1

Le Pr Fourtillan, 77 ans, en détention « provisoire » depuis le 20 avril !

Le Pr Jean-Bernard Fourtillan, ingénieur chimiste, expert pharmacologue, toxicologue, professeur émérite de chimie thérapeutique et de pharmacocinétique à la faculté de médecine et de pharmacie de l’université de Poitiers, est l’un des intervenants-phares du film Hold-Up sorti le 11 novembre 2020.

Ce documentaire, coproduit par Pierre Barnérias, Nicolas Réoutsky et Christophe Cossé, a connu un énorme succès sur les réseaux sociaux.

Il a à tel point effrayé la caste politico-médiatique que, sur injonction du régime macronien (voir ici vers 2:25 l’ intervention du porte-parole de LREM), la plateforme Vimeo – qui au départ l’hébergeait – a dû le supprimer.

Dans ce film, le Pr Jean-Bernard Fourtillan accuse l’Institut Pasteur d’avoir en 2004 « fabriqué » le virus SARS-Cov-2 – responsable de la Covid-19 – afin de pouvoir commercialiser un vaccin plus dangereux que le virus : « L’institut Pasteur veut flinguer 7 milliards et demi de personnes » affirme le pharmacologue.

A la suite de ce film, l’Institut Pasteur a annoncé porter plainte pour diffamation contre Jean-Bernard Fourtillan, lequel a annoncé à son tour avoir lui-même porté plainte le 4 décembre 2020 contre l’Institut Pasteur.

Trois jours après son dépôt de plainte, le 7 décembre donc, Jean-Bernard Fourtillan était arrêté pour exercice illégale de la médecine dans le cadre d’une enquête concernant des essais thérapeutiques qu’il a menés courant 2019 avec le professeur Henri Joyeux sur des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Trois jours après son arrestation, Jean-Bernard Fourtillan est hospitalisé sans son consentement dans un établissement psychiatrique d’Uzès ; il est libéré une semaine plus tard sur décision du juge des libertés et de la détention. Le 26 janvier 2021, le Pr Fourtillan donnera cette interview à France Soir :

Ce sera sa dernière intervention publique.

***

Le Pr Fourtillan a été interpellé jeudi 15 avril dans un hôtel à Chaudes-Aigues (Cantal) en vertu d’un mandat d’arrêt émis par un juge d’instruction du pôle santé publique du tribunal de Paris, puis placé en détention « provisoire » le mardi 20 avril à la maison d’arrêt d’Aurillac.

Le professeur, âgé de 77 ans y est interné depuis plus d’un mois et demi sans aucune perspective de remise en liberté.

« La justice vous a présenté une alternative en vous donnant des obligations, mais vous avez dit, encore aujourd’hui, que vous ne les respecteriez pas. La détention est donc la dernière solution. J’ai décidé que vous deviez aller un temps en prison », a déclaré la juge des libertés et de la détention lors d’une audience du Tribunal de Paris devant lequel  a comparu le professeur le 20 avril dernier.

La juge a néanmoins eu la bonté d’âme d’ajouter qu’il s’agissait d’ « une décision difficile à prendre, compte tenu de l’âge du professeur et de son absence de dangerosité ».

***

Il n’est pas inutile de rappeler le cursus scientifique prestigieux de celui que la République se permet de faire croupir dans ses geôles, alors qu’une crapule comme Cahuzac (ce n’est qu’un exemple parmi des centaines) n’a écopé d’aucune journée de prison. Grâce, il est vrai, aux multiples relations d’ « amitié » qu’un certain Eric Dupont-Moretti, l’avocat-des-pauvres-et-des-déshérités, (qui a pris du galon depuis ) entretient avec le petit monde très « fraternel » de la justice républicaine.

Il n’est pas non plus inutile de rappeler le superbe poème sur le Jugement des juges que Robert Brasillach a composé dans son cachot de Fresnes quelques jours avant son exécution.

***

Extraits du cursus du Professeur Jean-Bernard Fourtillan :

¤ Né en octobre 1943, il est ingénieur diplômé de l’École Nationale Supérieure de Chimie, de Biologie et de Physique de Bordeaux (promotion 1966), interne des hôpitaux en pharmacie en 1968.

¤ A l’âge de 28 ans (février 1972), il est nommé professeur agrégé de chimie thérapeutique de la faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers et deviendra expert en toxicocinétique.

¤ En 1974, il est reçu major au concours national des pharmaciens des hôpitaux, le pharmacopat.

¤ Il est expert toxicologue spécialisé en pharmacocinétique auprès du Ministère français de la Santé depuis 1978.

¤ Responsable de l’Institut universitaire de chromatographie et de spectrométrie de masse appliquées à la recherche clinique (CROSMAPHAC), de 1978 à 1980.

¤ Manageur scientifique du Centre privé de recherche biomédicale CEROM de Poitiers de 1981 à 1985.

¤ Manageur scientifique du Centre privé de recherche biomédicale CEPHAC de Poitiers de 1985 à 1987.

¤ Manageur scientifique du Centre privé de recherche biomédicale CEMAF de Poitiers de 1988 à 1999. La CRO CEMAF a été vendue à la société PAREXEL INTERNATIONAL en Septembre 1999.

¤ Senior Director de PAREXEL-CEMAF CPRU, et Vice-président de PAREXEL Worldwide Bio Analytics de septembre 1999 à septembre 2001.

¤ En 1994, c’est au CEMAF de Poitiers qu’a pu être démontrée l’efficacité remarquable du premier traitement contre le SIDA, le RITONAVIR commercialisé depuis 1996 par la firme pharmaceutique Abbott, sous l’appellation commerciale de NORVIR.

***

Publications et dépôts de brevets du Pr FOURTILLAN

Plus de 400 publications dans des revues internationales (incluant des conférences), et 15 brevets de médicaments

***

Henri Dubost

 

 

 




Attali et « L’avenir de la vie » : ce que Jacques a dit…

Récemment, un ami m’a fait suivre cette vidéo de la chaîne AgoraTV, accompagnée du message suivant, présenté comme émanant du Pr Jean-Bernard Fourtillan :

« (…) nous apportons toutes les preuves irréfutables qui dénoncent l’Institut Pasteur, leurs commanditaires et leurs complices du Nouvel Ordre Mondial, auteurs de la fausse pandémie du Covid-19. Les peuples de France et du monde entier, qui connaissent désormais la vérité, doivent faire front et se libérer rapidement de cette dictature covidiste qui cherche à les exterminer et les asservir. Je vous communique ce texte révisionniste de Jacques Attali, extrait de L’avenir de la vie, Jacques Attali, 1981, qui confirme, dans le moindre détail, leur projet satanique et eugéniste préparé depuis longtemps :

« À l’avenir il s’agira de trouver un moyen de réduire la population. Nous commencerons par les vieux, car dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. Ensuite les faibles puis les inutiles qui n’apportent rien à la société car il y en aura de plus en plus, et surtout enfin les plus stupides.
Une euthanasie ciblant ces groupes ; l’euthanasie devra être un instrument essentiel de nos sociétés futures, dans tous les cas de figure. On ne pourra bien sûr par exécuter les gens ou faire des camps. Nous nous en débarrasserons en leur faisant croire que c’est pour leur bien. La population trop nombreuse, et pour la plupart inutile, c’est quelque chose d’économiquement trop coûteux. Sociétalement, il est également bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement plutôt qu’elle ne se détériore progressivement. On ne pourra pas non plus faire passer des tests d’intelligence à des millions et des millions de gens, vous pensez bien ! Nous trouverons quelque chose ou le provoquerons, une pandémie qui cible certaines personnes, une crise économique réelle ou pas, un virus qui touchera les vieux ou les gros, peu importe, les faibles y succomberont, les peureux et les stupides y croiront et demanderont à être traités. Nous aurons pris soin d’avoir prévu le traitement, un traitement qui sera la solution. La sélection des idiots se fera ainsi toute seule : ils iront d’eux-mêmes à l’abattoir. »

(Extrait de L’avenir de la vie, Jacques Attali, 1981)

Fin du commentaire de Jean-Bernard Fourtillan

***

Le virus SARS-Cov-2, à l’origine de la « pandémie » de Covid-19, a-t-il ou non été créé par l’Institut Pasteur à l’instigation des « Maîtres du Nouvel Ordre Mondial » dans le but d’exterminer une part importante de la population mondiale ?

Sur la Toile, certains sites présentent la thèse des « Illuminati, exterminateur de l’humanité » comme une certitude absolue. D’autres dénoncent les tenants de cette thèse comme des… illuminés.

Je me garderai bien évidemment de rentrer dans cette polémique inextricable, tout en faisant remarquer que le pire n’est jamais ni certain ni impossible

Le but de ce modeste article est de rétablir la vérité concernant le livre souvent cité, L’avenir de la vie, présenté comme écrit par Jacques Attali en 1981.

***

Petit retour en arrière :

En novembre 2020, le Pr Jean-Bernard Fourtillan, ingénieur chimiste, expert pharmacologue, toxicologue, professeur émérite de chimie thérapeutique et de pharmacocinétique à la faculté de médecine et de pharmacie de l’université de Poitiers, est intervenu dans le film Hold-Up

Ce documentaire, coproduit par Pierre Barnérias, Nicolas Réoutsky et Christophe Cossé, a connu un énorme succès sur les réseaux succès. Il a à tel point effrayé la classe médiatico-politique que, sur injonction du régime macronien (voir intervention du porte-parole de LREM vers 2 : 25 de la précédente vidéo), la plateforme Vimeo – qui l’hébergeait – a dû le supprimer.

Dans ce film, le Pr Jean-Bernard Fourtillan accuse l’Institut Pasteur d’avoir « fabriqué » le virus SARS-Cov-2 en 2004 afin de pouvoir commercialiser un vaccin plus dangereux que le virus : « L’institut Pasteur veut flinguer 7 milliards et demi de personnes » affirme le pharmacologue. On remarquera néanmoins que jusqu’à présent l’Institut Pasteur n’a commercialisé aucun vaccin contre la Covid

A la suite de ce film, l’Institut Pasteur annonce porter plainte pour diffamation contre Jean-Bernard Fourtillan, lequel annonce à son tour avoir lui-même porté plainte le 4 décembre 2020 contre l’Institut Pasteur.

Trois jours après son dépôt de plainte, le 7 décembre donc, Jean-Bernard Fourtillan est arrêté pour exercice illégale de la médecine dans le cadre d’une enquête concernant des essais thérapeutiques qu’il a menés courant 2019 avec le professeur Henri Joyeux sur des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Trois jours après son arrestation, Jean-Bernard Fourtillan est hospitalisé sans son consentement dans un établissement psychiatrique d’Uzès ; il est libéré une semaine plus tard sur décision du juge des libertés et de la détention. Le 26 janvier 2021, le Pr Fourtillan donnera cette interview à France Soir. Ce sera, à ma connaissance, sa dernière intervention publique…

***

Indépendamment de la polémique sur l’intention supposée de l’Institut Pasteur de « flinguer 7 milliards et demi de personnes », il reste que les propos rapportés par le Pr Fourtillan, qu’il présente comme écrits par Jacques Attali dans L’avenir de la vie, sont formellement erronés.

Ce livre, introuvable dans le commerce depuis de nombreuses années est en quelque sorte victime de son succès. Depuis sa parution, il a été cité des milliers de fois, chaque itération édulcorant la précédente : à chaque fois, l’écart avec le libellé originel va croissant. C’est l’histoire de la petite fille qui joue au cerceau, et qui, après de nombreuses citations de citations de citations, devient l’histoire d’un guépard qui dévore une gazelle… Certes, j’en conviens, les textes de nos deux auteurs (Attali et Fourtillan) ne sont pas éloignés l’un de l’autre comme une innocente fillette peut l’être d’un guépard carnassier. Mais tant qu’à citer un auteur, autant le faire de manière rigoureuse…

***

Précisions avant d’en venir au texte authentique d’Attali :

Le livre L’avenir de la vie (Ed. Seghers, 1981), N’EST PAS UN LIVRE DE JACQUES ATTALI, mais un recueil d’entretiens de personnalités de l’époque, dont Jacques Attali.

Ces entretiens ont été réalisés par le médecin et journaliste Michel Salomon. En 1992, ce Michel Salomon, aujourd’hui tombé dans l’oubli, lance le fameux (à l’époque…) Appel de Heidelberg pour une « écologie rationnelle et scientifique ».

Jusque-là, rien à dire, sauf que cet Appel, (4000 scientifiques et universitaires signataires, dont 72 prix Nobel, mazette…) s’est révélé avoir été largement subventionné par… les lobbies de l’amiante et du tabac ! Incontestablement, cet Appel a fait tache dans la carrière de scientifique et de journaliste de Salomon.

On remarquera – mais c’est naturellement un hasard – que la plupart des contributeurs de L’avenir de la vie sont juifs, dont Michel Salomon lui-même ainsi que l’auteur de la préface, Edgar Morin. On est largement dans l’entre-soi du petit-peuple-qui-a-tant-souffert, et qui maintenant, du moins pour le segment croissant qui se réclame de la tradition talmudique, est en train de nous le faire chèrement payer, à nous-autres, Européens, c’est-à-dire descendants d’Esaü.

Rappelons qu’Esaü (= Edom) – fils aîné d’Isaac, et frère rival de Jacob (littéralement : le fourbe, le trompeur) – s’est fait tondre comme un mouton par son cadet : tout le monde connaît l’histoire du plat de lentilles et la bénédiction crapuleuse accordée à Jacob aux dépends d’Esaü par un Isaac aveugle et quasiment sur son lit de mort, avec la complicité de Rébecca, épouse d’Isaac et mère de Jacob et d’Esaü.

Mais cela est un autre débat.

***

Ce que Jacques a dit

Ci-dessous, le fac-simile de l’entretien entre Salomon et Attali dans L’avenir de la vie :

 

Henri Dubost