1

C’est dimanche, alors un peu de poésie, Noun dou Diou !

Le dernier album des Brigandes :

https://lesbrigandes.com/les-clips/

Perso, j’adore. Mais je sais que sur RL, il y a des Brigandophiles et des Brigandophobes. 

À chacun de se faire sa religion…

Henri Dubost




L’Inde montre l’exemple : 2 millions de musulmans déchus de nationalité

Les Hindous ne font pas dans le détail et veulent affirmer leur volonté de rester entre eux, entre Hindous ! Ce qui se passe en Inde et à l’opposé de ce qui se passe dans l’Union européenne. Alors que nous acceptons une immigration de remplacement des peuples européens, l’Inde va faire l’inverse.

Que savons-nous de l’Inde? Les religions en Inde se caractérisent par une diversité des pratiques et des fois. Le pays est le lieu de naissance de l’hindouisme, du bouddhisme, du jaïnisme et du sikhisme et accueille de longue date le judaïsme, le christianisme, l’islam et le zoroastrisme. À noter que cette dernière religion n’est pas une religion récente en Inde, car elle est originaire de l’Inde également, avant d’avoir fait souche en Perse pour y devenir religion d’État (Mazdéisme) Elle fut détruite, comme d’autres cultures, lors de la conquête de l’islam totalitaire ! Elle trouva refuge dans son ancien berceau ! 

En Inde, près de deux millions de citoyens, la plupart musulmans, sont déchus de leur nationalité. La Cour suprême indienne exclut de nombreux citoyens des registres d’état civil de l’État de l’Assam.(Source)

L’islam n’est pas indien assurément, l’islam a massacré plusieurs millions d’Hindous depuis son arrivée violente dans le pays aux multiples dieux. C’est, semble-t-il, le retour d’un bâton historique ! (Source)

L’islam est arabe et vient du désert d’Arabie, pas de l’Inde ! C’est un peu le message des Hindous.

Nos bien-pensants pensent que le passé est mort, que seul l’avenir compte, qu’il ne faut pas s’attarder sur l’histoire des peuples. Nos bien-pensants de gauche sont obsédés par cette idée de « l’homme nouveau« , du faire « table rase du passé » ! Ils sont les héritiers de la révolution de 1793, celle de Robespierre, Saint-Just et de la Terreur ! Ils ont soutenu octobre 1917, la violence communiste et la Terreur rouge de Lénine !

D’autres ont approuvé la révolution nationale socialiste ! Tous ont cette obsession de l’homme nouveau, de la société parfaite où il faut éliminer le déviant, l’opposant, le gêneur, et aujourd’hui, le défenseur de la liberté d’expression.

Victor Hugo disait : il n’y a pas d’arbres ni de plantes sans racines ! Il n’y a pas d’avenir sans passé. Les peuples, les nations ont de solides racines qui subissent, il faut bien le dire, les coups de butoir des mondialistes qui veulent une société sans attache, sans racine, sans histoire, sans référence ! Juste de paisibles consommateurs acculturés, ayant un smartphone greffé dans la main, et dépensant le peu qu’il leur reste dans les différents marchés ! Le cerveau lessivé par les pubs, et détruit par la pensée unique !

Mais revenons à la remigration et ce qui se passe en Inde ! Cette exclusion des musulmans rappelle ce que l’Europe a vécu après la Seconde Guerre mondiale où les millions de déclarés « allemands » (Les Sudètes) durent quitter leurs lieux de naissance, où leurs familles étaient présentes depuis des centaines d’années sans que personne aujourd’hui ne parle de cette remigration forcée avec l’aval des vainqueurs.(Source)

« Les trois Gouvernements (Moscou, Londres et Washington), après avoir examiné la question sous tous ses aspects, reconnaissent qu’il y aura lieu de procéder au transfert en Allemagne des populations allemandes restant en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Hongrie. Ils sont d’accord pour estimer que ces transferts devront être effectués de façon ordonnée et humaine.». Acte final de la Conférence de Potsdam, article XIII, 2 août 1945, cité par R. M. Douglas dans Les Expulsés (publié en 2012), premier ouvrage de référence sur cet épisode. NDLR : le terme « Allemand » désigne ici les Allemands ethniques (minorités germanophones d’Europe de l’Est) et non les citoyens d’Allemagne.

Allemands des Sudètes installés dans les anciens camps nazis en attendant leurs transferts dans les nouvelles frontières allemandes de l’est (RDA) ou de l’ouest RFA) ! 

La remigration n’est donc pas une nouveauté !

L’Inde veut rester indienne et hindoue ! On en pense ce que l’on veut ! « Le Monde » gauchissant n’aime pas ! L’Inde se fout du journal « Le Monde » mondialiste.

Est-ce que c’est ce qui se passera en Europe dans quelques années ? Pour sauver nos cultures gréco-latine-germanique et judéo-chrétienne ? Beaucoup l’espèrent et regardent du côté de l’Inde, de la Russie, de la Chine, et même des USA (si peu innocents) depuis Donald Trump. 

Il faut admettre que ces dirigeants sont attentifs à la situation de leurs pays, de leurs nations, de leurs peuples et ils n’ont pas l’intention de les brader aux plus offrants comme les technocrates anti-démocratie de l’Union européenne !

En France l’idée de la remigration fait son chemin, car l’importance de l’immigration musulmane devient préoccupante pour beaucoup, et menace clairement le mode de vie à la française en  y important des us et coutumes étrangers à notre civilisation, des croyances liberticides, particulièrement contre les femmes et les homosexuels, et une violence intrinsèque à l’islam ! 

Gérard Brazon

 




Les GG critiquent l’action des Identitaires, mais pas celle des gauchistes !

Ils ont plusieurs noms ! Des noms faux culs comme ceux de réfugiés, migrants, demandeurs d’asile, etc. Ils restent, quoi qu’ils puissent en dire, des clandestins.

Des hommes en très grande majorité qui forcent le passage, entrent sur un territoire qui n’est pas le leur. Ils sont hors la loi, le savent et s’en moquent. Pourquoi ? Parce les messages qui leurs sont envoyés les autorisent à forcer le passage. Qu’est-ce qu’ils risquent ? Rien, tout simplement. Aucune armée ne se met en face, aucun tir de barrage. Nous ne sommes pas dans un monde fermé. Que voulez-vous reprocher à un clandestin de tenter sa chance. D’autant qu’une fois passé, il n’a plus qu’à attendre d’être régularisé !

Ils sont sur le temps long alors que nous sommes sur le complexe et la culpabilité.

Il y a des Identitaires qui font un travail magnifique, des bobos qui n’ont qu’à gémir et protester sans risque puisque les clandestins ne viendront pas s’établir chez eux. C’est la France qui se doit d’être généreuse. La France terre des droits de l’homme qui se doit de les accueillir ! C’est la France qui se doit de les soigner, les loger, les nourrir et même de nettoyer les toilettes dans les centres de rétention en attente d’une décision du droit ou non d’asile ! 

Ce ne sont plus des Syriens, des Irakiens, des gens qui fuyaient une guerre bien visible et qui entraient clandestinement, grâce à Nicolas Sarkozy qui a détruit le barrage libyen de Kadhafi ! Ce sont désormais des Africains, des Maliens, des Sénégalais, des Ivoiriens, des Camerounais, tous issus de pays en paix, exempts d’agressions, de régimes mortifères, ou de tortures si ce n’est celui de l’appât du gain. Leur but est de trouver le bonheur à la manière des criquets chez les Européens, ceux qui offrent de l’argent et des soins et avec l’espoir de faire venir toute la famille !  

Alors dans les Grande Gueules sur RMC, nous avons pu entendre les oies blanches s’offusquer de l’action des Identitaires. L’animateur en chef était outré, Etienne Leibig, fidèle à lui-même en bon gauchiste animateur des cités. Quant à la béni oui-oui du moment, elle aussi de gauche, je vous laisse juge de son niveau abyssal d’idiotie.

Que pensent ces oies blanches dites Grandes Gueules,  de cette violation de notre frontière par les gauchistes italiens qui ont bousculé les gendarmes pour faire passer des clandestins. Sans doute que dans leur gentillesse, ils trouveront que c’est normal. Après tout, c’est la France qui paie et les gendarmes peuvent toujours se coucher.

Gérard Brazon (Libre Expression)




Ce ne sont pas les identitaires qui menacent la civilisation française…

Ce n’est pas du racisme que de défendre l’identité française et ses racines gallo-romaines et chrétiennes. Le racisme est de vouloir imposer sa culture au nom de son identité religieuse à son pays d’accueil pour pouvoir un jour le dissoudre dans son système idéologico-cultuel ? Les extrémistes sont ceux qui œuvrent à la destruction de la France comme l’ont fait naguère leurs aïeux en Egypte et en Ifrikiya.

Plutôt que de s’adapter à leur nouvel environnement, ils préfèrent le réduire en cendres pour qu’ils finissent par ressembler à cet univers lunaire d’où leur croyance est sortie.
Au moins ils n’auront pas à faire l’effort de se changer eux-mêmes. La meilleure façon de s’adapter au monde est le détruire comme ils le font depuis 1438 ans.

Le racisme est le non-respect et la transgression délibérée des lois de leur pays d’accueil. Jusqu’à preuve du contraire ce ne sont pas des identitaires qui ont massacré des Français au Bataclan. Ce ne sont pas des adolescentes de cette France martyrisée par le terrorisme et le politiquement correct qui projettent de commettre un attentat terroriste contre un symbole du mode de vie à la française.
Il est grand temps d’arrêter de diaboliser et de stigmatiser ces Français qui ne veulent que leur France perde son âme et sa culture pour devenir une nouvelle Somalie.

Ces Français qui sont vent debout contre l’islamisation galopante de la France sont les Mousquetaires de la République qui se battent contre les forces de la réaction et de l’obscurantisme, du suprématisme religieux, de la ségrégation sexuelle, de l’exclusion de la femme du champ social et de son assujettissement à l’homme.
Ce n’est pas de l’extrémisme que de vouloir refuser à ce que la France ne voie s’éteindre sur elle la lumière de la vie pour devenir un cimetière pour morts-vivants comme en Arabie.

Les identitaires ne sont pas une menace pour les valeurs de la France, ils sont les avertisseurs sur les dangers d’une politique trop laxiste et trop accommodante avec des extrémistes issus d’une culture antinomique, hégémonique et nuisible pas seulement pour la France mais pour toute forme de vie sur terre.
N’en déplaise aux esprits chagrins et aux islamo-naïfs, ces identitaires engagés dans un combat civilisationnel ne défendent pas une autre France, ils défendent la France qui est en nous. Une France de l’esprit et de la vie. Une France qui a donné plus que quiconque ses lettres de noblesse aux mots liberté, fraternité et égalité. Une France  anti-communautariste, sans clivage religieux et apartheid sexuel, une France maîtresse de son destin humain et souveraine, intransigeante sur ses valeurs et fidèle à elle-même.

Il n’y a rien de raciste que d’exiger des nouveaux arrivants que de respecter son identité, son histoire, son intégrité territoriale, son unité et sa personnalité.
Les identitaires ne sont pas les ennemis de la France, ils sont ses enfants portés par leur idéal France en butte aux agressions répétées et ensanglantées d’un autre idéal, le musulman. Celui au nom duquel on est en train de plonger le monde dans les nuits froides de la mort.
Ce ne sont pas les identitaires qui terrorisent et endeuillent l’humanité au quotidien et lapident et décapitent leurs victimes, ce sont ceux qui jouissent d’une impunité coupable de nos gouvernants et l’intelligentsia collaborationniste.

Que ceux qui les condamnent et compatissent sur le sort des soldats d’Allah dont ils se font les avocats inconditionnels sachent qu’un jour viendra où ils n’auront plus le bonheur de déguster leur verre de vin et savourer leur bière accompagnée d’un jambon-beurre à la terrasse d’un café parisien.
C’est aussi cette France-là qui est au coeur du combat des identitaires. Ce n’est ni du populisme, ni de l’extrémisme, ni de la beaufitude, ni du racisme, ni de la xénophobie c’est tout simplement la France qui fait rêver le monde entier.
En faisant le choix des forces hostiles à l’art de vivre et au mode de vie français, ils seront les premiers à regretter d’avoir dénigré et tourné le dos à ceux qui militent pour la perpétuation de ces libertés humaines qui auront encore plus de sens le jour où elles leur manqueront.

Les identitaires ne militent pas contre la France, ils militent pour une France debout et pérenne. Il n’y a pas pire trahison que de jeter à la fosse aux lions les résistants à l’islamisation et qui ne veulent pas une France de la charia, au paysage pollué par le halal.
Le crime est de rester spectateur impuissant face aux poussées invasionnistes qui sont en train de l’ensevelir. C’est aussi d’honorer de la légion d’honneur et de dérouler le tapis rouge aux pieds des représentants d’une communauté ethnocentrique, féminicide, raciste et antisémite qui n’a que mépris et haine pour des valeurs différentes des siennes et qui caressent le dessein d’imposer la dictature de son système doctrinaire à l’humanité tout entière.

Il est de leur droit que de ne pas vouloir de cette France capitularde qui caresse l’hydre islamique dans le sens du poil.
Ce n’est plus une manifestation du rejet de la France que de refuser les minarets sur son territoire et défendre sa richesse patrimoniale qui fascine le monde entier. Une France majestueuse et altière comme ses cathédrales qui sont pour elle ce que sont les Pyramides pour l’Egypte sauvées de l’oubli de l’histoire et mises en valeur par leurs aïeux.
Les stigmatiser revient à trahir la France et cracher sur son histoire, sa culture, son génie et ses immenses apports au bien commun de l’humanité.

Les identitaires ne sont pas le mal de la France, ils  sont des patriotes-donneurs d’alerte qui s’inquiètent de l’avenir sombre qui l’attend si on ne fait rien.

Salem Ben Ammar




Identitaires, RL-RR et FN harcelés : l’Etat-Macron veut briser les opposants à l’invasion

Je rappelle toujours, lors de mes interviews, ces chiffres fort simples. Sous la droite, et quand j’animais Riposte Laïque, ce site n’a connu qu’un seul procès, intenté par la meute antiraciste pour deux éditos de Cyrano, dont un écrit par Pascal Hilout, apostat de l’islam.

Depuis 2012, date où nos amis suisses ont pris la relève, Riposte Laïque a subi 54 procédures judiciaires, de la part de l’Etat socialiste français, qu’il sévisse sous Hollande ou Macron. Une dizaine d’entre elles ont déjà abouti à des procès. Une vingtaine d’autres procès nous attendent, tandis qu’une vingtaine de procédures n’a pas abouti. J’y ajouterai la quinzaine de plaintes déposées contre Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine.

Je précise toujours qu’en Suisse, pays démocratique, où existent des associations antiracistes et musulmanes, aucune plainte n’a encore été déposée contre le site Riposte Laïque, qui dépend pourtant de la législation helvétique.

Certains juges, voulant absolument enfoncer Riposte Laïque, en arrivent à se désavouer entre eux. Ainsi, la 17ème Chambre a condamné Alain-Jean Mairet, notre directeur suisse, comme responsable de publication d’un article de Salem Ben Ammar. Mais d’autres, notamment au Parquet, paraissaient souhaiter que je sois reconnu président de RL, et subisse ainsi les sanctions, amendes et peut-être peines de prison liées à la fonction. Ensuite cette 17ème Chambre m’a relaxé, affirmant que rien ne permettait d’affirmer que je demeurais, comme l’affirmaient ceux qui déposaient plainte contre moi, le responsable de la rédaction de RL. Mais cette même 17ème Chambre m’a condamné à 3 mois de prison avec sursis, 3 mois plus tard (un procès dont je n’ai même pas été informé), comme responsable de publication. Le tribunal de Versailles a estimé, lui aussi, suite à la plainte de Clavreul, que j’étais bien président. Et il s’est trouvé une autre magistrate pour condamner la présidente des Editions Riposte Laïque, suite à la plainte des deux caissières voilées d’H&M ! Et la Cour d’Appel de Paris, à cause de l’appel du Parquet, devra statuer, en mars, à nouveau sur un débat qui paraît agiter les coulisses du Palais de Justice : est-il vrai que Pierre Cassen n’est plus directeur de publication de RL, ou le serait-il encore ? Des milliers et milliers d’heures qui auraient sans doute pu être mieux utilisées par les juges et policiers, dans le contexte actuel.

L’ensemble des procédures intentés contre nous a déjà coûté environ 80.000 euros, auxquels nous avons pu faire face grâce à vos dons et à votre fidèle soutien.

J’ajoute enfin que, bien que n’exerçant plus de responsabilité officielle depuis octobre 2012, et ayant été relaxé deux fois, à Versailles et par la 17ème Chambre, j’ai malgré tout subi depuis cinq années une quinzaine d’interrogatoires policiers, et cinq convocations par des juges d’instruction (et bientôt une sixième). Sans oublier une perquisition policière, demandée par un juge d’instruction instruisant une plainte d’Anne Hidalgo, sachant que je n’ai toujours pas récupéré mon ordinateur et mon téléphone portable qu’on m’a volés en avril 2016. Et mon sympathique avocat, Maître Pichon, nous annonce une année 2018 qui devrait être chargée judiciairement, pour Christine et moi.

Loin de moi l’idée de pleurnicher, ce n’est pas le genre de la maison. Je préfère continuer sur le scandaleux acharnement que connait, outre notre mouvance, l’ensemble de la famille patriote. Commençons par Génération Identitaire. A ma connaissance, aucun des militants de cette organisation n’a agressé personne, n’a vandalisé un centre-ville ou essayé de cramer des policiers. Pourtant, en quelques semaines, cette association vient d’être victime d’un acharnement qui dépasse les bornes, de la part de l’appareil d’Etat et de ses satellites.

Ce sera d’abord le préfet de Paris, Michel Delpuech, qui annulera au dernier moment une manifestation de Génération Identitaire, programmée de longue date, utilisant le prétexte fallacieux d’une contre-manifestation des antifas. Soulignons que ces mêmes antifas seront autorisés à manifester avec les Indigènes de la République et leur porte-parole, qualifiée de raciste par Thomas Guénolé lui-même.

Ensuite, le président du tribunal de Poitiers, Franck Wastl Deligne et ses assesseurs, condamneront cinq militants de Génération Identitaire à 1 an de prison avec sursis, 40.000 euros d’amende et de dommages et intérêts, 5 ans d’interdiction de droits civiques et 2 ans de contrôle judiciaire. Tout cela pour être monté sur le toit d’une mosquée en construction, en 2012 !

L’acharnement continuera quand les jeunes militants voudront faire un appel de dons, pour payer leurs avocats. L’organisme Leetchi, pourtant pas regardant quand il s’agit de recueillir des fonds pour des associations islamistes, mettra fin, sous la pression des gauchistes et de musulmans, à la collecte, au bout de 24 heures.

Et comme si cela ne suffisait pas, twitter vient de se mettre de la partie, suspendant dans la nuit de mardi à mercredi le compte de Génération Identitaire.

Que dire du sort réservé au Front national ? Rappelons qu’aucune banque française n’accepta de prêter de l’argent à Marine Le Pen, lors des élections présidentielles et législatives. Puis, après Gilbert Collard, ce sera Marine Le Pen en personne qui verra son immunité parlementaire levée, par un vote du bureau de l’Assemblée nationale. Ensuite, les banques continuèrent à se distinguer, en virant, par l’intermédiaire de la Société Générale et de HSBC, le FN, sommé de clôturer ses comptes.

Inutile d’ajouter à cela la propagande des médias, systématiquement hostiles et malveillants contre tout ce qui réclame le retour des frontières, et le refus de l’invasion migratoire majoritairement musulmane que nos dirigeants font subir à la France, et imposent à notre population.

Elisabeth Levy, dans un remarquable édito, titrait : « Immigration, la coulpe est pleine », résumant en ces quelques mots l’opinion de la grande majorité de nos compatriotes.

Voulant imposer de force la politique migratoire voulue par l’Union européenne, ceux que je qualifierai de « La bande à Macron », font feu de tout bois. Devant un tribunal, outre les exemples précédents, le premier patriote qui se pointe s’en sort rarement sans des requêtes de prison de la part du procureur, voire des condamnations de la part des juges. 2 mois avec sursis contre Thomas Joly, 3 mois avec sursis demandés contre Christine Tasin, 1 mois ferme pour Olivier Roudier, 3 mois avec sursis contre Gérard Boyadjian, et à présent, 4 mois de prison ferme contre un Aveyronnais, coupable sur facebook d’avoir protesté contre la future installation de migrants près de chez lui.

La dictature judiciaire se complète par une chasse aux sorcières grotesque dans les médias et sur les réseaux sociaux. La meute se déchaîne d’abord contre Miss France, puis contre Antoine Griezmann. On entend même sur un plateau de télévision un économiste écologique, Thomas Porcher, nous expliquer que « nous aurons droit à plus d’humour quand nous aurons une société plus égalitaire ». On subit un Gilles Verdez qui qualifie systématiquement de raciste tout ce qui est blanc ! Et on constatera la présence d’un ancien antifa, à présent responsable syndical à Sud-Education, Aurélien Boudon, qui expliquera sur le plateau que le racisme anti-blanc, il ne connaît pas, et justifiera les ateliers interdits aux Blancs, par ailleurs. C’est à une démolition méthodique et systématique de la France et de ses habitants d’origine à laquelle on assiste matin, midi et soir. Par contre, on victimise et on glorifie de nouvelles populations qui pourtant, pour le moment, pour beaucoup d’entre eux, n’ont pas montré une affection particulière pour le pays qui les accueille, et encore moins la volonté de s’y assimiler…

Les humoristes, qui n’ont jusqu’à ce jour pas brillé par leur soutien à Ri7, poursuivie par « Hidalgo-Je suis-Charlie » pour un dessin la représentant léchant une babouche musulmane, après avoir commémoré le ramadan dans sa mairie, commencent à s’inquiéter, après le licenciement de Tex. Ils comprennent lentement que dans ce pays, non seulement à cause de loi prétendument antiracistes on ne peut plus rien dire sous peine de se retrouver devant la 17ème Chambre, mais qu’on n’avait plus le droit de rire, ou de faire rire, sur certains sujets. A cause des patrouilleurs de la toile, véritable tribunal médiatique, qui rêvent, comme le disait le talentueux Mathieu Bock-Côté, d’un « Comité des Blagues autorisées ».

Ces persécutions judiciaires, ce mauvais climat, ne doivent rien au hasard. Les consignes partent de l’Elysée, même si cette politique répressive existait déjà sous Hollande. Avec Macron, cela va empirer. Le nouveau président et sa bande savent pertinemment que s’ils respectaient vraiment la démocratie, ils devraient mettre fin à l’insupportable invasion migratoire, souvent musulmane, que nous subissons, sans qu’on n’ait jamais demandé leur avis aux Français. Sauf qu’ils n’ont pas été mis là pour écouter les Français, mais juste pour accélérer leur remplacement !

Alors, d’un côté, Collomb et Macron font semblant de durcir le dispositif répressif, histoire d’amuser la galerie Et bien sûr, toute la gauche immigrationniste hurle aux heures les plus sombres de notre Histoire. Tout cela n’est que du théâtre, car à présent, alors que des millions de Français sont sans emploi et que des milliers de nos compatriotes dorment dans la rue, l’appareil d’Etat mobilise ses préfets pour imposer ces nouveaux venus à des populations rurales qui n’en veulent pas. Ils en sont même à aller chercher les clandestins sur place, à présent !

Dans « Le Meilleur des Mondes », Aldous Huxley, avec une grande lucidité, annonçait ce que nous sommes en train de vivre : « La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »

Mais pour que cette dictature puisse bien fonctionner, il faut réprimer, éradiquer et briser les quelques contestataires qui risquent de gâcher la fête et donner de mauvaises idées aux Français. D’où l’ampleur de la répression contre les Identitaires, le Front national, RL-RR et quelques autres patriotes, orchestrée par l’appareil d’Etat et ses idéologues, soumis docilement à Macron l’immigrationniste.

Pierre Cassen




Identitaires : compte paypal bloqué, compte bancaire Crédit Mutuel fermé…

Si nous avions eu des doutes sur les accointances des pro-immigration et des banques, ils sont levés.

Les Identitaires que les médias appellent « extrême droite », désignation fourre-tout de tout ce qui dérange, n’est pas dans la ligne, ne correspond pas à la doxa socialo-immigrationiste, au même titre que le Front National, le SIEL, le Parti de France, et même des journaux en ligne comme Riposte-Laïque, Bd Voltaire, sont dans un immense collimateur qui attend de flinguer à tout va ces empêcheurs d’immigrer en rond, et de remplacer les peuples européens par les allogènes venus d’Afrique.

Les banques s’organisent pour la battue. Les comptes des identitaires sont bloqués, ou supprimés par le Crédit Mutuel. (Source) et PayPal (Source encore). Leur crime: Ils récoltaient de l’argent pour saboter les opérations de sauvetage de réfugiés. Il va être temps de demander l’exil en Russie, et d’y mettre ses comptes bancaires. Pour ceux qui le peuvent !

Si nous avions un doute sur  cette volonté immigrationniste au point d’évacuer les peuples indigènes d’Europe, nous ne l’avons plus. Pour nous, qui sommes la lie de la pensée conforme, bien-pensante, socialo-collabo, nous ne sommes pas surpris. Juste un peu par l’accélération du processus immigrationniste que l’on peut rapprocher à l’immense trouille qu’ont eue les adeptes du Grand Remplacement, c’est à dire, ceux de la finance et des banques.

Ils vont donc faire payer cette peur, pendant ces 5 ans de tranquillité, en organisant l’occupation progressive des villes et des campagnes.

Nos chers agriculteurs, et autres villageois de nos provinces, un peu éloignés des réalités, celles-ci étant filtrées par les médias, ne vont pas tarder à connaître les plaisirs du multiculturalisme. Eux qui sont vraiment le fond d’une Nation, d’une culture, vont être secoués et priés de se taire en attendant que les maires de ces villages s’organisent sous la houlette des Préfets, pour recevoir ces chances pour la France. Raffarin avait demandé d’éparpiller les clandestins dans les villages déserts de gré ou de force. Raffarin en entrant au gouvernement va pouvoir poursuivre son idée d’exclusion de facto, des Français de souche dans nos villages.

Comme l’immense majorité sont des hommes, noirs africains et musulmans, il y a fort à parier que les fusils de chasse vont sortir des râteliers pour protéger la gent féminine, voire venger les femmes violées sans le faire exprès, par de pauvres bougres qui ne savaient pas qu’en Europe, en France, dans nos campagnes, les femmes ne sont pas des champs de labour comme l’affirme leur dieu vindicatif, et sexiste (sourate 2 verset 223) et (Source). Sauf qu’il est déjà bien tard, sinon trop tard.

Les métropoles sont déjà infectées par la macronite aigüe et le « droit-de-l ‘hommisme », à la manière de ces mutants des films d’horreurs. Ils veulent aider les migrants, se mobilisent pour eux, et marchent sur le SDF du coin qu’ils n’ont pas vu. Il est vrai qu’il est blanc. Blanches aussi, les filles insultées, vilipendées, violentées pour une jupe, une balade dans la rue entre copines ou toute seule.

Elles sont loin les années soixante-dix, où la gauche avait une certaine idée de la liberté des femmes ! Aujourd’hui, elle défend le droit de porter le foulard islamique, et les ténors gauchistes de la France Insoumise, s’acoquinent avec « Les indigènes de la République« , ceux-là même qui détestent la France, les Français blancs et s’évertuent à démontrer que la France est une honte, en oubliant de dire que la plupart d’entre eux sont nés hors de France, et que rien ne leur interdit de revenir à leur pays de naissance. Comme Houria Boudedja, égérie des Indigènes de la République, qui dans son torchon, les Blancs, les Juifs et nous, livre incendiaire sur l’antiracisme, l’a détourné en racialisme ou racisme anti Blanc, anti Juif, anti Français, décomplexé.  Idem pour la nouvelle Députée Danielle Obono qui toutes les deux, sont des « Nique la France » à coups de doigts vengeurs, avec la complicité d’un Jean Luc Mélenchon qui se prend pour Robespierre et finira sans doute comme Danton. Parce qu’il est blanc. Il n’y est pour rien, mais c’est déjà trop pour ces gens-là.  

Gérard Brazon (Liberté d’expression)




Ne pas confondre méchants identitaires gaulois et gentils identitaires de la diversité

Pendant que l’on emprisonne des identitaires de France, forcément coupables d’avance, qu’on les conspue, les insulte, les traite « d’extrémistes de droite » et qu’ils deviennent la risée de la caste médiatique aux ordres ou dhimmisés, d’autres « identitaires de banlieues », des « identitaires autorisés » par la bien pensance, des identitaires d’Afrique, d’Algérie, du Maroc, de Tunisie et j’en passe, innocents par définition, marquent leurs identités aux élections Présidentielles par des drapeaux étrangers au vent, ou le plus souvent à coups de fusils, de pierres sur les voitures de police, sur les policiers, sur les gendarmes et même, sur nos soldats français revenus de guerre.

Ces « identitaires » là, qui revendiquent leurs identités étrangères, mais ne refusent pas pour autant les aides sociales, les APL, la CMU, et autres allocations diverses et variées que si peu de Français connaissent d’ailleurs, (aides qui  leurs sont allouées en tant que nouveaux « misérables »), ces « identitaires » là, ces « déracinés là » ne seront jamais inquiètés par la justice.

En France, les seuls « identitaires maudits » sont ceux qui se revendiquent de la France, de sa culture, de son Histoire, de son terroir.

Les gaulois, les sales français, les sales blancs, les céfrancs, les têtes de craie, ainsi dénommés par les « chanteurs de rap » et leurs adeptes identitaires autorisés des banlieues sont interdits de ressentir le malaise d’être sans identité avouable, interdit de revendiquer une identité de terroir, une identité interdite de séjour pour cause de bien pensance.

Les autres « identitaires des banlieues » ne font eux, qu’exprimer « un malaise » sans qu’il n’y ait bien sûr de haine raciale mais seulement « un malaise de  jeunesse » au mieux, une expression artistique pour tout dire.

Ah si les identitaires de France ont le malheur de bouger une oreille, la mauvaise idée de s’affirmer comme Français de France, français de souche, Français laïc ou non, la justice leur tombe dessus, les pourchasse comme de dangereux terroristes ayant pour effet le blasphème sortant par les yeux, la bave de la haine raciste s’écoulant de leurs bouches, la lie de la terre, et le comble de tout, « les heures sombres de notre histoire« sur le front et dans la tête.

En France on peut interdire la vente de porc sur les marchés comme sur celui de Lyon mais surtout pas question d’évoquer le malaise qui étreint le parisien, le provincial, le villageois qui voit son quotidien disparaître, son marché s’orientaliser, ses produits interdits pour être remplacé par une autre culture, (A Chartres, sur le marché du Clos Pichot, on y vend des niqabs) une autre manière de faire, une nouvelle discipline imposée par des « milices » qui quadrillent les marchés et viennent contrôler les faits et gestes des braves chalands quand ce n’est pas vérifier les poubelles au moment du ramadan.

Et la bien pensance (style Bourdin de RMC) n’y trouve rien à redire… pour le moment.

Un jour, une femme entièrement voilée me disait alors que je lui disais combien le voile me dérangeait et pouvait déranger les français dans leur us et coutumes: je suis française comme vous, je suis née en France.

Oui madame vous êtes française parce que sans doute vous êtes née dans ce pays, ou parce que vos parents sont français, de souche ou pas, mais être français, c’est surtout un état d’esprit madame, une acceptation de l’Histoire, une volonté de vouloir être libre, une certitude que la femme est l’égale de l’homme en droit et en devoir et à tous les niveaux de la société, une acceptation des lois républicaines, de toutes les lois républicaines à commencer par ce qui à trait à la laïcité, la certitude que les lois de la République françaises sont les seules qui doivent s’appliquer sur ce territoire en dehors de toutes autres lois comme celles provenant de la charia, la volonté de défendre sa patrie, la certitude que vous vous battrez un jour s’il le faut, contre un pays étranger, vos frères musulmans peut-être si cela devait s’avérer nécessaire pour votre pays.

Elle me traita de malade et de raciste. Aujourd’hui, la justice lui donnerait  sûrement raison.

Et là, dans ces moments là, je songe à ce grand-père qui a fait la guerre de 14-18 et qui me racontait pour la millième fois, tel fait ou tel autre. Ceux qui ont eu des grands-pères anciens combattants de la première guerre, savent de quoi je parle!

Je songe aux premiers résistants qui ont quitté femmes, enfants, sécurité pour rejoindre le général Charles De Gaulle à Londres et qui furent condamnés par Vichy. Et je plonge dans une grande tristesse. Il y aura toujours des lâches, des gens sans foi, ni morale, des gens sans courage, des collabos, des profiteurs, des politiques sans colonne vertébrale, des journalistes en dessous de tout et indignes. J’ai beau le savoir, j’espère toujours et je continue avec mes amis, le combat de la résistance sans me poser la question de leur tendance politique.  La France d’abord…

Gérard Brazon

(Puteaux-Libre)




Les patriotes occupent la mosquée de Poitiers, bravo les Identitaires !

Ils ont choisi une date proche de celle du 25 octobre 732 (victoire de Charles Martel) pour crier notre ras-le-bol. Bravo et merci à Génération identitaire.

Ras-le-bol de l’islam. Ras-le-bol de l’islamisation de la France. Ras-le-bol des subventions publiques, détournées sous des prétextes culturels ou via des baux emphytéotiques. Ras-le-bol des islamistes qui caracolent fièrement dans notre pays  à la pensée de nous imposer leur fonctionnement archaïque et barbare.

Alors encore merci aux Identitaires qui viennent de faire ce coup d’éclat.

Parce que la mosquée de Poitiers, comme le rappelle ce dossier du Huffington post, a été voulue par le mufti qui a initié sa construction comme une revanche sur la défaite musulmane de 732 : « «J’ai fait valoir l’histoire de Poitiers. Un lieu de culte et de paix sur les ruines de la bataille de 732: tout un symbole » et a été financée majoritairement par l’UOIF, organisation proche des islamistes-Frères musulmans.

Parce que les Identitaires ont une revendication remarquable :  « Immigration, construction de mosquées : REFERENDUM ! » Ils ont tout dit.

Espérons que cette initiative patriote, la première de cette ampleur, sera suivie de tant d’autres que le gouvernement n’aura d’autre choix que de présenter effectivement un referendum pour que le peuple décide, et lui seul, de l’immigration et de l’islam qui nous sont imposés depuis des lustres, à notre corps défendant.

Bien entendu, le diocèse de Poitiers a apporté son soutien aux musulmans et  la presse et les islamo-collabos commencent à se déchaîner en parlant d’extrême droite, le mot qu’ils croient magique pour éviter de se poser les questions qui fâchent. Mais les patriotes s’en moquent. Et le peuple menacé aussi. Parce que quand des musulmans occupent des églises, personne n’en parle. On a compris depuis longtemps le double langage. Il va falloir entendre les demandes du peuple avec cet excellent slogan que nous ferons nôtre, également : Immigration, construction de mosquées : REFERENDUM !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=eF3txdyA5OE[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=eF3txdyA5OE

Christine Tasin




La chasse à la sorcière : réponse à Caroline Fourest

Une grande ombre s’étend sur le pays des Lumières. Il ne fait pas bon y exprimer une pensée libre. Les mêmes qui honnissent la censure et clament le droit à la liberté d’expression tentent de bâillonner ceux et celles qui ne pensent pas « correctement ». Une véritable police de la pensée s’est mise en place via les associations antiracistes et les milieux gaucho féministes.
Me voilà ainsi l’objet d’une vraie curée de la part de tout un secteur féministe. Depuis que j’ai osé participer aux « Assises sur l’islamisation de l »Europe », le 18 décembre 2010, je suis devenue la femme à abattre. On me range carrément à l’extrême droite. Deux faits attestent de cette chasse à la Sorcière.
Dans le dernier numéro de janvier 2011 de Prochoix, en partie consacré à me démolir, on peut lire sous la plume de Caroline Fourest : « Entre Christine Delphy qui milite désormais aux côtés des Indigènes de la République et Anne Zelensky qui milité désormais aux côtés du Bloc Identitaire, le moins qu’on puisse dire c’est que tous les chemins du féminisme ne mènent pas à l’universalisme laique… »
Le raccourci est saisissant de malhonnêteté. Les fameux Identitaires, qui en effet sont parmi les nombreux organisateurs de ces Assises, sont une poignée de gens catalogués « extrême droite ». En fait, je les ai côtoyés, le temps d’une journée, je n’ai jamais milité avec eux, puisque mon engagement depuis plus de quarante ans, est aux côtés de la gauche.
Le vrai danger n’est pas là, dans ce groupuscule minoritaire. Il est plutôt dans la progression d’une islamisation des sociétés européennes, téléguidée par des extrémistes qui gagnent du terrain. Cette progression inquiète les peuples et, faute d’être entendus par leurs dirigeants, ils se rabattent sur l’extrême droite. Mais à gauche, on en est resté à la vision du fascisme des années 1940, et en s’obsédant sur une extrême droite qui a évolué, on fait son jeu. La preuve en est la montée de Marine Le Pen, plus préoccupante que l’existence d’une poignée d’Identitaires. Il faut se poser la bonne question : pourquoi cette montée des droites en Europe ? Y répondre en culpabilisant les peuples supposés ignares, et en criant au populisme, du haut d’une arrogance propre à une certaine gauche de droit divin, là encore ne fait qu’exaspérer ces peuples.
Par contre, revenons à Prochoix : comment qualifier les procédés de cette revue féministe, qui me consacre donc trois articles, m’attaquant personnellement, sans jamais citer mes textes ? Je n’ai pas droit à être entendue. Les héraults de la tolérance pratiquent des méthodes qui fleurent bon leur stalinisme.
Deuxième fait. J’étais invitée à animer le 24 février un séminaire à l’EHESS, auprès d’étudiants en master, sur « Ce que célébrer les 40 ans du MLF veut dire » dans le cadre des Hautes Etudes « Politique et sexualité ». Il s’agissait de traiter ce thème en interrogeant des « historiques » comme moi. On m’a souvent invitée dans le cadre universitaire. Quelques jours avant, la chercheuse qui m’avait conviée, me décommande. Soumise à des pressions violentes, dont elle prétend ne pas savoir l’origine ( ce serait des étudiants), elle renonce à m’inviter pour éviter l’obstruction et le chahut. A part moi, elle a invité d’autres « historique » : Christine Dephy et Antoinette Fouque. Je gage qu’elle ne décommandera pas Christine Delphy, compagne de route des Indigènes de la République, et adepte du voile. Parmi les jeunes universitaires, elle bénéficierait d’une grande estime. Elevées au biberon du « touche pas à mon pote », celles-ci se soucient plus d’antiracisme que de sexisme.
Que se passe-t il donc ? Comment les héritières du Mouvement des femmes des années 1970 en sont elles arrivées là ? Un peu d’histoire s’impose. La plupart des pionnières des années 70 se sont évanouies dans la nature, sont mortes de chagrin, se sont consacrées aux femmes battues ou encore se sont réfugiées dans les bras de l’université, via les études féministes, Gender studies. Le généreux Mouvement des femmes s’est disloqué, éparpillé en myriades de groupes occupés à remailler les trous du patriarcat ou à se tailler une petite place au soleil. Incapacité complète à se coordonner, à tenter d’acquérir une visibilité politique. Le féminisme est encore dans sa période infantile. Il y a eu cette superbe explosion, où ont volé en éclats les dogmes et impostures de la domination, où des femmes se sont mises à penser enfin par elles-mêmes, où elles ont revendiqué sans concession leur liberté, où elles ont affirmé leur solidarité avec leurs sœurs. Cela s’est appelé la sororité. Et puis, on est retourné au no woman’s land de toujours, avec quelques amendements. Rien d’étonnant à cela, l’espérance est violente, l’Histoire lente.
Comme tous les groupes incapables de convertir le cri en revendication politique, la plupart des féministes ont cessé d’inventer, ont déserté le combat et se sont rabattues sur la doxa gauchiste. Abandon d’une pensée et d’une action féministe autonome pour adopter les credos de l’altermondialisme : anticolonialisme, antiracisme, rejet de la civilisation occidentale, préférence pour l’autre, pourvu qu’il soit d’ailleurs, tolérance à géométrie variable… Ainsi, les mêmes qui honnissaient les religions se sont muées en défenseuses inconditionnelles de l’islam. Pas touche au sacré Coran, qu’elles n’ont pas vraiment lu. Là où on suit ce texte au pied de la lettre, elle seraient au cachot ou lapidées. Oui, mais il y a les interprétations du texte ; oui, mais la religion catholique n’a pas fait mieux… Le « oui, mais », cette volonté de tout comprendre – si « féminine » – est la face cachée de l’impuissance et d’une forme de lâcheté.
Pour ma part, j’ai continué sur ma lancée. Je bouge encore. Je me permets de penser par moi-même, avec les risques inhérents à l’exercice. On ne me pardonne pas d’être sortie du cadre où on m’avait coincée. Après les obligatoires années de purgatoire – le féminisme n’est jamais une partie de plaisir ni le plus court chemin vers la reconnaissance – on m’a rangée dans l’armoire des antiquités, celle des historiques. D’hystériques nous étions devenues, certaines d’entre nous, « historiques ». Entendez par là, momifiées at vitam aeternam dans la posture de promotrices de l’avortement. Les grouillotes de Madame Veil, en quelque sorte. L’essentiel était de nous assigner à résidence. D’autre part, cette reconnaissance a fait grincer quelques dents du côté des « sœurs », qui n’en bénéficiaient pas. Sous la sororité, couvait la traditionnelle jalousie pour celle qui réalise ait ce qu’on ne peut pas faire. Elle explose maintenant.
Il faut tirer une vigoureuse sonnette d’alarme. La liberté d’expression est le garant absolu de la vitalité d’une pensée. Dans ce pays, on ne peut plus rien dire sans être immédiatement vouée aux gémonies, poursuivie au tribunal ou interdite de parole. Ce n’est pas en faisant taire une parole dérangeante, qu’on escamotera ce qui dérange.
Anne Zelensky
Présidente de la Ligue du Droit des femmes
Article publié par Le Monde du 8 mars
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/03/07/chasse-a-la-sorciere_1489381_3232.html#xtor=AL-32280184