1

Mali : la France a perdu face aux mercenaires de Wagner

Nouveaux croisés, incompris par les « bobos » et journalistes français, les « chiens de guerre » de Wagner sont le dernier rempart face aux terroristes islamiques dans de nombreux pays.

En quelques mois, quelques centaines de mercenaires russes de la société privée de Wagner ont obtenu plus de succès face aux terroristes islamistes que les 5 000 soldats français déployés par François Hollande et Emmanuel Macron au Mali. Il est vrai que les professionnels du groupe Wagner sont tous des combattants, des prétoriens comme ceux commandés par le français Bob Denard à l’époque des guerres coloniales et de la décolonisation. A la différence des troupes françaises de la force Barkhane, constituée d’états majors avec étoilés à l’arrière, et d’une foule d’officiers chargés de la logistique, de la préparation des opérations, de la planification.

J’ai toujours défendu l’armée française, les héros sacrifiés, les soldats héroïques dans mes écrits, notamment dans la Revue de la Défense Nationale (RDN).

.https://www.fnapara.fr/la-legende-bigeard-une-rage-de-vaincre-rare-aujourdhui-de-francis-gruzelle-journaliste/

Mais, au Mali, nos courageux soldats ont été trahis par les politiques français, et non pas bénéficié de moyens technologiques modernes. D’où les faibles résultats obtenus. Et les retraits successifs de troupes, décidées par Paris, ont aggravé leur situation précaire sur le terrain.

L’expulsion de l’ambassadeur de France au mali était prévisible depuis de nombreux mois. Surtout depuis que le septuagénaire « Papy Le Drian », tel un coq juché sur un tas de fumier, s’est mis à pérorer des conneries contre les nouveaux dirigeants maliens. Dès l’été dernier, le vieillard breton chargé des affaires étrangères avait donné le ton, en demandant au chef de la junte militaire de rétablir à la tête du pays les politiques maliens corrompus et formés par les politicards français. Une intrusion jugée inadmissible par les militaires maliens qui tentent de redresser cette ancienne colonie française.

Mais, le vieillard breton ,’allait pas s’arrêter là. En septembre 2021, il remettait le couvert. La présence de mercenaires de la société privée Wagner au Mali « serait incompatible avec la présence internationale et européenne », a averti Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, le 16 septembre 2021, sur les ondes de franceinfo. Le papy en chef de la diplomatie française réagissait à une éventuelle coopération entre le Mali et le groupe paramilitaire. Mais qui est ce groupe Wagner et pourquoi les médias français le dépeignent d’une manière aussi noire ? Voici quelques éléments de compréhension.

Wagner ou PMC Wagner est une société de mercenaires russe créée par Dmitri Outkin, un ancien officier du GRU (renseignements militaires russes). Le groupe paramilitaire est connu depuis 2014 pour son implication dans le conflit en Syrie un an plus tard, dans le sillage de l’armée russe.

Les mercenaires, qui le composent, ont souvent été formés à la rude école des unités spéciales russes. Lorsque des terroristes islamistes ou tchetchènes ont tenté de prendre le contrôle de certaines provinces russes ou de républiques de l’ancienne URSS, ces jeunes militaires ou mercenaires ont sauvé la situation. Ils savent localiser, détecter et traquer les rebelles islamistes, en ayant une « bonne connaissance du gibier et des habitudes ».

Le premier déploiement connu des « agents privés » de Wagner sur le continent africain a lieu en 2018 en Centrafrique. Il intervient alors avec le feu orange de Moscou, dans le cadre d’un accord de coopération militaire qui permet à Moscou de bénéficier de concessions minières en échange de ses services. Le groupe de mercenaires opère au même moment en Libye, au service du général Haftar, le chef de l’autoproclamée Armée nationale libyenne. Formation d’officiers, protection de sites pétroliers, renseignements… « Un mode opératoire multi-facettes« , selon l’Institut Open diplomacy qui se décline au sein d’autres terrains en Afrique, comme au Soudan sous le régime d’Omar el-Béchir ou bien encore au Mozambique. Il s’agit souvent d’Etats en quête de soutiens économique, politique ou sécuritaire.

« Nous sommes là où règne l’anarchie« , « Où nous sommes, il y a la paix », “La justice avant tout”, « Nous sommes contre ceux qui tuent les enfants, les femmes et les personnes âgées« . autant dire que les mercenaires du groupe Wagner affiche la couleur sur son site internet. Le groupe russe Wagner se présente comme un regroupement de « personnes prêtes à donner leur vie dans la lutte pour la justice (…) et n’acceptant pas l’oppression des civils« . Wagner offre un idéal très éloigné de celui brossé par de nombreux médias français ou occidentaux, mais proche de celui brossé par l’écrivain et ex officier Jean Lartéguy, dans ses livres « les Centurions », « les Prétoriens » ou encore « la guerre à nue ».

Ces « chiens de guerre » ont forgé leur légende dès le milieu des années 2010 en Syrie, lorsque la terre se dérobait sous les pieds du président légal Bachar al-Assad, ils seraient aujourd’hui 5000 mercenaires sur les zones de conflit où la terreur islamique menace. Ces nouveaux croisés ont inversé la situation au Mozambique depuis 2019 en enrayant l’insurrection islamiste. Wagner compte aussi 300 mercenaires au Soudan. Il y a deux ans, ils ont participé au sauvetage du régime d’Omar el-Béchir.
Plus “officieusement”, Wagner est également présent au Zimbabwe, en Angola, à Madagascar, en Guinée et en Guinée-Bissau. 

Au Mali, les troupes d’élite de Wagner ont investi les zones les plus gangrénées par les terroristes islamistes. Selon des sources proches des autorités militaires françaises 450 mercenaires du groupe Wagner seraient déjà déployés au Mali, dont 200 à Ségou à 200 kilomètres au nord-est de Bamako sur le fleuve Niger, où prolifèrent les islamistes.

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/01/06/au-mali-les-mercenaires-wagner-progressent-au-centre-du-pays_6108476_3210.html

https://www.leparisien.fr/international/au-mali-les-mercenaires-russes-du-groupe-wagner-sont-arrives-23-12-2021-FPFDSKBFH5FETAMRAGVOISOS5A.php

https://mondafrique.com/mali-les-mercenaires-russes-de-wagner-sont-vus-partout-et-nulle-part/

Les autorités militaires françaises ne cachent pas leur inquiétude et craignent que la situation sur le terrain ne devienne intenable. À Paris, on scrute en effet avec la plus grande acuité l’arrivée au Mali des mercenaires russes de la Wagner. Actuellement, 450 hommes seraient déjà sur place, ils sont présents à Bamako, bien sûr, mais aussi à Tombouctou, Mopti, Sévaré et Ségou où sont déployés 200 mercenaires.

Voici 48 h, une nouvelle arrivée, par tupolev, de mercenaires de Wagner porte désormais à plus de 600 le nombre de combattants déployés au Mali, comme l’indiquait Le Monde le 28 janvier. Les effectifs, estimés à 450 opérateurs le 20 janvier, ont donc augmenté de 150 mercenaires en une dizaine de jours. Ce chiffre devrait encore grimper ces prochaines semaines, pour atteindre probablement un millier de combattants, selon une source familière du théâtre sahélien.

Selon nos confrères de la rédaction de Challenges, les nouveaux mercenaires de Wagner, équipés de blindés des forces armées maliennes (Typhoon notamment), sont ensuite déployés dans le centre du pays, dans les régions de Mopti, Sévaré, Ségou. Comme révélé par Challenges, ils ont aussi pris pied à Sofara, sur une base du Bataillon autonome des forces spéciales et des centres d’aguerrissement (BAFS-CA), l’unité que commande le colonel Assimi Goïta, nouvel homme fort du pays depuis le putsch de mai 2021. Quelques éléments de Wagner, accompagnant des instructeurs de l’armée russe, ont également été identifiés à Tombouctou, que Barkhane a quitté il y a quelques semaines.

« Papy Le Drian » peut donc dormir en paix. La relève de l’armée française est assurée par des troupes d’élite bien équipées, ayant fait leur preuve contre les islamistes depuis 2010.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 

 

 

Légende  photo : Nouveaux croisés, incompris par les « bobos » et journalistes français, les « chiens de guerre » de Wagner sont le dernier rempart face aux terroristes islamiques dans de nombreux pays.




Syrie : Erdogan va prendre une trempe par Bachar el-Assad

Vladimir Poutine soutient Bachar el-Assad qui est au service du peuple syrien.

Il semble bien que le dictateur turc Erdogan va se prendre une fessée en Syrie !

L’agence de presse officielle syrienne SANA a rapporté que des soldats de l’armée et leurs alliés ont réussi à prendre le contrôle total de la région de Tal Nar. Certes, cette information nous vient aussi d’un site de presse iranien PresseTv.com  qui a sans doute intérêt à propager ce genre de nouvelles !
Mais il nous vient aussi de Montréal, qui pour le coup, n’a pas d’intérêt particulier. On remarquera que la télévision et les médias français n’en disent pas un mot ! Faut-il s’en étonner ? Pas vraiment !
https://www.journaldemontreal.com/2020/02/25/sauver-la-face-en-syrie-le-casse-tete-derdogan

Recep Tayyip Erdogan qui veut la renaissance de « la Grande Porte », se la prend en pleine tronche

Il n’en reste pas moins que, si l’on va du côté de RT-France, ou Spoutnik, nous avons aussi le même type d’informations sur la guerre de Bachar el-Assad contre les terroristes soutenus par le Qatar, la Turquie, les USA, la France et l’UE ! Mais si le ministère syrien des Transports déclare samedi que l’autoroute M-5 qui relie la capitale, Damas, à la ville d’Alep, dans le nord du pays, est désormais ouverte au public, on peut se dire que ce n’est pas pour faire le guignol ou faire de la propagande !
Au fond, le dictateur turc Erdogan commence à retirer sa ceinture, et se prépare à descendre le pantalon. Les Russes n’ont pas du tout l’intention de le laisser faire en Syrie et s’accaparer une partie du territoire syrien !
Il y a une tendance habituelle chez les dictateurs ! Pour asseoir leur hégémonie, ils sont condamnés à en faire toujours plus ! Que ce soit Lénine, Mussolini, Staline ou Hitler, ils se sont tous sentis obligés de franchir les lignes ! Souvent ça marche !  Au début, jusqu’au jour où la ligne franchie s’avère être vraiment rouge !
La Syrie après 9 ans de guerre pour quelques pétrodollars de plus

Que nous dit « Le Monde », journal de la bien-pensance ? « Idlib est le théâtre d’affrontements entre les forces d’Assad, soutenues par l’aviation russe, et la rébellion syrienne, épaulée par l’armée turque. » On notera au passage que ce journal utilise le mot rébellion et non celui d’islamistes, de terroristes de la pire obédience puisque ce sont des militants d’Al-Qaïda qui sont tout de même, excusez du peu, responsables de l’attentat du World Trade Center de sept 2001 à New-York (quatre avions détournés par 19 terroristes d’Al-Qaïda qui ont causé la mort de 2 977 personnes et blessé 6 291 autres. Sans compter les milliers de cas de cancer) !
Ce journal est donc clairement coincé mais fait des choix discutables du fait qu’il déteste la Russie de Vladimir Poutine, et le Président Bachar el-Assad ! On a les amis que l’on choisit et le journal Le Monde a choisi !
Que penser de la propagande de 20 Minutes ? « la Syrie est aussi ravagée par une guerre civile, une guerre entre les habitants du pays. Bachar el-Assad, le Président, commande par la force : il fait massacrer tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui. » Chez eux aussi, pas un mot sur les combattants islamistes promouvant un État totalitaire où régnerait seule la charia, où serait bannie la liberté de conscience, et celle des femmes. Rien non plus sur les liens qu’ils ont avec Daesh. Ce seraient donc, pour 20 Minutes, des gentils résistants ! Pour qui prennent-ils les lecteurs ? Des couillons sûrement, des dindes au mieux !
Les soldats turcs paient le prix fort tandis que le dictateur Erdogan fait le matamore à Ankara car le dernier accrochage « porte à seize le nombre de militaires turcs tués depuis début février dans le dernier fief de la rébellion syrienne ». Il faut y ajouter ceux morts en Libye (Source)
Les Russes sont des pragmatiques, Vladimir Poutine est un joueur d’échecs, et il semble bien que nos dirigeants français, ceux de l’Union européenne si peu démocratique, et la pitoyable Angela Merkel qui compte ses sous, ne sont pas à la hauteur des enjeux !
La question se pose depuis que Nicolas Sarkozy a mis un regrettable coup de pied en Libye, soutenu par Ali Juppé, puis François Hollande et Laurent Fabius, aidé par l’inénarrable et millionnaire BHL. Comment la politique arabe française peut-elle être aussi idiote et suiviste ?
Les USA tentent de sortir du bourbier, et agissent en sous-main par Erdogan interposé ! Les différents gouvernements français ne disent rien au peuple de France, et surtout pas sur le rôle joué par notre porte-avions le Charles de Gaulle, qui est dans cette région en ce moment, mais qui ne serait pas innocent disent certains médias de cette région !
Heureusement pour eux, la France a le coronavirus ! Il permet de noyer l’affaire syrienne, les errements des gouvernements, et les erreurs de stratégies. Les séances de propagande dans les 20 h des télévisions de France sont de bons anesthésiants !  
Jusqu’ici, le coronavirus a fait moins de morts français que les actions des terroristes d’Al-Qaïda en Afghanistan, au Mali et en France, depuis le massacre de l’armée libyenne de Kadhafi et les milliers de morts qui ont suivi. Depuis, il y eut les mises en esclavage d’Africains attirés par le mirage d’une Europe facile à prendre, et vendue par les associations immigrationnistes, et les noyades en mer !
Je vous rassure, Nicolas Sarkozy dort comme un bébé et il poursuit ses bonnes relations avec le Qatar, l’un des instigateurs de ces guerres, pour faire transiter son gaz à travers l’Irak et la Syrie.
Je suis ravi que les USA tentent de se retirer de ce bourbier. Très content de la fessée que Erdogan va se prendre par Bachar el-Assad, puis de la claque qu’il va se prendre en Libye par le maréchal Haftar.
J’espère que l’Onu et l’UE vont se réveiller face à l’occupation de l’île de Chypre, tout comme je souhaite qu’Israël défende ses droits ainsi que ceux de la Grèce et de la Chypre indépendante à propos des champs pétrolifères et gaziers en Méditerranée sur leurs domaines d’exclusivité.
Je suis heureux aussi que les médias suivistes de la politique arabe imbécile de la France, depuis des décennies, soient prochainement obligés de manger leur chapeau. Reste à savoir comment ils vont s’y prendre.
Gérard Brazon




Guerre en Syrie : le parti-pris de Delphine Minoui contre Bachar !

La Syrie mène une guerre de libération de son territoire comme bien d’autres pays ont mené des guerres de reconquête. En France, bien mal placée pour critiquer cette action, on trouve des journalistes qui, sans aucune référence historique, affirment que le « régime de Damas s’obstine à reconquérir la province d’Idlib !

C’est ce qu’affirme Delphine Minoui, correspondante au Figaro, qui commence son reportage par une image littéraire censée frapper le lecteur, de pauvres enfants « aux mains gelées par le froid », en passant par les familles obligées de fuir dans des colonnes de voitures saturées et qui soulignerait la « crise humanitaire qui sévit dans cette province rebelle que le régime de Damas s’obstine à reconquérir » (Figaro 18 fév).

En France nous connaissons le parti pris des politiques et des journalistes anti- Bachar al Assad ! Tous, en 2011, au tout début de ce qui est devenu une guerre, personne ne donnait cher de Bachar ! C’était un autre tyran qui devait s’écrouler ! Les médias se prenaient pour des inquisiteurs, des Fouquier-Tinville ! Qu’importe si son régime était laïque, si les religions vivaient en bonne entente, si les femmes pouvaient circuler librement sans avoir à porter l’ignoble voile islamiste sexiste ! Il fallait, si on écoutait bien les médias et les politiciens bien-pensants, que la famille Assad tombe, que Bachar al Assad soit fusillé, ou pendu, ou étrillé sur la place publique. Il devait payer de sa vie, comme Saddam Hussein, ou Mouammar Kadhafi, les « horreurs commises », disaient-ils, par son régime !
On sait, depuis la chute d’Hussein, sa pendaison suite à un jugement inique, le massacre de Kadhafi téléguidé, dit-on, par les dirigeants français du moment, celle de Moubarak, de Ben Ali qui ont su se sauver à temps, que ces régimes politiques dictatoriaux certes, mais laïques, étaient en fait un barrage à l’intégrisme islamique bien plus meurtriers des Frères musulmans et des salafistes. Nous avons été les idiots utiles de l’Occident, et nous avons été manipulés par des intérêts autrement plus dangereux pour les peuples « libérés » d’un joug humain, pour tomber dans un autre joug religieux !
Ce n’est pas un NOUS collectif de citoyens de France, mais un nous des dirigeants français, toujours aussi corrompus, ou incapables de prendre des décisions dans l’intérêt général de la France ! La meilleure preuve étant la décision de détruire l’armée de Kadhafi avant qu’il ne règle par la force, la révolte des islamistes financés par le Qatar, à Benghazi !
On sait combien de milliers de morts depuis cette décision ! La réalité de l’esclavage des Africains depuis, combien de clandestins morts en mer, ou ceux qui ont envahi l’Europe et qui depuis, posent de vrais soucis de sécurité dans nos villes et villages et coûtent un « argent de dingue » ! Rassurez-vous, messieurs Sarkozy, Juppé, Hollande, Fabius, et autres BHL dorment sur leurs deux oreilles !  
Encore aujourd’hui, la presse fait de l’anti-Bachar, comme elle fait encore de l’anti-Poutine comme elle respire ! Les médias bien-pensants sont tellement aveugles ou idiots qu’ils ne peuvent pas comprendre que Bachar Al Assad veut absolument reconquérir la totalité de son territoire, et que la province d’Idlib en fait partie ! Ce n’est pas le dictateur Erdogan de la Turquie qui l’empêchera d’aller au bout de cette reconquête ! C’est un devoir impératif que peuvent comprendre de vrais chefs d’État comme Trump et Poutine, mais que ne semblent pas comprendre les dirigeants européens pour lesquels patrie et nation sont des notions inconnues de leur vocabulaire !

La réflexion de Delphine Minoui est stupide, car aucun pays ne peut accepter d’être amputé sans réaction ! La Turquie a soutenu les islamistes d’Al-Qaïda, elle soutient également des mercenaires syriens, opposants à la Syrie légale. Si je suis son raisonnement, il aurait fallu que Clemenceau abandonnât l’idée de reconquérir l’Alsace et la Lorraine ! Après 4 ans de guerre et des millions de morts. Avec en prime, la présence de divisions allemandes ! Bêtise de bobos déconnectés !  
Ce correspondant donne la parole à Abu Malek al Chami, ex-révolutionnaire, ennemi de Bachar Al Assad qui ose parler « du peuple syrien tué dans le plus grand silence et de la manière la plus horrible » ! Qui a commencé le massacre ? Qui a lancé la première pierre ? 
Ce correspondant parle de bombardements sur des zones civiles, des hôpitaux, mais ne dit mot sur le fait qu’en face, ce ne sont pas des anges ! La même technique consistant à appuyer sur l’émotionnel, la mise en place de la vaseline journalistique, afin de faciliter le passage en force. Mais les mouches françaises ne croient plus à ces tentatives d’enculage systématique !
Entre-temps, lesdites mouches, ou les caves, les bêlants, ont bien compris que les dirigeants au pouvoir, de droite comme de gauche, de Sarkozy à Macron en passant par Hollande, et les dirigeants de multinationales, voulaient surtout éviter d’afficher au grand jour leurs complicités. Éviter de dire pour qui ils travaillaient finalement. Pour quels intérêts pétroliers et gaziers ils couvraient ces guerres en se foutant complètement des « petits enfants aux mains gelées par le froid » !
Gérard Brazon




Syrie : Ran Halévi, chercheur au CNRS, veut bombarder l’armée russe

 

Dans le Figaro du 20 avril, j’ai été sidéré par une opinion de Ran Halevi d’une violence incroyable contre la Syrie, Bachar El Assad, et ses alliés russes et iraniens.

Je partage en partie sa méfiance envers les Iraniens et leur régime islamiste. De même que son horreur du Hetzbollah qui désire la mort d’Israël à terme. Mais est-il nécessaire de pousser le discours au point que l’on peut y voir une véritable haine quasi viscérale envers la Syrie et son Président.

Ran Halévi n’est pas un clochard, c’est une personnalité imminente, un directeur de recherche au CNRS qui dit analyser la situation de la riposte occidentale en Syrie. Pour lui, son analyse ne laisse aucune place au doute ! C’est bien Bachar El Assad qui a gazé Duma ! Etait-il présent ? Pas de soucis, c’est quand même Bachar El Assad. Un doute sur la prétendue association des Casques Blancs financés par les Anglais ? Pas du tout ! Une petite suspicion peut-être sur ces casques blancs qui seraient aussi des islamistes ? Que nenni vous dis-je ! Bachar est le méchant, Bachar est un gazeur, Bachar est nocif ! Point barre.

A la question si la Syrie passait de la guerre civile à la guerre régionale, il pense que c’est tout à fait possible suite aux bombardements des « sites d’armements syriens ». De quels sites parle-t-il ? Aurait-il visité ces sites, vu les armes chimiques ou, se fait-il le porte-parole de la doxa occidentale.  Pour lui, les Occidentaux avaient comme mission première « de brider les agissements dangereux de Damas et de Téhéran, et mettre au défi le pouvoir quasi hégémonique de la Russie en Syrie » ! Pas un mot sur les agissements des islamistes. Il va plus loin en utilisant des adjectifs forts comme « la riposte occidentale au massacre chimique de la Douma » même s’il dit tout de même « qu’il y aurait de sérieuses réserves qu’on ne saurait méconnaître » ! Mettre dans la même phrase, les mots massacre chimique et sérieuses réserves relève quasi de l’oxymore !

Bachar El Assad est appelé tyranneau qui viole les lois internationales alors même qu’il passe sous silence le fait que les Occidentaux bombardent sans l’aval de l’ONU ! D’autant plus que j’ai le souvenir que la Serbie fut elle aussi bombardé en 1989 par l’OTAN, sans l’aval de personne ! Monsieur Ran Halévi a des humeurs à géométrie variable !

Il se trouve que finalement ce fut un bombardement pour rien ! Il aurait fallu bombarder les zones russes, l’infrastructure militaire syrienne, et probablement saper celles des Iraniens ! Dans le genre pacifiste, il y a mieux ! « Et même si Bachar s’abstient dorénavant d’utiliser l’arme chimique (là, pour lui, pas de doutes) « la riposte occidentale précautionneuse paraît lui accorder un blanc-seing pour continuer à massacrer son peuple pour peu que ce soit avec des armes traditionnelles » Toujours pas un mot sur les islamistes !

Le pire est à venir, car il ne prend plus aucune précaution : Douma résistait au régime syrien malgré les bombardements massifs, c’est alors qu’Assad a décidé de lancer l’attaque chimique ! Quelques heures plus tard, les rebelles se rendaient ! Il utilise des mots qui font appel à notre imaginaire sur la résistance : résistait, bombardements massifs, attaque chimique, rebelles ! En une seule phrase, il résume sa pensée ! Bachar El Assad serait donc un nazi menant une campagne contre des rebelles dans les plaines, et qui auraient succombé sous l’effet des gaz et se seraient rendus ! Sauf que le nazi aurait laissé les gaz faire leur effet, et aurait fait fusiller tous les « résistants » qui se seraient rendus !

La réalité est que les djihadistes ont pu s’en aller dans des cars mis à leur disposition, avec armes légères, bagages et familles ! Sauf que l’on sait maintenant, qu’il n’y a jamais eu de gaz et cette opération a été menée par des « casques blancs » en vue de tirer des films de propagande permettant justement les bombardements !

Tout cet article n’a qu’un seul but que l’on découvre à la fin de la lecture ! L’Iran, et le Hetzbollah. L’installation aux frontières d’Israël d’une entité violente, et terroriste. En effet je comprends l’inquiétude du gouvernement israélien ! Il y a lieu de craindre cette entité qui gangrène déjà le Liban et qui est une milice dangereuse et redoutable.

Cette entité dès qu’elle le pourra, s’en prendra à la seule démocratie de la région ! Oui, il y a lieu de craindre pour ce pays qui dans tous les cas, ne se laissera pas vaincre sans se défendre ! Les Israéliens ne sont pas des Français qui jouent les grenouilles en train de mijoter dans la casserole islamiste ! Ils se battront et le personnel politique ne fera pas comme celui des Français, à tergiverser sur la manière d’être roulé dans la farine avant cuisson de ladite grenouille ! Eux aussi se battront !

Alors quoi ? Ce n’est pas avec des articles aussi orientés, aussi injustes, aussi néfastes pour l’information que nous vaincrons les djihadistes ! Ce n’est pas en tapant sur ceux qui se battent contre eux en ce moment en Syrie, que nous vaincrons les islamistes ! Ce n’est pas en niant les réalités économiques, les pipelines que Bachar El Assad refuse aux salafistes du Qatar, que Ran Halévi vaincra le Hetzbollah.

Sans doute que les Israéliens trouveraient peut-être un début de sécurité en discutant avec les Syriens, avec Bachar El Assad, en terrain neutre, en toute discrétion, et avec les Russes. Pas en participant à des bombardements et en aidant des islamistes en sous-main ! Avec les islamistes, il ne faut pas discuter, il faut les combattre, et les amis de mes ennemis sont mes amis ! Vous avez tort monsieur Ran Halevi !

Pièces jointes : 

Qui refuse qu’une enquête soit faite sur ce pseudo gazage ? Sûrement pas les Syriens qui ont tout intérêt à ce que l’OIAC constate sur place !

OIAC:[L’équipe] s’est trouvée sous le feu d’armes légères et un explosif a été déclenché », a déclaré le directeur général de l’OIAC Ahmet Uzumcu dans un communiqué le 18 avril. Un officier de sécurité syrien a été blessé lors d’un échange de tirs qui a suivi l’incident, selon un communiqué de l’armée russe. Aucun élément ne permet, pour l’instant, de savoir qui était derrière cette embuscade. Après l’incident, l’équipe de sécurité a décidé de retourner à Damas. (Source)

Les députés allemands qualifient d’illégales les frappes occidentales en Syrie

Gérard Brazon (Libre Expression)




Le Figaro préfère les islamistes à Bachar

Ici à Riposte Laïque, nous connaissons le poids des mots. Nous disons une vérité qui déplaît et nous y mettons des mots clairs et précis.

Bien entendu, nous retrouvons nos débiles de la gauche bien pensante, qui ces derniers temps avaient perdu leurs voix. Normal, on tape sur les islamistes !

Ce n’est pas le cas du Figaro par exemple qui choisit ses adversaires, souligne ses préférences, et affirme ses vérités sur la base de témoignages faussés. Prenons l’exemple de cet article paru le mercredi 28 février, page 4, sur la Ghouta qui « agonise sous les bombes » écrit Delphine Minoui.  https://twitter.com/DelphineMinoui

Elle commence par la séquence émotionnelle. Un grand classique de la presse française qui consiste à apitoyer, à vous mettre en position d’avaler le reste du discours indigent. Je cite en résumant : Dans un hôpital improvisé, une jeune mère de famille sanglote ! « J’attends qu’il meure » pleure-t-elle, « j’étais en train de faire du pain quand le toit lui est tombé sur la tête » (…) dans un dernier soupir, son enfant s’est éteint. Désormais elle hurle « Il avait faim, il est mort affamé. Au moins il aura de quoi manger au paradis » Fin de citation ! Séchons nos larmes et revenons au sujet ! Après la séquence émotion, vous êtes priés de vous pencher sur le sort de Ghouta.

On notera en aparté, qu’il y eut le même genre de scènes à Mossoul et à Raqqa ! Mais c’était des bombes et des missiles américains, anglais et français ! Ils faisaient sans doute le tri avant de tomber ! Sans compter ceux qui tombent sur la tête des Kurdes suite à l’invasion du dictateur Erdogan !

En clair, ils nous refont la séquence d’Alep ! Les Russes et Bachar sont les méchants, les « résistants » sont les gentils ! Il faut attendre la fin de l’article pour apprendre qu’ils sont de Jeish al-Islam, ainsi que de Failaq al-Rahman, qu’il y a des salafistes d’Ahrar al-Sham, et des djihadistes d’Ayat Tahir al-Sham. Bref, pour Delphine Minoui journaliste au Figaro, la « résistance » est islamiste et donc mérite toute notre bienveillance je suppose !

Mais il y a plus grave !  J’en viens aux témoignages. Elle utilise le témoignage de Firas Abdullah qui a une page Facebook. C’est un opposant de toujours à Bachar Al Assad. (Source) Il affirme que Vladimir Poutine et Bachar Al Assad sont des menteurs ! Que des canons et des missiles sol-sols tombent et bombardent malgré le cessez le feu. Elle utilise aussi le témoignage de Rami Abdel Rahmane, qui préside un observatoire syrien des « droits de l’homme ». Sauf que ce personnage est seul, qui vit en Angleterre, que cela fait 18 ans qu’il n’a pas mis les pieds en Syrie.

Les trois grandes agences de presse internationales, l’AFPReuters et Associated Press s’appuient sur les communiqués de l’OSDH. Pourtant la neutralité et la fiabilité de cet organisme sont contestées par certains experts du conflit, et par le Figaro lui-même, dans un article d’Eugénie Bastié (Source). Il faudrait qu’ils s’accordent un peu au Figaro. Cela fait désordre !

De plus, c’est le Monde, journal de gauche bien-pensant qui titre : La crédibilité perdue de Rami Abdel-Rahman, directeur de l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (Source). Cet homme de son vrai nom Ossama Souleiman n’est pas d’une grande impartialité car la majorité des amis de l’Observatoire, appartiennent au Comité de Coordination nationale pour le Changement démocratique (CCNCD) et se rangeaient sous la bannière des « opposants à l’intervention étrangère ».

Pour conclure sur le personnage et le témoignage qu’utilise la journaliste du Figaro je cite Fabrice Balanche, un chercheur au Washington Institute et expert du conflit syrien, qui estime que l’OSDH est un instrument de propagande favorable aux Frères musulmans, financé au départ par le Qatar. Depuis 2013, l’organisme reçoit également des subventions de l’Union européenne. Donc, quand vous entendrez des journalistes de chaînes de télévision citer ce « témoin », vous savez d’où vient l’info !

Que dire de l’UOSSM (Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux ) qui est dirigé par le Franco-Syrien Ziad Alissa et qui « soupçonne le régime » d’attaques chimiques ! Où était-il à Mossoul et Raqqa ? 

Sur les mots utilisés par Delphine Minoui, correspondante à Istanbul, chez le Hitler turc Erdogan : outre le mot résistant dont on a pu voir ce qui ils étaient en fait, il y a des qualificatifs qui frisent le parti pris : Activistes de la Ghouta, Militants. Un langage courtois et quasi syndical.

On ne penserait pas que sous ses vocables, il y a des hommes qui sont acteurs d’une guerre civile, et qu’ils tuent aussi ! Le Figaro n’est plus vraiment de droite et impartial. Il déverse une eau tiède et précautionneuse ! Sans doute aussi, que le parti pris de Delphine Minoui  tient au poste de correspondant qu’elle occupe à Istanbul, qui sait ?

Gérard Brazon (Libre expression)




17 avril 1946, le dernier soldat français quittait la Syrie

Le 17 avril 1946, le dernier soldat de la mandature française quittait la Syrie après 25 ans de présence depuis la chute de l’Empire ottoman en 1920, un mandat attribué par la Société des Nations qui venait de naître. C’est en 1941 que les Forces françaises libres avaient accordé son indépendance à la Syrie après de laborieuses négociations (1). La date du 17 avril a été retenue comme journée nationale de l’Indépendance de la Syrie.

Le mandat français dura un quart de siècle au cours duquel la France dû faire face en 1924 à la création de la Confrérie des Frères musulmans par Hassan-al-Banna grand père de Tarik Ramadan, à la fermentation du futur parti Bass avec grèves et émeutes et à la coalition de la Syrie avec le gouvernement de Vichy, les Allemands et les Turcs. On le comprend, le contentieux entre la Syrie et la France est de taille.

Que nous réserve cette année le 71ème anniversaire de la proclamation d’indépendance de la Syrie ? L’année dernière, le 17 avril  a été marqué par le bombardement d’Alep par Al Assad et la prise de nouvelles positions stratégiques par l’Etat islamique et Al Nosra.  L’Etat français va-t-il faire officiellement amende honorable et battre sa coulpe en notre nom ? Nos candidats à l’élection présidentielle vont-ils se fendre d’actes de repentance ? L’Etat Islamique va-t-il faire péter ses munitions de fabrication française, que mijote-t-il de concert avec  Al Nosra pour la Syrie mais aussi en France ? Assad nous réserve-t-il une éclatante surprise avec l’appui de Poutine , de la Chine (3), de l’Inde et/ou des Iraniens avec le Hezbollah chiite qui se partagent déjà le gâteau de la reconstruction de la Syrie et de sa position stratégique (6) ? La Turquie lancera-t-elle une grande offensive contre les Kurdes des deux côtés de sa frontière (2)? L’Etat français va-t-il faire une importante livraison d’armes aux rebelles et à Daech par l’intermédiaire du Qatar,de l’Arabie saoudite et de la Turquie ?  L’Union européenne lèvera-t-elle l’embargo sur la nourriture et l’aide médicale médicale malgré l’opposition de la France  (4) ? Nombreux sont les Syriens qui nourrissent une forte rancune contre la France en sus de l’Etat islamique et autres djihadistes, sans oublier non plus que le 17 avril tombe le lundi de Pâques, une journée de nombre d’opportunités pour les terroristes.

Mardi  dernier, un colloque (4) organisé par les députés qui suivent le drame syrien depuis 6 ans, s’est tenu au centre culturel russe , Jean-Marc Ayrault (5), ministre des Affaires étrangères, ayant banni l’accueil du ministre des affaires étrangères de Bachar Al Assad à l’Assemblé nationale. Il avait affirmé peu de temps auparavant qu’il fallait maintenir le dialogue avec la Syrie. Sans doute pensait-il plus aux insurgés et aux djihadistes qu’au gouvernement en place. Rappelons qu’Ayrault et ses comparses s’appuient sur le présumé usage par Assad d’armes chimiques (5) alors qu’aucune commission internationale ne l’a prouvé. Sur place les humanitaires attestent de morts et de blessés mais pas de l’identité des responsables. Etat islamique, Al Nosra, militaires dissidents, autres rebelles, Turquie ou autres puissances étrangères ?

Les députés organisateurs de ce colloque, des journalistes et les représentants d’associations caritatives présents  ne partagent pas du tout l’opinion de notre gouvernement, même quand, comme Gérard Pabst, ils sont dans le même parti. Ils compatissent avant tout au sort du peuple syrien et redoutent que la chute d’Assad ne conduise au même chaos que celui qui a muté en cloaque l’Irak et la Libye après la neutralisation de Saddam Hussein et Kadhafi.

Syria Cartoon

Le Chaos syrien, dec. 2015 : Coalition contre l’Etat islamique en Syrie. Tous le monde tire sur tout le monde à l’exception de l’armée syrienne qui se tire une balle dans la tête.

Le géopoliticologue Alexandre del Valle a dit, comme de nombreuses personnalités avant lui à travers les âges, que la crise syrienne était des plus complexes. On se rappellera ce vieux dicton syrien : Lors de la création du monde, l’Intelligence dit : « Je vais en Syrie ». L’esprit de Discorde ajouta : « J’y vais avec toi ». et ce constat de Joseph Kessel  en 1927, après les soulèvements nationalistes de 1925-26  Il apparaît que tous les systèmes y sont vains, car nul pays n’est plus complexe, plus difficile, plus révolté par nature que la Syrie.

Les relations franco-syriennes reposent sur un malentendu évoqué en 1939, par  Pierre Viénot, député, ancien ministre, L’origine du mandat français en Syrie a été la révolte des populations arabes contre la Turquie pendant la guerre. L’origine du mandat français au Liban remonte beaucoup plus loin. C’est la protection par la France des minorités chrétiennes du Levant, qui s’était exercée avec plus d’efficacité que partout ailleurs vis-à-vis des Maronites de la montagne libanaise. Au Liban, le mandat français était sollicité. Notre langue y est une langue populaire. De plus, en ce qui concerne notre action en Méditerranée, le Liban est pour nous une base importante et solide. Plus loin, Viénot explique que pour assurer la sécurité du Liban, il fallait contrôler la Syrie et que la France ne se souciait pas plus de cette dernière que d’une possession parmi d’autres.

Pourquoi la France soutient-elle et finance-t-elle les terroristes ?

Si la France a pu avoir de bonnes relations avec les communautés chrétiennes de Syrie, du fait de leur francophonie,  celles-ci l’ont complètement désavouée lorsqu’elle s’est engagée contre Bachar-Al-Assad alors que ce président alaouite les protégeait. Aujourd’hui, certains chrétiens demandent protection au Hezbollah chiite et surtout pas à la France. Les Syriens dans leur ensemble n’ont jamais pardonné à la France d’avoir bombardé Damas en 1925, 1926 et le 29 mai 1945 (ordre du général de Gaulle) pour mâter le parti Baas qui réclamait l’indépendance, les Frères musulmans et les représentants du régime de Vichy protégés par les Turcs et les Syriens alliés des nazis.

https://youtu.be/d-X_c_xoiYU

Le témoignage de cette religieuse francophone illustre la complexité de la société syrienne que le dictateur Al Assad parvenait à contenir. Le Hezbollah a réaffirmé son soutien à Bachar-al-Assad après les récentes frappes américaines.(8)

Il est dommageable pour tous que l’histoire de la Syrie depuis 527 et les relations compliquées que nous avons entretenues avec ce pays n’aient rien enseigné aux responsables occidentaux, ce qui fait le lit des pays asiatiques et de la Russie qui sont en train de tirer les marrons économiques du feu. Si nos dirigeants avaient compris que le plus grand danger qui guette notre civilisation est le djihad, ils auraient fait alliance avec Bachar-al-Assad contre l’Etat islamique et ses mercenaires mais, à en croire la plupart des candidats à l’élection présidentielle, nos meilleurs amis seraient les musulmans, ce qui vaut bien quelques accommodements raisonnables avec leurs menaces et leurs exigences exponentielles. Et tant pis pour le peuple syrien qui ne demande qu’à vivre tranquille.

La France de Hollande a prétexté le sauvetage des réfugiés syriens  chrétiens qui ont la sympathie du pays (7) pour ouvrir ses portes aux migrants musulmans d’Asie et d’Afrique qui constituent la majeure partie des arrivants. La plupart des Syriens sont restés pour défendre leur pays ou fuir pas trop loin, au Liban, en Turquie ou en Jordanie en espérant y revenir bientôt. Si l’Etat français avait réellement voulu aider le peuple syrien, il aurait soutenu Bachar-al-Assad et apporté une aide humanitaire aux réfugiés aux frontières de leur pays et ne serait pas allé sur place les encourager à émigrer au-delà de la Méditerranée.

Le 17 avril, nous verrons ce qui se passera en Syrie et en France sur le terrain de la guerre et si nos 11 candidats à l’élection présidentielle auront une pensée positive pour le peuple syrien malgré leur indigestion d’œufs de Pâques et de l’agneau de libération pour les juifs et de résurrection du Christ pour les chrétiens.

Alice Braitberg

Pour en savoir plus 

(1) Histoire de la Syrie de 527 à 2013 https://laconnectrice.wordpress.com/2013/09/03/france-syrie-et-liban-chronologie-dun-desastre-527-3-septembre-2013/

(2) Erdogan qui a soutenu Daech s’est allié à la France, aux US  et à la Grande-Bretagne contre Bachar Al Assad avant de rejoindre l’Arabie saoudite et le Qatar

La Turquie a donc insisté pour qu’Assad fasse des réformes. Face au refus de Damas, Ankara a pris le parti des opposants, en accord à l’époque avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Quand le parlement britannique, puis les États-Unis ont refusé l’intervention en Syrie en 2013, la Turquie et la France se sont retrouvées seules sur la ligne dure anti-Assad. Puis la France a lâché aussi, et Erdogan s’est retrouvé dans l’axe sunnite, aux côtés de l’Arabie saoudite et du Qatar, enfermé dans un positionnement confessionnel. http://www.lefigaro.fr/international/2015/07/29/01003-20150729ARTFIG00305-entre-assad-daech-et-les-kurdes-l-impossible-equation-d-erdogan.php

(3) L’armée chinoise en Syrie. 16 milliards d’investissement dans l’exploitation du pétrole et accords de reconstruction des infrastructures de communication.  http://www.strategic-culture.org/news/2016/09/22/china-joins-russia-in-syria-shaping-new-anti-terrorist-alliance.html

(4) Vidéo des intervenants au colloque Syrie du 11/04/2017. Précis et court.  http://www.bvoltaire.fr/colloque-syrie-rendre-a-conflit-terrible-toute-complexite/

(5) http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/un-vice-ministre-syrien-en-colloque-a-paris-et-thierry-mariani-repondent-a-l-indignation-de-jean-marc-ayrault_2142164.html

(6) Importance stratégique de la Syrie pour les oléoducs et gazoducs https://laconnectrice.wordpress.com/2016/03/12/syrie-nos-dirigeants-nont-rien-appris-de-son-histoire/

(7) Les Français favorables à l’accueil des chrétiens de Syrie en 2014

la vice- présidente de l’ Association d’aide aux minorités d’Orient ( AEMO ) préfère voir le problème d’un point de vue économique . « La France n’a accueilli que 1850 chrétiens d’Orient depuis le début des conflits. Rien à voir avec les dizaines de milliers de migrants qui transitent. La France n’a pas la possibilité de tous les intégrer », souligne Elisabeth Gobry. Selon la militante, les migrants « ne sont pas tous éduqués et viennent souvent pour des raisons économiques  » là où les chrétiens d’Orient « ont des diplômes et ont vu leurs biens spoliés par les terroristes ».  » Calais , c’est quand même autre chose que Notre-Dame de Chaldée », s’emporte-t-elle, évoquant ainsi les risques d’une montée de la délinquance. Les seuls chiffres sur ce sujet proviennent des syndicats de police et n’ont jamais été confirmés par les autorités.  http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-sort-des-migrants-emeut-il-moins-que-celui-des-chretiens-d-orient_1712284.html

(8) Les sacrifices auxquels se soumet le Hezbollah en Syrie pourraient finalement lui rapporter gros. L’espèce d’équilibre de la terreur en train de s’installer avec Israël est une assurance contre toute intervention militaire future de l’Etat hébreux et pérennise la présence du « parti de Dieu » au Liban. Il convient de mettre tout cela en relation avec la brusque décision de l’Arabie saoudite de couper son aide financière militaire à Beyrouth et des pétromonarchies fondamentalistes du Golfe d’appeler sans rire leurs ressortissants à quitter le pays, arguant de la « mainmise du Hezbollah sur l’Etat libanais ». http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/02/quand-le-hezbollah-profite-de-l-intervention-russe.html