1

Bonne nouvelle : l’Indienne Deb Haaland, future super ministre de Biden

Descendante de chefs indiens du Nouveau Mexique, fille d’un US Marines, l’Indienne Deb Haaland sera la « super ministre » de Joe Biden, en charge de l’intérieur, de l’environnement et des ressources naturelles. C’est la première fois qu’une Indienne accède à un tel poste depuis l’indépendance des États-Unis et l’invasion des territoires indiens.

Aux États Unis, c’est la revanche des Indiens dont les ancêtres ont été massivement exterminés par les migrants blancs (les aïeux de Donald Trump et de Joe Biden). Il y a quelques siècles, les habitants de l’Amérique ont laissé les migrants blancs débarquer, comme l’Europe le fait avec les migrants africains, arabes, etc. Des dizaines de millions d’Indiens ont été massacrés, déportés, mis dans des réserves. Par rapport à ce constat, les joutes plumitives de plusieurs contributeurs de Riposte Laïque entre les pro-Trump et les pro- Biden paraissent dérisoires. Et notre site adoré s’est éloigné dangereusement de son cœur de métier : le risque migratoire, la défense de l’identité nationale contre l’islam, la préservation de nos valeurs.

Deb Haaland va devenir la première Amérindienne ministre

Devenue l’une des premières femmes autochtones à entrer au Parlement en 2018, Deb Haaland va de nouveau marquer l’Histoire. Elle aura notamment la charge de la préservation des ressources naturelles, et elle a milité pour que les USA respectent l’accord de Paris sur le climat.

C’est au poste de ministre à l’Intérieur, à la tête d’un département qui gère notamment les ressources naturelles d’immenses terres fédérales, mais aussi les réserves indiennes, que le nouveau Président Joe Biden a placé, par décret, Deb Haaland. Cette nomination devra être confirmée par le Sénat.

″Écouter les peuples autochtones” sur le climat

Deb Haaland a souligné ce jeudi 17 décembre qu’elle considérerait comme “un honneur de faire avancer le programme Biden-Harris pour le climat et d’aider à réparer la relation du gouvernement avec les tribus (amérindiennes), que l’administration Trump a ruinée”.

À la fin des années 90, c’est le Vice-Président Al Gore, en visite à Paris pour défendre le climat, qui m’avait présenté Deb Haaland. Autour d’un café, après m’avoir dédicacé son dernier livre Earth in Balance: Ecology and Human Spirit ( en Français Sauver la planète Terre : l’Écologie et l’Esprit humain), il s’était levé, me laissant face à Deb Haaland, en lançant « Tous les deux, vous allez bien vous entendre ! ». Quelques minutes auparavant, celui que tous les sondages désignaient comme le futur président des États-Unis nous avait glissé, en américain et en français nos deux points communs : »Vous êtes nés en soixante et vous êtes passionnés par l’élevage des abeilles ». Ce qui avait permis le démarrage d’une discussion avec la belle Deb après le départ d’Al Gore.

‌Cette demi-journée avec Deb Haaland est l’une des trois plus belles rencontres que j’ai pu faire dans ma vie tant cette femme, pétrie de convictions, marquée par les souffrances de son peuple, a des ambitions pour sauver la planète, pour sauver l’espèce humaine et les centaines de milliers d’autres espèces d’une fin qui paraît inéluctable et dont le réchauffement climatique est l’un des aspects visibles. Cette femme est une intelligence supérieure. Rien à voir avec  toutes les brêles qui ont été ministres de l’écologie en France, de Ségolène Royal à Barbara Pompili, de François de Rugy à Jean-Louis Borloo, en passant par Nathalie Kosciusko-Morizet..

Les deux autres rencontres ayant marqué ma vie ont pour nom le général Marcel Bigeard

https://www.fnapara.fr/wp-content/uploads/2016/07/La-legende-Bigeard-une-rage-de-vaincre-rare-aujourdhui.pdf

et la cheffe de guerre kurde Reem Hassan.

https://ripostelaique.com/exclusif-la-jeanne-darc-kurde-reem-hassan-est-tombee-en-heros-face-a-daech.html

https://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html

Tous les trois des êtres d’exception, de rude étoffe.

Deb Haaland est une fille de Marine

Deb Haaland, 60 ans, appartient à la tribu Laguna Pueblo du Nouveau-Mexique. Elle s’était déjà illustrée en 2018 en devenant l’une des deux premières femmes autochtones à entrer au Congrès.

Deb Haaland est née à Winslow le 2 décembre 1960, dans l’État de l’Arizona, où son grand-père travaillait dans une compagnie ferroviaire au titre de la politique d’“assimilation culturelle” des Amérindiens et où sa mère, Mary Toya, a également vu le jour. Cette dernière était fonctionnaire fédérale. Le père de Deb Haaland, d’ascendance norvégienne, fut membre des Marines, un corps d’élite de l’armée américaine. Au gré de leurs multiples affectations et déménagements, Deb Haaland m’avait confié avoir fréquenté pas moins de treize écoles.

Lors de notre rencontre à Paris, Deb Haaland m’a raconté sa vie de galère : « Mère célibataire, j’ai vaincu l’alcoolisme dans ma jeunesse et j’ai dû un temps recourir à des bons d’alimentation du gouvernement pour subsister…  » Elle a fait partie de cette vague de femmes qui entendaient prendre le Congrès d’assaut pour s’opposer à la politique du président Donald Trump. “Je suis une femme, je suis une femme de couleur”, disait-elle, désignant son visage brun et ses longs cheveux noirs et lisses. “C’est ce genre de personnes qu’il faut au pouvoir actuellement pour faire avancer les questions qui comptent”, ajoute Deb.

Deb Haaland, qui a été facilement réélue au Congrès en novembre dernier pour un second mandat, a toujours insisté sur son intention de porter les revendications des Amérindiens: “La terre, l’eau, les financements du gouvernement.” “Mes ancêtres ont fait des sacrifices incroyables pour me permettre de garder mes coutumes et traditions. Je ne leur ferai pas défaut”, expliquait Deb en 2018, lors d’une rencontre avec l’AFP.

Du point de vue des Indiens Lagunas, Deb Haaland dirigeait la société tribale exploitant les trois casinos de la réserve. Plus tôt, elle avait créé une petite entreprise de fabrication de sauces en conserve, “Pueblo Salsa”, pour pouvoir passer du temps avec sa fille durant ses études de droit.

Deb Haaland est sortie de « sa réserve » où elle dirigeait la société tribale exploitant les trois casinos de la réserve.

Lorsqu’elle m’avait raconté une partie de son parcours à Paris, Deb insistait sur son enfance « surtout marquée par les coutumes de sa tribu, les Lagunas. Elle se rappelait les étés passés avec ses grands-parents pueblos, en butte à de nombreuses discriminations, à irriguer les champs ou à faire du pain.

Cette époque de rude étoffe a forgé son caractère. En tant que défenseur des abeilles, des espèces animales et de la planète, je me réjouis que Deb devienne la ministre (pardon, la secrétaire d’État dans le jargon US) la plus puissante de l’Amérique de demain, de la revanche du peuple indien à l’occasion de cette nomination. Un jour, Jacques Chirac m’avait dit « Si un ministre est mauvais et qu’il a de bons collaborateurs, cela ne se voit pas ». Ceux qui estiment que Joe Biden est mauvais et vieux doivent aujourd’hui admettre qu’il s’entoure de bons collaborateurs.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411
Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :
https://www.humanite.fr/etat-unis-deb-haaland-premiere-amerindienne-ministre-697842
https://www.la-croix.com/Monde/Etats-Unis-Deb-Haaland-Amerindienne-linterieur-2020-12-19-1201131036
https://www.huffingtonpost.fr/entry/etats-unis-deb-haaland-amerindienne-ministre_fr_5fdc4faac5b6094c0ff0d727
https://caen.maville.com/actu/actudet_-etats-unis.-deb-haaland-premiere-femme-amerindienne-en-route-vers-le-gouvernement-americain_54135-4425083_actu.Htm
https://www.ouest-france.fr/monde/etats-unis/etats-unis-deb-haaland-premiere-femme-amerindienne-en-route-vers-le-gouvernement-americain-7092121



Enquête : même en Ardèche, le covid-19 « engraisse » les plus riches

63e fortune française, Bernard Fraisse a augmenté sa fortune grâce au covid-19, son empire pharmaceutique n’ayant jamais réalisé autant de bénéfices.

Alors que les petits commerçants et restaurateurs « crèvent », Marc Miribel réalise un chiffre d’affaire de 200 millions en 2020, contre 91 millions en 2019.

 

La colère d’Émilie Courts, directrice de la maison Écho éditions, éditeur généraliste basé à Strasbourg, fait la une des médias régionaux de l’Est de la France (ici le Républicain Lorrain). Cette éditrice contre- attaque dans la presse et sur les réseaux internet.

De l’Alsace-Moselle au Bordelais, du Nord à la Provence, les mesures de confinement inadaptées d’un gouvernement irresponsable et aux abois détruisent des millions d’emplois et de petites entreprises. Maisons d’édition, libraires, fleuristes, restaurants, cafés, agriculteurs, artisans, artistes et l’ensemble du petit commerce sont flingués au profit d’Amazon et de la grande distribution. Tous les artisans et commerçants subissent une paupérisation sans précédent.

Pendant ce temps, beaucoup de grands patrons, ayant financé l’élection d’Emmanuel Macron, continuent de « s’engraisser » en profitant du covid-19 et du confinement. Même en Ardèche. Annonay abrite Bernard Fraisse, 4e fortune d’Ardèche et 63e fortune française. Il possède le groupe pharmaceutique et cosmétique Fareva, qui détient entre autre Excelvision, entreprise pharmaceutique installée dans la ville.

https://www.challenges.fr/classements/fortune/bernard-fraisse-et-sa-famille_2307

https://www.lefigaro.fr/societes/2012/08/24/20005-20120824ARTFIG00428-pharma-la-sous-traitance-profite-a-l-ardechois-fareva.php

Depuis le début du confinement, Excelvision a tourné sans interruption et les affaires sont devenues encore plus prospères. On peut parier que la fortune de Bernard Fraisse, ami du ministre LREM du Budget et des Comptes publics, Olivier Dussopt, toujours présent pour inaugurer l’agrandissement de ses ateliers, s’est encore arrondie. Les salariés d’Excelvision ne peuvent pas en dire autant. Comme les nombreux commerçants d’Annonay qui ne rouvriront pas le rideau à la fin du confinement.

Autre voisin de ce puissant seigneur (saigneur ?) industriel, MP Hygiène, qui fabrique les gels hydroalcooliques, n’a jamais autant travaillé et créé d’emplois précaires payés au « lance-pierres ». La famille Miribel détient 100 % du capital de cette entreprise annonéenne. Depuis février, des centaines et des centaines de petits salariés ont trimé dur pour augmenter les bénéfices de ces grands patrons.

https://www.entreprendre.fr/marc-miribel-et-mp-hygiene-surfent-sur-la-crise-sanitaire/

Marc Miribel est l’actuel dirigeant. Il se défini comme le 5e représentant de la famille à diriger l’entreprise. Depuis 23 ans, il explique aux médias nationaux « avoir totalement modifié la physionomie de MP Hygiène, la développant en accéléré. Quelques chiffres suffisent à démontrer notre performance : 6 millions d’euros et 50 employés en 1997, 90 millions en 2019 pour 250 emplois il y a peu, et une année 2020 exceptionnelle qui devrait voir le chiffre d’affaires flirter avec les… 200 millions d’euros !« .

Fier de sa réussite quand les petits commerces, libraires, artisans, artistes, restaurants, bistrots, sont en train de « crever » à quelques centaines de mètres de là.

Le covid a été une « bénédiction » pour cette société qui annonce 200 millions de chiffre d’affaire en 2020 contre 91 millions l’an dernier. Si Davézieux (07) abrite son siège ardéchois, où elle dispose d’une unité de production, deux autres usines sont implantées à Annonay. Quant au site logistique, il se situe non loin de là, à Saint-Rambert-d’Albon dans la Drôme.

Et on peut démultiplier les exemples dans toutes les régions de France, où les petits sont en train de disparaître pendant que les grands patrons continuent de s’enrichir.

Ici et là, quelques-uns tentent de résister, à l’image de Écho éditions, maison d’édition généraliste basée à Strasbourg. La directrice Émilie Courts affiche son combat dans les grands médias régionaux de l’Est de la France. Dans le même temps, confrontée à l’inexplicable fermeture des librairies de France, elle a multiplié les sites internet pour « toucher » directement les lecteurs, en proposant notamment les frais de port gratuits à tous ceux qui commandent les ouvrages sur ses sites internet.

http://www.echo-editions.fr/librairie/

 

Cette publication de l’éditeur Écho éditions parle d’elle-même et fait le buzz sur les réseaux sociaux. Vous reconnaissez qui dans le roi Soleil ?

À ce stade une question se pose : Emmanuel Macron, Jean Castex et les autres bras cassés du gouvernement vont-ils poursuivre leurs fermetures des commerces qu’ils affirment « non essentiels » jusqu’à Noël ? Pour tuer ce qui reste de forces vives, indépendantes, travailleuses ? Car pour tous les commerçants, restaurateurs, bistrotiers, etc., fermés par la volonté du prince, le « Père Noël Macron est vraiment une ordure » !

Et il serait vraiment judicieux de lui imposer une expertise psychiatrique, pour vérifier qu’il n’y a pas de “fusible grillé”

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

 




Le premier juge de France mis en examen pour 4 agressions sexuelles

Pas de « cabane » pour le magistrat du CSM Jean Cabannes, mis en examen et laissé libre après une série d’agressions sexuelles. Pauvre France…

Incroyable, mais vrai ! Après le magistrat C. de Privas (Ardèche) condamné à des peines de prison pour escroquerie et piratage informatique
https://ripostelaique.com/magistrat-a-privas-le-jour-escroc-internet-la-nuit.html
Jean Cabannes, 65 ans, magistrat et membre du Conseil supérieur de la magistrature, chargé de sanctionner les magistrats qui dérapent, est à son tour mis en examen pour quatre agressions sexuelles commises notamment dans le métro parisien. Il a été contraint de démissionner. 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/11/un-membre-du-conseil-superieur-de-la-magistrature-mis-en-examen-pour-agressions-sexuelles_6059398_3224.html

https://www.leparisien.fr/faits-divers/un-membre-du-conseil-superieur-de-la-magistrature-mis-en-examen-pour-agressions-sexuelles-11-11-2020-8407915.php

Dans une France où 40 000 étudiantes en situation de précarité sont obligées de se prostituer pour survivre,
https://ripostelaique.com/octopus-accuse-macron-il-a-livre-40-000-etudiantes-a-la-prostitution.html
l’affaire Jean Cabannes prouve que notre pays est tombé bien bas dans la tragédie, la décadence et l’imposture.

Le magistrat du CSM trahi par les images de vidéosurveillance​

Ce sont les images de vidéosurveillance de la RATP qui ont démasqué l’un des plus hauts magistrats de France. Ces images montrent un homme portant un costume et une écharpe bleue, changeant de rame à chaque station sur la ligne 7. « Il avait un profil de prédateur et ne restait dans un wagon que lorsqu’il avait trouvé une proie », commentent les enquêteurs. Ce jour-là, une jeune femme de 19 ans est agressée sexuellement dans le métro par ce suspect.

Trois autres femmes, un peu plus âgées, ont été, elles aussi, victimes de violences sexuelles en 2018 et 2019 selon le même mode opératoire, dans le même secteur. Des images permettent de rapprocher les quatre affaires, ainsi qu’un détail : le suspect tremble anormalement des mains.

Cette information, hyper-gênante pour le ministre de la Justice Éric Dupond- Moretti, a été révélée ce 12 novembre par nos confrères de la rédaction de l’hebdomadaire « Le Point », qui a eu accès aux sources judiciaires. Nos confrères écrivent notamment : « Après un long travail d’enquête, un homme est placé en garde à vue le 18 mai. Et ce n’est pas n’importe qui. Il s’agit de Jean Cabannes, 65 ans, officier de l’ordre national de la Légion d’honneur et officier de l’ordre national du Mérite. Ce haut fonctionnaire est membre du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). »

Il a été placé sous contrôle judiciaire alors qu’un citoyen ordinaire aurait été écroué

L’ennui, pour le ministère de la Justice, c’est que ce prédateur sexuel officie à la tête du Conseil supérieur de la magistrature depuis janvier 2019. Nommé pour quatre ans, Jean Cabannes, ex-directeur de cabinet du président du Sénat, est chargé notamment de nommer et juger les magistrats. Mais pas de « cabane » pour Jean Cabannes, juste placé sous contrôle judiciaire alors qu’un citoyen ordinaire aurait été écroué pour le vol de deux pommes !

Selon une source proche du dossier, contactée par téléphone, mais qui souhaite conserver l’anonymat, « C’est sur ses trajets vers le CSM qu’il aurait approché ses victimes. L’instance l’oblige à démissionner le 12 juin, alors qu’une commission devait statuer sur son cas. Il a été mis en examen un mois plus tôt, le 19 mai, pour quatre agressions sexuelles et placé sous contrôle judiciaire » confirme cette source judiciaire.

Selon nos confrères de la rédaction du Point, « Le dénouement dans cette affaire prend sa source lors de la déposition de la quatrième victime, le 5 février. La jeune femme raconte qu’un homme est monté dans sa rame à la station Jussieu (Paris). Il est venu directement se poster derrière elle avant de toucher son sexe. Elle demande à son agresseur d’arrêter. Pour toute réponse, celui-ci l’aurait alors regardée avec un petit sourire, avant de lui montrer son excitation en se léchant les lèvres.

« Mais dès le 6 janvier 2018, une femme s’était rendue au commissariat pour le même type de faits. Elle explique qu’elle a été abordée dans la rue, près de la station Châtelet, par un homme qui lui a proposé un massage. Ce dernier lui aurait palpé les seins avant de l’embrasser de force…. ». Les images ont prouvé qu’il s’agissait de ce haut responsable du Conseil supérieur de la magistrature (CSM).

Des recherches intenses sont effectuées durant les mois de février et mars 2020 suivant la plainte la plus récente, le long de la ligne 7. Des commerçants finissent par identifier l’agresseur présumé. Les enquêteurs parviennent même à suivre le suspect. Ils comprennent alors qu’il s’agit d’un membre du Conseil supérieur de la magistrature, l’instance de contrôle qui vient par exemple de rendre un avis sur le cas François Fillon et dont les locaux sont situés à 100 mètres de la station Chaussée-d’Antin.

L’information a été camouflée de longs mois par le ministère de la Justice et par le parquet de Paris, plus prompt à jeter en pâture à la presse quelques dealers ou voleurs de voiture, des cambrioleurs occasionnels. Car la doctrine est simple à la Chancellerie : il faut protéger, coûte que coûte, l’institution et les magistrats qui dérapent.
Ce nouveau cas doit imposer une réforme du système et un suivi de tous les magistrats. Car tous ces juges peuvent, du jour au lendemain, vous priver de liberté. Il serait donc judicieux de leur imposer une expertise psychiatrique chaque année, pour vérifier qu’il n’y a pas de “fusible grillé”

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

‌Il y a bien sûr d’autres affaires judiciaires où des magistrats sont impliqués. Voici les principales :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/nimes-avocat-general-radie-avoir-tente-voler-billet-20-euros-1072511.html

https://www.lepoint.fr/justice/un-haut-magistrat-vire-pour-avoir-tente-de-voler-20-euros-a-un-collegue-25-08-2016-2063731_2386.php

https://www.ladepeche.fr/2020/06/12/dijon-un-magistrat-mis-en-examen-pour-avoir-propose-des-rapports-sexuels-avec-sa-fille-12-ans-a-des-inconnus-sur-internet,8929709.php

https://www.leparisien.fr/faits-divers/le-haut-magistrat-detenait-plus-de-5-000-images-pedophiles-19-06-2006-2007087953.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Magistrat_condamn%C3%A9_p%C3%A9nalement_ou_sanctionn%C3%A9_disciplinairement

https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/poitiers-un-juge-suspendu-et-condamne-pour-des-violences-conjugales




Magistrat à Privas le jour, escroc internet la nuit

S’inspirant de « docteur Jekyll et mister Hyde », un magistrat près le TGI de Privas était juge la journée et pirate du web la nuit. Ses collègues ardéchois n’ont jamais eu de soupçon sur cette double vie, malgré son train de vie.

Magistrat le jour au tribunal de grande instance de Privas, où il condamnait les délinquants, le juge était pirate informatique la nuit et détournait d’importantes sommes d’argent. Fin octobre, il était jugé pour escroqueries, blanchiment et prise du nom d’un tiers.

https://actu.fr/normandie/caen_14118/a-caen-le-magistrat-stagiaire-devenait-pirate-informatique-la-nuit_37033876.html

https://fr.news.yahoo.com/magistrat-stagiaire-jour-pirate-informatique-094200667.html

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/magistrat-stagiaire-le-jour-pirate-informatique-la-nuit/ar-BB1avdxv

Jugé fin octobre 2020 devant le tribunal de grande instance de Caen, dans le cadre du dépaysement de l’affaire, ce magistrat de  34 ans, ancien gendarme, très doué en informatique, poursuivi pour diverses escroqueries au préjudice de la justice, a finalement été condamné à 3 ans de prison dont 18 mois ferme possiblement aménageables.

Ce magistrat, pourtant bien payé, n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Fin octobre 2020, le préjudice s’élevait à 73 974 euros. Il devra aussi continuer à suivre des soins…

« Je savais bien qu’un jour je serais pris » a reconnu à la barre ce magistrat de 34 ans, qui  a utilisé les logiciels internes de la justice, Cassiopée et Chorus, pour une escroquerie inédite. Dans ces fichiers internet, qu’il épluchait minutieusement, le juge privadois a constaté que les  contrôles étaient limités sur les honoraires d’expertises réglés par les tribunaux. Alors, la nuit venue, il « rédigeait » de fausses procédures, puis inondait les 36 cours d’appel de France de demandes de règlement d’expertises psychiatriques soi-disant réclamées par des procureurs. La cadence était soutenue : jusqu’à deux dossiers par jour pendant six mois en 2017.

Un compte bancaire à Malte pour les besoins de l’escroquerie

Entre 2015 et 2017, les faux dossiers ont rapporté 73 600 euros à celui qui, selon la présidente du tribunal, « consacrait ses journées à juger des escroqueries et en commet lui-même la nuit ». L’argent était d’abord versé sur un compte ouvert sous une fausse identité, puis immédiatement viré auprès d’une banque à Malte. Après blanchiment par l’achat de bitcoins, le « juge pirate » bien organisé récupérait des espèces.

C’est une greffière de la cour d’appel de Caen qui a découvert le stratagème. Interpellé au palais de justice de à Privas, son lieu de travail en novembre 2017, il a passé quatre mois en détention provisoire, alors que les autres délinquants y restent beaucoup plus pour des faits moins graves.

Bien sûr, le quotidien régional « le Dauphiné Libéré » n’a pas consacré une ligne à cette affaire, dans le cadre de l’indépendance rédactionnelle. Heureusement, dans le cadre de l’égalité de traitement des délinquants et escrocs, un certain nombre de médias nationaux livrent l’info et les détails de cette web escroquerie, qui aurait coûté près de 74 000 euros aux contribuables pour le seul budget justice.

https://www.lepoint.fr/justice/magistrat-stagiaire-le-jour-pirate-informatique-la-nuit-29-10-2020-2398625_2386.php

‌Il y a bien sûr d’autres affaires judiciaires où des magistrats sont impliqués. Voici les principales :

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/08/22/01016-20080822ARTFIG00261-un-magistrat-de-montpellier-en-prison-pour-corruption-.php

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/nimes-avocat-general-radie-avoir-tente-voler-billet-20-euros-1072511.html

https://www.lepoint.fr/justice/un-haut-magistrat-vire-pour-avoir-tente-de-voler-20-euros-a-un-collegue-25-08-2016-2063731_2386.php

https://www.ladepeche.fr/2020/06/12/dijon-un-magistrat-mis-en-examen-pour-avoir-propose-des-rapports-sexuels-avec-sa-fille-12-ans-a-des-inconnus-sur-internet,8929709.php


https://www.leparisien.fr/faits-divers/le-haut-magistrat-detenait-plus-de-5-000-images-pedophiles-19-06-2006-2007087953.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Magistrat_condamn%C3%A9_p%C3%A9nalement_ou_sanctionn%C3%A9_disciplinairement

https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/poitiers-un-juge-suspendu-et-condamne-pour-des-violences-conjugales

https://www.leparisien.fr/faits-divers/un-magistrat-condamne-21-06-2006-2007094080.php

Ces quelques liens ne constituent pas une liste exhaustive, mais visent à montrer que de nombreux citoyens, ayant commis de minimes infractions ou des excès de vitesse, sont souvent jugés par des magistrats ayant un lourd passif. Un passif souvent plus lourd que les justiciables convoqués à la barre.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411




Scandale Halimi : la juge Ihuellou, symbole d’une justice collabo soumise à l’islam

Cela fait à présent 9 mois que Sarah Halimi a été assassinée, en pleine nuit, de manière particulièrement sordide, par un musulman du quartier, qui s’est introduit par la fenêtre de son appartement.

Dans le journal Causeur, Noémie Halioua raconte le calvaire de la malheureuse, frappée, torturée, insultée, aux cris récurrents d’Allah akbar, quarante-cinq minutes durant, à 4 heures du matin, sans que personne n’intervienne. Elle finira défenestrée et mourra, à l’âge de 65 ans.

https://www.causeur.fr/sarah-halimi-meurtre-antisemitisme-islam-144823?

Ce fut alors un grand silence radio, pour des raisons qu’on connaît à présent. Nous étions en pleine campagne électorale, et les journalistes, ainsi que les politiques au pouvoir, ne voulaient pas qu’un tel événement puisse profiter à Marine Le Pen. Les dirigeants les plus en vue de la communauté juive, qu’ils appartiennent au Crif ou à la Licra, ayant décidé que la candidate du FN était le pire danger pour les juifs de France, se feront, honteusement, complices de ce silence d’Etat. Pendant toute la campagne, Gilles-William Goldnadel, avocat de la famille Halimi, sera bien seul à dénoncer la réalité antisémite de ce crime.

Charles Demassieux, une journée après le meurtre, montrait cet assourdissant silence médiatique.

https://ripostelaique.com/un-musulman-de-27-ans-assassine-une-juive-de-66-ans-silence-mediatique.html

Frédéric Sroussi, toujours sur Riposte Laïque, parlait d’une affaire d’Etat.

https://ripostelaique.com/une-affaire-detat-le-martyre-de-sarah-halimi-massacree-aux-cris-dallah-akbar.html

Le pire est que la seule candidate à s’être réellement indignée sera Marine Le Pen. Mais parmi les scandales qui ont suivi cette affaire, le moindre ne sera pas la plainte déposée par le procureur Gregory Weill contre Christine Tasin, parce qu’un voisin de la victime avait retrouvé son livre « Les assassins obéissent au Coran » dans sa boite aux lettres !

Résumé de la ligne collabo du procureur Weill : les islamistes tuent des juifs en plein Paris, poursuivons ceux qui dénoncent les assassins !

https://ripostelaique.com/france-collabo-sarah-halimi-massacree-le-procureur-weill-poursuit-christine-tasin.html

Mais dans cette affaire, le sordide n’aura pas de limite. En effet, la justice, au service de l’appareil d’Etat, multiplie les prétextes, depuis ce crime raciste, pour le banaliser, nous faire le coup du déséquilibré en crise, occulter la religion de l’assassin, et surtout les cris haineux et antisémites proférés 45 minutes durant.

Allant au bout de cette ligne, la juge Anne Ihuellou vient donc de refuser de classer comme antisémite le meurtre de la malheureuse retraitée.

Comme si la soumission de cette justice de dhimmis aux islamistes n’était pas suffisamment évidente, plusieurs décisions, ces derniers jours, viennent de confirmer que cette magistrature, à de trop rares exceptions, ne pouvait plus prétendre rendre la justice au nom du peuple français, mais qu’elle agissait de plus en plus comme une justice d’exception, au service de l’islam.

A la fin de l’année 2017, notre président israélien, Guy Sebag, a été convoqué par la Brigade de Répression de la Délinquance à la Personne et son chef, le commandant Robidou. Le prétexte : un signalement du Mrap, suite à la campagne d’autocollants impulsée par Riposte Laïque et Résistance républicaine. Il y a quelques jours, c’était au tour de Christine Tasin de subir un interrogatoire policier pour les mêmes raisons. Bien sûr, dans les deux cas, le Parquet, aux ordres du gouvernement, a donné suite au signalement, et demandé à la police d’enquêter, avant l’inévitable prochaine inculpation de Guy et Christine.

Le juge Yves Madré, lui, n’a pas hésité une seconde, le 15 janvier dernier, à mettre en examen Pierre Cassen, préférant s’appuyer sur deux décisions de justice où il était reconnu responsable de publication, que sur trois autres décisions, qui l’innocentaient de ce grave délit. Il a agi exactement comme d’autres juges d’instruction, Batoz, Huguet et Van Geyte, l’avaient fait précédemment, alors que notre fondateur leur a fourni à tous des dossiers solides, prouvant qu’il n’était plus directeur de publication depuis octobre 2012, même s’il demeure actif au sein de notre mouvance.

De même, les patriotes n’oublieront jamais l’inique et scandaleuse condamnation de Pierre Cassen et Pascal Hilout, par la 17e Chambre, puis la Cour d’Appel, où, à cause des juges Claude Civarelo, Marie Mongin, Alain Bourla, Sophie Portier, François Reygrobellet, Sophie-Hélène Château. De manière scandaleuse, ils durent acquitter la somme exorbitante de 30.000 euros, tout compris, pour avoir simplement expliqué la stratégie de conquête de l’islam, et comment s’en protéger. Les peines de prison avec sursis demandées par le procureur Chauvelot sont également encore dans les têtes, tout comme celles demandées par le procureur Chevrier à l’encontre de Christine Tasin.

https://ripostelaique.com/sophie-portier-nique-la-france-mais-pas-touche-a-lislam.html

Vous avez appris, dans l’interview de Sébastien Jallamion par Martine Chapouton, que l’ancien policier avait été entendu par les gendarmes de l’Ardèche, suite à un nouveau signalement du CCIF, émanation des Frères musulmans, qui ont osé signaler au Parquet que Sébastien avait twitté : « Tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont musulmans ». Comment ne pas qualifier de « collabo » et de « dhimmi » le Parquet et ses magistrats qui ont pu instruire un tel signalement ?

https://ripostelaique.com/sebastien-jallamion-convoque-chez-les-gendarmes-sur-denonciation-du-ccif.html

Nous pourrions parler des prochains procès qui attendent Pierre Cassen et Christine Tasin, suite à la plainte, elle aussi instruite, de l’association musulmane d’Auvergne, liée elle aussi aux Frères musulmans, « L’Aube du Savoir », suite à un reportage de Maxime Lepante, lors d’une de leurs fêtes auvergnates.

Nous pourrions parler aussi de tous ces procès intentés à Christine Tasin, pour avoir utilisé des qualificatifs à l’encontre de l’islam qui lui vaudront les tribunaux, montrant que les procureurs et les juges avaient réintégré dans leur logiciel le délit de blasphème, et qu’ils se comportaient comme si la France était désormais régie par les règles de la charia.

Une magistrature docile, aux ordres du pouvoir, passe son temps à relativiser les crimes commis au nom de l’islam, à en nier la nature, à en absoudre les auteurs, à les remettre en liberté, quand elle s’acharne sur les résistants qui pointent du doigt la vérité, et la nature du dogme au nom desquels se commettent, tous les jours, des crimes et autres actes de barbarie, en France, en Europe et dans le monde.

Dans un récent édito, Cyrano expliquait les raisons pour lesquels il s’affranchissait de la règle s’interdisant de commenter une décision de justice. Il multipliait les exemples prouvant l’acharnement des magistrats actuels contre les trop rares résistants.

https://ripostelaique.com/et-comment-que-nous-allons-commenter-les-decision-de-justice-des-magistrats-collabos.html

Et il concluait par un rappel historique incontestable. « Ainsi, à la fin du XIXe siècle les juges condamnaient les juifs. En 1936 ils condamnaient l’extrême droite. De 1940 à 1945 ils condamnaient les résistants. A partir de 1945 les mêmes juges, jamais inquiétés, ont condamné les collabos. En Algérie, de 1954 à 1962, ils condamnaient les terroristes du FLN et leurs complices, dont certains seront guillotinés. Après 1962 les mêmes juges condamnaient les militants de l’OAS ».

Il aurait pu ajouter que, de tout temps, les résistants ont eu de la mémoire.

Paul Le Poulpe




J’ai eu droit à ma première mise en examen de l’année : 2018 débute fort !

 

Il est difficile de ne pas être un peu irrité quand vous apprenez, en allant chercher une lettre recommandée chez un huissier, que vous serez convoqué par un juge d’instruction, le lundi 15 janvier 2018, à 11 heures 30, et que celui-ci envisage de vous mette en examen, rien de moins !

C’est d’abord agaçant, parce qu’il faut aller chercher cette lettre chez l’huissier, et que cela coûte, entre le déplacement en voiture, le parking et l’attente, environ une heure de votre précieux temps.

C’est d’autre part exaspérant, parce que, quoi que je dise, je sais qu’à l’issue de l’interrogatoire, le juge d’instruction me mettra en examen, et m’enverra devant la 17e Chambre. Je commence juste à en avoir l’habitude, car cette audition était la sixième du genre que j’ai connue. Sans parler de la quinzaine d’interrogatoires de police !

J’ai réussi, dernièrement à éviter une convocation à Lille, par un OPJ qui, sur demande d’un juge d’instruction, voulait m’entendre, suite à une plainte de Gérard Darmanin, qui n’avait pas encore trahi LR pour rejoindre Macron à l’époque. A noter que c’était le premier homme classé à droite qui déposait plainte contre notre site, et que la présidente des éditions Riposte Laïque, ainsi que le trésorier, avaient été convoqués à Lille, à la demande de ce juge. Une journée de foutue, 600 bornes aller et retour, par l’autoroute.

https://ripostelaique.com/le-renegat-gerald-moussa-darmanin-depose-plainte-contre-riposte-laique.html

J’avais fait savoir, quant à moi, au téléphone, que je ne perdrais pas une journée, et de l’argent qui ne me serait pas remboursé, à monter sur Lille, et que j’étais prêt à répondre à des interrogatoires par courriel, où dans des commissariats situés plus près de chez moi. Et finalement, j’ai été, en début d’année 2018, questionné, avec l’accord du juge, par courriel, ce qui fait gagner du temps à tout le monde.

Cette fois, impossible, il faut donc se déplacer. Il faut donc trouver des compensations, pour se consoler du fait de devoir perdre une grande partie de sa journée, et d’avoir dû revenir en région parisienne, et m’organiser pour être présent à cette convocation (il m’arrive parfois d’en demander l’ajournement, ce qui, en général, m’est accordé).

D’esprit volontiers frondeur, je décide donc de prendre ma vieille 306, qui appartenait à mon père et à ma mère, et d’aller à Paris avec. Seule problème, je commets délibérément un délit, puisque ladite voiture date de 1996, en est à 300.000 km au compteur, et que Madame Hidalgo, se croyant sous l’Ancien Régime, a décidé que mon véhicule de manant (qui vient pourtant de passer avec succès le contrôle technique, moyennant 70 euros) ne devait plus polluer sa Ville, ni incommoder les narines sensibles des bobos parisiens, ni celles des délicats migrants. Donc, on me pique du fric pour certifier que ma voiture peut rouler, mais on m’interdit quand même de l’utiliser dans la capitale de mon pays. Eh bien, ma façon à moi de commencer la semaine en faisant un pied de nez à Hidalgo sera de la prendre quand même (la voiture).

J’ai en général une petite combine pour laisser mon véhicule à dix minutes à pied du Palais de Justice, qui, faut-il le rappeler, sera transféré dans un quartier pourri (non, non, vous ne me ferez pas parler comme Trump), futuriste et laid à souhait, dans les prochains mois.

Homme prudent, ayant horreur d’arriver en retard, je décide donc de partir à 9 heures, pour être certain de ne pas faire attendre mon juge. Jusqu’à Paris, sur les quais, c’est incroyable, je ne subis pas un seul bouchon. J’en arrive même à m’interroger : et si Anne Hidalgo était finalement un maire exceptionnel, et que je me sois trompé sur elle ? Je suis d’autant plus stupéfait que les policiers paraissent en nombre, et qu’ils sifflent de partout, pour faire la circulation. Et finalement, ils me font passer au feu rouge à plusieurs reprises, et je bats mon record ! 1 heure et 12 minutes entre le départ de chez moi, et mon arrivée à mon parking secret, un lundi matin ! D’habitude, cela tourne entre 1 h 30 et 2 heures !

Je prends donc le temps de relire le dossier que je me suis préparé, de boire un chocolat bien chaud, et d’aller à pied (10 minutes) au Palais de Justice, situé Boulevard du Palais.

A peine ai-je fait 5 minutes que me voilà bloqué par un cordon de CRS, qui empêche tout passage de voiture, mais aussi de piéton. Un homme, de couleur, fort sympathique, vient vers moi.

– Ou allez-vous, Monsieur ?
– Au Palais de Justice.
– Vous êtes avocat ?
– Non gibier de potence.

Il rit de bon coeur.
– Vous voulez dire citoyen ?
– Si vous voulez.
– Alors je vais vous accompagner au Palais de justice.
– Est-ce vraiment indispensable ?
– Finalement, non, passez.
– Au fait, que se passe-t-il ?
– Convoi officiel, Monsieur.

Je passe donc plusieurs barrages, et me retrouve devant le tribunal. J’ai l’habitude, et comme à cette heure là, il n’y a pas la queue, je rentre de suite.

Premier contrôle, comme à l’aéroport. Et tout cela grâce à qui ? Aux soldats d’Allah, encore eux ! Il faut retirer sa veste, tout ce qu’on a dans les poches, poser cela dans des bacs en plastique, et passer devant un détecteur de métaux. Ouf, cela ne sonne pas, pas besoin de fouille supplémentaire.

Je trouve rapidement l’endroit où le juge m’a convoqué. 40 minutes d’avance. Je m’assois donc sur un banc, dans les couloirs, et me livre à un de mes exercices préférés : l’observation. Je vois passer nombre d’avocats et de sémillantes petites avocates, tous avec un air important, et nombre de dossier sous les bras. Des salariées, souvent femmes, avec également plein de dossiers. Et, dans les couloirs, un nombre important de diversité, qui semble donner raison à Renaud Camus. Je suis à vingt mètres de la guérite, où on doit m’appeler. J’entends à plusieurs reprises des personnes qui parlent très fort, et font profiter l’ensemble des autres convoqués de leur conversation, qui pourtant, ne nous intéresse pas. Toujours des Africains.

Je suis enfin appelé à 11 h 32, le juge est ponctuel, cela fait plaisir. Mais je dois à nouveau faire face à un nouveau contrôle policier. Il y a un sas, et je suis à nouveau fouillé, devant poser encore toutes mes affaires dans un bac. D’un esprit persifleur, je ne me peux m’empêcher de constater que les juges, dont beaucoup d’entre eux militent pour l’abolition des frontières, et interdisent aux Français de se défendre face aux agressions, sont, eux, comme nos politiciens d’ailleurs, fort bien protégés. Et je ne peux m’empêcher d’imaginer qu’on ne rentre pas chez eux comme cela, et qu’ils doivent avoir un digicode, pour beaucoup d’entre eux.

Le policier m’explique qu’il faut encore monter un étage, et se propose de m’accompagner. Sympa. J’arrive donc devant la porte du juge, qui est ouverte. Il est avec une sténographe, et me propose d’entrer. Il s’installe devant son bureau, plein de dossiers volumineux, et me fait signe de m’asseoir. Il a plutôt l’air sympathique, au premier abord.

C’est mon sixième juge d’instruction, et c’est le premier homme que je rencontre. Les cinq fois précédentes, j’ai été mis en examen, y aura-t-il cette fois une variante ?

Le juge me dit que je suis là pour m’expliquer quant à ma responsabilité supposée de directeur de publication, suite à la diffusion d’un article d’un nommé Géronimo, qui aurait gravement insulté et même menacé de mort un grand chef policier.

http://ripostelaique.com/nos-policiers-se-suicident-et-nos-galonnes-sen-foutent.html

Comme toujours, je mets à la disposition du juge un dossier assez complet, où je lui montre trois décisions de justice qui confirment que je ne suis plus le directeur de publication de Riposte Laïque depuis octobre 2012. Je démontre qu’il est difficile d’avoir condamné Alain Jean-Mairet, notre président suisse de l’époque, comme directeur de publication, et d’accuser en même temps Pierre Cassen de l’être également.

Bref, je répète pour la énième fois ce que j’ai déjà dit des dizaines de fois à des policiers ou à des juges. Mon interlocuteur m’écoute attentivement, et me dit qu’il a également dans son dossier deux récentes condamnations, qui font qu’il pense que je suis toujours le vrai responsable de RL. Je ne peux m’empêcher de constater que ce juge préfère donc faire confiance aux décisions de justice qui me condamnent, qu’à celles qui me relaxent. Et que manifestement, il paraît avoir quelques idées préconçues concernant mon rôle. Intéressant.. Et donc, sans surprise, il me met en examen.

Il me dit qu’il devra m’interroger une nouvelle fois, en présence de mon avocat. J’exprime ma surprise, et surtout mon refus. Habituellement, je ne suis convoqué qu’une fois, c’est déjà assez pénible, je ne vais pas revenir une deuxième fois. Je l’informe donc que je ne me déplacerai pas à nouveau pour cette affaire. Il me dit qu’il en prend acte, et qu’il ne devrait pas requérir pour autant la force publique. J’en suis ravi, mais ayant déjà été victime d’une perquisition policière il y a bientôt deux ans, je m’attends à tout.

On s’est tout dit, cela a duré une demi-heure. Je me lève et me prépare à partir, mais, homme bien élevé, je lui dis au revoir, en lui serrant la main. Il paraît surpris, et ne lève pas la tête pour me regarder dans les yeux, ce que je fais toujours quand je serre la main de quelqu’un.

Des amis parisiens m’attendaient, à un lieu de rendez-vous proche du Palais de Justice. Autant joindre l’utile à l’agréable. Avec humour, ils me proposent un apéro pour fêter cette première mise en examen de l’année. J’accepte, bien sûr.

Je me dis que Riposte Laïque publie, chaque jour, sous la responsabilité de nos amis suisses et du nouveau président de RLS, Guy Sebag, entre 10 et 15 articles, qui, par leur critique radicale de l’islam et de l’invasion migratoire, peuvent occasionner, chaque jour, au moins une plainte de ceux que Bruno Lafourcade appelle « Les Ligues de Vertu » et de leurs complices du Parquet. Et je ne parle pas des 500 commentaires publiés et validés par nos modérateurs, qui en annulent en moyenne une centaine par jour. Et donc, dans ce contexte, je me dis que, vu que RL ne paraît pas décidé à baisser la garde, et que cela me retombe à chaque fois dessus, mon ami et avocat Maître Pichon ne devrait pas manquer de travail.

Dans le contexte actuel, donc, comment ne pas donner raison à mon ami Gérard Boyadjian, qui parle de mort de la liberté d’expression en France ?

Tiens, je viens d’apprendre qu’un contributeur de Riposte Laïque menaçait d’égorger les juges…

http://www.leparisien.fr/essonne-91/fleury-merogis-detenu-dans-une-affaire-de-terrorisme-il-menace-d-egorger-les-juges-15-01-2018-7502742.php

Ah non ! C’est un musulman, probablement déséquilibré, qui se plaignait de ne pas avoir sa Play Station en prison.

Ouf !

Pierre Cassen




François Hollande : la descente aux enfers

AV GROT AMélioré
François Hollande donne au monde l’image d’un président préhistorique, qui passe plus de temps à festoyer qu’à gérer la France. D’où cette descente aux enfers.
av repas
 
Pas de trêve pascale pour l’impopularité croissante de François Hollande, 24e président de la République française. Les plus récents sondages commandés par les services du Palais de l’Elysée indiquent que « Seuls 3% des Français souhaitent le voir se représenter. 81% des sympathisants socialistes réclament une primaire, avec ou sans le Président… ». François Hollande paie au prix fort l’échec de sa politique syrienne (lire aussi http://ripostelaique.com/comment-lambassadrice-de-bachar-a-ridiculise-les-bras-casses-hollande-fabius.html), de sa politique agricole (lire aussi http://ripostelaique.com/jets-de-bouses-de-vaches-huees-pour-hollande-au-salon-de-lagriculture.html ), de sa politique sociale (lire aussi  http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html ), de sa politique économique dans une France où tout va mal, surtout pour les patriotes qui travaillent dur, dans une France en plein désarroi, où nos paysans se suicident pour échapper aux huissiers, dans une France où des intégristes égyptiens utilisent le pays comme base-arrière, dans une France où les projets de mosquées ou de centres cultuels musulmans intégristes se multiplient, dans une France où les entreprises licencient à tour de bras, où le groupe Aoste ferme son usine « Calixte » à Boffres en Ardèche, dans une France où peu d’entreprises innovent, créent des emplois et beaucoup disparaissent , dans une France où beaucoup de magistrats découragés diagnostiquent « La fin des juges », à l’image de Marie-Odile Theoleyre dans son remarquable livre (http://suite101.fr/article/actualite–la-fin-des-juges-dans-une-societe-en-pleine-folie-a35178), certains juges, et certains élus, ici et là, redressant la tête et stoppant des errements, en faisant prévaloir l’intérêt républicain.
La mauvaise gestion du dossier « terrorisme » par des collaborateurs incompétents de François Hollande (lire aussi http://ripostelaique.com/surnomme-r2d2-lemploye-de-banque-cazeneuve-naurait-jamais-du-finir-a-linterieur.html ) et par les services de renseignements français, ainsi que par les agents des services de renseignements intérieurs (lire aussi http://ripostelaique.com/exclusif-massacres-terroristes-dus-a-faillite-renseignement.html ) ont contribué à cette inexorable descente aux enfers de François Hollande.

Notre analyse est confortée par une enquête de l’hebdomadaire L’Express reprise par Wikipédia, qui expose, à partir des résultats de plusieurs sondages, cinq raisons à l’impopularité croissante du président de la République : absence de gouvernance, absence d’autorité, absence de ligne directrice, opposition d’une partie de la population au projet d’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe, promesses économiques non tenues. L’éditorialiste François Lenglet estime ainsi que c’est le non-respect de trois promesses fondamentales ayant trait à l’économie du pays (celle de la résorption du déficit public à 3 % du PIB en 2013 – s’établissant finalement à 4,1 % -, celle d’inverser la courbe du chômage cette même année et l’engagement de « stabilité fiscale ») qui explique une grande partie de la très forte et persistante impopularité de l’exécutif. L’affaire Cahuzac et ses prises de position dans le conflit syrien ont également un impact négatif sur la perception de son action.

François Hollande représenté aux côtés d’Angela Merkel, symbolisant l’importante influence de l’Allemagne au sein de l’Union européenne.

En octobre 2013, l’affaire Leonarda avait renforcé l’impopularité de François Hollande : alors qu’auparavant les mauvais résultats économiques et les hausses d’impôts en constituaient les facteurs essentiels, Le Point note que cette affaire impacte directement le jugement de la personnalité de François Hollande ; en novembre 2013, il est considéré comme le président le moins courageux de la Ve République et apparaît, d’après une analyse de BVA, comme « incapable de trancher ». Le même mois, le baromètre Ifop indique que François Hollande bat le record d’impopularité pour un président de la Ve République, avec seulement 20 % d’avis favorables.

Dès 2013, l’hypothèse que Manuel Valls lui soit préféré en vue de la présidentielle de 2017 est évoquée. Plusieurs sondages donnent en effet François Hollande éliminé de la compétition présidentielle dès le premier tour. À la suite des élections municipales et européennes de 2014, qui sont un échec pour la gauche, sa popularité continue à diminuer (18 % de satisfaction contre 82 % de mécontents selon le baromètre Ifop), y compris chez les sympathisants socialistes, qui ne lui accordent plus majoritairement leur confiance. Son impopularité record sous la Cinquième République est confirmée en septembre 2014 par tous les instituts de sondage, avec des taux d’opinions favorables allant de 13 à 19 %.

 Du jamais vu pour un président de la République. A croire que le sobriquet, « Monsieur 3% », qu’on lui prêtait quelques mois avant la primaire socialiste de 2011, lui colle à la peau. A l’époque, ce chiffre représentait la part de sympathisants socialistes qui souhaitaient voir le candidat Hollande désigné pour la présidentielle de 2012. On connaît la suite. Mais quatre ans plus tard, et un an avant la nouvelle élection présidentielle, François Hollande est retrouvé à un niveau de popularité très faible. A la nuance près que ce taux concerne désormais l’ensemble des Français.

Seulement 15% des sympathisants socialistes en veulent

Selon les derniers sondages, seules 3 % des personnes interrogées souhaitent voir François Hollande se représenter en 2017. Un chiffre très faible, supérieur chez les sympathisants socialistes, mais encore dramatiquement bas pour un président sortant. Chez les sympathisants socialistes, ils ne sont en effet que 15% à souhaiter qu’il se présente à sa propre succession. Il est devancé auprès de cette population par Valls (40 %) et par Martine Aubry, d’une courte tête (16%).

81% des sympathisants du PS se déclarent favorables à une primaire à gauche

Pour la première fois dans l’histoire de la V ème République, un président sortant semble obligé, par ses propres supporters, à passer sous les « fourches caudines » d’une primaire dans son propre camp. Car 81% des sympathisants socialistes souhaitent la tenue d’une primaire pour désigner leur candidat pour 2017. Et ce dans l’hypothèse où François Hollande se représente. Des résultats désastreux, très sévères pour le président de la République, qui est largement désavoué et humilié par son propre camp.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411




Faut-il juger les juges ?

av juge burgaud

Faut-il juger les juges lorsqu’ils se sont trompés ou lorsqu’ils ont été désavoués ?

 

A la fin des années 70, près de 90 % de l’activité des juges était consacrée à la lutte contre la criminalité, la délinquance. Depuis 20 ans, de plus en plus de magistrats se veulent les « censeurs » de la vie politique, de la presse, et ce sont autant de moyens humains qui font défaut dans la lutte contre la criminalité organisée, la petite délinquance. Le « mariage de raison » (et non d’amour) qui prévalait entre les magistrats et les journalistes dans les années 80 a volé en éclat. Alors même que l’impartialité des juges est mise en cause, chaque jour. Certains juges ont même jeté le discrédit sur des commissaires de police efficaces, en reprochant à ces flics de terrain d’avoir « franchi la ligne rouge dans leurs recherches d’informations au sein du grand banditisme ». Mais, personne n’ose sanctionner, de manière exemplaire, les magistrats qui dérapent, à l’image de l’affaire d’Outreau.

Plusieurs magistrats se sont même interrogés sur l’indépendance de certains juges vis à vis de certaines religions (lire aussi http://ripostelaique.com/des-juges-francais-infeodes-a-certaines-religions.html ). La question méritait d’être posée, après que la Ministre de la Justice Christiane Taubira ait annoncé, le 27 avril 2015, aux journalistes accrédités auprès de son ministère, l’octroi de 2,7 M€ de crédits sur 3 ans
«destinés à mettre en place des formations à la laïcité pour les magistrats et les personnels des juridictions ».

 

La rentabilité domine aussi l’institution. Avec un management à la japonaise. Du coup, plusieurs magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », à l’image de Marie-Odile Theoleyre dans son remarquable livre.

 

Au pénal surtout, mais aussi dans une moindre mesure au civil, les juges français ont un pouvoir plus important que leurs homologues des autres démocraties (en particulier les pays anglo-saxons de Common law), qui doivent s’effacer beaucoup plus souvent qu’eux, dans la prise des décisions, derrière des jurés populaires, qu’on ne trouve en France que dans les cours d’assises (encore dans celles-ci les juges professionnels ont-ils une influence importante, voire prépondérante, à en croire des confidences de jurés).

Ce constat est partagé par Benoît Garnot, agrégé d’histoire et docteur ès lettres, qui enseigne l’histoire de la justice à l’université de Bourgogne depuis 1988 et est l’auteur de nombreux ouvrages. Son dernier livre Histoire des juges en France, de l’Ancien Régime à nos jours est aux éditions Nouveau monde est meilleur qu’un diagnostic médical. 

av jugL’image du juge au XIX ème siècle : dépassée ?

 

L’auteur y décrypte les caractéristiques des magistrats en France. Il estime que les justiciables doivent être en droit de demander des comptes aux juges. Car le pouvoir des juges concerne le quotidien des procès, et donc le quotidien des Français.

Certes, les juges ont toujours été décriés, quels que soient l’époque et le lieu. La critique de la justice, et par conséquent des juges, était déjà très importante dans l’Antiquité : voyez Aristophane! Dès lors, pour Benoît Garnot, « La critique des juges n’a jamais cessé depuis. On a accusé les juges d’incompétence, de partialité, de concussion, de cruauté, d’insensibilité…, le plus souvent à tort (pas toujours cependant). Alors pourquoi une telle hostilité? Parce que tout procès fait au moins un mécontent, le perdant, et le plus souvent deux, quand le gagnant estime qu’il n’a pas reçu assez ou que l’autre n’a pas été suffisamment puni, ce qui est la réaction la plus fréquente.

 

« Après, il est très facile, mais trop courant, de reporter son mécontentement ou sa déception sur le juge. Quand en plus on se trouve, comme actuellement, en période de crise économique et sociale, les juges constituent des boucs émissaires idéaux… surtout quand des élus en rajoutent en contestant des décisions de justice… ».

 

Le plus gros problème demeure une judiciarisation de notre société Française, qui donne l’impression que les magistrats veulent se mêler de tout. Et Benoit Garnot a le mérite de rappeler « On oublie que les juges sont faillibles et ont droit à l’erreur, mais ils ont souvent du mal à la reconnaître… ». Et personne n’ose, à l’arrivée, sanctionner tous les magistrats qui ont commis des erreurs, qui ont ruiné des vies, qui ont massacré des enfances, qui ont détruit des entreprises, des commerces, des exploitations agricoles, en ordonnant ici une faillite, là une expulsion agricole, sans avoir vraiment pris le temps d’étudier le dossier.

 

Ces juges poursuivent leur carrière, un blâme administratif dans le pire des cas, une mutation dans les îles de la République lorsque l’affaire est moins grave mais alimente les médias.

 

Certains magistrats se placent sous la coupe du pouvoir politique, sous l’emprise de certaines loges maçonniques, ou prennent des engagement associatifs d’un tout autre plan, mais cela mériterait un trop long développement. S’ajoute à cela le recrutement et les carrières, au XIXe siècle et pendant une bonne partie du XXe siècle. Ce phénomène s’est atténué aujourd’hui pour les recrutements, mais beaucoup moins pour les carrières. Dans le traitement des affaires banales, qui constituent l’immense majorité du contentieux, la liberté des juges du siège est totale (évidemment dans le cadre de la loi et de la jurisprudence). La sujétion au pouvoir politique concerne surtout les magistrats du parquet, et de nombreuses affaires à connotation politique ou financière, qui s’avèrent souvent très médiatisées.

Les juges de l’ordre judiciaire sont-ils trop puissants en France ? Et que dire des juges constitutionnels, dont les décisions infirment de plus en plus souvent les lois votées par le Parlement ?

Dans une France où beaucoup de magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », on a l’impression que certains serviteurs de l’Etat, dont les ancêtres se sont illustrés sur les champs de bataille, pour que «vive la France », tentent ici ou là de sauver le Pays réel, en incarnant cette laïcité et le sens de l’Etat que nous défendons.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html



Insecticides : « dégelée Royal » pour Le Foll

av le foll m'a tuerSur les 58 députés présents hier soir à l’assemblée nationale (sur un total de 577), 30 parlementaires ont eu le courage de voter contre les insecticides tueurs d’abeilles, et ont infligé une « dégelée Royal » à Stéphane Le Foll

Suite à l’engagement d’un certain nombre de médias, dont Riposte Laïque (http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html), des principaux syndicats de défense de l’apiculture, dont l’Abeille Ardéchoise et Drômoise : défense des abeilles, des apiculteurs , hier soir, tard dans la nuit, l’Assemblée Nationale a adopté l’interdiction des néonicotinoïdes en 2018. Deux heures de débats pour une interdiction obtenue à l’arrachée, grâce à l’engagement des députés qui se battent aux côtés des apiculteurs, depuis plus d’un an. Après deux heures de débats, les élus ont acté l’interdiction par 30 voix contre 28.

Ils ont ainsi fait barrière aux manœuvres de Stéphane Le Foll qui avait pourtant mis tout son poids de Ministre de l’Agriculture dans la balance pour éviter leur interdiction, faisant totalement fi des principes de l’agroécologie et des objectifs d’Ecophyto qu’il prétend défendre…

Néanmoins, l’UNAF (l’Union Nationale de l’Apiculture Française) regrette que « nos élus n’aient pas fait le choix d’interdire ces produits dès 2017, comme la Commission du Développement Durable l’avait initialement décidé, laissant encore les producteurs et leurs abeilles victimes de ces autorisations de mise sur le marché comme ils le sont depuis vingt ans… ». D’ici à 2018, un million de colonies d’abeilles vont périr suite à la mise en œuvre tardive de cette interdiction.

Si nous devons accueillir, avec tous les apiculteurs et avec tous les consommateurs de fruits et légumes, ce vote comme une vraie satisfaction tant cela était inimaginable quelques heures avant le débat, nous devons rester extrêmement vigilants car :

  1. le Sénat va devoir confirmer cette interdiction en 2ème lecture et cela est loin d’être gagné : apiculteurs, ONG environnementales et élus engagés à nos côtés devront redoubler d’efforts pour le maintien du texte tel quel.
  2. Si elle est confirmée par le Sénat, l’interdiction entrera en vigueur au 1er septembre 2018 soit dans plus de deux ans. Et en deux ans, de nombreux évènements peuvent venir remettre en question une interdiction qui a de nombreux ennemis…

Par ce message, nous tenions surtout à remercier tous les lecteurs de Riposte Laïque pour tout le travail qu’ils ont fait vers les élus. Nous savons que vous avez été nombreux à les contacter et que les élus ont été très sensibles à ces prises de contact. Votre travail a été indispensable pour nous permettre d’en arriver là où nous sommes aujourd’hui.

Et vous l’aurez compris, vous serez de nouveau mis à contribution pour le 4ème round, la deuxième lecture au Sénat ! Car nul doute que le lobby agro-industriel, représenté par Stéphane Le Foll au gouvernement, garde, avec ce report, le secret espoir d’obtenir un nouveau changement de législation en 2017 ou 2018.

 

Loi Biodiversité à l’Assemblée Nationale : les insecticides néonicotinoïdes enfin interdits mais… dans deux ans.

Hormis les firmes, plus personne ne conteste la toxicité des néonicotinoïdes envers les abeilles et les pollinisateurs. Mais les lobbys restent puissants… Pourtant, de manière courageuse, le 17 mars 2016, les députés ont décidé une interdiction des néonicotinoïdes à compter du 1er septembre 2018. L’Union Nationale de l’Apiculture Française se satisfait que l’Assemblée prenne enfin ses responsabilités face à la dangerosité de ces produits et du ministre Stéphane Le Foll, regrettant néanmoins le délai de deux ans pour la mise en application de l’interdiction.

C’est donc une vraie satisfaction même si ce n’est pas encore une victoire : les apiculteurs ne pourront se réjouir que lorsque leurs abeilles comme les pollinisateurs et l’ensemble de la biodiversité ne seront plus exposées à ces produits.

L’Union Nationale de l’Apiculture Française salue le travail des députés qui se sont investis sur le sujet et reste plus que jamais déterminée avant le passage du texte en 2ème lecture au Sénat.

Pour Gilles Lanio, président de l’UNAF, « D’ici la fin des discussions sur la loi biodiversité, l’UNAF, comme les nombreuses associations apicoles et environnementales qui soutiennent ce combat, mettra TOUT en œuvre pour poursuivre la mobilisation afin d’obtenir le retrait définitif de ces produits. C’est une urgence absolue ».

Voir l’amendement adopté :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/3564/AN/974.asp

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html




Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles

av le foll avait promis son aide aux apiculteurs en 2012Lorsqu’il a été nommé ministre de l’agriculture, Le Foll a visité des exploitations apicoles dans la Sarthe (ici chez Sophie Dugué), spécialisées dans l’élevage des reines d’abeilles. Il avait alors promis d’aider les apiculteurs et les abeilles. Aujourd’hui, Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles en soutenant les pesticides et insecticides tueurs d’abeilles. Si les abeilles collectaient des billets de banque à la place du pollen et du miel, elles seraient mieux défendues par les ministres socialistes, par les députés et les sénateurs. 

AV AB ISRAE

Suite au courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, le quotidien de gauche « Le Monde » dévoile le drôle de jeu du Ministre Stéphane Le Foll qui demande aux députés de voter pour les insecticides et pesticides tueurs d’abeilles. A ce stade, deux hypothèses s’imposent. Soit Stéphane Le Foll est devenu fou, et il doit être interné. Soit Stéphane Le Foll est au service des multinationales de l’insecticide, dans un schéma à la Jérôme Cahuzac, et il doit être immédiatement démis de ses fonctions. Les principaux syndicats d’apiculteurs de France, dont l’Abeille Ardéchoise et Drômoise : défense des abeilles, des apiculteurs , ont vivement réagi ce jour en inscrivant, sur leurs sites internet et leurs pages Facebook « LE FOLL, VRP DES MULTINATIONALES DE L’INSECTICIDE TUEUR D’ABEILLES. COMBIEN GAGNE-T-IL DANS LA SERIE « CAHUZAC EST MON MODELE » ? ».

Certes, le combat des apiculteurs pour obtenir l’interdiction des néonicotinoïdes semblait bien inégal dans la République des profiteurs. D’un côté, les firmes qui fabriquent les insecticides tueurs d’abeilles (et d’humains ?) et qui déversent des dizaines de millions d’euros via leurs « lobbystes » présents dans les couloirs des ministères, de l’Assemblée Nationale, du Sénat. De l’autre, les apiculteurs qui n’ont pu offrir aux députés, le 14 mars 2016, que 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ».

Après la colère des agriculteurs au dernier salon de l’agriculture (http://ripostelaique.com/jets-de-bouses-de-vaches-huees-pour-hollande-au-salon-de-lagriculture.html), après les trahisons successives de Stéphane Le Foll (http://ripostelaique.com/foll-trahit-agriculteurs-senat-saborde-lapiculture.html), tous s’estiment aujourd’hui victimes d’un ministre incompétent, « ayant pêté les plombs » puisque Le Foll a décidé de « faire son beurre » en tuant 9 milliards d’abeilles en France.

 

Hier, jour de l’ouverture des discussions sur la loi biodiversité, les dirigeants des apiculteurs de France étaient aux abords de l’Assemblée Nationale pour un rassemblement avec les élus, les ONG et la presse afin de demander l’interdiction de ces pesticides. Le même jour, ils ont fait livrer à l’Assemblée Nationale 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ». Avec une lettre d’accompagnement expliquant la dangerosité pour les abeilles et pour es hommes des insecticides tueurs d’abeilles.

 

Le 14 mars au soir, dans l’édition du Monde du 15/03, les apiculteurs ont fait publier un encart demandant l’interdiction des néonicotinoïdes.

 

Durant le week-end, Nicolas Hulot a publié une tribune sur la question dans Le Monde, sur proposition de la coordination des apiculteurs de France.

 

Toutes ces actions sont importantes au niveau national. Elles auront permis d’obtenir une interdiction desnéonicotinoïdes en Commission du Développement Durable, mais pour transformer l’essai lors du vote en séance, ce ne sera peut-être pas suffisant compte-tenu de la mobilisation du camp adverse et notamment du Ministre de l’Agriculture.

Aujourd’hui, suite au démentiel courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, l’UNAF et 3 autres syndicats d’apiculteurs ont écrit de nouveau à l’ensemble des députés pour répondre à l’argumentaire du Ministre.

 

Par la voix d’Anne Furet, la coordinatrice de l’UNAF (l’Union Nationale de l’Apiculture Française qui rassemble 90 % des fédérations d’apiculteurs de France), les combattants de l’Apiculture adressent ce message aux lecteurs de Riposte Laïque : « Nous comptons sur vous pour continuer de contacter tous vos députés, afin de connaitre leur positionnement lors du vote (demain soir ou vendredi matin). » Pour les coordonnés des députés c’est ici (cliquez sur « contact » dans la fiche du deputé) => http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/liste/tableau

Naturellement, dans ce dossier où il y a présomption de corruption de la part des multinationales des insecticides « tueurs d’abeilles » nous vous informerons du vote de vos élus, en publiant une liste nominative, département par département, avec les prénoms et noms des parlementaires concernés.

 

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html