1

Le traitre et le néant, un livre qui confirme l’intégrité du Gal de Villiers

Le général Pierre de Villiers, très intègre, a refusé de se laisser acheter par Emmanuel Macron. Droit dans ses bottes jusqu’au bout !
Le livre sort demain. Les journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet publient en effet, un livre-enquête sur le président en exercice. Emmanuel Macron et son quinquennat, ou « Le traître et le néant », 620 pages qui abreuvent de détails sur la fin politique de François Hollande, et l’émergence d’Emmanuel Macron. Il révèle aussi les petits arrangements proposés par Emmanuel Macron et son cuisant échec lors de sa « tentative d’achat » du Général Pierre de Villiers.
La naissance politique d’Emmanuel Macron, la trahison « avec méthode » au dépend de François Hollande et du PS, la création du « nouveau monde » et les presque cinq années sans partage à la tête de l’État bousculées par les crises sociales et sanitaires, tout cela est magnifiquement raconté.
De ces 620 pages, nous retiendrons le témoignage du général Pierre de Villiers, qui relate le moment où Emmanuel Macron a tenté de l’acheter lors de sa démission. Cet épisode incite à davantage de respect pour la probité de cleui qui fut le chef d’état major des armées, et montre une  France telle qu’on l’aime.
Dans ce chapitre, on découvre qu’Emmanuel Macron a tenté d’acheter le silence du chef d’État-major des armées, Pierre de Villiers. Les auteurs nous
révèle les dessous de cet épisode jusqu’alors méconnu.
Selon les deux auteurs, « le lendemain ou le surlendemain de l’épisode du 14 juillet, Macron, en fait, se ravise – sous l’influence de qui, on ne sait pas – et il demande à voir Pierre de Villiers à La Lanterne, discrètement. Il le voit, et il lui dit : « Il faut rester. » Et, en gros, il lui dit : « Et si vous partez, moi, je vous nomme dans un poste qui vous permettra d’avoir d’importants émoluments…’ Il utilise ce mot-là !
Il lui propose d’avoir une très belle retraite! Et Pierre de Villiers, droit dans ses bottes, luirépond: « Monsieur le Président, ma décision était prise, mais là, vous venez de franchir la ligne rouge, parce que vous ignorez tout de ce que je suis et de ce qu’est ma famille. Nous sommes une vieille famille de chevaliers français. Et donc, là, vous venez de m’insulter… ».
Le traître Macron n’a pu acheter l’intègre général Pierre de Villiers. Car l’honneur d’un de Villiers ne se vend pas, ne se brade pas !
Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411



Rois émiratis : cheikh, échec et mat pour Genève

La famille du cheikh Zayed des Émirats arabes unis possède une petite maison de Rmiste fortement gardée, sur le Mont Gosse à flanc de colline, en Haute-Savoie, avec une vue imprenable sur Genève. La bâtisse initiale a été agrandie sans permis de construire et sans autorisation, sur ce site protégé du Mont Gosse, sur le territoire de la commune de Monnetier-Mornex.

Le cheikh Zayed des Émirats arabes unis (à droite sur la photo) et son frère sont considérés par Emmanuel Macron comme « deux alliés essentiels de la France »… D’autres auraient choisi Vladimir Poutine pour allié fiable !

Depuis l’affaire Pierre Maudet (corruption par Abu Dhabi du premier magistrat de Genève), révélée par la journaliste Sophie Roselli, alors responsable du pôle enquête de la Tribune de Genève, les princes d’Abu Dhabi semblent quelque peu en froid avec les autorités de Genève. Une preuve ? Pour loger leurs personnels et leur suite à l’occasion de leurs vacances d’été dans leur palais d’été sur le Salève, à cheval sur les communes de Vétraz-Monthoux et de Monnetier-Mornex, les princes d’Abu Dhabi ont choisi la France voisine et ses hôtels Novotel et Mercure à Gaillard plutôt que Genève, dont les hôtels étaient chargés de cette mission les années précédentes. Un évident manque à gagner pour la cité Genevoise des bords du Léman.

Du coup, la famille royale émiratie a privatisé pour l’été deux hôtels haut-savoyards près de Genève, le Novotel et le Mercure à Gaillard. Une sorte de remerciements à l’égard du ministre Jean-Yves Le Drian qui a pris l’habitude de déguster, avec eux, assis en tailleur, un bébé chameau entouré du traditionnel couscous ? Et qui, au passage, leur cède quelques dizaines de rafales, à prix d’amis, pour « carboniser » les démocrates qui se révoltent dans les différents royaumes de la fédération des Émirats arabes unis….

La famille royale Al Nahyane d’Abu Dhabi a donc pris ses quartiers d’été pour deux mois dans son immense propriété de Vétraz-Monthoux, dont les bâtiments avaient été agrandis sans permis (sur le site protégé » du Mont Gosse) en 1987-1988, en France voisine. Son personnel était jusqu’à présent logé dans des hôtels de Genève.

Cette manne arabe va désormais profiter aux hôteliers et commerçants des communes d’Annemasse et de Gaillard. Le nouvel établissement Novotel, qui allait ouvrir dans les prochains jours, est réquisitionné et privatisé jusqu’en septembre afin de loger, sur trois étages, la suite et les services de sécurité des princes émiratis.

Un autre hôtel, le Mercure à Gaillard, est également réquisitionné pour les deux mois d’été. La mairie de Gaillard, contactée ce jour par téléphone, évoque aussi la possibilité qu’un troisième hôtel du secteur soit occupé par la suite de la famille Al Nahyane.

Reste une question : les femmes totalement voilées de la famille royale émirati Al Nahyane vont-elles venir faire leur shopping à Genève comme les années précédentes ? Et provoquer le bouclage en fin de journée de certains quartiers de la cité de Calvin ?

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411
Lire aussi ces compléments d’information :
https://ripostelaique.com/maltraitee-la-femme-de-lemir-de-dubai-fuit-en-allemagne.html
https://ripostelaique.com/les-islamistes-ont-investi-internet-pour-y-preparer-les-futurs-attentats.html



Israël, France, USA: l’Armée un recours légitime quand les politiques trahissent ?

En Israël, la démocratie est dans une impasse. Quatre élections, pour arriver à un résultat où on forme un gouvernement qui mélange une prétendue extrême droite radicale, une extrême gauche pro-palestinienne, des partis arabes favorables à la destruction d’Israël, et des partis centristes qui veulent donner un État palestinien aux musulmans. Seul problème, le peuple a voté pour le contraire, mais les groupuscules, à cause du mode de scrutin, font et défont les gouvernements.

https://www.dreuz.info/2021/06/03/israel-naftali-bennet-devient-premier-ministre-avec-un-fatras-de-bric-et-de-broc-politique/

Dans un tel contexte de paralysie politique, dans une période où Israël vient d’être agressé par les islamistes du Hamas, avec le soutien de la population arabe israélienne, l’armée serait-elle légitime pour prendre le pouvoir, remettre de l’ordre, et sauver le pays ?

Et en France, la situation est-elle semblable, dans un contexte où, suite aux tribune des généraux et des militaires d’active, le gouvernement Macron multiplie, quotidiennement, les trahisons contre les intérêts supérieurs du pays, tout en créant les conditions d’un inévitable conflit de civilisation sur notre sol ?

https://ripostelaique.com/la-guerre-civile-est-inevitable-selon-un-officier-francais.html

Aux États-Unis, le nouveau Président, Jo Biden, a été élu grâce à une fraude jamais égalée, et paraît en train de détruire son pays, lui aussi…

Le destruction totalitaire des Etats-Unis d’Amérique est enclenchée

Réflexions sur l’histoire de quelques coups d’État qui ont marqué l’Histoire, souvent pour le pire, mais parfois aussi pour le meilleur…




Tribune des généraux : l’assaut du para Richard Kalka contre Lecointre

Richard Kalka, l’officier aumônier des parachutistes le plus gradé, fustige le comportement du général Lecointre en ces termes “Tu devras un jour en répondre devant Dieu”

“Tu devras un jour en répondre devant Dieu” écrit Richard Kalka, l’officier aumônier des parachutistes le plus capé, au général Lecointre. C’est la première fois que cet aumônier des parachutistes de 1985 à 2015, figure emblématique des troupes aéroportées, sort de sa réserve pour admonester le chef d’état-major des armées.

Depuis la publication de la « tribune des généraux », cosignée par des milliers d’officiers, la hiérarchie catholique est restée sur sa réserve et a même fait preuve d’un silence qui interrogeait. La situation vient de changer ce 8 mai 2021 puisque le plus emblématique représentant de l’Église au sein des armées sort du silence et signe une tribune ouverte dans l’hebdomadaire « Valeurs Actuelles ». Et quelle tribune ! Puisque l’officier aumônier « dézingue » le général Lecointre, chef d’état-major des armées.

Du côté d’Emmanuel Macron ou de Florence Parly, personne ne s’attendait à ce « baptême du feu » du plus prestigieux aumônier de l’armée française. Commandeur de l’ordre national du Mérite, le père Richard Kalka, aumônier du 1er régiment de chasseurs parachutistes, est polonais d’origine. Il a été marqué dans son adolescence par le joug soviétique. À l’âge de 16 ans, saisi par la foi, il trouvera son chemin. Après son bac, ce sera le séminaire et l’ordination en 1975. En 1978, il arrive en France pour continuer ses études. Ne parlant que quelques mots de français, Richard Kalka travaille la langue de Molière pour, par la suite, intégrer la Sorbonne et ressortir quelques années plus tard avec un doctorat en philosophie.

Il devient aumônier militaire en 1985 et est amené à accompagner et soutenir par sa présence pendant près de trente ans les soldats, plus particulièrement les parachutistes et les légionnaires, aux quatre coins du monde : au Tchad, au Cambodge, dans le Golfe, au Rwanda, à Sarajevo, au Kosovo, en République centrafricaine, au Burundi, au Gabon ou encore en Afghanistan.

Son engagement lui a valu d’être titulaire de nombreuses décorations parmi lesquelles le grade de chevalier de la Légion d’honneur, la Croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs avec une citation, la Croix de la valeur militaire avec une citation. Ce père hors normes qui aime dire « je ne crois pas en Dieu, je vis avec » a également publié deux livres : « Dieu désarmé, journal d’un curé de campagne » et « Père Jego, un prêtre, un para, une légende ».

http://laplumeetlepee.hautetfort.com/archive/2013/03/26/dieu-desarme-pere-richard-kalka-aumonier-militaire-ed-littl.html

Voici l’intégralité du message adressé par Richard Kalka au général Lecointre :

« Au chef d’état-major des armées,

Mon Général, nous nous sommes croisés la dernière fois en juin 2019, au colloque consacré au 25ème anniversaire de l’opération Turquoise. Je ne suis pas très connu dans l’armée française, mais l’armée de terre me connaît, surtout les parachutistes. La plupart des soldats savent qui je suis : celui qui, depuis 1985, les a accompagnés sur tous les théâtres d’opération. Je dis bien « tous », jusqu’à l’Afghanistan, la dernière mission de mon parcours. J’ai toujours répondu « présent » pour être en tant que prêtre, ami et frère d’armes dans n’importe quelles conditions à côté de ceux qui avaient besoin de moi. Dans « la boue, la sueur et la bagarre », comme ils disaient. Et ils étaient nombreux, très nombreux. Il suffit de leur poser la question ; encore faut-il pouvoir le faire, car pour les questionner il faut être près d’eux, à leur côté. Ce qui n’est plus ton cas depuis fort longtemps, même si tu peux t’encenser d’un fait d’armes à Sarajevo, grâce au courage des soldats-marsouins de ta section.

Comme tu sais, mais tu préfères l’ignorer, nous étions deux ou trois fois sur les mêmes théâtres d’opération. Aujourd’hui, nous sommes aussi ensemble au combat, mais ce combat est d’une autre nature. Tout chef, lorsqu’il doit prendre des décisions importantes, est seul. J’ai connu, à plusieurs reprises, cette solitude des chefs. Dans certains cas, ils m’ont demandé de prier pour eux. Comme aujourd’hui, je prie pour toi. Mais il y a deux catégories de chef et deux sortes de solitude. Le premier est pendu au câble du téléphone et attend les directives venant d’en haut. Quelles que soient ces directives, il les accepte sans broncher, car il ne pense qu’à son avancement. Le second se met devant Dieu et sa conscience, et décide. Oui, je sais, ce n’est pas évident de prendre ce genre de décision, c’est même très dur d’assumer ainsi cette volonté qui pourrait être, et en général, elle est celle du Ciel. Elle vient toujours du Ciel, d’ailleurs, dès qu’il est question de vérité, de courage et d’honneur.

En voulant aujourd’hui punir et sanctionner les soldats – je les appelle « soldats », quel que soit leur grade parce qu’ils ont eu le courage d’aller au feu – tu revêts l’uniforme du premier, celui qui ne pense qu’à lui et son avancement. Es-tu fier ? Quel avancement, puisque tu es au sommet de la carrière militaire ! Je te plains sincèrement. Tu devras un jour en répondre devant Dieu, si tu es croyant. En attendant, tu pourras t’enorgueillir d’avoir cassé tes anciens qui n’avaient pour bouclier, face au pouvoir politique indigne, que leur honneur mué en un cri d’alarme. Et surtout tu pourras te complimenter d’avoir puni sous les feux de la rampe des soldats plus jeunes parce qu’ils avaient osé s’associer à ce cri de désespoir, à la vérité qu’il traduit. Tu pourras te vanter d’avoir en même temps jeté l’opprobre sur les Anciens et sanctionné des Jeunes, à cause de leur courage. ».

Tout est dit dans cette lettre ouverte, écrite au nom de Dieu, et qui fait entrer l’Église catholique dans le débat, malgré la frilosité et le silence coupable des évêques.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411




Macron le pire fossoyeur de la France : le réquisitoire du Lt-Colonel Guillemain

Ce livre de 200 pages, confié aux éditions Riposte Laïque, sans bla-bla, parfaitement argumenté, sans concession, dénonce une idéologie aussi trompeuse que mortelle, mais aussi la supercherie de la mondialisation. L’officier supérieur d’aviation met en garde contre « la menace existentielle qui plane sur une France millénaire », comme l’avait fait Philippe de Villiers voici quelques temps.

Ce pilote de chasse, qui « bombarde » Macron et l’Élysée, a le mérite de rechercher les racines du mal, dès le chapitre 1. Intitulé « Macron à l’Élysée, un coup d’État des juges et des médias », ce premier chapitre analyse l’effondrement de François Hollande, les révélations téléguidées du « Canard Enchaîné », la mise en examen de François Fillon et de sa femme Pénélope.

Jacques Guillemain décrypte une justice à deux vitesses. D’un côté, il y a le « massacre à la tronçonneuse » du candidat LR François Fillon. De l’autre, des juges qui classent à tour de bras les soupçons de financements irréguliers de la campagne d’Emmanuel Macron. Chiffres à l’appui, déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron en renfort.

Dans ce livre facile à lire et chiffré page après page, le pilote de chasse passe le « mur du son » lorsqu’il analyse l’outil industriel surbradé par Emmanuel Macron (chapitre 14) et les conséquences désastreuses pour la France, et le « tsunami migratoire » favorisé par un président de la République qui « accélère le Grand Remplacement » (chapitre 15), contrairement à ses engagements de campagne de 2017.

Jacques Guillemain a le mérite de rappeler aux lecteurs « qu’au moment de la crise des Gilets jaunes, ce sont 600 policiers et gendarmes qui protégeaient le Président tétanisé, terré dans son bunker élyséen. »

L’officier supérieur ne croit pas aux candidatures des généraux à la retraite. En l’absence d’une tête nouvelle à la présidentielle de 2022, dans le camp des patriotes, il recommande de voter Marine Le Pen. Mais, pour lui, point de salut sans une candidature d’Éric Zemmour, décrit par Jacques Guillemain comme l’homme providentiel.

« Verrons-nous un Zemmour se jeter dans l’arène pour nous préserver du naufrage ? Et redonner des couleurs à la France. Mais, le voudra-t-il ? » interroge « l’officier stratège » Jacques Guillemain, dans un discernement de dernière chance.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411
Journaliste et écrivain

https://lesobservateurs.ch/2021/04/29/macron-le-pire-fossoyeur-de-la-france-le-requisitoire-du-lt-colonel-jacques-guillemain/

quantité
1 livre €14,00 EUR
2 livres €20,00 EUR
3 livres €25,00 EUR
titre du 4eme livre

Chèques à adresser à Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

RIB : écrire à redaction@ripostelaique.com




Toulon : le sous-marin nucléaire « la Perle » sabordé par un incendie

Coup dur pour l’amiral Christophe Prazuck (à droite sur la photo du bas), le patron de la marine française, qui assiste impuissant à la destruction d’un des six sous-marins nucléaires français à quai, sans combat… Ce qui réduit dramatiquement ses capacités opérationnelles, alors que le porte-avions Charles de Gaulle est immobilisé suite à l’épidémie de Coronavirus.

Accident ou acte criminel ? Incendie accidentel ou feu volontaire ? Certains médias s’interrogent, car cette destruction survient au moment où l’Australie a passé commande de six sous-marins à la France.

https://fr.blastingnews.com/societe/2020/06/le-sous-marin-nucleaire-la-perle-detruit-en-rade-de-toulon-par-un-incendie-003156414.html

La destruction à quai du dernier fleuron des sous-marins nucléaires d’attaque français pourrait compromettre la finalisation du marché australien et la livraison des six sous-marins commandés, si l’Australie vient à douter du savoir-faire français. Ce ne serait pas la première fois que des services secrets ou des nageurs de combat étrangers détruisent un bâtiment. La France, à la grande époque de Bob Maloubier, avait, elle aussi, une certaine compétence en la matière, avec ses spécialistes de la base Corse d’Aspretto, qui intervenaient aux quatre coins du monde.

L’Armée chinoise a vu d’un très mauvais œil la commande australienne de sous-marins à la France. Si l’Australie veut se doter d’une flotte de sous-marins compétitifs et fonctionnels, c’est justement pour ralentir les appétits maritimes chinois à ses portes et les multiples colonisations d’îlots désaffectés par les Chinois pour agrandir leur espace maritime !

 

Avec l’ami Robert (alias Bob) Maloubier, créateur des nageurs de combat français, nous avions eu de longues conversations sur les sabotages des navires dans les ports français ou l’intrusion d’agents étrangers, capables de détruire les navires les plus sophistiqués, en simulant un accident…

Dernier fleuron des sous-marins nucléaires français, de classe rubis, la Perle est désormais hors de combat dans la rade de Toulon, port militaire français célèbre pour le sabordage de la flotte française le 27 novembre 1942, lorsque l’armée allemande a tenté de s’emparer de la flotte française, alors consignée au port de Toulon.

Au lieu de rejoindre les forces alliées en Afrique du Nord, près de 90 bâtiments français, dont la totalité des bâtiments de haute mer, se sont sabordés sur ordre du gouvernement de Vichy « pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi ». Tous les grands bâtiments de combat français les plus modernes furent alors coulés et irrécupérables.

Que s’est-il passé dans le port militaire de Toulon ? Contacté par téléphone le 12 juin 2020, le chef d’état-major de la marine nationale, l’amiral Christophe Prazuck (à ce poste depuis 2016) n’a pas souhaité s’exprimer, « devoir de réserve oblige ! ». On imagine que l’amiral Christophe Prazuck est sous le choc, car un sixième de la flotte de sous-marins nucléaires est désormais hors combat. « Tonnerre de Brest » aurait hurlé le capitaine Haddock !

14 heures de lutte contre l’incendie ravageant « la Perle »

Une centaine de marins pompiers, renforcés par 150 soutiens de la base navale de Toulon, ont combattu le feu durant 14 heures, dans des conditions extrêmement pénibles. Le sous-marin de la classe Rubis était à l’arrêt technique dans un des bassins de la base militaire et « la marine ne déplore aucun blessé » précise un porte-parole de l’état-major.

Aucun risque nucléaire lié au combustible de « la Perle »

Les autorités françaises se sont voulues rassurantes. « Aucun risque nucléaire n’est à craindre, en raison du combustible du sous-marin » a expliqué la ministre des Armées Florence Parly aux médias nationaux français. À ce stade, personne n’est en mesure d’expliquer les origines de ce spectaculaire incendie au cœur de la base navale. Une enquête judiciaire a été ouverte.

Plusieurs procédures d’enquêtes techniques ont été lancées par la marine et l’inspection générale de l’armée a également été saisie.

Car c’est la première fois qu’un sous-marin nucléaire est détruit à quai. Certes, la France a perdu un certain nombre de sous-marins en mer depuis les années 60, pour des raisons inexpliquées, comme la Russie ou les États-Unis.

Le courage des hommes du feu a été salué par Florence Parly, la ministre de la Défense nationale. Un hommage mérité, car la lutte a duré 14 heures, rendue difficile par l’accès étroit du kiosque de l’engin et la faible largeur du bâtiment.

Tous les quotidiens français ont fait la « Une » avec cette affaire d’incendie dans un sous-marin nucléaire, faisant passer au second plan la lutte contre le grand banditisme de Lyon où le sang des caïds pourrait couler ou encore la situation de ville de Grenoble en passe d’être la capitale de la prostitution, et les actions quotidiennes de la police judiciaire, et les manifestations de policiers dans les rues.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://fr.blastingnews.com/societe/2020/06/le-sous-marin-nucleaire-la-perle-detruit-en-rade-de-toulon-par-un-incendie-003156414.html

https://www.ladepeche.fr/2020/06/13/le-feu-a-bord-du-sous-marin-nucleaire-perle-eteint-apres-14-heures-de-lutte,8930917.php

http://www.opex360.com/2016/01/11/le-marin-nucleaire-dattaque-perle-sest-distingue-lors-de-deux-exercices-internationaux/

https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/robert-maloubier-1923-2015

 

 

 




Quelques conseils à Depardieu, s’il veut vraiment s’installer en Algérie…

Tout a commencé par une déclaration de Gérard Depardieu sur le plateau de « Quotidien », le 13 février 2018 : « Les Algériens qui vivent à Marseille ne pourraient pas se comporter comme ils se comportent à Marseille, en Algérie. »

Cette « sentence », mal exprimée, risquait de faire polémique, aussi Depardieu n’a pas tardé à clarifier sa pensée dans le quotidien marseillais « La Provence » : « Cela a, peut-être, été mal compris. Je vais bientôt habiter en Algérie, comme Éric Cantona d’ailleurs, qui habite Oran. J’ai choisi Alger. C’est un pays splendide. Ce que j’ai voulu dire, c’est que les Algériens de Marseille n’oseraient pas dire le quart de ce qu’ils disent en Algérie. Le sens du respect se perd. Il est beaucoup plus marqué là-bas. Je me suis intéressé à l’histoire de l’Algérie. C’est un peuple d’une grande intelligence, qui a été « bousculé » par une armée d’analphabètes en 1830. »

Depardieu ajoute : « Jamais vous ne verrez un Algérien mal se comporter en Algérie, car ils sont vite ramenés par les « anciens » et par le « respect ». »

Il semble, apparemment, que vous avez particulièrement apprécié, alors que vous interprétez actuellement le rôle de Robert Taro, maire de Marseille, dans justement la série « Marseille », le comportement des « amis » de Samia Ghali, qui souhaite, mais elle pour de bon, vous succéder à la mairie, lors des prochaines municipales.

Toutes ces déclarations méritent quelques réponses car, malgré ses 69 ans, Depardieu a encore beaucoup à apprendre et si la locution « In vino Veritas » devrait lui convenir parfaitement, osons lui dire que « sa vérité » ce n’est pas en Algérie qu’il la trouvera !

Il s’est intéressé à l’histoire de l’Algérie, déclare-t-il. Il devrait savoir alors que « l’armée d’analphabètes a conquis, en 1830, un territoire qui ne s’appelait pas encore l’Algérie.

Que cette armée d’analphabètes a « foutu » une raclée aux Turcs, tout d’abord, puis aux « hordes » d’Abd-el-Kader ensuite.

Que cette armée d’analphabètes a mis fin à l’esclavage qui se pratiquait depuis des siècles, organisé et commercialisé par les Arabes et les « roitelets nègres », dans toute l’Afrique, en mer Méditerranée et sur les côtes du sud de l’Europe.

Que des soldats « analphabètes », de cette armée française, aient commencé à « construire » l’Algérie et cette construction s’est poursuivie avec l’arrivée des « communards » de 1848, des Alsaciens-lorrains de 1870, puis des Espagnols, des Italiens, des Maltais, des Suisses, etc. et, grâce à « tous ces analphabètes », effectivement, l’Algérie est devenue l’un des plus beaux pays, « splendide », comme vous dîtes, mais pas grâce à « ce peuple d’une grande intelligence » car, depuis leur indépendance, il y aura bientôt 60 ans, on peut se demander où « cette grande intelligence est passée ? » en constatant l’état de grande déliquescence dans lequel il a sombré !

Renseignez-vous auprès de ceux, nombreux, qui préfèrent « transporter » leur grande et réelle intelligence sous d’autres cieux, les Boualem Sansal, Kamel Daoud, Karim Akouche, et bien d’autres encore !

Permettez-moi de rectifier une autre de vos erreurs, Éric Cantona, qui lui, aurait des raisons effectivement de résider en Algérie, puisqu’il est marié avec Rachida Brakni, une française d’origine algérienne, vit, avec sa femme et ses enfants, au Portugal et cela depuis une dizaine d’années.

Après Nechin, en Belgique, et Saransk, en république russe de Mordovie, c’est peut-être dans ce Portugal que vous transporterez bientôt vos bagages… quand vous aurez compris ?

Compris que si les Algériens ne se comportent pas en Algérie comme ils se comportent à Marseille, ce n’est pas du tout par « respect » pour les « anciens » (ces derniers, hélas ! A part s’ils appartiennent à la classe dirigeante du pays, n’ont plus droit au « respect ») mais par « peur du gendarme », de la « Police » et de la « prison », qui n’ont rien de commun avec ce que leur propose notre justice et nos (forces de l’ordre), entre parenthèses.

Compris que si vous avez « aimé » et « apprécié » Vladimir Poutine, la Russie et sa démocratie, au point de devenir citoyen russe, il m’étonnerait fort que vous soyez séduit par la « démocratie » particulière de l’Algérie au point de vous « convertir » !

Compris que ce que vous avez défini comme étant la France « Un pays peuplé d’imbéciles qui font du vin et du fromage qui pue pour les touristes. Pays où il n’y a plus de liberté, où les gens sont manipulés », pourrait un jour prochain devenir votre constat sur l’Algérie, en remplaçant « vin et fromage qui pue » par « hydrocarbures et gaz de schiste » !

Puisqu’il est question de vin, l’une de vos spécialités, vous nous apprenez que le président Bouteflika, votre ami puisqu’il vous tutoie, vous aurait proposé (quand il pouvait encore s’exprimer) de vous associer au vignoble de 50 hectares, le « Domaine de Saint-Augustin », qu’il possède à Tlemcen : « Ne t’en fais pas, avec toi ce ne sera plus du 60/40, on va s’arranger ! »

Un dernier conseil : vous êtes certainement un vrai spécialiste en œnologie mais vous ne l’êtes probablement pas en lois algériennes… prenez vos précautions, bien que vous ne soyez pas « analphabète », comme très certainement l’était l’un de vos ascendants !

Manuel Gomez




Le NPA, ou le Nouveau Parti Antimilitariste

Un article déjà ancien de Riposte Laïque avait à juste titre appelé le NPA, le Nouveau Parti d’Allah (1), en raison de la fille voilée qui s’était présentée sur la liste électorale de cette formation gauchiste (on devrait dire « mondial-socialiste »). Que le Lecteur, s’il était encore titillé par le prurit de voter pour l’extrême gauche en 2012, ne s’y trompe pas ! La récente passation des pouvoirs de Besancenot à Poutou ne changera rien aux positions de ce groupuscule qui prétend devenir un parti : il n’est qu’à lire leurs motions pour s’en apercevoir. Une hystérie autogestionnaire doublée d’un immigrationnisme et d’une xénophilie échevelés leur tient lieu de programme. En gros : 1) établir des espèces de soviets locaux partout, à l’école, dans l’entreprise, dans l’administration, en ville, à la campagne (pourquoi pas dans les boîtes à partouze pendant qu’on y est ?) afin de promouvoir l’autogestion socio-économique, 2) accueillir en frères aimés tous ceux qui ressemblent de près ou de loin à des étrangers, ou à des immigrés, et bien sûr installer une répression sans merci sur les méchants racistes que sont les Français grincheux et soucieux de la Patrie.
Je me contenterai d’un florilège de citations tiré de ce texte ahurissant, proclamé le mardi 15 février 2011 dans le sillage du Premier Congrès du NPA, et intitulé « Nos réponses à la crise » (2).

Sur l’esprit général du texte :

« Une démocratie politique élargie implique de rompre avec les institutions de la Ve République et leur hyper présidentialisme, de supprimer la fonction présidentielle. De revendiquer la proportionnelle intégrale, l’élection d’une Assemblée constituante, la suppression de toutes les instances qui comme le Sénat ou le Conseil constitutionnel confisque encore plus la démocratie. D’établir une rotation et une limitation stricte des mandats, la parité réelle dans tout corps élu. De développer une citoyenneté complète de résidents-travailleurs basé sur le droit du sol intégral. Ces nouvelles conquêtes démocratiques ne peuvent se penser sans des mobilisations profondes, émancipatrices, inventant de nouvelles formes de pratiques démocratiques répondant aux défis du monde d’aujourd’hui. »

Sur le projet autogestionnaire :

« Développer l’auto-organisation et les expériences d’autogestion »
« Dans tous les domaines, sur tous les terrains, la transformation sociale repose sur l’auto-activité des travailleurs et de la population. Nous encourageons en particulier toutes les formes d’auto-organisation ouvrière, de l’assemblée générale souveraine au comité de grève et aidons à développer chaque fois que les conditions sont réunies, toutes les expériences basées sur l’auto-activité des collectifs de salarié(e)s, de producteurs ou de citoyens dans tous les domaines de la production matérielle ou intellectuelle. L’ensemble des expériences socio-économiques autogérées et décentralisées doit ainsi être soutenu et renforcé: prise de contrôle d’entreprises en faillite par les salariés, mais aussi création de coopératives de production ou de services, de structures rapprochant producteurs et consommateurs, ou encore création de nouveaux biens communs sociaux comme les logiciels libres. »
« La planification socialiste écologique et démocratique »
« Dans la même logique, nous nous battons pour une sécurité sociale autogérée permettant aux assurés sociaux de prendre collectivement les décisions concernant leur salaire socialisé. C’est le sens de notre combat pour une sécurité sociale institution du salariat, dont les caisses seraient gérées uniquement par les représentants des assurés élus , sans présence des patrons ni intervention de l’ État, et où toutes les grandes décisions à chaque niveau seraient directement soumises aux assurés sociaux. »

 
Et plus particulièrement sur l’immigration :

« La diminution des libertés publiques, la remise en cause du droit syndical, l’arsenal répressif envers l’immigration, les politiques ultra-sécuritaires, accompagnent la régression sociale. Avec leur cortège de discours et d’actes xénophobes et racistes inspirés de l’extrême droite. »
« Défendre les droits des travailleurs et de leurs organisations syndicales, les droits des jeunes et des sans-papiers, des migrants, participe de ce combat. Nous voulons développer et conquérir tout ce qui permet aux travailleurs et à la population d’intervenir directement dans la gestion de la société, dans les entreprises, les services publics, les collectivités publiques. »

 
On n’en dira pas plus ; c’est du grand classique mondial-socialiste ou social-mondialiste. Tout le monde fraternisera dans un âge d’or qui découle immédiatement et nécessairement de l’élimination du méchant patronat et du vil actionnariat. Tout le monde aime tout le monde, et particulièrement le brave travailleur (français de souche ou français de cœur) dont chacun sait qu’il est énormément enrichi, dans sa vie quotidienne, par la présence de la diversité sociétale, et au premier chef par tous les branleurs subventionnés qui foutent régulièrement le feu à sa voiture ou à son immeuble… Nulle doute que les écoles, les entreprises, les institutions, avec ces belles assemblées générales dirigées par de vertueux leaders (s’ils sont barbus, c’est pas grave, pas vrai ?), deviendront des havres de paix, de culture, de bonheur et de fraternité ; je pourrais ajouter luxe, calme et volupté, mais je trouve que ça fait un peu moins sérieux…
Mais le meilleur du meilleur au NPA, c’est l’antimilitarisme. Cela vaut la peine qu’on cite ces envolées hystériques jusqu’au bout :

« Contre le militarisme et l’impérialisme, pour la coopération des peuples »
« Alors que tous les gouvernements prêchent et imposent rigueur et austérité à la population, les dépenses militaires, ce gaspillage éhonté, ne cessent de progresser. Le développement de l’économie de marché et du libéralisme à l’échelle mondiale à un niveau jamais vu s’accompagne d’une montée du militarisme, du maintien du monde dans un état de guerre chronique. Pour s’assurer le contrôle des sources d’approvisionnement en matières premières, en pétrole, comme celui des circuits des échanges, pour maintenir leur domination contre les peuples et tenter de préserver un équilibre mondial, que leur politique déstabilise en permanence, les USA et leurs alliés regroupés dans le cadre de l’OTAN accroissent leur pression militaire. Au cœur de cet affrontement, l’Afghanistan est le théâtre d’une guerre sans fin, comme encore en Irak ou au Moyen-Orient contre le peuple palestinien. »
« Nous ne voulons pas payer pour leurs guerres impérialistes, nous voulons mettre fin à ce gaspillage humain et à ces destructions. Nous plaçons au cœur de notre combat la lutte contre la guerre, pour le retrait de toutes les troupes d’Afghanistan, pour une paix démocratique qui respecte le droit des peuples. L’ Europe qui naîtra de la convergence des luttes sera une Europe de la paix, une Europe de la coopération des peuples pour mettre fin au militarisme. »

Le seul point qu’on peut partager avec le NPA, c’est qu’effectivement la France n’a rien à faire dans ces « guerres de délégation » abjectes, tissées d’incompétences et coûteuses en jeunes vies, qui servent à défendre à peu près tout et n’importe quoi, sauf la sécurité de la France, tant extérieure qu’intérieure. C’est le seul point sur lequel les restitutionnaires (nationalistes, nationaux-révolutionnaires, patriotes francs-tireurs, républicains de gauche, identitaires, souverainistes, etc.) sont en accord parfait avec l’extrême gauche.
Mais pour le reste du programme, le NPA c’est l’horreur pacifiste (car il existe une horreur pacifiste) à l’état brut. Ce sur quoi nous nous expliquons.
1) Assimilation du militarisme à l’impérialisme : on a envie de rétorquer à cette bande de cocus et à ses crétins-chefs qu’aucun peuple ne peut résister à l’impérialisme sans militarisme, que ces deux réalités, loin d’être assimilables, sont au contraire antagonistes. Il s’imagine quoi, Poutou ? Qu’un pays peut assurer sa sécurité tant intérieure qu’extérieure en tombant les armes et en se foutant à poil ? C’est avec des colliers de fleurs tressées qu’on défend la Patrie ? Première nouvelle ! On devrait rappeler au NPA ce que fut l’esprit de Munich…
2) L’idée ahurissante selon laquelle les dépenses militaires en France, en Europe seraient en constante augmentation. On passe ici de la simple connerie au mensonge éhonté. Ce qui caractérise la France et l’Union Européenne, c’est la diminution alarmante de leurs budgets militaires, les suppressions de postes militaires et de personnels civils de la défense, les fermetures de caserne, l’incompétence grandissante des armées incapables de faire autre chose que de s’enliser à l’étranger dans des pays pourtant miséreux, sans compter la question des soldats musulmans qui se mutinent à l’idée de tirer sur leurs frères en djihad… Le NPA devrait relire l’indépassable article de J.G. Malliarakis « Malheur au peuples qui ne se connaissent pas d’ennemis » (3), ou, de manière plus polémique, le dossier complet que consacre François Desouche au problème de l’islam dans l’armée française (4), à la suite des propos reprochés au Front National sur les soldats musulmans.
3) Enfin, la contradiction typique des pacifistes. Ils sont contre la RGPP, pour les postes de fonctionnaires, pour l’augmentation des « moyens » humains et matériel, mais dès qu’il s’agit de postes sécuritaires civils ou militaires, armée, police, gendarmerie, c’est la quasi-destruction de ces institutions qu’ils revendiquent. Curieusement, ils parlent moins de la magistrature, mais enfin, vu le nombre de juges gauchistes encartés au SM (Syndicat de la Magistrature) et proches du NPA, qui travaille main dans la main avec le SM notamment sur les droits des étrangers (5), tout cela se comprend fort bien…

Voulez-vous que je vous dise ? La substitution à Besancenot d’un ouvrier cégétiste comme Philippe Poutou, un peu plus crédible que le poupon déguisé en facteur, cette substitution, dis-je, n’y fera pas grand chose. Fidèles à un marxisme dévoyé de gens qui n’ont jamais lu Marx, et qui oublient un peu vite que Karl Marx soutenait la Commune de Paris en lutte contre l’ennemi prussien, ne retenant de Marx que son internationalisme de principe et le confondant avec un mondialisme xénophile dévirilisé, né après la Seconde Guerre Mondiale, et dont Marx ne pouvait pas avoir la moindre intuition à la fin du XIX° siècle, ces gens-là n’entendent la lutte que sous la forme de la lutte sociale, et encore sous ses aspects les plus bénins : les grèves bon-enfant et les A.G. ridicules où interviennent les génies des Alpes locaux, appelant à refaire le monde par l’alter-action « pacifique, ludique et festive ».
La gauche radicale, c’est l’horreur pacifiste. La gauche radicale, avec ses coups de mentons contre le patronat, ses fantasmes jamais inassouvis de bouffer de l’actionnaire et du banquier, ses déclarations de guerre au capitalisme proférées par des étudiants qui dépassent à peine les cinquante kilogrammes, la gauche radicale avec, en même temps, sa fascination pour les racailles, pour l’islam viril, pour la violence tout simplement (que cette armée de gugusses et de fantoches ne peut vivre que par procuration), cette gauche radicale, et j’y inclus le PG autant que le PCF à côté du NPA ou de LO, à côté des franges gauchistes des syndicats, à côté bien entendu des associations et des clubs « antiracistes », cette gauche-là, c’est le castrato-virilisme.
NOTES
(1)
http://ripostelaique.com/NPA-Nouveau-Parti-d-Allah.html
http://christinetasin.over-blog.fr/article-le-npa-ou-nouveau-parti-d-allah-affiche-de-plus-en-plus-ouvertement-sa-haine-de-la-france-et-des-fran-ais-57456643.html
(2)
http://www.npa2009.org/content/nos-r%C3%A9ponses-%C3%A0-la-crise-texte-vot%C3%A9-par-le-1er-congr%C3%A8s-du-npa
(3)
http://www.insolent.fr/2010/11/malheurs-aux-peuples-qui-ne-se-connaissent-pas-dennemis.html
Citation : « Les États-Unis portent actuellement encore 50 % en valeur des budgets de défense du monde entier. Mais, parallèlement, en Chine la croissance des dépenses militaires a atteint plus de 217 % en 10 ans. De 2001 à 2009, elles ont augmenté de plus 105 % en Russie, plus de 75 % aux USA, plus de 67 % en Inde et plus de 38 % au Brésil. En Europe elles reculent. » Et : « Cette année encore, cependant, l’effort militaire européen recule. La France passe pour l’un des rares pays à s’en préoccuper. Mais elle n’y consacre plus que 1,55 % de son produit intérieur brut. Les Américains 5 %. Les Chinois 10 %. »
(4)
http://www.fdesouche.com/20782-larmee-reconnait-que-quelques-soldats-musulmans-refusent-de-partir-en-afghanistan/comment-page-1
http://www.fdesouche.com/550-france-une-armee-islamiquement-correcte
http://www.fdesouche.com/134888-le-ramadan-des-musulmans-de-larmee-francaise
(5)
http://www.dailymotion.com/video/xepnuv_manifestation-a-paris-contre-la-xen_news
Vidéo à regarder in extenso, cela vaut le coup d’œil !




Dominique Strauss-Kahn coupable ou innocent : la Patrie en danger n’en a rien à foutre !

Décidément, il fait chaud. Ce passage de juin à juillet 2011 est riche en rebondissements et en violences, violences comme toujours politiques, même si l’UMPS s’emploie à nous cacher leur caractère politique. Je parle bien évidemment des violences de racailles, et non des violences institutionnelles, les violences institutionnelles n’étant que des actes de collusion avec la racaille comme on l’a vu pour des affaires comme celles de René Galinier ou de Marie-Neige Sardin, deux beaux arbres maltraités, mais résistants, qui cachent malheureusement la forêt des victimes suppliciées de ces régimes de collaboration systémique entre hypercapitalisme global, altermondialisme gauchiste et islam universaliste (car l’islam est un universalisme !) qu’on appelle pudiquement les « démocraties occidentales ».
Après l’agression insignifiante contre le Président de la République, qui déclenche de véritables passions virtuelles sur les pages gauchistes de la Toile (alors que cette agression n’est que l’agitation du rien sur fond de vide), après les rumeurs d’innocence concernant l’oligarque multimillionnaire DSK, présenté, avant son affaire, comme le sauveur de la France (DSK, nous voilà !), après les gamineries du Ministre de l’Intérieur qui veut aménager des horaires pour les fêtes juives, ce qui lui permettra ensuite de justifier très facilement les accommodements déraisonnables concédés ou à concéder aux sectateurs de Mahomet, il s’agit de bien comprendre que l’été sera chaud…
Comme d’habitude, c’est dans la presse locale ou marginale, en tout cas dans ce qui est difficilement retransmis au « 20 heures », que se situe le vrai bruissement du sociétal, et c’est là aussi qu’il faut savoir écouter les bruits de bottes allant en s’amplifiant. Et pas les bottes auxquelles songe le bien-penser.

Un article de La Dépêche, retransmis par François Desouche, nous apprend la terrifiante agression d’une caserne entière par un groupe de racailles. Je n’affirme pas que le cas fût sans précédent, car après tout, ne serait-ce qu’avec les agressions contre des gendarmes, l’armée française a déjà lourdement payé son tribut à la triple guerre civile actuelle, que je décrivais dans un autre écrit.
http://www.ladepeche.fr/article/2011/07/01/1119672-une-bande-de-jeunes-armes-attaque-la-caserne.html
http://www.fdesouche.com/223822-castres-une-bande-de-jeunes-armes-attaque-la-caserne-du-8eme-rpima
http://ripostelaique.com/en-france-en-2011-c%E2%80%99est-bien-a-une-triple-guerre-civile-a-laquelle-il-faut-helas-se-preparer.html
Toujours est-il que l’agression de Castres, contre une caserne de parachutistes (le 8° RPIMA), me paraît une information autrement plus intéressante que l’innocence retrouvée – ou reperdue – de DSK, ou encore les frasques dérisoires d’Hermann Fuster. Du reste, les commentaires que j’ai lu sur F. Desouche à propos de l’affaire de Castres ne s’y trompent guère ; les lecteurs du site, pourtant habitués à scruter le sociétal et le géostratégique au moins autant que nous, reconnaissent qu’un pas a été franchi.
Cette expédition de racailles, apparemment, serait venue d’une agression de mystérieux paramilitaires contre des « jeunes de quartier ». Il suffit de citer La Dépêche.

En effet des incidents s’étaient produits peu avant allée Corbière, à proximité de Beaudecourt. Selon des riverains, vers 22 h 30, un groupe d’une trentaine de personnes, aux allures paramilitaires, a déboulé en courant en direction d’un « bar à chicha » en proférant des propos extrémistes et à caractère raciste. « Certains étaient cagoulés d’autres non, indique Xavier, qui réside au premier étage d’un immeuble HLM qui donne sur l’allée. J’ai entendu des cris, je me suis précipité à la fenêtre. J’ai vu des gars à l’allure militaire. Ils sont arrivés par le jardin Frascaty et se sont précipités vers le bar. Ils ont jeté des bouteilles vers les jeunes qui se trouvaient là et en ont coursé certains. Ils ont aussi abîmé des voitures. »
Au numéro 25 de l’allée, un voisin qui réside au-dessus de ce bar, aménagé dans une ancienne boulangerie, et ouvert de 18h à 1 h 30 du matin, confirme la virée. « Ils ont molesté le gérant et ont fait de la casse à l’intérieur, témoigne ce quinquagénaire. Cinq à six voitures ont été vandalisées dont ma Peugeot 207 décapotable. Depuis l’ouverture de ce lieu, on souffre certes de nuisances sonores mais il n’y avait jamais eu de violences. Ma capote a été lacérée. Je ne comprends pas. »

 
Cela fait belle lurette, à Riposte Laïque et ailleurs, que les articles bien-pensants, visant à présenter des hordes de racailles comme des victimes, nous laissent assez sceptiques. Si l’on en croit La Dépêche, on aurait affaire, en gros, à un groupe de jeunes de quartier qui aurait intenté une expédition de représailles, en quelque sorte légitime, contre un méchant groupe paramilitaire, en quelque sorte illégitime et raciste, et interprété comme venant de la caserne de Castres. La moralité de l’histoire, ma bonne dame, serait qu’au mieux il n’y en aurait pas un (groupe armé type racailles) pour racheter l’autre (groupe armé type paramilitaire). Et à la limite : les petits jeunes du quartier seraient quand même plus légitimes que ces affreux fachos venus les agresser gratuitement.
Bon. Vu le peu d’informations dont on dispose actuellement, et vu que les institutions de tout poil risquent fort de tout nous cacher, il ne reste à ce jour, et peut-être à jamais, que les ressources du bon sens. Ce qui, comme dirait le facétieux personnage d’Agatha Christie, nous amène à quelques conclusions tirées de nos petites cellules grises.

1) Un bar à chicha est un établissement totalement illégal depuis la répression anti-tabac, ce que les commentateurs de F. Desouche ont très bien aperçu.
2) Le bar à chicha remplace une boulangerie, et il est ouvert tard le soir. Un lieu éminemment recommandable sans doute, où se rencontrent essentiellement des intellectuels… En outre, c’est tout de même bizarre, en France, cette épidémie de boucheries et de boulangeries qui ferment (et dont on murmure qu’elles étaient souvent tenues par des Français de souche) pour être remplacées par de pieux commerces halal. Vertu, quand tu nous tiens !
3) Rien n’indique dans l’article que le groupe paramilitaire auteur de la présumée agression contre les jeunes du bar et du quartier soit composé de gens issus de la caserne de Castres.
4) Rien n’indique que le groupe paramilitaire ne se soit pas constitué lui-même après une première agression perpétrée par des racailles contre des membres de ce groupe ou des proches de ce groupe ; d’ailleurs le bruit court qu’en France, en raison de l’insécurité hallucinante qui règne désormais partout, renforcée par l’impunité quasi totale, renforcée encore par la criminalisation des victimes, il se constitue de temps à autres des milices de sécurité privée.
5) Autre hypothèse : rien n’indique que ce groupe paramilitaire ait existé en tant que tel. D’abord, il n’a d’existence que dans les témoignages des « gens du quartier ». Ensuite, qu’est-ce qui empêche que ce groupe ait été un gang de racailles rival d’autres racailles, venu pour en découdre dans un bar ? Qu’est-ce qui empêche même que ce groupe ait été une pure mise en scène des racailles elles-mêmes, afin de fournir un prétexte victimaire, destiné à légitimer, aux yeux des bien-pensants collaborationnistes, l’agression contre la caserne. D’ailleurs, le bruit court en France que certaines « agressions », disons de type « raciste » ou « islamophobe » (que c’est vilain ma bonne dame !), perpétrées contre des gens ou contre des lieux, seraient elles aussi de pure mises en scène destinées à fournir des prétextes victimaires afin de renforcer le collaborationnisme institutionnel. Les mauvaises langues affirment même que certaines profanations de cimetières chrétiens ou juifs, ou d’églises chrétiennes, ou de synagogues, où l’on retrouve comme un fait exprès des signes d’appartenance néo-nazis ou connotés extrême-droite, seraient en réalité des mises en scène de gauchistes ou encore de petits malins islamiques, qui s’adonneraient à ce genre d’activité pour jeter le discrédit sur tout ce qui ressemble de près ou de loin à un groupe patriotique. Rien n’empêche non plus un musulman de fabriquer de toute pièce une profanation contre l’islam afin de faire accuser les milieux patriotiques locaux… Notre présidente Christine Tasin avait elle-même été accusée sur Internet d’appeler à brûler le Coran ! Il s’en passe des choses en France. Lorsque je vois une croix nazie dessinée sur une église, par exemple, j’ai tendance à ne JAMAIS soupçonner les nationalistes, les patriotes ou les identitaires locaux. Je suis ainsi fait, il y a des gens comme ça… La faute aux petites cellules grises du détective.
6) Il existe d’ailleurs une présomption. Le groupe paramilitaire, selon La Dépêche, était composé d’une trentaine d’individus… exactement comme le groupe de racailles ! Là encore mon esprit chafouin me fait soupçonner des tas de choses : et si c’étaient les mêmes ? C’est mignon, comme programme : on décide de se faire une caserne de paras, lieu symbolique de force et de virilité, pour montrer à la France ahurie et dhimminuée que, décidément, les jeunes des cités ont d’énorme paires de couilles infiniment plus lourdes que celles des paras eux-mêmes, mais comme il faut tout de même un petit prétexte victimaire à fournir aux Français (un imam appellerait cela de la taqîya), on mime une attaque afin de déclencher les hostilités. D’ailleurs rien n’empêche, dans ce genre de mise en scène, de faire de vraies victimes et de vandaliser des voitures : il suffit de trouver deux ou trois personnes que les racailles, pour une raison ou pour une autre, ont dans le nez ; au choix, un honnête travailleur, un patriote qui en assez de voir pourrir sa vie locale, un grincheux, etc.
7) Enfin, et j’en terminerai là, en admettant même que ces angéliques jeunes gens de quartier aient été réellement molestés par des militaires, on peut malgré tout s’interroger sur la mentalité de ces jeunes qui se font justice eux-mêmes de cette façon, de manière aussi décomplexée, alors que des René Galinier ont connu la prison pour s’être défendus et que des Marie-Neige Sardin ont été lourdement condamnées pour avoir protesté contre un tapage nocturne. En réalité, il ne faut pas prendre les Français pour des poires : nous savons tous que si l’incident avait tragiquement dégénéré, si l’une de ces malheureuses racailles-victimes avait été tuée par arme à feu par un militaire affolé et menacé dans sa vie, nulle doute que ce brave para aurait été plongé pour des années en prison, alors même que des auteurs de vols, de viols, de lynchages et de meurtres se pavanent dans nos villes et dans nos villages, tous les jours, sans que personne ne songe à leur faire passer ne serait-ce que deux heures en garde-à-vue.

Le Lecteur va me demander : mais qu’est-ce que cette enquête du bon sens (les meilleurs détectives, vous les trouverez à Riposte Laïque !), qu’est-ce que cette enquête du bon sens vient faire dans un article consacré à Dominique Strauss-Kahn ? Réponse : elle a tout à y faire.
Cet article a pour seul but de démontrer, une fois de plus (nous n’en sommes pas à notre coup d’essai) que la Patrie est en danger, en grave danger, que tous les jours de vraies victimes et de vrais innocents vont en prison, pour de très lourdes peines, pour d’ailleurs s’y faire massacrer par des racailles (1) qui, elles, n’y sont que pour de courtes peines ; que tous les jours de vrais coupables et de vraies ordures n’y vont pas, en prison ; que tous les jours de vrais salauds dictent leurs conditions à la Justice, aux politiques, et aux médias, qui se prêtent à ce jeu avec une complaisance hallucinée ; que tous les jours les symboles nationaux sont bafoués, que l’insécurité et l’inversion des valeurs atteignent des niveaux inouïs ; que la ville de Castres, lapsus involontaire, vient de connaître la castration symbolique de son armée et de ses militaires ; bref, en conclusion, que l’innocence ou la culpabilité de DSK, la Nation s’en fout et la Patrie s’en tamponne !
Coupable ou innocent, ce n’est pas d’un multimillionnaire de « gauche » vendu aux oligarchies bancaires dont la France a besoin. La Patrie, la Nation, la France ne voteront jamais pour un DSK, ni pour aucun socialiste. La gauche, sous sa forme radicale ou social-démocrate, c’est aujourd’hui le pire des fascismes, l’horreur absolue, non pas simplement un totalitarisme abject, mais bel et bien le totalitarisme de l’abjection.
LE MEILLEUR SLOGAN ELECTORAL :
AVEC OU SANS DSK, TOUT SAUF LA GAUCHE EN 2012 !
Jacques Philarchein
(1) http://www.fdesouche.com/223688-%C2%AB-ma-premiere-incarceration-n%E2%80%99a-pas-ete-facile-j%E2%80%99etais-le-seul-francais-%C2%BB