1

Mali : encore deux soldats français tués à cause de la politique de Macron

Les terroristes islamistes du Mali ont assassiné deux de nos enfants et « frères d’armes », le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser, du 2e régiment de hussards de Haguenau.

 

Le Mali est devenu le Viêt Nam de Macron et nos soldats tombent plus vite que les chevaliers français lors de la bataille d’Azincourt en 1415. Après les trois héros assassinés, voici quelques jours, et l’hommage national rendu, l’Élysée annonce ce samedi soir 2 janvier 2021 la mort de deux militaires français au Mali dans une attaque à l’engin explosif de leur véhicule. Il s’agit de deux soldats du 2e régiment de hussards de Haguenau dans le Bas-Rhin.

Sans vergogne, Emmanuel Macron débite le « bla-bla » habituel, alors que nos jeunes compatriotes sont directement victimes des politiques odieuses des gouvernements maliens et français, qui ont fait libérer, voici quelques mois, 200 terroriste musulmans emprisonnés à Bamako, contre la libération d’une otage dite « française » qui s’était convertie à l’islam.

La présence militaire insensée de la France dans un pays gangrené par l’islam a encore coûté la vie à deux de ses enfants, le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser, du 2e régiment de hussards de Haguenau. Ils incarnent l’honneur et la bravoure des hussards de Chamborant, et les pensées de la rédaction de Riposte Laïque vont à leurs familles.

Selon les porte-paroles de l’armée de terre, joints par téléphone, « Les deux militaires de l’opération Barkhane effectuaient ce samedi une mission de reconnaissance aux environs de Ménaka au Mali. Leur véhicule blindé léger a explosé au contact d’un engin explosif improvisé. Un troisième soldat a été grièvement blessé mais ses jours ne sont pas en danger. »

Les terroristes de Daech ont, une fois encore, pratiqué la « guerre du pauvre », en disposant sur la route une mine ou un paquet explosif de fabrication artisanale, déclenché à distance.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

 

Ci-dessous, l’intégralité du communiqué du chef d’état-major des armées, après ce nouveau drame et sacrifice des militaires français engagés au Mali.




Il y 15 ans, la France perdait Conan, visionnaire de l’invasion migratoire

En 1961, le colonel Pierre Chateau-Jobert, alias Conan, l’un des officiers les plus décorés de France avec Marcel Bigeard *(4) et Raoul Salan, inscrit au tableau d’avancement pour le grade de général de brigade, aurait pu « fermer sa gueule » et « attendre que les choses se tassent ». Il a préféré l’action au sein de l’OAS au déshonneur !

Il y a 15 ans, le 29 décembre, la France perdait Conan, son spécialiste de la contre-révolution, qui avait pronostiqué (il l’avait écrit) dès 1976 l’invasion migratoire de la France. Le colonel Chateau-Jobert avait été aussi l’un des fondateurs des troupes aéroportées. Il était un modèle incontournable pour de nombreux officiers parachutistes. Portrait d’un héros, authentique patriote, spécialiste de l’infiltration dans les lignes ennemies de 1943 à 1945 et des guerres coloniales, qui ne pardonna pas au général de Gaulle ses reniements autour d’une Algérie française. Notre hommage s’inscrit en droite ligne comme un complément de l’enquête de l’hebdomadaire « Marianne » paru le 26 décembre 2020

https://www.marianne.net/monde/geopolitique/et-si-lalgerie-etait-restee-francaise

Pierre Chateau-Jobert est décédé le jeudi 29 décembre 2005, à 93 ans, à Caumont-l’Eventé dans le Calvados. Il est inhumé à Morlaix. Le Colonel Jean Sassi *(1) prononça son éloge funèbre, appelant la patrie sourde à la reconnaissance. Pierre Chateau-Jobert, alias Conan, repose à Morlaix, sa ville natale, et dans cette région où il s’était retiré après une vie de baroud, de vrai patriote.

https://www.ordredelaliberation.fr/fr/compagnons/pierre-chateau-jobert

Le 22 octobre 2010, à l’initiative de l’Union nationale des parachutistes, une stèle à son effigie fut inaugurée à Pau, dans l’enceinte de l’École des troupes aéroportées dont il fut l’un des créateurs. Un individu – aliéné par la propagande FLN et marxiste – ayant dénoncé « cette infamie » avec l’appui de Mediapart, aucun édile de la République n’eut le courage de venir saluer sa mémoire. Notre « carré de fidèles » était des plus réduits pour un ultime hommage à ce stratège ayant tout donné pour la France, pour le peuple de France.

En cette année sarkozyste tous frémirent : de Martine Lignières-Cassou, maire, issue de pied-noir, à Hervé Morin, ministre de la défense nationale replié sur son siège éjectable. Tous portés pâles. Tous pétrifiés de trouille. Voilà son plus bel hommage.

Dans les années 60, le patriote et héros Pierre Chateau-Jobert, alias Conan, était l’homme le plus recherché de France. Car il était le seul des 1038 compagnons de la Libération qui refusait de suivre et de cautionner le Général de Gaulle dans son reniement de l’Algérie française.

Car Conan restera pour l’éternité de « cette confrérie de rebelles », de ces héros qui risquent sans compter et surgissent parfois de notre glèbe pour « relever l’honneur » et pour « reforger la nation ». Que nos jeunes s’inspirent de lui ! « Car les vrais héros ne bombent pas le torse » m’avait glissé Pierre Chateau-Jobert à son domicile de Caumont-l’Eventé pour la présentation d’un ouvrage de souvenirs personnels, après le succès de son livre « La confrontation Révolution Contrerévolution ».

Lorsque je l’ai questionné sur le contenu de ce dernier livre, le colonel Chateau-Jobert expliqua : « Oui, c’est un livre qui ose parler d’employer des armes, mais quand il s’agit de se défendre, et dans le seul cas où il n’y a plus d’autres moyen pour empêcher certains d’assassiner les autres… C’est un livre basé sur la charité : il faut sauver les hommes et défendre les valeurs chrétiennes de notre civilisation, car, hors d’elles, parler de justice et liberté n’est que du bluff ».

 

Les deux livres phares du colonel Pierre Chateau-Jobert, prémonitoires de la France de 2020-2030 « submergée par des hordes tiers-mondistes et marxistes » selon les propos de Conan, le seul des 1038 compagnons de la libération ayant refusé allégence à Charles de Gaulle, surnommé « Darius » par Conan.

La vie de Pierre Chateau-Jobert est difficile à résumer. On peut le classer dans les hommes d’action, parachutiste. Celui que ses camarades ont surnommé le « capitaine Conan » et qui commandait l’une des fameuses unités S.A.S., spécialisée dans les actions de commandos et la guérilla (1943-1945), « l’un des meilleurs » selon ses camarades Antoine Argoud *(2) et Roger Trinquier *(3).

1956 : Egypte, Port-Saïd, à la tête de ses hommes, le colonel Chateau-Jobert s’assure que tous les objectifs sont atteints. Par radio, il demande au général Salan le feu vert pour poursuivre son offensive vers Le Caire, afin de liquider le dictateur égyptien Nasser qui fournit des armes aux rebelles du FLN, après que le général Massu lui ait ordonné de rester sur ses positions. « Conan, permission refusée » répond le général Salan.

Pierre était un baroudeur, Conan un stratège

Il était alors considéré comme l’un des officiers supérieurs les plus prometteurs de France. En 1957, Pierre Château-Jobert, alors colonel, commande à Bayonne la brigade (poste traditionnellement réservé à un général) de parachutistes coloniaux (BPC), qui devient en 1958 la brigade parachutiste d’outre-mer. En mai 1958, il soutient le mouvement en faveur du maintien de l’Algérie française. De Gaulle redoute les réactions futures de Conan, à la tête d’une troupe d’élite en métropole, à deux heures de Paris en terme de largage.

De Gaulle affecte le « bouillant colonel » Chateau-Jobert au Niger, en mars 1961, pour le commandement des troupes du Niger ouest. Mais Conan réaffirme son appui au maintien de l’Algérie française après le putsch déclenché à Alger le 22 avril 1961.

https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2005/12/30/pierre-chateau-jobert-compagnon-de-la-liberation_725813_3382.html

Condamné à plusieurs mois d’arrêts de forteresse, il est affecté, en octobre, à l’état-major du préfet maritime de Cherbourg. En janvier 1962, il part clandestinement en Algérie et prend le commandement d’une des trois régions de l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète), dans la région de Constantine. En septembre 1962, il crée le Mouvement de combat contre-révolutionnaire (MCR) de tendance catholique.

Pierre Chateau-Jobert, c’est aussi celui qui fut parachuté avec son régiment sur Port-Saïd, lors de l’affaire du canal de Suez, en 1956, celui que l’on nommait « le dernier des irréductibles » (Paris Presse) lorsqu’il fut condamné à mort en 1965, mais jamais pris. Après avoir été condamné à mort par contumace en 1965 par la Cour de sûreté de l’Etat, Pierre Château-Jobert vit plusieurs années dans la clandestinité, avant de rentrer en France grâce au décret d’amnistie de 1968.

Chaque 29 décembre, une délégation de l’Union Nationale des parachutistes, se retrouve devant la tombe du colonel Chateau-Jobert, pour rendre hommage à ce héros qui aimait tant la France.

« L’ennemi de la France est à l’intérieur et très subversif » (1975)

Cet homme d’action excep­tionnel fut aussi homme de réflexion : confronté à la guerre subversive, il médita les façons de la gagner. Devenu contre-révolutionnaire, il publia, aux Presses de la Cité et aux éditions de Chiré, plusieurs ouvrages de théorie et de pratique sur la guerre révolution­naire et l’action contre-révolutionnaire. La réédi­tion de « La confronta­tion Révolution-Contre­révolution » augmen­tée d’une très bonne présentation de Christian Lagrave, voici plusieurs années, témoigne de l’inquiétude de dizaines de milliers de patriotes qui ne se résignent pas au lent déclin de la France et aux constants progrès de l’invasion de la Subversion.

« L’adversaire est à l’intérieur même du pays, comme il est à l’extérieur… La guerre qu’il nous fait est révolutionnaire » écrivait Conan dans la préface de son manuel « La confrontation Révolution Contrerévolution ».

Évoquant le risque migratoire, Pierre Chateau-Jobert lançait un avertissement en page 124 de son livre : « Ne pas lutter contre le mal, c’est accepter que le mal triomphe ». Du point de vue de la doctrine, le colonel Chateau-Jobert mettait en garde les patriotes : « Une majorité est toujours vaincue par une minorité » (pages 74, 125).

Conan dénonçait aussi, en 1976, la « faculté d’insurrection de certaines communautés » et « les formations doctrinales à tuer des Français » (page 78). Le visionnaire Chateau-Jobert proposait des solutions simples pour la France (page 260) : « Dans les villes et villages, la préparation de la résistance active peut avantageusement s’étudier dans les divers cadres professionnels, puisque c’est dans ce cadre, en général, que l’activité des résistants pourra le plus facilement se manifester… ». Avec de multiples conseils pratiques de logistique, d’organisation, de structuration, etc., etc.

Nous étions en 1976, oui, et pas en 2015 au Bataclan ! Conan était bien « la voix du pays réel »…

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Le colonel Chateau-Jobert est l’auteur de plusieurs ouvrages :
– Manifeste politique et social, Éditions du Fuseau (1964)
– La confrontation Révolution-Contrerévolution, Diffusion de la Pensée française (1975 et 1986)
– Feux et lumières sur ma trace – Faits de Guerre et de Paix, Presses de la Cité (1978)
– La voix du pays réel, Nouvelles Éditions latines (1981)
– Doctrine d’action contrerévolutionnaire, Éditions de Chiré (1986)
– SCOR, SOS contre la révolution (1987)

*(1) Jean Sassi (11 juin 1917, à Tunis – 9 janvier 2009, à Eaubonne) est un colonel de l’armée française, figure des Forces spéciales durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Indochine. Hélie de Saint-Marc évoquait ainsi Jean Sassi : « Le colonel Sassi, une haute et noble figure de notre génération de Soldats, sait mieux que quiconque ce que furent nos aventures et nos drames ».

Parmi les hommages qui ont suivi sa disparition, on peut citer le général (2S) Christian Piquemal, président de l’Union nationale des parachutistes (UNP), qui évoque « un extraordinaire serviteur de la France, véritable icône, soldat exceptionnel, un grand parmi les plus grands, légende et monument des parachutistes ».

*(2) Le colonel Antoine Argoud, né le 26 juin 1914 à Darney (Vosges) et mort le 10 juin 2004 à Épinal (Vosges), est un officier supérieur français, issu de l’école polytechnique. Il fait partie de l’Armée de Vichy en Afrique du Nord, puis combat dans l’Armée française de la Libération en Afrique et jusqu’en Allemagne. Après la guerre d’Algérie, il est condamné, en 1964, à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour de sûreté de l’État pour son activité au sein de l’OAS et il est finalement amnistié en 1968.

*(3) Roger Trinquier, né le 20 mars 1908 à La Beaume (Hautes-Alpes) et mort le 11 janvier 1986 à Vence, est un officier parachutiste, ayant participé à la guerre d’Indochine, à la crise de Suez et à la guerre d’Algérie. En tant que membre de l’état-major de la 10ème division parachutiste de Jacques Massu, il prend part, dans un rôle de premier plan, à la bataille d’Alger en 1957.

*(4) Le général Bigeard demeure à ce jour le général français le plus décoré de l’armée française au XX siècle, avec 27 citations. Ancien résistant, son nom reste associé à la guerre d’Indochine et à celle d’Algérie. Il sera, après sa carrière dans l’armée, secrétaire d’État à la Défense nationale et député. Une Fondation portant son nom a été créée le 9 juin 2011.

https://www.fnapara.fr/wp-content/uploads/2016/07/La-legende-Bigeard-une-rage-de-vaincre-rare-aujourdhui.pdf

 

 

Articles susceptibles de constituer un complément d’informations :

https://ripostelaique.com/carcassonne-les-paras-face-a-des-agresseurs-de-type-maghrebin.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-76-ans-des-patriotes-de-16-ans-tombaient-pour-repousser-les-envahisseurs.html

https://ripostelaique.com/anniversaire-23-mai-1957-la-premiere-grande-victoire-de-bigeard-en-algerie.html

https://ripostelaique.com/le-recul-du-gouvernement-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme.html




Les islamistes ont investi Internet pour y préparer les futurs attentats

 

Une spécialiste du terrorisme et d’internet, Myriam Benraad,  révèle que le pire est devant nous et pronostique des attentats en série par des musulmans isolés, recrutés et formés sur internet, puis « lâchés » après un sérieux bourrage de crâne sur la toile.

Plusieurs chercheurs révèlent qu’internet est hors de contrôle. Les autorités ne parviennent plus à faire barrage aux messages de haine des islamistes et internet est devenu leur terrain de chasse, un « nomade’s land », une jungle, un élevage de terroristes, où les islamistes les plus chevronnés décèlent et forment des novices. Le cancer islamiste gangrène internet et le mal semble irréversible face à cette horde sauvage et au manque de moyens et de personnels formés des services de sécurité intérieure.

Villejuif, Romans-sur-Isère, Colombes, Conflans-Sainte-Honorine, Nice… Les attentats terroristes meurtriers ayant frappé et endeuillé la France en 2020 ont été perpétrés par des individus isolés souvent armés d’un simple couteau. Alors qu’en 2015 la France était ciblée par des attentats préparés depuis les fiefs de Daesh en Syrie et en Irak, et soutenus par une véritable logistique, ceux qui nous frappent depuis 2016 sont l’œuvre de solitaires qui se sont radicalisés en ligne, parfois de manière extrêmement rapide.

Ces éléments précis, incontestables, connus du Président Emmanuel Macron, du Premier ministre Jean Castex, et des plus hauts responsables de la police, ne sont pas le fruit de l’imagination fertile d’un journaliste en « mal de copie ». Ils proviennent d’études remises aux plus hauts responsables de l’État, et dont la rédaction de Riposte Laïque a pu obtenir une copie, un cadeau de Noël en somme.

Parmi les auteurs de ces études, une universitaire est bien connue par tous les responsables de la lutte antiterroriste. À la demande des autorités, la chercheuse Myriam Benraad a décrypté « le rôle primordial d’Internet et des réseaux sociaux dans la radicalisation et le passage à l’acte des djihadistes qui ont frappé la France en 2020 ».  Professeur associée en relations internationales à l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI) et au sein de plusieurs universités étrangères, Myriam Benraad a pisté les islamistes sur internet et ses conclusions donnent froid dans le dos. Sauf à nos dirigeants qui semblent dépassés et préfèrent se figer sur le covid-19.

Contactée par téléphone le 22 décembre 2020, cette spécialiste d’internet et du terrorisme diagnostique une nouvelle montée en puissance des réseaux islamistes qui gangrènent la toile. Elle affirme : « Les autorités nous disent qu’on assiste à des attentats de plus en plus imprévisibles. Bien sûr, l’affaire Samuel Paty commence par une longue campagne de cyberharcèlement qui aurait dû alerter la sécurité intérieure et faire réagir longtemps avant le drame final. Mais personne ne s’attendait à ce que ce jeune Tchétchène passe à l’acte. On ne se doutait pas qu’il faisait partie de la cohorte qui suivait sur Facebook le parent d’une élève de Samuel Paty, Brahim C. Il n’avait pas un profil à risque, par conséquent personne ne s’attendait à ce qu’il surgisse du bois et qu’il organise méthodiquement cet attentat abominable : il n’habitait pas sur place, n’avait rien à voir avec la situation… C’est déroutant. »

À notre question « L’État français est-il passé à côté d’une nouvelle menace ? », la chercheuse Myriam Benraad affirme sans détour : « Les islamistes ont investi Internet dans des proportions inédites. Je suis effrayée par le nombre d’extrémistes qui orchestrent des campagnes de harcèlement sur les réseaux sociaux. C’est désormais une menace de premier plan envers la sécurité publique qui n’a pas encore reçu de réponse à la hauteur de l’enjeu… » Tout est dit dans ces quelques lignes.

Et visiblement, « la lanterne », loin d’éclairer Emmanuel Macron, a refermé le Président sur ses certitudes, son ego démesuré, dans une France sans bouclier, à la merci d’islamistes désormais recrutés et formés sur les réseaux sociaux.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411



Les Frères musulmans gangrènent l’Europe : une menace pire que Daech

Un flot de Frères musulmans (ici lors d’une manifestation) se déverse sur l’Europe pour déstabiliser les régimes démocratiques et pour prendre le contrôle des populations musulmanes. 

Hassan el-Banna, le fondateur des Frères musulmans.

Sous le titre « Les Frères musulmans… loups secrètement et agneaux publiquement » , nos confrères de « La Référence », institut d’études et de prospectives sur les mouvements islamistes, présidé par Abdel Rahim Ali, dévoile le travail de sape des Frères musulmans en Europe, après les déstabilisations opérées dans de nombreux pays du Moyen-Orient et du Maghreb.
En France, les disciples de Hassan el-Banna infiltrent peu à peu la société, les hôpitaux, l’Éducation nationale.

http://www.lareference-paris.com/485

Ardèche : le maire d’Annonay interdit l’islamiste intégriste Omar Erkat

https://www.lyonmag.com/article/66110/saint-priest-une-ecole-de-confession-musulmane-ouvrira-a-la-rentree

https://www.marieclaire.fr/,une-nouvelle-ecole-musulmane-a-lyon,20123,1921.asp

En France, l’emprise des Frères musulmans sur les écoles et collèges est réelle. D’abord par le biais de leur branche française qu’est l’UOIF, et qui contrôle l’enseignement musulman. Ensuite, l’UOIF contrôle les principales écoles sous contrat avec l’État mais aussi, plus ou moins directement, une quarantaine d’écoles hors contrat, le plus souvent dans le primaire.
Ce cordon ombilical nourrit des interrogations. Ce que l’islamologue Gilles Kepel résume ainsi : « Légalement, rien n’interdit évidemment la création d’écoles musulmanes, au même titre que les écoles juives ou catholiques. Mais le projet de l’UOIF, c’est la construction d’une communauté qui négocie son insertion dans la République. La vraie question est : dans quelle mesure ce mouvement favorise-t-il une logique de rupture avec la communauté nationale ? »

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/04/05/01016-20160405ARTFIG00375-les-ecoles-musulmanes-inquietent-le-gouvernement.php

« Les Frères musulmans : une menace plus dangereuse que Daech », selon les services de renseignements allemands

Comme le révèle le site « La Référence », la mainmise des Frères musulmans provoque des réactions dans d’autres pays voisins, et les spécialistes de ce site interrogent : « L’Allemagne a-t-elle commencé à déclarer la guerre aux Frères musulmans…? »
Depuis environ deux ans, les renseignements intérieurs allemands, suite à des inquiétudes et des doutes, ont commencé à observer et suivre de près les Frères musulmans résidant en Allemagne et dont le nombre varie de 1 500 à 2 000 personnes.
Le Bureau des services de renseignement intérieur allemands, après une période d’observation des Frères musulmans et des associations qui leur sont affiliées sur le sol allemand, a publié un rapport indiquant que les Frères musulmans constituent pour le pays une menace plus dangereuse que celle de Daech.

Le rapport a explicité que les positions qu’adopte l’organisation des Frères sont, à un grand degré, incompatibles avec la Constitution allemande et que le niveau d’incompatibilité entre les deux est tel qu’il est impossible de les concilier.
Les renseignements intérieurs allemands ont poursuivi en décrivant les Frères musulmans avec leur fameuse phrase : « Ils sont comme des loups, secrètement, et comme des agneaux, publiquement ». Une description qui reflète parfaitement le degré de danger que ressent le gouvernement allemand envers ce groupe interdit.

« La Référence » a enquêté en Allemagne : « Le ministre bavarois de l’Intérieur, Joachim Herrmann, a déclaré que les Frères musulmans ont des positions contre la Constitution allemande, et que l’État se doit d’être vigilant à cet égard.
Les services de renseignement intérieur allemands ont en outre indiqué que la ville de Cologne est le siège du Rassemblement islamique et le siège principal des activités du groupe interdit. D’ailleurs, beaucoup de politiciens allemands ont réclamé la fermeture de cette institution qui est une menace pour le pays.

Plusieurs journaux allemands ont, à leur tour, fait remarquer que la popularité des organismes et mosquées relevant de la confrérie des Frères est en croissance et que cela est inquiétant pour la sécurité publique…. ».
« La Référence » a le mérite de dévoiler la partie visible de la pieuvre : « Le mois passé, les autorités allemandes ont, pour la première fois du genre, procédé à la fermeture d’un jardin d’enfants financé par une association appartenant aux Frères musulmans et qui a été créée il y a 10 ans, précisément en 2009. Le jardin d’enfants est accusé d’appliquer une méthode religieuse radicale conformément à l’idéologie de l’association qui le parraine, et qui reflète l’idéologie des Frères musulmans, ce qui contredit les valeurs constitutionnelles allemandes.

Il importe de signaler que le samedi 16 mars 2019 est considéré comme la date du premier coup de pioche dans la tombe des Frères en Allemagne. Un membre du Parti social-démocrate allemand d’origine égyptienne, Hussein Khodr, a présenté une requête à l’assemblée générale du parti réclamant les points suivants : l’interdiction des Frères musulmans en Allemagne avec tous leurs slogans radicaux et terroristes, l’amendement de la loi sur le financement étranger, l’établissement d’une liste locale des organisations terroristes pour ne pas se limiter à la seule liste de l’Union européenne, pas assez suffisante pour dévoiler la menace des Frères qui pèse sur le pays.

Khodr a également requis la création d’un comité qui se chargera de présenter périodiquement des rapports sur l’activité des Frères musulmans, leur degré de menace et de dangerosité ainsi que les voies et moyens de lutter contre ce groupe et tout le danger qu’il représente. À noter, en conclusion, que Hussein Khodr a été unanimement réélu président du groupe chargé de l’émigration et de la diversité au sein du Parti social-démocrate. ».

Qu’attend la France pour suivre l’exemple de l’Allemagne et pour éradiquer une pieuvre qui se nourrit sur notre territoire, via notamment tous les réfugiés politiques égyptiens se trouvant sur notre sol ?

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

Mirail-Toulouse : prêcheur extrémiste, Mamadou Daffé défie la France

Le procès du patron du Dauphiné Libéré renvoyé à une 3e audience

Le patron du Dauphiné Libéré jugé pour violences et outrage le 24 septembre

Le patron du Dauphiné Libéré sera jugé pour violences le 28 mai

http://www.lareference-paris.com/485

Ardèche : le maire d’Annonay interdit l’islamiste intégriste Omar Erkat

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

Fréjus : un clando tunisien viole une sexagénaire dans un parc public

Il y a 3 ans, Hervé Cornara était décapité par un islamiste

Que faire des 460 « enfants soldats » de Daech à leur retour en France ?

Le recul du gouvernement dans la lutte contre le terrorisme

Quand la France sera-t-elle débarrassée du psychiatre égyptien Omar Erkat ?




Mirail-Toulouse : prêcheur extrémiste, Mamadou Daffé défie la France

L’imam de la mosquée du Mirail, Mamadou Daffé, proche de Merah, gratifie les jeunes musulmans de Toulouse de prêches particulièrement haineux et violents ! Incompatibles avec les valeurs de la République…

… et la sécurité publique sur le territoire national par ses appels répétés à la haine. Du coup, le 20 mars 2019, le Rassemblement National (RN) de la Haute-Garonne a interpellé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner au sujet de l’imam de la mosquée du Mirail, Mamadou Daffé. Alors que la plus grande mosquée de la moitié sud de la France sera terminée et inaugurée à Toulouse à l’automne 2019, le responsable du Rassemblement National de la Haute-Garonne, Julien Léonardelli, demande au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, mais aussi aux élus locaux de se positionner.

Dans un twitt, il alerte les plus hautes autorités sur les périls imminents à Toulouse en ces termes : « Cachez ce complice de l’islamisme que les médias ne sauraient voir ! » « Quand vous égorgez, égorgez de la meilleure façon », voilà ce que prêche Mamadou Daffé devant ses fidèles. Celui qui a connu #Merah ne doit pas prendre la tête de la future plus grande mosquée de #Toulouse ! pic.twitter.com/jxNkSoD36n
— Julien Leonardelli (@jleonardelli_rn) 20 mars 2019″.

Pour justifier sa demande, le conseiller régional du Rassemblement National Julien Leonardelli invoque « une enquête publiée par le magazine Marianne en mai 2015. » Une enquête qui repose sur des enregistrements fournis par des « lanceurs d’alerte » qui s’inquiètent des prêches de Mamadou Daffé. L’hebdomadaire mentionnait également une intervention de la sénatrice (PRG) Françoise Laborde auprès du ministre de l’Intérieur de l’époque, Manuel Valls. La parlementaire dénonçait « le contenu inadmissible de certains prêches de l’imam du Mirail » et elle s’est heurtée à une fin de non-recevoir au motif « que la laïcité proscrit par principe l’intrusion de l’État dans l’exercice du culte ».

Un imam qui professe un islam de guerre plutôt que de paix, qui mutile, qui égorge et qui tue

Dans son édition du 22 mai 2015, l’hebdomadaire Marianne écrivait : « Dans une mosquée de Toulouse que fréquentait Mohamed Merah, Mamadou Daffé prêche, en français, qu’il n’y a pas de loi plus juste que de couper la main des voleurs et recommande à ses ouailles de ne pas se mêler aux mécréants. Entre gêne et déni, les autorités se montrent démunies face à la rhétorique de l’imam… ».

Et l’hebdomadaire Marianne, qui ne peut être soupçonné de proximité avec le Rassemblement National, ajoute, après avoir rencontré cet imam extrémiste, qui pourrait devenir un bon client de Riposte Laïque : « Il est si franc de poignée de main et si bel homme, son large sourire d’ivoire surtout, tranchant sa peau d’ébène est si conforme aux canons de la beauté ethnique prisée par Vogue et GQ, que Mamadou Daffé, scientifique de profession, précisément chercheur à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurelle du CNRS, passe généralement pour l’imam idéal. Jusqu’alors, ce Malien de haute stature, qui s’adresse aux fidèles de la mosquée toulousaine du Mirail dans un français de marabout.

« Il a toujours suscité non seulement le respect des élus de sa ville, mais aussi la bienveillance des pouvoirs publics. « Cet homme est dangereux », avertissent pourtant quelques quidams qui ont alerté la presse après avoir eu la curiosité d’écouter ses prêches diffusés, semaine après semaine, sur le site internet de l’Accif, l’association qui gère ce lieu de culte entièrement financé par des fonds privés. Car l’«imam des jeunes», comme l’appellent ceux qui l’admirent de loin et sont fascinés par la soudaine piété des loulous de Toulouse, professe l’unité de l’islam, soit, mais d’un islam de guerre plutôt que de paix, qui mutile, qui égorge et qui tue… » (dixit Marianne).

Pour sa part, le quotidien régional La Dépêche se félicitait que les quatre millions d’euros nécessaires au financement de la construction aient été réunis à l’été 2017. Ben voyons.

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=17&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjtgrioq5vhAhWaD2MBHRUZA8UQFjAQegQIAhAB&url=https%3A%2F%2Fwww.ladepeche.fr%2Farticle%2F2017%2F07%2F22%2F2616586-4-millions-euros-necessaires-construction-mosquee-mirail-sont-reunis.html&usg=AOvVaw1Sw-RFIWS-XP7sss__vSsV

Et le même journal présentait le futur édifice qui sera inauguré à l’automne 2019 « Une mosquée XXL nécessaire… Dans cette nouvelle mosquée, les pratiquants disposeront d’une superficie totale de 2 500 m2 et d’une salle de prière qui pourra accueillir près de 4 000 personnes.

« Le bâtiment est construit sur trois étages avec trois salles de prières, des salles de cours pour les enfants, une salle de réunion, une bibliothèque, des bureaux, une cuisine, des sanitaires et des salles pour les ablutions (une pour les hommes de 952 places, une autre pour les femmes de 580 places). ».

Une mosquée immense dans le plus pur style de l’architecture toulousaine.

Si, demain, des disciples disjonctés de cet imam fou commettent des attentats avec des dizaines de victimes, le président Macron, le Premier ministre Philippe, le ministre de l’Intérieur Castaner, le maire de Toulouse Moudenc ne pourront pas dire qu’ils n’étaient pas au courant. N’oublions pas que l’imam de la mosquée du Mirail Mamadou Daffé était un proche de Mohamed Merah !

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/moselle-combien-coutent-les-migrants-dans-ce-departement.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html

http://www.lareference-paris.com/485

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-3-ans-herve-cornara-etait-decapite-par-un-islamiste.html

https://ripostelaique.com/que-faire-des-460-enfants-soldats-de-daech-a-leur-retour-en-france.html




Bataclan : Toutes ces morts auraient pu être évitées si l’armée était intervenue

Toutes ces morts auraient pu être évitées si les autorités n’avaient pas demandé aux huit militaires du 1er régiment de chasseurs de Thierville (Meuse) de l’opération Sentinelle de ne pas intervenir contre les terroristes à l’intérieur du Bataclan. Car les militaires du 1er régiment de chasseurs disposaient d’armes lourdes et étaient parfaitement entraînés !

Georges Fenech a dénoncé les dysfonctionnements de l’État lors de la prise d’otage terroriste du Bataclan

Ce samedi, les militaires de l’opération « Sentinelle » sont mobilisés contre les Gilets jaunes, avec consigne d’ouvrir le feu s’ils se sentent menacés. Or, lors des attentats du Bataclan, les huit militaires du 1er régiment de chasseurs de Thierville (Meuse) de l’opération Sentinelle, positionnés contre les bâtiments du Bataclan, ont reçu l’ordre de ne pas intervenir. Leur engagement immédiat aurait permis de sauver 90 vies. En août 2018, les victimes ont porté plainte suite à ce dysfonctionnement d’État.

Le constat est simple, net, terrible. Face à des terroristes islamistes surarmés, qui tirent sur des centaines de civils, les militaires reçoivent l’ordre de ne pas intervenir avec leurs Famas. Face à des Gilets jaunes désarmés et qui manifestent, les militaires reçoivent l’ordre d’intervenir et d’appuyer les forces de l’ordre. Cherchez l’erreur !

Notre question a déjà été posée, en 2016, notamment par des parlementaires qui composaient la commission d’enquête parlementaire, formée pour étudier les dysfonctionnements lors des attentats terroristes en France. Georges Fenech, alors député Les Républicains et ancien magistrat, s’est interrogé « la non-intervention des militaires ». Selon le président de cette commission Georges Fenech, «  clairement, un ordre a été donné aux soldats Sentinelle de ne pas engager le feu alors qu’ils avaient en ligne de mire des terroristes ». « À la question : qui a donné l’ordre aux soldats de ne pas intervenir ? On n’a jamais su, » regrette encore aujourd’hui Georges Fenech. « Avec les autres parlementaires, on était sidérés » avoue l’ancien magistrat et député.

Bataclan : rappel des faits

Le soir du 13 novembre 2015, alors que trois jihadistes prennent en otage les spectateurs au Bataclan, huit militaires du 1er régiment de chasseurs de Thierville (Meuse) de l’opération Sentinelle figurent parmi les premières forces de sécurité sur place, armés de Famas. Mais ils reçoivent l’ordre de ne pas intervenir et de ne pas soutenir les hommes de la brigade anticriminalité (BAC) du Val-de-Marne. Lorsque ces policiers, ainsi qu’un commissaire de police accompagné de son chauffeur, sont entrés dans la salle et ont constaté l’armement lourd des terroristes et l’ampleur du drame, ils ont demandé aux militaires, n’intervenant pas, de leur prêter leurs armes de guerre. Ce que les militaires ont refusé ! Les policiers, sous-équipés, ont alors essuyé le feu des armes de tir automatiques des terroristes.

Maître Gérard Chemla, avocat pénaliste à Reims et représentant de quatre-vingt victimes et ayants droit du Bataclan a lui aussi, en 2016, fait une demande d’acte pour «  qu’ils enquêtent sur la non-autorisation aux militaires de donner leur arme ». Amer, l’avocat, joint par téléphone, lâche : « Je ne suis pas saisi de ces questions » m’a répondu le juge à l’époque… Malgré un recours devant la Cour d’appel, la question reste sans réponse. »

Pour Sébastien Gomet, frère d’une victime et l’un des plaignants, « il n’y aurait pas eu ce lourd bilan de 90 morts au Bataclan si les soldats Sentinelle avaient pu intervenir. Je voudrais que l’État français responsable de l’ampleur du drame le reconnaisse ».

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

Moselle : combien coûtent les migrants dans ce département ?

Quand la France sera-t-elle débarrassée du psychiatre égyptien Omar Erkat ?

http://www.lareference-paris.com/485

Ardèche : le maire d’Annonay interdit l’islamiste intégriste Omar Erkat

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

Fréjus : un clando tunisien viole une sexagénaire dans un parc public

Il y a 3 ans, Hervé Cornara était décapité par un islamiste

Que faire des 460 « enfants soldats » de Daech à leur retour en France ?




Union des Droites : il serait temps…

Marine Le Pen, et sans doute à son corps défendant, représenterait l’espoir des patriotes, ou son désespoir pour beaucoup d’entre eux. C’est à vous de voir, de vous faire une idée ! Marine Le Pen est une politique, elle tergiverse souvent, elle ne semble pas être la solution que nous attendons tous, à savoir :

Autorité, persévérance, sérieux, ténacité. Il faut affirmer la remigration des clandestins et des criminels en situation irrégulière.

Assurer l’expulsion des imams salafistes et des frères musulmans qui prônent la charia, dire que la révision du Coran est une nécessité pour en éliminer les sourates esclavagistes, sexistes et anti-républicaines.

Dire qu’il faut débrancher l’immigration des aides sociales, ces fameuses pompes aspirantes.

Revoir celles-ci pour éviter l’assistanat permanent.

Négliger les discours de haine des patriotes de la cour européenne de « justice ».

Remettre la France au travail, respecter les retraités.

Construire une Europe des Nations, se rapprocher de la Fédération de Russie en reconnaissant la Crimée russe et en ayant une attitude équilibrée avec l’Ukraine.

Cesser nos interventions au Moyen-Orient qui se retournent contre le peuple de France, se rapprocher du club de Visegrad (Hongrie, Tchéquie, Pologne, Slovaquie).

Revoir nos liens financiers et notre soumission avec le Qatar, l’Arabie Saoudite, etc.

Est-ce que Marine Le Pen en parle, est-ce qu’elle développe ? Est-ce que le Rassemblement national va clairement dans cette direction politique ? À vous de me le dire ! Je n’ai pas ce sentiment à cet instant !

L’Union des Droites que je soutiens, a besoin d’un programme clair et non d’un empilement d’ego surdimensionnés de chefs de petits partis. Où en sont les tenants de ces partis patriotes ? Marine Le Pen du RN, Nicolas Dupont-Aignan de DLF, Karim Ouchikh du SIEL, Jean-Frédéric Poisson du PCD, et d’autres souverainistes.

Il est temps de construire sur des idées simples, compréhensibles par tous et de cesser de faire le jeu des européistes, des liberticides de Bruxelles. Que le Rassemblement national, qui est le parti le plus puissant actuellement, invite à un rassemblement ouvert à tous les patriotes, sauf aux nazillons racistes et antisémites, et permette de construire en toute liberté, indépendance et égalité, une plateforme politique, un « programme commun » pour gagner les élections futures. Mitterrand, en son temps, a bien réussi son programme commun avec les communistes ! Serions-nous plus idiots ?

On est chez-nous, disent les militants du RN, mais ils subissent l’invasion migratoire sans réagir. Comme tout le monde, d’ailleurs ! Qui sera le Viktor Orban de la Hongrie, le Matteo Salvini de l’Italie, le Sebastian Kurz de l’Autriche, le Andrej Babiš de la Tchéquie, qui sera celui de France ?

Il n’est plus possible d’accepter le message policier et judiciaire qui consiste à dire : « laissez-vous voler, violer, assassiner, imposer des clandestins chez vous, dans vos villes et villagesSurtout ne cherchez pas à vous défendre, à faire le boulot des policiers, à faire justice ou il vous en cuira ! »

Alors même que des petits salauds à couteau deviennent des « victimes », des déséquilibrés, des déficients mentaux, au nom du pas d’amalgame et du c’est pas ça l’islam. Pour faire taire l’arrivée massive d’homme jeunes qui ne sont pas assimilables à nos mœurs, au minimum, ou sont des agents d’un islam violent par définition !

En réponse, avec cette politique inconsciente et injuste de nos politiciens, viendra forcément l’heure, et qui ne sera plus que la seule réponse barbare, celle des milices armées qui se créeront et agiront pour « œil pour œil, dent pour dent ».  Si ce n’est « pour une dent, la gueule entière ».

Les responsables seront les politiques d’hier et d’aujourd’hui. Ce seront les services de police au service d’un système judiciaire laxiste, si ce n’est complice par ses liens avec des syndicats gauchistes.

Il n’est plus possible d’emprisonner de vraies victimes d’agressions, de vols, qui n’ont fait que se défendre. Il n’est pas acceptable que des jeunes à l’origine d’un vol, voire d’un viol, soient libres de continuer après un simple passage en garde à vue.

Il est scandaleux qu’un père et l’un de ses amis soient présentés devant le système judiciaire pour « enlèvement, séquestration et violences », alors qu’ils ont fait le travail de la police avec les moyens du bord : chercher et trouver les coupables, comme à Lyon. (Source)

Il est tout simplement ignoble de faire passer dans les médias français des patriotes ulcérés par la violence des clandestins dit « migrants », violeurs, voleurs, assassins, pour des nazis parce qu’ils défilent dans la rue et protestent, comme à Chemnitz en Allemagne ! 

Les politiciens de droite comme de gauche ont d’énormes responsabilités dans ces actions ! La police, la justice sont aussi responsables pour leurs agissements à géométrie variable, selon que vous êtes blancs ou noirs pourrait dire avec effarement Jean de La Fontaine. Les médias sont, eux aussi, responsables dans la traduction et le report de ces faits en les déformant, en les édulcorant ou pis, en les taisant !

Nous avons, le 19 octobre 2018, l’occasion de montrer notre état d’esprit dans le calme et de faire, comme le proposent Karim Ouchikh du SIEL et d’autres patriotes hormis, hélas, Marine Le Pen, de manifester publiquement notre présence le 19 octobre 2018 devant le Bataclan pour montrer notre détermination contre un rappeur islamiste qui, par sa présence et les paroles ignobles qu’il diffuse, démontre son racisme anti-Blancs, sa haine des Français, son djihad de l’intérieur et la lâcheté de nos dirigeants. (Source)

Le 19 octobre 2018, il faut être présent et montrer que nous n’excuserons jamais les insultes faites à nos morts, à nos jeunes, si ce n’est à la France. Les Brigandes, dans une vidéo, nous démontrent que la justice, lorsqu’il s’agit d’écrire, de chanter et de s’exprimer, ne passe que dans un seul sens. La compassion, la compréhension est limitée à nos ennemis de l’intérieur. L’esprit de Clemenceau est-il à ce point mort, lui qui a sillonné les tranchées et encouragé les poilus face à l’ennemi de l’époque ?

C’est un constat qui n’engage que moi. Il est aussi le constat d’un immense désespoir lorsque je pense à nos ancêtres qui firent mon pays, à mon grand-père qui fit la guerre de 14/18 qui l’a obsédé jusqu’à sa mort, à mes filles, dont je crains pour leur avenir de femmes, à nos enfants de France, à notre culture et à notre cher pays !

Gérard Brazon (Libre Expression)

 




Les communistes soutiennent Médine : toujours les mêmes traîtres !

Les communistes ont toujours trahi les patriotes. Comme avant guerre avec le traité entre Staline et Hitler qui fit du parti communiste français, les collabos des nazis jusqu’en juin 1941 ! 

Complices des nazis dans les années 1930, ils devinrent des saboteurs dans les usines d’armement françaises, puis après l’opération Barberousse d’Hitler, des assassins comme ce trop fameux Pierre Georges dit Colonel Fabien,  rendu célèbre pour avoir été l’auteur de l’assassinat dans le dos de l’aspirant de marine Alfons Moser, qui ne portait pas d’arme le 

 épurateurs de l’après guerre, puis le soutien des Vietcongs, et les porteurs de valises du FLN.  Les voilà complices de l’invasion migratoire, et les provocateurs qui veulent injurier la mémoire des morts du Bataclan. Quel palmarès !

On notera que c’est au Havre que se situe une  association le « Havre de savoir » des frères musulmans à laquelle appartient Médine et qui est soutenu par Tarik Ramadan et son frère. Une belle brochette d’islamistes.

On peut deviner quelle est la composition des nouveaux adhérents dans ce mouvement des jeunes communistes. Un jour nazis, un autre communistes ! C’est de toutes les façons aujourd’hui, la même engeance sous le nom de nazislamisme !

Gerard Brazon (libre Expression)




Pour Dieudonné et Macron, Abdeslam est d’abord une victime !

Dieudonné et Macron main dans la main avec Abdeslam pour justifier les attentats du Bataclan ?

A vomir.

Quel salaud ce Dieudonné.

Il a écrit à Abdeslam pour lui demander l’autorisation de venir le rencontrer en prison, histoire de comprendre « la révolte qui l’habite »… et d’en faire un livre : comment éviter les attentats.

Clair comme de l’eau de roche.

Dans la lignée de Macron qui, déjà, en novembre 2015, disait :

« Le terreau sur lequel les terroristes ont réussi à nourrir la violence, à détourner quelques individus, c’est celui de la défiance », « Nous avons une part de responsabilité, parce que ce totalitarisme se nourrit de la défiance que nous avons laissée s’installer dans la société. Il se nourrit de cette lèpre insidieuse qui divise les esprits, et si demain nous n’y prenons pas garde, il les divisera plus encore »,

« Nous sommes une société dont au cœur du pacte, il y a l’égalité. Nous sommes une société où en moyenne l’égalité prévaut beaucoup plus que dans d’autres économies et d’autres sociétés, en particulier anglo-saxonnes », a souligné le ministre. Mais « nous avons progressivement abîmé cet élitisme ouvert républicain qui permettait à chacune et chacun de progresser. Nous avons arrêté la mobilité » sociale, a-t-il déploré. « Nous sommes une société où nous avons construit la capacité à fermer la porte », a encore jugé l’étoile montante du gouvernement, en dénonçant le fait que « quelqu’un sous prétexte qu’il a une barbe ou un nom à consonance qu’on pourrait croire musulmane, a quatre fois moins de chances d’avoir un entretien d’embauche qu’un autre » .

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/couacs/2015/11/23/25005-20151123ARTFIG00069-terrorisme-pour-macron-la-societe-francaise-a-une-part-de-responsabilite.php

Voici Dieudonné qui interroge et qui susurre, tout comme Macron, la réponse :

Ce qui nous intéresse est de comprendre votre état d’esprit et les raisons qui vous ont poussé à agir

« Nous espérons mieux comprendre la profonde révolte qui vous habite »

« La violence est un mode d’expression qui surgit quand tous les autres ont échoué : l’attentat a pour but d’envoyer un message fort qu’on ne peut transmettre autrement, écrit encore Dieudonné. En discutant avec vous, nous espérons mieux comprendre la profonde révolte qui vous habite et à laquelle la société reste sourde. » 

https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/dieudonne/attentats-du-13-novembre-dieudonne-a-ecrit-en-prison-a-salah-abdeslam_2563983.html

En deux phrases, Dieudonné exonère Abdeslam de toute responsabilité  (il exonère dans la foulée l’islam de toute responsabilité aussi, forcément) et il fait reposer celle-ci sur la société française, restée « sourde ».

Autant dire qu’on peut écrire de notre côté le livre de Dieudonné, on sait déjà ce qu’on y trouvera…

Ce sale type qui pleure sur le manque de liberté d’expression et veut imposer la charia en France ?

Rappelez-vous.

Lors du débat qui nous a opposés sur l’islam en 2011, il trouvait normal que ses enfants refusent d’assister aux cours d’histoire à l’école, parce que, l’histoire de France n’est pas leur histoire.

Dieudonné, avec Soral, a monté une liste anti-sioniste qui valait son pesant de cacahuètes, avec le gourou dudit Dieudonné qui mérite d’être connu :

http://resistancerepublicaine.eu/2014/01/17/le-gourou-de-dieudonne-president-du-parti-anti-sioniste-est-fou-a-lier/

http://resistancerepublicaine.eu/2015/05/29/le-gourou-de-dieudonne-porte-plainte-contre-charlie-hebdo-pour-diffamation-envers-un-descendant-du-prophete/

Dieudonné est un chiite, qui milite activement pour l’Iran et ses intérêts en France. Qui milite activement pour l’islam.

http://resistancerepublicaine.eu/2014/01/06/dieudonne-le-sionisme-est-lennemi-de-lislam-alors-je-suis-sioniste-et-fiere-de-letre-par-christine-tasin/

http://resistancerepublicaine.eu/2014/01/13/quel-est-le-role-de-liran-dans-laffaire-dieudonne/

Et ceux qui, au moment du bras de fer entre Valls et Dieudonné, ont pris le parti de ce dernier, seraient bien inspirés de lire l’article du journaliste suisse Arnaud Dotézac (télécharger ici  dieudonné complet) et notamment ce passage, qui, et cela ne devrait étonner personne, éclaire la démarche de Dieudonné par rapport à Abdeslam :

Le mécanisme psychologique autorisant cette orientation agressive, générale et impersonnelle, est parfaitement connu. Il consiste notamment à transférer les causes de ses propres maux psychologiques sur une source unique et qualifiée, qui devient par là même sacrificielle ou ordalique et donc potentiellement rédemptrice lorsqu’on l’élimine. C’est là qu’un ressort particulier s’active : celui de l’obsession. En s’obsédant, le sujet génère une contrainte intérieure qui se traduit par une irritation irrépressible, dont le seul remède est finalement celui de la violence à l’encontre de tout membre, indifférencié, du peuple en question. Afin de légitimer cette violence, le sujet n’aura de cesse de trouver un espace de complainte à partager avec le plus grand nombre. La propagation de l’obsession pourra dès lors s’animer, « se libérer » comme le dit Dieudonné, notamment dans les espaces qu’il dédie à cette fin : théâtre de la Main d’or, sites Internet, salles de tournée, médias-relais, caricatures, pamphlets, promotion d’études pseudo-scientifiques, etc. Il s’emploie à n’y omettre aucune des racines de l’antisémitisme énumérées plus haut, ce qui constitue l’une des clés de sa performance médiatique.

Au passage, on constatera que ce n’est pas une « liberté d’expression » que Dieudonné revendique en fait, mais une « liberté d’obsession », la sienne propre, autant que celle de ses nombreux clients, puisqu’il en fait commerce. Or, il va de soi que l’exercice d’une quelconque « liberté  d’obsession », liberté de développer et promouvoir une pathologie donc, ne saurait être garantie par aucune loi. Sauf en Iran peut-être.

http://resistancerepublicaine.eu/2014/02/14/affaire-dieudonne-la-cle-iranienne-par-arnaud-dotezac/

Bref, les attentats comme levier supplémentaire pour faire accepter, de gré ou de force, l’islam et ses lois, l’islam et la charia, l’islam et ses horreurs en France. On connaissait. Dieudonné participe à un effort collectif et joue avec Macron. Ça c’est nouveau, et fort intéressant.

De là à comprendre pourquoi Macron – et avant lui Hollande – trahissent les intérêts d’Israel et donc de la civilisation occidentale pour les beaux yeux d’un Theo ou d’un Dieudonné, il n’y a qu’un pas, franchi aujourd’hui.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/17/dieudonne-et-macron-main-dans-la-main-pour-justifier-les-attentats-du-bataclan/




Pour l’islam, l’assassin Salah Abdeslam est un musulman exemplaire

Le fou d’Allah Salah Abdeslam  écopera-t-il de la prison à vie avec une peine incompressible de 30 ans aux frais de la princesse-contribuable ?
Le rêve pour lui, sortir vivant de sa prison  pour passer à nouveau à l’acte et se racheter aux yeux de ses comparses djihadistes pour survécu à l’attentat du Bataclan du 13 novembre 2015.
Si c’est 30 ans, c’est une courte parenthèse  à l’échelle du terrorisme islamiste qui dure depuis plus de 14 siècles.
En le gardant en bonne santé en prison, on laisse toute la liberté à ses avocats payés au frais des contribuables pour multiplier les procédures pour dénoncer l’injustice et l’arbitraire pour ne pas disposer par exemple d’un téléphone mobile à l’instar des autres détenus et  faire condamner l’Etat français auprès de la Cour Européenne des droits de l’homme.

Dans 30 ans, il sera de retour chez lui. Ses victimes auxquelles il n’avait laissé aucune chance ne seront pas pour lui rappeler qu’il a de la chance de vivre dans un État de droit et qu’il pourrait récidiver sans aucun scrupule.
La société « mécréante » qui lui aura offert un séjour décent à l’ombre va continuer à pourvoir à ses besoins jusqu’à sa mort. Il est en droit de percevoir le minimum vieillesse et l’Aide Médicale de l’Etat si jamais il ne fera pas parler la poudre terroriste à sa sortie de prison où il pourra enfin finir  sa mission de tuer et se faire tuer pour Allah.
C’est beau les droits de l’homme tant honnis par les combattants de l’islam.

L’Occident, première cible de l’islamisme djihadiste qui est le vrai islam, plutôt que d’apporter une réponse graduée au terrorisme en traitant le terroriste comme un criminel contre l’humanité et qu’il devrait relever d’une cour spéciale qui devrait le condamner à mort, se fait l’avocat de la Confrérie nazislamiste et terroriste des frères musulmans.  Comme s’il était ignorant de l’idéologie nihiliste  de cette organisation.
Plutôt que de faire preuve d’une neutralité dans le cadre du procès des frères musulmans, il a pris fait et cause pour eux  en accusant le parquet égyptien de déni de justice pour avoir requis la peine capitale à l’encontre des prévenus.
L’Occident ne sait pas réellement qu’un terroriste mort est un ennemi en moins pour lui.

C’est si facile de faire le procès des pays qui ne font pas dans la dentelle pour éradiquer l’engeance islamiste, quand on est incapable de comprendre, et encore moins de résoudre l’équation islamisme=terrorisme.
L’Europe préfère les courtiser, les honorer, les gratifier de la légion d’honneur, leur accorder des facilités pour acheter la paix sociale dans les banlieues et s’attirer les bonnes grâces de leurs bailleurs de fonds saoudiens et qatariens, dont elle convoite la manne financière.

Elle fait des ennemis de la démocratie ses alliés pour se constituer un vivier électoral.
Elle se fait leurs défenseurs plutôt que leurs procureurs, comme s’ils étaient des victimes. Pourtant, un serpent venimeux doit être neutralisé avant qu’il ne morde sa proie.
L’Occident est aussi sourd et aveugle que les musulmans modérés. Il ne veut rien comprendre à leurs mécanismes psycho-idéologiques, pas savoir qu’ils sont des tueurs religieux, et non ces pauvres malheureux rejetés par le système. Ce sont des psychopathes qui se révèlent à eux-mêmes grâce à la lecture des versets désinhibiteurs de leurs pulsions mortifères, qui transforment un humain un monstre de cruauté.

Salah Abdeslam n’a pas dérivé. Il devait emprunter la voie du djihad, sans quoi il n’y a pas d’islam
Salah Abdeslam, élevé dans un milieu qui n’a faire des valeurs de la démocratie et du vivre ensemble, n’a pas dérivé. Il est devenu le bon musulman qu’il devait être. Il devait emprunter la voie du djihad, sans quoi il n’y a pas d’islam.
Plutôt que chercher les causes là où il n’y en a pas, pour occulter les vraies causes, faisons un parallèle entre les jeunes chinois et hindous ou bouddhistes avec ces jeunes issus de l’immigration musulmane, ou les jeunes français de souche néo-islamisés afin d’identifier que l’origine du mal, c’est l’islam.

Ces jeunes musulmans pseudos radicalisés (ils ne sont pas radicalisés, ils sont pieux), sont portés par un idéal messianique et cosmique. Ils sont mus par leur seule haine de l’autre, ne vivant que par et pour faire de l’islam un gouvernement mondial, suivant à la lettre la feuille de route mahométane qui fait de la terreur son arme de destruction massive.
Salah abdeslam n’a pas été endoctriné.

Il a lu le Coran et n’a fait que suivre ses prescriptions, sauf qu’il a été trop lâche pour s’auto-anéantir. Il aurait bien voulu troquer sa vie contre sa mort, passage obligé pour assouvir ses pulsions, mais il n’a pas été jusqu’au bout de son engagement.
Quand est-ce que l’Occident va-t-il s’instruire des expériences douloureuses de l’Algérie, de l’Egypte et de la Tunisie sous Bourguiba et Ben Ali, qui ont payé et payent encore un lourd tribut à l’islamisme djihadiste ?Quand est-ce que la France s’arrêtera-t-elle de caresser les représentants de l’U.O.I.F , l’officine djihado-terroriste dans le sens du poil ?
Quand est-ce que la France fermera-t-elle une fois pour toutes les mosquées wahhabites sur son territoire, et suspendre sine die les constructions de mosquées ? N’est-il pas curieux que plus les mosquées prolifèrent, plus nombreuses sont les vocations djihado-terroristes, et personne ne fait le lien ?

Dans les années 80 et 90 les attaques terroristes venaient pour la plupart de l’extérieur. Aujourd’hui, l’ennemi le frappe en son sein.
Les terroristes sont nés en France, en Belgique, et ont fréquenté les mosquées de la République qui leur ont ordonné de tuer cette République.
Comme le dit si bien Erdogan, nos mosquées sont nos casernes, les croyants nos soldats, les coupoles nos casques et les minarets nos baïonnettes.

Que faudrait de plus comme dessins et actes à l’appui à L’Europe pour qu’elle se réveille et comprenne que l’islam, sorti de l’ombre par les islamistes, ne sera jamais son allié et qu’il sera un jour son fossoyeur.
Salah Abdeslam et ses complices n’ont pas laissé l’ombre d’une chance à leurs victimes car l’islam attaque toujours par surprise et ne fait pas de quartiers. Pour lui un bon infidèle est un infidèle mort.
Il aura tout le temps devant lui pour concevoir un nouveau plan d’attaque dans le confort de sa cellule, ,
Comme tout islamiste  il a la rancoeur tenace et la vengeance froide.

Un jour, quand les juges islamophiles l’auront relâché, Abdeslam passera à l’action pour se racheter aux yeux d’Allah et de sa communauté et être le djihadiste qui tue et se fait tuer dans le sentier d’Allah.

Salem Ben Ammar