1

Lyon : comment les responsables musulmans utilisent une fausse profanation de mosquée

LES FAITS

Dans le 3ème arrondissement de Lyon, les fidèles d’une salle de prières découvrent une affiche placardée : “Mosquée clandestine, la France décline”. Il s’agit bien d’une affiche et non d’inscriptions : le bâtiment n’est pas dégradé. Il n’y a pas davantage d’injures, mais une simple appréciation critique que tout un chacun est en droit de porter et d’exprimer. L’affaire est pourtant dénoncée comme acte islamophobe par SOS Racisme et par les organes communautaristes, et même portée en justice.

L’EXPLOITATION D’UN NON-ÉVÈNEMENT

Azzedine Gaci président du Conseil régional du culte musulman (CRCM), sonne l’alarme dans la Tribune de Lyon :
http://www.tribunedelyon.fr/index.php?actus/societe/22927-mosquee-lyon-:-%93trop-d-actes-islamophobes-passes-sous-silence%94
Ecoutons le gémir sur ce non-événement :
« “Les fidèles m’ont aussitôt contacté. Nous avons automatiquement convenu d’un certain nombre d’actions : informer la police, déposer plainte et organiser un rassemblement lundi à 18 heures”. Il poursuit : “2010 a battu tous les records en terme d’actes islamophobes. Que ce soit dans le Rhône, la Loire, l’Ain et la Haute-Savoie, on assiste à une banalisation des actes islamophobes …la justice fait vraiment bien son travail, on a retrouvé les auteurs des trois derniers actes islamophobes. Nous avons décidé au CRCM de ne plus laisser passer aucun acte islamophobe”.
Si tous les supposés actes islamophobes sont du niveau de cette affiche, il n’y a pas de quoi crier au loup.
Gaci se plaint ensuite d’un supposé manque de caractère revendicatif de la communauté musulmane :
« “Les gens n’osent pas porter plainte pour différentes raisons : par peur des représailles, par méconnaissance, par manque de culture revendicatrice”.
Il souligne que depuis un an, le CRCM a lancé une cellule de veille téléphonique pour recevoir des plaintes d’actes racistes que Gaci trouve “trop souvent sans suite” .
Il revendique : “L’installation de caméra de vidéosurveillance.. Mais c’est un investissement que, seules, les mosquées ne peuvent pas assumer. La Préfecture, et l’Etat, pourraient nous aider à en installant devant les lieux symboliques”.
SOS Racisme porte plainte et une enquête est en cours :
http://www.mlyon.fr/47420-sos-racisme-porte-plainte-apres-la-profanation-d-une-mosquee-dans-le-3e.html
Oumma.com publie un communiqué de Mohammed Moussaoui, Président du Conseil Français du culte musulman :
http://www.mlyon.fr/47420-sos-racisme-porte-plainte-apres-la-profanation-d-une-mosquee-dans-le-3e.html
Écoutons le hurler aux « provocations ignobles » ! On se croirait au théâtre ! Rappelons que nous parlons d’une affiche simplement critique et non injurieuse :
« Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) dénonce avec la plus grande vigueur la profanation de la mosquée « Esselem » de Lyon. Une affiche portant des inscriptions islamophobes a été découverte dans la nuit du 18 au 19 septembre 2010 sur la porte de la mosquée.
Le CFCM lance un appel pressant aux autorités publiques de mettre fin à cette série de profanations indignes qui visent des lieux de prières et de recueillement.
Le CFCM tout en appelant les musulmans de France à la vigilance, tient à saluer l’esprit de responsabilité dont ils font preuve face à la recrudescence de ces provocations ignobles. »
L’UOIF parle aussi de « cet acte ignoble » et appelle à la répression :
http://www.uoif-online.com/v2/spip.php?article759
« C’est pourquoi l’UOIF appelle à ce que de tels actes soient condamnés avec la plus grande vigueur par toutes les personnes et organisations qui, en France, sont éprises de paix sociale et de liberté.
L’UOIF réitère son appel aux autorités françaises, pour qu’elles mettent tout en œuvre afin que de tels actes soient traités par la justice, et que ceux qui en font l’apologie, ou qui attisent la haine contre les musulmans soient mis face à leur responsabilité..
Les actes islamophobes se nourrissent de l’impunité et de la libération des propos islamophobes, et il est grand temps d’y mettre fin. Il en va de la responsabilité de tous… »
L’affaire buzze un peu partout sur les sites communautaristes, certains allant même jusqu’à illustrer l’article de tags nazis qui n’étaient nullement présents sur la mosquée lyonnaise. Ainsi en est-il de Marocjournal.net et de Atlasinfo.fr :
http://marocjournal.net/monde/9714.html
http://www.atlasinfo.fr/Le-CFCM-denonce-la-profanation-d-une-Mosquee-a-Lyon_a9780.html

UN PEU DE BON SENS QUAND MÊME

On notera en revanche le bons sens du site CFCM-TV, qui ramène l’affaire à ses proportions et souligne son côté manipulatoire :
http://www..cfcm.tv/2010/09/23/islamophobie-lyon/
Ce site écrit :
« La pseudo « profanation » de la petite mosquée de quartier « Essalam », située dans le 3e arrondissement de la ville de Lyon, n’a échappé à personne.
Une affiche a été collée et retrouvée sur la porte d’entrée de la mosquée où chacun pouvait lire « Mosquée clandestine, la France décline ». On a pu y voir aussi une petite photo découpée de Nicolas Sarkozy pour illustrer cette prose complètement anodine, inoffensive et même humoristique.
Certains spécialistes de l’interprétation, des exégètes de la langue française, comme le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) et le Conseil Régional du Culte Musulman du Rhône Alpes (CRCM), ont décrit ceci comme étant des propos islamophobes, d’autres à l’instar de SOS Racisme, de la « poésie » raciste.
Ni racisme, ni islamophobie. Il ne s’agit là que d’une simple pièce de théâtre où les acteurs qui sont censés nous charmer, nous ensorceler de leurs jeux, ne visent en réalité que l’espoir de voir une mise en place plus rapide de cette fameuse cellule ou commission nationale statistique des actes islamophobes, promise par le président de la République au président du CFCM, Mohammed Moussaoui, et tant réclamée par le président du CRCM Rhône Alpes, Azzedine Gaci.
Il pourrait s’agir aussi d’entretenir au mieux le climat islamophobe en France afin de justifier d’éventuels budgets que l’Etat versera pour la création de ce futur centre inutile …
Ce qui est rassurant dans ce fait divers, est de savoir qu’il s’agit d’une simple affiche collée. Bien heureusement, cela évitera de gaspiller de l’argent pour repeindre la porte. Le kärcher est également inutile. »
A part CFCM-TV, seuls des sites de réinformation protestent cette montée en sauce d’une pseudo-profanation :
http://www.fdesouche.com/139948-mosquee-profanee-de-lyon-%C2%AB-une-simple-piece-de-theatre%C2%BB
http://lyon.novopress.info/10112/mosquee-du-3eme-une-simple-piece-de-theatre/

LES POUVOIRS PUBLICS DÉMISSIONNENT

La fabrication de cette pseudo-profanation, supposée s’inscrire dans une longue série d’actes ignobles, n’a pas donné lieu à une réaction appropriée des pouvoirs publics, qui ont au contraire accepté d’ouvrir une enquête.
Cette démission nous indigne et nous inquiète.
Les appels à la répression d’une simple expression d’opinion critique auraient du être rejetés avec indignation.
Les demandes de caméra devant la mosquée, aux frais du contribuable bien sur, pour prendre sur le fait celui qui apposerait une affiche, est une insulte en ces temps de restrictions budgétaires. A l’heure où les effectifs de police sont au plus bas, à l’heure où les pires actes de barbarie sont souvent impunis, on consomme les moyens de la police pour poursuivre de tels fantômes !
De plus, à l’heure où Hortefeux veut faire un suivi statistique des actes « islamophobes », il n’est pas innocent d’en créer à partir de rien. Ces statistiques se traduiront par des chiffres dont certains ne retiendront que le total. Alors, l’affichette de Lyon aura le même poids qu’un meurtre. Les chiffres seront gonflés, et la France pourra se voir épingler devant la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, puisque maintenant c’est le Pakistan qui y donne des leçons :
http://www.ripostelaique.com/Le-Pakistan-multiplie-les.html
L’affaire de Lyon, apparemment anodine et risible, s’inscrit dans un contexte de dénigrement de l’Occident et de tentatives pour criminaliser le « blasphème » (entendu comme tout ce qu’un musulman n’a pas envie d’entendre), voire le faire punir de mort :
http://www.ripostelaique.com/L-ONU-va-etre-saisie-d-une-demande.html
Un gouvernement responsable serait d’une extrême vigilance devant les fabrications de fausses profanations, mais le nôtre a démissionné.
Catherine Ségurane




Strasbourg : comment les responsables musulmans instrumentalisent une profanation de cimetière

LES FAITS ET LES ACCUSATIONS GRATUITES

Une nouvelle profanation de tombes musulmanes a eu lieu à Strasbourg dans des circonstances assez troubles, puisque, d’après le Parisien, une croix gammée a été découverte, non sur une tombe profanée, mais tracée sur le sol dans une allée. Selon RMC, les croix gammées seraient trois.
http://www.leparisien.fr/strasbourg-67000/profanation-carre-musulman-strasbourg-soutien-d-hortefeux-au-cfcm-24-09-2010-1081230.php
http://www.rmc.fr/editorial/127688/nouvelle-profanation-de-tombes-musulmanes-a-strasbourg/
Brice Hortefeux a écrit au CFCM pour l’assurer de son soutien ; il lui indique avoir « demandé à la Sûreté départementale du Bas-Rhin de tout mettre en oeuvre pour identifier l’auteur, ou les auteurs, de cette profanation, afin de les livrer à l’autorité judiciaire ». De fait, les trente-six tombes ont été examinées par une équipe de la police technique et scientifique pour relever des empreintes, des traces ou des mégots de cigarette sur le site, selon une source policière à l’AFP.
Abdelaziz Choukri, le délégué général de la Grande mosquée, pointe du doigt le Front National : « Il y a toute une agitation autour des mouvements d’extrême droite, ce n’est pas un hasard si cet événement arrive à la veille d’un apéro » organisé par le Front national (FN) dans le nord de la ville, a-t-il affirmé à l’AFP.
http://news.fr.msn.com/m6-actualite/article.aspx?cp-documentid=154759375
L’enquête étant en cours, ces accusations sont parfaitement gratuites, de même que l’étaient déjà les accusations formulées en juin à l’occasion d’une précédente profanation. Nous avions rendu compte du grand tralala avec déplacement de ministre (Hortefeux)auquel cette première profanation avait donné lieu, alors même que nul officiel de niveau national de s’interessait au feu mis (à la même époque et aussi à Strasbourg ) dans une église protestante alors qu’il y avait des gens dedans :
http://www.ripostelaique.com/Hortefeux-se-deplace-pour-les.html
Patrick Binder, du Front National, parle de profanations « organisées et voulues » : «Chaque fois que j´organise quelque chose il y a une profanation, ça frise le ridicule. Ces profanations de cimetières sont organisées et voulues» ; il pointe du doigt «des mouvances d´extrême gauche» et rappelle que la majorité des profanations sont anti-catholiques.
http://www.lalsace.fr/fr/article/3845755/Strasbourg-selon-Patrick-Binder-(FN)-les-profanations-de-cimetieres-seraient-organisees.html
http://www.fdesouche.com/140308-strasbourg-un-elu-fn-pointe-des-profanations-de-cimetieres-organisees
D’amalgame en amalgame, c’est une longue série d’actes islamophobes que l’on tente de construire, comme le montre ces articles de 20 minustes :
http://www.20minutes.fr/article/601138/societe-une-trentaine-tombes-profanees-strasbourg
http://www.20minutes.fr/article/375868/Strasbourg-Un-deuxieme-acte-islamophobe-en-deux-jours.php
http://www.20minutes.fr/article/596078/strasbourg-tags-racistes-sur-un-camion-de-viande-halal
http://www.20minutes.fr/article/599994/strasbourg-attaque-contre-le-patron-du-cine-l-odyssee
On peut y lire :
« Cette nouvelle profanation s’inscrit dans longue série d’actes racistes et xénophobes perpétrés depuis janvier à Strasbourg. Des tombes d’un cimetière juif ont été profanées à Cronenbourg, puis des tags racistes ont été inscrits sur la maison du maire PS de Strasbourg Roland Ries. Des graffitis ont été ensuite retrouvés sur la voiture d’un des administrateurs de la grande mosquée de la ville et au début de l’été, une nouvelle profanation a eu lieu au cimetière à la Robertsau. La camionnette d’un boucher halal a également été la cible d’inscriptions à caractère raciste.. Enfin, lundi soir, des individus ont attaqué la maison et les voitures du patron du cinéma l’odyssée, dont les origines turques pourraient être à l’origine de l’agression. »

LES ENJEUX

Les enjeux de cette montée en neige d’événements disparates, d’importance moyenne ou mineure (rappelons que la redoutable « islamophobie » strasbourgeoise n’a fait ni mort ni blessé) sont importants, et nous les avions analysés dans un précédent article consacré aux profanations de juin :
http://www.ripostelaique.com/Hortefeux-se-deplace-pour-les.html
Moussaoui, soucieux de conforter les privilèges obtenus, avait poussé ses pions lors du grand raout ministériel organisé à cette occasion :
« Monsieur Le Ministre, le 17 juin dernier, vous avez signé avec le Conseil Français du Culte Musulman une convention-cadre pour la mise en œuvre d’un suivi statistique et opérationnel des actes hostiles aux musulmans de France. Ce fut une première. Cette convention-cadre constitue la condition d’une meilleure prise en compte de la réalité d’un phénomène auquel ni les pouvoirs publics ni les représentants de l’islam de France ne sauraient se résoudre ».
Comme on le voit, les actes dont des musulmans sont victimes sont destinés à faire l’objet de statistiques (alors même que les statistiques ethniques ou communautaires sont interdites quand elles portent sur les auteurs ; et que les actes hostiles aux français de souche ou au blancs ne font l’objet d’aucune reconnaissance).
Dans un tel contexte, où un graffiti vaut un meurtre, il n’est ni surprenant ni significatif que Hortefeux mentionne « 314 faits de violence raciste hostiles aux musulmans recensés en 2009 ». D’autant que la notions d’acte islamophobe est extensible à l’infini, comme on vient de le voir, puisque les cris d’orfraie commencent sans même que des suspects aient été appréhendés et interrogés sur leurs mobiles. Et qu’ils continuent même quand les auteurs ont été trouvés, et se sont avérés être des collégiens sans mobile politique, l’un d’entre eux étant même maghrébin (cas de la profanation de Tarascon). On sait aussi que les profanations sont supposées antimulmanes même quand elles pourraient tout aussi bien être supposées islamistes (cas des profanations de tombes de harkis à Vienne).
En accumulant des listes à partir de tels éléments, il est aisé de dresser le portrait d’une France qui serait un enfer de persécution pour les musulmans, et de la mettre en accusation devant des instances internationales, puisqu’on sait qu’à l’ONU ce sont les pays islamistes, Pakistan en tête, qui donnent des lessons en matière de droits de l’homme, et qu’on s’y attelle gravement à combattre l’islamophobie et le blasphème, oubliant quelque peu crimes d’honneur, lapidations et massacres de minorités religieuses dans des pays comme le Pakistan :
http://www.ripostelaique.com/A-l-international-la-liberte.html
http://www.ripostelaique.com/Le-Pakistan-multiplie-les.html
Il est également très grave qu’à l’occasion de la profanation de juin, les termes de sacrilège, blasphème, offense, aient été utilisés à foison. L’on sait en effet que d’importantes ONG musulmanes ont demandé une peine de mort mondiale pour le « blasphème » :
http://www.ripostelaique.com/L-ONU-va-etre-saisie-d-une-demande.html
Elles sont maintenant relayées par des Etats :
http://www.postedeveille.ca/2010/09/en-reaction-au-projet-dautodafe-les-pays-musulmans-appellent-lonu-a-criminaliser-le-blaspheme.html#more
On sait aussi que la dessinatrice Molly Norris, accusée d’avoir lancé la journée « Tout le monde dessine Mahomet » a été menacée de mort et doit se cacher :
http://www.postedeveille.ca/2010/09/usa-celle-qui-a-lance-la-journee-tout-le-monde-dessine-mahomet-a-change-didentite.html
Alors, on aimerait bien que nos politiques montrent un peu de sens des responsabilités et des proportions. Qu’ils témoignent leur sympathie aux familles dont les tombes ont été profanées sans sortir du sujet, sans porter des accusations gratuites, sans hurler au blasphème et au sacrilège, sans se prêter à ce que soient posés les jalons pour créer un délit d’islamophobie, et sans risquer de laisser mettre la France en accusation devant les instances internationales pour des tags et des affichettes (comme à Lyon).
Catherine Ségurane