1

Réjouissons-nous de la réélection du président Milos Zeman

Nous avons derrière nous le deuxième tour des élections présidentielles. Je peux dire que j’ai appris le résultat avec un grand soulagement. La victoire de Jiří Drahoš serait une catastrophe. Sur le château des rois de Bohême irait s’installer un homme, pour qui l’expression « les intérêts nationaux » est un terme inconnu.

Dieu merci, cela ne s’est pas passé ainsi. Peut être aussi un peu grâce à l’affiche avec l’inscription « Stop à l’immigration, stop à Drahoš. Ce pays est à nous. Votez Zeman ! »

Espérons maintenant que le président Zeman jouira encore longtemps d’une bonne santé et qu’il pourra ainsi encore longtemps jouer son rôle dans la défense de notre pays, de notre continent, voire de toute l’humanité, contre l’ennemi que je n’ai même pas besoin de nommer.

Ce succès doit nous encourager à intensifier nos activités. Pour ce qui concerne ma modeste personne, début février je vais retourner en France, où j’ai passé la plus grande partie de ma vie et où vivent deux de mes trois fils et mes deux filles. Ensuite, je projette d’aller en Israël, où vit l’un de mes fils. Pardonnez à un père vieillissant la vanité, avec laquelle je joins ici ma photo avec lui, datant de l’époque, où il faisait son service militaire. Il a servi dans la marine nationale. Je lui ai rendu visite à plusieurs reprises. J’ai pu visiter le port militaire de Haïfa et même le bateau, où il servait. Il a même participé à la capture, en Mer Rouge, d’un navire ennemi qui transportait des armes d’Iran à Gaza.
Ces deux pays, la France et Israël, où vivent mes enfants et petits enfants, sont bien plus menacés par l’expansionnisme islamique que ne l’est – ou plutôt actuellement semble l’être – la République Tchèque.

Peut-être plutôt que de parler d’une façon générale, je pourrais partager avec nos lecteurs mes propres expériences et celles de mes proches.

L’un de mes fils, né et vivant en France, étudia la médecine. Ensuite il travailla comme interne, en même temps que sa femme, dans un hôpital à Lyon. Il voulait rendre visite à son frère en Israël et demanda, avec sa femme, un congé. Seulement, dans un hôpital, il doit toujours y avoir des médecins. Il fallait donc bien expliquer, pourquoi ils demandent ce congé maintenant. Dans le groupe des internes, il y avait avec eux une musulmane syrienne. Lorsqu’elle a appris, où ils projettent aller, elle commença à être très agressive à leur égard. Au bout d’un temps, mon fils lui a dit de leur foutre enfin la paix. Le lendemain, elle vint au travail avec son frère, accompagnée encore de deux autres Arabes. Et les trois, à l’hôpital même, ont bien tabassé mon fils. Il est allé se plaindre à la police. Le commissaire lui a dit : « Si je peux vous donner un conseil, ne déposez aucune plainte. Les Arabes vont vouloir se venger et ils peuvent vous faire quelque chose encore bien pire que ce qu’ils vous ont déjà fait. Et nous, nous ne pouvons pas vous protéger. »

Bien sûr, les policiers ne peuvent pas se tenir constamment derrière chaque citoyen. Mais en France, les gouvernements de gauche ont si systématiquement exposé les policiers à la haine des musulmans, qu’ils n’ont plus le courage de faire leur devoir.

Ainsi, mon fils ne voit plus son avenir en France. L’une de mes filles, dentiste, mariée avec un collègue, s’efforce, avec son mari et leurs enfants, d’émigrer en Australie. Dans ma jeunesse, j’ai dû fuir mon pays, devant le totalitarisme communiste. Apparemment, mes enfants devrons vivre quelque chose de similaire.

Le lecteur tchèque peut se dire qu’il a d’autres soucis. Mais ne nous endormons pas sur des fausses certitudes. Que l’Union européenne se maintienne ou non, si toute l’Europe occidentale devient islamisée, notre pays ne pourra pas se défendre longtemps. En tout cas, les islamistes ont bien l’intention de soumettre l’Europe tout entière.

C’est pour cela qu’il est tout-à-fait essentielle de construire dès maintenant l’alliance de tous ceux qui en Europe, voire dans le monde entier, veulent résister à l’expansionnisme islamique.

Le 16 décembre 2017 eut lieu à l’hôtel Top à Prague une importante rencontre, organisée par Tomio Okamura et ses amis du parti « Liberté et démocratie directe. » Y participèrent des députés des partis opposés à l’islamisation de dix pays européens, regroupés dans la faction « Europe des nations et de la liberté.“ Parmi les personnalités les plus importantes, il y avait la Française Marine Le Pen et le Néerlandais Geert Wilders.

Compte tenu de mes liens avec l’Etat d’Israël, je me sens particulièrement proche de Geert Wilders. L’on sait que dans sa jeunesse, il séjourna deux ans en Israël, en partie dans un mochav (coopérative agricole) Tomer, situé dans les soi-disant territoires occupés. Le Wikipédia indique que dans les 25 dernières années, il visita Israël quarante fois.
Il designe Israël comme « première ligne de défense de l’Occident contre la menace islamique. » Il demande au gouvernement néerlandais d’établir son ambassade à Jérusalem. A propos de la capitale de l’Etat juif, il a dit : « Si Jérusalem tombe entre les mains des musulmans, Athènes et Rome tomberont ensuite également. Jérusalem est une ville de front, assurant la défense de l’Occident. Il ne s’agit pas d’un conflit territorial. Il s’agit de bataille idéologique entre la mentalité de l’Occident libre et l’idéologie de la barbarie islamique. »

Il faut être pleinement conscient de ces faits. A propos de la photo que j’ai jointe ici, j’ai déjà écrit que moi-même je n’étais pas capable de défendre mon pays en 1968. Mon père n’était pas capable de défendre le sien en 1938. Alors je suis très fier du fait qu’au moins mon fils défende le sien. Et j’ai écrit que là-bas, quelque part près de Gaza, il défend non seulement Israël, mais toute l’Europe, tout l’Occident. Donc également nous ici en pays tchèque, ainsi que ses frères, sœurs, neveux et nièces dans cette « France douce“, qui est chaque jour de plus en plus amère.

A l’occasion de la rencontre de Prague, mentionnée ci-dessus, Geert Wilders s’est prononcé très amicalement au sujet de Tomio Okamura. Celui-ci est, depuis novembre dernier, vice-président de l’Assemblée nationale. Il compara l’islam avec le nazisme. Le 26 janvier, il demanda à tous ses sympatisants de voter pour Miloš Zeman. Nous savons que celui-ci, déjà comme premier ministre en 2002, compara Yasser Arafat à Hitler. Depuis, les médias israéliens désignent la République Tchèque comme le meilleur allié d’Israël parmi tous les pays de l’Union européenne. Dans une large mesure, c’est grâce à Zeman.

En mai 2014, à l’occasion de la célébration du jour d’indépendance d’Israël, Miloš Zeman déclara que derrière les actes violents comme l’attaque contre le musée juif de Bruxelles, se tient l’idéologie islamiste. Les dirigeants saoudiens ont ensuite convoqué l’ambassadeur tchèque à Riyad et lui ont remis une liste de toutes les déclarations de Zeman au sujet de l’islam.

En mars 2015, à la conférence d’AIPAC (The American Israel Public Affairs Committee) Zeman déclara que la Première république tchécoslovaque fut, entre les deux guerres mondiales, « l’unique île de la démocratie en Europe centrale. Israël est aujourd’hui au Proche orient dans une situation similaire. C’est pour cela qu’entre la République Tchèque et Israël, il doit y avoir de la solidarité. »

En juin 2015, Zeman a dit que si les Etats européens acceptent la vague d’immigrés du Proche orient et d’Afrique, ils faciliteront l’expansion de « l’Etat islamique » vers l’Europe.

Zeman désigne l’islam comme une anti-civilisation, financée par la vente du pétrole et de drogues. Il s’est prononcé contre l’existence de Palestine comme d’un Etat souverain. Dans l’hypothèse, où l’OTAN devrait être élargi, il se prononce pour l’acceptation d’Israël, plutôt que de l’Ukraine ou de la Géorgie.
Il a dit aussi que parler des musulmans modérés, c’est comme parler des nazis modérés.

En septembre 2017, le président Miloš Zeman parla devant l’Assemblée générale des Nations unies. Il a critiqué l’attitude hésitante de l’Organisation, ainsi que des Etats membres, face à « l’islam sanguinaire. » Il a fait un appel à la création d’un organisme puissant de l’ONU qui pourrait intervenir contre le terrorisme par tous les moyens, y compris la force armée. En même temps, il se prononça contre toute aide à la migration illégale.
Nous pourrions encore longtemps continuer à énumérer ses déclarations et ses actes méritants.

De son côté, son prédecesseur au poste du président de la République Tchèque, Václav Klaus, est récemment allé, à plusieurs reprises, en Allemagne, soutenir le parti AfD (Alternative fűr Deutschland) dans sa campagne électorale. C’est essentiel que tous ceux qui sont conscients du danger que représente l’expansionnisme islamique, coopèrent au-delà des frontières.

Par opposition à Miloš Zeman et à Václav Klaus, Jiří Drahoš apparaît comme un opportuniste très « politically correct. » En 2015, il a signé une déclaration « Les scientifiques contre la peur et l’indifférence », appelant à l’ouverture complète des frontières aux immigrés clandestins. Deux de ses conseillers, Jiří Grygar et Miroslav Bárta, l’ont également signée.
Drahoš a également demandé à ce que « L’Université de l’Europe centrale », fondée et financée par George Soros, déménage de Budapest à Prague. Nous savons que le milliardaire américain né en Hongrie Soros est très hostile au principe même de l’identité nationale. Il finance largement l’actuelle immigration clandestine, entre autres le fameux camp de Calais.

C’est quand même inquiétant de constater que Drahoš vient d’obtenir plus de 48 pour cent de suffrages. Dans la capitale, il en a obtenu plus de 60 pour cent. Il semble que les jeunes générations qui n’ont pas connu le totalitarisme marxiste-léniniste, surtout les personnes instruites, subissent l’influence des idées qui dominent actuellement en Europe de l’Ouest. C’est un défi que nous devons relever !

Dr Martin JANEČEK




Hommage à Geert Wilders, qui promet d’interdire le Coran aux Pays-Bas

La panique s’installe à tous les échelons de l’Union Européenne et se traduit par des agissements brutaux contre les candidats « hors système ». En France, nous avons Marine Le Pen qui provoque des boutons chez les nantis de la Commission de Bruxelles, à Matignon, au Ministère de la Justice Français, au Tribunal de Nanterre.

Tous ces braves gens, bien au chaud sous la couette des avantages et autres petits paradis des élus de France, ont des vapeurs, une fièvre qui monte doucement. Ils sentent la peur. Ils s’accrochent aux murs des Assemblées, aux portes des commissions parlementaires, aux buvettes des parlements, et vomissent la bile anti FN, anti extrême droite, anti démocratie puisque certains en sont rendus, du côté de François Fillon, à vomir leur engagement, leur vote aux primaires, leur parole donnée, leur foi et jusqu’à leur honneur. Pitoyables insectes, tristes batraciens, minables gastéropodes, affreux gallinacés. Ils osent tout pour sortir la tête de l’eau, sortir du jeu. Ils affirment aujourd’hui, la main sur le coeur, ce qu’ils contestaient hier. Pauvres petits singes affolés dans leur cage.

Le peuple se rit de ces démonstrations de vilenie, de lâcheté, de mensonges. Au joli mois d’avril, il va secouer la cage. Les cris vont devenir stridents dans cette cage aux singes. Le joli mois de mai devrait permettre de les assommer pour de bon. Viendra juin et la libération. L’évacuation de ces tristes bestioles qui ne seront plus rien. Que le peuple décide, et décide bien en faveur de la Nation, de la Patrie, et surtout, pour lui-même.

Entre-temps, il y aura eu le sort des Pays Bas qui se sera réglé. A chacun son/sa Hollande. Notre Hollande verra son sort réglé un peu plus tard. Celui de la Hollande se fera le 15 mars 2017.

Le candidat de la Droite Nationale devrait faire un joli score ce jour là. Tous les souverainistes d’Europe, la vraie Europe, celle des Nations libres et souveraines, partageant le même fond culturel vont se tourner vers Geert Wilders qui va beaucoup plus loin que le Front National et Marine Le Pen. C’est le Coran lui-même qui peut se voir interdit en Hollande, au même titre que Mein Kampf, un autre livre de paix et de tolérance bien connu, écrit par un auteur plein d’amour pour ses citoyens allemands de confession juives, en 1923.

Geert Wilders ne pense pas que l’islam soit compatible avec les lois Hollandaises. On se demande pourquoi, il n’est pas touché par les sourates de ce livre plein de tendresse et de sympathie pour ceux qui mangent halal, et considèrent la femme comme un vagin sur pattes, juste bonne à être un champ de labour. (sourate 2 verset 223)

Sans doute parce qu’il pense que l’islam est un système totalitaire exclusif, et que la démocratie est bien préférable à une dictature par essence, au nom d’une religion qui appelle à la mort plus de 6 milliards de personnes à travers toute la planète. Avouons, qu’il n’a pas tout à fait tort, n’est-ce pas Marine Le Pen ?

Geert Wilders ne pense pas qu’il y ait lieu de faire un distinguo entre Islam et islamisme. Il pense, pour avoir lu le Coran, que les islamistes, les salafistes, les djihadistes, ont tous pour point commun, le Coran, les hadiths, la vie de Mahomet. Que tous obéissent à la volonté d’un dieu souhaitant la domination du monde. Pourquoi se dit-il, les adeptes de cette religion n’auraient-t-ils pas, du fait du même fond culturel, la même tentation de vouloir appliquer la volonté d’Allah. En clair, l’islam modéré n’existe pas. Pas plus qu’il ne peut y avoir d’islam de France ou d’Hollande.

Alors on peut comprendre Marine Le Pen et son équipe compte tenu de la place grandissante de l’islam en France. Qu’elle cherche à polir une image, a édulcorer une vision patriote, laïque, souveraine, et chrétienne de la France, pour éviter la sanction d’un vote communautaire des électeurs musulmans. Disons, que c’est ce que je crois.

Geert Wilders ne souhaite pas s’embarrasser de ces arguties. Il est vrai que le système électoral en Hollande est moins tranché, et qu’il permet une réalité électorale interdite en France. Point de Front Républicain des lâches, des teigneux, des idiots utiles et des pourris du système, aux Pays Bas. L’électeur est respecté et surtout, il se respecte lui-même. Il n’est pas pris pour un canard, et se refuse de jouer le pigeon. Alors, il faut comprendre l’une, et approuver l’autre. Espérer que Geert Wilders casse la baraque hollandaise, et que Marine soit notre prochaine Présidente.

Gérard Brazon (Liberté d’expression)




France 5 : Comment Oubrou et Chalghoumi ont roulé Fourest dans la farine

C’est depuis plusieurs décennies que je vois mes concitoyens de gauche, comme de droite, se faire balader par des musulmans, toutes obédiences confondues. Leurs associations et écoles donnent l’impression d’être divisées et éclatées. En réalité, comme en chasse, elles donnent le change à celles et ceux qui se croient plus malins. L’égarement de la chasseresse Caroline Fourest est, à ce titre, tout à fait exemplaire.

Dans son dernier documentaire, « Les radicaux de l’islam », diffusé la semaine dernière sur France 5, elle se croit plus futée que les sympathisants de l’UOIF et que la large audience musulmane acquise aux frères Ramadan et au télé-prédicateur vedette d’al-Jazeera, Youssef al-Qaradaoui. Mais tout compte fait, Caroline Fourest ne veut pas s’avouer qu’elle suit une fausse piste, là où, avouons-le, l’abondance du gibier peut nous faire croire qu’elle est une flèche. De quoi l’occuper, ainsi que ses lecteurs, fans et téléspectateurs, des décennies durant. Le long de cette piste, elle trouvera toujours des barbus bien dodus et des voilées bien comme il faut. Elle noircira des pages et des feuillets, produira bien des documentaires militants, pendant que la guerre islamique, la vraie, se gagne ailleurs, sur d’autres terrains, juste à côté de celui où elle pratiquera son interminable chasse à l’islamiste. Le musulman qu’elle désignera comme radical, autrement plus malin qu’elle, jouera très bien le rôle qui lui est dévolu par la communauté : endoctriné pour se sacrifier, il sera à la fois intimidant, feu de diversion et écran de fumée. Et c’est ainsi que son espèce est bien partie pour en occuper bien des canaux et des esprits français encore niais.

Caroline Fourest et nos démocrates devraient pourtant méditer le sort des soi-disant gauches orientales et nord-africaines : elles n’avaient jamais osé et n’osent toujours pas s’attaquer au trafic d’opium auprès du peuple et au démantèlement de ses circuits bien implantés au sein de la population. Ce n’est donc pas étonnant qu’elles aient perdu toute crédibilité et fini par laisser les classes populaires et le reste de la société à la merci des dealers d’islam. C’est cette substance islamique, son fléau et ses circuits diffus qui ont bel et bien contaminé nos cités et se sont implantés dans nos quartiers populaires. Notre gauche, idiote-utile à l’islam,  comme la droite œcuménique, ouverte à tout vent, continue d’offrir des soporifiques à Marianne. Elle organise d’épiques parties de chasse télévisuelle aux radicaux.

N’étant plus dangereusement exposée aux foudres d’Allah et de ses adeptes, alors que c’est toujours le cas de son amie Ayan Hirsi Ali qui soutient l’intrépide Geert Wilders, notre Caroline nationale croit avoir enfin trouvé les bons musulmans de France qu’elle tiendra par la barbichette pour s’en servir comme fers de lances dans sa chasse aux barbus bien touffus. Elle se rendra compte, mais peut être trop tard, que les musulmans la tiennent par la touffette et se paient sa tête.

Oubrou et Fourest délibèrent à l'islamique
Oubrou et Fourest délibèrent à l’islamique

Dans le documentaire que France 5 nous a donné à voir, il n’y a qu’à la regarder face aux yeux pétillants et la mine réjouie de l’imam Tareq Oubrou, pour comprendre qu’il n’est pas peu fier de pouvoir vendre son infâme bouillie spiritualiste aussi bien au maire de Bordeaux, à l’investigatrice Caroline Fourest qu’aux 850.000 téléspectateurs français, estimés les avoir regardés. Était-elle vraiment  obligée de le caresser dans le sens de la barbichette en assimilant la choura,  la délibération coranique, au débat contradictoire qu’elle était censée avoir eu avec lui ?

Pourquoi n’a-t-elle pas pris la peine d’expliquer aux Français et aux musulmans qui la regardaient, qu’il s’agissait de la consultation pratiquée par les gendres, les beaux-pères de Mahomet et par son clan pour désigner, parmi eux, celui qui lui succédera et dans quel ordre de préséance. Ce furent en définitive les poignards qui déclenchaient la délibération suivante. Les Turcs y introduisirent de l’alternance et de la diversité : le fil de leur épée ouvrit le Califat (la Succession) à d’autres tribus que celle de Mahomet.

La journaliste Caroline Fourest, soi-disant d’investigation, n’a pas décortiqué cette délibération clanique, tribale et communautaire, bel et bien islamique. Dans le même registre de désinformation à l’aide d’encens, Caroline Fourest a aussi osé nous présenter l’imam de Drancy et sa confrérie comme des représentants de l’islam de France qui s’inscrirait dans le cadre de la laïcité. De qui se moque-t-on ? Aurait-t-elle fait une enquête sur le financement de la mosquée de Drancy ?

Frère Chalghoumi priez pour elle !
Frère Chalghoumi, priez pour elle !

Il est de notoriété publique que c’est grâce à un mensonge éhonté de la part de Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy, que l’imam Chalghoumi bénéficie d’une mosquée et d’un centre de publicité mensongère où il officie. Le loyer officiel que ses ouailles et/ou ses bailleurs de fonds payent à la mairie, propriétaire des lieux, couvrent à peine les frais financiers des locaux qu’ils occupent indûment. Le maire de Drancy et ses complices musulmans sont des hors-la loi. Ils contreviennent ouvertement à la loi de 1905. Le Parisien et notre site l’ont suffisamment démontré.

Caroline Fourest a donc choisi d’obtempérer, d’avoir recours à l’hypocrisie, à côté de musulmans soi-disant républicains et modérés. Elle a donc préféré se ranger et même de diffuser, à grande échelle, l’opium de synthèse qu’ils viennent d’inventer pour endormir à nouveau la France qui se réveille. Mme Fourest voudrait faire croire aux Français que l’islam et ses imams, tous prêcheurs d’un Coran jamais élagué de ses ignominies, pourraient un jour prétendre être modérés et ne représenter aucun danger pour une démocratie qui ne s’est pas encore attelée à casser l’éternel noyau dur de l’islam, le Coran et Mahomet. C’est cette semence nocive, distribuée par toutes les mosquées, qui a toujours permis à l’islam de se reproduire, au printemps comme aux autres saisons, sur le dos de tendres générations.

C’est depuis 2008 que Caroline Fourest s’est engagée sur une piste qui, inexorablement, l’éloigne du cœur du réacteur islamique. Elle est tout bêtement revenue à ses anciens amours : elle est redevenue une militante contre tous les intégrismes, au même titre que Madame Tout le monde. Quel courage et quelle originalité !

Or c’est la démolition du cœur du réacteur nommé islam qu’il nous faut viser, comme le font nos amies communes, ces courageuses musulmanes qui l’ont subi dans leur chair. La centrale islamique fonctionne, partout dans le monde, grâce à la fusion, dans la chaleur communautaire, dans la ferveur et dans la vénération, du Coran et de Mahomet. C’est bien cette vénération qui fournit toutes les générations de musulmans en énergie et en idéologie. Le but est toujours le même, immuable, depuis que le père fondateur, Mahomet, l’a fixé : la lutte, sous toutes ses formes et par tous les moyens, sur la voie d’Allah, jusqu’au triomphe final de la cause de l’islam, jusqu’à ce que le seul culte rendu soit à Allah.

L’islam n’a jamais été autre chose qu’une idéologie totalitaire et expansionniste, drapée d’oripeaux religieux.  Et c’est bien évidemment au détriment des autres communautés humaines que cette idéologie religieuse élargit sa zone d’influence. Folle est toute communauté humaine qui commet une erreur fatale et concède à faire une place à l’idéologie islamique et à ses victimes-vecteurs-reproducteurs que sont les musulmans.

C’est pitoyable de voir Caroline Fourest occupée à ronger des os de dinosaures, à perdre tant d’énergie dans une chasse inutile aux islamistes, aux intégristes et autres salafistes qui ne sont là que pour lui faire rater le cœur de cible : l’obséquieuse et immonde vénération et soumission qu’exigent le Coran et Mahomet de nos semblables, des êtres humains comme vous et moi.

En 2007, Caroline Fourest représentait encore pour moi un réel espoir. Aujourd’hui, je crains qu’elle ne manque de courage, intellectuel, politique et physique. Son dernier documentaire démontre qu’elle a choisi les petites ruses de l’esprit, des combines, des accommodements indignes de ses  combats passés. Elle ne se hisse plus à la hauteur des espoirs et du courage que représentent toujours nos amies communes : Ayan Hirsi Ali,  Tasleema Nasreen et Wafa Sultan. Contrairement à Mme Fourest, ces dames soutiennent le très démocrate et libéral Geert Wilders. Mais Mme Fourest continue de le considérer comme un vulgaire raciste et xénophobe. Il a juste osé comparer le Coran à Mein Kampf et à dire que l’immigration musulmane massive, sans intégration, représentait un danger pour les Pays-Bas et pour toute l’Europe. Nul n’ignore qu’il a gagné un long et rude procès où Wafa Sultan fut citée comme témoin et que son Parti de la Liberté est en passe de devenir la première formation politique du pays.

Aux militantes et aux militants de gauche qui n’osent pas dire la vérité toute nue au sujet de l’islam, ses adeptes militants promettent toujours la défaite et l’humiliation. En Afrique du Nord et en Orient, du Maroc jusqu’en Afghanistan, ils ont bien tenu leurs promesses.

Pascal Hilout, né Mohamed




Ils ont voulu tuer Lars Hedegaard, ils veulent faire taire Geert Wilders

Avec l’islamisation bien avancée des esprits européens, les temps sont durs pour le parler-vrai, pour l’écrit sincère et pour sa traduction, le plus fidèlement possible. La vérité et la sincérité ne peuvent se passer de Liberté. Mais lorsque l’intimidation et la terreur, au nom de l’islam, planent sur nos têtes, comme une épée de Damoclès, depuis la fameuse fatwa de Khomeiny contre Salman Rushdie, il ne reste plus que deux choix : louvoyer ou résister tout en s’exposant au couperet qui risque de vous tomber sur le cou, à n’importe quel moment.

Lars Hedegaard, historien et journaliste danois
Lars Hedegaard, historien et journaliste danois

Mardi dernier, le 5 février 2013, notre ami Lars Hedegaard, historien et journaliste  danois, qui avait lui aussi fait le choix d’exprimer clairement sa petite vérité au sujet de l’islam, vient d’être la cible d’un attentat. Mme Carlqvist, présidente de la branche suédoise de la « Société de la presse libre », a fait le lien entre cette agression et les positions défendues par cette association. “Nous voyons l’islam comme une idéologie totalitaire qui représente une menace pour notre mode de vie”, a-t-elle déclaré. Notre Société “ne sera pas réduite au silence”, a-t-elle souligné. A propos de cet attentat, Alain Wagner se pose aussi de bonnes questions auxquelles il nous faudra répondre.

Un autre résistant à l’islamisation et au chantage qui l’accompagne, aussi bien dans son pays, les Pays-Bas, que dans toute l’Europe, n’est autre que Geert Wilders. Il vient d’être confronté, encore une fois, aux insidieuses tentatives de s’accommoder des lois islamiques pour museler la Liberté.

Samedi dernier, le 2 février, c’est à Bonn qu’une conférence s’est déroulée sous haute surveillance policière. Il fallait s’inscrire presque un mois à l’avance, décliner son identité complète et laisser un numéro de portable, au cas où une menace viendrait tout chambouler. Il était prévu qu’à cette occasion, Geert Wilders dédicace la version allemande de son livre « Marked for Death », titre que j’avais traduit par « l’Homme à abattre ».

Mais c’était compter sans la frilosité des éditeurs et les lois allemandes qui ne sont en rien comparables au premier amendement de la constitution des Etats-Unis, là où la liberté d’expression est réellement sacrée.

Voici donc un extrait de cinq minutes de cette conférence. J’ai choisi quelques moments-clé et je les ai sous-titrés pour vous. Vous constaterez que la Liberté d’expression en Europe est bel et bien dans une fâcheuse posture.

[youtube]http://youtu.be/cgcHl01zwuQ[/youtube]

Pascal Hilout, né Mohamed




Geert Wilders, l’homme à abattre : un héros qui défend la liberté contre l’islam

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=bQeYiFxCX9g[/youtube]

Geert Wilders vient de publier aux États-Unis un livre intitulé :

Marked For Death : Islam’s War Against the West and Me

Que j’ai choisi de traduire par

L’Homme à Abattre : la guerre de l’islam contre l’Occident et contre moi-même

A cette occasion, l’auteur a été sollicité pour plusieurs interviews outre-Atlantique. En attendant de vous rendre compte du contenu de son livre, je viens de sous-titrer une de ces interviews qui réjouit les cœurs et nous réconforte : nous ne sommes pas les seuls à dire qu’aucun peuple ne jouira de la Liberté, tant que des pans entiers de sa population sont soumis à l’islam, à cette idéologie liberticide, inégalitaire, séparatiste et haineuse à souhait.

A l’heure de la mondialisation, entre islam et Liberté, le monde entier est appelé à faire son choix, sur tous les fronts, aussi bien en France, en Tunisie qu’au Moyen-Orient.

Riposte Laïque et Résistance Républicaine ont résolument fait le difficile choix opéré par Ayaan Hirsi Ali, Wafa Sultan, Theo van Gogh, Geert Wilders, Salman Rushdie, Robert Redeker etc.

Et pendant que l’islam étend subrepticement ses tentacules sur nos concitoyennes et concitoyens musulmans pour étouffer toute velléité d’émancipation, nos journaux hexagonaux continuent de salir Geert Wilders, ce héros pétri de courage et de sincérité qui nous indique le chemin à suivre, quitte à vivre constamment sous protection policière, à se réfugier avec sa femme dans des prisons, des casernes ou dans des bunkers protégés. La conquête et la reconquête de la Liberté n’est pas une sinécure. Elle se fait désirer et il faut la mériter, génération après génération.

Pascal Hilout, né Mohamed




Geert Wilders : Il est temps de démasquer Mahomet

Geert Wilders *
Pour savoir pourquoi l’islam est un danger mortel, on doit prendre en considération non pas uniquement le Coran mais aussi le caractère de Mahomet qui a conçu le Coran et la totalité de l’islam.
Le Coran n’est pas seulement un livre. Les musulmans croient qu’Allah lui-même l’a écrit et qu’il a été dicté à Mahomet dans sa version originale : Umm al-Kitab,  conservée sur une table au paradis. Par conséquent, personne ne peut discuter son contenu. Qui voudrait oser être en désaccord avec ce qu’Allah lui-même a écrit ? Cela explique beaucoup du comportement de Mohammad, de la violence du jihad jusqu’à la haine et la persécution des Juifs, des autres non-musulmans et des apostats. Ce que nous considérons comme anormal est parfaitement normal en islam.
Un second problème insurmontable avec l’islam est la personnalité de Mahomet. Il n’est pas vraiment n’importe qui. Il est l’homme parfait, al-isnân al-kâmil. Pour devenir musulman, on doit prononcer la Shahada (le credo du musulman). En prononçant la Shahada, on témoigne qu’il n’y a pas d’autre dieu à adorer qu’Allah et on témoigne que Mahomet est son serviteur et messager.
Le Coran et donc Allah ont imposé l’obligation d’imiter la vie de Mahomet. Les conséquences de cette obligation sont horribles et on peut les observer tous les jours.
Il y a eu beaucoup d’analyses sur la santé mentale de Mahomet. Malgré toutes les recherches disponibles, elle est rarement évoquée ou débattue. C’est aussi un tabou de discuter la vraie nature de cet homme, regardé par un milliard et demi de Musulmans comme un saint prophète et un exemple à suivre. Ce tabou doit être percé en Occident et ici aux Pays-Bas.
Ali Sina est un Iranien ex-musulman qui a fondé une organisation d’apostats de l’islam : Faith Freedom International (l’Internationale de la Liberté de la Foi).  Dans son dernier livre, il avance l’idée que Mahomet est un homme narcissique, un tueur de masses, un terroriste, un misogyne, un débauché, un chef objet d’un culte, un violeur, un tortionnaire, un assassin et un pillard. Sina a offert 50.000 dollars à celui qui prouverait le contraire. Personne n’a réclamé la récompense à ce jour. Cela n’est pas étonnant car sa définition de Mahomet est fondée sur les textes islamiques eux-mêmes, comme les hadiths et les descriptions de la vie de Mahomet par des témoignages de contemporains.
Le fait historique est que Mahomet était le chef sauvage d’une bande de voleurs de Médine. Sans scrupules, ils volaient, violaient et tuaient. Les sources décrivent ces orgies de sauvagerie : les gorges de centaines de gens tranchées, les mains et les pieds coupés, les yeux arrachés, des tribus entières massacrées. Un exemple en est l’extinction de la tribu juive Kurayza à Médine en 627. Un de ceux qui ont tranché les têtes de ces juifs était Mahomet. Les femmes et les enfants ont été vendus comme esclaves. Confrontés aujourd’hui à la folie du terrorisme islamique, il n’est pas difficile de trouver d’où provient cette folie.
A Vienne, Elisabeth Sabaditsch-Wolf, (1) une militante pour les droits des femmes, a été récemment condamnée à payer une amende pour avoir insulté une religion en qualifiant Mahomet de pédophile. Alors que c’est la vérité. Plusieurs hadiths contiennent les témoignages de la femme favorite de Mahomet, son enfant-épouse  ‘Aîcha. ‘Aîcha a dit textuellement : « Le Prophète m’a épousée quand j’avais six ans et a eu un rapport sexuel avec moi quand j’avais neuf ans ».
Selon l’historien Théophane (752-817), Mahomet était épileptique. Les crises d’épilepsie s’accompagnent souvent d’hallucinations, de sueurs au front et d’écume à la bouche ; c’est précisément les symptômes que Mahomet présentait lors de ses visions.
Dans son livre The other muhammad (L’autre Mahomet ,1992) le Dr Herman Somers, psychologue flamand, a conclu que vers la quarantaine, le « prophète » commençait à souffrir d’une acromégalie, un état causé par une tumeur de l’hypophyse, un petit organe situé juste sous le cerveau. Quand la tumeur de la glande hypophyse provoque une compression du cerveau, la personne commence à voir et à entendre des choses qui n’existent pas. Le diagnostic psychopathologique du cas de Mahomet est une souffrance hallucinatoire organique à caractéristique paranoïde.
L’historien allemand de la médecine Armin Geus parle d’une schizophrénie hallucinatoire paranoïde. Une analyse similaire peut être trouvée dans le livre Le cas médical deMahomet par le médecin Dede Korkut.
Dans son livre Psychologie de Mahomet : à l’intérieur du cerveau du Prophète, le  Dr Masud Ansari qualifie Mahomet « de parfaite personnification d’un psychopathe en puissance ». Mahomet a une personnalité paranoïde sortie de ses gonds avec un complexe d’infériorité et des tendances mégalomaniaques. Vers la quarantaine, il a commencé à avoir des visions qui l’ont conduit à croire qu’il avait une  mission cosmique et que rien ne l’arrêterait.
La vérité n’est pas toujours plaisante ni politiquement correcte. Sur la base de ces recherches citées précédemment, on peut discuter sur la croyance islamique qui oblige un milliard et demi de personnes dans le monde, dont un million vivant aux Pays-Bas, à prendre Mahomet comme exemple. Il n’y a pas de retour en arrière pour celui qui devient musulman. Bien que l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme stipule que toute personne a le droit de « changer de religion et de croyance », dans l’islam au contraire, il y a la peine de mort pour quiconque abandonne la foi. (2)
Quiconque élève la voix en critiquant l’islam et Mahomet, encourt un grave danger personnel – comme j’en ai eu l’expérience. Celui qui tente d’échapper à l’influence de l’islam et de Mahomet risque la mort. Nous ne pouvons continuer à accepter cela dans les circonstances actuelles. Un débat public à propos de la vraie nature du personnage de Mahomet peut permettre aux musulmans à travers le monde qui désirent quitter l’islam d’y voir clair et d’avoir un soutien.
Les apostats sont plus que jamais des héros et méritent le soutien des amoureux de la liberté dans le monde. Les hommes politiques des partis ne devraient pas avoir de rôle à jouer en la matière. Il est temps pour nous d’aider ces gens en démasquant  Mahomet.
Traduit de la version anglaise par :
Bernard Dick
(*) Geert Wilders : Membre du Parlement des Pays-Bas, président du Parti de la Liberté (PVV). Article publié par le magazine hebdomadaire « HP/De Tijd » des Pays-Bas. Version anglaise :
http://www.jihadwatch.org/2011/03/geert-wilders-time-to-unmask-muhammad.html
(1) Mme Elisabeth Sabaditsch-wolf a participé aux « Assises Internationales sur l’islamisation de nos pays » à Paris le 18/12/2010.
http://ripostelaique.com/les-assises-de-lislamisation [NDT]
(2) Dans l’islam, il y a deux catégories d’ « adeptes » : le musulman (muslim) et le croyant  (mu’min). Un musulman n’est pas obligatoirement un croyant. Donc, un athée, né musulman, reste toujours musulman [NDT].

.




Procès d'Amsterdam : Geert Wilders contre-attaque victorieusement

Procès d’Amsterdam contre Geert Wilders, procès de Vienne contre Elizabeth Sabaditsch-Wolff, bientôt peut-être procès de Paris contre Riposte Laïque : la critique de l’islam est risquée, qu’on se le dise ! Les menaces judiciaires qui pèsent sur notre journal nous donnent l’occasion de faire le point sur le procès de Geert Wilders et sur la façon dont il a réussi à le transformer en procès de l’islam. En tous cas, quel que soit le verdict, Geert, qui a toujours contre-attaqué avec courage, a gagné politiquement : après une première percée électorale aux élections municipales, son jeune Parti de la Liberté obtient 16 % des voix aux législatives de juin 2010, et son soutien devient incontournable pour pouvoir former le gouvernement :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Geert_Wilders
Tout commence, avec un court métrage d’un quart d’heure réalisé par Wilders, Fitna. La dénonciation de l’islam y prend la forme d’images de scènes de violence et de terrorisme et d’extraits de prêches violents, antisémites, sexistes ou homophobes. L’islam est comparé au nazisme. La critique est sans concession mais parfaitement documentée, accompagnée d’une voix qui lit des citations violentes du Coran et de photos de manchettes de journaux évoquant des actes précis de terrorisme. Une telle critique documentée est en théorie permise. En théorie.
Censuré de tous les côtés, le court-métrage n’est visible qu’à la suite de jeux de pistes qui aboutissent sur des sites différents selon les moments, et son séjour sur un site est toujours provisoire.
Les menaces de mort pleuvent, tant sur Geert Wilders que sur les sites qui diffusent son film, et elles sont à prendre au sérieux en ce pays qui a vu récemment les assassinats de Pim Fortuyn et de Théo Van Gogh. Al Qaida s’en mêle. Cependant, dans un premier temps, on croyait au moins Geert à l’abri d’un procès. En juin 2008, le Procureur avait décidé de ne pas le poursuivre, estimant que ses propos étaient insultants et blessants, mais ne relevaient pas du pénal.
Las ! La police de la pensée ne lâche jamais sa proie. En matière de critique de l’islam, abandons de poursuites et relaxes ont vocation à être provisoires.
Voilà donc Geert inculpé quand même :
http://www.bivouac-id.com/billets/geert-wilders-sera-finalement-poursuivi-en-justice/
Un procès est programmé pour le 20 janvier 2010. Les accusations d’origine ne tiennent pas trop la route ? Ce n’est pas grave. On va les élargir (méthode qui sera également utilisée dans le procès de Vienne contre Elizabeth Sabaditsch-Wolff) :
http://www.postedeveille.ca/2010/01/paysbas-.html
Cette période de fin janvier 2010 s’avère un point de bascule qui va permettre à Geert de passer résolument à l’offensive. Les discours de dénigrement de la bien-pensance cessent d’être les seuls audibles, en particulier grâce à un article du Wall Street Journal, qui demande l’arrêt immédiat du procès. Bivouac-ID a traduit cet article en français :
http://www.bivouac-id.com/billets/faut-il-stopper-le-proces-de-wilders/
Ce qui gêne l’auteur de l’article, ce n’est pas que Wilders soit traîné en justice pour délit d’opinion. C’est surtout qu’il se rend compte que le procès est en train de mal tourner :
« Ce qui devait au départ être un procès contre Geert Wilders accusé d’” islamophobie” a presque été transformé en son contraire : un procès historique sur le message du Coran.
Le tribunal d’Amsterdam poursuivant l’homme politique néerlandais controversé est aujourd’hui obligé de répondre à la question si oui ou non ce livre sacré pour plus d’un milliard de croyants, peut être comparé au livre d’Hitler ”Mein Kampf”, l’une des publications les plus vils dans l’histoire de la civilisation occidentale. Demandez vous ce qui pourrait mal tourner. »
Le procès pourrait finir par causer des incidents diplomatiques, figurez-vous :
« Plus important encore, les poursuites contre M. Wilders pourraient au bout du compte, créer sans le vouloir une crise entre les Pays-Bas et le monde islamique. »
On pourrait même voir -horresco referens !- un livre « saint traduit en justice :
 » Ce qui se retrouve sur la sellette n’est pas tant Geert Wilders, mais le livre saint de l’Islam. »
Comment de telles horreurs sont-elles devenues possibles ? Parce que Wilders entend faire venir des témoins qui connaissent bien l’islam et qui entendent témoigner contre cette religion sans faiblesse et données scientifiques en mains.
A la même époque, la bien-pensance se déchaîne et dépasse toutes les limites de l’odieux. A titre d’exemple, une station d’Etat « multiculturelle » trouve drôle de passer un court-métrage sur l’assassinat (heureusement fictif !) de Geert :
http://www.bivouac-id.com/billets/scandale-aux-pays-bas-une-station-detat-multiculturelle-produit-un-film-parodique-sur-lassassinat-de-geert-wilders/
Après encore quelques péripéties, le procès est programmé pour octobre 2010, et, là encore, il faut s’y reprendre à deux fois pour qu’il se tienne. Wilders réussit à faire récuser des juges ayant montré des indices de partialité :
http://www.bivouac-id.com/billets/flash-les-juges-de-geert-wilders-recuses-son-proces-va-recommencer/
Le procès recommence recommence le 4 octobre 2010. Un grand moment en est le témoignage de Wafa Sultan :
http://www.europe-israel.org/2010/10/proces-de-geert-wilders-le-temoignage-de-wafa-sultan/
Ceux qui craignaient que le procès devienne celui de l’islam ne sont pas déçus du voyage, car cette grande dame ne mâche pas ses mots :
« Le Coran est pire que Mein Kampf. »
 » … en Syrie, je n’ai jamais entendu parler d’un islam modéré ou d’un islam strict. Il n’y a qu’un seul islam et c’est l’islam dont je parle. Récemment, le premier ministre turc a aussi déclaré que « islam modéré » était une expression horrible. »
« Quand vous lisez, dans le Coran : « Coupez leur la tête et le bout de leurs doigts », vous ne pouvez pas parler d’une religion de paix. »
La relaxe est requise :
http://www.fdesouche.com/144017-pays-bas-la-relaxe-requise-pour-geert-wilders
Le jugement aurait du être prononcé le 5 novembre 2010, mais il semble s’être perdu dans quelque méandre.
En contrepoint, à la même période, un rappeur menace Wilders de mort : il est acquitté :
http://www.bivouac-id.com/billets/pays-bas-acquittement-pour-le-rappeur-qui-menace-de-mort-geert-wilders/
Quand je pense qu’il fut un temps où nul n’était inquiété pour ses opinions, et où par contre les menaces de mort entraînaient des condamnations … ça s’appelait la démocratie et l’Etat de droit, si je me souviens bien, et c’était plutôt pas mal comme régime. Mais bon … là, je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaïtre …
Oh ! à propos …
Si vous avez aimé Fitna, vous adorerez Islam Rising, du même auteur :
http://www.bivouac-id.com/billets/bande-annonce-du-nouveau-film-de-geert-wilders-islam-rising/
Et, si vous n’avez pas aimé, faudra vous y faire ….
Martine Chapouton




Procès d’Amsterdam : Geert Wilders contre-attaque victorieusement

Procès d’Amsterdam contre Geert Wilders, procès de Vienne contre Elizabeth Sabaditsch-Wolff, bientôt peut-être procès de Paris contre Riposte Laïque : la critique de l’islam est risquée, qu’on se le dise ! Les menaces judiciaires qui pèsent sur notre journal nous donnent l’occasion de faire le point sur le procès de Geert Wilders et sur la façon dont il a réussi à le transformer en procès de l’islam. En tous cas, quel que soit le verdict, Geert, qui a toujours contre-attaqué avec courage, a gagné politiquement : après une première percée électorale aux élections municipales, son jeune Parti de la Liberté obtient 16 % des voix aux législatives de juin 2010, et son soutien devient incontournable pour pouvoir former le gouvernement :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Geert_Wilders

Tout commence, avec un court métrage d’un quart d’heure réalisé par Wilders, Fitna. La dénonciation de l’islam y prend la forme d’images de scènes de violence et de terrorisme et d’extraits de prêches violents, antisémites, sexistes ou homophobes. L’islam est comparé au nazisme. La critique est sans concession mais parfaitement documentée, accompagnée d’une voix qui lit des citations violentes du Coran et de photos de manchettes de journaux évoquant des actes précis de terrorisme. Une telle critique documentée est en théorie permise. En théorie.

Censuré de tous les côtés, le court-métrage n’est visible qu’à la suite de jeux de pistes qui aboutissent sur des sites différents selon les moments, et son séjour sur un site est toujours provisoire.

Les menaces de mort pleuvent, tant sur Geert Wilders que sur les sites qui diffusent son film, et elles sont à prendre au sérieux en ce pays qui a vu récemment les assassinats de Pim Fortuyn et de Théo Van Gogh. Al Qaida s’en mêle. Cependant, dans un premier temps, on croyait au moins Geert à l’abri d’un procès. En juin 2008, le Procureur avait décidé de ne pas le poursuivre, estimant que ses propos étaient insultants et blessants, mais ne relevaient pas du pénal.

Las ! La police de la pensée ne lâche jamais sa proie. En matière de critique de l’islam, abandons de poursuites et relaxes ont vocation à être provisoires.

Voilà donc Geert inculpé quand même :

http://www.bivouac-id.com/billets/geert-wilders-sera-finalement-poursuivi-en-justice/

Un procès est programmé pour le 20 janvier 2010. Les accusations d’origine ne tiennent pas trop la route ? Ce n’est pas grave. On va les élargir (méthode qui sera également utilisée dans le procès de Vienne contre Elizabeth Sabaditsch-Wolff) :

http://www.postedeveille.ca/2010/01/paysbas-.html

Cette période de fin janvier 2010 s’avère un point de bascule qui va permettre à Geert de passer résolument à l’offensive. Les discours de dénigrement de la bien-pensance cessent d’être les seuls audibles, en particulier grâce à un article du Wall Street Journal, qui demande l’arrêt immédiat du procès. Bivouac-ID a traduit cet article en français :

http://www.bivouac-id.com/billets/faut-il-stopper-le-proces-de-wilders/

Ce qui gêne l’auteur de l’article, ce n’est pas que Wilders soit traîné en justice pour délit d’opinion. C’est surtout qu’il se rend compte que le procès est en train de mal tourner :

« Ce qui devait au départ être un procès contre Geert Wilders accusé d’” islamophobie” a presque été transformé en son contraire : un procès historique sur le message du Coran.
Le tribunal d’Amsterdam poursuivant l’homme politique néerlandais controversé est aujourd’hui obligé de répondre à la question si oui ou non ce livre sacré pour plus d’un milliard de croyants, peut être comparé au livre d’Hitler ”Mein Kampf”, l’une des publications les plus vils dans l’histoire de la civilisation occidentale. Demandez vous ce qui pourrait mal tourner. »

Le procès pourrait finir par causer des incidents diplomatiques, figurez-vous :

« Plus important encore, les poursuites contre M. Wilders pourraient au bout du compte, créer sans le vouloir une crise entre les Pays-Bas et le monde islamique. »

On pourrait même voir -horresco referens !- un livre « saint traduit en justice :

 » Ce qui se retrouve sur la sellette n’est pas tant Geert Wilders, mais le livre saint de l’Islam. »

Comment de telles horreurs sont-elles devenues possibles ? Parce que Wilders entend faire venir des témoins qui connaissent bien l’islam et qui entendent témoigner contre cette religion sans faiblesse et données scientifiques en mains.

A la même époque, la bien-pensance se déchaîne et dépasse toutes les limites de l’odieux. A titre d’exemple, une station d’Etat « multiculturelle » trouve drôle de passer un court-métrage sur l’assassinat (heureusement fictif !) de Geert :

http://www.bivouac-id.com/billets/scandale-aux-pays-bas-une-station-detat-multiculturelle-produit-un-film-parodique-sur-lassassinat-de-geert-wilders/

Après encore quelques péripéties, le procès est programmé pour octobre 2010, et, là encore, il faut s’y reprendre à deux fois pour qu’il se tienne. Wilders réussit à faire récuser des juges ayant montré des indices de partialité :

http://www.bivouac-id.com/billets/flash-les-juges-de-geert-wilders-recuses-son-proces-va-recommencer/

Le procès recommence recommence le 4 octobre 2010. Un grand moment en est le témoignage de Wafa Sultan :

http://www.europe-israel.org/2010/10/proces-de-geert-wilders-le-temoignage-de-wafa-sultan/

Ceux qui craignaient que le procès devienne celui de l’islam ne sont pas déçus du voyage, car cette grande dame ne mâche pas ses mots :

« Le Coran est pire que Mein Kampf. »

 » … en Syrie, je n’ai jamais entendu parler d’un islam modéré ou d’un islam strict. Il n’y a qu’un seul islam et c’est l’islam dont je parle. Récemment, le premier ministre turc a aussi déclaré que « islam modéré » était une expression horrible. »

« Quand vous lisez, dans le Coran : « Coupez leur la tête et le bout de leurs doigts », vous ne pouvez pas parler d’une religion de paix. »

La relaxe est requise :

http://www.fdesouche.com/144017-pays-bas-la-relaxe-requise-pour-geert-wilders

Le jugement aurait du être prononcé le 5 novembre 2010, mais il semble s’être perdu dans quelque méandre.

En contrepoint, à la même période, un rappeur menace Wilders de mort : il est acquitté :

http://www.bivouac-id.com/billets/pays-bas-acquittement-pour-le-rappeur-qui-menace-de-mort-geert-wilders/

Quand je pense qu’il fut un temps où nul n’était inquiété pour ses opinions, et où par contre les menaces de mort entraînaient des condamnations … ça s’appelait la démocratie et l’Etat de droit, si je me souviens bien, et c’était plutôt pas mal comme régime. Mais bon … là, je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaïtre …

Oh ! à propos …

Si vous avez aimé Fitna, vous adorerez Islam Rising, du même auteur :

http://www.bivouac-id.com/billets/bande-annonce-du-nouveau-film-de-geert-wilders-islam-rising/

Et, si vous n’avez pas aimé, faudra vous y faire ….

Martine Chapouton




Une station d'Etat hollandaise produit un film de fiction sur l'assassinat de Wilders !

L’on trouvera ci-dessous une vidéo consistant en la bande-annonce d’un film (fictif) sur la mort de Geert Wilders (fictive elle-aussi).
http://www.youtube.com/watch?v=SaBUYem2JEs
Elle a été produite par Fun X, station d’Etat subventionnée, par l’intermédiaire de sa filiale Pezpaq TV.
La station d’Etat se défend au nom du droit à la parodie et à la liberté d’expression.
Le PVV, parti de Geert Wilders, a protesté en ces termes :
«C’est un parfait manque de goût. Geert Wilders vit déjà sous une protection la plus lourde possible. Que l’on fasse du divertissement sur le meurtre de quelqu’un comme ça est dégoûtant. Pourquoi diable les gens payent-ils des impôts pour ça ? Il vaudrait mieux que FunX utilise ses subventions pour fidéliser un public d’auditeurs. Cela montrerait très vite que cette station n’est suivie par quasiment personne et qu’on peut donc rapidement s’en débarrasser. »
Il a demandé des explications au ministre en charge des médias, le Dr Plasterk.
Catherine Ségurane
scandale-aux-pays-bas-une-station-detat-multiculturelle-produit-un-film-parodique-sur-lassassinat-de-geert-wilders/