1

Voyous de la République (2) : Bruno Bonnell tête de liste LREM aux régionales

À Villeurbanne et Lyon, aux élections municipales et métropolitaines de mars 2020, le député LREM Bruno Bonnell et Emmanuelle Haziza (ex-LR) avaient formé un tandem, pour le meilleur et pour le pire, pour décrocher la Métropole de Lyon.

Le tombeur de la ministre Najat Vallaud-Belkacem aux législatives de 2017 à Villeurbanne avait une particularité que sa rivale ignorait à l’époque : il ne payait pas d’impôt, pas d’ISF, malgré des revenus annuels estimés à 2,6 millions d’euros.

Bruno Bonnell, proche parmi les proches de Gérard Collomb et d’Emmanuel Macron pourrait bien devenir le Jérôme Cahuzac d’En Marche. Les mêmes causes produisent souvent les mêmes effets, c’est par un divorce conflictuel que tout avait commencé pour Jérôme Cahuzac et que tout commence pour Bruno Bonnell. Sa femme, ou plutôt son ex-femme, en défendant ses intérêts dans une procédure de divorce conflictuel, a permis de mettre en lumière des faits extrêmement troublants. Au moins deux sociétés contrôlées par Bruno Bonnell sont domiciliées au Delaware (État américain), paradis fiscal interne des États-Unis. Bruno Bonnell a en outre entièrement restructuré son patrimoine pour ne payer ni l’impôt de solidarité sur la fortune d’abord, ni l’impôt sur le revenu ensuite.

https://www.lagauchemorale.com/actualites/article/bruno-bonnell-en-marche-pour-etre-le-cahuzac-de-macron

Spécialisé dans le domaine des technologies numériques, propriétaire d’un château féodal dans le Beaujolais et d’un autre château dans le Gard, il a fondé deux sociétés spécialisées dans la robotique de service et un fonds d’investissement entièrement destiné à la robotique, Robolution Capital.

Certes, ces dernières années, les rançons du succès politique sont pléthore, de François Fillon à Richard Ferrand. L’adversaire de Laurent Wauquiez aux élections régionales 2021 en Auvergne-Rhône-Alpes, Bruno Bonnell, 61 ans, boule à zéro et carrure imposante, n’a rien de commun avec les « candidats enseignants » du parti socialiste des années 80. Et son train de vie reste celui d’un grand « saigneur ».

D’ailleurs, les déontologues de l’Assemblée nationale ont pointé du doigt, dans un document dont la rédaction de RL a obtenu une copie, son « train de vie absolument sans rapport avec ses ressources avouées ». Comme l’occupation d’un « château féodal » dans le Beaujolais. À côté de lui, le président de région sortant Laurent Wauquiez (LR) fait figure de « clodo ».

Bruno Bonnell a fait fortune dans la robotique et les jeux en ligne 

On découvre sur des documents transmis aux services français des douanes plusieurs éléments sur une société de Bruon Bonnell dénommée BB26, immatriculée dans le Delaware. À l’époque, Bruno Bonnell habitait à New York pour gérer Infogrames et Atari, numéro 2 mondial du jeu vidéo. Après des déconvenues boursières, le PDG est viré le 2 avril 2007, moyennant une indemnité de 2 282 000 euros. Par anticipation, la société BB26 est créée sur conseil de ses avocats américains en mars 2007, afin de lancer une activité de jeux en ligne. Un prêt d’1 million d’euros lui est même accordé en juin 2007, que l’on retrouve inscrit dans le rapport annuel public d’Infogrames Entertainment.

Avec Bruno Bonnell, peur sur la ville

Sans vergogne, ce richissime chef d’entreprise ayant mis toutes ses billes aux États-Unis, a sollicité et obtenu l’investiture de LREM pour conduire la liste aux élections régionales. Élu avec 60,32 % des voix contre l’ancienne ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem dans la 6e circonscription du Rhône, il est régulièrement invité dans les médias. Seul hic : ce milliardaire politique de 61 ans se soucie peu de sa circonscription. « Pas d’affiche à son effigie pour signaler sa présence. Le local administratif (…) n’a pas vocation à recevoir les électeurs », écrit le quotidien Le Monde à propos de sa permanence.

https://www.ouest-france.fr/politique/la-republique-en-marche/bruno-bonnell-depute-lrem-n-est-pas-la-pour-faire-l-assistante-sociale-5661332

Si on gratte sur son parcours, on a en permanence l’image d’un affairiste passé de « la robotique en marche » à la République En Marche, suite à la naïveté des électeurs de Villeurbanne et de la 6e circonscription du Rhône. En 2007, il rachète la société Robopolis, spécialisée dans la distribution de robotique de service et localisée à Villeurbanne. Il serait propriétaire depuis 2007 de deux sociétés situées dans des paradis fiscaux. En 2011, il fonde AWAbot, entreprise spécialisée dans les robots de téléprésence. En 2013, il crée le premier fonds d’investissement européen destiné à la robotique de service, Robolution Capital.

L’homme s’est aussi intéressé aux médias. Bruno Bonnell est le repreneur de la première chaîne de télévision consacrée aux jeux vidéo et aux arts numériques, Game One TV, lancée en 1998 en partenariat avec le groupe Canal+.

L’entrepreneur est également choisi pour incarner le patron dans l’émission The Apprentice : Qui décrochera le job ?, produite par Endemol et diffusée à la rentrée 2015 sur M6. C’est notamment Donald Trump ou Alan Sugar qui tiennent ce rôle dans les versions américaine et britannique. L’émission est déprogrammée par M6 après seulement deux épisodes aux audiences catastrophiques. Nicolas Copperman, président d’Endemol, invité par l’Association des journalistes média, parlait d’un  « rejet du concept »  et admettait un échec.

Un pur produit mis sur orbite par Hollande et Montebourg

En 2012, Nicole Bricqministre du Commerce extérieur dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, le nomme en tant que fédérateur à l’export de la famille de produits « Mieux communiquer », comme le précise le site Wikipédia. « Sa mission consiste alors à coordonner les opérations commerciales internationales englobant différentes sociétés françaises des filières du numérique, de l’image et des télécommunications. Il a été reconduit dans cette fonction par les ministres successifs Fleur Pellerin et Matthias Fekl ».

Un an plus tard, Arnaud Montebourgministre du Redressement productif, à qui il a été présenté par Gérard Collomb, puis Emmanuel Macronministre de l’Économie, le chargent de l’élaboration et de la mise en place du plan « France Robot Initiative », visant à définir la robotique comme un secteur de développement économique stratégique pour la France et faisant partie des 34 plans pour la Nouvelle France industrielle.

Le sortant Laurent Wauquiez « recycle » à gauche

Face à lui, le président sortant de la région LR Laurent Wauquiez a mémorisé la pub télé de la lessive et du « chimpanzé Omo costaud » et lave plus blanc en recyclant, ici et là des maires socialistes. Ainsi, en Ardèche, la liste Wauquiez a incorporé, en 8e position, le maire de gauche de Saint-Sauveur-de-Montagut Jacquy Bernard Barbisan, déjà candidat sous l’étiquette socialiste à la mairie du Cheylard en 2008, puis aux élections cantonales du Cheylard en 2011, et enfin aux municipales de Saint-Sauveur-de-Montagut en mars 2020 contre la liste de droite « Construisons demain » conduite par Sébastien Jourdan.

Comme si Laurent Wauquiez craignait d’être débordé, sur sa gauche, par l’ancienne ministre Najat Vallaud Belkacem, et sur sa droite par la liste du Rassemblement National conduite par Andrea Kotarac, un transfuge de la France Insoumise. À l’occasion de ce scrutin, le chef de file du Rassemblement national se pose en alternative à Laurent Wauquiez. Il se lance aussi à la chasse des électeurs des Républicains.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de presse 55411

Prochain article :

Les voyous de la République (3) Le député LREM Mustapha Laabid




Le coup de pied de l’âne Bilger à Donald Trump

Qu’il est triste de voir un homme de talent se compromettre intellectuellement, ou pire.

J’aimais bien vous lire. J’aimais bien moins vous entendre sur Sud Radio avec votre voix chevrotante et hésitante sur les mots. J’aimais de moins en moins vous voir, tant votre apparence physique ressemble, finalement, à votre vision d’un monde dont je ne partage les convictions et les peurs, comme sur Cnews avec le Covid19.

Comment pouvez-vous dire sans recul que « Je me doutais qu’il serait mauvais perdant mais pas à ce point. Son refus obstiné d’admettre sa défaite ne relevait plus du combat légitime qui autorise le vaincu à user de toutes les ressources de la loi pour voir reconnaître ses droits, mais de l’expression caractérielle d’un tempérament incapable de supporter l’humiliation suprême de cette déconfiture ». (Source)

Que reprochez-vous à l’homme d’état qui permis d’assouplir les positions au Moyen-Orient, à rectifier les positions des USA avec la Chine qui détruisait des emplois aux USA, au même titre qu’en Europe et en France singulièrement. « America First », quand en France, c’est l’invasion de partout.

Que reprochez-vous à l’homme d’état qui a remis les pendules à l’heure avec l’Iran, qui, nous le savons tous, rêve de sa bombe atomique ?

Un homme qui a renoué des liens avec la Corée du Nord, avec les Philippines, et a trouvé des accords avec Israël en se débarrassant de la doxa de l’autorité palestinienne suceuse de subventions mondiales, qui ne produit rien sur tous les plans, y compris économique et scientifique, malgré les milliards donnés. Doxa d’une autorité composée de fanatiques religieux, d’anti-démocrates si on se réfère aux dernières élections en Cisjordanie, puisque Mahmoud est en fin de mandat depuis plusieurs années. Un soi-disant peuple sous perfusion et adepte de la mendicité et du chantage au « retenez-moi ou je fais un malheur ».

Donald Trump vous gêne en quoi, Monsieur Philippe Bilger ?

Que reprochez-vous à cet homme fort en gueule, certes, mais qui a démontré ses valeurs en gestion économique, qui a fait reculer le chômage d’une manière très importante, voire historique disent certains économistes, et a fait exploser les compteurs à Wall Street !

Oui, cet homme, ce chef d’état n’a pas fait de cadeaux à l’Union Européenne. Il a taxé les produits Français, interdit à des entreprises de participer au pipeline gazier vers l’Allemagne. Il n’était pas notre ami, il était juste un chef d’état assez couillu pour tenir le rang des USA. America First !  On aimerait un Macron du même tonneau en France. France d’abord

Oui, c’est une grande gueule ! Bien loin du minet qui nous sert de Président en ce moment. Bien loin du président normal avant lui, et encore bien loin de celui qui a trahi le référendum de 2005. Et qui, pour s’en excuser comme certains au LR disent, qu’il avait avertis de cette forfaiture en 2007 aux Présidentielles, comme si une promesse électorale que personne n’a entendue valait la réalité d’un vote national.

Qu’est-ce que vous avez dit à cet époque, en 2008 ?

Qu’est-ce que vous dites d’intelligent sur Emmanuel Macron qui, à l’heure actuelle, se penche avec son Castex sur la possibilité de faire entrer le vote par correspondance dans les règles électorales ?

Il apprend vite, le petit ! Il a vu les effets destructeurs de la volonté du peuple !

A la fermeture des bureaux de vote, Trump gagnait. Au petit matin, il avait perdu.  Grâce aux votes postaux où, comme en Pennsylvanie et ailleurs, mêmes les morts ont voté, même les non-américains ont voté, sans compter le don d’ubiquité de certains qui ont pu voter deux, voire trois fois dans différents bureaux de vote ! Silences médiatiques, comme vous d’ailleurs. Il y a les rapports des avocats de Trump qui devraient vous interpeller,  monsieur l’ex Magistrat.

On ne vous a pas beaucoup entendu depuis ce 3 novembre ! Il est vrai que la Covid 19 a accaparé toute votre attention. Sacré Covid salvatrice pour beaucoup de pseudo journalistes !

Vous m’avez profondément déçu, Monsieur Philippe Bilger. Moi qui avais de la considération pour vous, à défaut d’être toujours d’accord avec vous. Vous ajoutez à l’injustice de fond, comme ces élections où la fraude a été massive, votre flèche sur un adversaire blessé à qui Twitter et Facebook, ces parangons de liberté d’expression sous contrôle, coupe le droit de crier, voire de pleurer. De fait, vous accordez du crédit aux paroles d’un corrompu comme Joe Biden qui a ouvertement négocié avec l’Ukraine pour que ce pays débarque un procureur gênant pour son fils, lui-même corrompu.

Vous soutenez des corrompus et des racistes comme Kamala Harris, la vice-présidente dont vous ne manquerez pas de faire les éloges parce que noire, et donc forcément brillante par définition. Ce qu’elle est sans doute, mais pas parce qu’elle est noire seulement.

Joe Biden a tenu des propos dignes du point Godwin en considérant que les sénateurs opposés à lui lors du vote étaient des suppôts de Goebbels. Pas un mot de vous sur ces honteuses et viles déclarations !

Le grand Charles De Gaulle disait que « la vieillesse était un naufrage ». Vous en êtes un terrible exemple.

Qu’attendez-vous de plus de la vie à votre âge, et dans la situation aisée dans laquelle vous êtes ?

Ne serait-il pas plus jouissif pour vous de vous exprimer enfin librement ? A moins, qu’en effet, cela ne vous soit totalement impossible intellectuellement ? Votre sortie sur Donald Trump est égale à vous-même, finalement, à ce que vous êtes devenu…

Quel malheur pour vous et pour tous ceux qui vous lisent et vous écoutent sur les ondes ! Je ne pourrai plus, hélas, vous voir de la même manière sur CNews.

Gérard Brazon

 




Bonne nouvelle : l’Indienne Deb Haaland, future super ministre de Biden

Descendante de chefs indiens du Nouveau Mexique, fille d’un US Marines, l’Indienne Deb Haaland sera la « super ministre » de Joe Biden, en charge de l’intérieur, de l’environnement et des ressources naturelles. C’est la première fois qu’une Indienne accède à un tel poste depuis l’indépendance des États-Unis et l’invasion des territoires indiens.

Aux États Unis, c’est la revanche des Indiens dont les ancêtres ont été massivement exterminés par les migrants blancs (les aïeux de Donald Trump et de Joe Biden). Il y a quelques siècles, les habitants de l’Amérique ont laissé les migrants blancs débarquer, comme l’Europe le fait avec les migrants africains, arabes, etc. Des dizaines de millions d’Indiens ont été massacrés, déportés, mis dans des réserves. Par rapport à ce constat, les joutes plumitives de plusieurs contributeurs de Riposte Laïque entre les pro-Trump et les pro- Biden paraissent dérisoires. Et notre site adoré s’est éloigné dangereusement de son cœur de métier : le risque migratoire, la défense de l’identité nationale contre l’islam, la préservation de nos valeurs.

Deb Haaland va devenir la première Amérindienne ministre

Devenue l’une des premières femmes autochtones à entrer au Parlement en 2018, Deb Haaland va de nouveau marquer l’Histoire. Elle aura notamment la charge de la préservation des ressources naturelles, et elle a milité pour que les USA respectent l’accord de Paris sur le climat.

C’est au poste de ministre à l’Intérieur, à la tête d’un département qui gère notamment les ressources naturelles d’immenses terres fédérales, mais aussi les réserves indiennes, que le nouveau Président Joe Biden a placé, par décret, Deb Haaland. Cette nomination devra être confirmée par le Sénat.

″Écouter les peuples autochtones” sur le climat

Deb Haaland a souligné ce jeudi 17 décembre qu’elle considérerait comme “un honneur de faire avancer le programme Biden-Harris pour le climat et d’aider à réparer la relation du gouvernement avec les tribus (amérindiennes), que l’administration Trump a ruinée”.

À la fin des années 90, c’est le Vice-Président Al Gore, en visite à Paris pour défendre le climat, qui m’avait présenté Deb Haaland. Autour d’un café, après m’avoir dédicacé son dernier livre Earth in Balance: Ecology and Human Spirit ( en Français Sauver la planète Terre : l’Écologie et l’Esprit humain), il s’était levé, me laissant face à Deb Haaland, en lançant « Tous les deux, vous allez bien vous entendre ! ». Quelques minutes auparavant, celui que tous les sondages désignaient comme le futur président des États-Unis nous avait glissé, en américain et en français nos deux points communs : »Vous êtes nés en soixante et vous êtes passionnés par l’élevage des abeilles ». Ce qui avait permis le démarrage d’une discussion avec la belle Deb après le départ d’Al Gore.

‌Cette demi-journée avec Deb Haaland est l’une des trois plus belles rencontres que j’ai pu faire dans ma vie tant cette femme, pétrie de convictions, marquée par les souffrances de son peuple, a des ambitions pour sauver la planète, pour sauver l’espèce humaine et les centaines de milliers d’autres espèces d’une fin qui paraît inéluctable et dont le réchauffement climatique est l’un des aspects visibles. Cette femme est une intelligence supérieure. Rien à voir avec  toutes les brêles qui ont été ministres de l’écologie en France, de Ségolène Royal à Barbara Pompili, de François de Rugy à Jean-Louis Borloo, en passant par Nathalie Kosciusko-Morizet..

Les deux autres rencontres ayant marqué ma vie ont pour nom le général Marcel Bigeard

https://www.fnapara.fr/wp-content/uploads/2016/07/La-legende-Bigeard-une-rage-de-vaincre-rare-aujourdhui.pdf

et la cheffe de guerre kurde Reem Hassan.

https://ripostelaique.com/exclusif-la-jeanne-darc-kurde-reem-hassan-est-tombee-en-heros-face-a-daech.html

https://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html

Tous les trois des êtres d’exception, de rude étoffe.

Deb Haaland est une fille de Marine

Deb Haaland, 60 ans, appartient à la tribu Laguna Pueblo du Nouveau-Mexique. Elle s’était déjà illustrée en 2018 en devenant l’une des deux premières femmes autochtones à entrer au Congrès.

Deb Haaland est née à Winslow le 2 décembre 1960, dans l’État de l’Arizona, où son grand-père travaillait dans une compagnie ferroviaire au titre de la politique d’“assimilation culturelle” des Amérindiens et où sa mère, Mary Toya, a également vu le jour. Cette dernière était fonctionnaire fédérale. Le père de Deb Haaland, d’ascendance norvégienne, fut membre des Marines, un corps d’élite de l’armée américaine. Au gré de leurs multiples affectations et déménagements, Deb Haaland m’avait confié avoir fréquenté pas moins de treize écoles.

Lors de notre rencontre à Paris, Deb Haaland m’a raconté sa vie de galère : « Mère célibataire, j’ai vaincu l’alcoolisme dans ma jeunesse et j’ai dû un temps recourir à des bons d’alimentation du gouvernement pour subsister…  » Elle a fait partie de cette vague de femmes qui entendaient prendre le Congrès d’assaut pour s’opposer à la politique du président Donald Trump. “Je suis une femme, je suis une femme de couleur”, disait-elle, désignant son visage brun et ses longs cheveux noirs et lisses. “C’est ce genre de personnes qu’il faut au pouvoir actuellement pour faire avancer les questions qui comptent”, ajoute Deb.

Deb Haaland, qui a été facilement réélue au Congrès en novembre dernier pour un second mandat, a toujours insisté sur son intention de porter les revendications des Amérindiens: “La terre, l’eau, les financements du gouvernement.” “Mes ancêtres ont fait des sacrifices incroyables pour me permettre de garder mes coutumes et traditions. Je ne leur ferai pas défaut”, expliquait Deb en 2018, lors d’une rencontre avec l’AFP.

Du point de vue des Indiens Lagunas, Deb Haaland dirigeait la société tribale exploitant les trois casinos de la réserve. Plus tôt, elle avait créé une petite entreprise de fabrication de sauces en conserve, “Pueblo Salsa”, pour pouvoir passer du temps avec sa fille durant ses études de droit.

Deb Haaland est sortie de « sa réserve » où elle dirigeait la société tribale exploitant les trois casinos de la réserve.

Lorsqu’elle m’avait raconté une partie de son parcours à Paris, Deb insistait sur son enfance « surtout marquée par les coutumes de sa tribu, les Lagunas. Elle se rappelait les étés passés avec ses grands-parents pueblos, en butte à de nombreuses discriminations, à irriguer les champs ou à faire du pain.

Cette époque de rude étoffe a forgé son caractère. En tant que défenseur des abeilles, des espèces animales et de la planète, je me réjouis que Deb devienne la ministre (pardon, la secrétaire d’État dans le jargon US) la plus puissante de l’Amérique de demain, de la revanche du peuple indien à l’occasion de cette nomination. Un jour, Jacques Chirac m’avait dit « Si un ministre est mauvais et qu’il a de bons collaborateurs, cela ne se voit pas ». Ceux qui estiment que Joe Biden est mauvais et vieux doivent aujourd’hui admettre qu’il s’entoure de bons collaborateurs.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411
Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :
https://www.humanite.fr/etat-unis-deb-haaland-premiere-amerindienne-ministre-697842
https://www.la-croix.com/Monde/Etats-Unis-Deb-Haaland-Amerindienne-linterieur-2020-12-19-1201131036
https://www.huffingtonpost.fr/entry/etats-unis-deb-haaland-amerindienne-ministre_fr_5fdc4faac5b6094c0ff0d727
https://caen.maville.com/actu/actudet_-etats-unis.-deb-haaland-premiere-femme-amerindienne-en-route-vers-le-gouvernement-americain_54135-4425083_actu.Htm
https://www.ouest-france.fr/monde/etats-unis/etats-unis-deb-haaland-premiere-femme-amerindienne-en-route-vers-le-gouvernement-americain-7092121



Eric Zemmour, c’est notre Donald Trump à nous…

Dans un remarquable article paru sur Boulevard Voltaire, Ivan Blot voyait dans le conflit qui oppose les surveillants de prison au gouvernement une nouvelle résurgence de la lutte des classes.

http://www.bvoltaire.com/revolte-personnels-penitentiaires-indice-dune-nouvelle-lutte-classes/?

« Les oligarques de la politique, de l’Université, de la haute fonction publique, des médias, des syndicats, de droite classique ou de la gauche, sont à peu près interchangeables. Ils ont le même style de vie, les mêmes privilèges, la même idéologie, le même mépris à l’égard du peuple qui souffre. On est dans une nouvelle lutte des classes à laquelle le pouvoir oppose un déni pur et simple ».

Avec ses mots à lui, Eric Zemmour dit exactement la même chose, sur RTL, expliquant que la prison est devenue l’extension des banlieues, et que les surveillants y subissent la loi des racailles et des islamistes, exactement comme les policiers, les pompiers ou les médecins dans les territoires perdus de la France. Et que le gouvernement protège les prisonniers, et enfonce les surveillants. Ce qu’aucun autre journaliste ne dit ainsi…

Quelques jours avant, l’auteur de « Le suicide français » était de retour sur la chaîne CNews, anciennement I-Télé, qui l’avait viré, alors qu’il y était chroniqueur depuis plus de dix ans, et que, chaque semaine, il étrillait son pathétique adversaire Nicolas Domenach lors d’un débat qui s’appelait « Ça se dispute« . Cette émission avait le meilleur taux d’audience de la chaîne. Et pourtant, sous la pression de presque l’ensemble de la profession et de toute la gauche, I-Télé virera Eric Zemmour, mais sera condamnée à lui verser 50.000 euros de dommages et intérêts.

Il faut juste rappeler le contexte de cette cabale. La première saloperie vient de Mélenchon en personne. Ayant mal supporté d’avoir été malmené sur un plateau de télévision par Zemmour, il le livrera en pâture à l’ensemble de la profession, en balançant une fausse info, l’accusant d’avoir appelé à la déportation de 5 millions de musulmans.

http://lelab.europe1.fr/Melenchon-livre-sur-un-plateau-une-interview-italienne-de-Zemmour-evoquant-la-deportation-des-musulmans-francais-19530

Méluche – qui aurait fait merveille à l’époque où de bons Français balançaient à la Kommandantur les rares résistants – ayant accusé la presse de couvrir les propos attribués à Eric, la chasse au Zemmour pouvait commencer, et avec quelle frénésie ! Elle durera plusieurs jours, et chacun était sommé de priver définitivement d’antenne un tel personnage, et de le traîner en justice.

RTL résistera à la pression, tout en faisant lire à Yves Calvi un texte particulièrement dégueulasse à l’encontre du journaliste. Ce dernier sera condamné par la 17e Chambre, condamnation confirmée en appel. On lui attribuera, sur la déportation de 5 millions de musulmans, des propos qu’il n’a jamais tenus, ce que confirmera d’ailleurs, fort honnêtement, l’auteur de l’article du Corriere della Serra.

Outre ces faux propos, on lui reprochera ces phrases, pour lesquelles il sera également condamné : « Les musulmans ont leur code civil, c’est le Coran. Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été obligés de s’en aller. Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Cette situation d’un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile. Des millions de personnes ne vivent, en France, et ne veulent vivre, à la française ».

Ces phrases, que nous écrivons, avec nos mots, nous valent, à nous aussi, nombre d’actions judiciaires, de la part du Parquet, et d’associations dites antiracistes ou musulmanes, qui veulent juste interdire que cette vérité, pourtant évidente, puisse être portée à la connaissance des Français.

C’est cette décision, prise par six juges qui devrait être sanctionnée pour faute professionnelle, mais qui demeurent intouchables, que vient de casser la Cour de Cassation.

Dans ce contexte, Eric faisait son retour sur cette chaîne, appelée à présent CNews, sans doute pour faire davantage amerloque, donc tendance et moderne. On ne fut pas déçu du spectacle, comme l’expliqua fort bien notre contributeur Marcus Graven.

https://ripostelaique.com/eric-zemmour-na-fait-quune-bouchee-de-mademoiselle-benomar-et-du-petit-viktorovitch.html

On a retrouvé en deux débats le journaliste que les Français adorent, parce qu’il parle, avec des mots qui les touchent, des réalités que trop de corrompus qui se prétendent journalistes occultent, quotidiennement, à nos compatriotes.

https://www.youtube.com/watch?v=tjLeP-deG3k

https://www.youtube.com/watch?v=VtN8YIBKBo0

La réalité de l’invasion migratoire, l’impossible vivre-ensemble, la fuite de nos compatriotes des zones islamisées, dont le nombre progresse, ce qu’est réellement l’islam, l’ampleur de l’insécurité sur notre territoire, les mensonges sur la dégénérescence de l’école de nos dirigeants, la nature de l’Union européenne, le sale rôle des déconstructeurs, l’imposture des soixante-huitards libéraux-libertaires, l’indispensable patriotisme qu’il assume, le nécessaire sursaut identitaire français, la richesse de notre Histoire et de notre civilisation, l’abandon par nos élites des petits blancs français, le mondialisme, le changement de peuple, le Grand Remplacement, l’imposture du féminisme des lesbiennes gauchistes, la haine par nos dirigeants du mâle blanc hétérosexuel européen, et la lente agonie d’une France en train de mourir.

Mais ce qu’adorent surtout les Français, c’est sa manière, bien à lui, de sécher les imposteurs qui gangrènent, du matin au soir, les plateaux de télévision, avec leurs mensonges, leur morgue et leur suffisance, certains qu’ils sont de pouvoir proférer leurs âneries mensongères sans jamais se faire démasquer.

On va fêter les 50 ans de Mai 1968, en mai prochain, et paraît-il que ce seront des commémorations d’Etat, rien de moins ! Pied de nez de l’Histoire, ce sont ceux qui, en 1968, glapissaient « Il est interdit d’interdire », qui hurlent aujourd’hui, concernant le journaliste mal-pensant : « Faites le taire par tous les moyens, interdisez-le d’antenne, et ruinez-le par des procès à répétition !« .

Ce sont exactement les arguments des procureurs de la République ou des antiracistes, quand notre fondateur Pierre Cassen est devant eux. Ils justifient les peines de prison demandées (jusqu’à ce jour avec sursis) et les amendes exorbitantes par cet aveu : « Il faut absolument les faire taire, à Riposte Laïque, cela ne peut plus durer !« .

Outre le fait qu’il dise des vérités interdites sur les plateaux, journalistes, politiques et juges « Mur des Cons » ne pardonnent pas à Eric Zemmour d’être particulièrement brillant, cultivé, bien élevé, et surtout bien meilleur qu’eux, et de ne pas se laisser marcher dessus, comme une victime expiatoire. Sur ce reportage paru sur TV-Libertés, Jean-Yves Le Gallou et Hervé décodent deux conceptions du journalisme, celle de Zemmour et celle d’un Cohen…

https://www.youtube.com/watch?v=1WxdRc0hRRA

Parmi les drames de notre pays, il n’y a pas, dans le monde politique, un chef qui aurait le charisme, le sens de la répartie et la colonne vertébrale d’Eric Zemmour. Dans un pays où le pouvoir s’incarne de manière personnelle, il manque cet homme qui, à l’image du Général de Gaulle (quoi qu’on pense de certaines de ses actions passées) savait incarner un sauveur de la Nation.

C’est exactement ce qu’est Donald Trump aux Etats-Unis. La caste ne s’est toujours pas remise de sa victoire, et continue de le harceler quotidiennement, multipliant mauvais procès, campagnes de presse mensongères et cabales contre celui qu’elle rêve de faire destituer, voire assassiner. Ce sont les mêmes milieux gauchistes, journalistiques, universitaires, qui, comme en France avec Zemmour, sont aux manettes du lynchage quotidien.

Seule différence, Trump n’est pas journaliste, il est juste président de la première puissance au monde. Et, comme notre Eric national, il rend coup pour coup, ne s’excuse jamais, assume ses propos et sa ligne… et cela marche ! Eric Zemmour a pulvérisé les records de vente, avec son essai « Le suicide français ». Trump, au bout d’un an, affiche des résultats d’une réussite insolente, qui devraient contraindre Macron, qui ne lui arrive pas à la cheville, à davantage de modestie, lui qui a osé dire à Davos que « la France is back », ce qui n’est pas gentil pour Hollande ! Et à Davos justement, Trump, après avoir institué des « Golden Bobards » depuis son bureau, contre les menteurs journalistes, en a remis une couche contre leurs fake news, suscitant des réactions bruyantes de ces mêmes journaleux, qui ne supportent pas qu’on leur dise leurs quatre vérités.

Trump comme Zemmour incarnent, chacun avec leur spécificité – l’un est américain, l’autre français, l’un est président, l’autre journaliste, l’amour de la liberté, le panache d’un Occident qui ne veut pas mourir. Ils refusent tous deux de baisser la tête, face au rouleau compresseur de la repentance. Ils sont totalement libres, décomplexés, et disent ce qui leur semble la Vérité. On peut penser que si Donald Trump vivait en France, il serait en prison, et passerait sa vie devant la 17e Chambre, la Cour d’Appel et autres lieux où des juges en mission veulent faire taire la dissidence. Mais on peut penser que s’il était en France, et avait été élu, une des premières mesures qu’il prendrait serait d’abolir les lois Pleven-Gayssot-Taubira, et de revenir à la situation d’avant 1972 : seul un citoyen victime d’un préjudice peut ester en justice. Donc, avec ce retour, exit les racketteurs de l’antiracisme.

Et on peut penser, également, que si Eric Zemmour, déjà fort audacieux dans le langage, vivait aux Etats-Unis, avec l’article 1 sur la liberté d’expression, il serait sans doute la bête noire de CNN, mais qu’il ferait un malheur, en disant des choses, avec les mots de Trump, qu’il ne peut se permettre en France. Aux Etats-Unis, ils ont l’article 1, en France, nous avons Pleven-Gayssot-Taubira.

En attendant, n’en déplaise aux collabos de merde (pour reprendre une expression qui a fait fureur, ces derniers jours), qui mènent une vraie lutte des classes des dominants contre les peuples français ou américains, Eric Zemmour est adoré par les Français, et Donald Trump, s’il continue ainsi, sera triomphalement réélu dans trois ans par les Américains…

Beau pied de nez des amoureux de la Liberté à la caste haineuse des commissaires politiques déguisés en politicards, en juges ou en journaleux…




Trump : croissance de 3%, le double d’Obama, et chômage de 4%, au plus bas depuis 18 ans !

Comparer les réformes économiques de Trump et celles de Macron, c’est évaluer celles qui créent richesses et emplois, et celles qui laissent la France avec son bonnet d’âne enfoncé jusqu’aux oreilles.

Car en économie, force est de constater qu’il y a deux méthodes :

La mauvaise… et celle de Trump !

Entre la désinformation quotidienne que nous rabâchent  les médias totalement soumis car drogués aux subventions, et l’implacable réalité économique, il y a  un abîme qui ne cesse de se creuser.

Encenser Macron et ses réformettes tout en enfonçant l’exceptionnel bilan de Trump, c’est la plus belle escroquerie intellectuelle du moment.

Alors que l’Amérique explose tous les compteurs de la croissance, la France s’enfonce inexorablement dans la dette et la perte de marchés.

En 2016, Paul Krugman, célèbre prix Nobel d’économie, nous prédisait l’apocalypse en cas d’élection de Donald Trump.

«Si Trump est élu, l’économie américaine va s’écrouler et les marchés financiers ne vont jamais s’en remettre».

Très mauvaise pioche !

Ce pauvre Krugman, malgré son titre prestigieux, aurait dû penser qu’un milliardaire qui gère un empire avec brio, ne peut pas être un charlot de la finance.

Provocateur, oui. Imprévisible, oui. Mais surtout pas con.

Et les anti-Trump, drogués à l’Obamania pendant 8 ans, feraient mieux de se taire.

Par conséquent, entre les délires de la presse et  ce que nous dit le directeur de l’IREF, Institut de Recherche Economiques et Fiscales, je préfère écouter la bonne parole d’un expert.

Dès son arrivée, Trump a porté un coup sévère à l’Obamacare et il a eu raison.

Car les idiots qui, chez nous, défendent cette réforme absurde, refusent de voir que les franchises santé ont augmenté de 60%, les cotisation assurance de 25%. (voire 100% dans certains Etats), poussant des millions d’Américains à ne plus s’assurer individuellement.

Obama annonçait une baisse de 2500 dollars pour les frais de santé d’une famille américaine.

Ils ont augmenté de 2100 dollars !

Au plan fiscal, il a fait en quelques mois ce qu’aucun président n’a fait en un ou deux mandats.

L’impôt sur les sociétés est passé de 35% à 21%.

Trump souhaite le rapatriement des profits réalisés à l’étranger par les entreprises US.

4000 milliards de dollars attendus en baissant la taxe sur ces capitaux  revenus au bercail de 35 à 15% !

Il a supprimé la taxe sur les héritages inférieurs à 1 million de dollars.

Il a levé l’interdiction des forages en Alaska et veut que l’Amérique devienne l’un des premiers producteurs de matières premières.

Il s’est retiré de la mascarade de la COP 21, la plus vaste fumisterie et la plus sinistre tromperie de tous les temps, qui ruine les entreprises européennes.

Tout le monde sait que les dérèglements climatiques dépendent des courants marins et de l’activité solaire, mais certainement pas des activités humaines.

Les illuminés du GIEC confondent pollution et climat. Et les politiques ignares suivent aveuglément en troupeau résigné.

Trump a supprimé la prime aux voitures électriques (gain 7 mds)

Il a supprimé les subventions à l’éolien.

Il a supprimé 45000 pages du Code des règlementations diverses qui paralysent l’économie.

1500 règlementations ont été abolies.

Le résultat ?

Croissance de 3%, le double d’Obama, et chômage de 4%, au plus bas depuis 18 ans !

2,1 millions d’emplois créés en 1 an, un record depuis 1990 !

Les Noirs ont retrouvé un taux de chômage de 6,8%, le plus bas depuis 1973 !

Non seulement son électorat applaudit, car les salaires ouvriers sont en hausse, mais Wall Street est aux anges.

La Bourse a gagné 30% en 1 an !

Et en Amérique, qui dit Bourse dit fonds de pensions. Les retraités et futurs retraités voient leurs économies fructifier.

En France, c’est tout l’inverse, car la situation ne s’améliore pas, contrairement à la propagande macroniste.

Et en tant que ministre de l’Economie sous Hollande, Macron est largement responsable du désastre.

Car si Trump est aux commandes depuis seulement 1 an, Macron dirige l’économie depuis 2014 !!

Par conséquent, il hérite de son propre bilan !

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que sa loi pour créer de la croissance n’a pas ébloui les foules.

Une étude du COE-Rexecode, parue dans le journal Opinion du 19 janvier 2017, remet les pendules à l’heure et tord le cou à cette autosatisfaction générale.

http://www.peupledefrance.com/2018/01/economie-non-la-france-ne-va-pas-mieux.html

Depuis 2000, notre part de marchés en Europe est passée de 17% à 13% !

Le déficit commercial chronique de 60 milliards est dû à l’effondrement de notre tissu industriel.

Les exportations allemandes ont cru de 10% depuis 2000. Elles ont baissé de 24% pour la France.

Merci les 35 heures que Macron n’a pas osé supprimer !

Nos coût salariaux ont augmenté de 52% depuis 2000 et de seulement 35% en Allemagne.

Notre agriculture décline. 25000 exploitations sont au bord de la faillite et 1/3 des agriculteurs vivent avec moins de 350 euros par mois.

Si la France reste le premier producteur agricole d’Europe, elle n’est plus que le troisième exportateur.

Le chômage n’a pas baissé en 2017. Nous avons plus de 6,5 millions de chômeurs avec les DOM.

La dette de 2200 milliards, soit 98% du PIB, augmente toujours puisque les déficits chroniques restent la règle budgétaire et vu que les taux repartent à la hausse.

En 2016, la France empruntait à 0,37%.

Les lumières qui nous gouvernent en ont profité pour emprunter davantage au lieu de réduire les déficits.

Mais aujourd’hui, les taux repartent. La FED a augmenté ses taux pour la troisième fois et la BCE devra suivre.

Rappelons une étude de Standard and Poor’s, qui affirmait que sans réformes économiques décisives, la dette française atteindrait 166% du PIB en 2050, suite à ses dépenses de retraites et de santé.

Car les seuls intérêts engloutissent davantage que la croissance annuelle !

2 points de PIB, soit 42 milliards, alors que la croissance est de 1,7%, soit 37 milliards.

Tout notre niveau de vie repose artificiellement sur l’emprunt. Nous vivons à crédit mais sans jamais rembourser la dette. C’est criminel pour les générations futures.

Et que dire de l’immigration qui engloutit 3 à 4 points de PIB chaque année !!!

Entre l’immigration et la charge de la dette, la France s’appauvrit de plus de 100 milliards chaque année, alors qu’elle crée à peine 40 milliards de richesses.

C’est là toute l’explication de notre déclin et de notre endettement colossal.

https://www.polemia.com/84-milliards-cout-budgetaire-de-limmigration-selon-le-rapport-posokhow/

http://www.le-cout-de-la-politique-migratoire.fr/debats-d-experts/

Chaque jour on s’enfonce un peu plus. C’est la descente aux enfers que les élus refusent de regarder, repoussant le problème d’année en année, dans le seul espoir d’être réélus avant la faillite.

Evidemment, dire la vérité et promettre du sang et des larmes, ça n’est guère porteur…

On emprunte pour surnager. 185 milliards seront empruntés en 2018 pour préserver notre niveau de vie sur le dos de nos enfants, qui paieront un jour l’irresponsabilité des bons à rien qui nous gouvernent.

Emmanuel Macron a beau être le chouchou des médias internationaux, alors que Trump est leur bête noire, question bilan, y a pas photo.

Trump a fait 10 fois plus de véritables réformes productives en 1 an, que la France en 20 ans.

Jacques Guillemain




Haïti pays de merde : Réponse aux Haïtiens mécontents !

Il y a quelques jours, nous avons publié un article qui prenait la défense du président des États-Unis, Donald Trump, et qui démontrait qu’Haïti est bel et bien un pays de merde.

Trump a raison : Haïti est un pays de merde, même le Quai d’Orsay le dit !

Cet article, qui a été très lu (plus de 12.000 lecteurs déjà), reprenait de larges extraits du dossier, mis en ligne par le Ministère des Affaires Étrangères sur son site officiel, sur les conseils relatifs à la sécurité et à la santé pour les Français désirant se rendre en Haïti. (1)

Haïti, pays de merde

Voici le résumé du dossier du Quai d’Orsay consacré à ce pays : Haïti est un pays extrêmement dangereux, qui connaît une criminalité très élevée, qui est ravagé régulièrement par des cyclones et par des séismes très violents, et dans lequel règnent de nombreuses maladies graves (choléra, dengue, paludisme, chikungunya, zika, tuberculose, rage).

Pour parachever ce tableau, on pourrait aussi mentionner les hôpitaux dans un état lamentable et sous-équipés, le système éducatif délabré, les réseaux de distribution d’eau et d’électricité quasi inexistants dans les trois quarts du pays (2), l’anarchie régnant à tous les niveaux, la corruption généralisée et l’extrême pauvreté (164e PIB par habitant sur 184 pays). (3)

Réactions de Haïtiens mécontents

En réaction à cet article, des Haïtiens ont exprimé leur mécontentement, voire leur colère, dans la rubrique des commentaires.

Voici un florilège de ces réactions (nous avons évidemment corrigé l’orthographe, le français n’étant que la seconde langue des Haïtiens, après le créole) :

« Vous qui ne pensez qu’à vous et jamais au malheur de vos prochains, qui croyez que le fait d’être riche vous donne le droit de cracher sur les pauvres, sachez que nous allons tous devenir de la merde, que l’on soit Français ou Haïtiens, riches ou pauvres, nous partirons tous et laisserons la terre telle que nous l’avions trouvée, méditez cela. »

« Arrêtez de dénigrer mon pays qui est Haïti, ne laissez pas votre confort et vos biens matériels vous faire penser que vous valez mieux qu’un autre être humain dans le besoin, la maladie et la souffrance n’ont pas de frontière ni de couleur, réveillez-vous et réformez vos cœurs, car Jésus est mort pour sauver nos âmes et non pour accentuer cette insensibilité. »

« Aujourd’hui, ce sont les Haïtiens qui ont des difficultés, demain votre tour viendra, on récolte ce qu’on a semé. Enrichissez-vous, réjouissez-vous du malheur des autres, le vent va tourner. La terre et ses richesses n’appartiennent à personne, vous êtes stupide de croire le contraire. »

« Vous ne connaissez rien de notre pays et pourtant vous insultez tout un peuple. Les Haïtiens ne sont pas des chiens, ce sont des êtres humains comme vous tous. Le pays a des problèmes, je le conçois, mais chaque pays du monde a ses problèmes à gérer. »

« Certes, Haïti est un pays dangereux et tout ce que vous dites, mais c’est pas une raison de dire que c’est un pays de merde ! Haïti a ses défauts et ses qualités, la seule chose que vous savez faire, c’est de trouver tout ce qu’il y a de mauvais et le dire au grand jour, mais qui parle de ce qu’il y a de bien ? Pourtant, je pense pas que vous êtes meilleurs qu’Haïti ! »

« Haïti est un pays merveilleux qui a de belles plages, nous avons le sang de nos ancêtres qui coule dans nos veines, nous sommes fiers d’être Haïtiens, c’est peut-être pas le meilleur pays au monde mais nous avons survécu à beaucoup de choses, tous les pays ont leurs problèmes, occupez-vous du vôtre et arrêtez de critiquer notre magnifique pays, dans le fond vous êtes jaloux de notre pays, de ne pas avoir nos gènes, notre fierté, notre histoire, nos forces, notre nourriture qui est délicieuse, nos cultures, nos danses, nos températures, notre paysage tropical. »

« Après avoir pillé et ravagé Haïti, vous le traitez ainsi ? Les maladies et les fléaux vont ravager aussi votre pays, chacun son tour. Vous êtes ce que vous êtes au détriment des plus pauvres. Vous êtes méchants, Dieu vous visitera un jour ! »

« Après le tremblement de terre,les gens que vous avez envoyées n’étaient que des colis empoisonnés apportant zika, chikungunia et choléra. Dieu fera justice à Haïti à qui les puissances de merde nuisent chaque jour. Un jour, vous aurez tellement de tribulations dans votre pays de merde, vous voudrez entrer à Haïti et elle ne vous acceptera pas. »

« C’est vous qui avez apporté les maladies, comme zika, choléra, etc., parce que vous avez l’habitude de coucher avec des bêtes, alors fermez votre gueule de merde et laisser notre pays tranquille, bande de sans-mémoire. »

« S’il y a la corruption en Haïti, la France et les États-Unis y sont grandement impliqués. C’est en déstabilisant notre Haïti chérie que vous en profitez pour piller nos richesses. Haïti a aidé les États-Unis à avoir leur indépendance. Les Français ne peuvent pas nous aimer, parce qu’on les avait humiliés pour conquérir notre indépendance en 1804. »

« Haïti est un pays de merde aujourd’hui, car les Français l’ont exploité pour construire leur pays et pour s’enrichir, mais n’oubliez pas la honte que ce pays de merde avait infligé à l’armée napoléonienne en 1804. Haïti est un pays de merde aujourd’hui parce que les Américains ne cessent pas de voler ses richesses, mais les ingrats Américains ont oublié que Haïti avait financé leur guerre d’Indépendance. »

« Si nous sommes pauvres, malades et tout ce que vous dites d’autre, c’est la France le premier responsable, et rappelez-vous que ce pays, ce peuple que vous traitez de merde avec Trump, vous a foutu la honte de votre vie en 1804, alors que vous étiez armés jusqu’aux dents et que nous nous n’avions que des couteaux et des machettes. Vous êtes tous des merdes ! »

« En 1804, Haïti est arrivé à vaincre votre armée, qui venait conquérir les richesses des petits pays. Vive Jean Jacques Dessalines qui faisait couler le sang empoisonné des Français de merde. »

« Les Haïtiens préfèrent vivre dans la misère, au lieu d’accepter d’avoir des relations avec des bêtes comme vous le faites chaque jour. Ils veulent vivre sans se souiller avec l’homosexualité qui est la source principale de ces maladies que l’auteur mentionne dans son article de merde. »

« Vous les Blancs, vous couchez avec des bêtes et avec des personnes du même sexe que vous, vous couchez même avec vos mères et vos pères, bande de sale race ! Vous n’avez aucune gêne et maintenant vous vous permettez de parler mal des petits pays, mais vous êtes qui vous ? Bande de racistes ! »

Analyse des réactions

Passons sur les insultes ordurières, les mensonges extravagants, l’arrogance enfantine, l’ignorance crasse, et le racisme agressif de certains de ces commentaires, qui ne font que justifier la mauvaise réputation d’Haïti, et qui confirment indirectement les études du professeur Richard Lynn, selon lesquelles le QI moyen à Haïti est de 67. (4)

D’autres commentaires expriment une émotion respectable, un amour de son pays, et des reproches non justifiés mais poliment formulés.

Nous avons donc décidé de répondre à cette émotion et à ces reproches, provoqués par notre article sur « Haïti pays de merde ».

Réponse aux Haïtiens mécontents

C’est vrai, votre pays n’a pas de chance : il est frappé chaque année par des cyclones violents, et régulièrement par des tremblements de terre, dont certains sont dévastateurs, parce qu’il est situé dans une zone sismique active, entre deux plaques tectoniques, et parce qu’une faille sismique traverse votre capitale (faille « Enriquillo-Plaintain Garden »).

Les tremblements de terre

Oui, le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a été un cataclysme effroyable, que personne ne souhaiterait vivre. Il a fait près de 300.000 morts, 300.000 blessés et 1,2 million de sans-abris, dans votre pays de 11 millions d’habitants. (5)

Mais cela faisait des siècles que ce risque sismique était connu, et malgré cela vous aviez continué à construire des maisons fragiles, ne répondant pas aux normes parasismiques, sans permis de construire, empilées les unes sur les autres de manière sauvage, dans les bidonvilles qui couvrent les alentours de Port-au-Prince.

Des milliers de morts auraient pu être évités à Port-au-Prince, si Haïti avait eu la volonté politique et les moyens financiers de mettre en œuvre un plan de réduction des risques et de lancer une campagne de prévention pour informer sa population. Un tremblement de terre de cette magnitude (7 à 7,3), dans un pays préparé à y répondre, aurait causé infiniment moins de victimes et de dégâts.

De plus, la pauvreté, la corruption, l’anarchie et l’insécurité qui pré-existaient dans votre pays ont grandement compliqué la tâche des sauveteurs et aggravé la mortalité.

L’aide internationale

Oui, le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a été un cataclysme effroyable, qui a ému toute la planète, et entraîné un élan de solidarité internationale parmi les plus importants de toute l’Histoire.

Oui, l’écrasante majorité de l’aide internationale a financé l’intervention des secouristes occidentaux (militaires américains et brésiliens, ONG internationales, casques bleus de l’ONU…) et la livraison de nourriture et de médicaments, et seule une petite partie de cet argent a été directement versée à des Haïtiens.

Mais cela a été fait délibérément, afin d’éviter que les nombreux gangs de votre pays ne volent cet argent et que vos dirigeants corrompus ne le détournent pour s’enrichir personnellement.

Et 8 ans après, où en est la reconstruction de votre pays ? Pourquoi si peu de bâtiments et d’infrastructures ont-ils été reconstruits ?

L’annulation de la dette

Rappelons aussi qu’avant ce tremblement de terre, en 2009, dans le cadre de l’initiative Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) de la Banque mondiale et du FMI, 1,2 milliard de dollars de la dette d’Haïti avaient été annulés, sur 2,1 milliards de dette totale. (6)

La communauté internationale vous aide donc de façon très importante, depuis des années. Mais que faites-vous de cette aide ? Pourquoi votre pays est-il toujours aussi arriéré, malgré ces aides énormes ?

Nous sommes lassés de voir que les aides que nous vous envoyons ne servent quasiment à rien, et que votre pays reste bloqué dans la misère, l’insécurité, l’anarchie, la corruption.

Les cyclones

Oui, les cyclones ravagent régulièrement votre pays, causant des dégâts et des morts, comme l’ouragan Matthew, en octobre 2016, qui a détruit des dizaines de maisons et tué plus de 3700 personnes. (7)

Mais quelles mesures votre pays a-t-il prises contre ces cyclones ? Pourquoi n’a-t-il pas mis en place un réseau d’alerte afin que la population (et surtout les plus pauvres, qui vivent dans des cabanettes en tôle ondulée) puisse s’abriter à temps ? Pourquoi n’a-t-il pas construit des abris et des bâtiments paracycloniques ? Pourquoi n’a-t-il pas creusé des fossés pour stopper ou détourner les coulées de boues provoquées par les pluies diluviennes en raison de la déforestation de votre pays, coulées de boue qui tuent de nombreuses personnes chaque année ?

Le choléra

Oui, l’épidémie de choléra qui a frappé Haïti en 2010, y faisant plus de 2000 morts, a probablement pour origine un camp des Casques bleus de l’ONU abritant des soldats népalais (le choléra est endémique au Népal), venus dans le cadre de l’opération de sauvetage après le tremblement de terre.

Mais c’est une entreprise haïtienne, Jetco, qui était chargée de la collecte des excréments dans cette base, et qui les aurait déversés dans un affluent de la rivière Artibonite, causant ainsi cette épidémie. (8)

Le zika et le chikungunya

Oui, le zika (premiers cas connus en Ouganda dans les années 1970) et le chikungunya (premiers cas connus en Tanzanie en 1952) ont été apportés par des voyageurs en Haïti, comme dans des dizaines d’autres pays de la planète (dont la France et les États-Unis). (9)

Mais qu’avez-vous fait pour éliminer les moustiques Aedes, qui transmettent ces virus ? Pourquoi votre gouvernement n’a-t-il pas lancé des campagnes d’épandage d’insecticides adaptés (comme le Bangladesh l’a fait) ? Pourquoi la population ne fait-elle rien pour supprimer les gîtes où ces moustiques pondent leurs œufs (récipients divers, pneus usagés, détritus, etc.) ?

Si tous les habitants des bidonvilles d’Haïti décidaient de ramasser les ordures et déchets qui encombrent et contaminent les lieux où ils vivent, en quelques jours cette source de contamination et de reproduction en masse des moustiques serait supprimée.

La pauvreté

Non, nous ne méprisons pas les pauvres : nous avons des pauvres en France aussi, et nous sommes choqués et excédés de constater qu’Emmanuel Macron et le gouvernement français préfèrent aider des immigrés clandestins venant du Tiers Monde, plutôt que nos compatriotes pauvres.

C’est pour cela que nous aimons le remarquable président des États-Unis, Donald Trump : parce qu’il se préoccupe de ses compatriotes et non des étrangers, parce qu’il fait passer son pays avant les autres pays, parce qu’il agit jour après jour pour développer son pays et mettre fin à la dilapidation de son argent (lutte contre l’immigration clandestine, expulsion des Haïtiens et des Salvadoriens, diminution des contributions à l’ONU, arrêt des aides aux ennemis des États-Unis, etc.).

Donald Trump donne une leçon au monde entier, en montrant comment un véritable dirigeant agit en faveur de son peuple !

L’amour de son pays

C’est très bien d’être fiers de votre pays et d’aimer Haïti. Mais si vous l’aimiez réellement, vous agiriez pour le sortir de sa misère catastrophique, vous travailleriez à le développer, au lieu de vous contenter de vivre de l’aide internationale ou d’émigrer vers les pays occidentaux pour y vivre des aides sociales.

L’indépendance de 1804

C’est très bien d’être fiers que votre pays soit devenu la première République noire libre du monde, en 1804, après la Révolution haïtienne dirigée par Toussaint Louverture et achevée par Jean-Jacques Dessalines. (10)

L’auteur de cet article pense que la France n’avait rien à faire à Haïti, et soutient le droit des peuples à se diriger eux-mêmes. Mais ce droit à vous diriger vous-mêmes, vous l’avez depuis 1804, et qu’avez-vous fait depuis cette date ? Pourquoi n’avez-vous quasiment pas évolué, en 214 ans ? Comment se fait-il que votre pays soit l’un des pires du monde dans tous les domaines, alors que vous avez eu 214 ans pour le développer librement ?

Et comment se fait-il que la République Dominicaine, qui se trouve sur la même île qu’Haïti, et qui est elle aussi exposée aux cyclones et aux tremblements de terre, a un PIB par habitant 7 fois plus élevé que votre pays (12.173 dollars contre 1703 dollars) ? (3)

Prendre son destin en main

Pouvez-vous comprendre que nous en avons assez de vous aider, sans résultat apparent ? Pouvez-vous comprendre que nous en avons assez de voir notre argent, que nous avons gagné à la sueur de notre front, être dilapidé en aides internationales par notre gouvernement et disparaître en corruption et incompétence dans votre pays et dans les autres pays du Tiers-Monde, depuis des décennies ?

Quand cesserez-vous de trouver des excuses à l’échec patent de votre pays ? Quand cesserez-vous d’accuser autrui de votre échec personnel ?

Devenez adultes, et mettez-vous à travailler pour développer votre pays ! Nettoyez vos rues et vos bidonvilles ! Construisez des bâtiments répondant aux normes parasismiques et paracycloniques ! Luttez contre la corruption qui gangrène votre pays et évincez les dirigeants corrompus ! Assainissez les finances de votre pays, créez des banques, créez des entreprises ! Mettez-vous au boulot, au lieu de passer votre temps à pleurnicher ! (11)

Prenez enfin votre destin en main, comme tous les peuples devraient le faire !

Arsène Rouletabille

Notes :

1) Conseils par pays : Haïti

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/haiti/

2) Haïti 3e pire pays au monde en terme d’accès à l’électricité

http://www.haitilibre.com/article-23305-haiti-flash-haiti-3e-pire-pays-au-monde-en-terme-d-acces-a-l-electricite.html

« Dans le dernier rapport ‘The Spectator Index’ publié cette semaine, Haïti se retrouve classé pour l’année 2017, comme le 3e pire pays au monde sur 137 pays en termes d’accès à l’électricité, juste derrière le Nigeria (2e) et le Yémen (1er).

Un classement qui n’étonnera personne, tant les coupures de courant sont nombreuses dans notre pays qui, précisons-le, est le seul pays dans l’hémisphère occidental où seulement 30% de la population a un accès à l’électricité et 6% en milieu rural. »

3) Liste des pays par PIB par habitant

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_par_habitant

4) Seuls six pays ont un QI moyen inférieur à celui d’Haïti : Gambie, Cameroun, Gabon, Mozambique, Sainte-Lucie, Guinée Équatoriale.

Classement mondial des pays selon leur QI moyen

https://iq-research.info/fr/page/average-iq-by-country/

5) Séisme de 2010 à Haïti

https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9isme_de_2010_%C3%A0_Ha%C3%AFti

6) Haïti reçoit 1,2 milliard de dollars américains pour l’allégement de sa dette

http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/PAYSEXTN/LACINFRENCHEXT/0,,contentMDK:22232356~pagePK:146736~piPK:226340~theSitePK:488765,00.html

7) Ouragan Matthew

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouragan_Matthew

8) Questions autour de l’origine de l’épidémie de choléra en Haïti

http://www.rfi.fr/ameriques/20101025-questions-autour-origine-epidemie-cholera-haiti

9) Zika : informations et traitements

https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/zika

Chikungunya : informations et traitements

https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/chikungunya

10) Révolution haïtienne

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_ha%C3%AFtienne

11) C’est, en somme, ce que vient de déclarer le Conseil National Spirituel des Églises d’Haïti (CONASPEH) :

« Les Haïtiens devraient tout d’abord se décider à ne plus jeter des déchets dans les rues, comme ils le font tous les jours. Les dirigeants, de leur côté, devraient envisager des mesures susceptibles de combattre l’insécurité dans le pays afin d’attirer plus de touristes et profiter pleinement de nos atouts et potentiels. Il est temps pour Haïti d’avoir des dirigeants ayant pour priorité les intérêts nationaux. »

CONASPEH : « La déclaration de Trump est une opportunité pour Haïti »

http://www.loophaiti.com/content/conaspeh-la-declaration-de-trump-est-une-opportunite-pour-haiti




Quand un journaliste de l’Obs interroge une maoïste islamophile…

Écrivain Indien et propagandiste d’un socialisme mortifère au nom de l’humanisme à géométrie variable

Il m’arrive de lire de temps en temps, des hebdos de la bien pensance. Je suis tombé sur un article de Didier Jacob de l’Obs qui ne m’a pas étonné par son manque de sens critique.  

Il a interrogé Arundhati Roy, une romancière gauchiste vivant en Inde et qui manifestement a des jugements à géométrie variable, ou au minimum se moque de l’équilibre des faits !  Cette romancière ayant fait ses armes dans la jungle avec les maoïstes ne s’embarrasse pas de contradictions.

Ce journaliste sous le charme, ou partageant son discours, participe à cette désinformation ambiante des lecteurs en général, ceux de son journal en particulier. Il est certain, que Didier Jacob sort du même bain que tous les adorateurs de Che Guevara. Qu’importe la réalité, pourvu que l’on ait le romantisme comme dirait Anne Hidalgo.

Elle lutte contre le « capitalisme sauvage« , persuadé à son âge que le socialisme ne l’est pas ! Elle défendrait la veuve et l’opprimé dixit le « Time » américain dont on connait sa tendance démocrate et son manque d’objectivité politique !

Alors elle mène un combat pour soutenir les Dalits, et les musulmans !

1/ Les premiers étant les intouchables, une caste condamnée aux travaux les plus indignes, même si désormais, ce n’est plus tout à fait le cas du fait de l’instauration d’un quota pour les intégrer dans les écoles, universités, partis politiques et parlements !

2/ Les seconds qui, comme partout où il y a des adeptes de l’islam, utilisent la victimisation. Qu’importe si l’islam est capable de la même violence envers les Hindous et les Sikhs, que ceux-ci avec les musulmans. D’autant que l’histoire est présente ! Les indiens n’ont pas oublié les massacres des occupants musulmans envers ceux qu’ils considéraient comme des polythéistes. (Source) Ils n’ont pas oublié que ce sont les dirigeants musulmans qui ont obtenu la partition de l’Inde au moment de l’indépendance en 1948 en formant le Pakistan !  

Il est particulièrement étonnant de lire cette contradiction profonde sur la condition féminine ! Quand des femmes en sont réduites à se battre, dans la jungle, avec des fusils, quand des collégiennes se retrouvent à lancer des pierres, il est temps de s’interroger sur la situation, parce que, pour que les femmes en arrivent là, c’est qu’il y a vraiment un problème.

Les femmes maoïstes du Cachemire seraient-elles plus dignes d’intérêt que les femmes musulmanes des 57 pays de l’OCI. Voici ce qu’elle dit sur l’Inde : à Delhi, aujourd’hui, vous pouvez être exécuté parce que vous avez épousé un musulman ou un intouchable. Pourquoi ne dit-elle rien sur ces femmes qui dans des pays musulmans les plus rétrogrades, sont pendues, lapidées, pour avoir été violées, ou pour s’être défendues en tuant leurs agresseurs ? Pourquoi cette gauche internationaliste est-elle pro-islam ? Madame Arundhati Roy, romancière et idéologue est-elle à ce point aveugle, sourde et muette ?

Pourquoi un journaliste est-il incapable de poser des questions simples, et de rééquilibrer le discours de cette femme probablement généreuse et humaniste, mais qui comme beaucoup de ces personnages hors sol, ne veulent voir qu’une partie du problème !

Ce qui nous éclaire tout à fait sur son parti pris, celui de la romancière, celui du journaliste, c’est cette question qui tue !

Didier Jacob : Comment jugez-vous la présidence Trump ?

Réponse : Trump, c’est ce qui arrive quand un système particulièrement toxique tombe en panne. C’est la différence avec Modi (Le Président de l’Inde) qui, lui, est le système. Trump est un outsider, une aberration, un enfant sans contrôle qui s’amuse avec de gros jouets. Comment un type comme lui a-t-il pu être élu à la tête de la plus grande puissance nucléaire mondiale ? Il est probablement malade. Il a besoin d’aide.

Par cette réponse aberrante, tout est dit sur sa façon de penser. Elle est celle de toute cette gauche internationale bien-pensante, pro islam, pro immigration. Elle est celle de tous ces pseudo révolutionnaires à deux sous, qui vous mettent dans des cases, et vous exécutent comme étant des déviants parce que vous ne pensez pas comme eux.

Le socialisme au nom de l’humanisme, et l’alter-mondialisme, cet hybride venu de la chute du communisme mortifère, sont les pires choses qui nous sont tombées dessus en plus de l’islamisation. Ce sont les mêmes, artistes, écrivains, intellectuels, propagandistes, dictateurs et « sans culotte » qui, depuis leurs idéaux humanistes, leur soif de justice à tout prix, ont fabriqué des camps, exécuté des femmes et des hommes, et ont mis en place des milliers d’Oradour Sur Glane sur toute la planète au nom de leurs bons sentiments !  Madame Arundhati Roy est sans le savoir, une héritière et aussi une main tendue à un islam qui attend son heure pour sonner la fin de la récréation !

Gérard Brazon (Libre expression)




Trump a raison : Haïti est un pays de merde, même le Quai d’Orsay le dit !

Le 11 janvier 2018, le président américain, Donald Trump, a rejeté un plan sur l’immigration que venait de lui présenter une délégation « bipartisane » de sénateurs Démocrates et Républicains, lors d’une réunion à la Maison-Blanche.

À cette occasion, Trump aurait déclaré en privé qu’il ne voyait aucun intérêt pour les États-Unis à recevoir des gens venant de « pays de merde » (« shitholes »). (1)

Cette déclaration a provoqué un tollé chez les bien-pensants et autres gauchistes décérébrés de toute la planète, qui se sont mis à déverser les insultes sur le président de la plus remarquable et plus puissante démocratie de la planète, parce qu’il a commis le crime suprême : vouloir protéger ses compatriotes contre l’immigration de masse et ses effets destructeurs.

Quels sont les pays traités de « pays de merde » ?

Selon certains participants à cette réunion, les pays visés étaient le Salvador, Haïti et les pays d’Afrique.

Rappelons que, le 20 novembre 2017, le président Trump a annoncé sa décision de supprimer le « Statut Protégé Temporaire » (TPS, « Temporary Protected Status ») pour les Haïtiens vivant aux États-Unis.

En conséquence, à partir du 22 janvier 2018, plus aucun Haïtien ne pourra bénéficier de ce statut, et 18 mois plus tard, le 22 juillet 2019, les 60.000 Haïtiens bénéficiant jusqu’à présent de ce statut devront avoir quitté les États-Unis. (2)

Souvenir personnel de Haïti, « zone de guerre »

L’auteur de cet article est un ancien membre des Forces Spéciales françaises. Lors d’une opération qui n’a toujours pas été rendue publique, il a été déployé, avec plusieurs membres de son commando, à Haïti. Les recommandations de leur supérieur étaient simples : « Considérez tout le pays comme une zone de guerre ».

Selon le Quai d’Orsay, Haïti est un pays de merde

Le Ministère des Affaires Étrangères offre, sur son site officiel, des « Conseils par pays », concernant la sécurité et la santé, pour les Français désirant se rendre dans un pays étranger.

Le dossier consacré à Haïti est éloquent : Haïti est un pays extrêmement dangereux, qui connaît une criminalité très élevée, qui est ravagé régulièrement par des cyclones et par des séismes très violents, et dans lequel règnent de nombreuses maladies graves (choléra, dengue, paludisme, chikungunya, zika, tuberculose, rage). (3)

Pour parachever ce tableau, on pourrait aussi mentionner les hôpitaux dans un état lamentable et sous-équipés, le système éducatif délabré, les réseaux de distribution d’eau et d’électricité quasi inexistants dans les trois quarts du pays, l’anarchie régnant à tous les niveaux, la corruption généralisée et l’extrême pauvreté (164e PIB par habitant sur 184 pays). (4)

Le dossier du Quai d’Orsay sur Haïti

Voici de larges extraits du dossier du Quai d’Orsay sur Haïti : (3)

Criminalité, délinquance et troubles à l’ordre public

La violence criminelle est très importante, notamment dans les deux principales villes du pays, Port-au-Prince et Cap-Haïtien, où la circulation des armes à feu est élevée.

Une recrudescence d’actes de brigandage et de blocus routiers est constatée, affectant des territoires jusqu’alors épargnés. Des étrangers sont régulièrement la cible d’agresseurs se déplaçant à moto. Assez fréquemment, des automobilistes font l’objet d’embuscades de groupes armés et sont dépouillés de leurs effets personnels. Dans une telle situation, il est recommandé de ne pas opposer de résistance.

Par ailleurs, des enlèvements peuvent avoir lieu, contre rançon. Les étrangers peuvent être ciblés. Il est recommandé de faire preuve de la plus grande vigilance et discrétion, de proscrire les signes ostentatoires de richesse, d’éviter les déplacements nocturnes à pied.

Agressions à main armée à la sortie de l’aéroport de Port-au-Prince

Face à la fréquence des agressions à main armée, parfois mortelles, sur le trajet de l’aéroport, visant les voyageurs, y compris dans le cadre de visites familiales, il est rappelé qu’il est fortement conseillé :

d’organiser votre accueil par des proches ou par des personnes de confiance ;

de respecter la plus grande discrétion sur l’objectif et les modalités de votre déplacement, ainsi que sur votre adresse de destination finale ;

de ne pas porter des vêtements, des accessoires ou des bagages de valeur ;

de limiter au minimum le transport d’objets de valeur et de sommes d’argent liquide, en privilégiant les transferts par voie bancaire.

Les attaques visent les véhicules empruntés à la sortie de l’aéroport, le jour de l’arrivée, à la suite de repérages opérés par des gangs. Il est recommandé de privilégier les horaires d’arrivée permettant de réaliser les déplacements avant la tombée de la nuit. En cas d’arrivées tardives, il est recommandé de privilégier les voiries éclairées et d’éviter les quartiers périphériques. Il peut s’avérer plus prudent de passer la nuit dans l’un des hôtels qui se trouvent à proximité immédiate de l’aéroport.

Agressions consécutives à un retrait d’argent

En raison de la fréquence de ces agressions, il est rappelé qu’il est important de manipuler ses moyens de paiement avec précaution et avec la plus grande discrétion. Les retraits dans les agences bancaires et aux distributeurs situés dans les lieux publics sont à proscrire, car des agressions violentes sont commises à l’occasion de ces retraits.

Recommandations

D’une manière générale, il est nécessaire d’exercer une vigilance renforcée, de s’assurer des conditions d’accueil, d’hébergement et de transport sécurisées et de respecter scrupuleusement un certain nombre de règles :

éviter de se déplacer dans les quartiers populaires et les bidonvilles, notamment, pour ce qui est de la capitale, à Cité Soleil, Martissant, Carrefour, Jean-Marie Vincent et Bel Air, ainsi qu’aux abords du port et de l’aéroport de Port-au-Prince ;

renoncer à l’utilisation de motos-taxis et aux déplacements à pied, notamment la nuit. Toujours verrouiller les portières de son véhicule. Si un déplacement nocturne était nécessaire, il est recommandé de ne pas être seul au volant de son véhicule et d’informer son entourage du trajet envisagé ;

la région frontalière avec la République dominicaine, peu sécurisée, est le lieu de nombreux trafics et de violences récurrentes. Plusieurs incidents ont été signalés, au cours desquels des étrangers ont été pris à partie par des hommes armés. Il est conseillé de privilégier l’entrée en Haïti par la voie aérienne en organisant votre accueil.

Piraterie maritime

Les eaux territoriales haïtiennes ne sont pas surveillées ; elles sont réputées être un lieu de passage privilégié pour le trafic de drogue en provenance d’Amérique du Sud.

Compte tenu des incidents et tentatives d’actes de piraterie qui ont affecté des plaisanciers, notamment étrangers, il est déconseillé de mouiller devant les côtes haïtiennes.

Risques naturels

Cyclones – Chaque année, de juin à novembre, Haïti est touchée par des cyclones. Plus que les vents, ce sont les précipitations, les inondations et les crues qui entraînent des pertes en vies humaines et mettent parfois en danger nos compatriotes.

Séismes – Comme la plupart des îles des Caraïbes, Haïti est située dans une zone à fort risque sismique. Le pays a été frappé, le 12 janvier 2010, par un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter, qui a fait des centaines de milliers de morts et de blessés.

Les maladies

Choléra – Les autorités sanitaires appellent la population à la prudence en raison d’un risque avéré de résurgence de l’épidémie de choléra dans plusieurs régions du pays.

Dengue – Cette maladie virale transmise par les piqûres de moustiques impose le respect des mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). Cette affection pouvant prendre une forme potentiellement grave, il convient de consulter un médecin en cas de fièvre.

Paludisme (malaria) – Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques est présente dans les zones rurales.

Chikungunya – Le virus du chikungunya est présent sur l’ensemble du territoire haïtien. Le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques infectés. Elle se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires).

Zika – Haïti est touché par le virus Zika. Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes et par voie sexuelle. La survenue de complications graves, telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques, comme des syndromes de Guillain-Barré, sont possibles.

Tuberculose – Elle est endémique en Haïti, où plusieurs foyers à souche résistante ont en outre été détectés. Compte tenu de la virulence de cette pathologie particulière, il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de toux persistante, de grande fatigue ou de fièvre.

Rage – Il s’agit d’une maladie virale potentiellement grave, essentiellement transmise par les morsures ou griffures de mammifères (souvent le chien ou le chat). Vaccinée ou non, toute personne mordue par un animal doit consulter un médecin sans délai. Au moins un cas mortel a été signalé dans la capitale en 2014.

Trump a raison : Haïti est bel et bien un pays de merde !

Ainsi, le Quai d’Orsay lui-même donne raison au président américain : Haïti est bel et bien un pays de merde ! Il est donc légitime de s’opposer à l’immigration de ressortissants de ce pays de merde !

Les gens qui critiquent et insultent Donald Trump ne sont que des menteurs de merde, des falsificateurs de merde, des propagandistes de merde, des tiers-mondistes de merde, des anti-occidentaux de merde, des immigrationnistes de merde !

Vive le président Donald Trump !

Arsène Rouletabille

Notes :

1) Voir notre article précédent, qui détaille les circonstances de cette réunion à la Maison-Blanche, qui explique ce qu’est un « shithole », et qui expose le plan du président Trump contre l’immigration de masse :

Cabale contre Trump : Jack Lang est un raciste de merde !

https://ripostelaique.com/cabale-contre-trump-jack-lang-est-un-raciste-de-merde.html

2) Temporary Protected Status Designated Country: Haiti

https://www.uscis.gov/humanitarian/temporary-protected-status/temporary-protected-status-designated-country-haiti

3) Conseils par pays : Haïti

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/haiti/

4) Liste des pays par PIB par habitant

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_par_habitant




Leïla Slimani, pour le meilleur et le pire…

Leïla Slimani est née le 3 octobre 1981 à Rabat au Maroc. Elle est issue d’une famille musulmane bourgeoise. Son père est un banquier et donc, n’a guère manqué de moyens jusqu’ici. Ce n’est pas la misère qui la fait venir à Paris.

J’ai pour Leïla Slimani une sympathie certaine, n’en déplaise à certains grincheux qui pourraient ne voir en elle qu’une immigrée de plus. Mais je reste quand même prudent !

Elle est journaliste et un écrivain franco-marocain qui a reçu le prix Goncourt 2016 pour son deuxième roman. Une franco-marocaine de plus dans les allées du pouvoir ou pas loin, et avec bien d’autres avant elle, puisqu’elle est en charge en France, de la francophonie. A se demander s’il reste encore dans nos belles provinces, des femmes ayant un minimum d’intelligence, de culture, et de moyens d’expression. Cela est dit sans animosité, mais tout de même, le monde politique et les médias nous font toute un panégyrique de ces femmes franco-marocaines nées au Maroc, comme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education Nationale, Myriam El Khomri, ministre du travail et Souâd Ayada, Présidente du conseil supérieur à l’Education Nationale et  « spécialiste de la spiritualité islamique ».  Elles ont fait c’est vrai, des parcours exceptionnels ! Pourquoi pas au Maroc reste la question ? 

Cela peut tout de même interroger sur cette volonté de privilégier les unes, par rapport aux autres ! Pas comme nos tristes Députés de type Danielle Obono des Insoumis, et autres Laëtitia Avia de LREM mordeuse de chauffeur de taxi !

Il reste que Leïla Slimani est franchement atypique, franche du collier et ne s’embarrasse pas de mots, (du moins jusqu’à ce dernier week-end), qui relèvent de l’enfumage médiatique comme savent le faire tous ces journalistes qui tentent de noyer les lecteurs et auditeurs. Je peux d’ailleurs comprendre ces journalistes qui vivent sur un terrain miné, et défendent férocement leur pitance ! Les sphères de la liberté d’expression sont limitées et cadrées. Sorti des recettes de cuisine, il ne reste plus guère de place à la libre expression politique ! Surtout si vous n’avez aucun talent pour sortir du rang !  

Comment ne pas trouver sympathique cette femme dite libérée qui écrit : Marcher dans la rue. Prendre le métro le soir. Mettre une minijupe, un décolleté et des hauts talons. (…)Voyager seule. Boire seule un verre en terrasse. (…) Draguer un homme, changer d’avis, (…) je réclame le droit de ne pas être importunée. Le droit de ne même pas y penser. Je revendique ma liberté à ce qu’on ne commente pas mon attitude, mes vêtements, ma démarche, la forme de mes fesses, la taille de mes seins. (…) ?  Les mêmes droits que les hommes en somme !

 Ce dernier Week-end, j’ai été désagréablement surpris de l’entendre se ranger aux côtés de la bien pensance anti Trump au sujet des « pays de m… »!  Je constate l’unanimité des discours, et vérifie que personne n’a donné la définition plus politique de shithole countries : un endroit extrêmement sale, ou désagréable. Mais comme c’est Donald Trump ! Alors on peut y aller ! On peut lui tomber dessus et gare à celui qui serait timoré, qui demanderait des éclaircissements, des explications.

Ce fameux Donald Trump, ainsi que Vladimir Poutine, sont devenus des thermomètres du gauchisme ambiant faux-culs, et de la bien pensance. Quoi qu’ils fassent, ils seront toujours détestés. Tout ce qu’ils pourront dire sera déformé. En France, les médias ont la haine qui déborde, et pire, la plupart des journalistes ne font que suivre le sens du vent panurgien.

 
Aucune pondération, aucun équilibre, aucune réflexion. Tous sont en mode critique et aux ordres d’un « monde humaniste idéal » qui bien sûr, n’existe pas. Des Leïla Slimani vivent et sont aussi dans cet univers pavlovien de la basse-cour politique. Le maître lève la main pour jeter les graines, et tous en chœur, ils cancanent et gloussent !
Nous sommes dans un monde où seuls les planqués, les riches entrepreneurs ou patrons d’entreprises multinationales, les artistes, les stars, vous expliquent que demain c’est sûr, on mettra des dentiers aux « sans dent » gratuitement, on offrira des chaises roulantes aux paralysés à Lourdes, la jeunesse éternelle aux vieillards en fin de vie, etc. Il faut donc condamner chaque jour Trump et Poutine, les mettre dans le même sac, les secouer jusqu’à ce que la mort électorale s’ensuive ! 

C’est tout de même bien un summum d’indécence, voire de vulgarité pure, que de faire croire, donner l’illusion d’une société humaine lorsque l’on peut voir sur nos chaînes, des animateurs, des artistes, tous bien bronzés, suite à des vacances d’hiver à Miami, Los Angeles, ou à Saint Barth, faire entre deux escales, une émission de bobos bien larmoyante, bien culpabilisante en échange d’une promotion, envers des Français en galère, afin qu’ils fassent des dons à des associations qui n’ont honte de rien, à des plus pauvres qu’eux, à des plus en difficultés, aux SDF, et pire encore, à réclamer pour des clandestins, surtout des mineurs qui ont 30 ans en moyenne.

Leïla Slimani espère que son fils vivra en homme libre dans un “monde plus juste », elle devrait élargir son ambition de liberté pour son fils à celle d’un peuple, à commencer par celui du Maroc, celui des USA aussi, et également celui de France qui lui rêve finalement, d’avoir une sorte de Donald Trump ou de Vladimir Poutine comme président de la République !

C’est la même femme qui conteste les lois marocaines qui interdisent des libertés civiles, l’apostasie, l’homosexualité, mais autorisent la polygamie. Des lois inspirées de la charia, inscrites dans le code de la famille (Moudawana). C’est la même femme qui finalement s’est mariée au Maroc sous le rite musulman !

Voilà tout le problème de ces binationaux en général. Ils vivent dans deux mondes et civilisations différents. Mais ils s’autorisent à critiquer le plus libéral. Se font les porte-paroles d’adversaires politiques, mais s’interdisent de remettre en cause le système politique de leur pays de cœur, celui de naissance ! Sont-ils même conscients de leur hypocrisie !

 Ils se font les petits singes savants de ces riches sénateurs démocrates américains, ceux de la bien-pensance française, et ceux de l’Union européenne au nom de « l’humaniste planétaire » à géométrie variable. Quand va-t-on enfin cesser de demander l’avis de ces personnes qui n’ont pas la légitimité politique, historique et géopolitique de le faire ?

Gérard Brazon (Libre Expression)

Lire également :

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/15/sauve-qui-peut-leila-slimani-mme-francophonie-de-macron-veut-deringardiser-le-francais/




Cabale contre Trump : Jack Lang est un raciste de merde !

Le 11 janvier 2018, le président américain, Donald Trump, a rejeté un plan sur l’immigration que venait de lui présenter une délégation « bipartisane » de sénateurs Démocrates et Républicains, lors d’une réunion à la Maison-Blanche.

Trump veut mettre fin à l’immigration de masse

Une fois de plus, Donald Trump a répété, aux immigrationnistes Démocrates et aux ramollos Républicains de l’establishment de Washington, qu’il n’acceptera de signer une loi sur l’immigration que si elle contient ses quatre priorités :

1) la suppression du programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals) (« Action différée pour les arrivants mineurs »), mis en place en 2012 par Obama, qui permettait aux mineurs étrangers, entrés illégalement aux États-Unis, de ne pas être expulsés, d’obtenir des aides et même un travail au détriment des citoyens américains.

2) le financement de la construction d’un mur sur la frontière avec le Mexique pour mettre fin à l’invasion migratoire, et une augmentation du budget alloué à la police des frontières (ICE, « Immigration and Customs Enforcement », « Contrôle de l’Immigration et des Douanes »).

3) la fin du système de « loterie » pour l’attribution de la « Green Card » (« carte verte », carte de résident permanent aux États-Unis), instaurée en 1990 pour favoriser la « diversité » des immigrés, qui a provoqué une augmentation massive de l’immigration de ressortissants des dictatures du Tiers-Monde au détriment des ressortissants des démocraties occidentales.

4) la fin de l’immigration par chaîne (« chain migration »), c’est-à-dire du regroupement familial, qui permet aux immigrés de faire automatiquement venir aux États-Unis des dizaines de membres de leurs familles, et qui constitue actuellement près de 70% de toute l’immigration vers ce pays.

La cabale contre Trump

Lors de cette réunion, Donald Trump aurait en privé qualifié les pays du Tiers-Monde de « shitholes », comme un sénateur Démocrate, trahissant le secret des discussions, l’a ensuite déclaré à un journaliste du journal Washington Post, l’un des plus grands propagateurs de Fake News aux États-Unis (avec le journal New York Times et la chaîne de télévision CNN), afin de se venger du rejet par Trump de son plan sur l’immigration.

Depuis, les bien-pensants et autres gauchistes décérébrés de toute la planète hurlent au crime contre l’humanité, et déversent les insultes sur le président de la plus remarquable et plus puissante démocratie de la planète, qui a commis le crime de vouloir protéger ses compatriotes contre l’immigration de masse et ses effets destructeurs, comme il avait promis de le faire lors de ses meetings électoraux.

Qu’est-ce qu’un « shithole » ?

La définition de « shithole » est : « an extremely dirty, shabby, or otherwise unpleasant place ». « Un endroit extrêmement sale, misérable et déplaisant ».

Mais les journalistes falsificateurs et les politiciens de gauche se sont empressés d’accuser Trump d’avoir traité les pays du Tiers-Monde de « pays de merde » (« shit » signifie « merde », donc « shithole » peut être traduit, littéralement, par « trou merdique », « endroit merdique »), la merde étant une matière avec laquelle ils sont familiers, puisque, depuis le XIXe siècle, les gauchistes et les socialistes et les communistes et autres « Insoumis » ont détruit des dizaines de pays (Europe de l’Est, Cambodge, Chine, Corée du Nord, Cuba, Amérique centrale, Venezuela, etc.) et massacré des dizaines de millions de personnes, dans les fosses communes, les goulags, les camps de concentration et les chambres à gaz (il faut toujours rappeler que les nazis étaient des socialistes, comme Mitterrand, Hollande et Macron).

Le raté Jack Lang insulte le président Trump

Le 13 janvier, l’ex-ministre de l’Inculture, Jack Lang, qui dirige depuis 2013 l’Institut du Monde Arabe, a publiquement traité le président des États-Unis de « président de merde », sur Twitter.

Lors d’une interview à l’AFP, Jack Lang a ensuite accusé Donald Trump d’être « un xénophobe et un raciste maladif ». « J’ai envie qu’on dise dans le monde entier ‘président de merde’, comme un cri de ralliement contre ce personnage humiliant et offensant ». (1)

Jack Lang est un raciste de merde !

Dans ses propos (qu’il n’aurait même pas tenus, selon les sénateurs Républicains Tom Cotton et David Perdue, qui ont participé à cette réunion !) (2), Donald Trump visait les pays du Tiers-Monde.

Or un pays n’est pas une race !

Dénoncer un pays, c’est dénoncer ses dirigeants qui le gèrent mal, voire le détruisent, comme les dictateurs du Tiers-Monde le font jour après jour, – comme le dictateur du Maroc, Mohamed VI, ami intime de Jack Lang, le fait jour après jour – comme le dictateur de Cuba, Fidel Castro, autre ami intime de Jack Lang, l’a fait jour après jour pendant 50 ans.

Jack Lang faisant les honneurs d’une visite privée du Louvre à son ami intime, le dictateur Fidel Castro, en 1995. Castro a fait assassiner plus de 80.000 Cubains et a transformé Cuba en pays de merde. (3)

Dénoncer les dirigeants criminels qui détruisent leurs pays et les transforment en « pays de merde », cela n’a rien à voir avec les races, donc cela n’est pas du racisme. Bien au contraire, la franchise de Donald Trump doit être louée, car il n’hésite pas, lui au moins, à décrire le monde tel qu’il est, ni à dire la vérité, comme tout dirigeant digne de ce nom se doit de le faire.

En parlant de « race », alors que le président américain Donald Trump parlait de pays, Jack Lang a prouvé qu’il est un obsédé racial, qui voit partout des races – donc qu’il est un raciste !

Les vrais racistes, ce sont les gens de gauche, ces donneurs de leçons obsédés par les « races » et par les couleurs de peau !

Les bien-pensants gauchistes sont des racistes de merde ! Jack Lang est un raciste de merde !

Selon Holeindre, Jack Lang est un pédophile de merde !

Il est d’autant plus grotesque d’entendre Jack Lang insulter Donald Trump que, depuis des années, ce donneur de leçons est accusé, publiquement, d’être un pédophile.

Ainsi, en 1998, Roger Holeindre a accusé publiquement Jack Lang de pédophilie, lors d’un meeting du Front National, ajoutant « que l’on m’arrête à la sortie si ce n’est pas vrai » – et Roger Holeindre n’a jamais été arrêté, ni poursuivi en justice par le pédophile Jack Lang.

Comme si cela ne suffisait pas, le 23 mars 2012, Emmanuel Verdin, père d’une fillette violée et assassinée, portait plainte contre Jack Lang, pour « viol en réunion ». (4)

Les Français disent son fait au pédophile raciste Jack Lang

Sur Twitter, les réactions au tweet de Jack Lang se sont multipliées :

https://twitter.com/jack_lang/status/952090424704946176

« Jack Lang, un gauchiste de merde qui n’a pas d’autre langage, quelle merde que cette gauche de merde ! »

« Vous et vos complices avez réussi à faire de la France un pays de merde, alors à votre place j’éviterais de donner des leçons ! »

« Vous étiez un ministre de merde. A la différence de vous, Trump, lui, aime les femmes, pas les enfants. »

« Ce n’était pas François Mitterrand, le président de merde ? »

« Quand on a adulé un président qui portait la Francisque et en était très fier, on la ferme, pauvre merde ! »

« Putain, ce pauvre pays qu’est devenu la France, un ancien ministre ose ouvrir sa gueule alors qu’il a lui-même mis la France dans la merde… pédophile de mes couilles ! »

« Quand on a l’affaire du Coral au cul et d’autres affaires à l’étranger, on se demande qui est la vraie merde. »

« Jack Lang, le même qui trouvait Hollande un grand président et qui aime les ‘petits enfants’… »

« Comment peut-on laisser la parole à un pédophile comme vous ? »

« Quand on est soupçonné de pédophilie, on ferme sa gueule, pauvre merde ! »

« Pédophile, ta place est en prison… »

« À la momie de l’Institut du Merde Arabe : les Haïtiens et Africains sont d’accord avec Trump, ils quittent par millions ces pays de merde pour s’installer en Europe ou aux USA. »

« Si les pays Africains, Haïti ou le Salvador étaient des pays où il fait bon vivre, il n’y aurait pas autant de leurs habitants qui partiraient… Trump dit tout haut ce que tous les Occidentaux disent tout bas. »

« Trump a raison : ce sont des pays de merde dirigés par des merdes. Leur population ne souhaite qu’une chose : quitter ces pays de merde et trouver une vie meilleure. »

« Je croyais que c’était François Mitterrand, vos collègues socialistes et vous-même qui étiez de la merde… Trump dit tout haut ce que les lâches pensent tout bas… Alors, respectez le président des USA ! »

« Regarde les remarquables résultats économiques des USA depuis l’arrivée de Trump et compare-les à ceux de la France sous tes copains Mitterrand, Hollande et Macron… ensuite ramasse ton dentier et bon week-end à Marrakech, cette ville de merde ! »

« Qu’est-ce qui est le plus grave ? Un président qui obtient des résultats ou une petite fiotte qui se tape des jeunes enfants dans les riads de Marrakech ? »

Trump a raison ! Les anti-Trump sont des merdes !

À voir les résultats des élections récentes aux États-Unis et en Europe (Brexit, Allemagne, Autriche, Pays-Bas, France, Suisse…), il est clair que les Occidentaux en ont de plus en plus assez des politiciens de merde, des journalistes de merde, des gauchistes de merde, des bien-pensants de merde, des donneurs de leçons de merde, des immigrationnistes de merde, des anti-occidentaux de merde, des tiers-mondistes de merde, des islamophiles de merde, des collabos de merde !

Trump a raison, et, grâce à lui, nos peuples reprennent courage et se relèvent, prêts à agir pour protéger leurs pays contre l’invasion migratoire et pour les libérer de l’occupation musulmane !

Vive le président Donald Trump !

Arsène Rouletabille

Notes :

1) Jack Lang traite Donald Trump de « président de merde » après ses déclarations sur Haïti et les pays africains

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/jack-lang-traite-donald-trump-de-president-de-merde-apres-ses-declarations-sur-haiti-et-les-pays-africains_2559975.html

2) Tom Cotton, David Perdue say they ‘do not recall’ Trump comments on ‘shithole countries’

http://www.washingtonexaminer.com/tom-cotton-david-perdue-say-they-do-not-recall-trump-comments-on-shithole-countries/article/2645770

3) Voir les excellents articles du Professeur Franklin sur la dictature cubaine :

Ce que les médias vous cachent sur Cuba

https://ripostelaique.com/ce-que-les-medias-vous-cachent-sur-cuba.html

Cuba : Ségolène négationniste royale

https://ripostelaique.com/cuba-segolene-negationniste-royale.html

4) Viol en réunion sur mineur de quatre ans

http://l1d.fr/viol-en-reunion-sur-mineur-de-quatre-ans-info-ou-intox/