1

Il y a 20 ans, l’étudiante Amel Zenoune était égorgée par des islamistes

Pour les islamistes armés,  l’étudiante Amel Zenoune représentait un « grave danger » car elle refusait de porter le voile et elle étudiait le droit. Alors, ils l’ont égorgée en public…. Les « égorgeurs » ont ensuite été amnistiés par l’Etat Algérien.

Les Français qui défendent les salafistes et certaines pratiques de l’islam devraient lire de temps à autre la presse indépendante Algérienne. Surtout lorsqu’un journaliste Algérien, Zineb Merzouk, rend hommage à une étudiante en droit, égorgée en Algérie car elle refusait de porter le voile…

Il y a tout juste 20 ans, Amel Zanoune Zouani, étudiante en droit, était égorgée à Sidi-Moussa a l’âge de 22 ans le 26 janvier 1997 “le 17e jour du mois de Ramadan”, alors qu’elle revenait de l’université en fin de journée juste avant la rupture du jeune. Selon tous les témoignages recueillis à l’époque, « elle a été assassinée pour le motif qu’elle refusait de porter le tchador … Tuée car elle était une femme libre et fière de cette société Algérienne qui rejette les islamistes… »

Amel, étudiante en droit, fut égorgée à un barrage dressé par un groupe armé près de Sidi Moussa (Alger).

Le 26 Janvier 1997, Amel Zenoune Zouani, jeune étudiante en droit quitte Alger dans un bus de l’université pour rentrer chez elle à Sidi Moussa, environ une heure avant la rupture du jeûne. En ce dimanche 17ème jour du ramadan, les Algériens célèbrent « ghazouat badr ». Le bus tombe sur un faux barrage du GIA (Groupe Islamique Armé) au lieu-dit Benedja (Bentalha). Les passagers tremblent de peur et voient leur dernière heure arriver.

Mais les terroristes ne semblent pas se soucier d’eux. Une seule personne les intéresse : Amel Zenoune Zouani. On lui intime l’ordre de descendre du bus et la jeune fille s’exécute avec courage.

L’un des hommes armés aiguise son couteau sur une pierre et, sans le moindre état d’âme, égorge la jeune fille sous le regard des autres passagers terrifiés. Il leur dira en substance qu’elle servira d’exemple à toutes celles qui fréquentent les universités.

Amel n’avait que 22 ans. Elle était belle et avait des projets plein la tête. Elle laissera des sœurs et une mère inconsolables. Lors d’un rassemblement, le 22 mars 2012 (journée contre l’oubli, instaurée par l’association Ajouad Algérie Mémoire), la maman d’Amel a expliqué « qu’elle n’avait pas réussi à surmonter l’assassinat de sa fille. Qu’elle refusait de pardonner à celui qui lui avait tranché la gorge. Que l’amnistie accordée aux islamistes meurtriers par l’Etat Algérien était une supercherie pour plonger tout un peuple dans le déni. » Et khalti Houria, comme toutes les victimes du terrorisme barbare, a refusé d’oublier. La douleur de cette mère-courage n’a jamais diminué, jamais. Elle a poursuivi son combat contre l’oubli et répondu toujours présent pour témoigner de l’horreur. Jusqu’à sa mort.

Amel, comme beaucoup de femmes algériennes, a payé de sa vie son courage face au terrorisme intégriste. Elles seront nombreuses à passer sous la lame du couteau pour avoir refusé le diktat de ces hordes barbares qui voulaient imposer aux femmes de porter le hidjab et de ne plus mettre les pieds à l’école et à l’université.

« Ces femmes, ainsi que tous ceux qui ont été assassinés par le terrorisme aveugle, deviendront le symbole d’une Algérie qui refuse sa mise à mort. Et aujourd’hui, leur rendre hommage est un devoir. Un devoir de mémoire et une obligation morale pour ne pas tomber dans les filets de l’obscurantisme qui continue de menacer l’Algérie » écrit le journaliste Zineb Merzouk.

Le courage de ces jeunes femmes algériennes mérite d’être comparé au comportement des dix millions de musulmans qui résident en France. Sur dix millions, combien sont descendus dans la rue pour dire non au terrorisme après les attentats meurtriers du Bataclan et de Nice ? Dans les milliers de mosquées installées sur le sol français, combien d’imams ont invité les musulmans à manifester contre le terrorisme, à combattre Daech et toutes les idéologies salafistes extrêmes ?

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

 

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/insecticides-degelee-royal-foll.html

http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html