1

Ce n’est pas Joséphine Baker qui est entrée au Panthéon mais de la terre !

 

Des millions de Français stupéfaits ont découvert que ce ne sont pas les vestiges de la dépouille de Joséphine Baker mais un cercueil contenant de la terre qui a rejoint le Panthéon… des poignées de terre venues des lieux importants de sa vie : Saint-Louis, la ville du Missouri où elle est née en 1906, Paris qu’elle a tant aimé, la vallée de la Dordogne où elle éleva ses douze enfants et du cimetière marin de Monaco, où elle repose depuis 1975 , aux côtés de son dernier mari et  l’un de ses enfants. 

A tort, beaucoup de journalistes ignares parlent de cénotaphe, lequel n‘est qu’un mausolée ne contenant aucune dépouille. C’est le Panthéon qui va devenir son cénotaphe.

Macron est content, faute d’agir efficacement pour la France, il donne encore dans l’événementiel, son grand et seul truc: au Invalides, au Panthéon, sans oublier cette mémorable ode à la vulgarité que fut la fête de la musique 2018…

Heureusement, lors de cette cérémonie, l’on aura entendu que Joséphine Baker et le chœur de l’armée  entonnant Le chant des partisans, nous aurons ainsi été épargné les paroles ignobles braillées à l’Elysée.

Oubliant la terrible menace Omicron, le petit dictateur a convié des enfants et des milliers de gens en haut de la rue Soufflot, corroborant ainsi que ce variant n’est pas dangereux et combien Manu est toujours et encore un vil menteur.

Alors que son nom va être accolé à celui de la station de métro Gaité, près de la place Joséphine Baker, ne fut-ce pas plus bel hommage qu’édifier à cette artiste une statue que les wokisés n’auraient pas voulu déboulonner car elle était métis, de père blanc. A moins que n’être qu’à moitié noire soit devenu insuffisant…

Etant aussi blanche que noire, raconter qu’elle est la première femme noire à entrer au Panthéon est donc stupide et mensonger.

S’il s’agissait du premier bobard panthéonesque…

 Germaine Tillion et Geneviève De Gaulle-Anthonioz, toutes deux honorées en 2015, notamment pour leur lutte au sein de la Résistance, n’y ont pas été transférées. De la terre fut prélevée près de leurs tombes, dans le cimetière de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) où repose Germaine Tillion, et dans celui  de Bossey (Haute-Savoie), où la nièce du général De Gaulle est inhumée avec son mari...

 Nombre d’administrateurs l’ont reconnu: il est bien difficile de dire ce que contient chaque caveau du monument… 

La difficulté d’extraire une personnalité de sa sépulture originelle fut parfois résolue par de surprenants compromis. Ainsi, Léon Gambetta, inhumé à Nice depuis 1883, c’est son cœur qui fit son entrée au Panthéon en 1920, à l’occasion du cinquantenaire de la Troisième république. C’est dès sa mort que le corps de Gambetta dont les organes furent dispersés,   sa tête, son cerveau, son bras droit et son cœur ayant été découpés lors de l’autopsie pour en faire des reliques…

Louis Braille, inventeur de la méthode éponyme de lecture pour les aveugles, fut enterré dans son village natal, en 1852. C’est un siècle plus tard que son corps fut exhumé et transféré au Panthéon… sans ses mains, hautement symboliques de son œuvre et demeurées dans sa tombe de Coupvray, en Seine-et-Marne.

Le tombeau de Condorcet au Panthéon contient lui aussi un cercueil vide. Lorsque François Mitterrand décida de panthéoniser cette figure majeure de la Révolution française, durant l’année du bicentenaire, on se mit à la recherche de sa dépouille dans l’ancien cimetière de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine). Le corps, déposé en 1794 dans la fosse commune, peu après sa mort inexpliquée, n’a jamais pu être retrouvé. 

D’autres figures illustres du Panthéon n’y sont probablement pas, faute de disposer d’un corps. Les circonstances de la mort de Jean Moulin ne permettent pas d’établir avec certitude que les cendres  transférées au Panthéon en 1964 sont  les siennes. S’il est supposément mort dans un train qui l’emmenait en Allemagne, le corps du héros de la Résistance n’a jamais été remis à sa famille, qui n’a eu que des informations partielles quant à une possible incinération. 

Avoir reconverti en temple républicain ce qui devait devenir une belle église, dédiée à sainte Geneviève,  pour en faire en mausolée-cénotaphe où, déposer des cercueils vides ou des morceaux d’individus…  et d’innombrables plaques nominatives justifie le titre donné par Régis Debray à ces cérémonies, soit des Panthéonades !

Pour mieux inhumer la France, Macron a trouvé une nouvelle affectation à ce « cimetière » des élites, désormais l’on y célèbre les immigrés naturalisés : le 6 juillet 2017, avec une première cérémonie de naturalisation, organisée par le nouvel administrateur Gaëtan Bruel et présidée par le préfet de Paris, pour 183 personnes, venus des cinq continents et de soixante pays différents, le 10 novembre 2017, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a présidé une cérémonie de naturalisation de 225 « nouveaux Français », venus de 40 pays différents, le 18 décembre 2018, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a présidé une cérémonie de naturalisation de 249 « nouveaux Français », leur remettant leur livret du citoyen.

Quant aux deux millions restant à métamorphoser en Français, rien est encore précisé.

Il convient aux  intérressés  de se mettre en rapport avec le site.

Mitrophane Crapoussin

 

 

 




Trump fait à nouveau rêver les Américains, quand Macron désespère les Français

Vous trouverez ci-joint la traduction de l’extraordinaire Discours de l’Union qu’a prononcé Donald Trump le 30 janvier 2018.

Ce qui est frappant, c’est le nombre de fois où il remercie les Américains d’être ce qu’ils sont alors que chez nous, les politiques ne nous apprennent qu’à nous flageller, à être honteux, coupables, et à faire acte de contrition.

Quelle est la dernière fois où un président français a remercié les Français pour ce qu’ils sont, sans immédiatement leur dire que c’est pour ça qu’il doivent tout accepter, et aller à Canossa pour mieux se renier et donc in fine disparaître ?

Ce discours, c’est également la fierté que Donald Trump projette dans son pays, dans son avenir, dans ses plans et dans ses concitoyens et l’optimisme qu’il leur insuffle en termes de prospérité, de sécurité, à comparer aux paroles creuses des politiques français… pour tenter de masquer ou de faire diversion sur le pessimisme des Français qui voient leur société se déliter.

Bref, on sent un homme qui aime son pays et qui a une colonne vertébrale.

Qu’on est loin du gauchisme,

Qu’on est loin de l’islam,

Qu’on est loin de la culpabilisation,

Qu’on est loin du défaitisme,

Qu’on est loin de la honte,

Qu’on est loin du reniement,

Qu’on est loin de la prétendue bien-pensance,

Qu’on est loin de l’hypocrisie,

Qu’on est loin de cette saleté, de cette pensée dégoûtante et putride qui infecte les médias et la classe politique française,

Voilà tout ce qu’on aimerait entendre chez nous mais dont nos politiques sont incapables !

On en rêve : Donald Trump le fait.

Les Etats Unis vont s’envoler dans les étoiles et vont de nouveau nous faire rêver. La France et l’Europe, gangrenés par la honte et l’invasion islamique, si elles ne réagissent pas s’enfonceront puis s’écrouleront dans les abîmes. On en crèvera tous.

Attachez vos ceintures… ça décoiffe ! (à partir de 28 minutes)

Albert Nollet

« Monsieur le Président, Monsieur le Vice-président, Mesdames et Messieurs les membres du Congrès, la Première Dame des États-Unis et mes concitoyens américains :

 Moins d’un an s’est écoulé depuis que je me suis tenu pour la première fois sur ce podium, dans cette enceinte majestueuse, pour parler au nom du peuple américain – et pour répondre à leurs préoccupations, leurs espoirs et leurs rêves. Cette nuit-là, notre nouvelle administration avait déjà pris des mesures rapides. Une nouvelle vague d’optimisme balaya déjà notre pays.

Chaque jour depuis, nous sommes allés de l’avant avec une vision claire et une mission juste – rendre l’Amérique encore plus belle pour tous les Américains.

Au cours de la dernière année, nous avons fait des progrès incroyables et obtenu un succès extraordinaire. Nous avons fait face à des défis auxquels nous nous attendions et d’autres que nous n’aurions jamais pu imaginer. Nous avons partagé les hauteurs de la victoire et les peines de la misère. Nous avons enduré des inondations, des incendies et des tempêtes. Mais à travers tout cela, nous avons vu la beauté de l’âme de l’Amérique et l’acier dans la colonne vertébrale de l’Amérique.

Chaque test a forgé de nouveaux héros américains pour nous rappeler qui nous sommes et nous montrer ce que nous pouvons être.

Nous avons vu les volontaires de la «Marine Cajun» courir à la rescousse avec leurs bateaux de pêche pour sauver les gens après un ouragan dévastateur.

Nous avons vu des étrangers protéger des étrangers d’une pluie de coups de feu sur la bande de Las Vegas.

Nous avons entendu des histoires d’Américains comme le Maître de la Garde côtière Ashlee Leppert, qui est ici ce soir dans la galerie avec Melania. Ashlee était à bord de l’un des premiers hélicoptères sur la scène à Houston lors de l’ouragan Harvey. Grâce à 18 heures de vent et de pluie, Ashlee a bravé des lignes électriques et des eaux profondes pour sauver plus de 40 vies. Merci, Ashlee.

Nous avons entendu parler d’Américains comme le pompier David Dahlberg. Il est ici avec nous aussi. David a fait face aux murs de flammes pour sauver près de 60 enfants pris au piège dans un camp d’été californien menacé par des feux de forêt.

Pour tous ceux qui se rétablissent encore au Texas, en Floride, en Louisiane, à Porto Rico, dans les îles Vierges, en Californie et partout ailleurs – nous sommes avec vous, nous vous aimons et nous nous en tirerons ensemble.

Certains procès au cours de la dernière année ont touché personnellement cette Chambre. Avec nous ce soir est l’une des personnes les plus valeureuses à servir dans cette Chambre – un homme qui a failli mourir et qui est revenu au travail trois mois et demi plus tard: la légende de Louisiane, le député Steve Scalise.

Nous sommes incroyablement reconnaissants pour les efforts héroïques des policiers du Capitole, de la police d’Alexandrie, des médecins, des infirmières et des ambulanciers paramédicaux qui lui ont sauvé la vie et de la vie de beaucoup d’autres dans cette pièce.

 À la suite de cette fusillade terrible, nous nous sommes réunis, pas en tant que républicains ou démocrates, mais en tant que représentants du peuple. Mais il ne suffit pas de se réunir seulement en période de tragédie. Ce soir, je demande à tous de mettre de côté nos différences, de rechercher un terrain d’entente et de convoquer l’unité dont nous avons besoin pour les personnes que nous avons été élus pour servir.

 Au cours de l’année dernière, le monde a vu ce que nous avons toujours su: qu’aucun peuple sur Terre n’est aussi intrépide, audacieux ou déterminé que les Américains. S’il y a une montagne, nous l’escaladons. S’il y a une frontière, nous la traversons. S’il y a un défi, nous l’apprivoisons. S’il y a une opportunité, nous le saisissons.

 Commençons donc ce soir en reconnaissant que l’état de notre Union est fort parce que notre peuple est fort.

 Et ensemble, nous construisons une Amérique sûre, forte et fière.

 Depuis les élections, nous avons créé 2,4 millions de nouveaux emplois, dont 200 000 nouveaux emplois dans le seul secteur manufacturier. Après des années de stagnation des salaires, nous constatons enfin une hausse des salaires.

 Les demandes de chômage ont atteint leur plus bas niveau depuis 45 ans. Le taux de chômage afro-américain est le plus bas jamais enregistré, et le chômage hispano-américain a également atteint les niveaux les plus bas de l’histoire.

 La confiance des petites entreprises est à son plus haut niveau. Le marché boursier a battu un record après l’autre, gagnant 8 milliards de dollars en valeur. C’est une excellente nouvelle pour les comptes d’épargne 401k, de retraite, de retraite et d’études collégiales des Américains.

 Et comme je l’avais promis il y a 11 mois au peuple américain, nous avons imposé les plus importantes réductions d’impôt et réformes de l’histoire américaine.

 Nos réductions d’impôt massives apportent un soulagement considérable à la classe moyenne et aux petites entreprises.

 Pour abaisser les taux d’imposition pour les Américains qui travaillent dur, nous avons presque doublé la déduction standard pour tout le monde. Maintenant, les premiers 24 000 $ gagnés par un couple marié sont entièrement exonérés d’impôt. Nous avons également doublé le crédit d’impôt pour enfants.

 Une famille typique de quatre personnes gagnant 75 000 $ verra son compte de taxes réduit de 2 000 $, ce qui réduira de moitié sa facture fiscale.

 Ce mois d’avril sera la dernière fois que vous déposez sous l’ancien système brisé – et des millions d’Américains auront plus de salaire net à compter du mois prochain.

Nous avons éliminé une taxe particulièrement cruelle qui frappait surtout les Américains gagnant moins de 50 000 $ par année – les forçant à payer des pénalités énormes simplement parce qu’ils ne pouvaient pas se permettre des plans de santé ordonnés par le gouvernement. Nous avons abrogé le désastreux noyau de l’Obamacare – le l’obligation individuelle de s’assurer sous peine de sanction financière est maintenant terminée.

 Nous avons réduit le taux de l’impôt sur les sociétés de 35% à 21%, de sorte que les entreprises américaines peuvent rivaliser et gagner contre n’importe qui dans le monde. À eux seuls, ces changements font augmenter le revenu familial moyen de plus de 4 000 $.

Les petites entreprises ont également bénéficié d’une réduction d’impôt massive et peuvent maintenant déduire 20% de leurs revenus d’entreprise.

 Voici ce soir Steve Staub et Sandy Keplinger de Staub Manufacturing – une petite entreprise de l’Ohio. Ils viennent de terminer la meilleure année de leur histoire de 20 ans. En raison de la réforme fiscale, ils distribuent des augmentations, embauchent 14 personnes supplémentaires et prennent de l’expansion dans le bâtiment d’à côté.

 L’un des employés de Staub, Corey Adams, est également avec nous ce soir. Corey est un travailleur américain. Il s’est soutenu pendant ses études secondaires, a perdu son emploi pendant la récession de 2008 et a ensuite été embauché par Staub, où il a été formé pour devenir soudeur. À l’instar de nombreux Américains qui travaillent fort, M. Corey prévoit d’investir sa relance dans sa nouvelle maison et l’éducation de ses deux filles. Veuillez vous joindre à moi pour féliciter Corey.

 Depuis que nous avons adopté des réductions d’impôt, environ 3 millions de travailleurs ont déjà obtenu des réductions d’impôt – dont plusieurs milliers de dollars par travailleur. Apple vient d’annoncer son intention d’investir un total de 350 milliards de dollars en Amérique et d’embaucher 20 000 autres travailleurs.

 C’est notre nouveau moment américain. Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour commencer à vivre le rêve américain.

 Donc, pour chaque citoyen qui regarde à la maison ce soir – peu importe où vous avez été, ou d’où vous venez, c’est votre temps. Si vous travaillez dur, si vous croyez en vous, si vous croyez en l’Amérique, alors vous pouvez rêver n’importe quoi, vous pouvez être n’importe quoi, et ensemble, nous pouvons réaliser n’importe quoi.

 Ce soir, je veux parler du genre d’avenir que nous allons avoir et du genre de nation que nous serons. Nous tous, ensemble, comme une équipe, un peuple et une famille américaine.

 Nous partageons tous la même maison, le même cœur, le même destin et le même grand drapeau américain.

 Ensemble, nous redécouvrons la voie américaine.

 En Amérique, nous savons que la foi et la famille, pas le gouvernement et la bureaucratie, sont le centre de la vie américaine. Notre devise est « en Dieu nous avons confiance ».

 Et nous célébrons notre police, notre armée et nos merveilleux vétérans comme des héros qui méritent notre soutien total et indéfectible.

 Ici, ce soir, Preston Sharp, un garçon de 12 ans de Redding, en Californie, a remarqué que les tombes des anciens combattants n’étaient pas marquées de drapeaux le jour des vétérans. Il a décidé de changer cela, et a commencé un mouvement qui a maintenant placé 40 000 drapeaux sur les tombes de nos grands héros. Preston: un travail bien fait.

 Les jeunes patriotes comme Preston nous enseignent tous notre devoir civique en tant qu’Américains. La révérence de Preston pour ceux qui ont servi notre nation nous rappelle pourquoi nous saluons notre drapeau, pourquoi nous mettons la main sur nos cœurs pour le serment d’allégeance, et pourquoi nous sommes fiers de l’hymne national.

 Les Américains aiment leur pays. Et ils méritent un gouvernement qui leur montre le même amour et la même loyauté en retour.

Depuis un an, nous cherchons à rétablir les liens de confiance entre nos citoyens et leur gouvernement.

 En collaboration avec le Sénat, nous nommons des juges qui interpréteront la Constitution telle qu’elle est rédigée, y compris une nouvelle grande Cour suprême, et plus de juges des cours de circuit que toute nouvelle administration dans l’histoire de notre pays.

 Nous défendons notre deuxième amendement et avons pris des mesures historiques pour protéger la liberté religieuse.

 Et nous servons nos valeureux vétérans, y compris en donnant à nos anciens combattants le choix de prendre leurs décisions en matière de soins de santé. L’année dernière, le Congrès a adopté, et j’ai signé, le VA Accountability Act. Depuis son adoption, mon administration a déjà retiré plus de 1 500 employés de VA qui n’ont pas donné à nos anciens combattants les soins qu’ils méritent – et nous embauchons des gens talentueux qui aiment nos anciens combattants autant que nous.

 Je ne m’arrêterai pas tant que nos anciens combattants n’auront pas été correctement pris en charge, ce que je leur ai promis dès le début de ce grand voyage.

 Tous les Américains méritent la responsabilité et le respect – et c’est ce que nous leur donnons. Alors ce soir, j’appelle le Congrès à donner à chaque secrétaire du Cabinet le pouvoir de récompenser les bons travailleurs – et de retirer les employés fédéraux qui minent la confiance du public ou qui échouent devant le peuple américain.

 Dans notre volonté de rendre Washington responsable, nous avons éliminé plus de règlements dans notre première année que n’importe quelle administration dans l’histoire.

 Nous avons mis fin à la guerre contre American Energy – et nous avons mis fin à la guerre au charbon propre. Nous sommes maintenant un exportateur d’énergie dans le monde.

 À Detroit, j’ai arrêté les mandats du gouvernement qui ont paralysé les travailleurs de l’automobile américains – de sorte que nous puissions faire tourner à nouveau la Motor City une fois de plus.

 De nombreuses entreprises automobiles construisent et développent actuellement des usines aux États-Unis, ce que nous n’avons pas vu depuis des décennies. Chrysler déménage une usine importante du Mexique au Michigan; Toyota et Mazda ouvrent une usine en Alabama. Bientôt, d’autres implantations industrielles s’ouvriront dans tout le pays. Ce sont des nouvelles que les Américains n’ont pas l’habitude d’entendre – pendant de nombreuses années, les entreprises et les emplois nous ont quitté. Mais maintenant ils reviennent.

Des progrès passionnants se produisent tous les jours.

 Pour accélérer l’accès à des remèdes révolutionnaires et à des médicaments génériques abordables, la FDA a approuvé l’an dernier plus de médicaments et de dispositifs médicaux nouveaux et génériques que jamais auparavant dans notre histoire.

 Nous croyons également que les patients atteints d’affections terminales devraient avoir accès à des traitements expérimentaux susceptibles de leur sauver la vie.

Les personnes en phase terminale ne devraient pas avoir à se déplacer d’un pays à l’autre pour chercher un remède. Je veux leur donner une chance ici, à la maison. Il est temps que le Congrès donne à ces merveilleux Américains le «droit d’essayer».

 L’une de mes plus grandes priorités est de réduire le prix des médicaments prescrits par ordonnance. Dans de nombreux autres pays, ces médicaments coûtent beaucoup moins cher que ce que nous payons aux États-Unis. C’est pourquoi j’ai demandé à mon administration de faire cesser l’injustice du prix élevé des médicaments l’une de nos principales priorités. Les prix vont baisser.

 L’Amérique a enfin tourné la page sur des décennies d’accords commerciaux injustes qui ont sacrifié notre prospérité et emporté nos entreprises, nos emplois et la richesse de notre nation.

 L’ère de la reddition économique est terminée.

À partir de maintenant, nous nous attendons à ce que les relations commerciales soient équitables et réciproques.

Nous allons travailler pour réparer les mauvais accords commerciaux et en négocier de nouveaux.

 Et nous protégerons les travailleurs américains et la propriété intellectuelle américaine, en appliquant fermement nos règles commerciales.

 Comme nous reconstruisons nos industries, il est également temps de reconstruire notre infrastructure en ruine.

L’Amérique est une nation de constructeurs. Nous avons construit l’Empire State Building en seulement un an – n’est-ce pas une honte que cela puisse prendre maintenant 10 ans juste pour obtenir l’approbation d’un permis de construire pour une simple route?

 Je demande aux deux parties de se rassembler pour nous donner l’infrastructure sûre, rapide, fiable et moderne dont notre économie a besoin et que notre peuple méritent.

 Ce soir, je demande au Congrès de produire un projet de loi qui génère au moins 1,5 billion de dollars pour le nouvel investissement en infrastructure dont nous avons besoin.

Chaque dollar fédéral devrait être mis à profit en établissant des partenariats avec les gouvernements des États et les administrations locales et, s’il y a lieu, en exploitant les investissements du secteur privé – pour régler de façon permanente le déficit de l’infrastructure.

 Tout projet de loi doit aussi simplifier le processus d’obtention de permis et d’approbation – le réduire à deux ans et peut-être même un.

Ensemble, nous pouvons récupérer notre patrimoine architectural. Nous construirons de nouvelles routes, des ponts, des autoroutes, des voies ferrées et des voies navigables sur notre territoire. Et nous le ferons avec le cœur américain, les mains américaines et le courage américain.

Nous voulons que chaque Américain connaisse la dignité d’une dure journée de travail. Nous voulons que chaque enfant soit en sécurité chez lui la nuit. Et nous voulons que chaque citoyen soit fier de cette terre que nous aimons.

 Nous pouvons élever nos citoyens de l’aide sociale au travail, de la dépendance à l’indépendance, et de la pauvreté à la prospérité.

 À mesure que les réductions d’impôt créent de nouveaux emplois, investissons dans le perfectionnement de la main-d’œuvre et la formation professionnelle. Laissez-nous ouvrir de grandes écoles professionnelles afin que nos futurs travailleurs puissent apprendre un métier et réaliser leur plein potentiel. Et soutenons les familles de travailleurs en soutenant le congé familial payé.

 À mesure que l’Amérique retrouve sa force, cette opportunité doit être étendue à tous les citoyens. C’est pourquoi, cette année, nous allons réformer nos prisons pour aider les anciens détenus qui ont purgé leur peine à avoir une seconde chance.

 Les communautés en difficulté, en particulier les communautés immigrantes, seront également aidées par des politiques d’immigration axées sur les meilleurs intérêts des travailleurs américains et des familles américaines.

 Pendant des décennies, les frontières ouvertes ont permis aux drogues et aux gangs de pénétrer dans nos communautés les plus vulnérables. Ils ont permis à des millions de travailleurs à bas salaires de concourir pour des emplois et des salaires contre les Américains les plus pauvres. Plus tragiquement, ils ont causé la perte de nombreuses vies innocentes.

 Voici ce soir deux pères et deux mères: Evelyn Rodriguez, Freddy Cuevas, Elizabeth Alvarado et Robert Mickens. Leurs deux filles adolescentes – Kayla Cuevas et Nisa Mickens – étaient des amis proches de Long Island. Mais en septembre 2016, à la veille du 16ème anniversaire de Nisa, aucun d’entre eux n’est rentré chez lui. Ces deux précieuses filles ont été brutalement assassinées alors qu’elles marchaient ensemble dans leur ville natale. Six membres de la bande sauvage MS-13 ont été accusés des meurtres de Kayla et Nisa. Beaucoup de ces membres de gangs ont profité des failles flagrantes de nos lois pour entrer dans le pays en tant que mineurs étrangers non accompagnés – et se sont retrouvés au lycée de Kayla et Nisa.

 Evelyn, Elizabeth, Freddy et Robert: Ce soir, tout le monde dans cette salle prie pour vous. Tout le monde en Amérique pleure pour vous. Et 320 millions de coeurs se brisent pour vous. Nous ne pouvons pas imaginer la profondeur de votre chagrin, mais nous pouvons nous assurer que les autres familles n’auront jamais à supporter cette douleur.

 Ce soir, j’appelle le Congrès à enfin mettre fin aux failles mortelles qui ont permis à MS-13 et à d’autres criminels de pénétrer dans notre pays. Nous avons proposé une nouvelle loi qui réglera nos lois en matière d’immigration et appuiera nos agents de la CIE et de la patrouille frontalière, afin que cela ne se reproduise jamais.

 Les États-Unis sont une nation compatissante. Nous sommes fiers de faire plus que tout autre pays pour aider les nécessiteux, les démunis et les défavorisés du monde entier. Mais en tant que président des États-Unis, ma plus grande loyauté, ma plus grande compassion et mon souci constant sont pour les enfants américains, les travailleurs américains en difficulté et les communautés oubliées des États-Unis. Je veux que nos jeunes grandissent pour réaliser de grandes choses. Je veux que nos pauvres aient leur chance de se lever.

 Donc, ce soir, je tends la main pour travailler avec les membres des deux partis – démocrates et républicains – pour protéger nos citoyens de tous les milieux, de toutes les couleurs, de toutes les religions et de toutes les croyances. Mon devoir, et le devoir sacré de tous les élus de cette Chambre, est de défendre les Américains – de protéger leur sécurité, leurs familles, leurs communautés et leur droit au rêve américain. Parce que les Américains sont aussi des rêveurs.

 Voici ce soir un leader dans la défense de notre pays: Celestino Martinez, agent spécial des enquêtes sur la sécurité intérieure – il passe par CJ. CJ a servi 15 ans dans la Force aérienne avant de devenir un agent de l’ICE et de passer les 15 dernières années à lutter contre la violence des gangs et à faire sortir de dangereux criminels de nos rues. À un moment donné, les dirigeants de MS-13 ont ordonné le meurtre de CJ. Mais il n’a pas cédé aux menaces ou à la peur. En mai dernier, il a commandé une opération pour traquer les membres de gang sur Long Island. Son équipe a arrêté près de 400, dont plus de 220 de MS-13.

 CJ: Excellent travail. Maintenant, laissez-nous le Congrès vous envoyer des renforts.

 Au cours des prochaines semaines, la Chambre et le Sénat voteront sur une réforme de l’immigration.

Au cours des derniers mois, mon administration a beaucoup rencontré les démocrates et les républicains pour élaborer une approche bipartisane de la réforme de l’immigration. Sur la base de ces discussions, nous avons présenté au Congrès une proposition détaillée qui devrait être soutenue par les deux parties comme un compromis équitable – où personne n’obtient tout ce qu’il veut, mais où notre pays obtient les réformes cruciales dont il a besoin.

Voici les quatre piliers de notre plan:

 Le premier pilier de notre cadre offre généreusement une voie vers la citoyenneté pour 1,8 million d’immigrants illégaux qui ont été amenés ici par leurs parents à un jeune âge – qui couvre presque trois fois plus de personnes que l’administration précédente. Selon notre plan, ceux qui répondent aux exigences d’éducation et de travail, et qui ont un bon caractère moral, seront en mesure de devenir des citoyens à part entière des États-Unis.

Le deuxième pilier sécurise entièrement la frontière. Cela signifie construire un mur à la frontière sud, et cela signifie embaucher plus de héros comme CJ pour assurer la sécurité de nos collectivités. Fondamentalement, notre plan ferme les terribles failles exploitées par les criminels et les terroristes pour entrer dans notre pays – et cela met finalement fin à la pratique dangereuse de «prendre et libérer».

 Le troisième pilier met fin à la loterie des visas – un programme qui distribue au hasard des cartes vertes sans tenir compte des compétences, du mérite ou de la sécurité de nos gens. Il est temps de commencer à évoluer vers un système d’immigration fondé sur le mérite – un système qui admet des personnes compétentes, qui veulent travailler, qui contribueront à notre société et qui aimeront et respecteront notre pays.

 Le quatrième et dernier pilier protège la famille nucléaire en mettant fin à la migration de la chaîne. Dans le système actuel brisé, un seul immigrant peut amener un nombre pratiquement illimité de parents éloignés. Selon notre plan, nous nous concentrons sur la famille immédiate en limitant les parrainages aux conjoints et aux enfants mineurs. Cette réforme vitale est nécessaire, non seulement pour notre économie, mais aussi pour notre sécurité et notre avenir.

Ces dernières semaines, deux attaques terroristes à New York ont été rendues possibles par la loterie des visas et la migration en chaîne. À l’ère du terrorisme, ces programmes présentent des risques que nous ne pouvons plus nous permettre.

 Il est temps de réformer ces règles d’immigration désuètes et, enfin, d’introduire notre système d’immigration dans le XXIe siècle.

Ces quatre piliers représentent un compromis à mi-chemin et un compromis qui créera un système d’immigration sûr, moderne et légal.

 Depuis plus de 30 ans, Washington a essayé et échoué à résoudre ce problème. Ce congrès peut être celui qui le fait finalement arriver.

 Plus important encore, ces quatre piliers produiront une législation qui remplit ma promesse absolue de ne signer qu’un projet de loi qui met l’Amérique en premier. Alors, réunissons-nous, mettons la politique de côté, et finalement faisons le travail.

 Ces réformes soutiendront également notre réponse à la terrible crise des opioïdes et de la toxicomanie.

 En 2016, nous avons perdu 64 000 Américains pour des overdoses: 174 décès par jour. Sept par heure. Nous devons être beaucoup plus sévères envers les trafiquants et les trafiquants de drogue si nous voulons réussir à enrayer ce fléau.

Mon administration est déterminée à lutter contre l’épidémie de drogue et à aider les personnes dans le besoin. La lutte sera longue et difficile – mais, comme le font toujours les Américains, nous l’emporterons.

Comme nous l’avons vu ce soir, les défis les plus difficiles font ressortir le meilleur en Amérique.

Nous voyons une expression vivante de cette vérité dans l’histoire de la famille Holets du Nouveau-Mexique. Ryan Holets a 27 ans et est officier au département de police d’Albuquerque. Il est ici ce soir avec sa femme Rebecca. L’année dernière, Ryan était de service lorsqu’il a vu une femme enceinte et sans-abri se préparer à s’injecter de l’héroïne. Quand Ryan lui a dit qu’elle allait faire du mal à son enfant à naître, elle a commencé à pleurer. Elle lui a dit qu’elle ne savait pas vers qui se tourner, mais qu’elle voulait absolument une maison sûre pour son bébé.

À ce moment-là, Ryan a dit qu’il sentait que Dieu lui parlait: «Tu le feras – parce que tu peux.» Il a sorti une photo de sa femme et de leurs quatre enfants. Puis, il est allé à la maison pour dire à sa femme Rebecca. En un instant, elle a accepté d’adopter. Les Holets ont nommé leur nouvelle fille Hope.

 Ryan et Rebecca: Vous incarnez la bonté de notre nation. Merci, et félicitations.

En reconstruisant la force et la confiance de l’Amérique chez nous, nous rétablissons également notre force et notre position à l’étranger.

 Partout dans le monde, nous faisons face à des régimes voyous, à des groupes terroristes et à des rivaux comme la Chine et la Russie qui défient nos intérêts, notre économie et nos valeurs. En affrontant ces dangers, nous savons que la faiblesse est le chemin le plus sûr vers le conflit, et le pouvoir inégalé est le moyen le plus sûr de notre défense.

 Pour cette raison, je demande au Congrès de mettre fin au dangereux séquestre de la défense et de financer entièrement notre grande armée.

 Dans le cadre de notre défense, nous devons moderniser et reconstruire notre arsenal nucléaire, en espérant ne jamais avoir à l’utiliser, mais le rendre si fort et puissant qu’il découragera tout acte d’agression. Peut-être qu’un jour, il y aura un moment magique où les pays du monde se rassembleront pour éliminer leurs armes nucléaires. Malheureusement, nous ne sommes pas encore là.

L’année dernière, j’ai également promis que nous travaillerions avec nos alliés pour éteindre ISIS de la surface de la Terre. Un an plus tard, je suis fier de rapporter que la coalition pour vaincre l’Etat islamique a libéré presque 100% du territoire jadis tenu par ces tueurs en Irak et en Syrie. Mais il reste beaucoup de travail à faire. Nous continuerons notre combat jusqu’à ce que ISIS soit vaincu.

Le sergent d’état-major Justin Peck est ici ce soir. Près de Raqqa en novembre dernier, Justin et son camarade, le premier maître Kenton Stacy, étaient en mission pour nettoyer les bâtiments que l’EIIL avait truqués avec des explosifs afin que les civils puissent retourner dans la ville.

 En nettoyant le deuxième étage d’un hôpital vital, Kenton Stacy a été grièvement blessé par une explosion. Immédiatement, Justin a bondi dans le bâtiment piégé et a trouvé Kenton en mauvais état. Il a appliqué une pression sur la plaie et a inséré un tube pour rouvrir les voies respiratoires. Il a ensuite pratiqué la RCR pendant 20 minutes pendant le transport au sol et a maintenu la respiration artificielle pendant 2 heures de chirurgie d’urgence.

 Kenton Stacy serait mort si ce n’était de l’amour désintéressé de Justin pour un autre guerrier. Ce soir, Kenton se rétablit au Texas. Raqqa est libérée. Et Justin porte sa nouvelle étoile de bronze, avec un «V» pour «Valor». Sergent d’état-major Peck: Toute l’Amérique vous salue.

 Les terroristes qui font des choses comme placer des bombes dans les hôpitaux civils sont mauvais. Quand c’est possible, nous les annihilons. Lorsque cela est nécessaire, nous devons être en mesure de les détenir et de les interroger. Mais nous devons être clairs: les terroristes ne sont pas simplement des criminels. Ce sont des combattants ennemis illégaux. Et lorsqu’ils sont capturés à l’étranger, ils devraient être traités comme les terroristes qu’ils sont.

 Dans le passé, nous avons libéré stupidement des centaines de terroristes dangereux, pour les retrouver sur le champ de bataille – y compris le chef de l’Etat islamique, al-Baghdadi.

 Donc, aujourd’hui, je garde une autre promesse. Je viens de signer un ordre demandant au secrétaire Mattis de réexaminer notre politique de détention militaire et de maintenir ouverts les centres de détention de Guantánamo Bay.

 Je demande également au Congrès de veiller à ce que, dans la lutte contre l’EIIL et Al-Qaïda, nous conservions tous les pouvoirs nécessaires pour détenir des terroristes – partout où nous les pourchassons.

Nos guerriers en Afghanistan ont également de nouvelles règles d’engagement. Avec nos partenaires afghans héroïques, notre armée n’est plus minée par des délais artificiels, et nous ne disons plus nos plans à nos ennemis.

Le mois dernier, j’ai également pris une action approuvée à l’unanimité par le Sénat quelques mois auparavant: j’ai reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël.

 Peu de temps après, des dizaines de pays ont voté à l’Assemblée générale des Nations Unies contre le droit souverain des États-Unis de faire cette reconnaissance. Les contribuables américains envoient généreusement à ces mêmes pays des milliards de dollars d’aide chaque année.

 C’est pourquoi, ce soir, je demande au Congrès d’adopter une loi pour aider à faire en sorte que l’argent de l’aide étrangère américaine serve toujours les intérêts américains, et ne serve que les amis américains.

 Alors que nous renforçons les amitiés dans le monde entier, nous restituons également la clarté de nos adversaires.

Quand le peuple iranien s’est soulevé contre les crimes de sa dictature corrompue, je ne suis pas resté silencieux. L’Amérique soutient le peuple iranien dans sa lutte courageuse pour la liberté.

 Je demande au Congrès d’aborder les failles fondamentales du terrible accord nucléaire iranien.

 Mon administration a également imposé des sanctions sévères aux dictatures communistes et socialistes à Cuba et au Venezuela.

 Mais aucun régime n’a opprimé ses propres citoyens plus totalement ou brutalement que la dictature cruelle en Corée du Nord.

 La poursuite imprudente par la Corée du Nord de missiles nucléaires pourrait très bientôt menacer notre patrie.

 Nous menons une campagne de pression maximale pour empêcher que cela ne se produise.

 L’expérience passée nous a appris que la complaisance et les concessions n’invitent que l’agression et la provocation. Je ne répéterai pas les erreurs des administrations passées qui nous ont mis dans cette position dangereuse.

 Nous devons seulement regarder le caractère dépravé du régime nord-coréen pour comprendre la nature de la menace nucléaire que cela pourrait représenter pour l’Amérique et nos alliés.

 Otto Warmbier était un étudiant assidu à l’Université de Virginie. En route pour étudier à l’étranger en Asie, Otto a rejoint une tournée en Corée du Nord. À la fin, ce merveilleux jeune homme a été arrêté et accusé de crimes contre l’État. Après un procès honteux, la dictature a condamné Otto à 15 ans de travaux forcés, avant de le renvoyer en Amérique en juin dernier – horriblement blessé et sur le point de mourir. Il est décédé quelques jours après son retour.

Les parents d’Otto, Fred et Cindy Warmbier, sont avec nous ce soir – avec le frère et la soeur d’Otto, Austin et Greta. Vous êtes des témoins puissants d’une menace qui menace notre monde, et votre force nous inspire tous. Ce soir, nous nous engageons à honorer la mémoire d’Otto avec la résolution américaine.

 Finalement, nous sommes rejoints par un autre témoin de la nature inquiétante de ce régime. Il s’appelle M. Ji Seong-ho.

 En 1996, Seong-ho était un garçon affamé en Corée du Nord. Un jour, il a essayé de voler du charbon d’une voiture de chemin de fer pour troquer quelques morceaux de nourriture. Dans le processus, il s’est évanoui sur les voies ferrées, épuisé par la faim. Il s’est réveillé quand un train a couru sur ses membres. Il a ensuite subi de multiples amputations sans rien pour atténuer la douleur. Son frère et sa soeur ont donné le peu de nourriture dont ils disposaient pour l’aider à se rétablir et à manger eux-mêmes de la saleté, ce qui a retardé leur propre croissance. Plus tard, il a été torturé par les autorités nord-coréennes après son retour d’une brève visite en Chine. Ses bourreaux voulaient savoir s’il avait rencontré des chrétiens. Il avait – et il a résolu d’être libre.

 Seong-ho a parcouru des milliers de kilomètres avec des béquilles à travers la Chine et l’Asie du Sud-Est jusqu’à la liberté. La plupart de sa famille a suivi. Son père a été surpris en train de s’échapper et a été torturé à mort.

 Aujourd’hui, il vit à Séoul, où il sauve d’autres déserteurs, et diffuse en Corée du Nord ce que le régime craint le plus: la vérité.

 Aujourd’hui, il a une nouvelle jambe, mais Seong-ho, je comprends que vous gardez toujours ces béquilles comme un rappel de la distance que vous avez parcourue. Votre grand sacrifice est une source d’inspiration pour nous tous.

 L’histoire de Seong-ho témoigne du désir de toute âme humaine de vivre en liberté.

C’est ce même désir de liberté qui, il y a près de 250 ans, a donné naissance à un endroit spécial appelé l’Amérique. C’était un petit groupe de colonies prises entre un grand océan et un vaste désert. Mais c’était le foyer d’un peuple incroyable avec une idée révolutionnaire: qu’ils puissent se gouverner eux-mêmes. Qu’ils pourraient tracer leur propre destin. Et cela, ensemble, ils pourraient éclairer le monde.

 C’est ce que notre pays a toujours été. C’est ce que les Américains ont toujours défendu, toujours recherché et toujours fait.

 Au sommet du dôme de ce Capitole se dresse la Statue de la Liberté. Elle se tient grande et digne parmi les monuments à nos ancêtres qui se sont battus et ont vécu et sont morts pour la protéger.

Monuments à Washington et Jefferson – à Lincoln et King.

 Mémoires aux héros de Yorktown et de Saratoga – aux jeunes Américains qui ont versé leur sang sur les rivages de la Normandie et dans les champs au-delà. Et d’autres, qui sont descendus dans les eaux du Pacifique et les cieux au-dessus de l’Asie.

 Et la liberté se dresse sur un monument de plus: celui-ci. Ce Capitole. Ce monument vivant au peuple américain.

 Un peuple dont les héros vivent non seulement dans le passé, mais partout autour de nous – en défendant l’espoir, la fierté et la façon américaine.

Ils travaillent dans tous les métiers. Ils sacrifient pour élever une famille. Ils s’occupent de nos enfants à la maison. Ils défendent notre drapeau à l’étranger. Ce sont des mamans fortes et des enfants courageux. Ce sont des pompiers, des policiers, des agents des frontières, des médecins et des Marines.

 Mais avant tout, ils sont Américains. Et ce Capitole, cette ville et cette Nation leur appartiennent.

 Notre tâche est de les respecter, de les écouter, de les servir, de les protéger et de toujours être dignes d’eux.

 Les Américains remplissent le monde d’art et de musique. Ils repoussent les limites de la science et de la découverte. Et ils nous rappellent pour toujours ce que nous ne devrions jamais oublier: les gens ont rêvé ce pays. Les gens ont construit ce pays. Et ce sont les gens qui rendent l’Amérique encore belle.

 Tant que nous sommes fiers de ce que nous sommes et de ce pour quoi nous luttons, nous ne pouvons rien faire.

 Tant que nous avons confiance en nos valeurs, en la foi en nos citoyens et en la confiance en notre Dieu, nous n’échouerons pas.

 Nos familles vont prospérer.

 Notre peuple prospérera.

 Et notre nation sera toujours sûre et forte et fière et puissante et libre.

 Merci, et que Dieu bénisse l’Amérique. »

 




Davos : n’en déplaise à Macron, la vedette, c’est Trump !

A Davos, prétendument Sommet Economique Mondial, bien qu’en fait un non-événement qui ne sert à rien, mais où il faut absolument être vu, le formidable Président Donald Trump (celui qui a l’immense toupet de réaliser les promesses de sa campagne électorale) a parait-il été hué lorsqu’il s’est permis, dans un discours remarquable, de qualifier la presse de « méchante et fausse » !

« J’ai toujours eu une très bonne presse quand j’étais homme d’affaires. Ce n’est qu’en devenant un homme politique que j’ai réalisé à quel point la presse peut être méchante et fausse » a-t-il dit, déclenchant un tollé général chez les journalistes, seuls habilités à insulter les adversaires du politiquement correct… à savoir leur point de vue étriqué et sectaire.

https://www.youtube.com/watch?v=Gqfrv7Yji54

Pourtant, vu du côté des patriotes français, largement admiratifs de cet homme d’Etat qui ne s’en laisse pas compter, il est clair qu’il devait trancher avec les larves présentes, dont Jacques MYARD Membre Honoraire du Parlement, Maire de Maisons-Laffitte et Président du Cercle Nation et République, résume bien l’ensemble, dans un communiqué de Presse :

« Tous s’y précipitent, tels des moutons de Panurge, raquettes de neige aux pieds, pour affronter la dureté climatique de la station des Grisons ; quel courage !


On assiste alors à une logorrhée verbale sur les états d’âme du monde, une réelle foire de monologues, chaque chef d’Etat soliloquant et déclamant ses panacées. »

Mais pour la secte des journaleux du monde entier, se voulant intouchables et ne supportant aucune leçon, quand ils démontrent pourtant majoritairement, et régulièrement, leur insupportable sectarisme allant de pair avec leur manque total d’objectivité ; entendre un discours sans langue de bois, c’est-à-dire à l’opposé des chapelets de mensonges dévidés par les mondialistes menant les peuples à la misère, c’est absolument intolérable.

C’est ainsi que les deux « sirènes américaines » de la photo, Sasha Kramer et Anya Schriffin, outrées, sont sorties, drapées dans leur « tolérance » tout à fait personnelle… identique à tous les gauchistes de la planète !


http://www.schwabfound.org/content/sasha-kramer
http://www.bibliomonde.com/auteur/anya-schiffrin-2119.html

Mais puisque les discours et la politique de Trump ne conviennent pas à ces deux punaises, je leur proposerai bien de faire un échange standard entre nos deux présidents… encore que Macron président des Etats-Unis (sûr qu’il doit en rêver) continuerait sans doute à perpétuer l’arrosage intempestif de la presse à l’aide de subventions, puisque, de toute évidence, les journaleux américains ont le même sens de l’équité à géométrie variable.

Pourtant dans son discours de vendredi, Donald Trump a promis au monde « l’amitié » et « la coopération » des États-Unis :

« Je suis là pour représenter les intérêts du peuple américain et pour affirmer l’amitié et la coopération des Etats-Unis pour construire un monde meilleur », a-t-il déclaré, ajoutant : « L’Amérique d’abord ne signifie pas l’Amérique seule ».

https://www.youtube.com/watch?v=uCVyhXeVkRE

Franchement, à part pour les fieffés et monstrueux égoïstes ne roulant que pour leurs minables petites personnes qu’ils prétendent humaines et respectables, et n’ayant donc rien à cirer d’un « monde meilleur » pour les autres, il est clair que ces propos sont d’une autre teneur que les promesses insipides du galopin vaniteux qui confond en France, fermeté et autoritarisme, confondant également ses concitoyens avec des citrons qu’il pourrait presser indéfiniment !

D’ailleurs, qu’a-t-il fait lui, la nouvelle marionnette de l’Elysée, à Davos ?

Bien évidemment du haut de sa supériorité (???) le « grand » Macron a ironisé sur le « petit » Trump, à propos du scepticisme de ce dernier sur le réchauffement climatique…

https://www.youtube.com/watch?v=AzNNBP3edcs

http://www.bfmtv.com/politique/vous-n-avez-pas-invite-un-climato-sceptique-a-davos-macron-ironise-sur-trump-1357435.html

Puis, se croyant sans doute à un meeting en France, il a manié avec superbe comme d’habitude, une litanie de mensonges comme il sait si bien les faire, prétendant que « la France est de retour »… retour qu’il est bien le seul à voir, avec son armée de perroquets-menteurs, mais qu’il assène sans hésitation au parterre de VIP dans le but d’attirer les investisseurs qu’il s’efforce de convaincre.

https ://www.youtube.com/watch ?v=WF3yHXPfG1Q

Sauf que, quand Trump fait étalage des réussites de son équipe pour sa première année de gouvernance, les résultats sont déjà là, probants, vérifiables… alors que les prétendues réussites de Macron ne sont que l’habituel pipeau que lui et ses semblables maîtrisent avec brio !

https://www.youtube.com/watch?v=4xILmduR7Go

A force de toujours mentir, le petit Emmanuel finit d’ailleurs peut-être par s’imaginer que la croissance est effectivement de retour, alors qu’elle commence tout juste à montrer le bout de son nez,  encore, bien timidement, et selon les annonces de ses semblables… alors, méfiance.

Pour les éventuels investisseurs, je ne sais trop ; en revanche pour ce qui est des citoyens français… j’ai bien peur qu’il ne prenne ses rêves pour la réalité ; mais qu’attendre d’autre avec un tel fantoche ?

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression




États-Unis : Comment le Père Noël Trump redresse son pays !

A l’occasion de la fête de Noël, je vais vous parler des États-Unis, dont le président, le remarquable Donald Trump, a décidé de contre-attaquer pour annihiler la « guerre contre Noël » (« war on Christmas ») que son prédécesseur, le toxique Obama, avait lancée ; – et des incroyables cadeaux qu’il a offerts à ses compatriotes pour Noël.

Quand l’islamophile Obama censurait Noël

En 1870, le président américain de l’époque (le fameux général, vainqueur de la Guerre de Sécession, Ulysses S. Grant) signa une loi faisant de Noël une fête fédérale (donc dans tous les États des États-Unis d’Amérique). Depuis cette date, les présidents américains ont pour habitude d’envoyer une carte de Noël officielle aux élus du peuple américain (parlementaires et sénateurs), leur souhaitant « Merry Christmas » (« Joyeux Noël »).

Sur les 8 cartes de Noël officielles d’Obama (de 2009 à 2016), aucune n’utilisait le mot de « Christmas » : sur la première apparaissait la formule « Season’s Greetings » (littéralement « Salutations de saison », mais signifiant « Meilleurs vœux pour les fêtes de fin d’année ») et, sur les 7 suivantes, la formule « Happy Holidays » (« Joyeuses fêtes »). Ce choix était délibéré, car Obama tenait à employer des formules « all-inclusive » (« qui incluent tout le monde »), c’est-à-dire des formules ne faisant aucune mention de nos traditions occidentales afin de favoriser le « vivre-ensemble » « multiculturel ».

Carte de Noël officielle d’Obama pour l’année 2009.

Trump rétablit officiellement Noël

À l’inverse, la carte de Noël officielle du président Trump, pour l’année 2017, utilise la formule traditionnelle « Merry Christmas and a Happy New Year » (« Joyeux Noël et une bonne année »), qui avait disparu depuis 2008.

Carte de Noël officielle de Trump pour l’année 2017.

Pour aggraver son cas, depuis début décembre, Donald Trump ne perd pas une occasion, dans ses discours et dans ses communiqués officiels, de parler de Noël, qui, en anglais, se dit « Christmas », contraction de « Christ’s mass », qui signifie « la messe du Christ ».

Cette façon qu’a Trump de parler, de façon naturelle, avec une ferme joie, de Noël, rend fous furieux les Démocrates et autres gauchistes anti-américains anti-occidentaux anti-chrétiens pro-islam pro-immigration.

La Maison-Blanche, royaume de Noël

Pour Noël, le président Trump a décidé que la Maison-Blanche serait intégralement décorée, extérieurement et intérieurement, en l’honneur de cette fête. C’est sa femme, la « première dame » Melania Trump, qui s’est occupée de dessiner les plans puis de surveiller la réalisation de cette somptueuse décoration.

Rien n’a été oublié : rangée d’arbres de Noël dans les couloirs de la Maison-Blanche, grande crèche dans une pièce du palais présidentiel, grand sapin de Noël touchant presque le plafond dans une salle de réception…

Selon un communiqué officiel de la Première Dame, la Maison-Blanche a été décorée avec 12.000 ornements de Noël et éclairée par 54 kilomètres de guirlandes lumineuses, et ses cuisiniers ont confectionné 31.000 biscuits de Noël recouverts de sucre glace (en forme d’étoiles, de sapins, de bonhommes de neige), pour les enfants que le couple présidentiel recevra à l’occasion de cette fête.

Admirez la vidéo officielle présentant cette féerique décoration de Noël :

Ce n’est pas l’anti-occidental Emmanuel Macron qui répéterait « joyeux Noël » à ses interlocuteurs et aux journalistes, ni qui ferait décorer l’Élysée pour Noël, ni qui ferait installer une crèche auprès d’une cheminée dans une salle de l’Élysée pour ses enfants – mais il est vrai que Macron n’a jamais eu d’enfants (« il boit pas, il fume pas, il baise pas », comme le disait récemment un humoriste) – à l’inverse de Trump, qui en a eu quatre, de trois (jeunes et jolies) femmes différentes…

Non, plutôt que célébrer Noël, l’islamophile Emmanuel Macron a préféré participer à un dîner de rupture du jeûne de ramadan, le 20 juin 2017, lors duquel il a eu le culot de déclarer que « personne n’a le droit de dire que l’islam n’est pas compatible avec la République » ! (1)

L’arrivée de l’arbre de Noël à la Maison-Blanche

Le grand sapin de Noël, qui touche presque le plafond d’une salle de réception, était arrivé à la Maison-Blanche le 20 novembre, sur une ancienne carriole tirée par deux superbes chevaux, et avait été accueilli en grande pompe par Melania Trump et Baron Trump (le fils du président et de Melania), au son d’une fanfare de cuivres jouant des airs de Noël :

La cérémonie de l’allumage de l’Arbre de Noël National

Quelques jours après, le 30 novembre, le président Donald Trump et sa femme participaient à la cérémonie de l’allumage de l’Arbre de Noël National (« National Christmas Tree »), par une soirée qui, selon les météorologues, offrait les meilleures conditions (température clémente, ciel dégagé, pas de vent) des 25 dernières années : même la météo soutient Trump…

Lors de son discours, au pied d’un grand sapin de Noël scintillant de mille feux, le président américain déclara : « Nous célébrons Noël à nouveau », en référence à Obama.

Le message de Noël de Trump à ses compatriotes

Aujourd’hui, 25 décembre 2017, la Maison-Blanche vient de mettre en ligne le message de Noël du président Donald Trump à ses compatriotes américains :

Vive le Père Noël Trump et ses incroyables cadeaux !

Méprisant les criailleries hystériques des médias et des politiciens et des juges et des activistes, gauchistes et immigrationnistes, ainsi que les hurlements de la « communauté internationale » et ses stupides condamnations, le président Donald Trump applique son programme, décision après décision, décret présidentiel après décret présidentiel, loi après loi, succès après succès.

Grâce à lui, les États-Unis regagnent rapidement le terrain perdu pendant les deux désastreux mandats d’Obama.

C’est ainsi que le père Noël Trump offre à ses compatriotes les cadeaux suivants :

1) La plus grande baisse d’impôts de toute l’Histoire : le taux de l’impôt sur les sociétés passe de 35% à 21% pour toutes les entreprises américaines, et chaque foyer fiscal américain va payer en moyenne 2000 dollars d’impôts de moins en 2018.

2) Le chômage au plus bas depuis 17 ans (seulement 4,1%).

3) Le taux de confiance des particuliers et le taux de confiance des entrepreneurs à leurs plus hauts niveaux depuis les années 1990.

4) Plus de 181 milliards de dollars économisés grâce à la suppression de 400 normes et réglementations liberticides créées par l’administration Obama.

5) Le taux de croissance annuel du PIB en augmentation constante (4% pour le dernier trimestre 2017, contre 2% sous Obama).

6) La suppression de l’obligation d’acheter une assurance maladie, introduite par l’Obamacare, en 2010, qui avait obligé de nombreux Américains de la classe moyenne à s’endetter (à cause de l’explosion des coûts provoquée par la réforme d’Obama).

7) Le strict contrôle des frontières, avec une interdiction indéfinie d’entrer aux États-Unis pour les ressortissants de neuf pays, dont sept sont des dictatures musulmanes (Syrie, Libye, Soudan, Somalie, Yémen, Iran, Tchad, Corée du Nord et Venezuela), validé à trois reprises par la Cour Suprême des États-Unis, malgré les tentatives de torpillage par des juges d’extrême-gauche à des échelons inférieurs.

8) La baisse de 30% des passages de clandestins à la frontière avec le Mexique.

9) La suppression de leur statut de réfugiés et l’expulsion de 60.000 Haïtiens vers leur pays d’origine.

10) La suppression du programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals) (« Action différée pour les arrivants mineurs »), mis en place en 2012 par Obama, qui permettait aux mineurs étrangers, entrés illégalement aux États-Unis, de ne pas être expulsés, d’obtenir des aides et même un travail au détriment des citoyens américains.

11) La baisse de 50% des crimes commis par les gangs hispaniques de trafic de drogue, et une augmentation des arrestations de leurs membres de 30%, dont ceux du plus criminel d’entre eux, le MS-13.

12) L’augmentation la plus importante du budget de la défense depuis plus de 30 ans (il passe de 604 à 700 milliards de dollars, soit une augmentation de 16%), et l’enrôlement de 20.000 soldats de plus.

13) Le retrait des États-Unis hors du « Pacte mondial sur les migrants et réfugiés » de l’ONU.

14) Le retrait des États-Unis hors du désastreux « Accord de Paris sur le climat » de l’ONU, qui aurait détruit 6 millions d’emplois américains et aurait coûté 3000 milliards de dollars à ce pays jusqu’en 2040.

15) Le retrait des États-Unis hors de l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), en raison de ses nombreuses résolutions anti-israéliennes, antisémites et négationnistes, niant 4000 ans de présence juive en Israël.

16) Le transfert à Jérusalem de l’ambassade des États-Unis en Israël, comme les élus du peuple américain l’avaient voté à la quasi-unanimité en 1995, et que les présidents précédents n’avaient pas eu le cran de faire – Jérusalem, la ville de Jésus, qui est, depuis 3000 ans, la capitale du peuple juif.

Vive le Père Noël Trump !

Maxime Lépante

Notes :

1) Macron veut un islam compatible avec la République

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/06/21/01016-20170621ARTFIG00001-macron-veut-un-islam-compatible-avec-la-republique.php




Ramadan, immigration : Trump montre à Macron comment lutter contre l’islam !

On vient d’apprendre que le président des États-Unis, Donald Trump, a accepté l’invitation du président de la France, Emmanuel Macron, à assister au défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Élysées. (1)

Lors de ce défilé, qui commémorera le centenaire de l’entrée des États-Unis dans la Première guerre mondiale, des soldats américains descendront la célèbre avenue aux côtés des soldats français. (2)

Gageons que l’un des buts de Macron est de s’afficher en public aux côtés de l’homme le plus puissant de la planète, pour tenter de paraître moins impuissant.

Les leçons de Trump à l’incompétent Macron

Macron a aussi beaucoup à apprendre de Trump, et cela dans tous les domaines.

Le 1er juin, Trump avait déjà donné une magistrale leçon à Macron, en retirant les États-Unis du stupide « Accord de Paris sur le climat », qui a pour but de siphonner l’argent des pays développés pour l’envoyer aux pays en voie de développement, et d’étouffer les industries des pays occidentaux sous les normes et les taxes. (3)

Plus récemment, Trump vient de donner deux nouvelles leçons à Macron, cette fois dans le domaine capital de la lutte contre l’islam.

Leçon 1 : Trump montre à Macron comment refuser le ramadan

Acte 1 : Macron participe au ramadan

Le 20 juin, Macron s’est rendu, avec le ministre de l’Intérieur, Gérard Colomb, à une « rupture du jeûne de ramadan » organisée par les dirigeants islamistes du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman). (4)

A cette occasion, il a déclaré que « l’islam est compatible avec la République », alors que, dans un arrêt du 3 juillet 2001, la Cour Européenne des Droits de l’Homme a statué que la charia (loi islamique sur laquelle est basé l’islam) est incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme. (5)

Cela faisait plus de 10 ans qu’un président de la République française ne s’était pas rendu à une telle cérémonie de ramadan, que ne pratiquent que les plus intégristes et extrémistes des musulmans.

Cette participation de Macron à une cérémonie musulmane intégriste constitue une violation flagrante de la loi de 1905, qui interdit toute immixtion de la religion dans la sphère publique, et un inacceptable soutien apporté à l’islam, alors mêmes que les terroristes musulmans multiplient les attentats en France !

Acte 2 : Trump refuse de participer au ramadan

Le 24 juin, à l’inverse du soumis Macron, l’insoumis Trump a refusé qu’un dîner célébrant la fin du ramadan soit organisé à la Maison Blanche, mettant ainsi fin à une pratique de 20 ans.

« Pour la fin du ramadan, qui avait lieu le 24 juin, le président américain Donald Trump s’est contenté d’un simple communiqué, publié samedi après-midi, là où ses prédécesseurs organisaient un véritable dîner de fin de jeûne de ramadan. Interrogée par plusieurs médias américains, la Maison Blanche a confirmé qu’elle n’accueillerait pas de dîner. »

« Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama avaient organisé chaque année une telle cérémonie, qui avait été instaurée par Hillary Clinton, alors Première dame, en février 1996, en accueillant 150 personnes pour une réception à la Maison Blanche à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, la fête de fin du ramadan. » (6)

Déjà, fin mai, lors du commencement du mois du ramadan, sur ordre de Trump, le Secrétaire d’État américain (ministre des Affaires étrangères), Rex Tillerson, avait refusé d’héberger au Département d’État (ministère des Affaires étrangères) un événement célébrant le ramadan, mettant fin à une pratique constante de près de 20 ans, qui avait été inaugurée en 1999 par la Secrétaire d’État de Bill Clinton, Madeleine Albright.

« Depuis 1999, les secrétaires d’État américains, républicains et démocrates, ont presque toujours organisé l’iftar, le repas qui marque chaque soir la rupture du jeûne, ou une réception pour l’Aïd el Fitr, qui clôt la longue période d’ascèse à laquelle s’astreignent les musulmans pratiquants. »

« En refusant d’organiser la moindre réception au cours du mois de ramadan, Rex Tillerson adresse le message selon lequel « il n’est pas primordial de dialoguer avec les musulmans », a estimé Farah Pandith, ancienne diplomate américaine. » (7)

Trump l’insoumis donne une leçon à Macron le soumis.

Leçon 2 : Trump montre à Macron comment refuser l’immigration musulmane

Acte 1 : Macron veut accueillir plus de musulmans en Europe

Le 23 juin, à Bruxelles, lors de la clôture du Conseil européen, Macron a déclaré : « Nous devons accueillir des réfugiés, car c’est notre tradition et notre honneur. (…) Nous devons faire preuve de solidarité quand un de nos voisins fait face à des arrivées massives de réfugiés ou de migrants. » (8)

Or, selon les données de l’Union Européenne, ces « réfugiés » ou « migrants », qui sont en réalité des clandestins, sont à plus de 95% des musulmans.

Ainsi, alors que les attentats musulmans ensanglantent l’Europe, Macron avoue qu’il veut faire entrer encore plus de musulmans en France !

Acte 2 : La Cour suprême des États-Unis valide le décret de Trump interdisant l’immigration depuis 6 pays musulmans

Le 26 juin, la Cour Suprême des États-Unis, dans un avis unanime, a autorisé Donald Trump à appliquer son décret contre l’immigration musulmane provenant de 6 pays musulmans (Syrie, Iran, Yémen, Somalie, Soudan, Libye), qui avait été illégalement suspendu par des juges d’extrême gauche, en violation de la Constitution américaine. (9)

« Cinq mois après sa première publication, le décret de Donald Trump suspendant la délivrance de visas aux ressortissants de six pays à majorité musulmane va pouvoir entrer en vigueur presque intégralement. »

« La plus haute juridiction des États-Unis a contredit les arguments de plusieurs cours fédérales qui avaient jusqu’ici empêché son application. Estimant que « l’intérêt de préserver la sécurité nationale est un objectif urgent de la plus haute nécessité», la Cour considère qu’ « empêcher le gouvernement de poursuivre cet objectif en appliquant (la suspension des visas) aux ressortissants étrangers sans lien avec les États-Unis nuirait significativement à (nos) intérêts ». »

« Donald Trump s’est félicité de cette décision de la Cour suprême. « En tant que président, je ne peux laisser entrer dans notre pays des gens qui nous veulent du mal », a-t-il déclaré dans un communiqué. « La décision rendue à l’unanimité par la Cour suprême est une victoire nette pour notre sécurité nationale ». »

« Trump a annoncé que le décret entrerait en vigueur 72 heures après avoir reçu l’approbation définitive de la justice – soit jeudi 29 juin. » (10)

Trump le vainqueur donne une nouvelle leçon à Macron le perdant.

Conclusion : Trump est un vrai dirigeant, Macron est une carpette

Ainsi, Macron passe son temps à faire acte d’allégeance aux musulmans dont l’idéologie, l’islam, prône la destruction de tous les pays non-musulmans et l’extermination de tous les peuples non-musulmans – alors que Trump prend toutes les mesures nécessaires pour protéger le peuple américain contre l’islamisation et contre l’invasion musulmane.

Chaque jour, Macron démontre pourquoi il est une lamentable carpette, soumise aux pires ennemis de la France et du peuple français – et chaque jour, Trump démontre pourquoi il est un grand dirigeant qui se préoccupe du sort de son peuple et de la défense de l’Occident contre ses ennemis.

Le grand Trump (1m88) à côté du petit Macron (1m73 sans ses talonnettes) : Trump a une tête de plus que Macron, et un cerveau de plus aussi.

Trump est un véritable dirigeant et un homme digne de ce nom – Macron est un dirigeant incompétent et un ridicule freluquet.

Tel Jupiter, Trump est puissant et intelligent – tel l’âne de Jupiter, Macron est peureux et stupide.

Arsène Rouletabille

Notes :

1) 14 juillet : Trump accepte l’invitation de Macron

https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/030415791665-celebration-du-14-juillet-trump-accepte-linvitation-de-macron-2098249.php

2) Entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

https://fr.wikipedia.org/wiki/Entr%C3%A9e_des_%C3%89tats-Unis_dans_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale

3) « L’accord de Paris s’est fait sur le dos des travailleurs américains. Il aurait obligé nos entreprises à réduire leur production. Dès aujourd’hui, les États-Unis vont cesser de mettre en œuvre l’accord de Paris, qui pourrait nous faire perdre 2,7 millions d’emplois d’ici 2075 », a déclaré Trump.

Trump décide le retrait des États-Unis de l’accord de Paris

http://www.bfmtv.com/international/trump-decide-le-retrait-des-etats-unis-de-l-accord-de-paris-1177146.html

4) Emmanuel Macron rompt le jeûne de ramadan avec des responsables musulmans :

http://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-affirme-la-compatibilite-de-l-islam-et-de-la-republique-7789051414

5) En 2001, la CEDH déclarait la charia incompatible avec la démocratie :

https://ripostelaique.com/y-a-15-ans-cedh-declarait-charia-incompatible-democratie.html

6) Donald Trump abandonne la tradition du dîner de fin du ramadan à la Maison Blanche

http://www.bfmtv.com/international/donald-trump-abandonne-la-tradition-du-diner-de-fin-du-ramadan-a-la-maison-blanche-1194829.html

7) États-Unis : pas de repas de rupture du jeûne au secrétariat d’État

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/05/27/97001-20170527FILWWW00021-etats-unis-pas-de-repas-de-rupture-du-jeune-au-secretariat-d-etat.php

8) Conseil européen : « Nous devons accueillir des réfugiés », insiste Emmanuel Macron

http://www.france24.com/fr/20170623-migrants-conseil-europeen-macron-merkel-refugies-crise

9) Voir l’article très complet de Maxime Lépante sur le décret de Trump :

Décret contre l’immigration musulmane : Trump ne fléchit pas !

http://ripostelaique.com/ce-que-les-medias-vous-cachent-sur-le-decret-anti-immigration-de-trump.html

10) Suspension des visas : la Cour suprême donne largement raison à Trump

http://www.lefigaro.fr/international/2017/06/26/01003-20170626ARTFIG00296-suspension-des-visas-la-cour-supreme-donne-largement-raison-a-trump.php




Première victoire de Donald Trump : le discours de vérité paie !

DonaldTrumpLes personnes déterminées, ambitieuses, qui ont du succès ont coutume de dire que « rien ne résiste à la volonté ». Donald Trump, corrobore cette maxime en lui donnant toutefois un complément : « rien ne résiste à la vérité ».

Depuis le début de sa campagne, Donald Trump, en homme plein de bon sens, n’a jamais hésité à dire tout ce qu’il pensait, et à apprécier chaque sujet, chaque situation, chaque problème avec réalisme, pour bien les définir, et pouvoir trouver une solution pragmatique, au mieux des intérêts des Américains.

Ce qu’il propose aux Américains, ce n’est pas de se coucher devant leurs difficultés, au profit d’une caste de caciques et de privilégies, mais d’en sortir par le haut, en redonnant l’énergie, l’espoir et l’envie de se battre aux millions d’Américains désillusionnés par la politique du crypto musulman Barack Hussein Obama.

Il n’a pas eu peur du « qu’en dira t’on » des médias, quatrième pouvoir, habitué à lyncher ou à encenser, et qui d’ailleurs n’entend pas lâcher sa proie d’ici les élections, et probablement même après.

Pour triompher de la médisance du redoutable ennemi médiatique, Donald Trump n’a pas hésité à l’affronter frontalement, bille en tête et sabre au clair.

Foin de retenue, de pseudo dignité, et autres foutaises, qui font qu’en gros, on vous demande de vous laisser insulter, dénigrer, délégitimer, juger, et calomnier à longueur de pages et de déclarations, et de la fermer, si ce n’est pour dire que c’est formidable et extraordinaire que « la Démocratie » permette d’écrire autant de mal sur vous…spécialité médiatique, et souvent aussi judiciaire…

Il n’a pas non plus eu peur de se mettre à dos, toute la «gentry » républicaine, qui vit dans l’entre soi, entre les somptueuses limousines, maisons de campagnes, soirées mondaines et autres joyeusetés, et qui craint de devoir perdre, ou lâcher au profit « d’autres », tous ces privilèges qu’elle détient depuis si longtemps.

C’est un peu comme si les fonctionnaires européens, ou des députés en fonction depuis des années, choyés et gavés aux frais des contribuables, et qui n’ont jamais créé la moindre richesse, devaient subitement découvrir le monde impitoyable du travail et de la vraie vie. Quel calvaire se serait pour eux !

« Make America Great Again » – Refaire une grande Amérique. est le slogan de campagne et l’objectif de Donald Trump.

Il sait ce que son pays a été, ce qu’il représente, quelles sont ses forces, ses atouts, et ses valeurs, qui lui ont permis d’être la première puissance mondiale, tant économique, que technologique et militaire, et il connait les virus gauchistes qui l’attaquent de tous les côtés pour la détruire en sapant tous ses principes, et en la privant de son système de défense : celle de résister.

C’est en tout ça qu’il est un vrai leader et qu’il fera, j’en suis, sur un excellent président américain.

Quel est aujourd’hui le politique français, qui a comme slogan et comme projet « Refaire une France grande », en s’appuyant sur son histoire millénaire, sa culture judéo-chrétienne et gréco-romaine, ses valeurs, ses traditions, son peuple, sans les laisser par pervertir par un droit-de-l’hommisme mortifère et criminel, qui encourage et habitue les français à passer leur temps, le doigt sur la couture du pantalon, à s’excuser d’être Français, chrétiens, voire blancs, ou d’avoir des valeurs de droite.

Donald Trump prouve que les Américains, que pourtant l’intelligentsia française aime à qualifier de débiles et de Red Necks arriérés (équivalent de nos « beaufs »), savent reconnaitre le bon sens et la vérité quand on la leur présente.

Il n’y a aucune raison pour que les Français qui partagent également la culture occidentale et l’amour de leur liberté, n’aient pas cette même saine réaction si quelqu’un sait la réveiller chez eux, ou plutôt si quelqu’un sait déboucher la source de toutes leurs envies d’exister à nouveau, c’est-à-dire la force de vie.

Donald Trump prouve que rien ne résiste à la vérité à condition que cette vérité soit portée avec conviction, détermination et passion, sans se laisser impressionner par le jargon et les insultes de tous les charognards islamo-gauchistes qui n’utilisent ces méthodes que par lâcheté, au regard de l’inanité de leurs arguments.

Au-delà, c’est la vérité qui vous porte. A Riposte Laique, nous le savons bien.

Albert Nollet




Trump a raison : Pas de musulmans chez nous !

Trump

Empêcher les musulmans d’entrer dans nos pays occidentaux est une première étape dans la lutte contre l’islam.

Depuis les attentats du 13 novembre dernier, lors desquels des terroristes djihadistes ont assassiné 130 personnes à Paris, les musulmans continuent à massacrer les non-musulmans sur toute la planète, comme ils le font depuis 14 siècles. (1)

La semaine dernière, ce sont San Bernardino (une ville de l’immense conurbation de Los Angeles) et Londres qui ont été frappées par le terrorisme musulman.

Les États-Unis, cible de choix pour les terroristes musulmans

Après les attentats du 11 septembre 2001, les Américains avaient été efficacement protégés par la politique antiterroriste agressive du président républicain George W. Bush, grâce au Patriot Act, grâce au camp de Guantanamo, grâce aux enlèvements d’islamistes par la CIA et grâce aux méthodes d’interrogatoire renforcées, mesures qui avaient permis de déjouer d’innombrables attentats musulmans, tant aux États-Unis qu’en Europe, et de sauver la vie de milliers de civils occidentaux. (2)

Mais, depuis l’élection, en 2008, du démocrate Barack Hussein Obama, opposé à toutes ces mesures efficaces, les terroristes musulmans réussissent de plus en plus d’attentats sur le territoire américain, en raison du sabotage des services de sécurité américains par la Maison-Blanche.

Voici la liste des attentats musulmans qui ont frappé les États-Unis depuis 2008 :

le 1er juin 2009, un terroriste musulman assassine 1 soldat américain devant le centre de recrutement de Little Rock (Arkansas). (3)

le 5 novembre 2009, un terroriste musulman assassine 13 soldats américains dans la base de Fort Hood (Texas). (4)

le 15 avril 2013, deux bombes déposées par deux terroristes musulmans tuent 3 personnes et en blessent 264 lors du marathon de Boston (Massachusetts). (5) (6)

le 3 mai 2015, deux terroristes musulmans ouvrent le feu sur le centre de conférence Curtis Culwell de Garland (une ville de la conurbation de Dallas, au Texas), dans lequel a lieu une exposition de caricatures de Mahomet, blessant un policier, avant d’être abattus. (7)

le 16 juillet 2015, un terroriste musulman assassine 5 soldats américains devant deux centres militaires de Chattanooga (Tennessee). (8)

San Bernardino : l’islam frappe à nouveau les États-Unis

Le 2 décembre dernier, à San Bernardino (Californie), un couple de terroristes musulmans fait irruption dans une fête de Noël du département de la santé de cette ville et y ouvre le feu, tuant 14 Américains et en blessant 17 autres. Les deux assassins sont abattus par la police. (9)

Terroristes-musulmans-de-San-Bernardino

Dans la voiture de ces terroristes, la police découvre deux fusils d’assaut, deux pistolets semi-automatiques et 1600 cartouches ; et dans leur maison, 12 bombes artisanales et 4500 cartouches de plus. (10)

Depuis, l’enquête a révélé que ce couple de tueurs musulmans avait effectué un pèlerinage à La Mecque en 2014 ; que la femme avait fréquenté une école coranique au Pakistan pendant plusieurs années ; que l’homme priait au moins trois fois par semaine dans la mosquée de San Bernardino ; ce qui prouve, une nouvelle fois, que plus les musulmans sont pratiquants, plus ils sont dangereux pour les non-musulmans. (11)

Enfin, il est établi qu’avant de commettre cet attentat, la tueuse a publié son serment d’allégeance à Abu Bakr al Baghdadi, le « calife » autoproclamé de l’État Islamique, sur une page Facebook ouverte sous un nom d’emprunt. (12)

Muslim-Killers-New-York-Post-03-12-15

« Tueurs musulmans » : la Une du « New York Post » du 3 décembre 2015, consacrée à l’attentat de San Bernardino.

Londres frappée par le terrorisme musulman

Trois jours après l’attentat de San Bernardino, c’est Londres qui est frappée par l’islam, lorsqu’un terroriste musulman blesse grièvement un passant dans le métro en tentant de l’égorger. (13)

Selon les témoins, l’agresseur a d’abord violemment frappé sa victime, avant de sortir une lame et de faire « des mouvements de va-et-vient » sur son cou, comme s’il voulait la décapiter. (14)

Dans le téléphone portable de ce terroriste musulman, les policiers ont découvert des images du groupe djihadiste État Islamique.

Cet attentat n’est pas sans rappeler l’assassinat, le 22 mai 2013, d’un citoyen britannique, Lee Rigby, décapité en pleine rue par deux terroristes musulmans d’origine nigériane, dans la ville de Woolwich (agglomération de Londres). (15)

Il rappelle aussi la décapitation de notre compatriote Hervé Cornara, le 26 juin 2015, à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), par un terroriste de l’État Islamique. (16) (17)

Nous ne sommes nulle part en sécurité

Ces attentats, qui se multiplient dans tous les pays occidentaux, prouvent, une fois de plus, que nous ne sommes nulle part en sécurité, tant qu’il y a des musulmans à proximité de nous. N’importe quand, n’importe où, un musulman peut se ruer sur nous et tenter de nous décapiter, ou nous tirer dessus à l’arme automatique, ou faire exploser la bombe qu’il porte sur lui. (18)

Obama le traître islamophile

La 6 décembre, quatre jour après l’attentat de San Bernardino, le président américain, Barack Hussein Obama, a prononcé un discours depuis la Maison-Blanche, au sujet de la lutte antiterroriste.

Tout comme les traîtres islamophiles que sont Hollande, Valls et Cazeneuve, Obama a prétendu que « le groupe État Islamique ne parle pas au nom de l’islam », puis a demandé aux Américains de « ne pas stigmatiser les musulmans » et de les considérer comme des alliés. (19)

Ce qui est aussi intelligent que de demander aux Juifs de ne pas stigmatiser les nazis et de les considérer comme des alliés…

C’est donc sans surprise que, selon un sondage de CNN rendu public juste avant l’allocution d’Obama, 60 % des Américains désapprouvent la façon dont leur président traite la question du terrorisme. (20)

La contre-attaque de Trump

Le lendemain de ce lamentable discours de Barack Hussein Obama, le milliardaire américain Donald Trump, en tête de la course des primaires républicaines pour la présidentielle américaine de 2016, publie un communiqué dans lequel il appelle à interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis. (21)

Trump-2

Dans ce communiqué, Donald Trump prône « l’arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux États-Unis jusqu’à ce que les élus de notre pays comprennent ce qui se passe ». Citant un sondage réalisé auprès de musulmans vivant aux États-Unis, il affirme que de nombreux musulmans entretiennent de la haine pour les Américains.

« D’où vient cette haine, et pourquoi, nous devrons le déterminer. Jusqu’à ce que nous soyons capables de déterminer et de comprendre ce problème et la menace dangereuse qu’il représente, notre pays ne peut pas être victime d’attaques horribles de la part de gens qui ne croient qu’au jihad et n’ont aucun respect pour la vie humaine ». (22)

Trump persiste et signe

Évidemment, ce communiqué de Donald Trump, a entraîné un tollé chez les démocrates, les journalistes, les gauchistes du monde entier et autres donneurs de leçons bien-pensants. Mais, à l’inverse des girouettes et des lâches que sont la majorité des dirigeants occidentaux actuels, Trump ne s’est pas laissé impressionner.

Valls-tweet-Trump-08-12-15

Manuel Valls, responsable, par son inaction, de la mort de 130 personnes à Paris, le 13 novembre dernier, prétend faire la leçon à Donald Trump.

En meeting en Caroline du Sud, quelques heures après la publication de son communiqué sur la fermeture des frontières américaines aux musulmans, Donald Trump a déclaré : « J’ai des amis musulmans, ce sont des gens très bien, mais ils savent qu’il y a un problème, et on ne peut plus le tolérer ».

Citant un récent sondage du Center for Security Policy, qui montre que 25 % des musulmans vivant aux États-Unis sont d’accord avec l’idée que la violence contre les Américains est justifiée, le milliardaire a dénoncé le fait que de nombreux musulmans sont favorables au djihad violent contre les Américains et qu’ils préfèrent vivre en vertu de la charia (loi islamique) plutôt que de la Constitution américaine. (23)

«La haine dépasse l’entendement», a encore déclaré Donald Trump, évoquant le couple de tueurs de San Bernardino et les auteurs des attentats de Paris. «Cela ne fait qu’empirer, et on va avoir un autre World Trade Center», a-t-il prévenu.

Après ce meeting, le directeur de campagne de Trump, Corey Lewandowski, a précisé, auprès d’Associated Press, que cette mesure s’appliquerait à « tout le monde », c’est-à-dire à tous les musulmans qui voudraient entrer aux États-Unis, que ce soit pour y faire du tourisme ou pour y immigrer. (24)

Les Américains plébiscitent la proposition de Trump

Tout comme, en France, le peuple soutient les hommes libres qui préfèrent dire la vérité sans se laisser impressionner par les hurlements des bien-pensants – aux États-Unis, le peuple américain soutient de plus en plus Donald Trump. (25)

Selon un sondage réalisée par l’institut Zogby, après sa déclaration sur la nécessité d’interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis, le milliardaire américain creuse l’écart avec ses rivaux républicains en se classant à la première place avec 38 % des voix, devant Ben Carson (13 %), Marco Rubio (12 %), Ted Cruz (8%) et Jeb Bush (7 %). (26) (27)

Un autre sondage, réalisé par Purple Stategies Pulse Polls et publié par Bloomberg, montre que deux tiers (65 %) des républicains partagent l’idée de Donald Trump sur la nécessité d’empêcher les musulmans de franchir les frontières américaines, contre 18 % du côté démocrate. (28)

Defense-d-entrer

D’abord fermer les frontières, ensuite expulser les musulmans !

Au fur et à mesure que les attentats musulmans se multiplient dans nos pays occidentaux, de plus en plus de gens ouvrent les yeux sur l’idéologie criminelle qu’est l’islam.

La première mesure, pour nous protéger, est, comme le dit Donald Trump, de fermer totalement nos frontières aux musulmans étrangers, quels qu’ils soient.

Ensuite, nous devrons expulser tous les musulmans qui, en ce moment, vivent dans nos pays. (29)

C’est seulement ainsi que nous pourrons mettre fin aux attentats musulmans !

Maxime Lépante
Notes :
1) Sur les attentats de Paris, voir notre article :
Les massacres musulmans à Paris étaient annoncés : islam hors de France !
http://ripostelaique.com/les-massacres-musulmans-a-paris-etaient-annonces-islam-hors-de-france.html
Sur les attentats à venir, voir notre article :
Attentats musulmans : Le pire est à venir !
http://ripostelaique.com/attentats-musulmans-le-pire-est-a-venir.html
2) 11 septembre 2001: La déclaration de guerre de l’islam au Monde Libre
http://ripostelaique.com/11-septembre-2001-la-declaration-de-guerre-de-l%E2%80%99islam-au-monde-libre.html
3) 2009 Little Rock recruiting office shooting
https://en.wikipedia.org/wiki/2009_Little_Rock_recruiting_office_shooting
4) Fusillade de Fort Hood
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_de_Fort_Hood
5) Double attentat du Marathon 2013 de Boston
https://fr.wikipedia.org/wiki/Double_attentat_du_Marathon_2013_de_Boston
6) Sur l’attentat contre le marathon de Boston, lire notre article :
Boston-Merah : Mêmes aveuglements policiers, mêmes mensonges médiatiques !
http://ripostelaique.com/merah-boston-memes-aveuglements-policiers-memes-mensonges-mediatiques.html
7) Curtis Culwell Center attack
https://en.wikipedia.org/wiki/Curtis_Culwell_Center_attack
8) 2015 Chattanooga shootings
https://en.wikipedia.org/wiki/2015_Chattanooga_shootings
9) Fusillade de San Bernardino
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_de_San_Bernardino
Fusillade de San Bernardino (USA) : 14 morts et 17 blessés
http://www.fdesouche.com/676379-etats-unis-fusillade-en-cours-en-californie-au-moins-20-victimes
10) La tueuse de San Bernardino aurait prêté allégeance à l’État Islamique
http://www.lefigaro.fr/international/2015/12/04/01003-20151204ARTFIG00263-la-tueuse-de-san-bernardino-soupconnee-d-avoir-prete-allegeance-a-l-etat-islamique.php
11) Fusillade de San Bernardino : Tashfeen Malik, retour sur une lente radicalisation
http://www.metronews.fr/info/fusillade-de-san-bernardino-tashfeen-malik-retour-sur-une-lente-radicalisation/molg!CJYrgJSB7CVh6/
12) La tueuse de San Bernardino aurait prêté allégeance à l’État islamique
http://www.lefigaro.fr/international/2015/12/04/01003-20151204ARTFIG00263-la-tueuse-de-san-bernardino-soupconnee-d-avoir-prete-allegeance-a-l-etat-islamique.php
13) Attaque au couteau à Londres : des images de Daesh trouvées sur le téléphone de Muhaydin Mire
http://www.fdesouche.com/677655-londres-un-homme-poignarde-dans-une-gare-par-un-individu-criant-cest-pour-la-syrie
14) Attaque au couteau à Londres: L’agresseur avait des images de Daesh dans son téléphone
http://www.20minutes.fr/monde/1745675-20151207-attaque-couteau-londres-agresseur-images-daesh-telephone
15) Sur cet assassinat, voir notre article :
Merah-Boston-Londres : l’islam veut notre mort !
http://ripostelaique.com/merah-boston-londres-lislam-veut-notre-mort.html
16) Sur l’assassinat d’Hervé Cornara, voir notre article :
Seule l’expulsion des musulmans mettra fin aux attentats musulmans
http://ripostelaique.com/seule-lexpulsion-des-musulmans-mettra-fin-aux-attentats-musulmans.html
17) Sur les décapitations musulmanes, voir notre article :
Décapitations : l’histoire sanglante de l’islam, de Mahomet à aujourd’hui (attention vidéos horribles !)
http://ripostelaique.com/decapitations-lhistoire-sanglante-de-lislam-de-mahomet-a-aujourdhui-attention-videos-horribles.html
18) Sur le danger mortel que les musulmans représentent pour les non-musulmans, voir notre article :
Pour les musulmans, nous sommes tous des cibles !
http://ripostelaique.com/pour-les-musulmans-nous-sommes-tous-des-cibles.html
19) Attentat en Californie: Obama s’engage à «vaincre» et à «détruire» Daesh
http://www.20minutes.fr/monde/1745359-20151207-video-etats-unis-temps-forts-discours-barack-obama-terrorisme
20) http://edition.cnn.com/2015/12/06/politics/isis-obama-poll/
21) On peut lire ce communiqué sur le site personnel de Donald Trump :
Donald J. Trump Statement On Preventing Muslim Immigration
https://www.donaldjtrump.com/press-releases/donald-j.-trump-statement-on-preventing-muslim-immigration
22) Donald Trump veut interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis
http://www.leparisien.fr/international/donald-trump-veut-interdire-aux-musulmans-d-entrer-aux-etats-unis-07-12-2015-5349531.php
23) Poll of U.S. Muslims Reveals Ominous Levels Of Support For Islamic Supremacists’ Doctrine of Shariah, Jihad
https://www.centerforsecuritypolicy.org/2015/06/23/nationwide-poll-of-us-muslims-shows-thousands-support-shariah-jihad/
Ce sondage peut être téléchargé ici :
https://www.centerforsecuritypolicy.org/wp-content/uploads/2015/06/150612-CSP-Polling-Company-Nationwide-Online-Survey-of-Muslims-Topline-Poll-Data.pdf
24) États-Unis : tollé général après la proposition de Trump sur les musulmans
http://www.leparisien.fr/international/etats-unis-tolle-general-apres-la-proposition-de-trump-sur-les-musulmans-08-12-2015-5350797.php
25) Après ses propos sur les musulmans, Donald Trump grimpe dans les sondages
http://www.lesoir.be/1066467/article/actualite/monde/2015-12-10/apres-ses-propos-sur-musulmans-donald-trump-grimpe-dans-sondages
26) Trump Leads By 25 Points Over Nearest Rival In New Zogby Poll
http://www.forbes.com/sites/johnzogby/2015/12/09/zogby-analytics-trump-leads-by-25-points-over-nearest-rival/
27) Pour suivre la primaire républicaine pour l’élection présidentielle de 2016 :
2016 Republican Presidential Nomination
http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/us/2016_republican_presidential_nomination-3823.html
28) http://fr.scribd.com/doc/292796480/Bloomberg-Politics-Purple-Strategies-Trump-poll
29) Depuis plusieurs années, le dirigeant hollandais Geert Wilders (fondateur et dirigeant du Parti pour la Liberté) prône l’expulsion en masse des musulmans hors d’Europe :
Geert Wilders – Deporting Millions Of Muslims May Be Necessary
http://www.youtube.com/watch?v=_ZDHgQJQXPM
 




Les USA sont-ils vraiment nos amis et alliés ? Certainement pas !

Best-Buds-Hollande-ObamaEst-il possible en France de lancer un coup de gueule contre les USA sans se faire insulter ? Parfois, j’en doute tellement il est difficile de dire que les Etats-Unis sont, et à tous points de vue, de grands emmerdeurs qui plus est envahissants ! Le dire sans passer pour un ringard et un demeuré franchouillard.

Les américains sont des grands enfants dit-on. Ce que l’on sait c’est qu’ils ont une histoire très courte. Une histoire qui les rend myopes et leur interdit de facto d’avoir une profondeur historique, celle des grands peuples comme la France, l’Angleterre, la Russie et la Chine.
Ils donnent l’impression de vivre l’instant et d’exercer la puissance d’aujourd’hui. Pour être tout à fait clair, je n’ai rien contre les citoyens américains mais franchement, la politique des USA est véritablement à vomir tant hier qu’aujourd’hui.
Nous voilà avec les Etats-Unis d’Amérique qui sont bien les responsables du chaos au Moyen-Orient, avec le compère anglais. Ah, ces anglo-saxons, ennemi de toujours depuis la guerre de Cent ans.
Car enfin, ce sont bien les Etats-Unis qui ont manipulé les médias, menti à l’ONU, vendu des armes, fait des guerres d’insurrections partout en Amérique du Sud, ils ont créé les talibans en Afghanistan pour faire la pige aux Russes soviétiques, créé des djihadistes pour s’assurer les débouchés pétrolifères, soutenu des dictatures du Moyen-âge comme l’Arabie Saoudite et le Qatar, etc. Quel est l’américain imprégné d’histoire et en conscience, accepterait ces faits sans rien dire ? Aucun, mais hélas, ils ignorent la plupart du temps, qu’en dehors de leur pays-continent, il existt d’autres peuples ayant des aspirations différentes de la « grande Amérique » !
Souvenons-nous: ils ont menti pour se payer la peau Saddam Hussein et de l’Irak, ils ont fait tuer des milliers de leurs soldats, ils recommencent avec la Syrie en cherchant à l’éclater et en utilisant sans vergogne des ordures islamistes, après avoir utilisé les andouilles françaises, les « idiots utiles » Sarkozystes en Libye comme Juppé et BHL. Ils cherchent des noises aux Russes de Poutine en fomentant des « révolutions » en Ukraine avec des néonazis, et ils trouvent encore le moyen, de donner des leçons de maintien à l’Europe et à Israël. A vomir; vous dis-je…
Qui un jour, aura la force de dire à ces Etats-Unis d’Amérique, comme a su le faire le général De Gaulle: « Basta », dégagez de chez nous ! Allez faire vos guerres chez vous, sur votre territoire si cela vous chante, mais stop, pas chez nous ! C’est quand la dernière fois que vous avez connu un bombardement comme à Dresde ou Hiroshima ? Jamais !
Cessez de nous prendre pour des imbéciles, arrêtez de venir vous servir, de nous occuper, de nous envahir, de nous interdire de dire et de faire par votre politiquement correct, de nous noyer culturellement ! Rentrez chez vous et laissez le reste du monde tranquille, car depuis que vous êtes en Europe et partout dans le monde, vous êtes vraiment envahissants et sur tous les plans !
Alors on me chantera, « si les Américains n’étaient pas là », on serait tous en Germany « ! Pas si sûr !
C’est oublier les forces de la vie, les évolutions politiques, le caractère français, les révolutions ou révoltes des peuples. Et puis, je rappelle à tout hasard que les États-Unis ont pris leur temps  pour « nous sauver » et que ce ne fut pas gratuit, loin de là ! A commencer par une entrée en guerre mondiale en 1917 pour la première, juste le temps que les trois puissances en guerre (civile?) se soient totalement épuisées et saignées à blanc. Et seulement en 1943, malgré les appels du pied des Anglais et pour les mêmes raisons, et ainsi asseoir définitivement la prédominance américaine sur l’Europe. Sans compter la dette des peuples d’Europe et singulièrement celle de la France qui mit des années avant de pouvoir demander aux USA de plier bagages dans les années soixante. Pourtant, c’est encore son règne qui dure aujourd’hui et se fait jour dans cette Europe atlantiste et liberticide !
Nous leur devons probablement beaucoup aux USA, mais ils nous doivent bien plus depuis qu’ils nous ont interdit de bouger et d’être nous-mêmes.
C’était mon coup de gueule de la semaine.
Gérard Brazon (Le Blog)