1

Dauphiné Libéré: Teten Gentil veut sauver le sulfureux soldat Dussopt

Pour l’élection législative 2022, le « mariole » Olivier Dussopt affiche sa très grande proximité avec Emmanuel Macron. Des photos suffisantes pour faire oublier ses trahisons à l’égard des électeurs socialistes de 2007, 2012, 2017, le démantèlement par ses soins de la fonction publique, sa volonté de mettre la retraite à 65 ans, les ponctions de la CSG sur les comptes des retraités ?

a-christophe-Tostain.jpg

Olivier Dussopt a toujours affiché son amitié avec l’ancien PDG du Dauphiné Libéré Christophe Tostain (à sa gauche sur la photo), l’homme qui tabassait les femmes et outrageait et insultait les gendarmes les soirs de beuverie. Vu la proximité des deux hommes, le quotidien est-il crédible avec ses articles à la gloire de Dussopt ?

Quelle différence entre le correspondant local du Dauphiné Libéré d’Annonay « Teten » Gentil et un cireur de pompes ? Aucune ! Couvert par la nouvelle présidente directrice générale du titre Noëlle Besnard (qui a remplacé Christophe Tostain (2), le massacreur de ces dames), et par le rédacteur en chef Guy Abonnenc, Etienne Gentil, surnommé « Teten » dans les bas quartiers d’Annonay et les bistrots qu’il fréquentent, fait ouvertement campagne pour le ministre suspecté de corruption Olivier Dussopt, qui a accepté les pots de vins des sociétés des Eaux. Dans l’édition du 31 mai, en page 1, Teten titre « Olivier Dussopt un ministre candidat indétrônable ». Bigre !

La réalité du terrain : Dussopt battu à cause de l’histoire d’eau et du reniement des électeurs de gauche

Entre les rêves de Teten et la réalité, il y a un océan. Dans la réalité de terrain, du côté d’Annonay, aucun maire de la centaine de villes et villages de la 2e circonscription de l’Ardèche n’a accepté d’être le suppléant du ministre du travail Olivier Dussopt, accusé de corruption par le Parquet National Financier.

L’actuel ministre a du se rabattre sur une mère de famille de Glun (petit village de 693 habitants) Laurence Heydel Grillere, qui n’apparait qu’en bas de la page 4 du luxueux prospectus couleur d’Olivier Dussopt distribué dans les boites à lettres avec les prospectus commerciaux par une société spécialisée, à défaut de militants qui accepteraient de « tracter » pour Dussopt. Consolation en ce lendemain de la fête des mères (et non des maires) : Laurence Heydel Grillere est néanmoins l’une des adjointes au maire de Glun. A défaut d’un maire, une demie maire !

Pourtant, si Olivier Dussopt, reconduit dans le nouveau gouvernement, était réélu député de l’Ardèche, le suppléant ou la suppléante deviendrait automatiquement député. Cette anecdote montre que les maires ardéchois ne croient pas en la victoire d’Olivier Dussopt, un des ministres suspecté de corruption de l’ère Macron.

La rédaction de Riposte Laïque a relaté cette situation réelle dans son édition du 27 mai :

https://ripostelaique.com/ardeche-olivier-dussopt-accuse-de-corruption-risque-de-ne-pas-etre-reelu.html

Les rêves et délires de « Teten » Gentil : Dussopt réélu

Dans la fiction, il y a les rêves de « Teten » Gentil (par chance pour lui le ridicule ne tue pas) qui divague en ces termes sur son « héros Dussopt » : « Olivier Dussopt, semble indéboulonnable…. Les scrutins se succèdent, les Présidents changent, les partis politiques traditionnels explosent et Olivier Dussopt ne bronche pas dans la 2e  circonscription de l’Ardèche. L’Annonéen de 43 ans est toujours élu de la République, invaincu dans les urnes en son nom propre, 15 ans après avoir allumé la première mèche en juin 2007, comme benjamin de l’Assemblée nationale.

« Ce ne fut pas toujours simple, à l’image des dernières élections législatives en 2017. À la surprise générale, la méconnue candidate En Marche Laurette Gouyet-Pommaret, surfant sur la déferlante Macron, lui avait damé le pion au premier tour. Mais pas au second, l’animal politique, farouche défenseur de la laïcité, avait su remettre l’église au cœur du village avec un marathon de rencontres publiques. Au plus près des habitants, et des maires qu’il a côtoyés avec l’écharpe tricolore dans un sens ou l’autre (maire ou député)…. ». En intégralité du « Teten » très gentil et très proche d’Olivier Dussopt.

Le constat impartial du quotidien Le Progrès : Dussopt en grosses difficultés

Le Progrès, autre quotidien de la région Rhône-Alpes (qui appartient au même groupe Ebra (1) que le Dauphiné Libéré) est plus objectif et impartial que le DL. Dans son édition d’hier, il classe Olivier Dussopt parmi les ministres en grosses difficultés dans leur circonscription.

Avec le professionnalisme qu’on leur reconnait, les journalistes de la rédaction du Progrès ne visualisent pas le même match que « Teten » Gentil. Ils écrivent « Dans la 2ème circonscription de l’Ardèche, Olivier Dussopt, ministre du Travail, se frotte à un territoire où Marine Le Pen a obtenu des résultats au-dessus de sa moyenne nationale au premier (25,52% contre 23,15% sur la France entière) comme au deuxième tour (45,64% contre 41,45%). Surtout, Olivier Dussopt a été élu en 2017 avec l’étiquette socialiste. Et, comme Damien Abad ou Justine Bénin, il l’emportait précisément contre un candidat de La République en Marche…. ».

https://www.leprogres.fr/elections/2022/05/30/abad-bouguignon-benin-ces-ministres-candidats-dans-des-circonscriptions-perilleuses

Certes, note article va rappeler la publicité des singes pour la lessive avec « Omo plus costaud » et les brillantes prestations des chimpanzés du cirque Rech (ancien cirque Jean Richard). Il montre surtout les différences d’analyse entre des journalistes objectifs et un correspondant de presse amélioré très engagé. Il dévoile aussi les différences entre le quotidien Le Progrès, qui n’a jamais mangé dans la « gamelle de la mairie d’Annonay » et le quotidien Le Dauphiné Libéré qui a toujours bénéficié des annonces légales payantes et des publicités payantes de la mairie d’Annonay et de la communauté de communes lorsqu’Olivier Dussopt était aux manettes localement.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

(1) Est Bourgogne Rhône Alpes (EBRA) est le holding d’un groupe de presse quotidienne régionale française créé en février 2006 avec l’acquisition du pôle Rhône-Alpes de la Socpresse par le groupe Est républicain et la Banque fédérative du Crédit mutuel. Depuis septembre 2009, le Crédit Mutuel Alliance Fédérale est l’unique propriétaire du groupe, selon le site d’information Wikipedia.

Premier groupe de presse quotidienne régionale, il possède neuf quotidiens régionaux — dont Le Dauphiné libéréLe ProgrèsDernières Nouvelles d’Alsace et L’Est républicain — diffusés dans 23 départements de l’Est de la France, ainsi que trois hebdomadaires locaux et deux journaux gratuits. Il a également détenu une maison d’édition et plusieurs chaînes de télévision locales.

En 2015, le groupe a vendu chaque jour 970 245 exemplaires de ses neuf quotidiens régionaux pour un lectorat estimé en 2013 à 4,29 millions de lecteurs par jour. En 2014, les quotidiens ont reçu 5 385 000 visites uniques par mois sur leurs sites web et 1 999 000 sur leurs applications mobiles.

En novembre 2015, le groupe EBRA décide de quitter le syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR) à la suite d’un différend sur le paiement de la cotisation du Républicain lorrain.

En septembre 2017, Philippe Carli (ancien président de Siemens France et ex-DG du Groupe Amaury) succède à Michel Lucas à la tête du groupe de presse après avoir été chargé de réaliser un audit de ses activités.

Le groupe ayant enregistré en 2018 une perte de plus de 113 millions d’euros, annonce début juin 2019 le projet d’ouverture d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) qui concernerait 386 postes. En parallèle, le groupe envisage la création d’une seconde structure qui emploierait 284 salariés à Houdemont, sur le site de L’Est Républicain. La direction espère voir le projet se mettre en place le 1er janvier 2021.

Le 18 mars 2022, EBRA rachète l’éditeur de presse en ligne Humanoid (qui détient notamment Numerama) pour une somme comprise entre 40 et 60 millions d’euros d’après Le Figaro.

(2) https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/grenoble-prison-requise-contre-l-ancien-pdg-du-dauphine-libere-juge-pour-violences-conjugales-en-recidive-2322454.html

https://www.sudouest.fr/justice/le-pdg-du-dauphine-libere-poursuivi-pour-violences-contre-une-femme-1577095.php

https://ripostelaique.com/tag/christophe-tostain-le-massacreur




Pour Julie Palmero, la famille ardéchoise moyenne est noire

Dans le quotidien Le Dauphiné Libéré, la journaliste Julie Palmero présente la rentrée scolaire d’une « famille moyenne ardéchoise »….

Jeudi 2 septembre, pour illustrer la rentrée scolaire dans le département de l’Ardèche, la Journaliste du quotidien régional Le Dauphiné Libéré (dont les éditions locales vont des portes de Genève au Vaucluse) Julie Palmero a suivi le quotidien d’une famille Ardéchoise, les Toilibou, dont quatre des enfants sont scolarisés.

Fière d’être accueillie en 2021 dans une famille ardéchoise, la brillante et jeune plumitive écrit : « Avec quatre enfants à la maison, la reprise des cours se fera dans différents établissements pour la famille Toilibou à Annonay… ».

Lors de son immersion au coeur de cette famille ardéchoise, la Journaliste du Dauphiné Libéré Julie Palmero relève : « Mercredi 1er septembre au matin, tout n’est pas encore prêt pour la rentrée mais pas d’inquiétude dans la famille Toilibou, parents et enfants sont rodés. Ils sont sept à la maison et deux grands garçons ont déjà quitté le nid.

« Tasnim, 15 ans, va rentrer en seconde au lycée Boissy-d’Anglas, ce jeudi, en même temps que Fanissi, 9 ans, en CM1, et Naïme, 8 ans, en CE1 à l’école Font-Chevalier. Tasslima, 12 ans, ira en quatrième au collège des Perrières dès ce vendredi. Enfin, Soultoine, 18 ans, retourne à Grenoble pour faire sa rentrée lundi en deuxième année de génie civil. « On est allés acheter les fournitures début août, ce sont les filles qui ont choisi ce dont il y avait besoin », explique Hadhurami, la maman…. ».

Il y a 20 ans, le Dauphiné Libéré gratifiait ses lecteurs de reportages sur la Grotte Chauvet, sur la ligne ferroviaire du Mastrou reliant Tournon-sur-Rhône à Lamastre, sur les gorges de Vallon-Pont-d’Arc, d’une interview de l’inspecteur d’académie et du directeur diocésain de l’enseignement catholique à la veille de la rentrée scolaire.

Mais, les équipes du quotidien régional, le DL, ont changé (en bien ?), les familles ardéchoises se sont renouvelées dans « cette Ardèche sauvage », pour reprendre le slogan de l’office départemental du tourisme.

Croisé devant le restaurant « l’Escabelle » à Annonay, un vieux lecteur, journal à la main, grommelle « Où sont les familles ardéchoises d’hier ? ». Plus dans le Dauphiné Libéré mon cher monsieur ! Dont le Président-directeur-général Christophe Tostain surnommé « le boxeur de ces dames » a été viré et remplacé à la tête du titre par une femme, Noëlle Besnard, ancienne cheffe du service paie (défense de rire….). L’Ardèche, elle aussi, est en train de changer, comme la France entière.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




V‌iolences conjugales : Christophe Tostain, PDG du Dauphiné Libéré, récidive !

Christophe Tostain, surnommé « le massacreur » (au centre sur la photo) avec ses amis Olivier Dussopt, ministre du Budget et des Comptes publics, Pierre Fayolle, directeur régional du Dauphiné Libéré et homme de confiance, à ses côtés.

Christophe Tostain, le « boxeur de ces dames » et PDG du Dauphiné Libéré, a été placé en garde à vue pour des « violences sur sa concubine en récidive » au commissariat de Grenoble dans l’Isère.

Christophe Tostain comparaîtra le 4 novembre prochain devant le tribunal correctionnel de Grenoble dans le cadre d’un dossier de récidive de violences conjugales. Il vient d’être suspendu, à titre conservatoire (il conserve son salaire) de ses fonctions de PDG du quotidien « Le Dauphiné Libéré » par la holding EBRA.

En mars 2019, Christophe Tostain avait tabassé sa compagne durant la journée des droits de la femme, et outragé, menacé les gendarmes qui venaient porter assistance à la belle madame G.

https://ripostelaique.com/le-patron-du-dauphine-libere-sera-juge-pour-violences-le-28-mai.html

À l’époque, le patron du Dauphiné Libéré a joué la montre. Il a obtenu le report de l’audience correctionnelle à plusieurs reprises.

https://ripostelaique.com/le-patron-du-dauphine-libere-juge-pour-violences-et-outrage-le-24-septembre.html

https://ripostelaique.com/le-proces-du-patron-du-dauphine-libere-renvoye-a-une-3e-audience.html

Ami du ministre du Budget et des Comptes publics Olivier Dussopt (grand amateur de tableaux de valeur offerts par la Saur, société concessionnaire de l’eau et de l’assainissement dans l’agglomération d’Annonay) et de nombreux politiques et puissants, le gros patron de presse Christophe Tostain n’avait été condamné qu’à 150 euros  de dommages et intérêts pour les gendarmes outragés et menacés

https://ripostelaique.com/outrage-a-gendarmes-pour-le-patron-du-dauphine-tostain-seulement-150-euros.html

et à seulement 6 mois de prison avec sursis pour le tabassage de sa compagne de l’époque.

https://ripostelaique.com/9-mois-de-prison-avec-sursis-requis-contre-tostain-patron-du-dauphine-libere.html

C’était lui accorder une impunité et le « permis » de recommencer. Pour la récidive avec sa nouvelle compagne, le PDG du Dauphiné Libéré a choisi la date du 14 février 2021, jour de la Saint-Valentin. Alors que l’immense majorité des hommes offrent des fleurs aux femmes, le « Rambo de la presse » distribue des baffes comme Obélix aux Romains.

https://www.sudouest.fr/justice/le-pdg-du-dauphine-libere-poursuivi-pour-violences-contre-une-femme-1577095.php

Contacté par téléphone, le procureur de la République de Grenoble Éric Vaillant a confirmé les faits, en précisant « À l’issue de la garde à vue, il a été laissé libre sans contrôle judiciaire ».

PDG du quotidien régional depuis 2013, Christophe Tostain avait été convoqué en mars par la police de Grenoble, qui l’avait placé en garde à vue pour des « violences sur sa concubine en récidive », selon les explications fournies par le procureur de la République de Grenoble.

Déjà condamné en 2019

Christophe Tostain avait été condamné en mai 2019 à 6 mois de prison avec sursis pour « violences sur conjointe » et « outrages » à l’encontre de gendarmes. Des faits qu’il avait reconnu lors de son procès, se disant « extrêmement honteux ».

Cette fois, le groupe EBRA (un conglomérat financier dominé par l’Est Républicain et le Crédit Mutuel, actionnaire principal du quotidien régional), vient de  préciser dans un communiqué paru dans le journal le Dauphiné Libéré, qui n’avait pas traité l’information en février dernier, que, « dans ces circonstances et dans l’intérêt du journal, Philippe Carli, président du groupe EBRA et administrateur, assurera la continuité de la direction du Dauphiné Libéré ».

L’autre grand quotidien régional de Rhône-Alpes, Le Progrès, n’a pas, lui aussi, informé ses lecteurs de ces faits très graves. Le SNJ, syndicat majoritaire au quotidien Le Progrès, « exige des explications, de la part de son PDG Pierre Fanneau, et de la part du groupe EBRA, et réclame réparation pour nos lecteurs, et appelle les journalistes à exprimer leur désapprobation et leur défiance vis-à-vis de cette décision autoritaire et déplacée, qui laissera nécessairement des traces ».

Or, le Progrès et le Dauphiné Libéré « jettent en pâture » à leur lecteur, chaque jour, le moindre citoyen qui dérape, celle qui vole quelques légumes, car sans ressource pour nourrir ses enfants, ou encore l’automobiliste arrêté en excès de vitesse, sans parler des querelles de voisinage pour un coq qui chante, ou la dispute entre deux agriculteurs qui se termine à coups de poings.

Par ailleurs, en avril 2016 à Viviers, puis en février 2017 à Villeneuve-de-Berg, en Sud Ardèche

https://ripostelaique.com/ardeche-120-personnes-ovationnent-karim-ouchikh-pierre-cassen-christine-tasin.html

le même Christophe Tostain et son adjoint Pierre Fayolle avaient interdit à leurs équipes de couvrir les conférences de Pierre Cassen, de Christine Tasin, et de Karim Ouchikh sur la montée de l’islamisme et de l’immigration en France. Illustration concrète de l’absence de déontologie de celui qui s’est toujours présenté comme « un grand patron de presse », alors qu’il avait une vocation de boxeur !

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411




Frédéric Bierry défend les p’tits migrants en surface et les bons vins en sous-sol

S’il est très difficile de dialoguer avec Frédéric Bierry (à l’extrême droite sur la photo) en surface à Paris, même lorsqu’il revendique plus de mineurs isolés étrangers pour le Bas-Rhin, il semble plus abordable en sous-sol, dans les caves des viticulteurs alsaciens, car il aime les vins d’Alsace

C’est l’histoire d’un gars devenu président LR  du département du Bas-Rhin, un peu par accident, un peu grâce à sa carte UMP, puis LR, un peu suite à des décès imprévus des titulaires du poste ou des prétendants émérites. Bref, pas forcément un mauvais bougre, qui répète, à ses interlocuteurs, lors de ses déplacements et de ses poignées de mains, « J’aime l’Alsace », « j’aime les vins d’Alsace ». Seulement, l’homme a une phobie. Il veut accueillir toujours plus de p’tits mineurs isolés étrangers (voir les chiffres plus bas). Ce qui commence à agacer une partie de ses électeurs et électrices.

Pour répondre à cette phobie, Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand-Est, préfet du Bas-Rhin et Frédéric Bierry, président du département du Bas-Rhin ont signé, le 13 mars 2018, « un protocole local pour simplifier les procédures d’accès au séjour des mineurs non accompagnés ». Alors même que les services enfance et aide sociale à l’enfance du Bas-Rhin sont saturés, et ne peuvent plus accueillir de petits Alsaciens en grave danger physique et moral dans leurs familles. Souvent, les décisions des juges des enfants sont exécutées huit mois après l’ordonnance de placement par manque de places. Une situation de carence consignée par écrit par Sabine Deblay, collaboratrice du président Frédéric Bierry, ou par Virginie Girardot, la très saturée directrice du foyer départemental de l’enfance.

Le protocole signé récemment vise à faciliter l’accueil, puis l’insertion des mineurs étrangers non-accompagnés. Pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance du temps de leur minorité, « les mineurs non-accompagnés doivent obtenir rapidement un titre de séjour à leur majorité » précise le document.

Le même document stipule : « L’obtention rapide d’un titre de séjour constitue un enjeu majeur pour favoriser les démarches d’insertion, notamment en termes de parcours de formation comme l’apprentissage (la délivrance d’une autorisation de travail étant liée au titre de séjour)… Pour le Département, l’enjeu est aussi financier puisque sans titre de séjour et d’autorisation de travail, la prise en charge de ces jeunes continue à peser financièrement sur le Département au travers des contrats jeunes majeurs, soit plus d’un million d’euros pour le Bas-Rhin….. ».

Les mineurs non-accompagnés et l’impact financier : quelques chiffres

2016 : 338 jeunes se sont présentés dans les services du département du Bas-Rhin : 213 mineurs non-accompagnés ont été pris en charge (+ 40 %), auxquels s’ajoutent 100 jeunes majeurs anciens mineurs non-accompagnés, toujours pris en charge ;

2017 : 580 jeunes se sont présentés (+72 %) : 352 ont été pris en charge (+ 65 %), auxquels s’ajoutent 65 jeunes majeurs anciens mineurs non-accompagnés.

Depuis début 2018 : 131 jeunes se sont présentés à ce jour ; 38 ont été identifiés comme mineurs non-accompagnés et mis à l’abri.

La création de nouvelles places d’accueil en appartement partagé (250 places au total) et le dispositif d’accueil solidaire par des familles bénévoles (20 places) engage un surcoût de plus de 5 millions d’euros à compter de 2018, à la charge du département.
Coût total prévisionnel mineurs et jeunes majeurs non-accompagnés 2018 : près de 10 millions d’euros, pour un an, pour le département du Bas-Rhin.

https://www.20minutes.fr/…/2078111-20170531-strasbourg-recherche-familles-benev…

De graves incidents signalés dans les structures d’accueil

Lyes Louffok, membre du Conseil national de la protection de l’enfance, a dénoncé le mercredi 26 juin 2019 des « menaces physiques » sur des jeunes filles en foyer à Obernai (Bas-Rhin). Il en veut pour preuve une vidéo tournée dans l’établissement. La structure départementale dément. Plusieurs plaintes ont été déposées. Frédéric Bierry n’a toujours pas répondu au courrier de Lyes Louffok, alors que les faits dénoncés sont extrêmement graves.

www.infomie.net/spip.php?breve3962

Membre du Conseil national de la protection de l’enfance, Lyes Louffok est lui-même un ex-enfant placé et a écrit « Dans l’enfer des foyers ». Il exige de Frédéric Bierry une réponse immédiate et appropriée, sous la forme d’une enquête administrative.

Le problème, c’est que Barbara Cligny, directrice adjointe de la mission enfance et famille du département du Bas-Rhin, semble complètement dépassée, comme ses collègues Sabine Deblay, collaboratrice du président Frédéric Bierry, ou Virginie Girardot, la très saturée directrice du foyer départemental de l’enfance.

Coïncidence :  il y a quelques jours, Lyes Louffok et Frédéric Bierry se trouvaient ensemble un mercredi matin à Paris à la même réunion, présidée par le secrétaire d’État à la protection de l’enfance, Adrien Taquet. Frédéric Bierry, président de la commission des affaires sociales de l’Assemblée des départements de France, y présentait la restitution d’un travail sur la protection de l’enfance. Mais Lyes Louffok n’a jamais pu aborder le président du département du Bas-Rhin car Frédéric Bierry a écourté sa présence pour « raisons d’agenda ».

Le lanceur d’alerte le déplore : « J’aurais voulu échanger avec lui. Mais pour moi, il n’y a pas à tergiverser : il faut juste déclencher une enquête le plus rapidement possible. Ce n’est pas le premier président d’un département que j’interpelle : je l’ai fait avec la Seine-Saint-Denis, et en général, le délai est long… »

D’autres départements ne sont pas exemplaires dans l’accueil des enfants mineurs placés, à l’image de l’Ardèche ou de la Moselle :

https://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

https://ripostelaique.com/moselle-12-millions-deuros-pour-376-mineurs-isoles-etrangers.html

Frédéric Bierry préfère la fraîcheur des caves

S’il est très difficile de dialoguer avec Frédéric Bierry en surface à Paris, même lorsqu’il revendique plus de mineurs isolés étrangers pour le Bas-Rhin, il semble plus abordable en sous-sol, dans les caves des viticulteurs alsaciens, car il aime les vins d’Alsace. Le 21 juillet 2019, Frédéric Bierry était encore à Blienschwiller, au cœur des foudres de la cave Meyer (de père en fils depuis 1471, nos valeurs alsaciennes traversent l’histoire, selon la publicité de l’entreprise).

Et sur sa page Facebook, le même Frédéric Bierry mentionnait « C’est un socle solide et indispensable pour construire l’Alsace de demain. »
Les viticulteurs : un patrimoine et des acteurs économiques majeurs pour que la gastronomie alsacienne et française conserve son image dans le monde. Pour le bonheur au quotidien des Alsaciens et pour faire rêver les touristes. »

Les Alsaciens semblent, eux, moins rêveurs, lorsqu’ils doivent payer, via leurs impôts, la note salée pour l’accueil de toujours plus de p’tits mineurs isolés étrangers, qui eux aussi, apprécient la gastronomie alsacienne ! Santé, Prosit, Frédéric Bierry….

 

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

Exclusif orphelinats : la galère de Noël pour les enfants placés

Quand la France sera-t-elle débarrassée du psychiâtre égyptien Omar Erkat ?

Moselle : combien coûtent les migrants dans ce département ?

Olivier Dussopt, un des derniers soutiens du « homard vert » de Rugy

Le « homard vert » François de Rugy a vraiment coûté très cher à la France !

Pensant sauver sa peau, de Rugy vire sa directrice de cabinet Nicole Klein !

Scandale François de Rugy : « Homard m’a tuer »

Ardèche : le maire d’Annonay interdit l’islamiste intégriste Omar Erkat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Moselle : 12 millions d’euros pour 376 mineurs isolés étrangers

Les contribuables mosellans sont tondus comme des moutons pour financer le centre départemental de l’enfance route de Plappeville à Metz, qui est le point d’entrée des mineurs isolés étrangers.

La Moselle : un département emblématique. Pendant des décennies, Metz et ses environs abritaient plusieurs dizaines de milliers de mineurs, qui descendaient dans la mine pour extraire le charbon, et apportaient un plus à l’économie. Aujourd’hui, le département accueille 376 mineurs (jeunes étrangers imposés à la Moselle par l’État), et qui coûtent 12 millions d’euros aux structures du département, donc aux contribuables mosellans.

Dans un précédent article, nous avions évoqué le coût surréaliste, pour les contribuables mosellans, des migrants adultes imposés par l’État :

Moselle : combien coûtent les migrants dans ce département ?

Chaque mois, l’aide sociale à l’enfance de la Moselle voit arriver 60 mineurs isolés étrangers de plus. Alors que ses structures sont déjà surchargées, comme celles du Bas-Rhin voisin (où le président du département, Frédéric Bierry, n’a plus réellement de prise sur les dysfonctionnements répétés de ses structures qui manquent cruellement de places), et ne fonctionnent plus normalement.

https://www.republicain-lorrain.fr/social/2019/03/01/bas-rhin-37-de-mineurs-en-plus

Joints par téléphone, les responsables de l’accueil des mineurs au sein du département de la Moselle sont peu loquaces. « La protection de l’enfance a changé en quelques années » concède un éducateur chevronné. « 16 % des jeunes dont nous nous occupons sont des mineurs étrangers non accompagnés (MNA). Ils représentaient 3 % il y a un peu plus de cinq ans », reconnaît Ludovic Maréchal, directeur de l’Aide sociale à l’enfance de la Moselle.  « C’est un public qui n’a rien à voir avec ce qu’on fait habituellement. »

Nos collègues de la rédaction du quotidien « Le Républicain Lorrain » se sont inquiétés de cette situation. Sous la plume de Kevin Grethen, le quotidien régional pointe un certain nombre de fraudes : « Dans le tableau, il y a un gros mais. Cette nouvelle vie attise les convoitises, et attire des réseaux organisés. Ils fournissent les faux documents, des récits clés en main. Metz est une destination connue de beaucoup de communautés.

« Les Albanais débarquent souvent avec une carte où la capitale de la Moselle est entourée au feutre rouge. Il a fallu s’adapter, encore. « Avec les services de la préfecture et la police aux frontières, nous évaluons les papiers présentés, poursuit Ludovic Maréchal. Nous étudions les parcours avec des psychologues pour voir la cohérence des discours. On se rend bien compte que certains ont appris par cœur un texte. Tous ces éléments sont croisés. »

« Les arrivants ne sont pas tous mineurs. D’autres ne sont pas isolés. Parmi ces personnes qui fuient la guerre, le réchauffement climatique, ou viennent en France pour des raisons économiques, un tiers des arrivants sont déclarés non mineurs. Ils sont alors sortis du système de protection à l’enfance. Et signalés à l’autorité judiciaire. »

Situation identique en Meurthe-et-Moselle, où le département est obligé d’accueillir 443 jeunes migrants. Là, le coût serait moindre…

https://www.republicain-lorrain.fr/social/2019/03/01/9-3-millions-d-euros-et-443-jeunes-en-meurthe-et-moselle

Cherchez l’erreur !

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

Moselle : combien coûtent les migrants dans ce département ?

Olivier Dussopt, un des derniers soutiens du « homard vert » de Rugy

Le « homard vert » François de Rugy a vraiment coûté très cher à la France !

Pensant sauver sa peau, de Rugy vire sa directrice de cabinet Nicole Klein !

Scandale François de Rugy : « Homard m’a tuer »

Ardèche : le maire d’Annonay interdit l’islamiste intégriste Omar Erkat

Quand la France sera-t-elle débarrassée du psychiâtre égyptien Omar Erkat ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




16 au 20 juillet 1942 : la préfecture de police de Paris arrête 13 152 Juifs

En fouillant les archives, l’écrivain Robert Paxton a retrouvé des pièces accablantes pour la préfecture de police de Paris.

 

Des femmes, des enfants, entassés comme des bêtes dans le vélodrome d’hiver, sans eau, sans nourriture, avant d’être chargés dans des trains pour rejoindre les camps de concentration et les chambres à gaz !

Sans vergogne et sans honneur, la préfecture de police de Paris dressait, le 20 juillet 1942, un tableau de chasse des Juifs arrêtés, où figurent 4 115 enfants et 5 919 femmes.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/07/16-au-20-juillet-1942-13-152-juifs-arretes-a-paris-sur-ordre-de-la-prefecture-de-police-002950615.html

Il y a 77 ans, 9 000  policiers et gendarmes français assistés de 300 à 400 militants du Parti populaire français de Jacques Doriot, ont déshonoré la France sur ordre de la préfecture de police de Paris. La première grande rafle des Israëlites a été entièrement menée par des policiers, gendarmes, miliciens français, sans le concours des militaires et gestapistes allemands, trop occupés sur le front de l’Est. Patriote, la rédaction de Riposte Laïque se devait de rappeler cette tragédie, conduite par des forces de l’ordre qui diront plus tard, comme pour les victimes Gilets jaunes, « on a obéi aux ordres »!

La rafle du Vélodrome d’Hiver, souvent appelée « rafle du Vél’d’Hiv » est la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre les 16 et 20 juillet 1942, plus de 13 000 Juifs, dont près d’un tiers étaient des enfants, ont été arrêtés à Paris et en banlieue pour être déportés : moins d’une centaine reviendront », selon l’écrivain américain Robert Paxton, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale et de la France sous Vichy.

Ces arrestations furent effectuées à la demande du Troisième Reich. Et les responsables de la préfecture de police de Paris ont fourni d’importants effectifs, avec un zèle inimaginable, alors qu’ils connaissaient l’existence des camps de concentration et des chambres à gaz.

Selon le site Wikipédia, « Dans le cadre de sa politique d’extermination des populations juives d’Europe,  l’Allemagne organise, en juillet 1942, une rafle à grande échelle de Juifs dans plusieurs pays européens, l’« opération Vent printanier »… Sur ordre du gouvernement de Vichy, après des négociations avec l’occupant menées par René Bousquet, secrétaire général de la police nationale, les Juifs de nationalité française ont été exclus temporairement de cette rafle qui concerna essentiellement les Juifs, étrangers ou apatrides, réfugiés en France, dont plus de quatre mille enfants le plus souvent français, nés de parents étrangers… ».

Depuis les Gaulois, jamais des chefs français, des unités militaires, des forces de police ne s’étaient prêtés à une telle besogne en faveur d’un État étranger. En ce mois de juillet 1942, la formule « On obéit aux ordre » est devenue abjecte, décadente. La tragédie et l’imposture étaient atteintes, dans une France à genoux devant les nazis et les gestapistes.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/olivier-dussopt-un-des-derniers-soutiens-du-homard-vert-de-rugy.html

https://ripostelaique.com/le-homard-vert-francois-de-rugy-a-vraiment-coute-tres-cher-a-la-france.html

https://ripostelaique.com/pensant-sauver-sa-peau-de-rugy-vire-sa-directrice-de-cabinet-nicole-klein.html

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html

 

 

 

 

 

 

 

 




Après s’être fait pincer, le « Homard vert » de Rugy démissionné !

Le « homard vert » de Rugy limogé par un pouvoir aux abois

La situation est devenue intenable pour le gouvernement, pour le Premier ministre Édouard Philippe, pour le président de la République Emmanuel Macron, et même pour le ministre de la Transition écologique François de Rugy. Comme le résume parfaitement le site anglophone Bastingnews.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/07/apres-les-diners-fastueux-et-lhlm-indu-francois-de-rugy-demissionne-002949219.html

« Trop d’abus lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale », précise une députée LREM de la Drôme, jointe par téléphone, et qui préfère conserver l’anonymat, afin de ne pas subir le sort de la députée alsacienne Agnès Thill. L’exclusion pure et simple !

Le « homard vert » restait accroché aux filets du pouvoir

Des dîners hors de prix, pour ses amis et les amis de sa femme, avec des homards géants et des vins de grands crus à 550 ou 2 200 euros la bouteille. De nombreux journalistes étaient invités à ces agapes, à l’image du chroniqueur Jean-Michel Aphatie.

Le « homard vert » de Rugy aurait pu sortir de la nasse, voici dix jours, avec les honneurs, en quittant les filets dès les premières révélations du site Mediapart et de l’hebdomadaire « Le Canard Enchaîné ». Mais, il est resté accroché aux filets, effectuant les mêmes dénégations, en son temps, que le prédateur Jérôme Cahuzac, jusqu’au moment où le pêcheur Emmanuel Macron l’a arraché des filets du gouvernement pour le rejeter  en eaux troubles  !

Pour l’amour-propre (bien écorné) de François de Rugy, la porte-parole du gouvernement, dont le nom est difficile à retenir, a annoncé ce mardi 16 juillet à 14 h 30 que le « homard vert » avait présenté sa démission, en ajoutant un tas de « sornettes » au passage, vite reprises par la presse française aux ordres.

Nouveau coup dur pour le gouvernement et le Président

L’affaire de Rugy survient après une cascade de démissions. Il y a d’abord eu les démissions de Richard Ferrand, de François Bayrou, de Marielle de Sarnez, de Sylvie Goulard. Puis celle de Nicolas Hulot. Puis celle encore de Gérard Collomb. Tous poids lourds de ce gouvernement qui se voulait exemplaire, différent des précédents gouvernements de droite ou de gauche.

Avec la démission de de Rugy, il n’y a pas de plan B pour Emmanuel Macron et son collaborateur Édouard Philippe. Cité par la presse, un retour de Nicolas Hulot est exclu, comme confirmé par ce dernier au site Blastingnews.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/06/nicolas-hulot-le-liberalisme-est-incompatible-avec-les-enjeux-ecologiques-002937941.html

Jamais un gouvernement n’a connu une telle cascade d’affaires, où les ministres tombent comme des mouches à miel butinant les fleurs issues des graines de Monsanto ou de Bayer. Car les deux représentants de ces deux firmes ont bien « cassé la graine » à la table du « homard de Rugy », lors des dîners coûteux et pantagruéliques et des orgies qui ont suivi.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/olivier-dussopt-un-des-derniers-soutiens-du-homard-vert-de-rugy.html

https://ripostelaique.com/le-homard-vert-francois-de-rugy-a-vraiment-coute-tres-cher-a-la-france.html

https://ripostelaique.com/pensant-sauver-sa-peau-de-rugy-vire-sa-directrice-de-cabinet-nicole-klein.html

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html

 

 




Olivier Dussopt, un des derniers soutiens du « homard vert » de Rugy

Olivier Dussopt, à côté de la maire PS Antoinette Scherer, dernier soutien de François de Rugy, le « homard vert ».

Sur Radio France, samedi, le secrétaire d’État auprès du ministre du Budget Olivier Dussopt (ex-député-maire PS d’Annonay) a apporté son soutien au « homard vert » François de Rugy. Répétés en boucle toute la journée, les propos du désormais macroniste Olivier Dussopt (il a déchiré sa carte du PS pour un maroquin ou strapontin ministériel) peuvent se résumer ainsi : « L’épisode des dîners fastueux a choqué certains électeurs de ma circonscription… Mais, il n’y a rien d’illégal. Avec le Premier ministre, nous renouvelons notre confiance à François de Rugy… ».

https://ripostelaique.com/ardeche-seulement-19-pour-loiseau-soutenue-par-dussopt.html

https://ripostelaique.com/annonay-1-mairesse-ps-2-mosquees-3-088-chomeurs.html

« Les copains, les coquins » comme aurait dit le regretté Charles Pasqua. Il est vrai qu’Olivier Dussopt a été découvert et « biberonné » par le maire PS d’Annonay Jean-Claude Tournayre. Si, si, le gros bonhomme rose qui se faisait (presque) offrir ordinateurs et téléphone portable par la communauté d’agglomération et son président Simon Plénet.

C’était en 2014.

Ardèche : un « Père Noël » généreux pour un ancien baron socialiste

Je doute que la majorité des anciens électeurs de l’opportuniste secrétaire d’État partagent son analyse. À sa décharge, Olivier Dussopt s’exprimait certainement en service commandé, pour conserver son strapontin ministériel. On l’avait connu meilleur et plus combatif aux dernières élections législatives, lorsqu’il assurait ses électeurs annonéens qu’il défendrait bec et ongles les fonctionnaires et « s’opposerait au licenciement de 120 000 fonctionnaires ».

On connaît la suite.

De quoi foutre les boules à tous ceux d’Annonay qui l’ont soutenu par le passé. Même si les sacoches des boules de pétanques de l’Élysée sont désormais fabriquées à Annonay.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/06/les-sacoches-des-boules-de-petanque-de-lelysee-fabriquees-a-annonay-002938965.html

C’est tout ce qu’Olivier Dussopt a apporté à l’Ardèche depuis sa nomination ministérielle. Il n’a même pas réussi à décrocher les fonds pour le financement de la nouvelle caserne de gendarmerie d’Annonay à Boulieu-lès-Annonay, projet voté voici cinq ans et qui n’a pu démarrer et sortir de terre en raison de l’absence de financement par l’État.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/le-homard-vert-francois-de-rugy-a-vraiment-coute-tres-cher-a-la-france.html

https://ripostelaique.com/pensant-sauver-sa-peau-de-rugy-vire-sa-directrice-de-cabinet-nicole-klein.html

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html




Le « homard vert » François de Rugy a vraiment coûté très cher à la France !

En décembre 2017, François de Rugy, président de l’Assemblée nationale, et Séverine Servat, qui officie à la rédaction de Gala, ont uni leurs destinées, puis ont partagé, avec leurs invités un repas de gala à l’Assemblée nationale.

Trop c’est trop !
La liste des turpitudes de François de Rugy s’allonge tous les jours. On apprend ce jour qu’il loue un logement social à 531 € par mois en Loire-Atlantique, « pour y recevoir ses enfants ». Ainsi un ministre d’État, n°2 du gouvernement, n’hésite pas à louer un HLM comme résidence secondaire, ce qui, avec son revenu, est une abomination mais qui, en plus, est interdit par le règlement des HLM qui ne louent que des résidences principales…  Selon un de ses collègues du gouvernement, joint par téléphone, « De Rugy est une crapule, cela est maintenant évident » (pour ceux qui avaient des doutes avant cela). Combien de temps Macron gardera-t-il cette crapule au gouvernement ?

En fait, les dîners somptueux et coûteux donnés à l’Assemblée nationale, avec de la bouteille de vin à 2 200 euros, ne sont que la partie visible de l’iceberg du « homard vert ». Car François de Rugy est un récidiviste. Cette semaine, Mediapart l’accuse d’avoir organisé de copieux dîners et de coûteux travaux dans son appartement ministériel, financés par de l’argent public. Mais le train de vie de l’ancien président de l’Assemblée nationale avait déjà été pointé du doigt en juillet 2018. François de Rugy avait eu à se justifier de certaines dépenses effectuées sur fonds publics, dévoilées par un article du Parisien.

Et nos confrères de la rédaction du Figaro pointent du doigt les précédentes frasques de François de Rugy sur le dos des contribuables :

1) Le mariage de François de Rugy à l’hôtel de Lassay :

Fin décembre 2017, l’actuel ministre de l’Écologie avait organisé son déjeuner de mariage à l’hôtel de Lassay.  Le choix de l’hôtel résidentiel des présidents de l’Assemblée nationale pour accueillir les festivités n’avait pas fait l’unanimité. « Je n’y étais pas favorable », assure aujourd’hui un de ses collaborateurs. Selon des indiscrétions ayant fuité des cuisines de l’Assemblée nationale,  » des homards géants, des foies gras hors de prix, des vins à 2 000 euros le flacon, agrémentaient le déjeuner de mariage de François de Rugy et de Séverine Servat ». Vraiment un déjeuner de Gala.

2) Les soirées-raclette entre collègues

François de Rugy avait également dû se justifier de l’achat de quatre appareils à raclette et trois jeux de huit spatules pour verser le fromage, d’un montant total de 200,57 euros. Le matériel, acquis à l’occasion d’un dîner de fin d’année au cabinet, avait été passé en note de frais et remboursé par l’Assemblée nationale.

3) Un vélo elliptique aux frais du contribuable

Une autre affaire avait interrogé la déontologue de l’Assemblée nationale : l’achat d’un vélo elliptique d’une valeur de 768,99 euros, défrayé par l’Assemblée. François de Rugy s’était justifié en arguant qu’il ne pouvait « pas sortir faire un footing dans la rue sans un officier de sécurité » et avait donc « opté pour un vélo ».

4) Un troisième chauffeur

Alors que deux chauffeurs suffisaient à son prédécesseur, François de Rugy a fait embaucher un troisième chauffeur pour réaliser les allers-retours entre Paris et sa circonscription de Nantes. Une embauche qui avait aussi été largement critiquée au sein même de l’assemblée nationale. « Les distances pour se rendre à son domicile personnel à Nantes (Loire-Atlantique) ne sont pas les mêmes que son prédécesseur, Claude Bartolone (N.D.L.R. : élu de Seine-Saint-Denis) », avait indiqué son entourage lors d’une explication « bidon ».

5) François de Rugy a nommé la déontologue de l’Assemblée chargée aujourd’hui de contrôler ses dépenses

C’est donc une proche de François de Rugy qui occupe le poste stratégique de l’Assemblée nationale. Le 2 août 2017, sur proposition de l’ex-président de l’Assemblée nationale François de Rugy et conformément aux dispositions de l’article 80-2 du règlement de l’Assemblée nationale, le bureau a nommé à l’unanimité de ses membres Mme Agnès Roblot-Troizier, une proche de François de Rugy, comme déontologue de l’Assemblée nationale. La nomination est officialisée dans un communiqué de presse.

Or, alors que le gouvernement a sollicité un contrôle de la légalité et du bien-fondé des dépenses de François de Rugy, c’est la déontologue nommée par le même François de Rugy qui est chargée de ce contrôle !

6) le précédent Nicole Klein

Pour son HLM indu, la directrice de cabinet de François de Rugy a été limogée. Selon une jurisprudence constante dans notre République, François de Rugy devrait être limogé pour son HLM indu et inoccupé la plupart du temps à Nantes. Les mêmes causes devant produire les mêmes effets !

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/pensant-sauver-sa-peau-de-rugy-vire-sa-directrice-de-cabinet-nicole-klein.html

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/06/les-sacoches-des-boules-de-petanque-de-lelysee-fabriquees-a-annonay-002938965.html

https://ripostelaique.com/annonay-1-mairesse-ps-2-mosquees-3-088-chomeurs.html

 

 




Pensant sauver sa peau, de Rugy vire sa directrice de cabinet Nicole Klein !

De Rugy limoge Nicole Klein pour faire oublier, via les médias, ses grosses frasques.

Nicolas Hulot était « droit dans ses bottes » et avait du panache. On est obligé de le reconnaître même si on ne partage pas toutes ses idées. Et le prédécesseur de François de Rugy continue de critiquer ouvertement le président Macron et le gouvernement.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/06/nicolas-hulot-le-liberalisme-est-incompatible-avec-les-enjeux-ecologiques-002937941.html

François de Rugy n’a ni panache, ni honneur.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/06/nicolas-hulot-le-liberalisme-est-incompatible-avec-les-enjeux-ecologiques-002937941.html

C’est un corsaire des palais de la République, qui s’accroche aux rideaux en guise de mât, et qui désarme ses plus fidèles lieutenants en pleine tempête. Dernière victime : la préfète Nicole Klein, sa « directrice fusible de cabinet », congédiée en quelques minutes, moins bien considérée qu’une femme de ménage par le couple de Rugy.

https://www.europe1.fr/politique/francois-de-rugy-renvoie-sa-directrice-de-cabinet-qui-a-conserve-douze-ans-un-hlm-sans-y-vivre-3909173

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

Pour créer un écran de fumée après les deux séries de révélations de Mediapart sur les repas offerts aux potes de sa femmes et plus coûteux que les menus du célèbre restaurant parisien le Divellec, avec, à la clé, des bouteilles de vins achetées par la présidence du Sénat entre 500 et 2 200 euros pièce, et des travaux pharaoniques dans ses appartements privés de l’Assemblée nationale, aux frais des contribuables, François de Rugy a limogé sa directrice de cabinet. Pourtant, elle n’était pas responsable de cette « merde » à l’Assemblée nationale, où elle n’officiait pas au moment des faits !

Elle supervisait l’évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes. En mars 2017, Nicole Klein était nommée préfète de région et préfète de la Loire-Atlantique, dans un territoire marqué par un projet d’aménagement devenu conflictuel, le projet d’aéroport du Grand Ouest. Elle a été nommée directrice de cabinet du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire seulement le 1er novembre 2018. Elle n’a jamais été en poste à l’Assemblée nationale lorsque François de Rugy y était président et commettait ses frasques.

Malgré cela, Nicole Klein, la directrice de cabinet de François de Rugy a quitté son poste mercredi « à la demande du ministre », a-t-elle fait savoir à Ouest France. Cette annonce fait suite aux révélations mercredi de Mediapart, selon lesquelles cette ancienne préfète des Pays de la Loire a conservé entre 2006 et 2018 un logement HLM à Paris, alors qu’elle n’habitait plus la capitale.

« Je n’ai pas quitté cet appartement par facilité et négligence », concède à Ouest France  celle qui a supervisé l’évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Une négligence qui aurait poussé le ministre de l’Écologie à demander à Nicole Klein de faire ses cartons : « C’est François de Rugy qui souhaite expressément que je parte », précise-t-elle, toujours dans les colonnes du quotidien régional.

Le limogeage de Nicole Klein est légitime

Le limogeage de Nicole Klein est légitime et la sanction semble faible puisque la préfète « en disponibilité » va continuer à percevoir son traitement de catégorie A.

Le maintient à son poste de ministre de François de Rugy est choquant et amoral, car il a délibérément commis des fait beaucoup plus graves et plus coûteux que sa directrice de cabinet au ministère. Il s’accroche à son poste de ministre comme un rat à un morceau de gruyère. S’il avait la moindre notion d’honnêteté, le ministre coupable François de Rugy, « vieux renard » de la politique est des institutions, recyclé à La République En Marche, aurait du « s’autolimoger » pour goinfrerie de homards géants, de foie gras coûteux, de pinards à 2 200 euros pièce, pour de somptueux et inutiles travaux dans ses appartements privés aux frais du contribuable.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

Les sacoches des boules de pétanque de l’Élysée fabriquées à Annonay

Ardèche : seulement 19 % pour Loiseau, soutenue par Dussopt

Quand la France sera-t-elle débarrassée du psychiâtre égyptien Omar Erkat ?

Ardèche : le maire d’Annonay interdit l’islamiste intégriste Omar Erkat

9 mois de prison avec sursis requis contre Tostain, patron du Dauphiné Libéré

Annonay + 1 mairesse PS = 2 mosquées + 3 088 chômeurs