1

Dauphiné Libéré: Teten Gentil veut sauver le sulfureux soldat Dussopt

Pour l’élection législative 2022, le « mariole » Olivier Dussopt affiche sa très grande proximité avec Emmanuel Macron. Des photos suffisantes pour faire oublier ses trahisons à l’égard des électeurs socialistes de 2007, 2012, 2017, le démantèlement par ses soins de la fonction publique, sa volonté de mettre la retraite à 65 ans, les ponctions de la CSG sur les comptes des retraités ?

a-christophe-Tostain.jpg

Olivier Dussopt a toujours affiché son amitié avec l’ancien PDG du Dauphiné Libéré Christophe Tostain (à sa gauche sur la photo), l’homme qui tabassait les femmes et outrageait et insultait les gendarmes les soirs de beuverie. Vu la proximité des deux hommes, le quotidien est-il crédible avec ses articles à la gloire de Dussopt ?

Quelle différence entre le correspondant local du Dauphiné Libéré d’Annonay « Teten » Gentil et un cireur de pompes ? Aucune ! Couvert par la nouvelle présidente directrice générale du titre Noëlle Besnard (qui a remplacé Christophe Tostain (2), le massacreur de ces dames), et par le rédacteur en chef Guy Abonnenc, Etienne Gentil, surnommé « Teten » dans les bas quartiers d’Annonay et les bistrots qu’il fréquentent, fait ouvertement campagne pour le ministre suspecté de corruption Olivier Dussopt, qui a accepté les pots de vins des sociétés des Eaux. Dans l’édition du 31 mai, en page 1, Teten titre « Olivier Dussopt un ministre candidat indétrônable ». Bigre !

La réalité du terrain : Dussopt battu à cause de l’histoire d’eau et du reniement des électeurs de gauche

Entre les rêves de Teten et la réalité, il y a un océan. Dans la réalité de terrain, du côté d’Annonay, aucun maire de la centaine de villes et villages de la 2e circonscription de l’Ardèche n’a accepté d’être le suppléant du ministre du travail Olivier Dussopt, accusé de corruption par le Parquet National Financier.

L’actuel ministre a du se rabattre sur une mère de famille de Glun (petit village de 693 habitants) Laurence Heydel Grillere, qui n’apparait qu’en bas de la page 4 du luxueux prospectus couleur d’Olivier Dussopt distribué dans les boites à lettres avec les prospectus commerciaux par une société spécialisée, à défaut de militants qui accepteraient de « tracter » pour Dussopt. Consolation en ce lendemain de la fête des mères (et non des maires) : Laurence Heydel Grillere est néanmoins l’une des adjointes au maire de Glun. A défaut d’un maire, une demie maire !

Pourtant, si Olivier Dussopt, reconduit dans le nouveau gouvernement, était réélu député de l’Ardèche, le suppléant ou la suppléante deviendrait automatiquement député. Cette anecdote montre que les maires ardéchois ne croient pas en la victoire d’Olivier Dussopt, un des ministres suspecté de corruption de l’ère Macron.

La rédaction de Riposte Laïque a relaté cette situation réelle dans son édition du 27 mai :

https://ripostelaique.com/ardeche-olivier-dussopt-accuse-de-corruption-risque-de-ne-pas-etre-reelu.html

Les rêves et délires de « Teten » Gentil : Dussopt réélu

Dans la fiction, il y a les rêves de « Teten » Gentil (par chance pour lui le ridicule ne tue pas) qui divague en ces termes sur son « héros Dussopt » : « Olivier Dussopt, semble indéboulonnable…. Les scrutins se succèdent, les Présidents changent, les partis politiques traditionnels explosent et Olivier Dussopt ne bronche pas dans la 2e  circonscription de l’Ardèche. L’Annonéen de 43 ans est toujours élu de la République, invaincu dans les urnes en son nom propre, 15 ans après avoir allumé la première mèche en juin 2007, comme benjamin de l’Assemblée nationale.

« Ce ne fut pas toujours simple, à l’image des dernières élections législatives en 2017. À la surprise générale, la méconnue candidate En Marche Laurette Gouyet-Pommaret, surfant sur la déferlante Macron, lui avait damé le pion au premier tour. Mais pas au second, l’animal politique, farouche défenseur de la laïcité, avait su remettre l’église au cœur du village avec un marathon de rencontres publiques. Au plus près des habitants, et des maires qu’il a côtoyés avec l’écharpe tricolore dans un sens ou l’autre (maire ou député)…. ». En intégralité du « Teten » très gentil et très proche d’Olivier Dussopt.

Le constat impartial du quotidien Le Progrès : Dussopt en grosses difficultés

Le Progrès, autre quotidien de la région Rhône-Alpes (qui appartient au même groupe Ebra (1) que le Dauphiné Libéré) est plus objectif et impartial que le DL. Dans son édition d’hier, il classe Olivier Dussopt parmi les ministres en grosses difficultés dans leur circonscription.

Avec le professionnalisme qu’on leur reconnait, les journalistes de la rédaction du Progrès ne visualisent pas le même match que « Teten » Gentil. Ils écrivent « Dans la 2ème circonscription de l’Ardèche, Olivier Dussopt, ministre du Travail, se frotte à un territoire où Marine Le Pen a obtenu des résultats au-dessus de sa moyenne nationale au premier (25,52% contre 23,15% sur la France entière) comme au deuxième tour (45,64% contre 41,45%). Surtout, Olivier Dussopt a été élu en 2017 avec l’étiquette socialiste. Et, comme Damien Abad ou Justine Bénin, il l’emportait précisément contre un candidat de La République en Marche…. ».

https://www.leprogres.fr/elections/2022/05/30/abad-bouguignon-benin-ces-ministres-candidats-dans-des-circonscriptions-perilleuses

Certes, note article va rappeler la publicité des singes pour la lessive avec « Omo plus costaud » et les brillantes prestations des chimpanzés du cirque Rech (ancien cirque Jean Richard). Il montre surtout les différences d’analyse entre des journalistes objectifs et un correspondant de presse amélioré très engagé. Il dévoile aussi les différences entre le quotidien Le Progrès, qui n’a jamais mangé dans la « gamelle de la mairie d’Annonay » et le quotidien Le Dauphiné Libéré qui a toujours bénéficié des annonces légales payantes et des publicités payantes de la mairie d’Annonay et de la communauté de communes lorsqu’Olivier Dussopt était aux manettes localement.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

(1) Est Bourgogne Rhône Alpes (EBRA) est le holding d’un groupe de presse quotidienne régionale française créé en février 2006 avec l’acquisition du pôle Rhône-Alpes de la Socpresse par le groupe Est républicain et la Banque fédérative du Crédit mutuel. Depuis septembre 2009, le Crédit Mutuel Alliance Fédérale est l’unique propriétaire du groupe, selon le site d’information Wikipedia.

Premier groupe de presse quotidienne régionale, il possède neuf quotidiens régionaux — dont Le Dauphiné libéréLe ProgrèsDernières Nouvelles d’Alsace et L’Est républicain — diffusés dans 23 départements de l’Est de la France, ainsi que trois hebdomadaires locaux et deux journaux gratuits. Il a également détenu une maison d’édition et plusieurs chaînes de télévision locales.

En 2015, le groupe a vendu chaque jour 970 245 exemplaires de ses neuf quotidiens régionaux pour un lectorat estimé en 2013 à 4,29 millions de lecteurs par jour. En 2014, les quotidiens ont reçu 5 385 000 visites uniques par mois sur leurs sites web et 1 999 000 sur leurs applications mobiles.

En novembre 2015, le groupe EBRA décide de quitter le syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR) à la suite d’un différend sur le paiement de la cotisation du Républicain lorrain.

En septembre 2017, Philippe Carli (ancien président de Siemens France et ex-DG du Groupe Amaury) succède à Michel Lucas à la tête du groupe de presse après avoir été chargé de réaliser un audit de ses activités.

Le groupe ayant enregistré en 2018 une perte de plus de 113 millions d’euros, annonce début juin 2019 le projet d’ouverture d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) qui concernerait 386 postes. En parallèle, le groupe envisage la création d’une seconde structure qui emploierait 284 salariés à Houdemont, sur le site de L’Est Républicain. La direction espère voir le projet se mettre en place le 1er janvier 2021.

Le 18 mars 2022, EBRA rachète l’éditeur de presse en ligne Humanoid (qui détient notamment Numerama) pour une somme comprise entre 40 et 60 millions d’euros d’après Le Figaro.

(2) https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/grenoble-prison-requise-contre-l-ancien-pdg-du-dauphine-libere-juge-pour-violences-conjugales-en-recidive-2322454.html

https://www.sudouest.fr/justice/le-pdg-du-dauphine-libere-poursuivi-pour-violences-contre-une-femme-1577095.php

https://ripostelaique.com/tag/christophe-tostain-le-massacreur




Ardèche: Olivier Dussopt, accusé de corruption, risque de ne pas être réélu

Conseil de Macron à Dussopt : « Olivier, arrêtes de te faire offrir des lithographies numérotées en pots de vin par les distributeurs d’eau ou des bouteilles d’alccol millésimées par une distillerie de l’Ardèche ! Tu as assez déconné ces derniers temps, et c’est le dernier avertissement ».

Depuis 20 ans, le quotidien Le Dauphiné Libéré et ses dirigeants successifs ont « sponsorisé » l’irrésisistible ascension du socialiste Olivier Dussopt et couvert ses errements et dérives.

En 2017, pendant qu’il reprochait son manque d’éthique à François Fillon, Olivier Dussopt se faisait offrir de luxueuses lithographie contre l’octroi d’un marché public !

Olivier Dussopt, un homme seul dans la ville d’Annonay ?

Mardi 24 mai 2022 à 18 heures, une manifestation contre Éric Dupond-Moretti, Gérald Darmanin et Damien Abad s’est déroulée à Paris.

Le nouveau ministre Damien Abad a été lâché, en cinq minutes, par tous ses amis hauts placés, dont le président du Sénat Gérard Larcher.

Député socialiste de l’Ardèche jusqu’au 24 décembre 2017, le nouveau ministre du travail est visé par des procédures judiciaires suite aux articles de Mediapart,  dévoilant une affaire de corruption dès le 20 mai 2020.

Le journal Mediapart révèle qu’en janvier 2017, Olivier Dussopt s’est fait offrir des lithographies (5) numérotées du peintre Gérard Garouste (Les deux oeuvres en question se nomment La Reine Esther (6) et Le Compagnon, le Coq) par un dirigeant local de la Saur (3), quelques jours après avoir annoncé, en tant que maire, un partenariat industriel avec la même Saur pour l’installation d’une micro-turbine hydroélectrique sur la commune d’Annonay. Le contrat, négocié à partir de 2016, est signé en juin 2017. Ces œuvres sont estimées à un peu plus de 2 000 euros.

Olivier Dusspot (4) ne les a pas déclarées alors que c’est obligatoire pour « les dons, avantages […] d’une valeur qu’ils estiment supérieure à 150 euros dont ils ont bénéficié à raison de leur mandat », selon le code de déontologie de l’Assemblée nationale. Après avoir menti et déclaré que c’était un cadeau d’« un ami »,  fait par Franck Meneroux (2), l’un des dirigeants de la Saur en Ardèche, qui est par la suite démenti par l’intéressé Franck Meneroux, Olivier Dussopt reconnaît finalement que c’était bien un « cadeau de l’entreprise » et déclare qu’il va le restituer.

C’est oublier un peu vite les propos tenus par Olivier Dussopt au début de l’année 2017. Il expliquait qu’un élu condamné après avoir « utilisé les prérogatives qui étaient les siennes pour s’enrichir, pour détourner, pour dévier et vicier l’intérêt public et bafouer l’intérêt général », « ça devrait être éliminatoire »… Et en mars 2017, moins de deux mois après avoir reçu les « lithographies pots de vin », Olivier Dussopt ironisait sur les « cadeaux dispendieux », au moment où l’on apprenait que le candidat de LR François Fillon s’était vu offrir des costumes onéreux par l’avocat Robert Bourgi et qu’il évoquait alors le cadeau « d’un ami « . Plus faux cul qu’Olivier Dussopt, tu meurs !

Dans le quotidien Le Dauphiné Libéré, qui occulte les faits de corruption à ses lecteurs et qui présente Olivier Dussopt comme une victime de Médiapart, Olivier Dussopt indique « qu’il saisit la déontologue de l’Assemblée nationale afin qu’elle « vérifie la conformité de [son] choix initial. Il réfute que ces cadeaux aient constitué des remerciements aux marchés (trafic d’influence) confiés à la Saur, affirmant que celle-ci a « remporté ces marchés » parce qu’elle « était la mieux-disante ». »

Olivier Dussopt est depuis visé par une enquête du parquet national financier confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), ouverte pour « corruption » et « prise illégale d’intérêts », et son domicile d’Annonay est perquisitionné par la police le 18 août 2020.

Olivier Dussopt pourrait être contraint de démissionner du gouvernement à l’issue des législatives s’il n’est pas réélu dans l’Ardèche. Élu en juin 2007, puis en 2012 et 2017, sous  l’étiquette socialiste, parti qu’il a quitté le 24 décembre 2017 pour entrer au gouvernement, le sortant n’est pas assuré d’être reconduit par les électeurs dans la 2 ème circonscription de l’Ardèche (celle du Nord).

Comme Damien Abad (1), sous le coup d’accusations de viol portées par deux femmes, ou le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, aussi visé par une plainte pour viol, pour laquelle le parquet a requis un non-lieu en janvier dernier (qui est pour sa part resté à Beauvau), Olivier Dussopt s’accroche à son poste au gouvernement jusqu’aux législatives. Le scrutin constituera une porte de sortie. Dimanche, l’Élysée a fait savoir que tout ministre candidat aux législatives qui serait battu devrait démissionner. Une règle qui vise les 15 membres de l’exécutif candidats, y compris la première d’entre eux, Élisabeth Borne.

Percée de Le Pen dans la circonscription de Damien Abad en avril

En avril dernier à la présidentielle, la cinquième circonscription de l’Ain a massivement voté pour Marine Le Pen, la plaçant en tête du premier tour avec 27,4% des voix, devant Emmanuel Macron (22,7%) et Jean-Luc Mélenchon (20,3%). Au second tour, Emmanuel Macron s’est imposé sur le fil avec 50,8%, contre 49,2% pour Marine Le Pen. S’il serait hasardeux de prédire le résultat de la législative à cette seule aune, la percée de la candidate d’extrême droite au détriment d’Emmanuel Macron constitue a minima un indicateur.

De surcroît, Damien Abad aura face à lui un candidat Les Républicains, en la personne de Julien Martinez, conseiller municipal à Oyonnax. Une candidature qui pourrait contribuer à un émiettement des voix et jouer en défaveur du député sortant. L’investiture de Julien Martinez a été actée en dernière minute, Damien Abad s’étant écarté de LR à la veille de la date limite pour déposer son dossier en préfecture.

« J’y vais parce que Damien Abad nous a baladés. Il a manqué de clarté vis-à-vis de ses intentions. Quand on est un chef, impliquant de nombreuses responsabilités, on ne peut pas avoir l’attitude qu’il a pu avoir », a tancé le candidat LR officiel dans les colonnes du Progrès à l’égard de l’ancien patron des députés LR.

Olivier Dussopt, Damien Abad feront-ils partie de la « même charrette » au soir du 19 juin ? Malgré l’inconditionnel soutien du quotidien Le Dauphiné Libéré pour le premier et du journal Le Progrès pour le second.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 

(1) En plein confinement, alors que les restaurants étaient fermés, l’élu aindinois Damien Abad faisait partie des convives d’un prestigieux club d’affaires situé sur les Champs-Élysées à Paris. Le quotidien du soir  « Le Monde » évoque un « luxueux déjeuner », celui de la Fédération Nationale des Travaux Publics, le club TP 90 installé au dernier étage d’un immeuble luxueux de l’avenue des Champs-Elysées, doté d’une terrasse avec vue sur la Tour Eiffel.

Parmi les convives des déjeuners ou dîners se tenant en ces lieux feutrés où le luxe le dispute à la qualité des menus servis, concoctés par les équipes du chef étoilé Michel Sarran, figure, aux côtés de nombreux chefs d’entreprise et de politiques, le député de la 5e circonscription de l’Ain, Damien Abad.

(2) https://www.bing.com/ck/a?!&&p=bed2710526e44fbc3795c77a9aaccf12e74db29aaf1f39a76c66da8fb70ba4ffJmltdHM9MTY1MzY1NDA1MCZpZ3VpZD1mMThiODRkMy1kNDhkLTQ5ZGEtOTcwOS1hMzAzYzI0NGQzNDAmaW5zaWQ9NTM3Mg&ptn=3&fclid=72089f83-ddb7-11ec-a5b0-cb8e43893cd1&u=a1aHR0cHM6Ly9pc3N1dS5jb20vc2F1cmZvbmRhdGlvbi9kb2NzL3JhcHBvcnRfZF9hY3Rpdml0X19kZV9sYV9mb25kYXRpb25fc2F1ci8zOA&ntb=1

(3) En mars 2018, l’émission Cash Investigation dénonce, lors d’une enquête sur le contrat liant l’agglomération de Nîmes Métropole et la Saur depuis 2002, une marge trop importante effectuée par la société Saur. L’expert-comptable Patrick du Fau de Lamothe annonce dans l’émission que les Nîmois paient entre 30 et 40 % leur eau trop chère. Il a également signalé que la marge effectuée par Saur à Nîmes était « deux à trois fois plus importante que celle réalisée par les opérateurs de l’eau à Cergy, Dunkerque ou Toulouse »

(4) La défense du ministre est d’autant plus embarrassée que par le passé Olivier Dussopt s’était montré très sévère avec ce type de comportement. Lors de la campagne présidentielle 2017, il expliquait qu’un élu condamné après avoir « utilisé les prérogatives qui étaient les siennes pour s’enrichir, pour détourner, pour dévier et vicier l’intérêt public et bafouer l’intérêt général », « ça devrait être
éliminatoire »… Et en mars 2017, moins de deux mois après avoir reçu les lithographies, Olivier Dussopt ironisait sur les « cadeaux dispendieux », au moment où l’on apprenait que le candidat de LR François Fillon s’était vu offrir des costumes onéreux par l’avocat Robert Bourgi et qu’il évoquait alors le cadeau d’un ami .

(5) Les œuvres, estimées à « un peu plus de deux mille euros », ont été offertes par l’intermédiaire de Franck Meneroux, l’un des dirigeants de la Saur, selon Mediapart. « Problème : seulement quelques jours avant de se voir offrir les lithographies de Garouste, Olivier Dussopt a annoncé publiquement en tant que député-maire d’Annonay un partenariat industriel avec… la Saur pour l’installation d’une
micro-turbine hydroélectrique sur la commune », indique Mediapart. Dussopt a donc bien reçu des pots de vin d’un distributeur d’eau. Santé Olivier Dussopt !

(6) Gérard Garouste représente ici la reine Esther, qui, dans la tradition juive, est vue comme un instrument de la volonté de Dieu pour empêcher la destruction du peuple juif, les protéger.




Givors : Votez Michel Dulac, un vrai patriote RN, un homme du peuple

Michel Dulac et son suppléant Roch Simian veulent relancer le pouvoir d’achat en réduisant la TVA sur des produits de première nécessité, diminuer les charges patronales, ramener la sécurité dans les territoires, remettre du service public dans  les villages, préserver l’agriculture…

Michel Dulac est le candidat le plus présent sur le terrain, les marchés, les rues de Givors

Gros plan sur les élections législatives dans la 11e circonscription du Rhône, celle de Givors, où le juge Lyonnais Georges Fenech (RPR, puis UMP) avait arraché le fief rouge  aux communistes en 2002. Ce spécialiste de l’anti terrorisme ne se représente pas après son échec de 2017. Un seul homme, notre ami patriote Michel Dulac, réunit les conditions pour  gagner à Givors, cet ancien fief coco. Sans soutien extérieur, Michel Dulac avait fait 19,82 % aux départementales de 2021 dans le canton de Mornant, canton le plus défavorable de cette 11e circonscription du Rhône. Alors, ici, tous les espoirs sont permis.

Mais qui est Michel Dulac ? D’abord un vrai Lyonnais, un fleuriste de quartier, issu d’une des plus grandes familles de fleuristes lyonnais, né dans le canton de Mornant, au coeur de cette 11 è circonscription, longtemps conseiller régional RN, parti en guerre depuis 40 ans contre la grande distribution, les abus fiscaux, et contre toutes les racailles. A plusieurs reprises, en février 2021, il a mis en demeure le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin d’éradiquer toutes les racailles et les trafiquants de drogue à Lyon.

Pendant des décennies, le “petit commerçant” du 3e arrondissement de Lyon, qui combat l’insécurité, a été redouté par tous les maires de Lyon, surtout par Gérard Collomb lorsqu’il était maire de Lyon, puis ministre de l’Intérieur. Car Michel Dulac est capable de remuer des montagnes pour défendre la France, la loi, son quartier, les petits commerces, les habitants malmenés par les racailles. Car il aime Lyon, comme il aime la France. Il le prouve une fois encore aujourd’hui, avec son suppléant Roch Simian, producteur maraîcher, 25 ans, bientôt papa d’un deuxième enfant, et son directeur de campagne, le général d’artillerie Thomas Toussaint.

Michel Dulac, bonjour. Pourquoi êtes-vous candidat dans la 11e circonscription du Rhône, celle de Givors, la plus difficile du département ?

M.D. : « A Lyon, comme dans la périphérie, les commerçants, les lyonnais, les riverains, les citoyens sont, chaque jour, victimes d’une criminalité et d’une délinquance devenues la norme. Je me bats depuis de nombreuses années pour rétablir l’ordre et un mandat de député me donnerait un poids nécessaire pour faire pression sur les pouvoirs publics et pour les obliger à protéger tous les citoyens honnêtes, ceux qui travaillent dur et gagnent peu, ceux qui sont rackettés sur la voie publique, menacés dans leurs commerces ou entreprises. L’actuelle situation ne peut plus durer ! ».

En février 2021, vous avez fait la Une de la presse nationale, lorsque vous avez sommé le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin de venir à Lyon et d’eefectuer une « visite de la délinquance » dans les quartiers. Pourquoi Darmanin vous a répondu poliment, mais n’est pas venu ?

M.D. : « Le ministre des polices a peur de venir à Lyon. Il a eu peur de se retrouver en face de moi. Le ministre aurait étét vite à court d’argument face à la situation de terrain, face aux commerçants qui ne peuvent plus travailler, avec des centaines de migrants, installés à même le trottoir devant les entrées de magasins sur des couvertures, et qui vendent des poudres et des herbes, qui insultent nos clients qui les enjambent. Si Gérald Darmanin avait eu le courage de venir, je l’aurai pris par la manche pour l’emmener au milieu des racailles…. C’est cela le terrain ». Rires.

Michel Dulac, vous êtes aussi un acteur économique Lyonnais, si mes informations sont bonnes ?

M.D. : « Oui. Je suis chef d’entreprise, j’ai dirigé une dizaine de boutiques de fleurs. Aujourd’hui je gère ces commerces avec mes deux filles, avec une entreprise familiale active sur toute la Région Lyonnaise. Je suis aussi associé au sein d’une grande entreprise de la sécurité des biens professionnels, privés et des personnes. J’ai beaucoup d’expérience et je connais les problèmes des chefs d’entreprises, des commerçants, des artisans, des agriculteurs, des maraichers, des viticulteurs, de leurs salariés. Je suis très actif au service des employés, des ouvriers, des
artisans, des commerçants et des chefs d’entreprises ».

A la différence de nombreux politique, vous avez commencé à travailler en entreprise très jeune ?

M.D. : « Investi dans une entreprise depuis l’âge de 18 ans, j’ai aussi été mandaté successivement à toutes les élections professionnelles depuis 1980. J’ai siégé aux Chambres de Commerce Territorial et Régional ainsi qu’au Conseil de Prud’hommes de Lyon de 1980 à 2018. J’ai travaillé auprès de nombreuses associations caritatives, culturelles et de plusieurs confréries du terroir. J’ai reçu la médaille de Bronze de Courage et du Dévouement du ministère de l’intérieur, la médaille d’honneur du ministère de la justice et des libertés.  Je suis le seul candidataux élections législatives à avoir autant consacré sa vie à défendre tous mes compatriotes et tous les Français ».

Michel Dulac, vous avez la réputation d’un homme intègre, loyal expérimenté. Quel messages souhaitez-vous passer aux électeurs de cette 11 ème circonscription du Rhône ?

M.D. : « Une fois que vous m’aurez accordé votre confiance, élu avec mon suppléant, je rendrai compte, chaque mois, de toutes les propositions de lois faites à l’Assemblée Nationale et je voterai selon vos décisions.
Aucun autre candidat ne vous offrira une telle loyauté.

« Mon expérience de Conseiller Régional Auvergne-Rhône-Alpes de 2015 à 2021, de président du Collectif des Riverains et Commerçants : « TOUCHE PAS A MA BELLE VILLE » est une garantie de ma capacité à défendre vos intérêts, pour protéger et embellir ce qui compte pour vos campagnes, vos communes et vos villages.

« Aucun autre candidat ne sera autant présent sur le terrain.
Je vous en conjure ! Élisez un candidat du peuple qui vous ressemble, qui veut le bonheur des Français quelle que soit leur couleur de peau ou leur religion ! Un candidat connaissant les difficultés rencontrées par les habitants de nos communes, villages et campagnes et souhaitant par dessus tout défendre leurs intérêts au niveau local et national ».

Propos recueillis par Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 




Un violeur détenu à la prison de Valence s’évade lors d’une sortie au zoo

Le parcours pénitentiaire d’Ahmed B. était ponctué de plusieurs incidents en détention et d’une précédente évasion en 2017 à l’issue de laquelle il avait été rapidement interpellé et réincarcéré. Cette fois, il n’a pas eu besoin d’escalader le mur de la prison et de cisailler les clôtures. Il s’est fait la belle comme un oiseau dans le parc du même nom.

Avec Eric Dupond-Moretti, qui a transformé les prisons en « clubs Med », les détenus vont désormais visiter les zoo. Histoire, peut être, de leur montrer que leurs conditions de détention sont moins sévères que celle des animaux encagés. Mais, il arrive que le compte n’y soit plus une fois la visite du zoo terminée.

Ainsi, mardi 3 mai 2022, lors d’une sortie au zoo d’Upie (1), un détenu du quartier « maison centrale du centre pénitentiaire de Valence » a fait le singe et s’est évadé. Ahmed B., 43 ans, était incarcéré depuis le 23 novembre 2005 pour purger différentes peines, notamment pour viols sous la menace d’une arme.

https://www.msn.com/fr-fr/news/france/valence-un-d-c3-a9tenu-s-c3-a9vade-lors-dune-sortie-culturelle-au-zoo/ar-AAWUXpj?ocid=uxbndlbing

Ahmed B., 43 ans, a profité d’un court instant de solitude dans les toilettes du parc pour prendre la fuite, au nez et à la barbe des agents pénitentiaires. Immédiatement prévenus, les services de gendarmerie ont déployé d’importants moyens opérationnels afin de localiser le fuyard. Un hélicoptère a notamment été déployé pour survoler la zone. En vain.

L’histoire, confirmée par le procureur de la république de Valence ce mercredi, prêterait à rire si l’évadé « d’Alcatraz- Valence » avait été sous le coup d’une peine légère. Mais, l‘individu de 43 ans avait été condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour des faits de viols et d’extorsion sous la menace d’une arme.

En effectuant quelques recherches, on apprend que ce taulard au casier judiciaire bien chargé n’en était pas à son coup d’essai. Il s’était déjà évadé de prison en 2017. Incarcéré depuis 2005, il venait de purger une peine de quinze ans de réclusion criminelle pour des faits de viols et d’extorsion commis sous la menace d’une arme. Cette condamnation avait été prononcée en 2008 par la cour d’assises du Rhône.

Le violeur anticipe une libération prévue en mai 2025

Ce détenu avait ensuite été transféré en mai 2021 à Valence afin d’effectuer le reste de « multiples » condamnations de différentes natures : atteinte aux biens et aux personnes, infractions liées aux stupéfiants, infractions au Code de la route. « Sa libération était prévue le 31 mai 2025 », indique la procureur de Valence.

Bref, selon les services d’Eric Dupond-Moretti, ministre de la justice et candidat aux prochaines élections législatives, cet hôte des services pénitentiaires « n’était pas vraiment un mauvais bougre… Réinsérable… Même dans un zoo… ». Certes, son parcours en prison avait été ponctué de « plusieurs incidents ». L’administration pénitentiaire avait néanmoins, relevé « depuis plusieurs mois » un changement, « une dynamique positive dans son comportement ». Selon le parquet de Valence, le détenu suivait une formation et avait commencé à indemniser ses victimes. Il s’était également inscrit sur une liste d’attente pour travailler. C’est la raison pour laquelle, l’administration et le juge d’application des peines lui ont accordé cette permission de sortie culturelle sous la haute surveillance de quatre gardiens bien baraqués..

« Cette permission était prévue sur la journée dans un zoo afin de préparer l’individu à sa future sortie et d’évaluer ses capacités de réinsertion », tente de justifier le parquet.

Recherché, dans un premier temps dans l’enceinte du zoo, par les agents de l’administration pénitentiaire, ce « drôle d’oiseau » est resté introuvable. Les gendarmes ont alors été alertés et un dispositif a été mis en place pour tenter de retrouver le fugitif à l’extérieur du zoo. Il n’allait quand même pas se planquer dans l’enclo des zébus ou des lémuriens.

Le quadragénaire du centre de détention de Valence est toujours activement recherché ce mercredi 4 mai par les militaires drômois.

Bien sûr, une enquête a été ouverte dans la foulée du chef d’évasion avec flagrance et confiée à la Section de recherches de Grenoble en co-saisine avec le Groupement de gendarmerie de la Drôme. Les investigations étaient toujours en cours sous la direction du parquet de Valence mercredi après-midi. «Compte tenu du profil de l’intéressé et dans un souci de préservation de l’ordre public, tous les moyens sont engagés afin de rechercher activement ce condamné. Un mandat de recherche et un mandat d’arrêt ont été décernés mardi à son encontre», précisait une des responsables de l’enquête, jointe par téléphone.

La bonne nouvelle : les autres détenus de la prison de Valence qui visitaient le zoo ce jour là ne se sont pas évadés et ont regagné leurs cellules.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 

Consulter ces articles pour un complément d’information :

https://www.20minutes.fr/faits_divers/3280199-20220429-chambery-les-deux-detenus-qui-ont-tente-de-s-evader-renvoyes-a-la-maison-d-arret
https://www.20minutes.fr/faits_divers/2987451-20210228-perigueux-deux-detenus-evadent-sciant-barreaux-prison
https://www.tf1info.fr/justice-faits-divers/drome-un-detenu-profite-d-une-sortie-au-zoo-pour-s-evader-2218670.html
(1) Le zoo d’Upie – Le jardin aux oiseaux ou zoo d’Upie est un parc zoologique de six hectares, créé en 1976 et situé à Upie, au sud de l’agglomération de Valence, dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ouvert toute l’année, ce parc à l’entrée payante, présente aux visiteurs deux cents espèces d’oiseaux, correspondant à environ un millier de ces animaux , mais aussi de nombreuses espèces de mammifères, tels que le chien-loup, le zébu, le lama, et le wallaby, ainsi qu’une espèce de reptile. En outre ce parc est présenté comme un centre de reproduction pour espèces menacées.



La fraude aux mille visages a explosé de 300 % sous Macron

C’est ce que révèle le livre blanc « Fraude : le fléau aux mille visages » écrit par Mélanie Benard-Crozat et publié le 13 avril 2022 par Deveryware (1), l’expert européen d’investigation et des services numériques pour la sécurité globale. Ce livre se lit comme un polar et est offert par l’éditeur en version PDF à tous les lecteurs qui en font la demande via ce lien.

https://deveryware.com/livre-blanc-fraude-fleau-aux-mille-visages/

Cet ouvrage très documenté révèle que la fraude continue de progresser en France (plus 300 % en deux ans) et coûte des milliards d’euros à l’État français, aux entreprises et aux particuliers. Ces experts analysent les menaces multiples liées à la transformation digitale des entreprises. Ce qui a amplifié les risques. Si la prise de conscience au sein des organisations est maintenant réelle, les actions mises en place restent parfois limitées en France et en Europe.

Selon les auteurs, la fraude à l’état, la fraude à la TVA constituent un sport national en France. S’y ajoutent les nouvelles fraudes au chômage partiel, sans réaction significative de l’administration dirigée par Emmanuel Macron. Les années 2020 et 2021 ont été, selon les experts de ce cabinet, des années record.

TRACFIN, le service de renseignement du ministère de l’économie, abondamment cité dans ce livre blanc, relève une augmentation inédite, sur un an, des détournements d’aides publiques à des fins d’escroquerie. Cet organisme précise avoir aussi remarqué l’obtention frauduleuse de 2,5 millions d’euros alloués par le fonds de solidarité.

Et le livre de détailler : « Les fraudes sont le fait d’entreprises, mais l’existence de réseaux organisés de détournement y contribuent…. Un problème déjà identifié récemment par la caisse nationale des allocations familiales ».

Même des départements dit « paisibles », comme le Morbihan, sont épinglés. Pour l’année écoulée, « 13,5 millions de redressement ont été notifiés dans le 56 après des contrôles anti-fraude ».

Dans le secteur de l’hygiène (Covid oblige !), enquêteurs et experts déplorent des fraudes moyennes de l’ordre de 550 690 euros par dossier. Pas de la menue monnaie.

Aux fraudes françaises, perpétrées par des français et autres habitants de l’hexagone, s’ajoutent les détournements générés par les pirates internet du monde entier, notamment de l’Afrique et de l’Asie, qui considèrent que la France et ses entreprises constituent une vache à lait. Et le gouvernement Macron n’a pas mis en place les nouvelles procédures pour identifier et lutter  contre cette nouvelle menace. En ne déployant pas le blockchain, une technologie de stockage et de transmission d’informations, prenant la forme d’une base de données ayant la particularité d’être partagée simultanément avec tous ses utilisateurs. Et identifiant et recensant les intervenants suspects.

Jürgen Stock, secrétaire général d’Interpol (dont le siège est à Lyon) résume parfaitement la menace en ces termes : « Dans la mesure où plus de 4,5 milliards de personnes sont connectées, plus de la moitié de l’humanité court le risque d’être victime de la cybercriminalité à tout moment, ce qui nécessite une réponse puissante et unifiée ». Et un engagement très fort des dirigeants nationaux.

Cet ouvrage a le mérite de dresser un état des lieux en France, très chiffré. Il constate une progression de 300 % des entités frauduleuses sur les deux dernières années. Avec à la clé escroqueries financières, blanchiment, fraude « au président », cyber fraude, etc.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

(1) Deveryware est le groupe français expert en technologies et services pour la sécurité globale, comprenant 150 collaborateurs. Après la publication d’un livre blanc en 2020 « La Data au coeur de l’enquête » sur les enjeux liés à l’exploitation des données par les enquêteurs, le groupe, fort de son expertise, révèle les derniers chiffres et les moyens utilisés par les fraudeurs.




Bataille du rail : les potes à Jadot détruisent 1500 tonnes de blé!

1 500 tonnes de blé ont été saccagées et déversées dans la nature par les écolos pilleurs de train. Une autre forme de grand banditisme sur une planète où 2 milliars d’êtres humains meurent de faim.
Samedi matin, en quelques minutes, près de Pontivy dans le Morbihan (56), un groupe de personnes – les médias locaux évoquent une cinquantaine de participants – du collectif « Bretagne contre les fermes-usines » soutenu par le mouvement Extinction Rebellion s’en est pris à un train livrant des céréales. Le chargement était destiné à une usine de fabrication d’aliments pour animaux du groupe Sanders. « Environ 1 500 tonnes de céréales ont été ainsi détruites » estiment nos confère de l’action agricole Picarde. Et d’ajouter « La justice doit passer »..
Un braquage à l’ancienne, avec construction d’un mur d’agglos sur la voie pour bloquer le train. Un braquage de cérales dans un pays où les habitants n’ont jamais connu la faim…

En détruisant 1500 tonnes de grains de blé, soit l’équivalent de 6 millions de baguettes de pain pour nourrir les gens, les réactions d’indignation ont été nombreuses. Parmi elles, celle d’Intercéréales, l’interprofession des céréales, qui condamne cette opération« intolérable » en ces termes: « Alors même que le monde mesure jour après jour les conséquences de la guerre en Ukraine sur les risques d’approvisionnement en céréales. Alors même que la FAO s’inquiète sur la capacité de de nombreux pays à nourrir leurs populations dans les prochains mois. Alors même que les éleveurs français ont besoin d’aides d’urgence afin de pouvoir continuer à nourrir leurs animaux. La filière céréalière française dénonce une action intolérable et alerte sur les conséquences que pourraient avoir ce type d’actions sur les consommateurs français, ainsi que sur les populations des pays pour lesquels l’approvisionnement en blé est vital ». Les citoyens français partagent, dans leur ensemble cette indignation.

Cette action, revendiquée par le groupe écologiste  “Bretagne contre les fermes-usines” et l’association anti-élevage “Extinction Rebellion France”, porte un coup à la campagne présidentielle de Yannick Jadot et décrédibilise le camp des Verts et leurs belles paroles. Car ces gens là critiquent tout, mais ne proposent pas de solution pour nourrir 70 millions de Français, et bientôt 10 milliards de gens sur terre.
Ces militants nantis critiquent le système “ productiviste” , « l’agro-industrie“ et les ” fermes usines  » , qui nourrissent chaque jour les populations, et qui constituent l’exception en France. Car la quasi majorité des exploitations françaises sont plus “petites” que dans beaucoup de pays en Europe et dans le monde. L’Agriculture française a des productions extrêmement variées et assure à la fois les débouchés industriels, locaux et de proximité, aux choix des consommateurs.
La rédaction de Riposte Laïque s’associe à tous les agriculteurs pour dire « honte à ce gâchis ! » quelles qu’en soient les raisons évoquées, et demande à la justice de retrouver les auteurs et de les condamner sévèrement, en utilisant les textes du code pénal réprimant le banditisme en bande organisée. Car cette « bataille du rail » (1) moderne est intolérable et relève de l’imposture.
https://www.sudouest.fr/…/agriculture-un-train-de…https://www.larep.fr/…/une-action-ecologiste-en…
https://www.lemonde.fr/…/dix-chiffres-cles-sur-l…https://www.ouest-france.fr/…/la-ferme-france-compte…

Qui sont ces braqueurs d’un nouveau genre ? A première vue des écolo qui n’ont pas la valeur de l’argent et du travail des agris, des personnes qui souhaitent détruire le travail des autres… Encouragés par un Yannick Jadot qui profite d’indemnités et de salaires démesurés en tant que député européen.

Quel dégoût que cette rébellion, d’un autre âge, déversant 1500 tonnes de céréales sur les voies ferrées soit l’équivalent de 6 millions de baguettes de pain, alors qu’une partie de l’humanité crève de faim et que nombre de nos retraités font les poubelles pour survivre, pressés comme des citrons par le système Macron.

Face à ce préjudice financier de 2 millions d’euros, l’interprofession des céréales a demandé une réunion en urgence avec le gouvernement.

L’enquête de flagrant délit, conduite par les gendarmes, a déjà permis d’identifier certains acteurs de cette attaque de train, selon une source proche du dossier, jointe par téléphone.

Certains militants pensaient que les wagons contenaient du soja. Faut vraiment être écolo pour confondre soja et blé.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

(1) La Bataille du rail est un film français de René Clément, sorti en 1946 . Ce film retrace la résistance des cheminots français pendant la Seconde Guerre mondiale et leurs efforts (sabotage des trains et des voies) pour perturber la circulation des trains pendant l’ occupation nazie.

Pour son film, René Clément avait fait du repérage sur la ligne de Guingamp à Lannion dès la fin de 1944. Le tournage a lieu de début avril à septembre 1945 entre les communes de Plouaret, Trégrom, Lannion, Guingamp et la gare de Saint-Brieuc . De nombreuses scènes sont également tournées à Château-du-Loir dans la Sarthe et Dissay-sous-Courcillon (Gare de Saint-André).




Seul, Eric Zemmour recadre efficacement Emmanuel Macron

https://images.bfmtv.com/FaTb-hExkklyZp0rmCebSXXQlvE=/0x53:1024x629/640x0/images/Macron-Zemmour-1143897.jpg

Parmi tous les candidats à l’élection présidentielle, Eric Zemmour s’impose comme l’anti Macron par excellence. Il est le seul que Macron redoute dans le cadre d’un débat public télévisé.

Parmi les nombreux candidats à l’élection présidentielle 2022, les « vieux chevaux de retour », d’Arnaud Montebourg à Marine Le Pen, en passant par Valérie Pécresse ou Jean-Luc Mélenchon, n’ont pas les capacités intellectuelles ou la volonté politique de « recadrer » le « gamin trublion » Macron. Si, au début des années 1980, le même Emmanuel Macron, en client éméché d’un bistrot du Nord avec tenu ses propos sur les non vaccinés, le patron du bistrot aurait fait taire Macron, avec l’autorité du « bistrotier responsable. Mais voilà, nos confrères journalistes du Parisien n’ont pas le savoir faire professionnel des bistrotiers qui faisaient la richesse de nos terroirs.

Il aura donc fallu attendre le 6 janvier pourpour que le candidat préféré de la France profonde, Eric Zemmour, renvoie Emmanuel Macron dans « sa niche ». Et dise tout haut ce que 3 français sur 4 pensent.

Sur Europe 1 ce 6 janvier, Eric Zemmour a régalé les auditeurs de la station en réagissant aux propos d’Emmanuel Macron, qui expliquait dans un entretien au Parisien vouloir «emmerder» les non-vaccinés. Le candidat favori des électeurs et électrices de droite à la présidentielle a commenté : «J’aimerais bien qu’il emmerde d’autres gens comme les caïds, les trafiquants de drogue, les gens qui ont brûlé les voitures à la Saint-Sylvestre.»

Et Eric Zemmour d’enfoncer le clou : « Les terroristes qui tuent au Bataclan ce sont ses enfants, et en revanche les non-vaccinés ne sont pas citoyens ? ». Bien vu Eric !

Si l’attention médiatique s’est largement concentrée sur le terme «emmerder», pour Eric Zemmour, « la phrase la plus grave » de l’interview du chef de l’Etat est ailleurs, lorsque ce dernier affirme : « C’est l’immense faute morale des antivax : ils viennent saper ce qu’est la solidité d’une nation. Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen. »

Quel autre chef d’état dans le monde aurait osé tenir des propos aussi irresponsables ? Le turc Erdogan, qui n’est pas ma tasse de thé, a-t-il vraiment franchi la « Border Ligne » lorsqu’il proposait à son homologue français de lui prêter (gracieusement) son psychiatre personnel ? L’avenir le dira….

 

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 

 




Kalachs pour les racailles, armes confisquées pour les Français honnêtes

tchoislamisteguerre.jpg

Les truands islamistes des banlieues ont adopté la Kalachnikov, l’arme favorite d’Oussama Ben Laden, et la plupart des attaques de banques ou des règlements de comptes est réalisée avec des Kalachnikovs, comme le montrent ces images de vidéo surveillance.

Selon un décret publié, en catimini pendant le pont de la Toussaint samedi 30 octobre, au Journal Officiel de la République, les armes de guerre sont désormais interdites pour les français honnêtes. Cette interdiction prendra effet en début de semaine prochaine.

Sans fournir la moindre indication sur les dizaines de milliers d’armes de guerre automatiques (notamment les Kalachnikovs (1)…) dont disposent les terroristes, les racailles des banlieues, comme à Grenoble où les « Islamos Grenoblois » ont remplacé les « Italos Grenoblois », les truands, les islamistes, le ministre de l’intérieur justifie sa décision précipitée par le danger que représenterait le millier de français honnêtes détenant des armes de guerre.

Imaginez l’impact qu’aurait une telle décision si elle était prise en Suisse, pays où chaque réserviste de l’armée détient son arme de service et les munitions à la maison. Avec ce système ayant fait ses preuves, la Suisse enregistre une délinquance bien moindre qu’en France. Mais, le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a peu voyagé, est peu sorti de sa ville natale de Tourcoing, dans le Nord de la France …..

Incapable de désarmer les racailles et les truands, incapable de faire régner l’ordre dans de nombreuses banlieues de France sensibles, le ministre Gérald Darmanin ose affirmer : « Actuellement, sur le sol français, près de 1 000 armes dites « de guerre » sont détenues par des particuliers…. L’affirmation du ministre Darmanin est démentie par les chiffres fournis par les services du ministère de l’intérieur et un rapport DCPJ qui évalue à 3 140 000 le nombre d’armes illégalement détenues en France, dont 30 000 calibres dans les cités (2).

« Avec le décret gouvernemental publié au Journal officiel, samedi 30 octobre, la situation va changer. L’acquisition ou la détention, par cette catégorie de personnes, d’armes automatiques transformées, seront interdites dès lundi prochain ! »  affirme Gérald Darmanin. Défense de rire.

Cette information est confirmée ce dimanche par le quotidien Le Figaro.

En interdisant les armes de guerre pour les particuliers, le gouvernement contourne la « légitime défense » autorisée en France, et interdit aux particuliers de « sauver leur peau » lorsqu’ils sont attaqués par des racailles. Ce décret gouvernemental a été signé par le Premier ministre, Jean Castex. Sont concernés les détenteurs d’armes automatiques transformées en armes semi-automatiques. Autrement dit, qui ne tirent qu’une seule munition à la fois, avec un rechargement automatique. Ces personnes se verront dans l’obligation de « s’en dessaisir dès lundi ou [de] les faire neutraliser dans un délai d’un an », souligne le texte. Donc avant le 1er novembre 2022.

Par ailleurs, le nouveau système d’information sur les armes (SIA), déployé à partir du 8 février 2022, permettra de “savoir à tout moment où est une arme à feu enregistrée” et de réaliser des “contrôles automatisés et périodiques des détenteurs”, rappelle Beauvau.

Alors que la criminalité ne cesse d’augmenter en France, que les forces de police et de gendarmerie font face, de plus en plus difficilement, au surarmement du milieu, des islamo truands, des trafiquants de drogue, des cambrioleurs violents, le gouvernement estime que les types dangereux sont les français honnêtes, sans casier judiciaire, possédant une arme efficace pour se défendre.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

(1) Depuis 25 ans, des policiers, des gendarmes, et de nombreux parrains ou truands chevronnés tombent sous les tirs nourris de jeunes truands qui veulent éliminer les anciens. Certains survivent. Beaucoup succombent.
Les petits truands Marseillais, Grenoblois (ville où les « islamo Grenoblois’ ont remplacé les « Italo Grenoblois ») ou Lyonnais semblent avoir trouvé un second souffle avec l’utilisation massive de la kalachnikov. Mois après mois, semaines après semaines, policiers, civils, commerçants, truands Corses, Niçois, Varois ou Lyonnais, tous tombent sous le feu nourri des kalachnikovs. 
Rien au monde n’a fait plus de morts que l’AK-47. La Kalachnikov a tué plus que les bombes atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, plus que le virus du H.I.V., plus que la peste bubonique, plus que la malaria, plus que la Covid-19, plus que tous les attentats commis par les fondamentalistes islamistes, plus que tous les tremblements de terre réunis. « Une quantité colossale, inimaginable, de chair humaine…. » écrit Roberto Saviano, page 272, dans un livre saisissant « Gomorra, Dans l’empire de la Camorra » (éditions Folio, 2006). A croire que la nouvelle génération de truands, issus des banlieues, a potassé l’ouvrage en cours du soir.

Pour Roberto Saviano, auteur de « Gomorra, Dans l’empire de la Camorra », « Le fusil-mitrailleur AK-47 permet de tirer dans les situations les plus variées. Il ne s’enraie pas, même couvert de terre, même plein d’eau, et s’empoigne facilement, sa détente est si sensible qu’elle peut être pressée par un enfant. Chance, erreur, imprécision : tout ce qui peut sauver la vie lors d’une fusillade n’existe pas avec l’AK-47, un engin qui ne laisse aucune place au hasard. Simple à utiliser, facile à transporter, il est si efficace qu’on n’a pas besoin d’entraînement ». « Il peut transformer même un singe en combattant » a dit Kabila, le redoutable président congolais. 

(2)  Armes en circulation illégalement : 
1939 : 1 300 000
1945 : 7 000 000
1962 : 11 750 000 (en raison de stocks d’armes de l’OAS, armes légales distribuées aux volontaires républicains lors des putschs de 1958 et de 1961, et n’ayant pas réintégré les arsenaux)
1969 : 13 000 000
1999 : estimation de 15 à 18 000 000
2011 : estimation Sécurité Intérieure de 12 à 20 000 (Les 8 millions d’incertitudes seraient liées au fait que les enquêteurs ont un doute sur le bon état de fonctionnement, et l’existence de munitions fiables, de plusieurs millions d’armes automatiques parachutées par les américains à la résistance de 1942 à 1944, bien que les Sten soient increvables plusieurs décennies après leur mise en service). 
Le rapport DCPJ se veut plus rassurant et évalue à 3 140 000 le nombre d’armes illégalement détenues en France, dont 30 000 calibres dans les cités.




Pouvoir d’achat, immigration : Aliot fait du Mélenchon !

Monsieur Louis Aliot

Le Rassemblement National rejoint les thèses de la gauche en mettant au premier plan le pouvoir d’achat. Le recentrage continue malgré une réalité qui concerne l’immigration et la sécurité.

C’est Louis Aliot qui le déclare lors d’une interrogation d’un journaliste de l’Express :

Le pouvoir d’achat « sera l’un des thèmes forts. Lorsqu’on regarde les sondages, on voit que le pouvoir d’achat, avec les dépenses de santé, arrive systématiquement en première position dans les préoccupations des Français. Pour nos concitoyens, ce sont les questions sociales et sanitaires qui prédominent, arrivent ensuite les questions de sécurité et d’immigration ».  Est-ce que le RN va finir sa mue comme certain le prédisent, dans les méandres d’un centre gauche ? Espérons que non !

« La question migratoire passe derrière le pouvoir d’achat, qui est une préoccupation immédiate pour la population. » Exit donc, les priorités autrefois défendues par le FN devenu RN sous madame Le Pen.

Nous avons là un discours de notable. Depuis qu’il est devenu le maire d’une grande ville, Louis Aliot revêt des vêtements de bourgeois installé. Je ne doute pas que depuis qu’il est aux manettes à Perpignan, il a désormais conscience que la gestion de sa ville ne se fait pas en tirant les cartes ou en pratiquant l’idéologie. De là à nier la réalité française sur l’invasion migratoire qui ne serait pas une priorité, il y a un pas qui a été franchi.

Ce sont des milliards qui sont concernés par cette invasion migratoire de milliers d’Africains, la plupart des hommes, qui débarquent sur les côtes européennes et finissent en France, le pays qui a la meilleure protection sociale aux frais du contribuable.

Éric Zemmour le serine en permanence sur ces coûts, ces dépenses effarantes, et ces abus. Charles Prat, spécialiste dans la lutte contre la fraude fiscale et les fraudes aux prestations sociales l’écrit dans ses différents livres (Cartel des Fraudes1 et le 2 sorti récemment) sans que personne ne le démente.

C’est plus de 50 milliards de fraude à la prestation sociale, (Cartes Vitale en surnombre, retraite pour des plus que centenaires à l’étranger, etc.) et si on y ajoute la fraude fiscale, on arrive à 100 milliards.

Monsieur Louis Aliot fait de la politique. Il tente d’enrayer la montée inexorable d’Éric Zemmour dans les sondages et d’éviter le moment fatidique d’avoir à prendre une décision : le retrait de la candidature de madame Le Pen, ou sa décision de faire perdre son camps, in fine, pour satisfaire son ego.

Le bateau France a pris des coups de toutes sortes au ras de sa ligne de flottaison

Il prend l’eau. Il est menacé de couler sous la pression de l’immigration légale et illégale comme les clandestins et les « mineurs » qui nous coûtent un « pognon de dingue ». La France bouche les trous avec des crédits qui, même à taux zéro, s’accumulent.

La France est comme beaucoup d’entreprises, elle paie trop de charges, mais contrairement à celles-ci, elle peut s’endetter aux frais des contribuables. Le contribuable est un captif. Les autres se débrouillent pour ne pas être imposés grâce à l’assiette fiscale et obtiennent des aides sociales. Les entreprises, elles, déposent le bilan, ou elles s’évadent dans des paradis fiscaux.

Les Républicains, qui ont déjà gouverné, se découvrent une virginité et veulent le faire savoir sans aucune décence. Les Français savent ce qu’ils valent car, comme le dit Éric Zemmour, la droite une fois élue fait toujours une politique de gauche comme nous avons pu le constater avec Nicolas Sarkozy qui a fait de ses meilleurs ennemis, des ministres.

Xavier Bertrand préfère gouverner avec les communistes plutôt qu’avec la droite nationale. Valérie Pécresse n’a jamais brillé par ses déclarations patriotes. Tous deux sont des européistes déclarés. Il ne faudra pas compter sur eux pour renverser la table.

Le pire est Michel Barnier dont j’ai pu voir sur CNews, lors d’un débat avec Sonia Mabrouk et Mathieu Block-Côté une image d’imbu de lui-même, prétentieux, méprisant, le regard fuyant comme ses réponses d’ailleurs. Lorsqu’il était forcé de répondre, il devenait quasi agressif. Il tournait la tête ostensiblement à l’opposé de son interlocuteur, Mathieu Block-Côté, lui démontrant de fait qu’il n’avait pas à s’abaisser à lui répondre. C’en était caricatural, vraiment ridicule.

Nous pouvons constater qu’Éric Zemmour met le bazar chez tout ce beau monde

Tous sont obligés de se positionner devant les thèmes qu’impose Éric Zemmour. Que cela plaise ou non, ils sont tous obligés de manger leurs chapeaux et de démontrer, jusqu’à l’absurde, qu’ils sont patriotes, défendent la Nation, luttent contre l’immigration et veulent tous plus de sécurité et de justice. Sauf que le bilan de ces 40 dernières années d’exercices du pouvoir démontre le contraire.

Certains films populaires nous démontrent la réalité du Grand Remplacement

Que ce soit les différents « La guerre des boutons » ou « Le Petit Nicolas 1 et 2 », sans compter nos propres photos de classes, ou celles de nos petits-enfants pour ceux qui sont grand-parents, les images sont suffisantes pour comprendre qu’il n’y avait pas 80 % ou plus d’enfants issus de l’Afrique dans les classes.

Tandis que la gauche limitée intellectuellement, inculte historiquement, hurle au fantasme de l’extrême droite, la réalité de l’invasion migratoire est là, y compris dans certains villages de nos campagnes qui n’avaient jamais vu un immigré de près il y a encore 5 ans.

Alors oui, le pouvoir d’achat est important, l’assurance de mettre de l’essence dans le réservoir est primordiale pour pouvoir faire les 30 km environ, aller/retour, par jour, pour travailler à l’usine, dans les commerces aux alentours, dans toutes les provinces où il n’y rien d’autres que la voiture.

Je voudrais bien voir un abruti d’écolo gauchiste parisien, bordelais, lyonnais, etc., faire les trajets en vélo, sans compter les mères qui sont obligées de déposer les mômes dans des écoles à différents endroits, villages ou villes, en fonction de l’âge et du niveau scolaire de l’enfant.

Mais ce qui est encore plus important, c’est la sécurité, première des libertés et cela passe par la gendarmerie, la police et la justice, ces administrations démunies qui sont incapables de l’assurer.

L’immigration génère, quoi qu’en disent les gauchistes et autres humanistes, son lourd lot de violences, d’assassinats comme pour Samuel Paty, pour le Bataclan, les terrasses parisiennes, le Parc de France à Saint-Denis, Nice, et j’en passe.

Toutes ces violences n’ont pas été commises au nom de la Vierge Marie, que je sache. Tous ces assassins venaient bien d’au-delà de la Méditerranée, ou de pays islamiques.

Alors quoi qu’en disent les gauchistes, les écolos, le PS, le PC et autres, quoi qu’en disent à droite les Aliot, Le Pen, Barnier, Pécresse, Bertrand, s’il y a des urgences à traiter, cela passe par des fortes économies de dépenses sociales, des redistributions de celles-ci vers les nationaux seulement, et la diminution des charges des entreprises qui pourront alors embaucher, où payer mieux leurs salariés. Pour le moment, c’est Éric Zemmour qui a fait le bon diagnostic.

Gérard Brazon




Un ex-légionnaire français prend le pouvoir en Guinée Conakry

Une sorte de « Bigeard africain », baroudeur et héros dans la légion étrangère française en Afghanistan, le Colonel Mamady Doumbouya est le chef de la junte militaire de la République de Guinée. Il a viré du palais présidentiel tous les politiques corrompus. Bien des militaires français devraient suivre son exemple !
Eclairage. Le général Christian Piquemal, ancien patron des troupes de légion, peut être fier. Les types passés par le moule de la légion étrangère française ne restent pas « simple troufion » lorsqu’ils rentrent dans leur pays. Le Colonel Mamady Doumbouya (1), chef de la junte militaire de la République de Guinée, de facto chef d’État de Guinée depuis le 5 septembre 2021, constitue le meilleur exemple de ce creuset d’élite que constitue la légion étrangère française.
.
Titulaire d’un Master 2 (bac + 5) défense et dynamiques industrielles obtenu à l’Université panthéon Assas Paris ll, expert de la défense en management, commandement et stratégie, le Colonel Mamady Doumbouya était, voici quelques années, instructeur commando à la légion étrangère en France. Il a aussi effectué un séjour en Afghanistan avec ses hommes.
QUI EST LE COLONEL MAMADY DOUMBOUYA ?
En quelques heures, le Colonel Mamady Doumbouya, spécialiste de l’antiterrorisme, est devenu le nouvel « Homme Fort » de la #Guinée Conakry.
Il est de facto chef d’État de Guinée depuis le 5 septembre 2021. Dimanche, à la radio nationale, il a justifié le coup d’état en ces termes : « la situation socio-politique et économique du pays, le dysfonctionnement des institutions républicaines, l’instrumentalisation de la justice, le piétinement des droits des citoyens m’obligent à il proclamer la mise en place d’un Comité national du rassemblement et du développement (CNRD) et j’invite les militaires à rester dans les casernes. ».
Pur produit des universités françaises et de la légion étrangère où il était Instructeur commando, le Colonel Mamady Doumbouya (promu à ce grade en 2020) est logiquement devenu commandant du Groupement des Forces Spéciales (GFS) de l’armée de la Guinée, après son retour au pays. Il avait les compétences professionnelles pour ce poste.
Tout le monde parle de lui depuis dimanche matin le 5 septembre 2021, jour où il a pris la tête du coup d’état contre le régime du Président Alpha Condé, 83 ans.
Révélé au peuple guinéen depuis le défilé remarqué et remarquable de ses hommes au stade du 28 septembre lors de la célébration de la fête d’indépendance de 2018, le Colonel Mamady Doumbouya, patron du Groupement des Forces spéciales de l’armée guinéenne, a la réputation d’un officier intègre dans un pays où beaucoup de politiques sont corrompus.
C’est un officier breveté de l’Ecole de guerre de Paris, possédant plus de dix-huit années d’expérience militaire, notamment lors de missions opérationnelles (Afghanistan, Côte-d’Ivoire, Djibouti, République Centrafricaine) et de protection rapprochée (Israël, Chypre, Royaume-Uni, Guinée).
Le Lieutenant-Colonel Mamady Doumbouya a brillamment accompli la formation de spécialiste en protection opérationnelle à l’Académie de Sécurité Internationale (Israël), le cours de formation des commandants d’unité à l’Ecole d’application de l’infanterie (E.A.I. – Sénégal), la formation d’officier d’Etat-major (E.E.M.L. – Libreville) et l’Ecole de guerre de Paris.
Les généraux guinéens disent de lui : « Capable d’identifier et de désamorcer des situations à risque en restant calme face à un environnement hostile et une pression extrême »… « il s’adapte et improvise face à toute situation qui demande une maîtrise de soi, une évaluation du risque et une prise de décision rapide ». Fin mai 2021, des rumeurs persistantes faisaient état de son interpellation par ses supérieurs. Rumeurs vite démenties. Car, déjà à l’époque, ce « Bigeard Africain » dérangeait le pouvoir en place par son intégrité, ses admonestations à l’égard des politiques corrompus.
Le Colonel Mamady Doumbouya a réussi a arrêter les politiques et le président sans tirer un coup de feu. Sa formation à l’Université panthéon Assas Paris ll, au sein de la légion étrangère française et à l’école de guerre de Paris laisse présager de bons rapports avec la France.
Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

(1) Né le 4 mars 1980, Mamady Doumbouya est originaire de la région de Kankan. Stagiaire guinéen de l’école de guerre en France, il est titulaire d’un brevet français d’études supérieures militaires. Il est diplômé de Saumur dans le cadre de la coopération entre la France et les États africains partenaires pour la formation de gradés.

Il suit des formations et participe à des missions et opérations à l’École de guerre en France, en Afghanistan, en Côte d’Ivoire, à Djibouti, en République centrafricaine, en Israël, à Chypre et au Royaume-Uni.

Légionnaire de l’armée française, il est rappelé en 2012 en Guinée pour finalement commander à partir de 2018 le Groupement des forces spéciales (GPS ou GFS), une unité d’élite de l’armée spécialisée dans l’antiterrorisme. Il défile en tête de cette unité lors de la fête nationale des 60 ans de l’indépendance de Guinée .

En 2019, il est promu lieutenant-colonel, puis nommé colonel en 2020.

Au cours de l’année 2021, il tente de rendre le Groupement des forces spéciales moins dépendant du ministère de la Défense nationale, ce qui suscite la méfiance du pouvoir guinéen. En mai, des rumeurs font même état de son arrestation.