1

A Rennes et Rouen, les migrants ne sont plus les bienvenus

A Rouen, en Normandie, on refuse le débarquement et l’installation des migrants. Même situation chez les Bretons du côté de Rennes.

Il y a quelques années, les migrants abordaient nos côtes à l’aide petites « barcasses ». Aujourd’hui, les arrivées se font de manière industrielle.

Ça chauffe pour les migrants à Rennes. Car la préfecture d’Ille-et-Vilaine estime que les migrants coûtent trop cher en prestation hôtelière, à raison de 7 200 euros par jour. Car, jusqu’à ce jour, la préfecture de Rennes a pris en charge, chaque jour, 360 nuitées hôtelières offertes avec nos impôts à des familles de migrants, pour environ 20 euros la nuitée. Budget épuisé ou prise de conscience ?

Toujours est-il que les pouvoirs publics d’Ille-et-Villaine ne prendront plus en charge le coût d’hébergement de plusieurs familles de migrants logeant dans des hôtels.
« Elles devront quitter d’ici fin août les hôtels où elles sont hébergées » expliquait, par téléphone, le vendredi 10 août, une fonctionnaire de la préfecture, qui a néanmoins demandé à conserver l’anonymat. « Il ne faudrait pas que certains migrants pensent que c’est moi qui ai pris la décision. Cette décision a été prise plus haut et la préfecture lève la prise en charge de ces familles afin de réduire les coûts hôteliers… Seules trente familles sont concernées » ajoute, avec une certaine gêne, la fonctionnaire qui a été contactée.

L’information a été confirmée à l’AFP, vendredi, par le secrétaire général de la préfecture de Rennes. Denis Olagnon a expliqué à nos confrères  « Nous allons alléger le dispositif des nuitées hôtelières prévu dans le cadre du plan d’hébergement d’urgence, dans la mesure où ce dispositif, prolongé jusqu’en juin, a été fortement sollicité l’hiver dernier avec un fort afflux de familles étrangères. Nous sommes montés à un pic de 500 nuitées l’hiver dernier, contre 50 avant 2016 en hiver et 10 à 15 hors période hivernale » a reconnu le secrétaire général, qui a déploré une « saturation du dispositif d’accueil hôtelier » avant l’arrivée de l’hiver.

Par rapport à 2016, plus 30 % de migrants en 2017

Interrogée par téléphone sur le nombre de migrants se trouvant en Ille-et-Villaine, la préfecture de Rennes tente de « noyer le poisson » et indique « vouloir conditionner l’accueil en hôtel à « la situation administrative de chacun au regard du droit au séjour ». Les demandes d’asile ont augmenté en 2017 de 30 % en Ille-et-Vilaine et encore de 11 % cette année. Beaucoup de ces demandes sont effectuées par des ressortissants géorgiens et albanais, dont les pays sont considérés comme sûrs par l’État français, et sont « rejetées » à 95 % …. ». Mais, est-ce que ce sont les Albanais et les Géorgiens qui représentant un réel danger pour la France et qui égorgent nos concitoyens dans les rues ?

Rouen se réveille et veut décourager les « migrants squatters »

Pas de quartier du côté de Rouen en Normandie, où l’on refuse le débarquement en continu de migrants ! C’est la rédaction de l’hebdomadaire « Valeurs Actuelles » qui révèle, le 9 août 2018, dans sa rubrique « Justice » que le tribunal d’instance de Rouen a ordonné l’expulsion des squatteurs d’un ancien Ehpad, occupé depuis mai par plus de 160 personnes.

https://www.valeursactuelles.com/societe/rouen-160-personnes-expulsees-dun-squat-des-migrants-en-majorite-98056

Selon « Valeurs Actuelles », « C’est la ville de Rouen, propriétaire du bâtiment, qui est à l’origine de la demande d’expulsion. » L’information est confirmée par le quotidien « Paris-Normandie » qui écrit, dans ses colonnes : « Le tribunal s’est prononcé pour une expulsion assortie d’un délai réglementaire de deux mois à compter de la signification du commandement de quitter les lieux par voie d’huissier, a indiqué à l’AFP Me Chloé Chalot, qui défend deux des occupants… ».

Néanmoins, l’institution judiciaire a fait preuve de clémence avec les squatters migrants. En effet, Paris-Normandie précise : « Si le tribunal avait retenu les voies de fait commises par les occupants du squat, l’évacuation aurait pu être sans délai. Du côté de la défense, on rappelle qu’ « il y a des problèmes sociaux évidents et il n’y a plus de place dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile. La décision du tribunal de ne pas accorder de délai supplémentaire pour évacuer les lieux s’appuie sur une proposition de relogement de la mairie qui selon nous n’existe pas ».

Ces deux réactions dans des villes de province à l’ouest du pays constituent un indicateur : les villes moyennes ne peuvent plus supporter l’énorme coût financier généré par l’accueil des migrants. Question subsidiaire : est-ce que les pouvoirs publics français offrent des nuitées, pendant plusieurs mois, aux chômeurs français en fin de droit et qui ne peuvent plus payer leur loyer ?

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-3-ans-herve-cornara-etait-decapite-par-un-islamiste.html

https://ripostelaique.com/que-faire-des-460-enfants-soldats-de-daech-a-leur-retour-en-france.html

https://ripostelaique.com/le-recul-du-gouvernement-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html




Alain Gardère : un ancien grand flic et préfet dans la tourmente judiciaire

Alain Gardère, l’ancien premier flic de France, doit affronter le « rouleau compresseur » de la justice.

Une chose est sûre aujourd’hui : le ministre de l’intérieur Gérard Collomb ne connait pas Alain Gardère…. Il n’en a jamais entendu parler.

Il existe des indices graves et concordants qu’Alain Gardère, ancien directeur à la Préfecture de Police de Paris qui avait 30 000 policiers sous ses ordres, ait commis les délits suivants : abus d’autorité, corruption passive, prise illégale d’intérêts, recel d’abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, blanchiment de fraude fiscale, faux administratif et usage de faux par personne dépositaire de l’autorité publique… Cette énumération n’émane pas d’un policier, mais de l’ordonnance de mise en examen de la juge d’instruction ayant auditionné Alain Gardère et traité un volumineux dossier. « On s’achemine vers un renvoi en correctionnel fin 2018 ou courant 2019 » confie un proche du dossier, joint par téléphone ce 10 août 2018 et qui préfère garder l’anonymat.

Peu de français connaissent l’existence d’Alain Gardère. Pourtant, l’homme a la réputation d’avoir été plus puissant qu’un ministre. Pensez ! Ancien chef de cabinet du Directeur Général de la Police Nationale (DGPN), devenu Directeur de la Sécurité Publique de l’Agglomération Parisienne (DSPAP), Alain Gardère, policier à la carrière fulgurante sous le mandat du Président de la République Nicolas Sarkozy, a été mis en examen pour de nombreuses infractions, qui enverraient un français moyen en prison, au titre de la préventive. Alain Gardère, lui, a été laissé en liberté en attendant son procès.

L’homme est une sorte de « disciple de Jérôme Cahuzac » dans la série « il n’y a pas de petit profit ». Même récemment, dans le bureau de la juge d’instruction, il s’étonne d’être là, de devoir « rendre des comptes à la justice ». Lui, qui jetait, via ses équipes et ses 30 000 fonctionnaires, les « foudres de la justice » sur les Français moyens.

Nos confrères de la rédaction du « Parisien » ont réussi à contacter le préfet Alain Gardère et ils dressent un portrait croustillant de l’ancien premier flic de France : « Il ne voit pas le problème. Jamais. Et s’étonne même qu’on puisse s’étonner. Mis en examen depuis janvier 2016 pour une ribambelle d’infractions (abus d’autorité, corruption passive, prise illégale d’intérêts, recel d’abus de biens sociaux, détournement de fonds publics), l’ancien grand flic Alain Gardère a vu sa barque judiciaire s’alourdir cet été avec une série de nouvelles mises en examen. Toujours pour des infractions financières en lien avec ses activités, à l’exception d’une mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale en lien avec une transaction immobilière soupçonnée d’avoir été sous-évaluée…. ».

Vacances à « l’oeil », cadeaux pour son fils, ristournes, invitations multiples

Mieux encore ! Le quotidien « Le Parisien – Aujourd’hui en France » a eu accès aux procès verbaux d’interrogatoire du Préfet Alain Gardère

http://www.leparisien.fr/faits-divers/alain-gardere-le-prefet-qui-ne-payait-jamais-28-11-2017-7419318.php

Des passages savoureux ont été publiés par nos confrères fin 2017, avant que le dossier Gardère ne s’alourdisse. On peut lire notamment dans ces extraits : « A la lecture de son interrogatoire-fleuve de près de dix heures dans le bureau de la juge d’instruction le 19 juillet dernier, on découvre un homme qui n’a eu de cesse de profiter de ses hautes fonctions pour en tirer divers bénéfices personnels. Qu’il s’agisse de son mandat de préfet délégué pour la sûreté des aéroports de Roissy et du Bourget (2012-2014) ou à la tête du Cnaps (Conseil national des activités privées de sécurité, l’organisme public chargé d’agréer et de contrôler toutes les entreprises de sécurité privées) entre 2014 et 2016, cet ancien membre du cabinet de Claude Guéant au ministère de l’Intérieur avait semble-t-il érigé le don contre-don en système. »

Ou encore : « … La suite de l’audition est à l’avenant. Ainsi de ce chef d’entreprise dont il a reçu plusieurs cadeaux (invitations en vacances, au restaurant, en loge au Stade de France) et dont il est soupçonné d’avoir favorisé les affaires : « Étiez-vous suffisamment indépendant de lui pour, par exemple, faire diligenter des contrôles sur ses sociétés […] ? » interroge la juge. « Oui, bien sûr », assure Alain Gardère, qui n’échappera pourtant pas à une mise en examen supplémentaire pour trafic d’influence passif », comme le révèlent nos confrère du quotidien « Le Parisien ».

Les procès verbaux établis par la juge d’instruction auraient pu inspirer Michel Audiard. L’un de ces PV, reproduit par « Le Parisien » relate : « Jamais avare d’une ristourne, l’ex-grand flic sollicite en septembre 2015 le patron d’une société de surveillance pour obtenir un iPhone 6 pour son fils. Un cadeau payé par l’entreprise, qu’il ne remboursera jamais. « Ne vous paraît-il pas évident qu’en échange des présents que vous procure monsieur S., celui-ci attend en retour des décisions favorables dans le cadre de son activité sociale ? » interroge inlassablement la juge d’instruction. « Non », répond à nouveau son interlocuteur qui, là encore, ne semble pas voir le problème.

« Toujours au chapitre recel d’abus de biens sociaux, Alain Gardère s’est fait offrir trois repas dans un bon restaurant appartenant à un groupe géré par un de ses amis. L’entrepreneur en question a assuré qu’il avait l’habitude de convier les représentants des services de l’Etat mais qu’Alain Gardère tenait une place à part : c’est le seul de ses contacts qui avait pris l’initiative de se faire inviter ! Contacté, Me Jean Veil, l’avocat d’Alain Gardère, s’est refusé à tout commentaire. » On le comprend vu l’énormité du dossier. Bien que le préfet Alain Gardère soit présumé innocent, tant qu’une condamnation n’a pas été prononcée par le tribunal correctionnel.

La préfectorale a toujours été marquée par quelques dérives. Du sous-préfet Patault, qui avait déménagé une partie du mobilier ancien (et de fonction) de la sous-préfecture de Lunéville, et surnommé le « monsieur meuble de la préfectorale », au préfet Bernard Gonzalez qui avait fui un contrôle d’alcoolémie aux commandes de son scooter, lorsque qu’il était en poste en Moselle, en passant par ce préfet de police de Marseille qui avait insulté, dans son bureau, en étant enregistré à son insu, des représentant de la communauté Kurdes, qui entendaient organiser une manifestation pacifique contre le génocide des Kurdes par Daech et par la Turquie.

« Des aigles » aurait dit le regretté Charles Pasqua qui, lui, savait faire le ménage dans ses préfectures avant que les préfets dérapent.
Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-3-ans-herve-cornara-etait-decapite-par-un-islamiste.html

https://ripostelaique.com/que-faire-des-460-enfants-soldats-de-daech-a-leur-retour-en-france.html

https://ripostelaique.com/le-recul-du-gouvernement-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html




Harlem Désir : 122.195 euros de rémunération, 0 euro d’impôt

Encore un qui est dans la misère ! Harlem Désir, grâce à ses amitiés gauchistes, perçoit 122 195 euros, avec 0 euro d’impôt à la fin de l’année. Pas belle la République des copains, des coquins ?

Harlem Désir, vous connaissez ? Non, ce n’est pas un quartier de New-York ! Ni un nouveau rappeur ! Même s’il fait partie de la bande à « Juju » Dray, Cambadélis, Hollande, Mélenchon… Le nouveau sous secrétaire général adjoint de l’ONU ? Non, mais un récent reclassé de la gauche dans un poste stratégique pour le Français moyen qui le paie. Ce sacré Harlem, spécialisé dans « S.O.S. racisme » a réussi à se faire confier « le job » de représentant pour la liberté des médias au sein de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). Si, si, cela existe ! Du moins pour Harlem Désir. Et, à ce titre, notre « bon ami » Harlem Désir va toucher 122.195 euros net par an, selon le quotidien l’Opinion, qui révèle ce nouveau scandale. Surtout, ce montant n’est pas imposable. L’intégralité de cette somme atterrit donc dans la poche d’Harlem Désir : 122.195 euros de rémunération, 0 euro d’impôt. Qui dit mieux ?

Ah, les copains, les coquins, comme disait le regretté Charles Pasqua. Rien à voir avec la chanson « Désir, désir », mais plutôt avec le titre des jolies Suédoises du groupe Abba « monnaie, monnaie »…. Décidément, la République est plus efficace qu’un pressing lorsqu’il s’agit de recaser un « gaucho », dont chacun se souvient qu’il fut un brillant et bosseur secrétaire d’Etat des Affaires européennes. Dans le même temps, la République laisse « crever » sur le trottoir des héros de son armée.

https://ripostelaique.com/le-sdf-decede-dans-les-rues-de-poissy-etait-un-heros-de-la-guerre-du-golfe.html

Pourtant, avec les 122 195 euros versés à Harlem Désir, on aurait pu en sauver des militaires abandonnés devenus « SDF » ! Mais, il parait qu’il n’y a plus de sous pour le social et pour les Français moyens. Certes Harlem Désir (rait) ce travail harassant pour nourrir sa famille et continuer à « jouer les bobos parisiens ». Il parait que ça coûte bonbon.

Sévère avec ce pauvre Harlem ? Non, pas du tout ! Nos confrères de la rédaction du Magazine « Capital » sont encore plus méchants et subtils que nous. Ils écrivent en effet : « Les dirigeants des trois Institutions de l’OSCE (le responsable du Bureau des Institutions démocratiques et des droits de l’homme, le représentant pour la liberté des médias (N.D.L.R. Harlem Désir) et la Haute Commissaire pour les minorités nationales) ont ainsi un rang et un salaire comparables à ceux de sous-secrétaire général des Nations Unies. L’OSCE précise que l’emploi de représentant pour la liberté des médias est un « plein-temps”.  Soit, chaque mois, près de 9 fois le Smic non imposable, il fallait le faire.

https://www.capital.fr/economie-politique/harlem-desir-122-195-euros-de-remuneration-0-euro-d-impot-1238426

D’autres médias, à l’image d’économie matin, doutaient de la sincérité de la déclaration de patrimoine effectuée par Harlem Désir, en 2013, époque où il était encore député européen. Jean-Baptiste Le Roux écrivait : « … le député européen affirme avoir été propriétaire, aujourd’hui il loue, encore une fois, comme tout le monde ! Et après la vente de son appartement, survenue après la séparation d’avec la mère de ses enfants, il ne lui resterait donc plus que « environ 20 000 euros »…. »

Mêmes doutes exprimés par la rédaction du Figaro. Interrogé en 2013 par l’éditorialiste Yves Thréard, le  premier secrétaire du Parti socialiste, avait estimé, le plus sérieusement du monde, « son patrimoine actuel à environ 20 000 euros, ce qui correspondrait, selon lui, à des livrets d’épargne et à une voiture ». Quelqu’un comme vous, comme moi, quelqu’un de proche du peuple.

Dans ce contexte troublant, je journaliste Jean-Baptiste Le Roux affirmait, toujours en 2013, « Toujours est-il qu’avec un salaire mensuel de près de 8 000 euros brut, soit 6 200 euros net, en tant que député européen (depuis 14 ans), auquel s’ajoute l’indemnité mensuelle forfaitaire sans justificatif de frais généraux de 4 300 euros, avancer un chiffre de 20 000 euros, c’est soit faire preuve de grande modestie, soit faire un pieux mensonge !  »

Pour son « temps plein » de représentant pour la liberté des médias, en 2018, Harlem Désir touche en moyenne plus de 10 180 euros par mois, exemptés d’impôts, contre 9 440 euros brut mensuels quand il était encore ministre du gouvernement de Manuel Valls.

Avec près de 9 fois le smic chaque mois, Harlem Désir ne devrait pas saisir la commission de surendettement ou un organisme de logement social. En effet, la reconversion d’Harlem Désir n’a pas été trop difficile. Et l’ancien secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes de François Hollande ne sera pas obligé de « pointer » aux restos du cœur ou de « jouer les sdf » sur le trottoir, comme cet infortuné Daniel Crepet à Poissy.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-3-ans-herve-cornara-etait-decapite-par-un-islamiste.html

https://ripostelaique.com/que-faire-des-460-enfants-soldats-de-daech-a-leur-retour-en-france.html

https://ripostelaique.com/le-recul-du-gouvernement-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html




Le SDF décédé dans les rues de Poissy était un héros de la guerre du Golfe

Le SDF décédé dans les rues de Poissy (78), Daniel Crepet, était un ancien militaire décoré de la Croix de Guerre pour sa bravoure lors de la guerre du Golfe.

Mardi 31 juillet 2018, les honneurs rendus au SDF « héros militaire », oublié de tous, mort un 14 juillet dans l’indifférence générale,  sur le trottoir, à nos portes…

 

Des recherches ont permis d’identifier un SDF décédé dans le centre-ville de Poissy le 14 juillet 2018. Il s’agit d’un ancien soldat français, Daniel Crepet, brigadier des troupes blindées, décoré pour sa bravoure lors de l’opération Daguet opposant l’Occident à l’Irak de Saddam Hussein. Cet ancien militaire, qui devait être jeté dans une fosse commune, a eu droit à un hommage de la ville de Poissy mardi 31 juillet 2018 à la collégiale. J’ai « mal à ma France », comme l’avait écrit le Général Marcel Bigeard, avant sa disparition le 18 juin 2010. Car un pays qui verse 900 euros et quelque à des migrants « dits réfugiés politiques », après leur avoir octroyé un appartement gratuit, et qui laisse « crever dans la rue » les héros de son armée, n’est pas digne de notre respect. La France ne respecte même plus le sang versé par ses fils. Et combien de Daniel Crepet dans nos rues ?

Car le SDF décédé, par manque de nourriture et de soins, dans les rues de Poissy (78) le soir du 14 juillet était un ancien militaire, un authentique héros des combats menés par la France pour préserver notre pays du terrorisme, décoré de la Croix de Guerre pour ses actes sur le front. Comment un ancien militaire peut-il devenir sdf ? Pourquoi Daniel Crepet a-t-il été abandonné sur le bitume comme un chien ?

C’est semble-t-il d’anciens militaires qui ont révélé l’affaire et alerté le maire de Poissy.  » Il a servi la France, cet homme devait être enterré dignement » explique Karl Olive, le maire (LR) de Poissy (Yvelines), joint par téléphone le 1er août 2018. Peiné, ému, il ajoute : « Alors que la dépouille de Daniel Crépet, un sans-abri décédé dans la rue le 14 juillet dernier, devait être déposée dans la fosse commune de la ville, elle repose désormais dans l’un des cimetières de la localité, dans une vraie tombe ».

Alors que l’homme était considéré dans un premier temps comme sans domicile fixe, une enquête de la mairie a révélé qu’il s’agissait en fait d’un ancien militaire de 47 ans, qui a participé à plusieurs campagnes en Afrique et au Moyen-Orient. Il a notamment fait partie des 12 000 hommes de l’opération Daguet engagée dans la coalition internationale lors de la première guerre du Golfe, en 1990-1991.

Un soldat français, abandonné de tous, dont les cicatrices ne se sont jamais refermées

Cette terrible affaire a été révélée grâce à la ténacité et grâce à l’enquête réalisée par des membres de l’association nationale des participants aux opérations extérieurs (Anopex). C’est à ce moment-là que tout s’accélère. « Le 20 juillet, j’ai posté un message sur les réseaux sociaux en mentionnant le nom de Daniel Crépet et la date de son décès, indique Jean-Pierre Pakula, le président de l’ANOPEX. J’ai obtenu une multitude de réponses en quelques heures sur son parcours. Au total, plus de 85 000 personnes ont été atteintes par mon message ». Le Président Pakula apprend que l’ancien militaire s’est engagé en 1988, au sein du 501e régiment de chars de combat à Rambouillet et qu’il a rejoint en 1990 le régiment des Dragons à Mourmelon-le-Grand (Marne), engagé dans l’opération Daguet. Il apprend également que Daniel Crépet a obtenu plusieurs distinctions, dont la Croix de Guerre. « Daniel Crépet ne donnera plus le moindre signe de vie après avoir quitté l’armée en 1992 », précise encore Jean-Pierre Pakula.

Et le président de l’Anopex ajoute : « Sans attendre, une chaîne de solidarité s’organise à l’initiative de l’Anopex, des associations d’anciens combattants et de Raymond Letellier, dans le but d’éviter la fosse commune au brigadier décoré. Un appel aux dons est même lancé pour financer des funérailles. Nous estimons le coût global à 5 000 euros, est-il évoqué sur l’un des sites. Bien évidemment, si la somme récoltée était plus importante, nous pourrions lui offrir une sépulture plus belle ».

« Tout est payé » devait lancer Jean-Pierre Pakula à l’issue de la cérémonie, à laquelle ont assisté la députée (LREM) Florence Granjus et le sénateur (LREM) Martin Lévrier. « Nous rendons aujourd’hui hommage à un soldat Français dont certaines cicatrices ne se sont jamais refermées » a martelé Karl Olive, maire de Poissy, dans son oraison funèbre.

Comment une Nation comme la nôtre peut-elle abandonner, sur le trottoir, d’anciens militaires qui ont versé leur sang pour la France ? Et tout donner à des hordes de migrants ? Logements, allocations de réfugiés politiques, RSA, allocations familiales, etc.… Je ne comprends plus la France de 2018.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-3-ans-herve-cornara-etait-decapite-par-un-islamiste.html

https://ripostelaique.com/que-faire-des-460-enfants-soldats-de-daech-a-leur-retour-en-france.html

https://ripostelaique.com/le-recul-du-gouvernement-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html




Répression routière : quelques gradés passent à la caisse !

Lorsqu’ils effectuaient leurs tournées à bicyclette, les gendarmes étaient moins féroces avec les automobilistes et les usagers de la route… Devinez pourquoi

Le récent article de Martin Moisan

https://ripostelaique.com/cest-affreux-mais-la-mort-du-motard-de-gendarmerie-ne-mattriste-pas.html

a suscité près de 350 commentaires, les uns prenant la défense du motard de la gendarmerie, les autres de l’automobiliste qui aurait pris la fuite. Il y a néanmoins une évidence : les gendarmes font davantage « la chasse » aux automobilistes qu’aux délinquants, voleurs, cambrioleurs, etc. Pourquoi ? Pour une raison évidente ! Les colonels de gendarmerie, patrons des groupements départementaux, et patrons des groupements d’escadrons d’autoroute, perçoivent un pourcentage annuel sur le montant total des PV infligés aux automobilistes, cyclomotoristes, routiers, etc.

Ils donnent donc des directives pour que les commandants de compagnies et d’unités mettent un maximum de personnels sur les contrôles routiers. Il n’y a pas de petits profits, mais des niches bien rentables.

Les commissaires de police, eux, ne perçoivent rien sur les montants des PV de la circulation. Par contre, ils perçoivent une indemnité pour chaque inhumation normale, en allant signer le registre chez les PFG ou à la morgue, ou en déléguant les signatures quotidiennes à un brigadier de police, qui, lui, ne perçoit rien. Privilège du grade et de la fonction !!!!

Une multitude de niches rentables existent en France, en fonction des professions. Ne parlons pas des avantages multiples des parlementaires et des politiques. Les conducteurs de trains de la SNCF bénéficient de droits dérogatoires à la retraite, dès 45 ou 47 ans… Les journalistes professionnels bénéficient de 30 % de déduction fiscale supplémentaire par rapport aux salariés de droit commun. Les trésoriers payeurs généraux des services fiscaux reçoivent, en fin d’année en guise de prime, un pourcentage sur le montant des amendes recouvrées, etc., etc., etc. Que d’avantages pour certains, que de fins de mois difficiles pour d’autres.

Je partage totalement le point de vue de Martin Moisan lorsqu’il écrit : « C’est la sévérité de la répression contre les automobilistes qui amène nombre de nos compatriotes à être obligés d’adopter des mesures de survie, qui n’ont rien à voir avec les traditions et la culture de notre pays. Comment peut réagir un salarié, ou un entrepreneur, à qui on a piqué son permis, et qui doit aller travailler pour nourrir sa famille, ou faire tourner son entreprise ? Il doit tricher, en espérant qu’il aura la chance de s’en sortir. Il paraît donc logique, quand il est confronté à un contrôle inopportun de flics, qu’il cherche à s’y soustraire, connaissant les conséquences de l’infraction qui sera relevée contre lui… ».

Dans les années 1960 et 1970, lorsque les gendarmes des départementaux ruraux effectuaient leurs tournées à bicyclette, les représentants de la loi étaient plus cool avec les automobilistes et tous les usagers de la route ! Devinez pourquoi ?

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-3-ans-herve-cornara-etait-decapite-par-un-islamiste.html

https://ripostelaique.com/que-faire-des-460-enfants-soldats-de-daech-a-leur-retour-en-france.html

https://ripostelaique.com/le-recul-du-gouvernement-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html




Le recul du gouvernement dans la lutte contre le terrorisme

Plusieurs magistrats s’expriment et dénoncent les reculs du gouvernement en matière de lutte antiterroriste.

Le gouvernement a-t-il oublié les derniers attentats meurtriers de Paris, de Nice ou ceux perpétrés dans d’autres villes françaises ?

À chaque attentat c’est la même rengaine  : Force doit rester à la loi, l’Etat sera implacable avec les terroristes, tous les moyens de l’Etat sont mobilisés dans cette lutte, cette guerre, etc. La deuxième partie du discours concernant les victimes, la compassion, le soutien de la Nation…

Mais, savez-vous que la prochaine grande loi de programmation pluriannuelle sur la Justice ne contient plus une seule disposition sur la lutte contre le terrorisme ?

Savez-vous que le projet de parquet national antiterroriste, initié par Jean-Paul Garraud a été abandonné ? Alors même que la ministre de la Justice Nicolle Belloubet se déclarait favorable à cette mesure le 19 décembre 2017

https://www.francetvinfo.fr/monde/terrorisme-djihadistes/video-parquet-national-terroriste-la-ministre-de-la-justice-proposera-des-pistes-concretes-d-ici-trois-mois_2521911.html

Jean-Paul Garraud, ancien secrétaire national de l’UMP à la justice, avait proposé, dès 2015, la création d’un parquet national antiterroriste sur le modèle du parquet national financier qui existe depuis plusieurs années. Une cour d’assise spéciale permanente lui aurait été adjointe pour juger rapidement les terroristes et sans possibilité d’appel. Désormais avocat général auprès de la cour d’appel de Poitiers, l’ancien député de la Gironde qui faisait partie de la droite populaire, dénonce le recul du gouvernement. Il explique : « Savez-vous que la Justice, les forces de l’Ordre doivent mener cette « guerre » avec des moyens ordinaires, les mêmes que pour les autres infractions… ?
Comment voulez-vous faire la guerre, et surtout la gagner, dans de telles conditions ?
Je me suis exprimé à de nombreuses reprises et depuis des années sur le sujet.
Alors, je n’irai pas plus loin. Je refuse cette situation.  J’agirai et il ne faudra pas s’en étonner. »

« L’alerte attentat » a été supprimée le 1er juin 2018

Deux ans après son lancement en juin 2016, le gouvernement a décidé d’enterrer définitivement, avec beaucoup de discrétion médiatique, l’application mobile SAIP, qui permettait de prévenir la population en cas d’attentat.

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/lapplication-saip-destinee-a-diffuser-des-alertes-attentat-ne-sera-plus-active-a-partir-du-1erjuin_2775873.html

Depuis le 1er juin, l’application mobile SAIP (système d’Alerte et d’Information des Populations), plus connue sous le nom « alerte attentat », n’est plus active. Ce qui a été confirmé par Frédéric de Lanouvelle, porte-parole du ministère de l’Intérieur. Le gouvernement a décidé de l’abandonner, sans consulter les spécialistes de la lutte antiterroriste. Pourquoi ?

C’est comme si l’actuel gouvernement avait « consulté une voyante » ou « tiré les tarots », et « obtenu la révélation » d’une France sans attentat, sans terroriste, sans islamiste intégriste. De doux rêveurs ou des types dangereux pour la sécurité nationale ?

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-3-ans-herve-cornara-etait-decapite-par-un-islamiste.html

https://ripostelaique.com/que-faire-des-460-enfants-soldats-de-daech-a-leur-retour-en-france.html

 




Que faire des 460 « enfants soldats » de Daech à leur retour en France ?

Quelques uns des enfants soldats, d’origine française, détenue en Irak, dans le Kurdistan à Erbil, dans un centre de détention et de réhabilitation de délinquance juvénile. Dans la cour de la prison, ces jeunes ne cachent pas leur appartenance au groupe terroriste de l’Etat Islamique. Ils n’expriment aucun regret, racontent les exactions de Daech, prétendent n’avoir jamais pris part aux combats et se plaignent de leurs conditions de détention. Le centre comptabilise 304 détenus dont 239 mineurs et 65 femmes.Une partie des « enfants soldats de Daech » engagés aux côtés des combattants de l’état islamique, formatés par l’islam intégriste, par la violence, entraînés à haïr les Occidentaux

L’organisation terroriste Daech a enrôlé dans ses troupes plusieurs centaines d’enfants français, comme l’indique une source proche du renseignement français. La plupart ont été capturés par les forces kurdes, irakiennes, syriennes ou russes, et séjournent sur place dans des camps de prisonniers. De l’avis des spécialistes, « le retour de centaines de mineurs des zones contrôlées par Daech s’annonce très délicat. Moins d’une trentaine ont déjà été pris en charge en France. » Cette information est d’ailleurs confirmée par un article du Figaro du 26 juin 2018.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/06/26/97001-20180626FILWWW00314-daech-formerait-des-enfants-pour-commettre-des-attentats-en-france.php

Enfance en danger à protéger, ou enfance dangereuse à surveiller ? Ou inextricable mélange des deux ? De tous les défis du terrorisme islamiste, le retour dans l’Hexagone des mineurs des zones contrôlées par Daech est l’un des plus délicats. Pour le procureur de la République de Paris, François Molins, joint par téléphone, « ces enfants constituent des bombes à retardement ».

Un militaire du renseignement extérieur français, contacté par téléphone, mais qui souhaite conserver l’anonymat, révèle l’ampleur du désastre : « Parmi les jeunes prisonniers de Daech, on recense près de 460 mineurs, français ou dont les parents résidaient en France, présents dans la zone syro-irakienne, dont plus de la moitié âgée de moins de 6 ans et un tiers né sur place. Moins d’une trentaine sont déjà revenus. La quasi-totalité a été placée en centres spécialisés ou en familles d’accueil et aucun n’a été poursuivi pénalement. Pour ceux qui sont encore là-bas, confie cet officier spécialiste de l’antiterrorisme,certains sont potentiellement dangereux même si ce sont aussi des victimes de Daech. La crainte est de “passer au travers”. Il faut donc tout filtrer, savoir qui rentre, qui ne rentre pas et ce qu’ils ont fait là-bas…. »

Les « lionceaux du califat » constituent 460 bombes à retardement potentielles

Lors de ses auditions par la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) et par un juge d’instruction, Jonathan Geffroy, un repenti de Daech, impliqué dans l’organisation des attentats en France, a avoué « que l’EI avait recruté des enfants ayant grandi en Syrie afin de les entraîner et les préparer à perpétrer des attaques sur le sol européen… ». Cette stratégie n’est pas tout à fait une découverte : les services antiterroristes occidentaux redoutent depuis longtemps ces « lionceaux du califat », comme le révélait Mediapart en mars dernier. Mais cette fois, le « repenti de Daech » livre des détails inconnus jusqu’alors.

Jonathan Geffroy a indiqué aux enquêteurs et au juge d’instruction : « Je sais que les futures opérations extérieures seront commises par des enfants qui auront grandi sur zone et qui, passé l’adolescence, seront envoyés en Occident, en Europe et en France, pour y mener des opérations suicides… Ils auront un avantage ! Ils seront méconnaissables du fait qu’on ne pourra pas les identifier au faciès (…). Mais c’est un projet au long cours, car les responsables de Daech veulent qu’ils grandissent pour qu’il n’y ait pas de reconnaissance faciale ».

Citoyen ordinaire, ayant servi la France du mieux que j’ai pu dans ma première vie de militaire, j’estime que le rapatriement programmé des enfants soldats de Daech est une très grave erreur de la part du gouvernement français. Leur retour signifie « placer des bombes » sur les différents points du territoire national, dans une hypothèse basse. Beaucoup sont issus des banlieues sensibles. Ces « lionceaux du califat » peuvent devenir rapidement des « entraîneurs », des « formateurs » et des « leaders » dans les quartiers sensibles dont ils sont issus, dans une hypothèse haute.

Certains vont me traiter d’égoïste, éventuellement de « sans cœur ». La protection de nos concitoyens impose de laisser ces « enfants soldats » là où ils se trouvent, donc entre les mains des forces irakiennes, kurdes, syriennes ou russes. Pour éviter un bain de sang en France, dans les prochains mois, dans les prochaines années.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-3-ans-herve-cornara-etait-decapite-par-un-islamiste.html

 




Quand la France sera-t-elle débarrassée du psychiâtre égyptien Omar Erkat ?

Les petits autistes du centre hospitalier de Nevers ont aussi été les victimes du prédateur Omar Erkat, comme en témoignent des infirmières du service pédiatrie de l’hôpital de Nevers

Les infirmières du centre hospitalier de Nevers ont démasqué Omar Erkat.

L’histoire que nous vous racontons est vraie, authentique. Jeudi 26 juillet 2018, 20 heures : toutes les chaînes de télévision françaises font « la Une » sur le retour des touristes français et européens en Egypte. Avec un mot d’ordre qui revient trois ou quatre fois en quelques minutes : « Il n’y a plus de risque pour les touristes français, le pays est sécurisé ». C’est une évidence ! Car tous les Egyptiens dangereux, ayant échappé à la pendaison ou aux geôles du maréchal Al Sissi, sont en France ou en Europe, avec le statut de réfugiés politiques… Avec à la carte une allocation mensuelle de 900 euros et quelques, et une priorité pour l’attribution d’un logement social. Et pas question pour le gouvernement Français et l’OFPRA de renvoyer ces braves gens vers la terre des pharaons, même si le gouvernement égyptien demande leur extradition.

https://ripostelaique.com/intolerable-les-integristes-egyptiens-utilisent-la-france-comme-base-arriere.html

Et l’on retrouve ça et là quelques réfugiés politiques égyptiens, condamnés à de très lourdes peines de prison lorsqu’ils sévissaient au Caire, ayant déjà fait la Une des médias égyptiens, mais aussi de Riposte Laïque. De l’Ardèche au centre hospitalier de Nevers, en passant par Lyon et Strasbourg, l’un des plus emblématiques « réfugiés politiques égyptien », Omar El Katab Erkat, continue de sévir.

http://infosjusticeerkat.over-blog.com/2018/07/le-redateur-docteur-omar-erkat-demasque-au-centre-hospitalier-de-nevers-des-infirmieres-temoignent.html

Souvenons nous de cet homme qui ne fait pas de pélérinage à La Mecque, mais des victimes en France…

Novembre 2014 :

Le député maire PS Olivier Dussopt (devenu en 2017 secrétaire d’état à la fonction publique) interdit sa ville d’Annonay, par arrêté municipal, à Omar Erkat, qui se prétend psychiatre, après « avoir obtenu un master en Egypte » (déclaration d’Omar Erkat lors de son audition par les policiers de Strasbourg le 9 septembre 2014)

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://infosjusticenathaliegettliffe.over-blog.com/2018/06/en-ardeche-les-mysteres-de-la-societe-erkat-gettliffe-education-trainin-qui-affiche-un-deficit-de-14-634-euros.html

http://infosjusticenathaliegettliffe.over-blog.com/2018/06/nathalie-gettliffe-j-ai-des-sequelles.un-dereglement-psychologiques.des-flashs-et-des-etourdissements-en-journee.html

http://infosjusticeerkat.over-blog.com/2018/07/temoignage-de-madame-lang-une-des-victimes-du-super-predateur-omar-erkat.html

Après cette interdiction salutaire, Omar Erkat et l’une de ses compagnes adressent une lettre agressive au député-maire d’Annonay. Lettre relayée par le journal local « Le Dauphiné Libéré ». Intelligent, Olivier Dussopt ne répond pas à ce « torchon » qui déshonore l’organe de presse qui l’a publié et son directeur régional Pierre Fayolle. Mais, on n’allait pas s’arrêter là….

Juillet 2016 :

Celui qui aime se nommer « le professeur Erkat » apparaît dans les couloirs du centre hospitalier de Nevers. Omar Erkat vient de réussir « à se faire embaucher » dans le service pédiatrie du centre hospitalier de Nevers. Nathalie, une des infirmières témoigne : « En ce mois de juillet, avec mes collègues du service, nous avons vite compris que Omar Erkat n’avait aucune connaissance médicale en pédiatrie…. Il hurlait en arabe sur nos petits patients autistes, qui étaient terrorisés par cet homme ! ».

Omar Erkat congédié du Centre Hospitalier de Nevers moins d’un mois après son arrivée

L’infirmière Nathalie poursuit son récit : « Avec mes collègues, nous avons mené une petite enquête qui a permis de démasquer cet homme. Omar Erkat était inconnu parmi les médecins Français, ou les équivalence de diplômes, ou même parmi les étudiants en médecine… En plein mois de juillet, nous avons fait part de nos doutes à la direction du CH Nevers, doutes qui complétaient les plaintes sur les drôles de méthodes utilisées par Omar Erkat auprès des petits patients autistes. Moins d’un mois après son arrivée, la direction du centre hospitalier de Nevers reconnaissait son erreur et congédiait le dénommé Omar Erkat ».

Mais la chute de cette histoire vraie est inimaginable pour le commun des mortels, comme le confie l’infirmière Nathalie : « Quelques semaines plus tard, la direction de l’hôpital de Nevers a reçu un appel téléphonique de routine d’un grand hôpital parisien. Omar Erkat avait juré aux recruteurs de cet hôpital parisien qu’il avait exercé, avec compétence, pendant huit années dans notre service. Un petit mois s’était transformé en huit années dans la tête d’Omar Erkat ! Qui aurait osé un tel mensonge lors d’une tentative d’embauche ? ».

Novembre 2016 :

Après avoir été congédié de l’hôpital de Nevers, Omar Erkat reste dans le secteur et continue d’habiter à la « résidence Médicis », 4, avenue de la gare à Pougues-les-Eaux. Puis, comme indique une de ses anciennes voisines de la résidence, « Le dimanche 13 novembre 2016, les habitants de la résidence le Médicis, avenue de la gare, sont libérés de celui qui se fait appeler « professeur Erkat. Aidé de ses deux femmes, Isabelle Mikhael et Nathalie Gettliffe Grant, il déménage « secrètement  » avec un camion de location Europcar. Dans la résidence, nous avions remarqué qu’il n’allait plus au travail le matin. Une voisine, ayant une fille infirmière à l’hôpital de Nevers, nous avait indiqué que Erkat avait été licencié par le Centre hospitalier de Nevers après moins d’un mois de présence, démasqué par les infirmières du service. Omar Erkat avait essayé, un mois plus tard, de commencer à travailler pour un hôpital parisien, en prétendant avoir travaillé comme « Docteur  » pendant huit années au centre hospitalier de Nevers.

« L’hôpital de Paris a téléphoné au centre hospitalier de Nevers. Et, une fois de plus, le faux docteur psychiatre Omar Erkat a été démasqué. » ajoute l’ancienne voisine d’Omar Erkat. Elle confie aussi : « Il a déménagé « à la cloche de bois », avec un camion de location, aidé par deux femmes et un jeune homme barbu, ces individus étant arrivés dans deux BMW immatriculées en 67… Nous ne seront plus dérangés dorénavant par les discours inépuisables et interminables du faux docteur Omar Erkat. Questionné sur le fait qu’il n’allait plus au travail au Centre hospitalier de Nevers, il nous répondait « parce je n’ai pas réussi à m’entendre avec les uns et les autres, avec mes collègues « . Mais, nous savions tous par les employés de l’hôpital qu’il avait été congédié, à la suite de ses faux diplômes ». explique encore cette ancienne voisine très bien informée et qui ironise « Tous les voisins riaient en voyant sa plaque adresse sur sa boîte aux lettres du Médicis « Doctor Omar Erkat « . Une vraie plaque, mais des faux diplômes qui n’ont pas trompé pendant longtemps les agents de la direction de l’hôpital de Nevers…. »

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/le-patron-du-dauphine-libere-sera-juge-pour-violences-le-28-mai.html

Migrants dans l’Ardèche : Francis Gruzelle dénonce les mensonges de l’Etat

Attaque terroriste de Paris : Khamzat Azimov est passé par Strasbourg

29 % des musulmans contestent la République, 70% mangent toujours halal

Sandra, 44 ans, meurt de froid dans la rue, les clandestins musulmans dorment au chaud…

Islam à l’université de Strasbourg : la drôle de potion du Dr Beretz

Encore une zone de non droit et des émeutes à Carpentras