1

Grâce à Isabelle Surply, nouvelle victoire sur l’islamisme à l’ENS de Lyon

Avant cette nouvelle victoire Lyonnaise, Isabelle Surply la patriote a obtenu l’expulsion de l’imam intégriste de la mosquée de Saint-Chamond dans la Loire, à la surprise générale, après un combat de plusieurs mois pour que force reste à la loi.

Lundi 31 octobre, la conseillère régionale ex-RN d’Auvergne-Rhône-Alpes Isabelle Surply a fait exclure une association islamiste étudiante de l’École normale supérieure de Lyon. Témoignage du combat d’une militante patriote hors normes qui ne lâche rien.

C’est une belle victoire pour La militante patriote Isabelle Surply !

Dans cette affaire où l’islam militant bafouait une fois encore les lois de la République et la laïcité, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et son président Laurent Wauquiez sont montés au créneau.

Si cette association islamiste étudiante   a été acceptée par l’ENS Lyon, il n’en était pas de même des catholiques, puisque l’aumônerie catholique de l’école a été supprimée récemment, comme l’explique Isabelle Surply, « Lors du forum des associations de l’ENS début octobre, explique la conseillère régionale, l’AMENS exposait un stand où se trouvaient des livres ouvertement salafistes, un courant extrêmement radical de l’islam ». Alertée, la région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé « être extrêmement vigilante » et avoir saisi le rectorat. Une mesure dont s’est félicitée Isabelle Surply sur Twitter. Qui prévient tout de même : « Je compte bien saisir la préfecture du Rhône pour faire dissoudre purement et simplement cette association ».

Il y a quelques mois, Isabelle Surply avait fait expulser l’imam intégriste de la mosquée de Saint-Chamond dans la Loire, à la surprise générale.

« L’expulsion et la reconduite aux Comores de l’imam de la mosquée de Saint-Chamond, Mmadi Ahamada, c’est ma victoire ! » explique sans détour Isabelle Surply, conseillère municipale de la ville et élue régionale qui nous précise au téléphone : « Mais c’est aussi la victoire de tous ceux qui m’ont soutenue. »

Il est évident que, sans elle, rien ne serait arrivé. Le gouvernement d’Emmanuel Macron et Gérald Darmanin toléraient les prêches prônant la soumission des femmes, leur interdiction du lieu de prière sous prétexte fallacieux du Covid et obligatoire pour les petites filles. Sans compter les liens affichés par l’imam avec la figure de la mouvance salafiste (aujourd’hui décédé) Rachid Haddache.

Tous ces faits inadmissibles ont eu le don de galvaniser l’énergie de cette mère de famille de 37 ans qui « compte bien participer coûte que coûte à la conservation de notre modèle de vie christiano-occidental ». Forte de son expérience de conseillère en entreprise, l’élue n’a cessé d’interpeller les autorités publiques. D’abord via les réseaux, puis par mail et lettres recommandées envoyées toutes les semaines aux services de la préfecture de la Loire. L’élue a  pilonné les autorités « pour qu’elles n’aient pas d’autre choix que d’appliquer la loi qui est bien faite », alertant sans relâche les médias, ces « formidables leviers »« Une manière aussi de faire comprendre aux gens que lorsqu’ils sont impliqués, leurs élus sont efficaces. »

Des efforts qui ont porté leurs fruits : Gérald Darmanin a été obligé de se saisir saisi de l’affaire et a entamé une procédure qui s’est soldée, ce lundi 2 mai 2022 (« jour de l’aïd ! », souligne malicieusement Isabelle Surply), par l’expulsion de l’imam Mmadi Ahmada.

À 18 ans, Isabelle adhère au Front national

Depuis toujours, cette grande et belle jeune femme affiche une énergie et une combativité qui forcent l’admiration. Tant son courage est immense. L’échec du « vivre ensemble », elle connaît, elle l’a vécu. Lors de ses années de collège à La Seyne-sur-Mer. Elle raconte : « Là-bas j’étais celle qui se fait harceler ; trop catho, trop bien élevée, trop “première de classe ”, ils m’ont même fait manger de la boue ! ». Jusqu’à ce jour où, contrainte de se déplacer avec des béquilles, un camarade lui fait un crochet-patte. Elle ajoute : « Ce jour-là, j’ai vidé mon casier et j’ai annoncé à mes parents que je n’y retournerais plus. Je les ai suppliés de m’inscrire dans un pensionnat catholique, chez les religieuses. »

Le goût du militantisme et de la politique, c’est son père qui l’a transmis à Isabelle Surply. Elle se souvient, comme si c’était hier : « En famille, on en parlait beaucoup. » . Logiquement à  18 ans, elle adhère au Front national et rejoint tout naturellement les rangs de la Manif pour tous car, pour elle, « la défense de la vie, c’est sacré ». Devenue stéphanoise d’adoption, elle est élue au conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2015, puis à la municipalité de Saint-Chamond en 2020, ville de 35.000 habitants. Elle revendique aujourd’hui le statut de conservatrice et de populiste au sens où « militer, c’est s’occuper des gens, et les gens, je les aime ! » clame la jeune élue.

Isabelle Surply se veut aussi une lanceuse d’alerte. Un exercice dangereux dans la France de Macron. Car, depuis le mois de mars 2022, l’élue est sous le coup d’une mise en examen pour diffamation à l’initiative du Conseil du culte musulman pour les mêmes propos qui ont permis aux autorités d’expulser l’imam. Une situation kafkaïenne… Mais bien française.

Des faits bien plus graves ont bouleversé le quotidien d’Isabelle Surply, : les menaces de mort, de décapitation, de viol, de « On va tuer tes bébés » sont devenues le quotidien d’Isabelle Surply. Du jour où, en 2016, elle poste une vidéo sur les réseaux sociaux d’un rassemblement de femmes voilées dans une rue de Lyon avec ce commentaire : « Ai-je encore le droit de dire que je ne suis plus chez moi ? ». Terrible constat dans la France de 2022.

Elle dépose plainte. Huit ou neuf fois, sans succès. Isabelle Surply avoue : « Jusqu’à aujourd’hui, j’étais un peu naïve, je pensais que c’était normal, ce silence des autorités. » Mais aujourd’hui, ses amis et l’ASLA (Association de soutien des lanceurs d’alerte) qui lui ont spontanément fourni un avocat et constitué une cagnotte pour ses frais de justice lui font prendre conscience que « tout ça peut très mal se terminer pour elle et sa famille ». Une situation qui justifierait sa mise sous protection par l’État qui ne vient pas. Car Isabelle Surply indispose Gérald Darmanin et la clique au pouvoir !

Pas facile d’être une patriote dans la France de 2022. Pas facile de faire appliquer la loi dans la République d’Emmanuel Macron, dans une France qui s’islamise jour après jour, avec la complicité des élites gauchistes, des ministres, de nombreux juges aux ordres d d’un pouvoir décadent et aux abois.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

La police de la pensée s’acharne contre Christine Tasin : nouvelle plainte!

Scandale : les dysfonctionnements du Fonds de garantie des victimes de terrorisme

Lille : les juges ordonnent à la Région de verser 500 000 euros au lycée Averroès

Thaïs d’Escufon persécutée par la Macronie et les juges




A St-Étienne, Oussama A. marchait armé d’un couteau en criant “Allah Akbar”

A Saint-Étienne, dans la Loire, les policiers ont arrêté Oussama A., un individu qui marchait dans la rue armé d’un couteau en criant “Allah Akbar”. Il a menacé de mort les agents et fait l’apologie du terrorisme. Il était visé par une OQTF. L’auteur, âgé de 31 ans, est en situation irrégulière et visé par une Obligation de quitter le territoire (OQTF). Il a été placé en garde à vue.

Scène presque ordinaire dans une France à la dérive. Des policiers de Saint-Etienne (Loire) ont interpellé Oussama A., un individu de 31 ans qui marchait dans la rue muni d’un couteau en criant «Allah Akbar». Apologie caractérisée du terrorisme et menace envers une personne dépositaire de l’autorité publique (PDAP) ont motivé l’arrestation de cet individu de 31 ans. Il a été interpellé par des agents de police à Saint-Etienne . L’homme marchant dans la rue armé d’un couteau en criant «Allah Akbar» ,’a pas eu le temps de faire des victimes.

Selon les sources policières, il s’agit d’un certain Oussama A., connu des services de police et faisant l’objet d’une Obligation de quitter le territoire (OQTF).

UN POLICIER BLESSÉ

« La scène s’est déroulée vers 20h40, lorsqu’à l’approche des fonctionnaires venus l’interpeller, l’individu s’est rebellé tout en faisant l’apologie du terrorisme et menaçant de mort les policiers, dont un a été blessé. » confirme un magistrat du parquet de Saint-Etienne joint par téléphone.

Le policier blessé s’est vu attribuer un jour d’incapacité totale de travail.

Le véhicule de police a également été dégradé par des coups de pieds de l’interpellé.

Selon l’article 433-3 du Code pénal, toute personne menaçant de commettre un crime ou un délit dans ce même contexte est susceptible d’écoper d’une amende de 75.000 euros et de cinq ans d’emprisonnement.

Mais, la loi française, très stricte au niveau des textes, sera-t-elle correctement appliquée et rendue pour Oussama A. ?




Darmanin excuse la meurtrière de Lola, les narco font la loi à Nantes et Marseille

Les fusillades des narcotrafiquants dans les grandes villes et les cités témoignent de l’impuissance du ministre de l’intérieur Gérald Darmanin.

A quoi sert le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin ?  Le locataire gratuit de la place Beauvau n’avait toujours pas réagi dans la journée de lundi, au meurtre de Lola, pas davantage que le ministre de la justice Éric Dupond-Moretti. Silence radio aussi du président Emmanuel Macron. Le même Darmanin s’était déplacé par avion à Rennes quelques minutes après qu’un tag ait été découvert sur la mosquée. Interrogé par Calvi, Gérald Darmanin ose affirmé que « cela faisait à peine 1 mois que l’Algérienne meurtrière de Lola devait quitter la France ». Il insiste sur le fait qu’elle n’était pas connue des services de police, donc pour lui, « c’est normal qu’une personne qui doit quitter le pays y soit encore un mois plus tard. ». Il insiste aussi sur le fait que l’assassin aurait été victime de violences conjugales, autrement dit « le discours de l’excuse pour justifier l’inaction de l’Etat, voire excuser le crime abominable ».

Et pendant que Gérald Darmanin disserte sur les plateaux de télévision, le narcobanditisme prend ses quartiers à Nantes et à Marseille. Un constat effectué par nos confrères de la rédaction du quotidien Le Monde qui écrivent « Aujourd’hui, on est face à des jeunes qui sont parfois montés très vite [dans le trafic] et qui sont sans foi ni loi »,  en citant un enquêteur de police aguerri. « On voit beaucoup plus de gros calibres, d’armes de guerre. Ça tire à tout-va et parfois même à l’aveuglette. Plus rien ne semble réfléchi. On est dans l’épidermique. Il n’y a même plus de souci de discrétion. »

A Nantes, les innocentes victimes collatérales des narcotrafiquants tombent elles aussi. Ainsi, Esteban, 18 ans, s’est effondré un soir au pied d’un immeuble, dans la cité d’à côté. Rue Théophile-Guillou, à Saint-Herblain, en périphérie de Nantes. Une Audi s’est arrêtée. Deux détonations ont claqué dans la nuit. Le jeune homme a été tué d’une balle dans le dos. Par erreur. Il était au mauvais endroit au mauvais moment.

Les parents de la victime Stéphanie et David Le Costevec crient leur désespoir. Stéphanie et David Le Costevec n’en savaient rien, mais ce petit quartier discret, qui ne porte même pas vraiment de nom, abritait l’un des trente points de deal alors recensés dans l’agglomération nantaise. « On a toujours su que notre fils s’était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment », dit aujourd’hui Mme Le Costevec. Esteban, jeune garçon « sans histoire », intérimaire en maçonnerie, a été pris à son insu dans ce qu’ils appellent « une guerre de territoires »… 

 A Marseille, la guerre de la drogue tue des hommes de plus en plus jeunes

Encore trois jeunes hommes, âgés de 24 à 27 ans, connus de la justice pour avoir été mêlés à des affaires de drogue pour l’un, de violences avec arme pour le deuxième, et de transport d’arme pour le dernier, ont été interpellés mi-septembre au terme de minutieuses investigations, menées par la Direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) de Nantes. Le mobile paraît se confirmer : visés par une bande rivale lors d’une précédente fusillade en juin 2019 dans un autre quartier nantais, Bellevue, les suspects auraient tiré ce soir-là « en réponse ».

Pendant que Gérald Darmanin est aux abonnés absents, à Marseille la guerre de la drogue tue des hommes de plus en plus jeunes. Trente-cinq règlements de comptes, qui ont fait vingt-quatre morts et de nombreux blessés, ont déjà eu lieu au cours des neuf premiers mois de l’année dans la cité phocéenne. Sans susciter de réaction particulière de la part du même Gérald Darmanin.

Heureusement, à défaut d’un ministre de l’intérieur compétent, les policiers Marseillais disposent de performantes écoutes téléphoniques.

« Et moi, je vais l’éclater. Il faut trouver la moto. J’ai les soldats, des gens vaillants, j’ai les armes, j’ai une guitare [kalachnikov]. Tu fais mon pilote, si je l’éclate à lui ? Et on récupère toi et moi le charbon [plan de revente de drogue]. A 180 000 [euros] dans le mois, tu gagnes des sous là ! Toutes les semaines, tu as ton enveloppe. Nous, on monte pas au quartier. Quand y a un problème, on rafale, on tire, on les massacre ! » Lorsqu’ils captent cette conversation, le 14 avril 2020, grâce à un micro dissimulé dans le véhicule d’un homme qu’ils soupçonnent d’être un trafiquant, les policiers n’en croient pas leurs oreilles. Ils ont là les préparatifs d’un règlement de comptes destiné à reprendre le point de vente de stupéfiants de la cité marseillaise du Petit Séminaire (13e arrondissement).

 A Marseille, l’extrême violence se banalise chez les jeunes impliqués dans le trafic de drogue

Selon un commissaire de police de la cité phocéenne, joint par téléphone, « Bon nombre de ces fusillades sont qualifiées de tentatives d’assassinat, cela étant dû à la « maladresse » des auteurs ou à l’usage d’armes qui s’enrayent, signatures d’un certain amateurisme aux yeux des policiers. Dans une ville où même les médias tiennent la comptabilité morbide des règlements de comptes, la police judiciaire et les magistrats chargés de la lutte contre le narcobanditisme redoutent que le chiffre final soit, en 2022, plus élevé qu’en 2021, déjà une année noire, avec trente-cinq règlements de comptes et trente morts, marquée par un pic durant l’été, avec dix-neuf règlements de comptes ».

Gérald Darmanin oublie une chose : tous les français ne sont pas favorables aux égorgements dans les rues, aux fusillades du grand banditisme, au grand remplacement et à une immigration de masse.

Scandale : les dysfonctionnements du Fonds de garantie des victimes de terrorisme




11 septembre : tentative de détournement d’un avion obligé de se poser à Lyon

L’homme, présent dans l’allée centrale, a tenté de forcer le cockpit et menaçait les passagers d’un vol Nice-Paris, dimanche 11 septembre

On apprend seulement aujourd’hui qu’un homme a tenté de forcer le cockpit d’un avion se dirigeant vers Paris, le 11 septembre dernier (qui correspond à un anniversaire funeste). Le vol a dû être dérouté d’urgence à Lyon. On en sait plus ce mercredi. L’incident s’est déroulé sur un vol easyJet Nice-Paris qui a été dérouté en urgence à Lyon en fin de matinée, dimanche 11 septembre 2022. En cause : le comportement suspect d’un passager qui a menacé le personnel de bord pour tenter d’entrer dans la cabine de pilotage.

Les autorités ont refusé de fournir l’identité de l’auteur de cet acte. On sait seulement que, dès le décollage, l’homme assis dans l’avion est très agité. « Il a demandé à voir le pilote », indique l’une des passagères, contactée par téléphone plusieurs jours après les faits. La situation empire alors dans les airs. L’homme, très menaçant, circule dans alors l’allée. Il divague, menace, insulte les passagers et les hôtesses du vol à destination de Paris.

La tension monte alors au point que l’homme se rue vers le cockpit et tente de forcer la porte de celui-ci. « Heureusement, une hôtesse s’est interposée », indique une passagère, et il semblerait que la cabine de pilotage ait été verrouillée…

Arrêté et transféré à l’hôpital psychiatrique Le Vinatier

Le pilote contacte alors la tour de contrôle de Lyon et annonce à la radio que l’avion va être dérouté à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. À l’atterrissage, en fin de matinée, les gendarmes des transports aériens ont interpellé l’individu.

Selon les informations fournies ^par la préfecture de région du Rhône, « l’homme a ensuite été placé en garde à vue, mais cette dernière a été levée sur décision médicale ». Ben voyons…

Toujours selon les autorités qui ont refusé d’indiquer le prénom et le nom de l’auteur (ce qui peut laisser supposer qu’il ne serait pas français), l’individu « souffrirait de troubles d’ordre psychologique, ce qui expliquerait son comportement excessif dans l’avion ». Il a été conduit à l’hôpital psychiatrique Le Vinatier, à Bron, dans la banlieue de Lyon.

Une question se pose désormais aujourd’hui : avec tous les anciens terroristes libérés (plus d’une centaine par an) des prisons françaises, la sécurité est-elle assurée dans les transports aériens ?

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Lire ces articles qui constituent un complément d’information : 

44 000 attaques au couteau par an en France, et l’Etat ne fait rien !

Avec Dupond-Moretti, la justice favorable aux musulmans : trois preuves

Islam et assassinats : perpétuité pour Salah Abdeslam

Exclusif : 100 terroristes libérés chaque année de prison, et après ?




44 000 attaques au couteau par an en France, et l’Etat ne fait rien !

Il y a 7 ans, la France était sous le choc  : le chef d’entreprise Hervé Cornara était décapité par un islamiste et sa tête accrochée au grillage d’enceinte de son entreprise. Depuis, les attaques au couteau mortelles se sont banalisées.

« L’Etat Macron » n’a cessé de restreindre la vente et la possession des armes à feu, au motif que celles-ci seraient dangereuses. Pourtant, la plupart des meurtres commis dans notre pays sont perpétrés à l’aide d’un couteau. Les chiffres sont là, même si la presse quotidienne, toujours aux ordres d’un pouvoir aux abois, passe sous silence les nombreux égorgements de français, et lorsqu’elle le fait, passe sous silence les prénoms et noms des auteurs.

Lundi 29 août, peu de médias ont relaté cette attaque au couteau, survenue avenue Bujault, non loin du bas de la Brèche à Niort. Pourtant, dimanche, peu avant 20 heures, deux hommes sont agressés à coups de couteau par un troisième qui tente de prendre la fuite. L’un d’eux, Ammar, 49 ans, va succomber, poignardé à plusieurs reprises. Le principal suspect Abbas sera interpellé peu après par la police de Niort, encerclé par de nombreux témoins qui ont assisté à la scène.

Et nos confrères d’Ouest France distillent le charabia habituel : « ​Mis en examen pour assassinat, Abbas, 42 ans, vivait depuis plusieurs années dans les Deux-Sèvres. Il travaillait, louait un appartement, ses papiers étaient en règle. Ceux qui le connaissent ne comprennent pas…. ». Ben voyons, un brave mec, subitement déséquilibré !

Meurtres : actualités en direct – Ouest-France.fr

https://www.ouest-france.fr/faits-divers/meurtres
Un autre exemple le 1 er septembre 2022 :

Essonne : un homme de 42 ans tué d’un coup de couteau, sa …

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/essonne-une-femme…
Pourtant les chiffres officiels (minorés ?) sont terribles. Chaque jour, 120 français sont attaqués au couteau dans les rues de nos villes et de nos campagnes.

120 attaques au couteau ont-elles lieu chaque jour en France

https://www.tf1info.fr/justice-faits-divers/120-attaques-au-couteau-ont-elles-lieu..
Ce chiffre est fourni par la sénatrice LR Valérie Boyer qui affirme « qu’il y a 120 attaques au couteau chaque jour en France ». « La France orange mécanique », conclut la sénatrice des Bouches-du-Rhône dans un tweet, faisant le décompte des derniers faits divers de ce type. L’élue de la République égrène les assassinats survenus sur une courte période de 48 h « Toulouse un blessé, Loriol S/Drome un mort, Metz un mort, Amiens un mort, Angers 3 morts… Ces tragédies sont classées/cachées à la rubrique faits-divers alors qu’il s’agit de faits de société ! ».

Le choc des chiffres, le poids des mots. Déjà le 7 juillet 2022, dans une question écrite au Sénat, la sénatrice LR Valérie Boyer déclare à propos de l’assassinat d’Alban Gervaise à Marseille, le 10 mai dernier : « Les résultats de la dernière étude de 2020 de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales sont édifiants. Elle estime que le nombre de victimes d’agressions à l’arme blanche monte à 44.000 entre 2015 et 2017, soit plus de 120 victimes par jour en moyenne. » Car l’état français n’a pas eu le courage de publier des chiffres plus récents, afin de ne pas affoler la population.

La sénatrice Boyer avait déjà tiré la sonnette d’alarme un an plus tôt, toujours au palais du Luxembourg, cette fois après la mort de Théo, 18 ans, poignardé à Claye-Souilly. Valérie Boyer renvoie donc à l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), organisme rattaché à l’Intérieur et dissout en 2020. Ses missions ont été reprises en partie par le service de statistiques du ministère.

Des calculs tiré de l’Insee et réalisés par « Le Figaro »

Les rapports mentionnant les armes blanches ne sont pas une vue de l’esprit, car les chiffres sont bien puisés dans les bilans du ministère de l’intérieur. Publiés une première fois en novembre 2019, ces chiffres reviennent sur les « violences physiques hors ménage » à partir des données que l’Insee produit tous les ans pour son enquête « Cadre de vie et sécurité (CVS) ». C’est ici que l’on peut lire que « chaque année entre 2015 et 2017, 1,3% des personnes de 14 ans et plus déclarent avoir été victimes de violences physiques de la part d’une personne ne vivant pas avec elles au moment des faits, soit en moyenne 653.000 personnes par an ». Parmi ces 653.000 victimes, « 18% déclarent avoir été violentées avec au moins une arme ». Et sur « ces victimes de violences armées, 37% évoquent une arme blanche ». 

Les données sont simplement transcrites en pourcentage. Le calcul, lui, a été fait par Le Figaro un article de février 2020, titré « Plus de 120 agressions à l’arme blanche ont lieu chaque jour en France », reprend l’enquête de l’ONDRP : « Sa dernière étude, (…) estime le nombre de victimes d’agressions à l’arme blanche à 44.000, soit plus de 120 victimes par jour en moyenne ! Ce chiffre correspond, en effet, à 37% des 118.000 personnes ayant déclaré, chaque année, en moyenne, avoir subi des violences physiques armées ». Ces statistiques se retrouvent citées telles quelles dans la presse, au Sénat par Valérie Boyer ou encore à l’Assemblée nationale, en 2020, par l’ex-député non-inscrit José Evrard.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 




Un attentat islamiste de grande ampleur évité à Montpellier

L’unité anti terroriste (SDAT), dirigée par Bernard Bajolet (en civil), est intervenue en urgence à Montpellier, après avoir été déposée par avion, pour éviter un nouveau carnage.

Une opération antiterroriste menée par les policiers de la Sous-direction antiterroriste (Sdat) a été menée ce vendredi matin à l’aube à Montpellier (Hérault). C’est du moins ce qu’indiquent plusieurs sources policières et proche de l’enquête. Plusieurs kilos de composantes d’explosifs ont été saisis, le groupe préparant plusieurs attentats de grande envergure.

Selon l’une de ces sources, quatre personnes de confession musulmane ont été interpellées dont une jeune fille née en 2001 et un jeune homme né en 1996. Les médias anglophones fournissent davantage de détails sur les terroristes (lire http://fr.blastingnews.com/societe/2017/02/a-montpellier-une-femme-et-trois-hommes-preparaient-un-massacre-de-masse-001462351.html ) que les médias Français. Pourquoi ?

Les quatre terroristes arrêtés à Montpellier ont été idéologiquement formés dans une mosquée salafiste de la région, selon une source proche de l’enquête. Serait-ce celle de Lunel, ville réputée pour avoir fourni nombre de combattants aux djihadistes syriens ?

https://ripostelaique.com/lembarras-du-malheureux-imam-de-lunel.html

Serait-ce celui de La Paillade, où l’imam n’avait rien à redire contre les propos de Ben Laden ?

http://islamineurope.unblog.fr/2011/06/03/dapres-limam-mohamed-khattabi-de-la-mosquee-de-montpellier-aujourdhui-lislam-au-niveau-pratique-est-la-premiere-religion-deurope/

Serait-ce La Grande Mosquée de Montpellier, qui voulait piéger Marine Le Pen en l’invitant, et qui a nommé un pseudo laïque comme porte-parole ?

http://ripostelaique.com/jerome-riva-syndicaliste-ufal-ligue-enseignement-et-porte-parole-de-la-mosquee.html

Serait-ce un mélange de tout cela ?

Une semaine après l’attentat terroriste du Louvre, où un salafiste se baladait avec une machette dans la rue, le pire semble avoir été évité du côté de Montpellier. Cette arrestation préventive intervient alors que les « revenants de Daech » sont estimés à près d’un millier par Georges Fenech, Président de la Commission d’enquête parlementaire sur le terrorisme.

Les terroristes de Montpellier disent « avoir prêté serment » au chef de l’état islamique

Dans ce contexte d’extrême danger pour les Français moyens, depuis plusieurs mois, le gouvernement se trompe de cible. 850 combattants de Daech seraient sur le point de rentrer en France, après les déboires militaires du Califat Islamique, selon une hypothèse basse. Le chiffre de 1200 est avancé dans le cadre d’une hypothèse haute. Si chaque terroriste « revenant » de Daech, infiltré sur le territoire Français, parvient à assassiner 16 personnes, au lieu d’être arrêté par les forces de police et d’enquête, mobilisées par la traque des sites de lanceurs d’alerte, 20 000 civils Français pourraient perdre la vie dans les prochains mois.

Francis GRUZELLE

http://ripostelaique.com/jerome-riva-syndicaliste-ufal-ligue-enseignement-et-porte-parole-de-la-mosquee.html

Carte de Presse 55411

 Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/insecticides-degelee-royal-foll.html

http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html




François Hollande : la descente aux enfers

AV GROT AMélioré
François Hollande donne au monde l’image d’un président préhistorique, qui passe plus de temps à festoyer qu’à gérer la France. D’où cette descente aux enfers.
av repas
 
Pas de trêve pascale pour l’impopularité croissante de François Hollande, 24e président de la République française. Les plus récents sondages commandés par les services du Palais de l’Elysée indiquent que « Seuls 3% des Français souhaitent le voir se représenter. 81% des sympathisants socialistes réclament une primaire, avec ou sans le Président… ». François Hollande paie au prix fort l’échec de sa politique syrienne (lire aussi http://ripostelaique.com/comment-lambassadrice-de-bachar-a-ridiculise-les-bras-casses-hollande-fabius.html), de sa politique agricole (lire aussi http://ripostelaique.com/jets-de-bouses-de-vaches-huees-pour-hollande-au-salon-de-lagriculture.html ), de sa politique sociale (lire aussi  http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html ), de sa politique économique dans une France où tout va mal, surtout pour les patriotes qui travaillent dur, dans une France en plein désarroi, où nos paysans se suicident pour échapper aux huissiers, dans une France où des intégristes égyptiens utilisent le pays comme base-arrière, dans une France où les projets de mosquées ou de centres cultuels musulmans intégristes se multiplient, dans une France où les entreprises licencient à tour de bras, où le groupe Aoste ferme son usine « Calixte » à Boffres en Ardèche, dans une France où peu d’entreprises innovent, créent des emplois et beaucoup disparaissent , dans une France où beaucoup de magistrats découragés diagnostiquent « La fin des juges », à l’image de Marie-Odile Theoleyre dans son remarquable livre (http://suite101.fr/article/actualite–la-fin-des-juges-dans-une-societe-en-pleine-folie-a35178), certains juges, et certains élus, ici et là, redressant la tête et stoppant des errements, en faisant prévaloir l’intérêt républicain.
La mauvaise gestion du dossier « terrorisme » par des collaborateurs incompétents de François Hollande (lire aussi http://ripostelaique.com/surnomme-r2d2-lemploye-de-banque-cazeneuve-naurait-jamais-du-finir-a-linterieur.html ) et par les services de renseignements français, ainsi que par les agents des services de renseignements intérieurs (lire aussi http://ripostelaique.com/exclusif-massacres-terroristes-dus-a-faillite-renseignement.html ) ont contribué à cette inexorable descente aux enfers de François Hollande.

Notre analyse est confortée par une enquête de l’hebdomadaire L’Express reprise par Wikipédia, qui expose, à partir des résultats de plusieurs sondages, cinq raisons à l’impopularité croissante du président de la République : absence de gouvernance, absence d’autorité, absence de ligne directrice, opposition d’une partie de la population au projet d’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe, promesses économiques non tenues. L’éditorialiste François Lenglet estime ainsi que c’est le non-respect de trois promesses fondamentales ayant trait à l’économie du pays (celle de la résorption du déficit public à 3 % du PIB en 2013 – s’établissant finalement à 4,1 % -, celle d’inverser la courbe du chômage cette même année et l’engagement de « stabilité fiscale ») qui explique une grande partie de la très forte et persistante impopularité de l’exécutif. L’affaire Cahuzac et ses prises de position dans le conflit syrien ont également un impact négatif sur la perception de son action.

François Hollande représenté aux côtés d’Angela Merkel, symbolisant l’importante influence de l’Allemagne au sein de l’Union européenne.

En octobre 2013, l’affaire Leonarda avait renforcé l’impopularité de François Hollande : alors qu’auparavant les mauvais résultats économiques et les hausses d’impôts en constituaient les facteurs essentiels, Le Point note que cette affaire impacte directement le jugement de la personnalité de François Hollande ; en novembre 2013, il est considéré comme le président le moins courageux de la Ve République et apparaît, d’après une analyse de BVA, comme « incapable de trancher ». Le même mois, le baromètre Ifop indique que François Hollande bat le record d’impopularité pour un président de la Ve République, avec seulement 20 % d’avis favorables.

Dès 2013, l’hypothèse que Manuel Valls lui soit préféré en vue de la présidentielle de 2017 est évoquée. Plusieurs sondages donnent en effet François Hollande éliminé de la compétition présidentielle dès le premier tour. À la suite des élections municipales et européennes de 2014, qui sont un échec pour la gauche, sa popularité continue à diminuer (18 % de satisfaction contre 82 % de mécontents selon le baromètre Ifop), y compris chez les sympathisants socialistes, qui ne lui accordent plus majoritairement leur confiance. Son impopularité record sous la Cinquième République est confirmée en septembre 2014 par tous les instituts de sondage, avec des taux d’opinions favorables allant de 13 à 19 %.

 Du jamais vu pour un président de la République. A croire que le sobriquet, « Monsieur 3% », qu’on lui prêtait quelques mois avant la primaire socialiste de 2011, lui colle à la peau. A l’époque, ce chiffre représentait la part de sympathisants socialistes qui souhaitaient voir le candidat Hollande désigné pour la présidentielle de 2012. On connaît la suite. Mais quatre ans plus tard, et un an avant la nouvelle élection présidentielle, François Hollande est retrouvé à un niveau de popularité très faible. A la nuance près que ce taux concerne désormais l’ensemble des Français.

Seulement 15% des sympathisants socialistes en veulent

Selon les derniers sondages, seules 3 % des personnes interrogées souhaitent voir François Hollande se représenter en 2017. Un chiffre très faible, supérieur chez les sympathisants socialistes, mais encore dramatiquement bas pour un président sortant. Chez les sympathisants socialistes, ils ne sont en effet que 15% à souhaiter qu’il se présente à sa propre succession. Il est devancé auprès de cette population par Valls (40 %) et par Martine Aubry, d’une courte tête (16%).

81% des sympathisants du PS se déclarent favorables à une primaire à gauche

Pour la première fois dans l’histoire de la V ème République, un président sortant semble obligé, par ses propres supporters, à passer sous les « fourches caudines » d’une primaire dans son propre camp. Car 81% des sympathisants socialistes souhaitent la tenue d’une primaire pour désigner leur candidat pour 2017. Et ce dans l’hypothèse où François Hollande se représente. Des résultats désastreux, très sévères pour le président de la République, qui est largement désavoué et humilié par son propre camp.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411




Faut-il juger les juges ?

av juge burgaud

Faut-il juger les juges lorsqu’ils se sont trompés ou lorsqu’ils ont été désavoués ?

 

A la fin des années 70, près de 90 % de l’activité des juges était consacrée à la lutte contre la criminalité, la délinquance. Depuis 20 ans, de plus en plus de magistrats se veulent les « censeurs » de la vie politique, de la presse, et ce sont autant de moyens humains qui font défaut dans la lutte contre la criminalité organisée, la petite délinquance. Le « mariage de raison » (et non d’amour) qui prévalait entre les magistrats et les journalistes dans les années 80 a volé en éclat. Alors même que l’impartialité des juges est mise en cause, chaque jour. Certains juges ont même jeté le discrédit sur des commissaires de police efficaces, en reprochant à ces flics de terrain d’avoir « franchi la ligne rouge dans leurs recherches d’informations au sein du grand banditisme ». Mais, personne n’ose sanctionner, de manière exemplaire, les magistrats qui dérapent, à l’image de l’affaire d’Outreau.

Plusieurs magistrats se sont même interrogés sur l’indépendance de certains juges vis à vis de certaines religions (lire aussi http://ripostelaique.com/des-juges-francais-infeodes-a-certaines-religions.html ). La question méritait d’être posée, après que la Ministre de la Justice Christiane Taubira ait annoncé, le 27 avril 2015, aux journalistes accrédités auprès de son ministère, l’octroi de 2,7 M€ de crédits sur 3 ans
«destinés à mettre en place des formations à la laïcité pour les magistrats et les personnels des juridictions ».

 

La rentabilité domine aussi l’institution. Avec un management à la japonaise. Du coup, plusieurs magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », à l’image de Marie-Odile Theoleyre dans son remarquable livre.

 

Au pénal surtout, mais aussi dans une moindre mesure au civil, les juges français ont un pouvoir plus important que leurs homologues des autres démocraties (en particulier les pays anglo-saxons de Common law), qui doivent s’effacer beaucoup plus souvent qu’eux, dans la prise des décisions, derrière des jurés populaires, qu’on ne trouve en France que dans les cours d’assises (encore dans celles-ci les juges professionnels ont-ils une influence importante, voire prépondérante, à en croire des confidences de jurés).

Ce constat est partagé par Benoît Garnot, agrégé d’histoire et docteur ès lettres, qui enseigne l’histoire de la justice à l’université de Bourgogne depuis 1988 et est l’auteur de nombreux ouvrages. Son dernier livre Histoire des juges en France, de l’Ancien Régime à nos jours est aux éditions Nouveau monde est meilleur qu’un diagnostic médical. 

av jugL’image du juge au XIX ème siècle : dépassée ?

 

L’auteur y décrypte les caractéristiques des magistrats en France. Il estime que les justiciables doivent être en droit de demander des comptes aux juges. Car le pouvoir des juges concerne le quotidien des procès, et donc le quotidien des Français.

Certes, les juges ont toujours été décriés, quels que soient l’époque et le lieu. La critique de la justice, et par conséquent des juges, était déjà très importante dans l’Antiquité : voyez Aristophane! Dès lors, pour Benoît Garnot, « La critique des juges n’a jamais cessé depuis. On a accusé les juges d’incompétence, de partialité, de concussion, de cruauté, d’insensibilité…, le plus souvent à tort (pas toujours cependant). Alors pourquoi une telle hostilité? Parce que tout procès fait au moins un mécontent, le perdant, et le plus souvent deux, quand le gagnant estime qu’il n’a pas reçu assez ou que l’autre n’a pas été suffisamment puni, ce qui est la réaction la plus fréquente.

 

« Après, il est très facile, mais trop courant, de reporter son mécontentement ou sa déception sur le juge. Quand en plus on se trouve, comme actuellement, en période de crise économique et sociale, les juges constituent des boucs émissaires idéaux… surtout quand des élus en rajoutent en contestant des décisions de justice… ».

 

Le plus gros problème demeure une judiciarisation de notre société Française, qui donne l’impression que les magistrats veulent se mêler de tout. Et Benoit Garnot a le mérite de rappeler « On oublie que les juges sont faillibles et ont droit à l’erreur, mais ils ont souvent du mal à la reconnaître… ». Et personne n’ose, à l’arrivée, sanctionner tous les magistrats qui ont commis des erreurs, qui ont ruiné des vies, qui ont massacré des enfances, qui ont détruit des entreprises, des commerces, des exploitations agricoles, en ordonnant ici une faillite, là une expulsion agricole, sans avoir vraiment pris le temps d’étudier le dossier.

 

Ces juges poursuivent leur carrière, un blâme administratif dans le pire des cas, une mutation dans les îles de la République lorsque l’affaire est moins grave mais alimente les médias.

 

Certains magistrats se placent sous la coupe du pouvoir politique, sous l’emprise de certaines loges maçonniques, ou prennent des engagement associatifs d’un tout autre plan, mais cela mériterait un trop long développement. S’ajoute à cela le recrutement et les carrières, au XIXe siècle et pendant une bonne partie du XXe siècle. Ce phénomène s’est atténué aujourd’hui pour les recrutements, mais beaucoup moins pour les carrières. Dans le traitement des affaires banales, qui constituent l’immense majorité du contentieux, la liberté des juges du siège est totale (évidemment dans le cadre de la loi et de la jurisprudence). La sujétion au pouvoir politique concerne surtout les magistrats du parquet, et de nombreuses affaires à connotation politique ou financière, qui s’avèrent souvent très médiatisées.

Les juges de l’ordre judiciaire sont-ils trop puissants en France ? Et que dire des juges constitutionnels, dont les décisions infirment de plus en plus souvent les lois votées par le Parlement ?

Dans une France où beaucoup de magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », on a l’impression que certains serviteurs de l’Etat, dont les ancêtres se sont illustrés sur les champs de bataille, pour que «vive la France », tentent ici ou là de sauver le Pays réel, en incarnant cette laïcité et le sens de l’Etat que nous défendons.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html



Insecticides : « dégelée Royal » pour Le Foll

av le foll m'a tuerSur les 58 députés présents hier soir à l’assemblée nationale (sur un total de 577), 30 parlementaires ont eu le courage de voter contre les insecticides tueurs d’abeilles, et ont infligé une « dégelée Royal » à Stéphane Le Foll

Suite à l’engagement d’un certain nombre de médias, dont Riposte Laïque (http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html), des principaux syndicats de défense de l’apiculture, dont l’Abeille Ardéchoise et Drômoise : défense des abeilles, des apiculteurs , hier soir, tard dans la nuit, l’Assemblée Nationale a adopté l’interdiction des néonicotinoïdes en 2018. Deux heures de débats pour une interdiction obtenue à l’arrachée, grâce à l’engagement des députés qui se battent aux côtés des apiculteurs, depuis plus d’un an. Après deux heures de débats, les élus ont acté l’interdiction par 30 voix contre 28.

Ils ont ainsi fait barrière aux manœuvres de Stéphane Le Foll qui avait pourtant mis tout son poids de Ministre de l’Agriculture dans la balance pour éviter leur interdiction, faisant totalement fi des principes de l’agroécologie et des objectifs d’Ecophyto qu’il prétend défendre…

Néanmoins, l’UNAF (l’Union Nationale de l’Apiculture Française) regrette que « nos élus n’aient pas fait le choix d’interdire ces produits dès 2017, comme la Commission du Développement Durable l’avait initialement décidé, laissant encore les producteurs et leurs abeilles victimes de ces autorisations de mise sur le marché comme ils le sont depuis vingt ans… ». D’ici à 2018, un million de colonies d’abeilles vont périr suite à la mise en œuvre tardive de cette interdiction.

Si nous devons accueillir, avec tous les apiculteurs et avec tous les consommateurs de fruits et légumes, ce vote comme une vraie satisfaction tant cela était inimaginable quelques heures avant le débat, nous devons rester extrêmement vigilants car :

  1. le Sénat va devoir confirmer cette interdiction en 2ème lecture et cela est loin d’être gagné : apiculteurs, ONG environnementales et élus engagés à nos côtés devront redoubler d’efforts pour le maintien du texte tel quel.
  2. Si elle est confirmée par le Sénat, l’interdiction entrera en vigueur au 1er septembre 2018 soit dans plus de deux ans. Et en deux ans, de nombreux évènements peuvent venir remettre en question une interdiction qui a de nombreux ennemis…

Par ce message, nous tenions surtout à remercier tous les lecteurs de Riposte Laïque pour tout le travail qu’ils ont fait vers les élus. Nous savons que vous avez été nombreux à les contacter et que les élus ont été très sensibles à ces prises de contact. Votre travail a été indispensable pour nous permettre d’en arriver là où nous sommes aujourd’hui.

Et vous l’aurez compris, vous serez de nouveau mis à contribution pour le 4ème round, la deuxième lecture au Sénat ! Car nul doute que le lobby agro-industriel, représenté par Stéphane Le Foll au gouvernement, garde, avec ce report, le secret espoir d’obtenir un nouveau changement de législation en 2017 ou 2018.

 

Loi Biodiversité à l’Assemblée Nationale : les insecticides néonicotinoïdes enfin interdits mais… dans deux ans.

Hormis les firmes, plus personne ne conteste la toxicité des néonicotinoïdes envers les abeilles et les pollinisateurs. Mais les lobbys restent puissants… Pourtant, de manière courageuse, le 17 mars 2016, les députés ont décidé une interdiction des néonicotinoïdes à compter du 1er septembre 2018. L’Union Nationale de l’Apiculture Française se satisfait que l’Assemblée prenne enfin ses responsabilités face à la dangerosité de ces produits et du ministre Stéphane Le Foll, regrettant néanmoins le délai de deux ans pour la mise en application de l’interdiction.

C’est donc une vraie satisfaction même si ce n’est pas encore une victoire : les apiculteurs ne pourront se réjouir que lorsque leurs abeilles comme les pollinisateurs et l’ensemble de la biodiversité ne seront plus exposées à ces produits.

L’Union Nationale de l’Apiculture Française salue le travail des députés qui se sont investis sur le sujet et reste plus que jamais déterminée avant le passage du texte en 2ème lecture au Sénat.

Pour Gilles Lanio, président de l’UNAF, « D’ici la fin des discussions sur la loi biodiversité, l’UNAF, comme les nombreuses associations apicoles et environnementales qui soutiennent ce combat, mettra TOUT en œuvre pour poursuivre la mobilisation afin d’obtenir le retrait définitif de ces produits. C’est une urgence absolue ».

Voir l’amendement adopté :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/3564/AN/974.asp

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html




Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles

av le foll avait promis son aide aux apiculteurs en 2012Lorsqu’il a été nommé ministre de l’agriculture, Le Foll a visité des exploitations apicoles dans la Sarthe (ici chez Sophie Dugué), spécialisées dans l’élevage des reines d’abeilles. Il avait alors promis d’aider les apiculteurs et les abeilles. Aujourd’hui, Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles en soutenant les pesticides et insecticides tueurs d’abeilles. Si les abeilles collectaient des billets de banque à la place du pollen et du miel, elles seraient mieux défendues par les ministres socialistes, par les députés et les sénateurs. 

AV AB ISRAE

Suite au courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, le quotidien de gauche « Le Monde » dévoile le drôle de jeu du Ministre Stéphane Le Foll qui demande aux députés de voter pour les insecticides et pesticides tueurs d’abeilles. A ce stade, deux hypothèses s’imposent. Soit Stéphane Le Foll est devenu fou, et il doit être interné. Soit Stéphane Le Foll est au service des multinationales de l’insecticide, dans un schéma à la Jérôme Cahuzac, et il doit être immédiatement démis de ses fonctions. Les principaux syndicats d’apiculteurs de France, dont l’Abeille Ardéchoise et Drômoise : défense des abeilles, des apiculteurs , ont vivement réagi ce jour en inscrivant, sur leurs sites internet et leurs pages Facebook « LE FOLL, VRP DES MULTINATIONALES DE L’INSECTICIDE TUEUR D’ABEILLES. COMBIEN GAGNE-T-IL DANS LA SERIE « CAHUZAC EST MON MODELE » ? ».

Certes, le combat des apiculteurs pour obtenir l’interdiction des néonicotinoïdes semblait bien inégal dans la République des profiteurs. D’un côté, les firmes qui fabriquent les insecticides tueurs d’abeilles (et d’humains ?) et qui déversent des dizaines de millions d’euros via leurs « lobbystes » présents dans les couloirs des ministères, de l’Assemblée Nationale, du Sénat. De l’autre, les apiculteurs qui n’ont pu offrir aux députés, le 14 mars 2016, que 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ».

Après la colère des agriculteurs au dernier salon de l’agriculture (http://ripostelaique.com/jets-de-bouses-de-vaches-huees-pour-hollande-au-salon-de-lagriculture.html), après les trahisons successives de Stéphane Le Foll (http://ripostelaique.com/foll-trahit-agriculteurs-senat-saborde-lapiculture.html), tous s’estiment aujourd’hui victimes d’un ministre incompétent, « ayant pêté les plombs » puisque Le Foll a décidé de « faire son beurre » en tuant 9 milliards d’abeilles en France.

 

Hier, jour de l’ouverture des discussions sur la loi biodiversité, les dirigeants des apiculteurs de France étaient aux abords de l’Assemblée Nationale pour un rassemblement avec les élus, les ONG et la presse afin de demander l’interdiction de ces pesticides. Le même jour, ils ont fait livrer à l’Assemblée Nationale 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ». Avec une lettre d’accompagnement expliquant la dangerosité pour les abeilles et pour es hommes des insecticides tueurs d’abeilles.

 

Le 14 mars au soir, dans l’édition du Monde du 15/03, les apiculteurs ont fait publier un encart demandant l’interdiction des néonicotinoïdes.

 

Durant le week-end, Nicolas Hulot a publié une tribune sur la question dans Le Monde, sur proposition de la coordination des apiculteurs de France.

 

Toutes ces actions sont importantes au niveau national. Elles auront permis d’obtenir une interdiction desnéonicotinoïdes en Commission du Développement Durable, mais pour transformer l’essai lors du vote en séance, ce ne sera peut-être pas suffisant compte-tenu de la mobilisation du camp adverse et notamment du Ministre de l’Agriculture.

Aujourd’hui, suite au démentiel courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, l’UNAF et 3 autres syndicats d’apiculteurs ont écrit de nouveau à l’ensemble des députés pour répondre à l’argumentaire du Ministre.

 

Par la voix d’Anne Furet, la coordinatrice de l’UNAF (l’Union Nationale de l’Apiculture Française qui rassemble 90 % des fédérations d’apiculteurs de France), les combattants de l’Apiculture adressent ce message aux lecteurs de Riposte Laïque : « Nous comptons sur vous pour continuer de contacter tous vos députés, afin de connaitre leur positionnement lors du vote (demain soir ou vendredi matin). » Pour les coordonnés des députés c’est ici (cliquez sur « contact » dans la fiche du deputé) => http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/liste/tableau

Naturellement, dans ce dossier où il y a présomption de corruption de la part des multinationales des insecticides « tueurs d’abeilles » nous vous informerons du vote de vos élus, en publiant une liste nominative, département par département, avec les prénoms et noms des parlementaires concernés.

 

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html