière s’intéresse à ce « petit pays à la longue histoire » comme le dit si bien Georges Séféris lors de son discours de réception du Nobel de littérature en 1963. L’histoire de la Grèce n’a rien à voir avec celle de cette union assassine se prétendant européenne, coupable de l’enlèvement d’Europe, conformément à l’un des mythes fondateurs de la mythologie hellénique. Les Perses, les Romains, les Ottomans, les Russes, la mafia du nouvel ordre mondial et même la Chine aujourd’hui ont tous convoité ou convoitent cette péninsule aux confins du continent est européen, aux portes de l’Asie par la terre, de l’Afrique par la mer et même de l’Amérique en passant par les colonnes d’Hercule ainsi que les ancêtres avaient surnommé le détroit de Gibraltar.

La Grèce est indépendante, millénaire, son histoire remonte à des milliers d’années bien plus loin que ce qu’on veut bien nous apprendre à l’école. La notion du divin fait partie intégrante de son histoire, le mot de religion est apparu vers le milieu de l’occupation romaine, avant l’empire byzantin en 330 de notre ère. La religion orthodoxe chrétienne occupe donc depuis l’espace hellénique depuis 1700 ans. Mon éditeur Odysséas Hadzopoulos, décédé en juillet dernier, ayant publié la série de 800 tomes de toute la littérature grecque ancienne traduite en grec moderne, avait l’habitude de dire, pour provoquer, quand nous nous réunissions entre auteurs (j’étais la seule étrangère) autour de son grand bureau : « si tu es chrétien, tu n’es pas grec ! ». C’est vrai, et à l’heure actuelle des milliers d’Hellènes comme il est juste de les appeler, « grec » étant une insulte des Romains à leur encontre, sont en train de se réapproprier l’hellénisme. Je compte parmi mes amis des prêtres hellènes qui ont fait refaire leurs papiers, ont changé de nom officiellement (par exemple un Dimitris est devenu Iktinos ou un Giorgos Epicure) et surtout, ils ont fait enlever la mention « chrétien orthodoxe ».

Revenons à présent à SYRIZA. Hier, sur 40 membres du gouvernement, seulement 9 ont prêté serment sur la Bible, principalement les membres du parti ultra chrétien de Kaménos, les Grecs Indépendants. Si Alexis Tsipras et ses acolytes ont déclaré depuis longtemps leur athéisme tout en continuant de fricoter avec l’église, ce n’est pas parce que ce sont de vrais Hellènes évidemment, mais parce qu’ils sont communistes ! En France, nous avons la loi de 1905 qui sépare les églises de l’Etat, mais la France fut fondée sur le christianisme, avant cela c’était la Gaule. Quand on est athée en France, ce n’est pas parce qu’on est communiste mais simplement parce qu’on est libre de notre croyance, ce qui faisait l’exception française jusqu’à présent, ce qui permettait aux athées comme moi et aux catholiques de vivre en harmonie chez nous, en bonne intelligence.

Actuellement, en Grèce existe donc la situation suivante : 1- l’histoire millénaire d’Hellas (de là vient le mot « hellénique ») ayant pour fondement le polythéisme, la mythologie et la langue, c’est-à-dire l’hellénisme qui se perpétue et continuera toujours de se perpétuer par les locuteurs de la langue hellénique dont on retrouve officiellement les origines dans le linéaire B (environ 1500 avant notre ère). Ce que l’on nous cache, par contre, c’est la découverte d’un fossile gravé d’écriture grecque datant de 7254 ans, dans le lac de Kastoria au nord est de la Grèce, rendant caduque la théorie de l’invention de l’écriture en Mésopotamie. 2- L’occupation de l’église chrétienne depuis 1700 ans. 3- Le communisme essayant de s’emparer de la Grèce depuis la guerre civile (1946-1949). La dictature des colonels était parvenue à éviter qu’elle ne passe à l’URSS. Depuis leur chute en 1974, s’est installée la configuration gauche-droite, dernier tentacule de la pieuvre mondialiste.

Alexis Tsipras que j’appelle le petit frère des peuples avait rendu visite à son grand frère Poutine avant d’entamer sa campagne pour les élections nationales. A présent, ils ont les mains libres. Déjà, dès aujourd’hui des mesures ont été prises : tout ce qui avait été privatisé va redevenir public. Vu d’un point de vue profane, c’est merveilleux. Seulement voilà… Rendez-vous a été pris avec le grand frère des peuples, l’on s’apprête à faire bloc contre l’occident (la Chine sera également de la partie, le Ministre de la défense Kaménos avait signé du reste la vente du Pirée aux Chinois, là je ne suis plus très bien…). Les frontières terrestres de la Grèce avec la Turquie sont la porte qui ouvre sur l’Asie pour l’Occident mais aussi la porte qui ouvre sur l’Occident pour les Asiatiques. Les frontières maritimes ouvrent aux Africains la porte de l’Occident. Capisci ?

Les trois millions de musulmans actuellement clandestins en Grèce vont être naturalisés Grecs, donc Européens, vous avez entendu Madame le Ministre de l’Immigration, Tasia Christodoropoulou : opération portes ouvertes sur terre et sur mer ! et ;;; devinez quoi ? Qui a été choisi comme Ministre des Affaires maritimes, pour surveiller les frontières maritimes, même si le nom ne l’indique pas (les femmes grecques peuvent conserver leur nom de jeune fille après le mariage) ?   Theodore Dritsas, le mari de Tasia Christodoropoulou !

Syriza1Voici le couple d’enfer !

ELLE : avocate, membre fondateur de SYRIZA, syndicaliste activiste, partenaire d’un forum européen présent dans toutes les villes d’Europe contre le néolibéralisme, la répression, le racisme. (On ne sait pas trop ce qu’ont à voir les uns avec les autres mais bon, admettons…). Elle est spécialisée dans la défense des droits de l’homme, contre toutes les formes de ségrégation raciale, sexuelle, religieuses etc.

LUI : un benêt qui ne semble pas très en forme, suivant à la lettre son chef en jupons mais qui a réussi à se faire nommer ministre pour empocher tous les mois une belle somme et jouir de tous les avantages que sa vie de benêt voudra bien lui offrir.

Etant donné que je suis libre et que je crois à la psychomorphologie, je n’hésiterai pas à dire qu’il fut vraiment facile d’endoctriner ces créatures au regard mort, à la peau burinée par la cupidité et la stupidité. L’abrutissement des peuples leur a vraiment réussi ! Ils vont aider, eux et leur bande de joyeux drilles, le grand frère des peuples à exterminer le monde européen, car il est bien connu que les immigrés passés en Europe par la Grèce n’ont qu’un rêve, celui de se rendre en Europe occidentale pour continuer leur mission d’islamisation. La Grèce ne les intéresse pas. Et comme « grâce » au traité transatlantique,  l’Europe sera devenue une colonie états-unienne, les Etats-Unis s’étant déjà dotés un président musulman, l’empire russo-grec deviendra le seul maitre du monde occidental.

Simone Le Baron

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.