1

Lyon : mairie choc, mairie chic, foie gras exit !

Désormais, il est du dernier chic dans les mairies vertes de bannir le foie gras des réceptions officielles. Après Strasbourg, Grenoble et Villeurbane, voici la capitale de la gastronomie, qui pour ne pas être démodée, suit la tendance. Reste à attendre la décision de  Pierre Humic, le maire de Bordeaux, lequel prouverait ainsi qu’il va au bout de ses convictions, comme il l’a fait en supprimant l’arbre mort de Noël, pour le remplacer, cette année, par un arbre vivant, en verre et acier recyclé. Lors de ses invitations, il pourrait donc aussi remplacer le foie gras par l’une des innombrables recettes  de « faux gras » qui pullulent sur le web, plus « alléchantes » les unes que les autres…

Plagiant la maire de Strasbourg, Grégory Doucet, maire de Lyon, a déclaré : « le foie gras est un produit d’un élevage allant intégralement à l’encontre du bien-être animal ». Et comme cet édile ose tout, il souhaite « élargir le dialogue autour de ces questions, afin que son initiative puisse être suivie dans les restaurants, pour limiter au maximum le service du foie gras, voire l’arrêter. », ce qui, évidemment, a engendré la fureur des chefs lyonnais.

Après avoir délibérément saboté les fêtes de Noël des Français de ses déclarations mensongères et mesures liberticides, sur les conseils de Barbara Pompili, Castex a encore le temps de sortir un décret interdisant le foie gras sur tout le territoire, sans oublier la cause des huîtres, des homards, des tourteaux, des étrilles, des palourdes, des bigorneaux, des araignées, des crevettes, des bulots, des oursins, des turbots, des langoustes, des écrevisses, des saumons, des esturgeons, des anguilles, des dindes, des chapons, des cailles, des perdreaux, des pigeons, des bécasses, des faisans, des chevreuils, des cochons de lait, des sangliers…

Sans parler des ignobles abattages rituels, évidemment totalement inconnus des EELV… et grâce auxquels, ils ne sont absolument pas crédibles.

Tout ceci ne procède pas que de marottes ou d’écologie mal comprise… La dictature verdâtre ne se mêlant pas que de la promotion des éoliennes, elle travaille aussi très activement à celle des produits estampillés végans  et de la viande synthétique, donc du pire de l’agro-alimentaire.

Daphné Rigobert

 

Quand riches et si bien-pensants parlent foie gras…

 




Faillite de la médecine pasteurienne ? Pasteur est mort, vive Béchamp !

Alain de Peretti est docteur vétérinaire, président de l’association Vigilance Halal et par ailleurs contributeur régulier de Riposte Laïque

Alain de Peretti a accepté de répondre aux questions de Riposte laïque au sujet de la controverse longtemps occultée qui a opposé Louis Pasteur et Antoine Béchamp au sujet de la nature-même de la maladie

***

Riposte Laïque : « Le microbe n’est rien, le terrain est tout ». Cet aphorisme, nous le devons au Dr Antoine Béchamp. En quoi est-ce une vision des choses vraiment novatrice dans le domaine de la médecine ?

Alain de Peretti : Cet aphorisme médical est véritablement révolutionnaire ! Il fut en effet formulé par Antoine Béchamp, médecin contemporain – et rival – de Pasteur. Béchamp semble avoir découvert les bactéries – qu’il avait nommées microzymas – avant Pasteur. Il accusera d’ailleurs ce dernier de plagiat, mais sa voix fût étouffée par les « talents » de communicant de Pasteur. Antoine Béchamp mourra quasiment inconnu, malgré l’hommage que lui rendit le grand médecin Claude Bernard.

Sans diminuer les mérites de Louis Pasteur, la vision pasteurienne de la maladie a orienté la médecine moderne dans une impasse dont nous pouvons, avec la « pandémie » actuelle, mesurer les ravages. Et c’est là que les concepts d’Antoine Béchamp reviennent sur le devant de la scène.

RL : Qu’est-ce qui distingue fondamentalement ces deux visions de la médecine, celle de Pasteur et celle de Béchamp ?

AdP : La vision pasteurienne fait de la maladie en général et des microbes en particulier (bactéries, virus, champignons, protozoaires) quelque chose d’extérieur au malade, qu’il faut éliminer à tout prix.  On utilise donc « larga manu » des médicaments comme les antibiotiques et toute la pharmacopée « anti » (anti-inflammatoires, antiacide, antidiabétiques, anticancéreux, etc.) Et tout est biaisé dans cette vision de la maladie qui devient en quelque sorte totalement étrangère au malade, lequel est perçu comme une mécanique à réparer, alors qu’il possède en lui-même tout pour guérir !  À condition de l’y aider, bien entendu…

RL : Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

AdP : Eh bien prenons l’exemple de la grippe. La grippe s’appelle aussi « influenza » du fait que le médecin italien qui l’a décrite l’a baptisée « influenza di freddo », influence du froid, de par sa prévalence en hiver. Une autre expérience a montré que les poules, naturellement résistantes au bacille du charbon, pouvaient contracter ce bacille si on leur plongeait les pattes dans de l’eau glacée. D’innombrables observations ont confirmé le rôle du « terrain », c’est-à-dire du patient lui-même, dans le développement de sa maladie.

Dans une épidémie ou une épizootie, tous les sujets ne sont pas atteints, car il y a des phénomènes d’immunité naturelle dont la recherche médicale devrait se soucier.

RL : Donc, contrairement à ce que pensait Pasteur, les humains ne sont pas condamnés à vivre en guerre perpétuelle contre les microbes ?

AdP : Nous vivons en effet en paix et en harmonie avec des milliards de virus et bactéries, tant internes qu’externes, avec lesquels nous sommes le plus souvent en symbiose. On connait par exemple le rôle bénéfique du « microbiote » (les microbes interne de notre tube digestif) dans l’immunité : ces microbes servent d’agents d’information et de sentinelles pour notre corps. Il est difficile de se représenter l’énorme quantité d’échanges d’informations et d’interactions que notre système digestif entretient avec notre organisme tout entier, mais on peut dire que notre intestin est en quelque sorte notre deuxième cerveau.

En fait, et c’est un des miracles de la vie, tout est fondé sur l’harmonie, et sur un équilibre subtil. Les maladies apparaissent lorsque cet équilibre est rompu. C’est là qu’intervient le terrain, c’est-à-dire la constitution intime du malade, ainsi que son environnement qui agit sur son terrain. On sait que le stress, la pollution, l’activité physique, l’hygiène, l’alimentation, le tabac, l’alcool, la drogue ou encore la génétique, ont une incidence directe sur l’apparition des maladies et la réponse que notre organisme y apporte.

RL : Et c’est précisément sur ce point que les conceptions de Béchamp sur la maladie s’avèrent plus pertinentes que celles de Pasteur ?

AdP : La doctrine pastorienne passe en effet le plus souvent à côté de ces considérations. D’autant plus que le découpage de la médecine en segments et spécialités empêche de percevoir le malade de façon globale (holistique).

L’idéologie vaccinale – je parlerai même de « religion vaccinale » ! – est typique de cette vision médicale partielle et partiale. Faire du vaccin l’alpha et l’oméga d’une politique de santé est absurde. C’est une forme de « pensée magique » en la matière.

On me pose inlassablement la question : « Êtes-vous pour ou contre les vaccins ? ». Question absurde ! Un vaccin peut avoir son intérêt – le plus souvent transitoire d’ailleurs – pour maîtriser une épidémie, en attendant la correction des facteurs influant sur le terrain.

Par exemple, la poliomyélite a pu être maitrisée par la vaccination, mais c’est le traitement des eaux usées qui l’a (quasiment) éradiquée !

RL : Quelle analyse faites-vous de la « pandémie » actuelle ?

AdP : Sur la base de ce que je viens de préciser, voici l’analyse qu’on peut faire de cet « épisode covidiste ». Elle tient en sept points :

  1. Nous nous trouvons en face d’une maladie virale à coronavirus très contagieuse. Elle affecte statistiquement relativement peu de personnes, et ceci de façon relativement stable. Prenons l’exemple archétypal du paquebot de croisière Diamond Princess (mars 2020). Il s’agit du premier « cluster » statistiquement significatif. Nous avons en effet affaire à un milieu clos de 3700 personnes (passagers et membres de l’équipage), avec une forte proportion de personnes à risque (retraités âgés, venant de pays développés donc présentant des maladies « de civilisation » : diabète, obésité, hypertension…). Bilan : 700 cas cliniques, 7 morts. Donc 1 % de létalité, dans les pires conditions : bateau confiné et isolé, sans infrastructure hospitalière, personnes à risques (quasiment un EHPAD flottant…) et 0,18% de mortalité générale ! Ces chiffres ont peu ou prou été confirmés tout au long de l’épidémie jusqu’à ce jour, un an après, avec même une forte tendance à la baisse du fait d’une meilleure connaissance de la maladie.
  2. On ne parle JAMAIS de la prévention pour renforcer l’immunité. Or, en supplémentant en vitamine C, vitamine D et Zinc, on évite de nombreux cas et on diminue la gravité de ces cas. Première observation : une de mes connaissances, directeur d’une usine de 500 ouvriers, lot statistiquement significatif, a proposé ce traitement préventif, et 120 d’entre eux l’ont accepté. Sur ce lot, un seul cas très léger, et sur les 380 restants, 45 cas cliniques de degré variable, dont un mort (qui présentait par ailleurs des comorbidités). Ces chiffres parlent d’eux-mêmes. Deuxième observation : un médecin coordonnateur de deux EHPAD (plus de 100 personnes) a mis tous les pensionnaires sous vitamine D seule. Il y a eu un « cluster » dans les deux, mais sans aucun décès ni hospitalisation ! Dans les facteurs de résistance naturels, et donc liés au terrain, on a observé que les hommes étaient plus sensibles (le genre serait-il inscrit dans la nature ?…) et les personnes de groupe sanguin O+ sont beaucoup plus résistantes.
  3. La « grosse presse » ne parle que pour les critiquer des traitements simples et peu onéreux, à faire de façon précoce : Ivermectine, Hydroxychloroquine, Azythromycine, qu’heureusement de nombreux médecins de terrain ont appliqué avec succès sans attendre les résultats d’études randomisées en double aveugle…
  4. On ne parle jamais de moyens simples comme des purificateurs d’air pour les lieux fermés, qui existent avec des filtres irradiés par des rayons ultraviolets, ce qui permettrait de rouvrir restaurants et autres lieux publics !
  5. L’idéologie pasteurienne fait du vaccin la solution à tout ! Aucune nuance possible : le dogme pasteurien, la « religion pasteurienne », ne supporte aucune discussion, alors que la raison nous demande au contraire d’être dans la nuance : le vaccin peut en effet être UNE solution, mais le plus souvent transitoire, en attendant les progrès de la recherche en matière d’hygiène ou de traitement. Dans le cas du coronavirus SARS Cov 2 les vaccins sont expérimentaux, en phases de probation. Envisager une vaccination de masse de sujets bien portants pour une maladie qui, cliniquement parlant, ne touche au final que très peu de gens, le plus souvent de façon bénigne, est une erreur ! Sauf pour les fabricants de vaccins qui ont parfaitement compris leur intérêt dans cette histoire…
  6. Il est quasiment impossible d’empêcher un virus de circuler, sauf à utiliser la technique vétérinaire d’abattage de tous les animaux du foyer et leur incinération sur place. C’est ce qu’on a fait avec les visons au Danemark. Vouloir empêcher un virus de circuler entre humains est donc un non-sens absolu !
  7. On remarque qu’on ne nous parle plus du tout d’immunité collective, alors que le virus a circulé dans la population de façon importante pendant plus d’un an, entraînant fatalement une immunité solide et durable, comme le souligne l’ex-sous-directeur de Pfizer dans un article à lire sur le blog de Jeanne Smits. Si on ajoute l’immunité vaccinale, même sujette à caution, il est vraisemblable que nous avons atteint l’immunité collective, ce qui entraînera nécessairement la décrue progressive de l’épidémie.

RL : Conclusion, docteur de Peretti ?

AdP : Eh bien, c’est que dans cette épidémie, tout confirme l’intuition d’Antoine Béchamp : le microbe – un coronavirus en l’occurrence – a touché essentiellement des personnes âgées ou atteintes de syndromes « civilisationnels » (obésité en particulier), et stressées par une propagande anxiogène de masse. Les mesures prises ont été jusqu’à l’absurde, du fait d’une mauvaise conception médicale de la vie en général et des interactions des divers facteurs. Une bonne prévention, des traitements simples et éprouvés précoces, ainsi que des conseils d’hygiène de vie (grand air, soleil, exercices physiques…) aurait permis d’éviter le psychodrame dans lequel nous sommes enfermés depuis plus d’un an. Et on a oublié allégrement la définition-même de la santé donnée par l’OMS :

« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité »

Y a-t-il plus belle confirmation de l’intuition d’Antoine Béchamp ?!

***

Propos recueillis par Henri Dubost

***

Addendum : interview en septembre 2020 du Dr Alain de Peretti sur les dangers sanitaires liés à l’abattage halal.

Média : Vive l’Europe, Daniel Conversano

 




Un poète d’origine syrienne dénonce la gauche halal française

LA GAUCHE FRANÇAISE EST PARFAITEMENT ISLAMO-SOLUBLE.

Cet article du Point nous en fait la démonstration. Une de plus, diront les islamo-lucides. Oui. Mais s’il y a un signal à lancer, inlassablement, pour que l’opinion publique prenne conscience de la réalité, c’est bien celui des compromissions de la Gauche avec son ennemi le plus déterminé à l’écraser. Les lignes bougent, mais avec une telle lenteur ! Même le témoignage de ceux qui ont fui le carcan musulman se perd dans l’indifférence, le déni, la désinformation et, pire, la collusion avec l’agresseur. Alors il faut continuer, pour ceux qui comme Souleimane, font sonner les tocsins et prennent pour cela de grands risques. Pour eux, et pour nous. C’est tout simple.

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/souleimane-la-gauche-halal-16-03-2018-2202904_420.php


VOUS AVEZ DIT GRAND REMPLACEMENT ?

La ronde des prénoms. Nous avions les bretons, les basques, les loufoques, les bizarres, les im-portables, les surréalistes. Voici le déferlement de ceux qui sont sortis des sables pétrolifères, des friches de la Mitidja, des ryads marocains, des gourbis tunisiens ou des barres de La Courneuve. Le plus difficile sera de leur trouver des surnoms. Edwy Plenel s’est peut-être attelé à cette tâche. Courage, camarade.

D’ailleurs, voici les prénommés en question : 500 par semaine en Île-deFrance. 25 à 30.000 sur l’année si je compte bien. À la question : « Pourquoi la démographie francilienne galope-t-elle ?« , la réponse est : « Macron-Philippe-Collomb-Hidalgo« . Notons un nouveau terme pour désigner nos visiteurs : après les migrants, les clandestins, les fugitifs, les exilés. Magnifique ! On les a donc fichu dehors de chez eux. Tout s’éclaire, à commencer par le génie sémantique de ce monument du journalisme français qu’est Le Parisien

http://www.leparisien.fr/paris-75/voici-le-nouveau-dispositif-pour-l-accueil-des-migrants-en-ile-de-france-16-03-2018-7611918.php


AMBIGUîTÉS ET DÉLIRES DU DISCOURS MUSULMAN.

Intéressante confrontation entre un « noyeur de poissons » lucide (posture ?) cependant et un désinformateur-propagandiste de force 9. Oukacha, dont le discours change selon qui le reçoit, se balade à l’aise dans le grand flou de la crise migratoire. Cherki, quant à lui, nous révèle que les chiffres de l’immigration sont stables depuis les années 30. Entre le danseur de tango et le fabricant de suaires en béton, Eric Brunet s’essaie à la compréhension de ce qu’en fin de compte, il faut bien nommer taqqia. Notre pauvre pays est décidément un sacré bon terrain de jeux.


HAUCHARD : MORT D’UN SS (suite…)

Le village est « abasourdi ». C’est vrai que c’est tranquille, la Normandie profonde. Un peu à l’écart de tout, même. Comme préservé en quelque sorte. Passons. Au fait, avez vous entendu le soulagement de nos petits camarades Lasfar, Oubrou, Boubakeur, Muhammad, à cette annonce ? Moi pas. Edwy Plenel nous a-t-il fait part de sa satisfaction ? Et Liogier ? Boniface ? Guénolé ? Bouteldja ? Brossat ? Pas que je sache. En vérité, malgré ses déchirements internes, l’oumma est une famille dont on lèche le pourtour à seules fins personnelles, électorales, thérapeutiques ou idolâtres. Tout le reste est littérature.

http://www.paris-normandie.fr/actualites/faits-divers/mort-du-djihadiste-maxime-hauchard–l-incomprehension-d-un-village-eurois-LO12497095


EN ALLEMAGNE, QUAND ON VOUS DEMANDE DE VOUS CONVERTIR, MIEUX VAUT S’EXÉCUTER.

S’exécuter ou être exécutée, telle est la question que cette ravissante n’aura pas eu le temps de se poser. Les drames de ce genre sont assez nombreux chez nos voisins, et souvent d’origine afghane. C’est logique : des cinquante sept pays musulmans, celui-là est sans doute le plus enchâssé dans l’observance stricte des préceptes coraniques. Ce qui sur son sol a toujours été objet d’une fascination de voyageurs devient chez nous danger mortel. Intégration impossible. Le dogme suprématiste détruit dans ces cerveaux formatés-vidés jusqu’à la simple notion de l’Autre.  

http://www.dailymail.co.uk/news/article-5505025/Failed-Afghan-asylum-seeker-arrested-killing-girlfriend.html

De toute façon, converti ou non… http://www.dw.com/en/germany-charges-syrian-refugee-for-alleged-bomb-plot/a-42992942

Le discours officiel change cependant. Voici que l’Islam est tenu à distance par des lucides attachés à leur Histoire. Pauvre Angela Merkel, obligée de gouverner avec ces horribles patriotes. On la plaint sincèrement, enfin… presque sincèrement.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/03/16/97001-20180316FILWWW00142-l-islam-n-appartient-pas-a-l-allemagne-selon-un-ministre-de-merkel.php


REFUS D’INTÉGRATION : LA DÉMONSTRATION ANGLAISE.

On casse la tirelire pour leur apprendre deux ou trois choses sur le pays dont ils se prétendent souvent citoyens. Leur réaction est un paradigme de l’échec d’un hypothétique vivre-ensemble. La morgue en plus. Le mépris de ces musulmans pour leurs hôtes relègue les rapports coloniaux intercommunautaires d’autrefois au rang d’aimables parties de campagne. La haine transpire ici à grosses gouttes. 

http://www.thetelegraphandargus.co.uk/news/16086399.Integration_plan_labelled__quot_insulting_quot_/


CE N’EST GUÈRE MIEUX AU DANEMARK.

Ce pays n’a pas de passé colonial. La théorie de Plenel et consorts sur sa culpabilité historique ne tient pas lorsque un quart de la jeunesse immigrée désire l’instauration de la charia. Non, Edwy, ce n’est pas un fake. C’est bel et bien une radio danoise qui donne ce chiffre inquiétant. Inquiétant, vraiment ? Bof. C’est juste une bonne moyenne européenne. Ici en France, on est largement au-dessus.

https://sputniknews.com/europe/201803151062553576-denmark-copenhagen-sharia/


QUANT À LA HOLLANDE…

On se dit que ce n’est pas possible, et pourtant, ça l’est. Là-haut aussi, la Gauche se révèle parfaitement soluble dans l’Islam. Avec sans doute les mêmes prétextes que chez nous : lutte contre le « fascisme », barrage aux patriotes, droits-de-l’homme et hospitalité jusqu’à l’orgasme. L’épouvante naît d’une telle bêtise, d’un tel aveuglement. Car c’est de notre propre chair que naissent les monstres qui vont participer à sa destruction.

http://www.fdesouche.com/970677-rotterdam-pays-bas-la-gauche-sunit-derriere-le-parti-islamique-pour-faire-barrage-a-lextreme-droite


THÉÂTRES BELGES RECHERCHENT DJIHADISTES.

Il y a vraiment des coups de pied au culte qu’on aimerait pouvoir distribuer soi-même.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3387431/2018/03/14/Un-theatre-gantois-a-la-recherche-de-djihadistes.dhtml


ERDOGAN FERAIT MIEUX DE RETOURNER À L’ÉCOLE.

Sa comptabilité de la morbidité coloniale, méfait de l' »Occident » en Algérie, utilise des logiciels ultra-performants inconnus chez nous. Cinq millions de morts, diantre, on ne se mouche pas de la cothurne, à Topkapi. Une chose est sûre : son pays a estourbi un bon million, voire plus, d’Arméniens. Erdogan est pour de bon infréquentable.

https://observalgerie.com/actualite-algerie/algerie-05-millions-de-personnes-tuees-pendant-la-colonisation/


LE YEMEN SOMBRE SOUS LES COUPS SAOUDIENS.

Cela dure depuis quatorze siècles. Sunnites contre Shiites. L’Islam, quoi. Les Iraniens cognent aussi. Mais les Saoudiens sont nos alliés. Alors… chut. On décrit les choses parce qu’il le faut bien, mais on tait leurs causes parce que ça pourrait gêner.

https://www.youtube.com/watch?v=chgEa2ZCDvM


SOURIEZ, VOUS ÊTES AU TAJ MAHAL.

Bichon Président des ovins. Pour commencer la journée de bonne humeur. Match, le poids des mots… à la tonne.

https://www.marianne.net/politique/quand-paris-match-raconte-le-glorieux-voyage-des-macron-en-inde?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter


Jean Sobieski




A mes amis qui acceptent sans broncher la barbarie halal

Le « développement » du halal en banlieue et en France m’incite à vous écrire cette lettre. Cela fait des années maintenant que je m’acharne à attirer votre attention sur cette abomination, en vous bombardant d’informations étayées par des articles ou vidéos dérangeants. Croyez bien que je me serais passée de devoir me documenter sur ce sujet mais la réalité ici est tenaillante : le halal est partout, dans les rayons des magasins, sur les panneaux publicitaires au moment de l’aïd (pas de majuscule pour cette horreur) : « fièrement halal » dit ce bœuf la tête droite, sans imaginer qu’il va être vidé de son sang lentement, jusqu’à la dernière goutte, la tête tournée vers La Mecque…

La plupart d’entre vous, je pense aux expatriés, refusent de savoir tout cela parce qu’ils ne peuvent pas le concevoir. Mais quand ils m’ont demandé de cesser de leur envoyer quoi que ce soit à ce sujet (et sur d’autres tout aussi pénibles), la colère m’a prise. Ils ont donc choisi d’ignorer ce qui se passe dans leur pays natal et de me faire passer pour une islamophobe, etc. On connait la chanson. Mais d’autres, provinciaux, préfèrent aussi jouer l’indifférence et le silence face à l’islamisation de la France, ne voyant pas là un danger mais une sorte d’évolution sociétale inéluctable. A se taper la tête au mur si ça ne faisait pas si mal (au mur). Les plus vieux s’en foutent et se disent « après moi le déluge », les plus jeunes refusent de désigner l’ennemi, pour avoir grandi avec lui et avoir accepté ce « vivre ensemble » destiné essentiellement à les soumettre à l’islam. Dédramatiser, banaliser ou taire les pratiques islamistes, c’est ce à quoi s’appliquent nos medias aux ordres, et avec eux toute la classe politique ou presque.

Je me suis forcée de visionner des vidéos sur l’abattage rituel. Jusqu’au bout de l’écœurement et de la nausée. Depuis, j’ai peine à croire que mon pays, qui a éclairé le monde de ses lumières au fil des siècles, en soit réduit à accepter cette pratique et à la laisser se répandre comme la poudre, gagner du terrain, conquérir les plus sceptiques, et encore une fois, la banaliser pour la faire accepter. Subitement, la vie animale a perdu toute valeur et il devient normal de faire souffrir les bêtes dans une agonie insupportable pour tout être humain. Alors, on pourrait me rétorquer qu’il n’y a pas si longtemps, les abattoirs de La Villette faisaient couler le sang animal pratiquement dans les mêmes conditions. Que Hitler est devenu végétarien après avoir visité un abattoir. J’en conviens ! Mais la différence avec l’islam, c’est que nous avions su évoluer dans ce domaine, tandis qu’aujourd’hui on accepte de régresser en fermant les yeux, sauf quelques associations nées de cette agonie, ayant puisé leur force d’action dans le sang des bêtes.

Vous, mes amis, qui ne voulez pas savoir ni encore moins voir tout cela, j’ai envie de vous dire « tant pis pour vous » ! Tant pis si vous ingérez un steak doublement saignant, avec les risques sanitaires qui en découlent : ce ne sera pas faute d’avoir été prévenus.

Et l’aïd el kebir (toujours pas de majuscules) s’impose désormais dans notre société comme une espèce de sacralisation du halal et craignons qu’un jour il ne devienne une fête nationale. Beaucoup en rêvent. Abattoirs clandestins, élimination des « déchets », les maires n’en peuvent plus de faire des exceptions pour ceux qu’ils ont souvent défendus, jusqu’à ce que la situation devienne ingérable. Fallait y penser avant…

Mais vous, mes amis, comment pouvez-vous préférer l’indifférence ou l’ignorance face au péril islamique ? Au nom de quoi acceptez-vous de régresser et de céder votre place et vos traditions à cette barbarie ? Même les amis des animaux que certains d’entre vous sont, préfèrent fermer les yeux. Je n’y comprends plus rien et je souffre de votre passivité. Au risque de me fâcher avec vous, je continuerai à vous informer sur ce qui vous attend.

Alice Lam




29 % des musulmans contestent la République, 70% mangent toujours halal

Un document de travail qui insiste sur les habitudes alimentaires des musulmans de France, expliquant : « 70% des musulmans de France déclarent toujours manger halal », mais qui n’explique pas les zones de non droit créées sur notre sol par le tiers des musulmans refusant les lois de la République.

La République laïque paie pour les 29 % de musulmans de France qui contestent la laïcité et les lois de la République. C’est le principal enseignement à tirer de ce rapport.

Les marqueurs identitaires progressent et sont au « rouge » : 70% des musulmans de France déclarent toujours manger halal et près de 35% des femmes disent porter le voile. C’est 10 points de plus qu’en 2010. C’est ce que révèle ce dimanche une enquête exclusive commanditée par le gouvernement.

Ce document de travail, dont Riposte Laïque a pu obtenir une copie, est censé éclairer le gouvernement. Il est très explosif. Il précise : « Il existe en effet deux groupes très différents au sein des musulmans de France. D’un côté, une majorité silencieuse : 46% des personnes interrogées se disent parfaitement intégrées dans la République et à l’aise avec ses valeurs. À l’opposé, près de 29% des musulmans contestent la laïcité et considèrent qu’elle ne permet pas d’exprimer librement sa religion… ».

Les musulmans français sont partagés entre majorité silencieuse et fondamentalisme

La même étude insiste sur le fait que « se faire soigner par un médecin du sexe opposé est largement accepté à plus de 90% des musulmans. L’idée d’un vote communautaire est quant à lui, relégué au rang du fantasme. 78% des enquêtés déclarent qu’ils ne votent pas systématiquement pour un candidat musulman aux diverses élections… ».

Ce qui est frappant, et ce qui légitime l’action de Riposte Laïque, c’est ce passage accablant du rapport : « Un tiers des musulmans de France ne se reconnaissent pas dans la République… ». Selon cette même enquête, sur laquelle nous reviendrons dans nos prochaines parutions, « Le fondamentalisme, lui, progresse. Un groupe de 28% est qualifié d’autoritaire par l’enquête. Ces musulmans sont pour le port du voile intégral, considèrent que la charia est au-dessus des lois de la République et utilisent l’Islam comme instrument de révolte ». Tous est dit et écrit en quelques lignes.

Espérons que le Père Noël fera quelques heures supplémentaires pour aller glisser une copie du rapport sous le sapin de Gérard Collomb, à son domicile lyonnais. Ce serait une saine lecture pour le ministre de l’Intérieur.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411
Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/sandra-44-ans-meurt-de-froid-dans-la-rue-les-clandestins-dorment-au-chaud.html

http://ripostelaique.com/islam-a-luniversite-de-strasbourg-la-drole-de-potion-du-dr-beretz.html

http://ripostelaique.com/encore-une-zone-de-non-droit-et-des-emeutes-a-carpentras.html
http://ripostelaique.com/la-caf-3e-lieu-saint-de-lislam.html
http://www.dna.fr/faits-divers/2013/03/09/djihad-la-filiere-francaise
http://ripostelaique.com/exclusif-coup-de-balai-au-siege-de-la-police-parisienne-falcone-vire.html
http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html
http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html
http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html
http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html
http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html
http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html




La question musulmane en France : l'influent Bernard Godard nous trompe

Mal nommer la question islamique, c’est ajouter aux malheurs de la France et des musulmans ! Voilà, en somme, ce que je pense du dernier livre de Bernard Godard paru chez Fayad sous le titre « La question musulmane en France », et un sous-titre tout en majuscules : UN ETAT DES LIEUX SANS CONCESSION. Il s’agit plutôt d’un tour d’horizon complet.

Bernard Godard est arabisant. Il est un ancien haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. Il a travaillé aux côtés de plusieurs ministres successifs chargés des cultes. Il est une des chevilles ouvrières qui a fait passer l’idée (et qui la fait encore passer dans ce livre) que l’islam est simplement une religion comme les autres, avant même que l’Etat n’ait obtenu des représentants ce cette vision liberticide du monde un quelconque engagement sur au moins deux points cruciaux :

1 – La Liberté de la musulmane d’épouser des juifs, des chrétiens et des non-musulmans et donc le renoncement à l’injonction coranique faite aux musulmans de ne pas prendre les juifs, les chrétiens et les non-musulmans comme alliés ou amis.

2 – La Liberté de conscience des « nés musulmans ».

Connaissant la très célèbre conférence d’Ernest Renan à la Sorbonne – puisqu’il y fait référence – M. Godard sait donc ce qu’est une Nation. Instruits que nous sommes par ce grand philosophe du XIXe siècle et érudit des langues sémitiques, nous comprenons aisément que la prescription coranique de l’endogamie permet à l’islam de torpiller le creuset de fusion que la France a toujours été. En privant le cœur de la musulmane de tout amour pour l’Autre, totalement autre, il institue un apartheid au sein de TOUTE société qui lui fait une place en son sein. L’Amour et la Liberté d’aimer sont ainsi anéantis. L’Egalité entre les hommes dans le cœur et dans le lit de la musulmane l’est tout autant et, par conséquent, il n’y a plus de place pour la Fraternité entre les êtres humains. L’islam est aussi contraire à la notion française de la Nation qu’il est antinomique avec les principes fondateurs de la République.

Nul Amour de l’Autre en islam ! Voilà ce que Monsieur Bernard Godard et nos idiots utiles à l’islam savent parfaitement, mais n’énoncent pas clairement aux Français et à la face des Musulmans. Expert et conseiller de la République, notre auteur sait parfaitement que Marianne fut niquée (du mot niqah en arabe qui veut dire épousailles) la nuit où Sarkozy avait officiellement accepté que le CFCM s’installe, à la table de la République, alors que les complices de ce mariage arrangé et contre nature venaient de rayer un des articles fondamentaux de la charte de ce futur conseil (j’y reviendrai). Cette nuit-là, Marianne fut trahie et, du même coup, tous les Français, qu’ils soient musulmans ou non, furent bel et bien cocufiés.

« Mal nommer les choses …. ». Mon jugement n’est pas un pastiche d’une phrase célèbre, trop souvent galvaudée, mais sa mise à l’épreuve sur le terrain concret de nos relations humaines. Nous savons très bien que notre entendement, notre raisonnement, passe par l’usage plus ou moins correcte, plus ou moins imprécis du langage qui est pourtant le liant qui assure plus ou moins notre entente et conditionne, bien des fois, l’effritement plus ou moins accéléré de nos liens sociaux.

Et pour être plus précis, je dirais : lorsque nous savons, comme M. Bernard Godard, et n’osons pas désigner les souches pathogènes qui rongent notre société humaine, nous commettons une faute. Une faute morale, si ce n’est une faute politique, l’équivalent d’une faute médicale, lorsqu’on a été en charge de grandes responsabilités au ministère de l’Intérieur, chargé des cultes, comme c’est bien le cas de M. Bernard Godard.

Si ça peut le consoler, bon nombre de nos « experts » ès islam n’osent pas désigner les deux souches pathogènes que sont le Coran et Mahomet. Au lieu de cette mise au point salutaire, ils nous donnent à bouffer tant de « boucs émissaires », malodorants à souhait, mais qui, au fond, ne sont rien d’autres que des être humains, atteints de cette maladie qu’est l’islam (vénération du Coran et de Mahomet). Et c’est ainsi que, sous la plume de M. Godard, la question islamique se nomme question musulmane. C’est comme si les musulmans ne la subissaient pas et que c’étaient eux qui l’avaient inventée.

Non Monsieur Godard, la question qui se pose aux musulmans, à leurs concitoyens et à tous leurs voisins, en France, en Europe et partout ailleurs dans le monde, se nomme « Question islamique ». C’est l’islam, c’est à dire le Coran et l’exemple historique de Mahomet qui sont à remettre en question, à soumettre à notre questionnement. Les Musulmans, toutes écoles et nuances confondues, sont les victimes-vecteurs-reproducteurs de cet apartheid idéologique qu’est l’islam. Mis en pratique, Ici et Maintenant, par toute musulmane, il se transforme en apartheid anthropologique et social. Mais avons-nous encore des anthropologues et des sociologues dignes de ce nom ?!

Au lieu d’examiner les deux souches pathogènes (à l’œil nu, tellement elles sont évidentes), vous continuez de privilégier, Monsieur Godard, comme tant d’autres toubibs, l’observation et l’examen minutieux des malades atteints à divers degrés. Ainsi, vous continuez à mal poser l’équation islamique. Vous vous dupez et dupez, par la même occasion, aussi bien vos concitoyens musulmans que non-musulmans. Votre question continue donc d’être mal posée, votre diagnostic s’en trouvera toujours faussé. Il n’est donc pas étonnant que nos têtes chercheuses et pensantes, ainsi que nos décideurs n’aient pas inventé de remède efficient contre cette infection de l’âme et des relations sociales qu’est l’islam. Je rappelle, encore une fois, que son noyau (son cerveau) est à tout jamais constitué de deux lobes : le Coran et Mahomet.

Voici trois indices tangibles et vérifiables par tout un chacun qui trahissent la mauvaise conscience, si ce n’est la mauvaise foi, de notre auteur :

1 – C’est à partir de la page 103 qu’il aborde le positionnement de Riposte Laïque. Il a l’honnêteté de relater la diversité des personnes qui écrivent sur notre site et qui l’animent. Il relève notre contribution à la dénonciation, semaine après semaines, des prières de rue, vidéos à l’appui. Il ne lui a pas échappé que l’auteur de ces reportages, in situ, dans la gueule du loup, se nomme Lépante, comme la fameuse bataille navale perdue par les Ottomans. En présentant de longues citations, on pourrait croire que M. Godard étaye correctement ses analyses et conclusions. Or voilà un cas concret où manque, une pièce maîtresse, si ce n’est LA clé de voûte. A propos de l’idéologie islamique, notre ami René Marchand explique, à chaque fois, pourquoi l’islam ne peut pas être considéré comme « une religion comme les autres ». Il commence toujours par rappeler que l’article 1 de la loi 1905 proclame et garantit « la liberté de conscience ». Par conséquent, une idéologie soi-disant religieuse qui ne reconnaît nullement ce fondement-même de la laïcité, n’a pas sa place à la table de la République. C’est donc une équation des plus élémentaires de notre vie à la ferme : il n’est pas raisonnable de faire entrer le loup dans la bergerie avant de l’avoir édenté.

Le « péché originel », si l’on peut dire, la faute politique, plutôt, commise par Sarkozy, en tant que ministre de l’Intérieur, et par ses conseillers, dont M. Bernard Godard, a bel et bien été celle de dispenser les représentants du CFCM de souscrire solennellement à des engagements républicains alors que, sous le ministère de Chevènement, il y avait au moins le premier article de la charte qui proclamait la reconnaissance de la liberté de conscience pour des « nés musulmans ».

M. Godard, comme tant d’autres, sait parfaitement qu’il n’y a nulle Liberté en islam, surtout pas pour la musulmane, génitrice de toute une progéniture soumise. Il sait aussi que les musulmans n’ont pas encore pris leur Liberté au sérieux pour donner un bon coup de pied dans le derrière de Mahomet et pour s’émanciper de l’emprise du Coran sur leurs esprits. C’est dans la voie de cette émancipation qu’il aurait fallu les encourager. Mais encore faut-il avoir des politiciens et des conseillers clairvoyants, faute d’être audacieux !

2 – Et voici l’avant-dernière phrase du livre qui démontre que M. Bernard Godard nous prend pour des demeurés, à moins qu’il ne compte sur notre hypocrisie : « Appliquer la dérision aux religions est un droit imprescriptible des caricaturistes, mais assimiler et réduire plus d’un milliard d’individus à une condition de «soumission» n’est pas acceptable« . C’est comme si les innombrables foules de musulmans pratiquants, n’inscrivaient pas, partout dans le monde, la même soumission dans le corps, l’espace et le temps, fronts contre terre et derrières en l’air. Mais plus ça crève les yeux, plus nos idiots utiles sont aveugles !

3 – Bernard Godard voudrait, lui aussi, relativiser les 200.000 immigrés non sollicités et non choisis qui s’ajoutent, chaque années à la population métropolitaine. Une bonne partie de cette immigration est matrimoniale, familiale, en provenance de pays musulmans. M. Godard aborde la question du nombre de musulmans en France, mais ne cite pas les travaux et les estimations argumentées de la démographe Michèle Tribalat. Il l’expédie d’un revers de main, comme il évacue, aussi nonchalamment, la somme impressionnante de travail fourni par Christopher Caldwell qui a démontré qu’une révolution se déroulait sous nos yeux et que l’islam transformait l’Europe. Les quelques phrases évasives de M. Godard à se sujet, laissent supposer qu’il est plutôt gêné qu’un journaliste américain, un observateur extérieur donc, soit autrement plus lucide que nos experts du ministère de l’Intérieur.

Cela ne veut pas dire que vous n’en aurez pas pour votre argent en achetant et en lisant le livre de M. Godard. Bien au contraire ! Il fourmille d’informations fort utiles et vous guidera dans les arcanes des acteurs musulmans en France et à travers les arabesques de leurs circonvolutions idéologiques, mais aussi leurs pratiques en rangs dispersés pour mieux égarer leurs éventuels adversaires. M. Godard et nos experts ès islam n’ont pas encore saisi que la désorganisation et l’éparpillement apparents cachent bel et bien une organisation des plus efficace pour avancer sur tous les fronts et à travers tous les interstices. Les troupes de choc intimident et tuent les récalcitrants, mais une bande de soufis, soi-disant quiétistes, viennent à votre secours pour vous présenter ses  condoléances, vous apaiser et vous injecter, par la même occasion, une dose d’opiacés afin que vous continuez votre sommeil et votre doux rêve d’un islam des Mille et une nuits, un islam de France tout apaisé, un islam qui ne serait  qu’amour et volupté !

L’intéressante casuistique développée par M.Godard ne va jamais à l’essentiel, dans tous les sens du terme. L’accusation d « essentialisation » dont usait et abusait Mohamed Arkoun a fini par tétaniser tous les esprits faibles et moutonniers. La vénération du Coran et Mahomet et la soumission à laquelle elle abaisse ses victimes-vecteurs-reproducteurs pose problème,  elle en a toujours posé aussi bien aux musulmans qu’à tous leurs voisins ou concitoyens. C’est cela la question islamique qu’il nous faudra affronter et que M. Godard n’a jamais osé poser.

Pascal Hilout, né Mohamed




Le halalgoogle est né…

Même Mahomet ne l’aurait imaginé et pour cause ! Qu’en pensent nos adorateurs du « vivre ensemble »? La volonté des islamistes de couper leur société de la nôtre, de nos cultures, de l’Occident, de Europe, de notre société française, républicaine et laïque est patente. Ainsi donc, il y aura des populations entières qui se verront interdites d’accès à des sites, des forums, des magasins, des blogs… déclarés haram (illicites d’un point de vue religieux).

Quel est le Manuel Valls qui ne pourrait pas être choqué par cette volonté de séparation des français en fonction de leurs croyances?

Quelle est la Christiane Taubira qui ne se sentirait pas offensée qu’elle soit supprimée des moteurs de recherche parce que non voilée, trop masculine, trop autoritaire, bref trop mec de pouvoir alors que la femme doit-être soumise à son mari et « trouver le paradis sous ses pieds« .

L’islamisation de nos sociétés est bien réelle et c’est la lâcheté de nos dirigeants qui l’encourage. Si ce n’est pire car être lâche fait partie de la condition humaine, mais n’est-ce pas aussi de la cupidité ? La traîtrise est la pire des choses…

En attendant nous voyons sous nos yeux les tentacules d’une société totalitaire qui s’avance sous le masque de la religion. Ils s’avancent vers vous  en habits de bergers. Mais sous les habits, ce sont des loups féroces disait saint Mathieu

*****

 Il est enfin là! Le Google musulman !

  La version bêta de Halalgoogling sortie le 7 juillet. Le nec plus ultra de la censure Google pour les  croyants coraniques. Surfer en sécurité avec le moins  d’influence du monde des infidèles impurs. La tâche pour tous les utilisateurs musulmans est : Trouver le Haram et le signaler à la Schariafilter peut être encore plus efficace. Après le  Facebook halal, appelé salamworld.com et le MFB – Muslim – Islamic -Facebook,  vient donc désormais le moteur de recherche haram google : Halalgoogling. Il se décrit ainsi : Notre vision est d’être le seul moteur de recherche numéro un dans la communauté musulmane. Tout le monde a le droit de profiter des possibilités offertes par l’Internet pour profiter,  apprendre ou travailler. Les fruits de réalisations scientifiques, références diverses pour récupérer des informations techniques aux échanges dans divers produits ou offrir des services, etc…. Toutefois, nous devons respecter le droit à nos opinions, nos mœurs et les intérêts de nos frères et sœurs du monde entier. Nous sommes ici pour s’assurer que le contenu ne viole pas les principes de la religion islamique.

Halalgoogling utilise un système de filtre spécial, les sites Web Haram (interdit) exclu le  contenu des résultats de recherche tels que la pornographie, la nudité, gay, lesbienne, bisexuel, le jeu, le contenu anti-islamique, et tout ce qui est haram selon la loi islamique ne peut  pas être affiché. Les utilisateurs sont même priés de signaler les contenus qui sont interdits par la Charia, de sorte que ceux-ci peuvent ensuite être bloqués immédiatement. Par exemple si quelqu’un  recherche  « sex toy », l’utilisateur reçoit le message  : »Aucun résultat trouvé ou vous avez cherché du contenu Haram (interdit) » .

Vous avez dit vivre ensemble ?

Gérard Brazon  (Puteaux-Libre)

 




25 mai, Vigilance Halal : Etats généraux du bien-être animal et du respect du consommateur

http://vigilancehallal.com/2013/04/24/25-mai-a-paris-etats-generaux-du-bien-etre-animal-a-labattoir-et-du-respect-du-consommateur/

Nos amis Pascal Hilout et Alain Dubos font partie des intervenants…

 




Rueil-Malmaison et halal : Patrick Ollier pris la main dans le sac !

Il y a quelques semaines déjà, l’ancien Président de l’Assemblée Nationale, Député-Maire UMP de Rueil, et compagnon d’Aliot-Marie, exigeait de Riposte-Laïque un droit de réponse sur une mise en cause que j’avais incidemment faite, sur les repas halal servis dans les restaurants scolaires  de certaines villes « comme ceux de Rueil-Malmaison ».

http://ripostelaique.com/halal-droit-de-reponse-de-patrick-ollier-maire-de-rueil-malmaison.html

Je ne souhaitais pas polémiquer plus que ça, mais le fait d’être interpellé et qui plus est, sur un ton péremptoire, n’a fait qu’exciter ma curiosité!

J’ai donc sollicité quelques sources et d’autres se sont ouvertes d’elles-mêmes! Il se trouve que si je ne peux pas affirmer que les repas servis sont étiquetés halal, je n’ai pas non plus la certitude que les viandes servis dans ces repas ne le sont pas du fait que le Maire, Patrick Ollier ne nous a pas certifié que les viandes bovines, ovines et autres poulet et dindes composants ses menus ne proviennent pas d’abattoirs pratiquant le halal! (Égorgement du vivant de l’animal la tête tournée vers la mecque. Un bœuf met environ 6 à 10 mn pour mourir! La délicatesse et la prévenance envers l’animal sont absentes).  Il faut savoir qu’il n’y a plus d’abattoirs « non halal » en Île de France, hormis celui qui abat les cochons. Le plus grand de tous étant à Meaux là où siège l’Ami Copé, Député-Maire de cette ville!

Par contre,  il se trouve, que le Député- Maire de Rueil ne soit pas trop gêné lorsqu’il s’agit de sa piscine municipale « les Closeaux » qui, l’année dernière en Juillet 2012, proposée un menu halal pour ses clients désirant se restaurer à « la Paillote », nom du dit restaurant de la piscine! Alors oui, ce n’est pas un restaurant scolaire mais cela reste du halal dans l’un des endroits les fréquenté de sa ville.

Ne serait-il pas responsable des menus?

Paillote-hallal-Rueil.jpg

Mais poursuivons! Nous avons donc acquis la certitude qu’il n’y a pas de repas ouvertement halal servis aux enfants dans les écoles, même si nous ne savons pas si toutes les viandes servis ne sont pas halal par définition suite aux choix des abattoirs. (Rappelons que si c’était le cas, cela rendrait la municipalité pourvoyeuse d’une taxe religieuse servie à l’une des trois mosquées de France – Paris, Evry et Lyon- sans que l’on sache à quoi sert cette taxe.)

Nous nous sommes procuré tout de même des photos (en fin d’article) démontrant que si la municipalité ne sert pas ouvertement du halal, elle fait des menus différenciés en fonction des religions! Il est mis des points rouge sur certains plats pour le signalement. Ainsi, quand « par hasard », le porc fait partie d’un menu, il est automatiquement proposé un autre plat à des élèves qui ne souhaiteraient pas manger de porc! Si le jambon est indiqué, toute de suite en dessous il est précisé qu’il est à la dinde! Alors même que la définition du mot jambon dans la langue française ne peut-être autre que du cochon, du sanglier etc! En aucun cas de la volaille! Là aussi je me demande ce qu’attendent les responsables de la « filière porc » en France (élevage, abattoirs, produits transformés, charcuteries) pour protester contre le détournement scandaleux d’expressions ayant trait à leurs professions.

Certes, nous ne sommes pas dans le choix du tout Halal pour tous, comme dans certaines communes du 92, mais tout de même, dans l’hypocrisie la plus totale!

Là aussi, rappelons que la cantine scolaire n’est pas obligatoire et que les parents connaissent à l’avance l’intitulé des menus! Je crois qu’il est grand temps de prendre conscience que les enfants ne doivent pas être les otages des choix parentaux!  De même que les municipalités! Aucune n’a à répondre, au frais des contribuables, à des demandes pouvant être onéreuse finalement!

L’école de la Républicaine est laïque et elle n’a pas à répondre à des exigences alimentaires religieuses.

D’une manière ou d’une autre! Il existe pour les parents, la possibilité de reprendre les enfants le midi où le porc est servi ou d’inscrire leurs enfants dans une école confessionnelle!

Alors oui, on me dira que les enfants mangent sans doute, leur seul repas de la journée et que c’est donc un devoir de les nourrir! Pourquoi pas, mais dans ce cas présent, nul enfant ne doit recevoir d’interdiction des parents de manger ce seul repas au nom d’une religion!

Il y a des lois en France qui pourrait s’appliquer à ces parents exigeants sur le plan alimentaire mais totalement indécent si ce n’est plus, sur le plan éducatif et sanitaire!  Cela relève de la maltraitance envers des enfants!

Aucune religion n’interdit à un enfant de manger lorsqu’il a faim! Donnez du pain et de la soupe de cochon aux habitants de la Somalie en ce moment, mais tout de suite, interdisez aux affamés de la manger, et vous verrez bien la réaction!

C’est la bêtise parentale qui est en cause et cette bêtise n’a pas à être financée par les contribuables de la ville. Qu’en pense Monsieur Patrick Ollier, Député-Maire de Rueil-Malmaison? Lui il pense sans doute que les habitants de Rueil peuvent continuer à payer!

Gérard Brazon  Puteaux-Libre

Menu-cantine-Rueil-01.jpg

Menu-cantine-Rueil-02.jpg

Menu-cantine-Rueil-03.jpg

Menu-cantine-Rueil-04.jpg

 Qui est Patrik Ollier? Certainement pas un innocent les mains pleines puisqu’il fût élu plusieurs fois et dans des départements différents comme Député et Maire.  Un vrai pro de l’élection. Un vrai fidèle à son électorat. Voici ce que nous en dit Wikipédia:

Député des Hautes-Alpes puis des Hauts-de-Seine. Maire ici, puis ailleurs. Un « globe-trotter » électoral. Le Jack Lang de l’UMP…

Il est ensuite élu député RPR de la deuxième circonscription des Hautes-Alpes (1988-2002), Maire de La Salle-les-Alpes (1989-2001), conseiller général (1992-2001).

Il permet au groupe Elf de s’implanter au Nigeria.

Il revient à Rueil-Malmaison, où il est élu conseiller municipal en 2001 puis Maire le 18 juin 2004, en remplacement de Jacques Baumel. Il est élu député de la 7circonscription des Hauts-de-Seine le 10 juin 2007.

Membre du groupe UMP, il préside la Commission de la production et des échanges puis la commission des affaires économiques, de l’environnement et du territoire de l’Assemblée nationale depuis le 27 juin 2002.

Gérard Brazon

 




Cantine : le Maire d’Aveyres supprime le repas de substitution au porc… et se fait pêter sa voiture !

 Voilà enfin une bonne nouvelle! Il y a donc des Maires qui comprennent que les exigences religieuses ont un coût et que celles-ci n’ont pas à être supportées par les contribuables.

« À Arveyres, la mairie a supprimé les plats de substitution pour les enfants ne mangeant pas de porc, invoquant des contraintes budgétaires et techniques. Une décision qui soulève la colère des parents concernés » annonce les radios nationales et le Figaro.

Certes on peut regretter que ce soit sur l’angle économique que soit traité ce problème religieux. Mais ne boudons pas notre plaisir, car qu’importe le contenant si le contenu est laïc et républicain. On notera que c’est un maire sans étiquette qui n’est donc pas à priori sous le glaive des partis droits-de-l’hommistes et multiculturalistes ce qui confirme bien l’engagement de certains partis politiques vers le communautarisme.

Cela faisait 16 ans que des plats, pour remplacer le porc, étaient servis le midi à la cantine d’Arveyres, une commune de 1900 habitants située en Gironde. Mais depuis le 1er mars, parmi les 180 élèves inscrits à la cantine municipale, les 28 enfants de confession musulmane ou juive ne mangeant pas de porc ne se voient plus proposer de plats de substitution. Le maire, Benoît Gheysens, a annoncé la mesure fin janvier dans un courrier adressé aux parents, arguant de problèmes de «surcoût, de gaspillage conséquent et de complexité d’organisation».

Le Figaro ne dit pas le nombre d’enfants qui sont musulmans et celui qui sont juifs et sans doute parce qu’il devrait scinder la communauté musulmane de celle des juifs qui n’ont jamais fait un pataquès du casher  à l’école. Et puis nous pouvons sans risque affirmer que mêler ces deux communautés dans un même « combat » contre le porc à la cantine permet de noyer le poisson chrétien.

J’en veux pour preuve que les seules personnes qui se soient exprimées sont des mères musulmanes! Nous avons eu droit « aux larmes de la petite fille rentrant chez elle sans avoir manger« , de « la maman qui n’en a pas dormi de la nuit« !  Du « scandale« , de la « discrimination » et j’en passe! Pour mémoire, ces 28 enfants représentent 15,5% des effectifs scolaires sur une commune de 1900 habitants. Peut-on à partir d’une petite ville de Province en tirer des conséquences à long terme! Nous savons d’ors et déjà, que dans les banlieues parisiennes, ce sont des écoles entières qui ont des pourcentages totalement inversés.

La restauration scolaire n’est pas un service obligatoire :  Le fonctionnement des écoles maternelles et primaires est une dépense obligatoire pour les communes. Par contre, la restauration scolaire ne l’est pas (voir le Code des collectivités territoriales : Art. L.2321-2). (…) Le service est assuré par le personnel communal ou peut être délégué à une association (association de parents d’élèves, association familiale…) ou à une société de restauration. Dans ce cas, la mairie passe généralement une convention ou un contrat avec le prestataire associatif ou commercial. Ce dernier peut assurer la préparation des menus, les commandes, la production et le service des usagers. (…) La commune peut donc déléguer la gestion, la fourniture et la préparation des repas mais absolument pas la surveillance des enfants qui relève du service public de l’enseignement (avis du Conseil d’État).

Ce rappel pour dire que rien n’interdit à un Maire de mettre en place une cantine ou de ne pas le faire! Cela relève de son pouvoir d’élu.  Qu’il a parfaitement le droit d’être attentif aux coûts des prestations alimentaires vis-à-vis des enfants et qu’en aucun cas, il est dans l’obligation d’obéir à des demandes communautaires. Alors, dans de très nombreuses communes de France, les Maires ont renoncé à mener le combat de la laïcité! Ils ne servent plus que du halal et de fait, ces Maires financent les trois mosquées de France dont on ignore in fine, à quoi ni à qui  sert cette taxe halal prélevée sur les produits.

Mon premier sentiment est de dire bravo à  Benoît Gheysens pour ce retour au bon sens! Qu’il est parfaitement normal que le premier magistrat d’une ville soit attentif aux coûts de ses services municipaux. Ce qui l’est moins c’est le traitement de l’information par les médias, c’est les pleureuses habituelles musulmanes ou non! C’est l’utilisation de l’enfant « qui pleure » parce qu’elle n’a pas mangé alors même qu’elle le pouvait, si ce n’est son entrée et son dessert! C’est la volonté de stigmatiser pour le coup, un Maire attentif à ses dépenses en l’accusant d’islamophobie et pourquoi pas de racisme puisque la volonté médiatique et d’impliquer des familles juives qui sont par ailleurs bien silencieuses sur cette affaire! La communauté juive n’a jamais imposé un mode de vie, des prières dans la rue, une visibilité dans les services publics, des exigences dans les cantines et les entreprises comme on le sait désormais à la RATP. Nous ne devons jamais le perdre de vue!

Ce Maire vient de bousculer un tabou! Ce Maire vient de montrer l’exemple! Ce Maire peut inciter d’autres maires à se libérer de ce tabou! On voit bien que cette décision peut avoir des conséquences et faire tâche d’huile vers d’autres municipalités.

Car la question est: combien de citoyens de nos villes savent ce que mangent les enfants dans les écoles de leurs villes?  Halal ou pas halal? Avec ou sans porc? Uniquement végétariens de type faux-cul?

Ce qu’il ne faut pas perdre de vue c’est aussi une autre mission de l’école: La restauration scolaire, intégrée aux établissements scolaires (écoles, collèges et lycées), remplit aussi une fonction éducative : l’éducation au goût et à l’équilibre alimentaire de ses jeunes convives.

Une mission qui n’est pas rempli puisque par la faute d’exigences alimentaires religieuse, c’est le porc qui ne sera jamais goûté par les enfants. Il sera encore moins apprécié par les finances des municipalités pour son prix modeste à l’achat.  Sans tenir compte de la filière porcine qui se trouve en plein marasme!

Mais écoutons les raisons de Monsieur Benoît Gheysens, médecin de métier: « il rappelle à France Bleu Gironde que la viande «n’est pas le seul apport protéique dans le repas». Il propose d’ailleurs, pour calmer les tensions, d’ajouter dans les entrées, lorsqu’il y a du porc au menu, de l’œuf ou du thon par exemple. Des produits contenant des protéines. Ainsi, la cantine s’engage à servir «une charge en protéines normale».

Mais écoutons nos braves mères de familles qui ont une solution:

– Les parents ont même proposé de payer un supplément ou de faire manger leurs enfants à part.

– Une mère d’élève, confie à Sud Ouest que «si le porc est maintenu à la cantine le 18 mars, sans aménagement, nous retirerons nos enfants de l’école».

Chantage à l’école! Faire manger leurs progénitures à part! Les musulmans d’un côté et les mécréants de l’autre!

Voilà donc la solution pour ces femmes! Bien entendu, aucun de nos « journaleux » habituels n’a relevé l’incongruité de la proposition si ce n’est la ségrégation religieuse! Qu’en penseraient les enfants d’être séparés? Que penserait la « petite fille en pleure« . Aucune importance n’est-ce pas! C’est pourtant l’une des revendications des musulmans dans des entreprises françaises: ne pas partager un repas avec un mécréant ne mangeant pas halal.

Mais le pire est à venir car ce Maire sans histoire, sans étiquette vient de payer la note: Deux pneus crevés et des rayures sur la carrosserie que l’élu juge « inadmissible » : « Ils viennent empiéter sur ma vie privée. Je ne vois pas l’intérêt de poursuivre mon engagement dans la vie publique dans ces conditions. Je terminerai mon mandat mais je ne suis pas sûr de me représenter ». […] affirme-t-il dans le journal du Sud-Ouest.

Nous en sommes là de par les faiblesses de nos dirigeants politiques, de ces « arrangements à l’amiable », de ces manques de courage politique, de ce refus d’appliquer la loi, toute la loi et rien que la loi et non en fonction des communautés! Car enfin et pour tout dire, on peut supposer sans crainte que ce ne sont pas des franchouillards, ni des « fachistes », ni des « de souches » qui se vengeraient éventuellement en s’en prenant aux biens d’un Maire!

Qui peut bien chercher à vouloir faire peur au premier magistrat d’une ville qui autorise de nouveau le porc dans une cantine scolaire?

Le clou est l’abjecte et scandaleuse réponse à la Ponce Pilate du Sous-préfet d’opérette de Libourne : Vous avez créé un problème, vous devez trouver une solution pour la rentrée du 18 mars. C’est quoi la solution Monsieur le Sous-Préfet? Qu’il se pende pour payer le lèse majesté fait à Mahomet? Auriez-vous oublié que vous êtes le représentant de la République Française laïque?

Gérard Brazon  (Puteaux-Libre)