1

Aïd Al Adha : le maire LR Grosdidier veut créer La Mecque à Metz

François Grosdidier (LR), ancien député et sénateur, maire de Metz et président de Metz Métropole, lance les festivités de l’Aïd Al Adha le 20 juillet dernier sur le stade de football avec le grand imam de Metz.

François Grosdidier (LR), maire de Metz et président de Metz Métropole, est un proche du grand imam de Metz. D’où sa proposition d’aide pour l’édification d’une mosquée géante à Metz.

À force de rester au soleil durant la canicule, le maire LR de Metz François Grosdidier a eu une vision. Allah lui est apparu dans le ciel de Metz. De ces apparitions qui ne surviennent qu’une fois dans une vie. Aussitôt, en lançant les festivités de l’Aïd Al Adha sur le stade de football avec le grand imam de Metz, ‌François Grosdidier (LR), ancien député et sénateur, maire de Metz et président de Metz Métropole, a décidé d’accélérer la construction d’une méga mosquée à Metz.

http://www.valeursactuelles.com/regions/grand-est/moselle/metz/faits-divers/le-maire-lr-de-metz-appelle-a-se-mobilier-pour-la-construction-de-la-grande-mosquee/

Ce projet d’édifice géant, avec construction d’un bâtiment de 5 649 m2 au sol, sur 11 843 m2 de terrain, doté d’un musée de l’immigration mais aussi d’un institut du monde arabe, avec minaret de 34 mètres de hauteur, capable d’accueillir 1 500 musulmans en une seule séance de prière, se veut le concurrent de la plus grande mosquée d’Europe qui sera édifiée à  Strasbourg. Ces éléments techniques nous sont confirmés par une fonctionnaire territoriale des services techniques de la mairie de Metz, jointe par téléphone ce lundi. Elle ajoute : « François Grosdidier a bien signé le permis de construire de la mosquée voici plusieurs mois ».

Bien sûr, la Moselle nous a habitués à des dépenses pharaoniques en faveur des musulmans et des migrants, sans aucun retour sur investissement.

Moselle : combien coûtent les migrants dans ce département ?

Le maire François Grosdidier a franchi la ligne rouge à plusieurs reprises

Avant cette « transe religieuse », ‌François Grosdidier,  proche du président Jacques Chirac, était plus connu pour ses démêlés avec la justice, comme bon client des juges d’instruction. Condamné pour détournement de biens publics à 6 000 € d’amende en 2015, François Grosdidier, très souvent impliqué dans des affaires judiciaires, a été mis en examen pour « détournement de fonds publics » le 19 avril 2021. 

« Parmi les multiples procédures ayant visé François Grosdidier, on relève, lorsqu’il était sénateur, le financement de frais de défense dans une procédure judiciaire avec le Grand Orient de France (2), ainsi qu’un contrat de location avec option d’achat d’une voiture », nous confie au téléphone, ce lundi 26 juillet, un commissaire de police messin, spécialisé dans les affaires financières et qui préfère conserver l’anonymat. « Car l’homme a des relations importantes » ajoute ce grand flic spécialisé dans la délinquance financière.

Selon le policier Messin, « François Grosdidier a également été condamné pour complicité de prise illégale d’intérêt, trois de ses adjoints n’ayant pas quitté la séance du conseil municipal lors du vote de subventions dans des associations à but non lucratif où l’un de leurs proches avait un intérêt… Il y a bien d’autres affaires. En février 2013, Philippe Mousnier, proche du député de droite Jean-Louis Masson, a déposé plainte contre François Grosdidier après l’avoir mis en cause dans le cadre d’un conflit d’intérêt dans l’utilisation de sa réserve parlementaire. En effet, alors qu’il était député, il a utilisé celle-ci pour financer l’association Valeur Écologie, qu’il dirige. Il a fait verser à cette association respectivement 100 000 € en 2009 et 60 000 € en 2011. En février 2019, François Grosdidier est mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et « détournements de fonds publics »… ». Bref, un « honnête homme ».

La  méga moquée de Metz sera-t-elle subventionnée par la mairie ?

Du côté de Metz, on redoute que le maire orchestre et fasse voter une subvention municipale pour la construction de la méga mosquée. Tant l’engouement du maire est visible pour cette mosquée géante, qui fera « la nique » à celle de Strasbourg.

Le maire Grosdidier se veut l’accélérateur du projet. «J’ai appelé à une mobilisation à la rentrée pour réussir l’entreprise de construction de la grande mosquée, absolument indispensable pour que le culte soit pratiqué dans des conditions dignes et sûres», a ainsi écrit le maire de Metz sur Facebook, narrant son déplacement pour l’Aïd.

Une fois sortie de terre, la grande mosquée de Metz deviendrait la concurrente de la méga mosquée de Strasbourg (plus grande mosquée d’Europe, plus grande que celle de Genève (3)…), dans une région régie par le concordat.

À la différence d’autres régions de France, la Moselle sombre dans l’islamisme public.

Ardèche : le maire d’Annonay interdit l’islamiste intégriste Omar Erkat

 

Metz et Strasbourg en concurrence pour la plus grande mosquée d’Europe

On croit rêver. Après la course à la construction des supermarchés et des hypermarchés, voici le marathon de constructions des hypermosquées. Le conseil municipal de Strasbourg a voté le 22 mars dernier, une délibération approuvant « le principe d’une subvention » de 2,5 millions euros pour la construction de la mosquée Eyyub Sultan dont le budget total est de 32 millions d’euros. 

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/la-mairie-de-strasbourg-maintient-la-subvention-a-la-mosquee-20210329

https://www.midilibre.fr/2021/03/29/mosquee-de-strasbourg-pourquoi-sa-construction-suscite-une-vive-polemique-9456877.php

 

“Il y a déjà 22 mosquées autour de Strasbourg, 2 grandes mosquées dans Strasbourg…”

Les imams des mosquées sont désormais formés à nos frais

Les deux mégas mosquées de Metz et de Strasbourg sont indissociables avec les formations d’imams payées par l’état à l’université de Strasbourg. L’idée a été lancée en 2015 par le président de l’Unistra Alain Beretz et amplifiée, dans sa réalisation par son successeur à la présidence, le théologien et prêtre catholique Michel Deneken (1). On voit que le principe de la laïcité est respecté dans cette énorme machine islamogauchiste qu’est l’Unistra.

Islam à l’université de Strasbourg : la drôle de potion du Dr Beretz

L’université de Strasbourg a ainsi créé deux masters d’Islamologie, droit et gestion. On n’allait pas s’arrêter là. Les mêmes islamogauchistes ont ouvert une licence Histoire et civilisation des mondes musulmans. Cette licence, qui vise à l’étude du fait musulman, accueillera une centaine d’étudiants à la rentrée 2021, qui auraient été « choisis entre 200 candidats dont de nombreux étrangers » précise une fonctionnaire administrative de l’université.

L’actuel président des universités de Strasbourg, le prêtre catholique Michel Deneken ajoute : « L’Université de Strasbourg se devait d’être au rendez-vous », en regrettant certaines frilosités. Il salue « le doyen de la faculté d’histoire qui permet à cet enseignement de s’inscrire dans une démarche universitaire. Les enseignants ne sont pas forcément de confession musulmane. »

Aux cris de « Deneken, marchand de singes », le président Michel Deneken (au centre de la photo) a été récemment interpellé par de nombreux étudiants de l’université de Strasbourg.

La première universitaire recrutée pour la formation des imams est Anne Sylvie Boisliveau, chercheuse, spécialiste du Coran. « Il n’y a pas d’enseignement sans recherche. Cela pose la question du rapport aux textes fondateurs et de leur interprétation par rapport à leur époque. Le Coran n’est ni au-dessous, ni au-dessus de la Bible » , ajoute, avec conviction Michel Deneken, prêtre catholique dans le diocèse de Toul et professeur de dogmatique à l’Unistra.

D’ailleurs, l’Université Al-Azhar du Caire a initié des collaborations scientifiques avec l’Institut catholique de Paris et avec l’université de Strasbourg. Selon le président de l’Unistra Michel Deneken : « si l’État décidait que la formation intellectuelle des imams, comme pour les prêtres et les pasteurs, devait se faire à l’université, ce serait un service rendu à l’islam ». Ben voyons.

Tous ces engagements publics en faveur de l’islam ont un coût et sont payés par les contribuables de la Moselle, des départements alsaciens et avec une partie des impôts de tous les français. Même ceux qui résident en dehors de la zone du concordat.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

(1) Selon le site Wikipedia, Michel Deneken, né le 17 août 1957 à Strasbourg, est un prêtre catholique et théologien françaisprésident de l’université de Strasbourg depuis le 13 décembre 2016.

Michel Deneken fait ses études secondaires au lycée Kléber et ses études de théologie et de germanistique à l’université des sciences humaines de Strasbourg. Il soutient sa thèse de théologie catholique en 1986. Il devient maître de conférences en 1989. Habilité à diriger des recherches en 1997, il est nommé professeur des universités en 2003.

Michel Deneken est doyen de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg de 2001 à 2009, mais aussi directeur du Service de l’action culturelle de l’Université Strasbourg II de 2002 à 2007. En 2008, l’Université Strasbourg II fusionne avec les universités I et III de la ville

Vice-président de l’université de Strasbourg, il en devient le président en succédant à Alain Beretz le 13 décembre 2016. Cette nomination est approuvée par l’AFGES Les étudiant-e-s d’Alsace, majoritaire, pour qui sa qualité de prêtre « n’a jamais été un problème ». Il est également soutenu par l’UNI locale. Mais le SNESUP-FSU qui considère qu’il y a entorse au principe de laïcité. Il est aussi critiqué par l’UNEF locale, allié aux EMF, ainsi que par l’UEC locale qui dénoncent sa supposée proximité avec le Vatican. En décembre 2017, le tribunal administratif de Strasbourg rejette cette requête. En juin 2018, le Conseil d’État confirme qu’un prêtre peut présider une université.

(2) Le Grand Orient de France (abrégé GODF ou simplement GO) est la plus ancienne obédience maçonnique française et la plus importante d’Europe continentale. Il est né en 1773 d’une profonde transformation de la première Grande Loge de France.

Selon Wikipedia, le Grand Orient de France occupe une position originale dans la franc-maçonnerie mondiale sur trois points particuliers, que sont : son refus d’exiger une croyance quelconque, en particulier en un dieu, son attachement à la laïcité et ses valeurs républicaines et sociales. Les membres du Grand Orient de France déclarent que « la recherche du progrès est un moteur dans leurs réflexions et leurs actions », au point que ce principe figure dans leur constitution. Ils se déclarent attachés à la liberté absolue de conscience, qu’ils considèrent comme garante, avec la laïcité, des institutions. Ainsi, quiconque professe des opinions racistesxénophobes ou bien se déclare partisan de régimes totalitaires ne peut être reçu au Grand Orient de France.

Le GODF est généralement classé à gauche et la plupart de ses grands maîtres dans l’époque contemporaine ont été membres du Parti socialiste. Par ailleurs, il interdit à ses membres d’appartenir au Front national, mais également à des groupements appelant à la discrimination, la haine raciale, à des mouvements sectaires ou plus largement à des groupes visant à détruire ou aliéner l’être humain.

(3) https://www.24heures.ch/suisse/suisse-romande/fiche-s-agent-securite-mosquee-reagit/story/11731967

https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/sophie-roselli-itribune-genevei-laureate-swiss-press-award/story/17005703

La mosquée de Genève est située au chemin Colladon, dans le quartier du Petit-Saconnex, près des organisations internationales à Genève. C’est la plus grande mosquée de Suisse romande.

Selon Wikipedia, Deux imams de la mosquée de Genève font l’objet d’une surveillance par la direction générale de la Sécurité intérieure française où ils sont fichés « S ». Ces deux français convertis, résidant à Ferney-Voltaire dans le département de l’Ain, voient leurs domiciles perquisitionnés en novembre 2015 à la suite de la découverte du numéro de téléphone de l’un d’eux figurant sept fois dans la liste des appels entrants et sortants du téléphone de Mohammed Merah.

Avant de travailler pour la mosquée de Genève, l’un d’eux a fait ses études en Arabie saoudite ; il a également passé du temps en Jordanie. Lors d’une interview télévisée, à la question de savoir si ce dernier est pour ou contre la lapidation, il répond « joker ». Au printemps 2015, deux jeunes fidèles de la mosquée partent faire le djihad en Syrie.




Plutôt abroger le Concordat Alsace-Moselle que d’y inclure l’islam !

Lorsque je participais aux réunions de travail du Haut Conseil à l’Intégration, sous la direction de Patrick Gaubert, je demandais, outre l’interdiction du voile en France, la fin du Concordat Alsace-Moselle, afin que tout le territoire français fût soumis à la loi de 1905 (1).

Mes deux requêtes furent rejetées : la première au motif que j’allais déclencher une véritable guerre civile ; la seconde parce que je risquais de rallumer un incendie éteint depuis longtemps. 

Pour l’heure, à défaut d’incendie, c’est l’islam qui s’étend toujours plus sur la France, notamment depuis que les Républicains proposent de l’inclure dans le Concordat. Comme le déclare Arlette Grosskot (2) au  journal Le Monde : « Faisons l’expérience de l’intégration de l’islam dans le régime concordataire ! ».

Si encore Arlette Grosskot était la seule à parler ainsi ! Mais non : François Baroin, Nathalie Kosciusko-Morizet et François Grosdidier tiennent le même discours, sans en mesurer les conséquences, car, à leur tour, les musulmans nous disent : « L’islam est la deuxième religion de France. Il faut arrêter de vous fermer les yeux, nous ne reviendrons pas en arrière. Vous devez permettre aux musulmans d’exercer leur religion ».

D’où l’enthousiasme des musulmans pour cette proposition qui leur permettrait de bénéficier de subventions publiques, de locaux, et surtout d’enseigner l’islam à l’école.

Or, l’islam ayant le don de nous faire commettre les pires erreurs, d’aucuns envisagent même d’élargir le Concordat à toute la France (sic), si bien qu’il n’y aurait plus de différence entre l’Alsace-Moselle et la France !

Pas mal, non ?

Maurice Vidal

(1) L’Alsace-Moselle bénéficie aujourd’hui encore du régime concordataire français parce que ce territoire était allemand lorsque fut votée la loi de séparation de l’Église et de l’État, le 9 décembre 1905.

(2) Arlette Grosskot est députée du Haut-Rhin (5e circonscription).




Ghaleb Bencheikh : la France devrait financer la vénération du Coran et de Mahomet

Non satisfait de disposer déjà d’une émission religieuse aux frais de la princesse Marianne(1), M. Ghaleb Bencheikh voudrait que le concordat d’Alsace – Moselle soit élargi à l’islam. Il vient de formuler cette demande lors d’une émission de Radio-Orient où il a été confronté à Marine Le Pen(2). Autrement dit, non content d’être un des plus illustres thuriféraires, chronique et anachronique de l’islam, c’est à dire du Coran et de Mahomet, notre vedette voudrait que la France finance plus avant la vénération d’un Livre qui n’a que peu de respect pour la dignité des êtres et d’un Prophète, qui a marqué l’histoire et la géographie grâce à ses conquêtes territoriales et féminines. Il n’échappe plus à personne qu’en la personne de Mahomet nous avons affaire à un meneur de razzias et à un pédophile qui a interdit à ses neuf veuves de se remarier après sa mort. Une immoralité qui n’est surpassée que par celle de Sardanapale.

Ghaleb Bencheikh
On n'est jamais mieux servi que par soi-même

Comme tous les dignitaires musulmans que la France connaît si bien depuis 1830, Monsieur Ghaleb Bencheikh n’offre aux Français que sa bonne volonté, des promesses et de très bonnes paroles.  « Paroles, paroles, paroles… » lui aurait chanté Dalida ! Aux actes citoyen, lui disons-nous. Nous vous mettons au défi de rendre un véritable service aux Français, musulmans et non-musulmans ! Le très spirituel Pierre Dac aurait opiné  : « Il peut le faire ! »
Monsieur Bencheikh croit qu’il lui est encore possible de nous duper et d’obtenir des deniers de Marianne sans qu’il n’ait fait quelques efforts auparavant. A Riposte Laïque, c’est bien connu, nous n’avons rien contre les religions, mais nous ne sommes pas dupes pour laisser enseigner à nos enfants la vénération d’une idéologie totalitaire drapée d’oripeaux religieux. Il nous faut donc revenir aux fondamentaux : les prescriptions coraniques, confirmées par la pratique de Mahomet et de ceux qui restent fidèles à son « beau » modèle, constituent un ensemble d’idées et de pratiques sexistes, séparatistes et ségrégationnistes à souhait.
La France ne peut programmer plus avant son suicide collectif en finançant la vénération du Coran et de Mahomet. Il est grand temps d’exiger des musulmans qu’ils cessent d’inoculer les germes de la haine aux petits êtres qu’ils ont sous leur coupe. Il faut absolument qu’ils dénoncent les préceptes et les versets coraniques, totalement incompatibles avec nos valeurs et avec notre désir de vivre-ensemble et non pas de vivre à part et à l’écart comme la pratique quotidienne et basique de l’islam le prouve chaque jour.
Nous en appelons à tous les Français pour dire non à la perpétuation de cette vénération sur le sol français. Tout ce que le Coran et Mahomet méritent, c’est bien une critique en règle, sans merci, pour que nos concitoyens musulmans puissent, enfin, s’émanciper de l’emprise d’un phallocrate autoritaire, belliqueux, conquérant et d’un livre irrespectueux des êtres à commencer par les musulmans et leurs mères. En voici deux preuves tangibles :

  • Femmes du prophète condamnées à la claustration et au veuvage à vie : Coran XXXIII, versets 6 et puis 53. (3)
  • Interdiction coranique de s’allier à des Juifs et à des Chrétiens : Coran V, 51 (4)

Nous conseillons donc à M. Ghaleb Bencheikh d’user de son autorité et d’avoir le courage de dénoncer Mahomet et les prescriptions coraniques totalement iniques, contraires à nos principes républicains. C’est le meilleur service qu’il pourra rendre aux Français, musulmans et non-musulmans. Il est vrai que cela revient à demander à M. Bencheikh de s’inspirer des très courageux et très valeureux Tunisiens qui ont mis le feu à la maison arabe, dont la façade est pleine de très belles arabesques alors que son intérieur est totalement vermoulu.

Pascal Hilout

____________________________________

(1)   – Emission « islam » sur France 2

(2)   – Emission Radio-Orient

(3)   – Femmes du prophète claustrées avant d’être interdites de remariage

(4)   – Interdiction coranique de s’allier à des Juifs ou à des Chrétiens




Abolition du Concordat d’Alsace Moselle : une diversion de Mélenchon ?

Mélenchon propose-t-il d’abolir le Concordat d’Alsace Moselle simplement pour ne pas avoir à se prononcer sur le financement des mosquées avec l’argent public, ou est-ce un vrai combat qu’il veut mener ?

Avec JLM on a toujours des surprises…. On a toujours des entourloupettes ! Il est malin le bougre ! Plutôt que d’oser affirmer : « Il faut respecter la loi de 1905 et ne pas financer les mosquées, ni aucun autre lieu de culte d’ailleurs, avec l’argent public », il vient de décider de construire une usine à gaz !
Il a toujours été dans cette démarche Jean-Luc, bouffeur de curés  de bouddhistes, les pauvres ! Il clame haut et fort, il sait parler fort Jean-Luc : « Sarkozy ? Rappelez vous Latran »… Mais, il oublie de signaler le discours de  Ryad sur l’islam devant les princes polygames de la charia, pétrole oblige…. Bizarre !
Oui Sarkozy n’est plus un président laïque nous le savons tous… Lui veut nous ramener à l’église, à la synagogue, à la mosquée, au temple, à l’église des témoins de Jéhovah, dans l’église de scientologie de son ami Tom Cruise, des adventistes du 7ème jour, des Pentecôtistes, et j’en passe, il faut revenir aux vraies valeurs celles qui donnent un sens à la vie, les vraies valeurs, religieuses, supérieures, bien supérieures aux autres (sic)…. Tout pour le retour au religieux. Nous calmer, voilà ce qu’il veut  face à la crise économique contre laquelle il ne peut rien, car, en plus, il a choisi définitivement le parti des nantis. Il est aujourd’hui l’image d’un homme acculé qui aura été le fossoyeur de la laïcité :  « vous voyez Messieurs,  je n’en peux plus vous ne pourriez pas vous occuper d’eux et leur parler du paradis afin qu’ils ne contestent pas trop les inégalités sociales! »  Discours qui ravit tous ceux dont  l’endoctrinement à la foi et à la prière est le business ou l’idéologie politico- religieuse.
Alors certes, les croyants ont le droit de croire en Dieu et la  liberté de conscience est une valeur fondamentale de notre constitution. On peut dans notre pays prier le dieu de son choix, il n’y aurait même rien à redire à l’animisme à la pratique du vaudou, du chamanisme, de la sorcellerie, de la magie, de la  religion zoroastrienne, mais la laïcité doit justement nous permettre de ne pas mettre tout cela sur la place publique, de ne pas sur-dimensionner la foi, ce que font aujourd’hui les partis politiques dans leur grande majorité. Nous ne devons pas  décider, par exemple, que les monothéismes sont mieux et supérieurs à tout autre croyance ou pratique religieuse. La croyance en Dieu n’est pas une obligation devant se traduire par un service public financé par l’Etat, et les non- croyants n’ont pas à payer pour la croyance des autres, que les croyants se débrouillent !
Nous devons organiser et financer, dans notre République, une solidarité sociale, qui s’adresse à tous les citoyens français quelle que soit leur religion, un système de retraite auquel chaque travailleur  contribuera, mais nous ne sommes pas soumis à une obligation de solidarité financière dans le domaine du  religieux, sauf à admettre que notre République n’est plus laïque. Or avec le financement des mosquées par le contournement de la loi de 1905 qui se prépare, tant à l’UMP qu’au PS, c’est ce qu’on va nous obliger à faire.
C’est sans doute pour s’opposer à ce financement, sans vraiment l’avouer,  que  Mélenchon nous annonce maintenant qu’ il veut s’attaquer au Concordat d’Alsace Moselle. Ce Concordat a été institué après le retour de l’Alsace Lorraine dans le giron de la France, on a continué d’appliquer le modèle allemand (où les gens payent un impôt pour financer le culte de leur choix). Il ne faut pas confondre ce Concordat là, avec le Concordat de Bonaparte qui a contraint  l’Eglise à se soumettre aux lois françaises de l’époque, en allant chercher le Pape pour le garder bien au chaud à Fontainebleau entouré de grenadiers, en imposant au rabbinat, comme  condition impérative de la citoyenneté française, la mise en conformité de la « halakha » avec les Lois de la République française et non l’adaptation de ces dernières aux croyances et rites religieux, ce que souhaite faire l’islam aujourd’hui, (l’offensive burqa  un des exemples  typique de dérive inadmissible!)

Les évêques prêtant le serment civil exigé par le Concordat

La démarche au lieu d’être frontale et affirmative : « on ne finance pas de lieu de culte », est détournée. Cela lui permet de laisser penser  : «  Finalement, pourquoi ne financerait-on pas les lieux de culte musulman puisqu’en Alsace Moselle on les finance bien et on paye même les pasteurs  les prêtres  et les rabbins?». C’est exactement ce que veulent les imams. L’exemple de l’Alsace Moselle est  exactement ce qu’ils veulent imposer partout, et sans doute vont-ils y réussir. D’abord faire reconnaître le financement de l’islam, des lieux de cultes et des imams, puis promouvoir la formation des imams à Strasbourg financée par les impôts. Cette première étape franchie, il n’y aura plus qu’à étendre le système à toute la France à la plus  grande  joie  de toutes les autres confessions auxquelles l’islam redonne un petit coup de jeunesse et d’enthousiasme. On mettrait ainsi le doigt dans un terrible engrenage, car pourquoi ensuite refuser aux Témoins de Jéhovah  aux adventistes et tutti quanti… la construction d’un temple et le financement de leurs pasteurs? En se réveillant,aujourd’hui seulement, alors que le député François Gros Didier a déposé, depuis juin 2006, un projet de loi pour étendre à l’islam les droits concordataires dans cette région, Mélenchon ne va-t-il pas aboutir à l’accélération des choses dans un sens opposé à ses idées ? Veut-il vraiment entreprendre ce combat ou est-ce une fanfaronnade dont il est coutumier ? N’est-ce pas, au fond,  qu’une dérobade facile sur le sujet ? Face à la volonté de Sarkozy de ramener dans des délais brefs, la France du XXIème siècle dans une ère de bigoterie dépassée,   l’urgence eût été de réaffirmer : «  le financement des mosquées avec l’argent public c’est non !». De même qu’un vrai débat sur la laïcité devrait aussi remettre en question  le financement des établissements confessionnels. Le délabrement de l’école publique ne mériterait-il pas ce petit coup de pouce et un engagement des vrais laïques sur le sujet?
Donc si Jean-Luc   était prêt, en qualité de candidat du Parti de gauche, à mettre cette question de la laïcité au coeur de son projet pour la présidentielle avec force, afin qu’on en finisse avec les financements détournés  des cultes en Alsace Moselle ou partout ailleurs, il redeviendrait un vrai défenseur de la laïcité, et là chapeau!
Chantal Crabère