1

Hommage au travail de réinformation de Reiner Fuellmich

Au cours des deux dernières années, les analyses de l’avocat Reiner Fuellmich nous ont éclairés et soutenus. Comprenant grâce à lui et de rares auteurs comme Pascal Sacré ou Denis Rancourt (articles sur les tests PCR sur mondialisation.ca dès juillet 2020) ce qu’il se passait en particulier sur les faux tests PCR dès juillet 2020, nous avons pu résister car la connaissance aide à rester debout et à travailler dans le sens de la vérité.

Comme énormément de personnes perdues dans le monde, Reiner F. nous a permis de comprendre et donc de résister sans tomber dans la panique, le désespoir, la dépression voire le suicide pour certains. Nous avons pu, grâce à lui, donner de l’espoir à nos correspondants par mail et téléphones, et en publiant en France les résultats de son combat.[1]

Nous écrivions en octobre 2020 grâce à ses éclairages :

Vers la mise en place d’un Nuremberg du covid [2]

Un grand motif d’espoir : des juristes préparent les fondements d’un procès Covid-Nuremberg international

 Le scandale du coronavirus

Nous avons découvert avec joie la vidéo de Reiner Fullmich, juriste au barreau en Allemagne et en Californie, mise en ligne le 3 octobre 2020, traduite en français par le « fils du Pangolin ». Profitez-en avant qu’elle ne disparaisse de YouTube… Il est un des quatre membres de la commission allemande d’enquête sur le coronavirus.

https://www.youtube.com/watch?v=UQFZHtnW8DY (évidemment indisponible aujourd’hui !)

 Enfin de bonnes nouvelles !

 Un réseau international se forme contre « les crimes contre l’humanité » en cours, liés aux mesures totalitaires et complètement irresponsables eu égard à la santé de la population mondiale. Les mesures liberticides telles que le confinement aveugle, puis le port obligatoire du masque, dedans, dehors, partout, bientôt en famille, et dans les moments tendres, et les tests délirants car non fiables et multipliés à l’envi, imposés par les écoles, les entreprises et les hôpitaux qui les répètent de façon anarchique laissant le patient « urgent » dans un lit pendant plusieurs semaines attendant que le test d’entrée positif (évidemment trop souvent, pour être fiable) se négative. Mais s’il se négative, il faut vérifier trois jours plus tard et ainsi de suite.

Des sketchs ubuesques si la vie de patients et le moral des troupes n’étaient pas en jeu, avec leurs conséquences délétères sur l’immunité et l’apparition de maladies auto-immunes, cancers, sans parler de toutes les affections psychosomatiques.

 Présentation de l’avocat allemand parlant au nom des 4 membres de la commission d’enquête allemande sur le coronavirus :

« Bonjour, je m’appelle Reiner Fuellmich et je suis admis au barreau en Allemagne et en Californie depuis 26 ans. J’ai pratiqué le droit principalement en tant qu’avocat plaidant contre des sociétés frauduleuses telles que la Deutsche Bank, autrefois l’une des plus grandes banques du monde et des plus respectées, aujourd’hui l’une des organisations criminelles les plus toxiques au monde. VW, l’un des constructeurs automobiles les plus importants et les plus respectés au monde, aujourd’hui connu pour sa fraude géante sur le diesel et Kuehne and Nagel, la plus grande compagnie maritime du monde, que nous poursuivons dans une affaire de corruption de plusieurs millions de dollars.

 Je suis également l’un des quatre membres de la commission d’enquête allemande sur le Corona. Depuis le 10 juillet 2020, ce comité écoute un grand nombre de témoignages de scientifiques et d’experts internationaux pour trouver des réponses aux questions sur la crise du Corona, que de plus en plus de personnes dans le monde entier se posent. Tous les cas de corruption et de fraude commis par les entreprises allemandes mentionnés ci-dessus sont dérisoires en comparaison de l’ampleur des dommages que la crise du Corona a causés et continue de causer.

 Cette crise du Corona, selon ce que nous savons aujourd’hui, doit être rebaptisée « scandale du Corona ». Et les responsables de cette crise doivent être poursuivis pénalement et pour dommage civil. Sur le plan politique, tout doit être fait pour que plus jamais personne ne soit en position de pouvoir tromper l’humanité ou tenter de nous manipuler avec ses programmes corrompus.

 C’est pourquoi je vais maintenant vous expliquer comment et où un réseau international d’avocats plaidera la plus grande affaire de délit civil de tous les temps : le scandale de la fraude Corona, qui s’est entre-temps transformée en probablement le plus grand crime contre l’humanité jamais commis.

 Les crimes contre l’humanité ont été définis pour la première fois dans le cadre des procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire lorsqu’ils ont concerné les principaux criminels de guerre du Troisième Reich.

 Aujourd’hui, les crimes contre l’humanité sont régis par l’article 7 du Code pénal international.(…)

et quelques jours plus tard toujours en 2020

« Nuremberg-Covid : un crime contre l’humanité qui doit être jugé ! 18 octobre 2020 Nicole Delépine 

 « Suite du premier volet.

Le combat se développe. Il faut en parler autour de vous, faire connaître cette enquête internationale, car curieusement les mails concernant ce scandale sont bloqués, comme si un algorithme très performant refusait qu’on le fasse connaître.
On peut aussi revenir au bon vieux temps et imprimer un maximum de « tracts » reprenant les idées majeures de ce texte à lire en totalité.

Quelques extraits de « scandale de fraude du coronavirus – Le plus important combat commence juste ». 18 octobre 2020

« PROBABLEMENT LE PLUS GRAND CRIME CONTRE L’HUMANITÉ JAMAIS COMMIS »

– La commission d’enquête extraparlementaire allemande Corona (Außerparlamentarischer Corona Untersuchungsausschuss), lancée le 10 juillet 2020, a été fondée par quatre avocats pour enquêter et poursuivre les responsables de la mise en œuvre de confinements dévastateurs sur le plan économique dans le monde, ainsi que de l’utilisation de tests frauduleux pour faire croire à une pandémie dangereuse.
« – les avocats soutiennent que les mesures pandémiques étaient destinées à semer la panique afin que les industries pharmaceutiques et technologiques puissent générer d’énormes profits grâce à la vente de tests PCR, de tests d’antigènes et d’anticorps et de vaccins, et de la récolte de nos empreintes génétiques. »
– Les confinements n’étaient pas nécessaires et tout argument contraire est erroné ;

« Le virus était déjà en retrait et les taux d’infection commençaient à baisser lorsque des confinements furent imposés ; des preuves scientifiques montrent qu’une majorité de personnes sont déjà immunisées contre le virus en raison de l’immunité des cellules T à réactivité croisée, et le test PCR ne peut pas être utilisé pour identifier une infection active par le SRAS-CoV-2 ou tout autre virus. »

La pandémie n’a pas entraîné un nombre supplémentaire de décès ou un nombre de morts plus élevé que la normale, les dommages collatéraux des mesures de riposte à la pandémie sont presque incalculables.

Toutes les réunions sont diffusées en direct et disponibles sur la chaîne YouTube du Comité11 (du moins pour le moment).

Selon Fuellmich, un recours collectif international sera intenté contre les personnes responsables de la mise en œuvre des confinements économiquement dévastateurs dans le monde, ainsi que de l’utilisation de tests frauduleux pour créer l’apparence d’une pandémie dangereuse.

Cela inclut tout le monde, des décideurs politiques locaux à l’Organisation Mondiale de la Santé et aux laboratoires pharmaceutiques. Il affirme que plus de 50 autres pays suivront.

Fuellmich souligne qu’au plan politique, des efforts tous azimuts doivent être faits pour garantir que « personne ne sera plus jamais en mesure de frauder l’humanité ou de tenter de nous manipuler avec des projets corrompus. »

Un second Nuremberg

Les crimes contre l’humanité, définis pour la première fois lors des procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale, sont aujourd’hui réglementés à l’article 7 du Code pénal international.

Les trois questions auxquelles le comité cherche à répondre par voie judiciaire sont :

  1. Y a-t-il une pandémie de covid-19 ou y a-t-il seulement une pandémie de test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) ?

Plus précisément, un résultat de test PCR positif signifie-t-il que l’individu est infecté par le SRAS-CoV-2 et a le covid-19, ou cela ne signifie-t-il absolument rien en relation avec l’infection covid-19 ?

  1. Les mesures de riposte à la pandémie telles que les confinements, les masques obligatoires, la distanciation sociale et les réglementations de quarantaine servent-elles à protéger la population mondiale du covid-19, ou ces mesures ne servent-elles qu’à semer la panique ?

3. Est-il vrai que le gouvernement allemand a fait l’objet de pressions massives – plus que tout autre pays – par les principaux protagonistes de cette pandémie de covid-19 ?

Selon Fuellmich, l’Allemagne « est connue comme un pays particulièrement discipliné et devait donc devenir un modèle pour le reste du monde pour son adhésion stricte et, bien sûr, réussie » aux mesures contre la pandémie.

Le COVID CONTINUE À SEMER LA PANIQUE – IL FAUT DÉNONCER LES MENSONGES

Des réponses à ces questions sont nécessaires de toute urgence, car le SRAS-CoV-2, présenté comme l’une des menaces à la vie les plus graves de l’histoire moderne, « n’a causé aucune surmortalité nulle part dans le monde ».

Les mesures de pandémie, en revanche, ont « causé la perte d’innombrables vies humaines et détruit l’existence économique d’innombrables entreprises et individus dans le monde », dit Fuellmich.

Deux responsables de la panique, Ferguson et Drosten  (…)  le virologue allemand Christian Drosten est responsable des ordonnances de confinement en Allemagne.

Le virologue allemand Christian Drosten avait déjà semé la panique en 2009 avec des prophéties apocalyptiques pour la grippe porcine .Dans ces prévisions terrifiantes récurrentes, il semble bien le pendant de l’épidémiologiste Neil Ferguson dont les prévisions de décès ont servi d’excuses aux gouvernements de trop de pays pour imposer leurs mesures liberticides, en particulier en France.
Le moment venu de décider d’une réponse pour covid-19, le gouvernement allemand s’est appuyé sur l’avis de Drosten uniquement.

« Dans une violation scandaleuse du principe universellement accepté d’auditor at ultra parse, ce qui signifie qu’il faut également entendre l’autre côté, la seule personne qu’ils ont écoutée était M. Drosten, c’est-à-dire la personne même dont l’horrible pronostic panique s’était avéré catastrophiquement faux 12 ans plus tôt », dit Fuellmich.

« De nombreux « scientifiques hautement renommés »ont brossé un tableau complètement différent de la pandémie du covid-19. Parmi eux, le professeur John Ioannidis de l’université de Stanford en Californie, le professeur Michael Levitt, biophysicien à l’université de Stanford et lauréat du prix Nobel de chimie ; les professeurs allemands Karin Mulling, Sucharit Bhakdi, Klud Wittkowski et Stefan Homburg.

AUCUNE SECONDE VAGUE EN VUE, SEULEMENT DE L’INTOXICATION VIA LES TESTS TROMPEURS

Le Dr Mike Yeadon, ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, figure également sur cette liste. Yeadon a récemment déclaré publiquement qu’il n’y a aucune science suggérant qu’une deuxième vague devrait se produire » et que les résultats faussement positifs de tests PCR non fiables sont utilisés pour « fabriquer une » deuxième vague  » à partir de « nouveaux cas ». »

« Ils ont estimé, et estiment toujours, qu’il n’y avait pas de maladie allant au-delà de la gravité de la grippe saisonnière ; que la population avait déjà acquis une immunité croisée ou des cellules T contre ce prétendument nouveau virus ; et qu’il n’y avait donc aucune raison pour des mesures spéciales et certainement pas pour les vaccinations », dit Fuellmich.

Il cite également un article scientifique publié en septembre 2020 par Yeadon et ses collègues, dans lequel ils déclarent :

« Nous fondons notre politique gouvernementale, notre politique économique et la politique de restriction des droits fondamentaux vraisemblablement sur des données et des hypothèses complètement fausses concernant le coronavirus.

Sans les résultats des tests qui sont constamment rapportés dans les médias, la pandémie serait finie, parce que rien ne s’est vraiment passé.  »

Analyse de la situation

Commentant « la situation actuelle et réelle concernant le danger du virus, l’inutilité totale des tests PCR pour la détection des infections et les verrouillages basés sur des infections inexistantes », Fuellmich déclare : « Nous savons que les systèmes de santé n’ont jamais risqué d’être submergés par le covid-19. Au contraire, de nombreux hôpitaux restent vides à ce jour et certains sont aujourd’hui menacés de faillite.

Le navire-hôpital Comfort qui ancré à New York à l’époque aurait pu accueillir un millier de patients n’a jamais hébergé plus d’une vingtaine de patients.

Nulle part il n’y a eu de surmortalité.

Des études menées par le professeur Ioannidis et d’autres ont montré que la mortalité du corona est équivalente à celle de la grippe saisonnière ; même les images de Bergame et de New York qui ont été utilisées pour démontrer au monde que la panique était de rigueur, se sont avérées délibérément trompeuses.

Ensuite, le soi-disant « article de panique » a été divulgué, rédigé par le ministère allemand de l’Intérieur. Son contenu classifié montre sans l’ombre d’un doute qu’en fait la population a délibérément été amenée à paniquer par les politiciens et les médias traditionnels. »

À Bergame, en Italie, 94 % des décès n’étaient pas le résultat d’une infection au covid-19 se propageant sans limites, mais plutôt la conséquence de la décision du gouvernement de transférer les patients malades des hôpitaux vers les maisons de retraite, où ils propageaient l’infection – rhume, grippe et SRAS-CoV-2 – parmi les personnes âgées et fragiles.

Cela a également été fait par le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, en violation directe des directives fédérales ainsi que dans le Minnesota, l’Ohio, en Pennsylvanie, dans le New Jersey, au Michigan et en Californie.

Fuellmich souligne également la faute professionnelle courante qui s’est produite dans certains hôpitaux de New York, où tous les patients suspectés decovid-19 ont été placés sous ventilateur mécanique, ce qui s’est avéré être une condamnation à mort.

« Cependant, comme l’ont montré les autopsies, qui ont été effectuées en Allemagne, en particulier par le médecin légiste le professeur Klaus Püschel à Hambourg, les décès qu’il a examinés avaient presque tous été causés par des maladies préexistantes graves et presque toutes les personnes qui étaient décédées, décédées très vieilles, tout comme en Italie, c’est-à-dire qu’elles avaient vécu au-delà de leur espérance de vie moyenne.

Le RKI allemand, qui est encore l’équivalent du CDC, avait initialement, assez étrangement, recommandé qu’aucune autopsie ne soit pratiquée

Et il existe de nombreux rapports crédibles selon lesquels des médecins et des hôpitaux du monde entier ont été payés pour déclarer une personne décédée était victime du covid-19 plutôt que d’écrire la véritable cause du décès sur le certificat de décès, par exemple une crise cardiaque ou une blessure par balle.

À Paris, des employés des pompes funèbres racontent maintenant comment ils furent choqués que les corps leur soient livrés, « non préparés, même pas lavés » et donc jamais revus par leurs familles, sans la possibilité de les préparer avant enterrement ou incinération. Ils précisent : tous les morts étaient « covid ». Aucune autre cause de décès déclaré. Ce fut un phénomène mondial et heureusement quelques légistes désobéirent aux USA, en Italie, en Allemagne (France ?) et effectuèrent des autopsies découvrant des morts par balle classés covid…

Nicole Delépine »

 

 Rendez-vous compte : nous savions tout ce qui s’est avéré, en 2020, avant la campagne cruelle de vaccination que nous aurions pu éviter si la population n’avait été sous l’emprise mortifère du gouvernement et des médias. Bien sûr nous attendons tous ce nouveau Nuremberg difficile à mettre en place car les justices sont corrompues, mais nul doute que des personnes comme Fuellmich y parviendront avec l’aide d’éveillés de plus en plus nombreux.

TENTATIVE D’ÉLIMINATION PAR LA RUMEUR, la CALOMNIE

Il n’est pas étonnant que l’État profond tente de le décrédibiliser car son travail est tellement important qu’il ne servirait à rien de l’éliminer ou même de l’emprisonner : tenter de faire croire qu’il a menti ou triché est plus astucieux. Néanmoins ils n’y arriveront pas et comme conclut Reiner dans son mémoire à notre usage :

« Et enfin, bien sûr, nous gagnerons cette guerre qui est menée contre toute l’humanité. Il n’y a aucun doute dans mon esprit que ceux qui essaient de détruire l’humanité et qui essaient de jouer à Dieu sont condamnés »

Restons forts ensemble : certaines personnes craquent sous la pression. Je ne le fais pas et je ne le ferai pas.  Et j’aimerais ajouter, la même chose est vraie pour les travailleurs de la santé grecs, et la même chose est vraie pour chacun d’entre vous.

 

Voici l’intégrale de sa mise au point :

Reiner Fuellmich: Encouraging update after false allegations (stopworldcontrol.com) (traduction intégrale et littérale de l’article ci-joint)

Reiner Fuellmich : Mise à jour encourageante après de fausses allégations

Au cours des derniers mois, une attaque vicieuse et perfide a été lancée contre l’une des personnes les plus influentes de tout le mouvement mondial pour la justice et un monde meilleur: le Dr Reiner Fuellmich.

Le Dr Fuellmich a travaillé sans relâche avec le Comité d’enquête Corona pour découvrir toutes les preuves qui révèlent comment la pandémie était une opération criminelle à grande échelle.

L’objectif de cette opération était double :

1) réduire considérablement la population mondiale par la guerre biologique, à la fois avec une maladie artificielle, et par des injections armées

2) soumettre ceux qui survivent à une tyrannie mondiale sans précédent, par le biais de passeports vaccinaux, d’identifications numériques, de surveillance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, etc.

Le Dr Fuellmich a réalisé plus de 400 entrevues, avec des experts de tous les domaines de la science, pour révéler ce programme néfaste.

Son travail pour l’humanité a été inestimable et est totalement inégalé dans l’histoire de notre monde. À ma connaissance, personne sur la surface de la terre, depuis toujours, n’a jamais recueilli autant de données qui dévoilent comment des entités financières criminelles – qui opèrent derrière l’OMS, l’ONU, etc. – collaborent pour s’emparer de tous les droits et libertés de toute l’humanité, sous couvert de crises orchestrées.

Le Dr Fuellmich a également organisé un grand jury où les meilleurs experts de ces mêmes entités qui planifient la domination du monde, ont témoigné devant 11 avocats et un juge. Ils ont présenté un aperçu clair de ce qui se passe, dans le but d’informer l’humanité et de donner aux gens les moyens de se défendre.

Le travail accompli par cet homme, par l’intermédiaire du Comité d’enquête Corona, est indescriptible.

Tout au long de l’horrible découverte de ces événements terrifiants et dévastateurs dans notre monde, il a également continué à encourager et à donner aux gens l’espoir d’un avenir meilleur.

Le Dr Fuellmich n’a pas seulement exposé à quel point ce réseau maléfique est énorme dans le monde entier, il a également continuellement renforcé des millions de personnes dans le monde entier avec l’assurance que les bonnes personnes, avec l’aide de Dieu, seront victorieuses.

À travers cette tempête, notre monde entrera dans une nouvelle ère.

En raison de l’énorme influence de ce courageux enquêteur dans le monde entier, il n’est pas surprenant qu’il ait été sévèrement attaqué.

Sachant à quel point il est un avocat compétent, les élites savent qu’elles ne peuvent pas simplement l’arrêter. Par conséquent, l’attaque contre Reiner Fuellmich devait venir de l’intérieur, par l’intermédiaire de quelqu’un de proche.

Malheureusement, cela s’est effectivement produit, et au cours des derniers mois, la cofondatrice du CIC  a commencé à accuser faussement le Dr Fuellmich.

Cela a causé de la confusion et du découragement chez de nombreuses personnes éveillées dans le monde entier, qui considèrent Fuellmich comme l’un de leurs dirigeants.

Quand j’ai appris ces allégations, j’ai appelé Reiner, et nous avons eu une bonne conversation. Il m’a assuré que les allégations étaient entièrement fausses. Cela a été confirmé par le procureur du district de Berlin qui a publiquement déclaré qu’il n’y avait aucune raison d’enquêter. Plusieurs psychologues se sont penchés sur la situation, exprimant des préoccupations quant au bien-être mental de l’accusateur.

Le Dr Reiner Fuellmich a accepté une entrevue avec Stop World Control pour en savoir plus sur cette situation.

Au cours de cette conversation – comme toujours, inspirante et encourageante – Reiner révèle également sa nouvelle organisation, qui sera plus professionnelle, avec une portée plus large: COMITÉ D’ENQUÊTE SUR LES CRIMES INTERNATIONAUX.

REGARDEZ CETTE MISE À JOUR
ENCOURAGEANTE DU DR REINER FUELLMICH

Déclaration officielle du Dr Reiner Fuellmich

Chers amis,

Maintenant que j’ai repris le contrôle de mes chaînes de télégrammes, il est temps d’envoyer un court message à ceux qui sont confus à cause des récentes rumeurs entourant le Comité d’enquête corona de Berlin.

Dans une longue interview avec la chaîne suisse de médias alternatifs Bitle.tv, qui a été interrompue par une déclaration troublante du cofondateur du Comité d’enquête Corona, j’ai déjà dit ce que j’avais à dire.

Les allégations de ce cofondateur du Corona Investigative Committee sont complètement fabriquées et fausses.

En conséquence, les grands médias allemands viennent de rapporter que le bureau de la DA de Berlin a explicitement déclaré qu’il n’y avait aucune raison pour une enquête criminelle. Alors faites confiance à votre instinct et regardez les faits qui sont disponibles.

En outre, je poursuivrai les travaux du Comité avec ma propre version, beaucoup plus professionnelle. Cette poursuite des travaux du Comité élargira la portée de l’enquête et montrera les concepts permettant de surmonter le système corrompu et en train de s’effondrer. Son nouveau nom sera International Crimes Investigative Committee, ICIC (I See, I See!)

Cependant, il y a trois choses qui, à mon avis, méritent une attention particulière dans cette lutte continue pour l’humanité. Premièrement, malgré le fait que travailler au sein du Comité d’enquête sur Corona a toujours été très difficile, nous avons, je crois, fait un assez bon travail pour obtenir la vérité sur Corona. Il ne s’agit pas d’une pandémie, mais plutôt d’un plandémique. Il est motivé par la panique intentionnelle et l’utilisation abusive du test PCR pour créer des cas qui n’ont jamais existé.

Cette pandémie n’est qu’un outil parmi les outils de ceux qui sont derrière cela. Et derrière cela, il y a quelques super-riches, des psychopathes mégalomanes, comme nous l’ont expliqué les experts en psychologie et en psychiatrie que nous avons interviewés.

Ils ont utilisé et utilisent des entreprises mondiales et des ONG mondiales qui se réunissent une fois par an à Davos sur la plate-forme du Forum économique mondial comme un moyen de mener à bien une prise de contrôle hostile de nos politiciens et de nos organismes publics sous le couvert du terme agréable de partenariats public-privé.

L’autre côté, comme je les appelle, ou M. Global, comme les appelle Catherine Austin Fitz, savent que beaucoup de gens ne croient plus à l’histoire dangereuse du virus. La variole du singe s’est avérée être un échec complet, un non-démarreur. Ils sont sur la défensive. Mais ils ont plus dans leur boîte à outils pour nous garder en mode panique, c’est-à-dire dans un état mental qui fera que beaucoup d’entre nous suivront n’importe quel ordre qui leur est donné. La crise ukrainienne, le réchauffement climatique, les pénuries alimentaires et les pénuries d’énergie ne sont que les outils les plus connus de leur panique.

Le but ultime de ces mégalomanes psychopathes est de prendre le contrôle total de nous tous en réduisant la population et en asservissant les survivants grâce à l’introduction d’un gouvernement mondial unique et d’une monnaie numérique mondiale unique, tous deux sous leur contrôle, bien sûr.

Les sujets mentionnés ci-dessus sont les sujets dont nous devrions nous inquiéter et qui doivent être exposés afin que même ceux qui ont d’abord été victimes de leur terrorisme psychologique, mais qui commencent maintenant à poser des questions. Nous obtiendrons des réponses et de l’aide, si cela devient nécessaire.

Ne nous laissons pas distraire par des spectacles secondaires non pertinents, surtout quand il ne s’agit que d’une autre illusion, bien que soigneusement créée, sans aucune substance.

Et enfin, bien sûr, nous gagnerons cette guerre qui est menée contre toute l’humanité. Il n’y a aucun doute dans mon esprit que ceux qui essaient de détruire l’humanité et qui essaient de jouer à Dieu sont condamnés.

Mais il n’y a pas une seule personne ou une seule institution qui sera en mesure de mettre fin à elle seule à cela. Cette fois, nous tous les humains ensemble, allons devoir être la cavalerie. Et il n’y a que deux choses qui comptent vraiment. La première est que nous devons comprendre que ce ne sont pas les Russes contre les Américains, les Français contre les Allemands, les Noirs contre les Blancs, les femmes contre les hommes ou les vaccinés contre les non-vaccinés.

Au lieu de cela, c’est nous tous les humains contre les criminels monstrueux qui faisons tout ce qu’ils peuvent pour nous pousser les uns contre les autres afin que notre attention soit distraite de leurs mauvaises actions.

La deuxième chose qui compte, c’est, je crois, que nous sommes vraiment proches d’un point de basculement et que nous avons peut-être même déjà gagné la guerre. C’est pourquoi l’autre côté, M. Global, est maintenant hors de contrôle, se déchaînant littéralement.

Mais nous devons être clairs à ce sujet : l’autre partie ne peut pas et ne veut pas abandonner, car il y a deux créanciers qui exigent le paiement de leurs crimes contre l’humanité. L’un des deux créanciers, c’est nous et notre système judiciaire, qui, si cela s’avère nécessaire, sera le nôtre, c’est-à-dire la propre création du peuple en dehors de son système corrompu.

 

L’autre créancier est ce que j’appelle les puissances spirituelles supérieures. D’autres l’appellent Dieu. C’est probablement la même chose. Et ceux qui jouent à Dieu ne sont jamais restés impunis, si je me souviens bien.

Oh, et encore une chose, comme Colombo avait l’habitude de dire. Le week-end dernier, le professeur Sushiri Bakti et moi-même avons eu le privilège et l’honneur d’être invités à Athènes, berceau de la démocratie, par les travailleurs de la santé grecs qui ont refusé de participer à ces crimes contre l’humanité et ont perdu leur emploi en conséquence. Le professeur Bakhti a expliqué en détail à quel point la situation est grave qu’il s’agit d’une question de vie ou de mort et de changements graves dans notre personnalité, en particulier en ce qui concerne les effets des injections d’ARNm. J’ai résumé les conclusions du Corona Investigative Committee et comment les efforts juridiques d’un nombre croissant d’avocats combatifs sont maintenant, dans certaines parties du monde, de plus en plus fructueux.

J’ai terminé ma présentation avec les mêmes mots que j’utilise ici : certaines personnes craquent sous la pression. Je ne le fais pas et je ne le ferai pas.  Et j’aimerais ajouter, la même chose est vraie pour les travailleurs de la santé grecs, et la même chose est vraie pour chacun d’entre vous.

Faites confiance à votre instinct. Regardez les faits et vous verrez à travers tout cela, à travers chaque masque.

Dr. Reiner Fuellmich
Comité d’enquête sur les crimes internationaux »

Suivez le Dr Fuellmich sur Telegram

Assurez-vous  d’installer Telegram sur votre téléphone et votre ordinateur, puis rejoignez la chaîne Telegram du Dr Reiner Fuellmich. Il publiera toutes les nouvelles interviews, rapports et autres informations critiques que le monde a besoin de connaître.

Qu’est-ce que Telegram? Avec la censure criminelle qui explose dans le monde entier, et tant de vérité censurée sur Facebook, Twitter, Instagram, etc. Telegram s’est avéré être une alternative parfaite pour des centaines de millions de personnes. C’est une très bonne plate-forme, où vous trouverez de nombreux canaux de combattants de la liberté.

Ne manquez pas, mais créez un compte Telegram aujourd’hui,
puis rejoignez la chaîne du Dr Fuellmich.

SUIVEZ REINER FUELLMICH SUR TELEGRAM

[1] Nuremberg-Covid : un crime contre l’humanité qui doit être jugé ! – Riposte Laique

[2] Covid  11 octobre 2020  Vues: 36 489   Vers la mise en place d’un Nuremberg du Covid – Riposte Laique




Propagande du vaccin génique : vous serez le cobaye

Il est clair qu’en ouvrant votre télévision à n’importe quelle heure, ou les radios soumises au pouvoir, vous aurez droit à une dissertation sur le nombre de vaccins déjà injectés, sur les camions qui les apportent et sur les fameux congélateurs à – 80, sur les volontaires d’office plus ou moins consentants en particulier le personnel soignant. Attention aux avalanches de démissions, si un énarque éclairé prenait l’idée de l’obligation. Courage, fuyons.

Mais aurez-vous les réponses aux vraies questions posées par ce vaccin sorti du chapeau en quelques mois ?

Vaccins à ARNm COVID19 ? quelles inconnues ?  D ’après l’article de Known Unknowns of the COVID19 mRNA Vaccines (covidwatching.org)  28 Décembre 2020

ESSAI MEDICAL EXPERIMENTAL

La population mondiale est invitée à participer à un essai médical expérimental, utilisant un vaccin autorisé comme « produit expérimental ».

Evidemment après dix mois de restrictions majeures, de dégradation organisée de notre économie, chacun serait heureux de sortir de l’impasse par une solution miracle. Malheureusement les miracles ne sont pas de ce monde ou bien exceptionnels (autorisons- nous de rêver). En l’occurrence, la promesse du vaccin inoffensif qui va tout résoudre s’est déjà envolé, au moins pour tous ceux qui ont remarqué que le gouvernement s’est empressé de décharger de toute responsabilité médicolégale tous les intervenants de la chaine, du fabricant au médecin qui injecte et bientôt jusqu’au transporteur, ou au fabricant de congélateur…

Les fabricants de vaccin affirment que leurs produits sont sans risque, mais ont demandé et obtenu l’immunité à toutes fins utiles. Le gouvernement prétend que la vaccination est sans danger mais s’engage à protéger les vaccinateurs de leurs responsabilités en cas de complications. Nous ne sommes donc pas les seuls à être inquiets.

Regardons ce qui est inclus dans les demandes d’autorisation de cette technologie d’ARNm jamais utilisée auparavant pour une prévention de maladie.

La bonne publicité

Selon les propres dossiers de Pfizer/Biotechs, l’ensemble final de données n’est pas attendu avant la fin de 2022 comme le site clinicaltrials.gov le prouve.

Consentement éclairé

Il incombe à chacun de prendre une décision pleinement éclairée, car tous les acteurs impliqués dans les vaccinations COVID19 actuellement en cours sont indemnisées contre tout préjudice possible que les vaccins pourraient causer.

Comment donner un consentement éclairé pour un médicament dont on ne sait quasiment rien !

« Les développeurs, les fabricants, les distributeurs, ceux qui livrent le vaccin au public, la profession médicale, les compagnies pharmaceutiques, les pharmacies locales, les travailleurs de la santé, les responsables du stockage (les vaccins à ARNm doivent être stockés à -70°C), les fabricants de seringues, les responsables du remplissage des seringues… chaque individu de la chaîne longue et complexe ».

En cas d’accident, votre seul recours sera de prouver le lien entre l’accident et le vaccin. Et lisez bien. Les effets indésirables se produisant 4 heures ou plus après le vaccin deviennent de plus en plus difficiles à prouver être en relation causale.  Quatre heures !!!

Avantages inconnus/lacunes en matière de données [1] d’après le dossier fabricant Pfizer.

Durée de la protection :  Il n’existe aucune donnée à l’appui de l’efficacité de 95 % pendant plus de deux mois après le vaccin. « Comme les analyses provisoires et finales ont une durée de suivi limitée, il n’est pas possible d’évaluer l’efficacité soutenue sur une période de plus de deux mois. »

Sécurité

Il n’existe aucun moyen d’évaluer l’innocuité chez les individus immunodéficients.

Efficacité dans les populations pédiatriques.

Efficacité chez les personnes précédemment infectées par le SRAS-CoV-2. Pas assez de données pour tirer des conclusions sur les avantages chez les personnes qui ont déjà eu COVID19 – mais « des données limitées suggèrent que les personnes précédemment infectées peuvent être à risque » de réinfection.

Pas assez de participants à l’essai pour évaluer son fonctionnement chez les enfants de 15 ans et moins.

Que se passe-t-il si le virus mute, comme tous les virus ? Les changements apportés à l’« évolution » de la pandémie « pourraient limiter la généralité des conclusions d’efficacité au fil du temps ». Si le virus change, ils ne peuvent pas se porter garants de l’efficacité de 95%. Ces renseignements seront recueillis au fur et à mesure du déploiement du vaccin.

Qu’en est-il de la prévention de l’infection asymptomatique ? Il n’y a pas de données. « Ces données seront recueillies à partir d’essais cliniques en cours et du déploiement du vaccin » répond Pfizer.

Qu’en est-il de la prévention de la mort par COVID19 ? Pas assez de données.

« Toutefois, il a également été démontré que les vaccins non COVID (par exemple,  la grippe) qui sont efficaces contre la maladie préviennent les décès associés à la maladie. » La revue Cochrane respectée n’est pas d’accord. « Les avantages de la prévention de la mort (de COVID19) devraient être évalués dans de grandes études observationnelles », c’est-à-dire. le déploiement actuel du vaccin. »

Qu’en est-il de la transmission ?

À ce stade, ils ne savent pas. « D’autres évaluations, y compris les données des essais cliniques et de l’utilisation du vaccin… (c.-à-d. le déploiement du vaccin) … sera nécessaire pour évaluer l’effet du vaccin dans la prévention de l’excrétion et de la transmission du virus, en particulier chez les personnes atteintes d’une infection asymptomatique. Ils suggèrent également que le port du masque et la distanciation sociale devront se poursuivre. »

Risques connus

Les données de suivi ne sont disponibles que pendant 2 mois après le vaccin, de sorte que l’information à ce sujet est limitée.

Ce qu’ils savent :

Augmentation des effets indésirables locaux et systémiques, généralement de quelques jours : « les réactions les plus courantes au site d’injection (84,1 %), la fatigue (62,9 %), les maux de tête (55,1 %), les douleurs musculaires (38,3 %), les frissons (31,9 %), les douleurs articulaires (23,6 %), la fièvre (14,2 %). »

Au cours de la première semaine de déploiement, un certain nombre de réactions allergiques, y compris des cas d’anaphylaxie potentiellement mortelle, ont été signalées et il est maintenant recommandé que toute personne ayant des réactions allergiques connues, et en particulier aux mollusques et crustacés, ne devrait pas avoir le vaccin.

On ne sait pas encore si cela pourrait être associé à l’inclusion de l’ingrédient nNeonGreen, obtenu à partir d’un invertébré marin. Pfizer étudie actuellement la possibilité de réactions allergiques au polyéthylène glycol un ingrédient dans les vaccins Pfizer et Moderna, et connu pour causer des réactions allergiques chez certaines personnes.

Les effets indésirables graves « étaient plus fréquents après la dose 2 » et affectaient les jeunes participants. Il est donc trop tôt pour savoir à ce stade du déploiement comment cela pourrait se passer.

« La lymphadénopathie s’est produite beaucoup plus fréquemment dans le groupe vaccinal que dans le groupe placebo et est vraisemblablement liée à la vaccination. »

Les effets indésirables graves, bien qu’ils soient rares représentaient des événements médicaux qui se produisent dans la population générale à une fréquence similaire à celle observée pas assez dans l’étude.

 « Aucune préoccupation particulière en matière de sécurité n’a été relevée dans les analyses de sous-groupes selon l’âge, la race, l’origine ethnique, les comorbidités médicales ou l’infection antérieure au SRAS-CoV-2 ».

Les données  sont insuffisantes pour assurer la sécurité des enfants de moins de 16 ans, des « personnes enceintes et allaitantes », des « personnes immunodéprimées.

Grossesse : Il n’y a pas ou peu de données provenant de l’utilisation du vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2. Les études sur la toxicité reproductive animale n’ont pas été terminées.

Covid-19 vaccin à ARNm BNT162b2 n’est pas recommandé pendant la grossesse. Pour les femmes en âge de procréer, la grossesse devrait être exclue avant la vaccination. En outre, il convient de conseiller aux femmes en âge de procréer d’éviter la grossesse pendant au moins 2 mois après leur deuxième dose.

Allaitement : On ne sait pas si le vaccin ARNm BNT162b2 est excrété dans le lait maternel. Un risque pour les nouveau-nés/nourrissons ne peut être exclu. Covid-19 vaccin ARNm BNT162b2 ne doit pas être utilisé pendant l’allaitement.

Fertilité : On ne sait pas si le vaccin ARNM COVID-19 a un impact sur la fertilité.

AU TOTAL DONNEES SUR LA SECURITE

La sécurité a été étudiée sur deux mois. Les autres effets seront recueillis au cours du déploiement de l’essai à grande échelle en cours sur les gens qui se font vacciner.

Selon Pfizer : « L’utilisation chez un grand nombre de personnes peut révéler d’autres événements indésirables, potentiellement moins fréquents et/ou plus graves, qui n’ont pas été détectés dans la population de près de 44 000 participants au cours de la période de suivi (2 mois) à l’heure actuelle. »

Une augmentation des cas d’appendicite et de paralysie faciale dans le groupe vaccinal « ne soulève pas une préoccupation claire pour le moment pour un lien de causalité » avec la vaccination… Ils recueilleront plus de données à ce sujet « avec une utilisation plus répandue du vaccin », pendant le déploiement du vaccin.

LES INQUIETUDES DES CHERCHEURS EN RAISON DES EXPERIENCES PRECEDENTES SUR LES AUTRES CORONAVIRUS

Qu’en est-il du risque d’aggravation de la maladie par la vaccination » ?

Ce phénomène a été dramatiquement illustré par la catastrophe du Dengvaxia aux Philippines en 2017 après une large campagne de vaccination. Annoncée sans risque par Sanofi et le gouvernement philippin elle a été suivie par plusieurs centaines de morts[2] chez des enfants qui n’avaient pas été précédemment infectés, l’arrêt de la vaccination et une cascade de procès en cours.

Dans les tentatives précédentes de mise au point d’un vaccin contre les coronavirus, ce risque a mis un terme aux essais de mise au point d’un vaccin contre le coronavirus SARs-cov-1 en 2011. Après la vaccination, la réponse aux anticorps a été obtenue, mais lors de l’exposition subséquente au virus sauvage, la réponse des sujets d’essais animaux a été catastrophique, impliquant des formes beaucoup plus graves, des dommages aux organes et, dans de nombreux cas, la mort, y compris dans une cohorte d’enfants vaccinés, la mort de deux enfants.

Pfizer déclare : « Les données disponibles n’indiquent pas un risque de maladie aggravée par le vaccin et suggèrent inversement une efficacité contre les maladies graves au cours de la période de suivi disponible. »

  À ce stade, la période de suivi est de 2 mois.

« Toutefois, le risque de maladie aggravée par la vaccination au fil du temps, potentiellement associé à une diminution de l’immunité, demeure inconnu et doit être évalué plus avant dans le cadre d’essais cliniques en cours et d’études observationnelles qui pourraient être menées après autorisation et/ou permis. » Ce risque connu de vaccins contre le coronavirus sera évalué au cours du déploiement du vaccin lui-même.

AINSI NOUS SOMMES DANS LE CADRE D’UN ESSAI DE PHASE TROIS A GRANDE ECHELLE

Se faire vacciner, c’est participer à l’essai d’un vaccin expérimental autorisé comme produit expérimental – dont Pfizer/Biotech dit qu’il « reste inconnu ».

LA RENCONTRE SUJET VACCINE- CORONAVIRUS DU COVID 19 : INCONNUE

« Que se passe-t-il lorsque les personnes vaccinées entrent en contact avec le virus du SRAS-cov-2 dans la population ? PERSONNE NE LE SAIT. Pas Pfizer/Biotech, pas Moderna, pas Astra Zeneca. Aucun des organismes gouvernementaux n’autorisant ces vaccins expérimentaux contre l’ARNm. » selon l’auteur de l’article cité.

La population mondiale est en train d’être enrôlée dans une expérience médicale comme le monde n’en a jamais connu à cette échelle. Personne n’en mesure ni l’efficacité d’où précautions diverses de distanciation poursuivies, ni les dangers à bref ou à long terme.

« Ceux qui veulent se porter volontaires pour l’essai d’un produit expérimental devraient être autorisés à le faire, en sachant très bien qu’il s’agit d’un essai expérimental avec les risques connus et actuellement inconnus et les avantages limités impliqués.[3][4]

Ceux qui préfèrent utiliser différentes façons de renforcer leur système immunitaire et / ou d’utiliser les traitements efficaces qui existent déjà pour COVID19, devraient être autorisés à faire ce choix sans pénalité ou restriction ».

Nicole Delépine

[1] points les plus importants pris directement à partir de la demande de 53 pages Pfizer / Biotech pour l’autorisation de leur vaccin ARNM BNT162b2. Moderna a présenté une demande très similaire pour son vaccin ARNm.

[2] Carole Isoux Dengvaxia, le fiasco d’un labo (franceculture.fr) Autopsie d’un vaccin, Revue XXI, Automne 52

[3] les phases les plus importantes et significatives des essais ont à peine commencé, et encore moins ont été achevées.  L’essai en phase 1,2,3 pour AZD1222 a été enregistré auprès du Centre for Disease Control des États-Unis en tant qu’essai clinique NCT04516746 [Archivé le 29 décembre 2020]. Il est incomplet et la date de fin estimée est le 21 février 2023. L’État CDC : « aucun résultat de l’étude publié ». Astra Zeneca est à des années de la communication de « données finales

[4] https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/vaccin-genique-essai-therapeutique-grande-echelle-vous-etes-le-cobaye




Raoult résiste magnifiquement à la campagne de déstabilisation de BFM TV

Ne nous faisons pas d’illusions ! BFM TV est à l’audiovisuel ce que Le Monde est à la presse écrite : la voix de son maître !

La mise en bouche commence jeudi 30 avril à 20 h 30 par un reportage intitulé : « L’intrigant professeur Raoult » réalisé par Caroline Mier de BFM TV, Quentin Baulier, Étienne Grelet et Sophie Herbé. Le titre donne le ton ! Un intrigant, c’est quelqu’un qui recourt à l’intrigue pour arriver à ses fins, ce qui n’est pas très élogieux. En effet, l’adjectif intrigant, au sens de « curieux, étonnant, bizarre, mystérieux, déroutant », n’est enregistré ni dans le Dictionnaire de l’Académie, ni dans mon Petit Larousse illustré 2005, ni dans le Robert illustré 2013. Seule figure l’acception désignant une personne « qui se mêle d’intrigues, qui a recours à l’intrigue pour parvenir à ses fins » (sens du verbe intriguer dans sa construction intransitive).

Sous un air débonnaire, on réalise bien vite qu’il s’agit d’un reportage à charge. On commence par nous montrer un public de « sans-dents » rendant un véritable culte au professeur Raoult, afin de le faire passer pour un gourou, même sur le ton de la plaisanterie.

On évoque son « fan-club », ses vidéos insolites, ses soutiens politiques (Renaud Muselier, Philippe Douste-Blazy). On va même jusqu’à dire qu’il incarne la fracture Paris-Province. Bref, un médecin parfois rebelle, parfois rangé, mais surtout qui joue la star !

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/l-intrigant-professeur-raoult-revoir-le-grand-reportage-de-bfmtv-1243702.html

Certes, le reportage ne tarit pas d’éloges : la perspicacité du docteur Raoult et son efficacité dans l’affaire de l’épidémie de fièvre Q qui a sévi à Briançon en 1996. On insiste sur le grand prix de l’Inserm qui lui a été décerné en 2010, sur la confiance que lui a accordée le Président Sarkozy et surtout sur le pactole qui lui a permis de monter son institut.

Le documentaire aurait pu ajouter le prix scientifique  Louis D. -Institut de France, obtenu en 2015 pour les travaux de Raoult sur le répertoire des microbes dans le tube digestif.

https://youtu.be/eQlKMySlJsU

Mais rapidement, l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée est présenté sous un jour plus sombre : d’abord, un projet « pharaonique », suggérant un caractère « mégalomane » de son fondateur. Mais la critique ne s’arrête pas là : Raoult est présenté comme un homme autoritaire, un véritable dictateur qui n’admet pas la contradiction : il s’approprie les publications de ses équipes sur lesquelles il exercerait un véritable harcèlement moral. On se croirait dans une séquence de « Faites entrer l’accusé » ! De bonnes âmes prêtent leur concours à la journaliste pour témoigner, en voix off, d’une « atmosphère toxique » créée par le professeur Raoult, adepte d’un management sans partage. Le but ? Démontrer que son autorité est contestée au sein même de son établissement. Et si l’Inserm et le CNRS ne renouvellent pas ses crédits, c’est à cause de son entêtement !

Photo AFP

Enfin, on lui reproche, péché suprême, de n’avoir pas mesuré, en janvier 2020, l’ampleur de la crise sanitaire. Et le reportage se termine sur les malheurs de Karine Lacombe, victime indirecte de Raoult, puisqu’elle a osé revendiquer, au nom de l’éthique médicale, le suivi d’un protocole pour la chloroquine, ce qui eut pour conséquence un « déchaînement de haine » sur les réseaux sociaux. Quant à la popularité du docteur Raoult, elle s’accompagne d’un procès d’intention : la volonté grandiloquente de propulser son institut au-devant de la scène internationale…

Après avoir semé le doute dans l’esprit des téléspectateurs, BFM TV diffuse l’interview tant attendue, menée par Apolline de Malherbe.

https://youtu.be/cj4bGVszZP8

Raoult est en tenue de médecin, en blouse blanche, et la scène se passa dans son fameux bureau qui laisse transparaître une sensibilité artistique originale, où se côtoient le portrait et la bande dessinée.

Le tête-à-tête est un exercice qui n’autorise pas aussi facilement l’insinuation que le reportage. Les pièges les plus grossiers sont vite déjoués et le virologue n’est pas du genre à se laisser désarçonner. Reconnaissons que la journaliste de BFM TV a eu le mérite de permettre au professeur Raout d’aller au fond des choses, même si en fin d’entretien elle déçoit par des questions déplacées et hors-sujet du genre : « et  votre barbe ?… et votre bague avec une tête de mort ? ». Des questions sans intérêt si ce n’est d’alimenter les colonnes d’une certaine presse à sensation, comme Gala,  qui en a fait ses gorges chaudes.

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/didier-raoult-leve-le-mystere-sur-sa-bague-de-rockeur_447538

Le débat s’engage sur le traitement par la chloroquine associé à l’azithromycine, suite aux doutes émis par Édouard Philippe qui a lancé aux députés : « prouver un traitement est une hypothèse incertaine ! ». Le professeur Raoult ne manque pas d’arguments pour prouver le contraire : études à l’appui ! Il montre une courbe signifiant la fin de la partie pour la Chine et rappelle que les pays d’Asie et du Moyen-Orient ont recouru massivement et avec succès à ce même traitement.

Mais surtout, il met en cause la fâcheuse habitude des pays riches à vouloir sans cesse trouver de nouvelles molécules et à se lancer dans des essais thérapeutiques alors que les vertus de molécules plus anciennes n’ont pas été suffisamment explorées. Il critique ce qu’il appelle une approche « tunnelaire » de la recherche médicale. Il prend l’exemple des antibiotiques, exclusivement prescrits contre les bactéries, alors qu’on découvre aujourd’hui qu’ils peuvent aussi combattre des infections virales. Il s’en prend indirectement aux labos en expliquant qu’il est plus intéressant pour eux de mettre sur le marché de nouvelles molécules que d’exploiter un remède connu, tombé dans le domaine public après vingt ans de mise sur le marché, et donc devenu peu lucratif.

Mme de Malherbe revient à la charge en demandant au professeur s’il est sûr que l’hydroxychloroquine ne présente pas de risques. Raoult rappelle inlassablement que des millions de personnes ont pris ce traitement depuis cinquante ans, et regrette que l’on fasse croire que les nouveaux médicaments sont moins toxiques que les anciens. Puis il souligne la mortalité record dans les pays d’Europe de l’Ouest, qui ont rejeté les tests et les traitements.

BFM TV revient à la charge : « avez-vous le sentiment d’avoir vendu du rêve ? ». Quel culot ! Autant dire franchement : « avez-vous le sentiment d’être un charlatan ? » Raoult repart sur l’épidémie : pas de raisons selon lui, que celle-ci suive une évolution différente des autres : une courbe en cloche avec une montée, une accélération de la contamination et de la virulence, puis une décroissance. Un déroulement classique qui n’aurait rien à voir avec l’immunité de la population. Sur l’influence des stratégies humaines de réponse, Raoult se contente de dire prudemment que leurs effets sont difficiles à évaluer. On est bien loin des affirmations péremptoires de Jérome Salomon qui nous raconte tous les jours que le confinement a permis de sauver des milliers de vies !

Sans critiquer ouvertement la fonction anxiogène de la propagande officielle, Raoult constate que dans nos sociétés, le seuil de la peur est beaucoup plus bas qu’il n’était dans les périodes de guerre qu’ont connues nos ancêtres.

Toujours sur l’épidémie, il nous dit que le Coronavirus n’est pas d’une contagiosité extrême, en comparaison avec la rougeole ou la variole. Son personnel soignant, testé et soigné, n’a pas été plus contaminé que le reste de la population, soit environ 3 %. Et pour en revenir aux soi-disant dangers de l’hydrochloroquine : « c’est le truc le plus fantasque que j’ai jamais entendu » lance-t-il avec un certain agacement . « Comment a-t-on pu véhiculer une histoire pareille ? »

Idem pour le spectre d’une deuxième vague de Coronavirus brandi par les médias : « c’est de la science-fiction… On prend à tort l’exemple de la grippe espagnole qui n’a rien à voir ! »

Il ne nie pas pour autant les problèmes posés par le Coronavirus : les séquelles observées chez certains patients guéris, notamment les fibroses pulmonaires pour lesquelles des recherches de traitement doivent être entreprises. Mais trop c’est trop : quand Apolline de Malherbe revient à la charge avec des myocardites aiguës observées chez certains enfants, il lance : « les alertes, c’est votre truc, pas le mien ! »

Pour autant, il se garde de mettre en cause les hommes politiques, à commencer par Emmanuel Macron auquel il reconnaît un intérêt louable pour vouloir examiner toutes les perspectives de solution… Et sur l’affaire de sa démission du Conseil scientifique de l’Élysée, il se contente de répondre que ce n’était pas son « écosystème ».

« Les polémiques je m’en fiche… Les décisions politiques sont aussi difficiles à comprendre qu’une épidémie » avait-il déclaré en début d’émission.

Il n’aura pas été aussi tendre avec les journalistes : « je ne suis pas comme vous, je rapporte des données. Je ne rentre pas dans la folie terrifiante » lance-t-il à son interlocutrice en fin d’émission.

Reste à espérer que les Français auront été nombreux à profiter de ce moment privilégié avec ce grand savant. Après les litanies quotidiennes de Salomon et les prestations larmoyantes d’Édouard Philippe ou d’Olivier Véran, ça met un peu de baume au cœur !

Hector Poupon




Cerveaux lavés : censures, interdits, bougies, fleurs et applaudissements

Nous vivons une période qui fera date, je pense, lorsque chaque Français aura compris ce qu’il vit ! Mais ce n’est pas certain, en fait, car finalement, les Français ont le plus souvent une mémoire de poisson !

Tous les Français n’ont pas le même niveau d’information ! Nous savons que la majorité s’abreuve aux sources de l’AFP, à travers leurs chaînes de télévision dont TF1, France 2 et BFM TV restent les préférées !  L’AFP, c’est une agence sous contrôle qui sélectionne ce qui peut être dit, et surtout ce qui doit être mis sous le boisseau. L’AFP est un organisme d’État gangrené par des journalistes à majorité sous influence gauchiste ! C’est ainsi.

Tous les Français n’ont donc pas le niveau d’information suffisant pour réaliser ô combien ils se font manipuler. Je prends par exemple mon petit village du Loir-et-Cher, près de Vendôme, qui ne peut écouter que les radios d’État comme France Inter, Culture, Infos et rien d’autre puisque inaudible, hormis une radio bien-pensante, Sweet FM, qui ne diffuse que de la musique anglo-saxonne et évite tous les sujets qui fâchent, les débats et à commencer par les infos qui sont d’une lénifiante bêtise. Il ne reste pour ces habitants que les chaînes précitées. La soupe gouvernementale, la bouillie progressiste.

En bavardant avec eux, avant et pendant le confinement dans le Super U du coin, on s’aperçoit très rapidement qu’ils ont une faible connaissance de ce qu’ils vivent réellement. Ils sont en fait une immense population sous anesthésie locale et nationale. Bref, sous contrôle.

À l’autre bout du spectre, il y a les surinformés, les colériques, les dégoûtés. Ils se prennent en pleine gueule les infos issues des réseaux sociaux. Beaucoup ne font pas le tri. Manque de culture politique, historique et générale et cela se traduit par des discours, et des réactions violentes parfois épidermiques, parfois profondes. On peut aussi s’en faire une idée en écoutant les colères d’auditeurs de radios accessibles grâce à internet comme Sud-Radio par exemple, voire RMC et RTL qui parfois laissent passer des discours un peu virulents. Il suffit de lire également les commentaires sur des journaux en ligne comme le nôtre, pour le réaliser ! 

Ce qui me choque, c’est de constater les applaudissements des 20 h, qui parfois se font aux klaxons et aux gamelles ! Ils applaudissent quasi aux ordres des médias.  Savent-ils au moins que même la Commission européenne, le Parlement européen, qui se foutent de la démocratie, et de la politique sanitaire, ont osé se faire filmer en applaudissant ? Qui en parle, de ces fadaises relevant des bougies et des fleurs ?

Alors, il y a de fantastiques élans de générosité in situ, envers le personnel soignant, des repas servis par des restaurateurs, des masques offerts par des couturières bénévoles et des salariés de petites entreprises qui se défoncent au boulot pour tenter de pallier ce défaut d’État, cette carence scandaleuse d’un personnel politique qui a fait le choix volontaire de supprimer des stocks de masques et de tests.  

Qui en parle, de ces personnes qui donnent sans compter ?

Qui parle de ce scandale qui se poursuit, de l’accueil de parasites clandestins, dits mineurs, pris en charge par les préfectures et logés et soignés gratuitement ? Qui parle de leurs manifestations dans les rues de France pour réclamer « leurs droits », surtout leurs gamelles offertes par les contribuables qui sont, eux, priés de se taire ?

Qui en parle, de ces préfets qui font la chasse aux anciens, verbalisent à outrance, interdisent et verbalisent des citoyens pour avoir voulu se rapprocher de leurs familles, comme des femmes auprès de leur maris, des enfants auprès de leurs parents ?

Qui parle des agressions aux couteaux qui se poursuivent et s’additionnent dans un grand silence médiatique ? Il ne faut pas stigmatiser !

Qui parle de la trouille du gouvernement vis-à-vis du ramadan, de ce mois dit de jeûne, où les musulmans ne mangent pas, ni ne boivent, de la descente du soleil à l’apparition de la lune, mais qui vont se baffrer, et dépenser sans compter, et consommer de la Caf toutes les nuits.

La question est, pour les lâches qui nous gouvernent, que vont faire ces musulmans au premier dîner, à la rupture du jeûne ? Il y a fort à parier qu’eux, ils feront comme d’habitude puisque de toutes les façons, la France est incapable de faire respecter quoi que ce soit ! Ce ne sont pas les gendarmes, ceux qui verbalisent nos vieux, qui feront une descente dans les cités pour faire respecter la loi.

Que dire de ce laxisme qui laisse les déboutés du droit d’asile rester en France, sur notre territoire, alors que l’Arabie saoudite, elle, a expulsé près de 3 000 migrants éthiopiens ces dernières semaines ?

Que dire de cette autorisation de fait donnée aux associations dites humanitaires de poursuivre leur travail de sape ? Qu’attendent les autorités pour revoir l’attribution des subventions à celles qui manifestement se fichent de la France et des Français ? Qu’attendent les politiciens pour brandir le bâton de la justice ? Ah oui, j’oubliais, c’est Nicole Belloubet qui a le bâton qui lui servi a ouvrir les portes de la prison à 10 000 taulards dont certains ont déjà récidivé !

Qui le sait, dans cette France profonde, cette France des campagnes, cette France des villages ? Il ne faut pas compter sur nos bobos des villes tout dans l’émotion vis-à-vis du clandestin, mais pas chez moi surtout, et dans la pédale de son vélo.

Alors, certains disent « on verra après » ou, viendra le « règlement des comptes » plus tard, etc. Je n’y crois pas un seul instant. Je sens déjà l’humidité du pétard mouillé ! Trois tours de bocal plus loin, les Français penseront à autre chose, surtout si leurs maîtres leurs envoient des miettes !

Certes je suis pessimiste, mais avec le temps, l’expérience du sang contaminé, les responsables recasés, dont l’un au Conseil constitutionnel, je crains de ne pas avoir tort, tout en souhaitant me tromper. Il n’y aura pas de démission ! Ni du Président Macron, ni même dissolution de l’Assemblée ! Et pourtant… il y aura sans doute un remaniement, une sortie de la Sibeth N’Diaye, mais guère plus. Nous aurons le retour de Duhamel, de Cohen, de Cymes, et des éternels tartufes, lécheurs de babouches et de culs gouvernementaux.

Dans ce discours un peu pessimiste, je salue la nouvelle chaîne du fondateur de Riposte Laïque, Pierre Cassen, que je vous invite à visiter et dont les résultats sont déjà prometteurs puisque la censure ne s’exerce pas comme sur YouTube. Vive la Russie quelque part ! 

https://pierrecassen.tvs24.ru/

Gérard Brazon  

 




En prolongeant le confinement, Macron opte pour les grands labos

C’est décidé, l’enfermement va se poursuivre encore quatre semaines au minimum, en attendant la mise en place d’un contrôle généralisé, un tri de la population, en recourant aux moyens de traçage les plus sophistiqués. Les auteurs de films d’anticipation, comme Soleil Vert (sorti aux États-Unis en 1973) n’y croiraient pas !

La principale privation, celle de la liberté d’aller et venir, semble assez bien acceptée par l’opinion publique aveuglée par une propagande médiatique d’une redoutable efficacité, qui s’appuie sur la prétendue sagesse des experts : selon un sondage Odoxa pour Les Échos, 6 Français sur 10 seraient favorables à la prolongation du confinement « pour des «raisons sanitaires », quel qu’en soit le coût économique.

Macron a d’abord voulu nous faire croire que le confinement avait prouvé son efficacité (et donc que la répression avait toute sa légitimité). Mais, si le nombre de personnes hospitalisées stagne, le lien de cause à effet est-il pour autant établi ? On peut en douter lorsqu’on regarde la courbe d’évolution de l’épidémie.

En prolongeant le confinement sous sa forme actuelle, ce gouvernement cherche à se donner du temps, soi-disant pour garantir l’approvisionnement en masques et surtout en tests (sur la présence du virus ou celle des anticorps, on ne sait pas ! ). En réalité pour mettre en place l’après-confinement, dont les grandes lignes annoncées ont de quoi inquiéter : restrictions arbitraires des activités économiques, prohibition des rassemblements, donc des manifestations, annulation des événements culturels, tri et confinement de la population sur des critères d’âge ou de sérologie…

Le problème, c’est que les chiffres qui servent d’indicateur de pilotage sont sujets à caution. Ce n’est pas un hasard si on nous a dispensés, lundi soir, de la prestation de Jérôme Salomon, qui a le don d’exaspérer les Français ! Il est actuellement impossible de connaître de façon fiable le pourcentage de personnes « contaminées » dans la population, disons plutôt porteuses du virus et/ou de ses anticorps. Peu de tests sur le virus ont été pratiqués, et leur fiabilité est très incertaine, compte tenu de l’existence d’un seuil de charge virale. Il en va de même pour l’évaluation du nombre de décès imputables au Covid-19, compte tenu du flou dans la prise en compte de la mortalité chez les personnes âgées.

Les porteurs asymptomatiques (notamment les enfants) seraient responsables de plus de la moitié des transmissions, selon Héloïse Chapuis de Sciences et Avenir. Et l’on veut, du jour au lendemain, entasser les élèves dans des classes et des cours de récréation ! Voilà une belle contradiction !

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-les-porteurs-asymptomatiques-sont-responsables-de-plus-de-la-moitie-des-transmissions_142545

Ce qui interroge, c’est d’abord la question du pilotage de la crise du Coronavirus. La direction générale de la Santé n’a jamais été missionnée pour définir une stratégie d’ensemble, comme l’a regretté au micro de France Inter l’ancien directeur général de la Santé (2003-2005), William Dab : « je n’ai jamais entendu que la DGS avait reçu le mandat du Président ou du Premier ministre d’être le général en chef contre l’épidémie ».

https://www.franceinter.fr/societe/william-dab-plus-on-retarde-le-travail-de-terrain-plus-il-va-falloir-prolonger-le-confinement

C’est ensuite la logique sur laquelle repose la stratégie de Macron : la conviction qu’un vaccin sera opérationnel rapidement. Une solution présentée comme le sésame pour venir à bout de l’épidémie. Pour l’ancien banquier de chez Rothschild, tout se résumerait-il à une question de moyens ? Mais  il s’agit peut-être d’offrir tout simplement un juteux marché aux grands laboratoires !

Sauf que les choses ne sont pas aussi simples. Lorsque le virus du Sida fut découvert à l’Institut Pasteur en 1983, les milieux de la recherche avançaient la mise au point d’un vaccin à courte échéance : trente-sept ans après, aucun vaccin n’a vu le jour. Le mode de contamination au VIH est resté très longtemps mal connu. En 1996, avant l’arrivée de la trithérapie, 30 000 personnes étaient décédées du Sida, en France. En 2020, en estime que cette maladie a tué 28 millions de personnes dans le monde.

https://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-sida-histoire-d-une-epidemie_10348.html

Covid-19                                                              VIH du Sida

Pourtant, on nous dira que les vaccins antigrippaux existent depuis longtemps, sauf que leur efficacité est toute relative, pour différentes raisons, en particulier l’adaptation du virus aux systèmes de défense. Selon le docteur Odile Launay, leur efficacité serait seulement de l’ordre de 60 à 70 % selon les années. À supposer qu’un vaccin voit le jour, quel serait le sens et le coût d’imposer un vaccin à l’ensemble de la population ? Entre la mise au point du vaccin, son expérimentation sur un « modèle » animal, son autorisation de mise sur le marché, de longs mois vont s’écouler. Va-t-on rester enfermés entre quatre murs en attendant, alors qu’il est possible que le Coronavirus suive une trajectoire d’épidémie saisonnière et disparaisse naturellement avec l’été ?  Car une telle hypothèse n’est pas à exclure.  Le souvenir du fiasco tant décrié des vaccins de Roselyne Bachelot contre le virus H1N1, qui a coûté entre 0,5 et 1 milliard d’euros, est encore gravé dans les mémoires.

https://www.franceculture.fr/sciences/le-vaccin-contre-la-grippe-est-il-efficace

Pour Macron, pas la peine de traiter les malades : le mot chloroquine n’a même pas été prononcé lundi soir. Pas question de laisser les médecins de ville prescrire la potion magique du professeur Raoult. La visite à Marseille de Macron, en grande pompe, n’aura été qu’un énième coup de com’ : il fallait faire croire qu’il n’y avait aucune polémique avec l’infectiologue et faire taire ses nombreux soutiens médiatiques. Mais, malgré le « on ne néglige aucune piste », le professeur Raoult a bel et bien été roulé dans la farine !

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/coronavirus-emmanuel-macron-rencontre-professeur-didier-raoult-ihu-mediterranee-marseille-1814080.html

https://youtu.be/n4J8kydOvbc

La fuite en avant que nous impose Macron confine à la folie : le prétendu souci de « sauver des vies » côtoie aussi la culture de mort : Véran se plaint qu’il n’y a pas eu assez d’avortements le mois dernier, tandis qu’on facilite la prescription du Rivotril dans les maisons de retraite : un médicament aux effets sédatifs puissants. Une initiative qui laisse penser qu’il y a une volonté déguisée de vouloir  euthanasier une frange de la population, à la charge de la société, pour abréger ses souffrances…

Le confinement général et absolu est donc loin de faire l’unanimité, surtout dans les milieux médicaux. Ainsi Nicole Delépine plaide en faveur d’un confinement plus sélectif, tel qu’il se pratique en Allemagne.

http://docteur.nicoledelepine.fr/il-faut-deconfiner-rapidemement-economie-et-sante-des-67-millions-de-francais-en-jeu/

D’autres, comme le blogueur Silvano Trotta, s’étonnent que des départements entiers, très peu touchés par le Coronavirus, soient mis sous cloche au risque d’une faillite économique locale gravissime.

https://youtu.be/XxkP_70UqdE

Quant aux pétitions en ligne, elles se multiplient : celle de Philippe Douste-Blazy cartonne à plus de 400 000 tandis que celle de l’association ANDELE initiée par Sébastien Jallamion démarre sur des chapeaux de roue.

https://andele.fr/petition-stop-aux-mesures-de-confinement-generalise-en-france/

Ne nous privons pas de les soutenir !

Hector Poupon




L’Union Européenne se fout des citoyens Européens et du Coronavirus ! Les preuves…

L’Union européenne égale à elle-même

Les États européens font face au Coronavirus, mais quelle importance ? Ils sont obligés de gérer les milliers de morts, mais où est l’urgence pour la Commission européenne ? Ces mêmes États doivent gérer la pénurie de masques, de tests, par inconscience politique des dirigeants, ou par légèreté politique, pour satisfaire la priorité bruxelloise ; faire des économies budgétaires, et alors ?

L’Union européenne a favorisé la politique de concurrence à tous prix, l’obsession de la liberté de circulation des biens, des marchandises, des finances, ce qui a entraîné de facto les délocalisions industrielles diverses, y compris celles pharmaceutiques.  Pour les technocrates de l’Union européenne, il n’y a que cela d’important. Pour ces femmes et ces hommes, il n’y a pas d’autres sujets plus brûlants. Pour ces technocrates, ces femmes, ces hommes, il y a que les tableaux Excel, les tableaux financiers, ceux des investissements, etc. qui importent. Il y a des urgences que nous, simples citoyens  contributeurs, idiots par définition, on ne peut pas comprendre.

C’est plus important de financer les besoins de la Tunisie (360 millions) pour que ce pays si peu européen puisse faire face au Coronavirus, tout comme pour le Maroc (450 millions) donnés en partie à une fondation présidée par le roi Mohamed VI, le reste pour son gouvernement ! (Source)

Comme cela ne suffit pas, une excroissance, une métastase judiciaire s’appelant Cour de justice européenne condamne la Pologne, la Hongrie et la République tchèque pour n’avoir pas respecté « le droit de l’Union européenne » en refusant d’accueillir, en 2015, les hordes de migrants et faux demandeurs d’asile, mais vrais immigrés économiques et accessoirement terroristes. (Source)

Cette Cour européenne s’ingère, s’immisce partout dans nos pays. Elle sévit en se substituant à la justice suprême des États nationaux. Une Cour de justice qui se veut supérieure par définition, y compris sur les différents Conseils constitutionnels à qui on demandera de s’adapter s’il le faut !

Le comble de cette incohérence minable de l’Union européenne !

Celle-ci a ouvert des négociations pour permettre l’entrée de l’Albanie et de la Macédoine du Nord. C’était si urgent, n’est-ce pas ? Si primordial que cette Albanie et cette Macédoine puissent entrer dans cette Union !

C’est quoi, cette Albanie si essentielle à l’Union européenne ? D’après le dernier recensement en 2011, il y aurait 40,8 % de la population musulmane, 42,4 % de catholiques et 16,8 % de chrétiens orthodoxes. Mais en fait, personne n’en sait rien ! D’autres informations sur ce pays nous disent que les données du nombre actuel de musulmans en Albanie sont, en fait, controversées ! Ni les musulmans, ni le gouvernement ne tiennent de statistiques confessionnelles. Rappelons que ce pays était sous domination de type soviétique ! Pourtant, il y a différentes estimations et enquêtes qui estiment chacune, leur nombre à 40 % ou à 57 % voire 60 %, et même 79,9 % de la population totale du pays. On peut s’apercevoir que l’Albanie est comme la France concernant le recensement de ses habitants : pas de recensement religieux ! Il semble bien pourtant que l’islam est majoritaire !

C’est un pays où les femmes, pour rester libres, ont inventé les « vierges sous serment » ! Elles décidaient de faire vœu de chasteté et pouvaient, de ce fait, porter uniquement des vêtements masculins. Concrètement, elles avaient le droit d’avoir un nom d’homme, de porter des vêtements masculins, de posséder une arme à feu, de fumer, de boire de l’alcool, de faire un travail d’homme, de jouer de la musique, de participer aux conversations masculines, ainsi que d’agir en tant que chef de famille, par exemple si elles vivaient avec une sœur ou une mère. Le rêve de nos LGBQ-culs mais sans sexe !

Il paraît que depuis les communistes, la tradition perdurait encore un peu dans le nord de l’Albanie, ainsi qu’en Macédoine du Nord. Qu’en pensent nos technocrates bruxellois ? Je vous rassure, ils s’en foutent ! 

Que vaut l’Albanie à part sa mafia légendaire : le secteur financier resterait handicapé par un taux élevé de créances douteuses, mais en réduction, nous informe-t-on. Il y a 2,9 millions d’habitants en Albanie. Le produit intérieur brut par habitant (PIB) est de l’ordre de 4 000 euros. Ramené au standard de pouvoir d’achat européen, le PIB par habitant représente seulement 30 % de la moyenne européenne (Source). Ce standard comprend aussi bien le PIB de la France que celui de la Tchéquie ou de la Pologne ! C’est une moyenne ! En clair, l’Albanie est très pauvre, tout comme la Macédoine du Nord.

Nous allons donc financer ces pays avec nos contributions. Il est vrai que nos industriels et financiers vont se régaler, puisque l’Albanie exporte de nombreuses matières premières, notamment du pétrole, du fer, de l’acier, et des minerais. Ce pays dispose des 4es réserves de chrome au niveau mondial.

Mais il y a un réel danger : « Le radicalisme wahhabite est l’une des principales menaces à l’intégration européenne des pays des Balkans où la majorité est musulmane. C’est l’opinion de Stephen Schwartz, directeur exécutif du Centre pour le pluralisme islamique qui prédit les risques pour l’Europe. » (Source)

Voilà ce qu’est l’Union européenne ! Un agglomérat de pays n’ayant pas du tout les mêmes niveaux économiques, les mêmes mœurs, les mêmes lois, ni les mêmes intérêts !

L’Union européenne reste sur ses schémas habituels d’élargissement sans fin vers l’Asie, et qui se rapproche de la Turquie à qui, officiellement, elle n’a pas fermé ses portes !

Pendant ce temps-là, les nations européennes peuvent crever du Coronavirus, du moment que les citoyens paient leurs contributions avant de mourir !  

Gérard Brazon




Combien d’arbres sacrifiés pour les laissez-passer ?

La France semble le seul pays au monde à avoir mis en place ce système d’attestations de déplacement dérogatoire, sur déclaration-papier. Rappelons que la liberté d’aller et venir est un droit fondamental : il se rattache à l’article 4 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Par une décision du Conseil constitutionnel du 12 juillet 1979, il est protégé par le « bloc de constitutionnalité » selon l’expression consacrée. Enfin l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme protège aussi cette liberté. Mais admettons, sans entrer dans ce débat, que les circonstances exigent une limitation temporaire de cette liberté individuelle.

Depuis le 17 mars 2020, tout résident, avant de mettre le nez dehors, doit remplir une déclaration-papier, sous peine d’être sévèrement verbalisé. Alors, un petit calcul s’impose. Nous prendrons pour hypothèse que 50 millions de documents par jour sont nécessaires. Édités au format A4, sur du papier standard de grammage 80g/mètre-carré, et donc, à raison de 5 g la feuille, cela fait 250 tonnes de papier par jour. Sachant qu’il faut en moyenne 17 arbres pour produire 1 tonne de papier, cela nous donne 4 250 arbres par jour, soit près de 30 000 arbres par semaine !

Ce chiffre mérite quelques comparaisons :

Selon l’Office national des forêts françaises, 25 millions d’arbres sont replantés chaque année, soit 480 000 par semaine. La quantité d’arbres nécessaires à l’impression des laissez-passer représente donc : 30 000/480 000 = 6,24 % du total. C’est énorme !

https://www.planetoscope.com/forets/1198-nombre-d-arbres-plantes-en-france.html

Anne Hidalgo s’est engagée à planter 170 000 arbres à Paris sur 6 ans, ce qui fait 28 000 arbres par an ou 540 arbres par semaine en moyenne. La quantité d’arbres nécessaires à l’impression des laissez-passer est donc 55 fois supérieure (30 000/540 = 55) aux plantations prévues par semaine par la maire de Paris pour sauver la planète. Sans compter qu’une grande quantité de ces papiers inutiles finiront dans des incinérateurs, augmentant d’autant « l’empreinte carbone », cet indice si cher aux sauveurs de la planète !

https://www.bfmtv.com/politique/planter-170-000-arbres-a-paris-la-nouvelle-proposition-ecolo-d-anne-hidalgo-pour-les-municipales-1850944.htmlhttps://www.lepoint.fr/elections-municipales/municipales-anne-hidalgo-veut-planter-170-000-arbres-a-paris-02-02-2020-2360822_1966.php

Enfin l’Assemblée nationale a voté le 30 janvier dernier une loi « anti-gaspi » visant à supprimer progressivement les tickets de caisse, pour réduire la consommation de papier et limiter l’usage du bisphénol, un perturbateur endocrinien redoutable. Mais n’aurait-on pas pu se limiter à interdire l’usage de ce produit ? Même la prudente association « 60 millions de consommateurs » avait critiqué cette initiative en faisant remarquer, à juste titre, que « des économies seraient plutôt à faire du côté des publicités-papier qui inondent chaque jour nos boîtes aux lettres ».

https://www.60millions-mag.com/2019/12/04/5-raisons-de-sauver-le-ticket-de-caisse-en-papier-17030

À défaut de pouvoir obliger les gens à sortir avec un masque, faute de stocks suffisants, on infantilise la population avec une paperasserie bien illusoire et la mesquinerie atteint des summums : interdiction de réutiliser le papier de la veille, interdiction d’utiliser du crayon de papier ou de l’encre effaçable… Quoi d’étonnant que tout un chacun cherche à contourner un dispositif pétri d’arbitraire au point que les autorités ont dû déjà revoir leur copie à plusieurs reprises : on est passé d’une déclaration sur l’honneur à l’obligation de fournir des justificatifs à n’en plus finir. Comme si les gens n’étaient pas capables de comprendre que le respect des règles de précaution (serinées tous les soirs dans les médias) était dans leur intérêt. Sans parler de la difficulté à s’approvisionner en ramettes de papier, compte tenu de l’explosion de la demande et de la rareté des points de distribution.

Plusieurs constats s’imposent : les préoccupations écologiques se sont effacées du jour au lendemain : gaspillage de papier, renoncement au tri collectif, pour ne citer que ces deux exemples, sans que personne ne s’en émeuve. Et quid du recyclage des masques usagés ?

Pendant ce temps, on mobilise l’ensemble de la police nationale, la gendarmerie, pour contrôler des papiers plus ou moins bidon mis au point par des bureaucrates en crise d’autorité.  Est-ce bien le moment d’exposer ainsi nos policiers aux risques de contamination au Coronavirus sachant qu’il n’est pas rare qu’ils fassent l’objet de crachats et qu’ils travaillent souvent sans masques ? À quand l’exercice de leur droit de retrait ? Et le tout, au détriment des missions de maintien de l’ordre qui sont les leurs ! Et pour quel résultat, sinon remplir la cagnotte des verbalisations mise à mal par la faible rentabilité des radars, faute d’un nombre suffisant de voitures en circulation ?

Michel Geoffroy, auteur de « la superclasse mondiale contre les peuples » y voit, non sans raison, une vaste entreprise de culpabilisation des Français et surtout un flicage disproportionné dans le sillage de la répression des Gilets jaunes. Puisse-t-il être entendu ! Ne vous privez pas de la lecture de son article, paru ce jour sur le site de Polémia.

https://www.polemia.com/francais-vos-papiers-le-flicage-plutot-que-le-depistage/

Hector Poupon




Le confinement, une bombe à retardement pour le pouvoir ?

Comme le disait fort justement Éric Zemmour : « on met la population sous cloche parce qu’on n’a pas assez de lits d’hôpitaux ». Bientôt deux semaines de propagande pour nous faire croire que le confinement est la seule réponse à l’épidémie du Coronavirus. On s’appuie tantôt sur les résolutions de l’OMS, tantôt sur des « comités scientifiques » pour faire avaler la pilule : tous les moyens sont bons faire porter la responsabilité des décisions sur les autres.

Contrairement à ce que certains affirment, les Français sont plutôt disciplinés, font la queue à l’extérieur des magasins, portent des masques (souvent de fortune) et respectent les distances de sécurité. Certes, il y a des récalcitrants, que l’on accuse un peu vite de mauvaise volonté. C’est majoritairement le fait d’une population marginale qu’on a laissée s’installer au nom du « no borders », qui occupe l’espace public et qui vit d’expédients. On pleurniche sur les quartiers de Barbès, Château-Rouge, La Chapelle parce que les petits trafics perdurent, alors que  ces mêmes autorités ont délibérément fermé les yeux sur ceux-ci pendant des décennies. Comment faire comprendre à ces vendeurs à la sauvette qu’ils doivent « rester chez eux », sachant que le « chez eux », c’est souvent chez des potes qui acceptent d’héberger des sans-papiers, la nuit tombée, pour qu’ils ne soient pas dehors.  La rue est leur « lieu de vie » et les verbalisations à tour de bras ne peuvent avoir aucun impact sur cette population insolvable. Pourquoi d’ailleurs s’embêteraient-ils  à imprimer des « attestations de déplacement obligatoire » ? L’immigration incontrôlée révèle ses failles !

Alors, refusant d’être taxé d’impuissance, ce gouvernement n’a de cesse que de « durcir » son confinement, c’est-à-dire s’en prendre aux Gaulois qui prolongeraient un peu trop longtemps leur footing quotidien. On en profite pour traiter des problèmes qui n’ont rien à voir avec l’épidémie, comme la délinquance dans les zones de non-droit où les couvre-feux se multiplient. Il n’est pourtant pas loin le temps où le pouvoir central mettait des bâtons dans les roues au maire de Béziers qui tentait d’imposer un couvre-feu pour les moins de treize ans, dans sa ville.

http://www.fdesouche.com/1351767-nice-perpignan-beziers-montpellier-valence-de-plus-en-plus-de-villes-imposent-un-couvre-feu-coronavirus

Il n’en demeure pas moins que ces initiatives sont encore parfois réprouvées par les pouvoirs publics comme à Aubervilliers (93) où la maire Meriem Derkaoui est priée par le préfet de retirer son arrêté de couvre-feu. Serait-ce pour ménager les activités des dealers ?

http://www.fdesouche.com/1353683-laurent-nunez-sur-les-banlieues-pas-une-priorite-de-faire-respecter-les-fermetures-de-commerce-et-de-faire-cesser-les-rassemblements-covid19

On voit encore fleurir des arrêtés d’interdiction de vente d’alcool ou des remises en cause de la loi sur les 35 heures.

https://www.midilibre.fr/2020/03/24/covid-19-la-vente-dalcool-interdite-dans-tout-le-departement-de-laisne,8816999.php

Pendant ce temps, les malades ne sont ni dépistés, ni isolés, ni soignés, sauf en phase terminale, ainsi que le déplore chaque jour le docteur Raoult.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/didier-raoult-linfectiologue-qui-prone-la-chloroquine-contre-le-coronavirus_fr_5e7882b1c5b6f5b7c5476104

Il y a fort à parier que le confinement ne modifie en rien l’inéluctable propagation de l’épidémie et la population ne va pas tarder à s’en rendre compte. On dira encore que c’est de la faute au peuple qui a désobéi. Le pouvoir macronien nous a déjà habitués à ce genre de discours culpabilisants.

Le mécontentement ne sera pas le seul résultat des verbalisations à tout-va. À ce propos, le gouvernement n’a fait qu’appliquer à tous la politique répressive mise au point à l’encontre des Gilets jaunes. Mais la colère viendra aussi de ces commerçants, artisans, restaurateurs, auxquels on a demandé de fermer boutique du jour au lendemain, sans préavis, les obligeant à sacrifier des stocks entiers de nourriture. Sans parler de tous ceux qui auront perdu leur travail.

Et l’on risque bien de regretter rapidement le gâchis de nourriture : premiers signes : les rayons des magasins commencent à se vider, faute de réapprovisionnement.

On caresse désormais les agriculteurs dans le sens du poil pour qu’ils continuent à travailler sans relâche, après les avoir laissés crever par d’ignobles traités internationaux de libre-échange, le dernier en date étant le traité Ceta avec le Canada, ratifié par l’Assemblée nationale, noyautée par la macronie.

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/07/23/l-assemblee-nationale-vote-la-ratification-du-ceta-controverse-traite-de-libre-echange-entre-l-ue-et-le-canada_5492576_823448.html

https://www.lesalonbeige.fr/en-marche-vers-la-mort-du-monde-agricole/

On enfume les citoyens avec des cloches, des bougies, des « coucou c’est moi » aux fenêtres des villes-monde, tandis que l’on distribue des bons points aux aides-soignants qui travaillent dans des conditions déplorables.

Mais que va-t-il se passer à la fin du confinement ? Il est à craindre (et à espérer) que les Gilets jaunes et autres mécontents sortent massivement dans la rue pour exiger des comptes. L’imprévision de nos élus, leur aveuglement, l’incohérence de leurs décisions finiront par paraître au grand jour.

http://www.fdesouche.com/1353589-sondage-bfmtv-73-des-francais-ont-le-sentiment-que-la-france-nest-pas-prete-a-affronter-le-coronavirus

Voilà pourquoi le gouvernement aura toutes les difficultés à faire cesser le confinement. Et il y a fort à parier qu’il fera tout pour le prolonger au maximum et si possible jusqu’aux vacances d’été, par crainte d’une explosion générale.

Hector Poupon




COVID-19 : chronique d’une catastrophe annoncée

 » Civilisations die from suicide not by murder  »

 » Les civilisations meurent par suicide, jamais par assassinat  »

Arnold J. TOYNBEE

L’existence de l’épidémie de COVID-19 due au nouveau virus SARS-CoV- 2 sévissant en Chine n’a été révélée que le 14 décembre 2019. Elle prit naissance dans la ville de Wuhan où coexistent un laboratoire P4 de haute sécurité dédié à la manipulation de virus dangereux et fourni par la France en 2017 et un marché aux poissons et à bien d’autres espèces animales. Ce virus qui appartient à la famille des Coronaviridae, présente deux caractères dont la combinaison rend redoutable la pandémie dont il est responsable : sa contagiosité élevée (R0), qui se situe entre 2 et 4 et sa virulence importante causant des complications pulmonaires pour lesquelles 15% des sujets atteints requièrent des soins intensifs et 5% d’entre eux un séjour en réanimation. Les chiffres de contagiosité de la grippe saisonnière sont en comparaison seulement aux alentours de 1,5.

Après un étouffement coupable de plusieurs semaines du Parti Communiste Chinois, ce pays a cumulé 82.000 cas dont 4.000 mortels. Grâce au redressement remarquable mais autoritaire opéré par les dirigeants chinois, l’épidémie semble aujourd’hui en voie d’être maîtrisée puisque l’on n’y a observé, ce jour, aucun cas nouveau ! À telle enseigne que le très prudent et très informé président chinois Xi Jinping s’est récemment risqué à visiter la ville de Wuhan ce qu’il n’avait jamais ni osé ni jugé nécessaire de faire auparavant ! Notons que la Corée du Sud, le Japon et Singapour, les premiers et les plus intensément touchés après la Chine, maîtrisent eux aussi l’épidémie grâce à des méthodes plus douces mais tout aussi efficaces que l’on peut résumer ainsi :

 

1 – Dépistage moléculaire massif et systématique

2 – Recherche, identification et suivi des sujets contacts

3 – Isolement strict suivi de mise en quarantaine des sujets positifs seuls

4 – Restriction des regroupements, distanciation sociale

5 – Prophylaxie par port de masques et de gants et hygiène des mains

6 – Suivi renforcé et traitement de ces malades

https://globalnews.ca/video/6603627/covid-19-south-korea-launches-drive-thru-roadside-testing-facilities/

Malgré la prudence incompréhensible dont l’OMS a fait preuve pour prononcer le terme de pandémie, le virus s’est propagé rapidement dans 165 autres pays confirmant par là même sa très grande contagiosité. Cette maladie a déjà fait plus de 16.000 victimes sur les 380.000 cas confirmés. Sans tenir compte d’une vraisemblable sous estimation du nombre de cas (variable selon les pays et leurs mesures de dépistage propres), le « CFR » ou « Case Fatality Rate » qui mesure la mortalité d’une maladie se situe entre un minimum de 0,5% (compte tenu de la vraisemblable sous estimation du nombre de cas) mais pourrait atteindre 5-7% si l’on prend en compte le temps qui s’écoule entre la détection et la survenue du décès. Quoiqu’il en soit il faut considérer la COVID-19 comme une affection au moins cinq fois plus mortelle que la grippe saisonnière.

Malgré ces données alarmantes connues depuis au moins deux mois, l’Europe, qui est sur le point de dépasser la Chine avec ses 75.000 cas recensés, fait actuellement figure de dernier de la classe.

https://www.bbc.com/news/world-51235105

Devenue actuellement l’épicentre de la pandémie, elle a fait preuve depuis le début d’un manque élémentaire de prudence, d’une absence totale de réactivité, d’anticipation et plus grave encore, de pro-activité. Persuadée sans doute d’être protégée par les frontières « inviolables » de l’espace Schengen, ligne Maginot de temps modernes, et pourtant perméables aux migrations, elle s’est arc- boutée de façon coupable contre la fermeture de ses frontières. Se refusant obstinément à violer le principe de libre circulation des personnes, un des piliers intangibles de la religion des droits de l’homme, elle n’a que récemment consenti à fermer quelques frontières parfois de manière polarisée !

Proclamant que les frontières n’empêchent le passage des virus elle oublia que ceux-ci ne le font que dissimulés à l’intérieur du Cheval de Troie que constitue le voyageur qui en est porteur ! « Timeo Danaus et dona ferentes » chantait pourtant Virgile. Ils les ont laissé entrer sans même tenter un dépistage sommaire à l’aide d’un thermomètre infra-rouge ! Sans parler des « migrants » de toutes origines lâchés par Erdogan et tentant de franchir par la force les frontières de l’Europe.

L’Italie, qui fut la première à sortir de son sommeil pour être plongée dans le cauchemar, est le pays le plus touché avec plus de 35.000 cas dont plus de plus de 3.000 mortels dépassant maintenant les pertes chinoises. Elle vient de prendre des mesures de confinement total mais la situation hospitalière y est gravissime. L’Espagne suit de très près ayant rattrapé à toute vitesse, le « retard » qu’elle semblait avoir, sans doute faute de dépistage, il y a une semaine encore. La France, qui arrive en sixième position ex-æquo avec les USA, compte déjà 9.000 cas dont 250 mortels. Dans le reste du monde occidental, les autorités de santé ont fait preuve du même manque de pro-activité, seule susceptible d’enrayer l’extension de la pandémie.

Aux USA, ou l’épidémie galope, Trump vient de fermer les portes des États Unis aux voyageurs d’Europe occidentale considérée à juste titre comme incapables d’y maîtriser la propagation du virus même si son pays n’est guère en meilleure posture. L’extension de la pandémie au continent africain n’est plus qu’une question de semaines et l’arrivée de l’hiver austral laisse prévoir des conséquences probablement redoutables. Dans le monde Occidental et plus particulièrement de l’Europe, l’épidémie monte toujours en puissance. Nul ne peut dire quand le pic sera atteint et les pertes tant humaines qu’économiques s’annoncent déjà très supérieures à celles qui auront été enregistrées en Asie. Le différentiel d’efficacité entre l’Orient et l’Occident dans la gestion de cette crise est évident. Bien sûr, l’Occident acceptera difficilement ce constat peu glorieux et essayera de minimiser ce différentiel.

De la part des autorités françaises les erreurs se sont accumulées sur tous les plans. Les deux mois Absence de fermeture des frontières qui aurait été moins coûteuse que la mise à l’arrêt du pays pour quinze jours au moins, absence de réserves en moyens prophylactiques (masques gants, gels…,), absence d’anticipation des besoins médicaux (lits de réanimation, appareil de respiration artificielle…), sous équipement non compensé en moyens diagnostiques (appareils à PCR), raison inavouée d’un dépistage pathétiquement et fautivement insuffisant, freinage coupable des essais cliniques pourtant prometteurs des antipaludéens de synthèse.

Un seul essai positif ne comportant, hélas, que 24 patients traités pourtant avec succès ! N’ayant pas su réagir à temps elle est contrainte d’adopter, in fine, les méthodes de confinements accompagnées d’une coercition mise en œuvre par des forces de l’ordre dépourvues de masques, de gants et qui risquent, par leur contrôles, de favoriser la dissémination du virus à elles mêmes et au public plutôt que de la contenir. Ainsi, le premier acte de la guerre déclarée par celui qui préside notre République est de déposer la seule arme dont il dispose en l’espèce la combinaison OH-Chloroquine/Azithromycine préconisée par le Pr Didier Raoult. Même à la veille de défaites cuisantes notre pays n’ a jamais capitulé sans avoir livré bataille !

https://www.mediterranee-infection.com/hydroxychloroquine-and-azithromycin-as-a-treatment-of-covid-19/

L’occident va payer ces atermoiements au prix fort tant sur le plan humain qu’au plan économique. Entrée la première dans la crise, la Chine en sortira la première, «avec un temps d’avance», peut-être considérable, sur des Occidentaux toujours empêtrés dans la gestion de la pandémie. La planche à billets utilisée au delà de ses capacités (et du raisonnable) ne pourra plus sauver éternellement un Occident en crise.

Dr Alcofribas Nasier

Médecin-Chercheur




Contaminé, habitant La Chapelle, j’ai cherché du Plaquénil…

Atteint par le COVID-19 comme probablement des millions de Français, je me suis soigné à la maison, comme pour une banale bronchite. Pas eu envie de goûter aux joies de la salle d’attente bondée de mon médecin traitant. Pas eu envie non plus de faire le parcours du combattant pour être diagnostiqué au Coronavirus. Au bout d’une semaine, un ami médecin retraité m’a prescrit du Plaquénil ainsi qu’un antibiotique, afin d’éradiquer plus rapidement les effets du virus, suite aux préconisations du professeur Raoult, découvert à cette occasion, grâce à Résistance Républicaine. Je dois dire que ce médecin, aux allures d’Indiana Jones et de docteur Schweitzer, m’a convaincu par la logique de son raisonnement : dépister, confiner les seules personnes infectées et les traiter par les moyens médicaux connus.

https://www.valeursactuelles.com/societe/video-un-membre-du-conseil-scientifique-covid-19-denonce-linefficacite-du-confinement-117180

 

Habitant le quartier de La Chapelle, zone de sécurité prioritaire rebaptisée par nos énarques, « Zone de Reconquête républicaine », je me rends donc dans la pharmacie la plus proche, tenue par des Marocains. On y est bien accueilli : courtoisie, sens du commerce, professionnalisme… Le patron, militant associatif, s’est investi dans la lutte contre la déglingue du quartier et la toxicomanie : son magasin a déjà été l’objet de nombreux braquages, sans toujours avoir reçu, de la part des forces de l’ordre, le soutien attendu. Je fais la queue et les clients, munis de masques, se tiennent à distance respectable. Arrive mon tour : après des allers-retours dans l’arrière-boutique, la vendeuse me dit : « pour ce médicament, je dois en parler au responsable ». « Ah bon que se passe-t-il » lui dis-je ? « On ne peut vous le fournir, on a un lot mais il est contaminé, essayez dans deux autres pharmacies, sinon, demandez à l’hôpital ». Je repars donc avec les seuls antibiotiques et je me dis : « comment des comprimés sous blister peuvent-ils être « contaminés », ça ne tient pas debout ! ». J’apprends peu après que le Maroc vient d’acheter tout un stock de médicament à base de Chloroquine, produit par Sanofi dans ses usines de Casablanca. Et oui, encore la mondialisation : le Plaquénil de notre industrie pharmaceutique, produit au Maroc, restera sur place.

http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200319-coronavirus-le-maroc-ach%C3%A8te-tout-stock-m%C3%A9dicaments-%C3%A0-base-chloroquine

Sanofi Maroc précise pour Challenge que sa production marocaine était destinée au marché intérieur de ce pays. Mais Sanofi en produit-il en France ?

https://www.challenge.ma/requisition-du-stock-de-nivaquine-et-de-plaquenil-les-precisions-de-sanofi-maroc-133480/

Le lendemain, je me rends dans une autre pharmacie du quartier, tenue par des Africains, non loin du métro Marcadet Poissonniers : « vous avez de la chance, il m’en reste une boîte, c’est la dernière ! » Puis je sens quelques hésitations : « c’est quoi cette prescription : un médecin retraité n’a pas le droit de faire des ordonnances, vous allez payer plein pot ! » « Ah bon, c’est combien » répondis-je ? « 5 € 70 ! ». Je repars avec la boîte en question, avec le sentiment qu’on n’avait pas vraiment voulu me la vendre et que j’avais bien de la chance.

Il y a fort à parier que dans très peu de temps, le fameux médicament soit introuvable et fasse l’objet d’un circuit parallèle, comme pour les masques et les gants. République bananière ?

Hector Poupon