1

Burkini à Grenoble : Wauquiez « coupe les bourses » à l’écolo Piolle

En 2019, Alliance Citoyenne avait soutenu des opérations de port de burkinis dans les piscines municipales de Grenoble

« Pas un centime des Auvergnats-Rhônalpins ne financera votre soumission à l’islamisme » déclare le LR Laurent Wauquiez, président de région, dans un communiqué public adressé à Eric Piolle, maire écolo de Grenoble.

Depuis que les Verts ont rejoint Mélenchon, le maire de Grenoble Éric Piolle déroule le tapis rouge au leader de la France Insoumise et aux  “Hijabeuses”. Il n’a pas tardé à annoncer qu’il allait autoriser, dès le 16 mai, le burkini dans les piscines de l’agglomération de Grenoble. Une extrême radicalisation des élus écologistes (pour drainer le vote des musulmans) depuis qu’ils se sont pacsés avec Jean-Luc Mélenchon pour une poignée d’avoine dans quelques circonscriptions législatives.

Laurent Wauquiez : « Je mets le maire de Grenoble en garde »

Dans un tweet publié ce lundi 2 mai, le président LR de la Région, a menacé de couper toute subvention à la capitale iséroise, si la mesure venait à être adoptée. « M.Piolle projette d’autoriser le burkini dans les piscines municipales. Je mets le maire en garde : dans ce cas, la Région coupera toute subvention à la ville de Grenoble. Pas un centime des Auvergnats-Rhônalpins ne financera votre soumission à l’islamisme », a lancé Laurent Wauquiez.

Car Eric Piolle rêve, depuis des années, d’autoriser le port du burkini dans les piscines municipales de Grenoble. Et depuis le raprorchement avec Mélenchon, c’est devenu son projet principal. Éric Piolle s’en est même vanté dans une lettre envoyée vendredi à Emmanuel Macron, courrier où il évoque notamment le thème de la laïcité. Une phrase du maire écologiste a mis le feu aux poudres : « À Grenoble, nous veillerons à ce qu’aucun règlement intérieur d’aucun équipement public ne constitue une injonction ou une discrimination ».

Depuis 24 heures, Eric Piolle trouve que la France  transpire le racisme, le sexisme et lemépris de la laïcité. « Où s’arrêtera cette chasse aux Françaises qui portent le voile ? » questionne le maire écolo Eric Piolle. 

Droit dans ses bottes, Laurent Wauquiez a adressé un tir de semonce au maire de Grenoble, et à tous ceux qui seraient tentés de l’imiter : « Nous ne cautionnerons aucune dérive communautariste de la part des collectivités à qui nous donnons des subventions. Les valeurs de la France, défendues dans la charte que nous venons d’adopter, ne sont pas négociables… ».

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Consulter ces articles pour un complément d’information :

https://ripostelaique.com/melenchon-se-fait-baiser-par-le-ps-en-ardeche.html

https://ripostelaique.com/avec-melenchon-et-son-gendre-le-cirque-amard-dans-la-6e-lyon-villeurbanne.html

https://www.marianne.net/societe/laicite-et-religions/a-grenoble-eric-piolle-fait-un-pas-risque-vers-lautorisation-du-burkini-dans-les-piscines




Éducation nationale : les gadgets Samuel Paty…

À quand les produits dérivés ?

Comme tout macronisé, Blanquer est indécent. Il multiplie les opérations de com’ et les déclarations vaines, en profite pour annoncer la création de comités Théophraste et plans Théodule. Cette mafia ignominieuse exploite tout, surtout le pire, pour faire sa promo, style grande distribution, et continuer à duper.

« Samuel Paty est devenu le symbole, l’emblème de la République et de la liberté » a déclaré Blanquer au Sénat, faisant de ce professeur une sorte de « logo » tous usages… servant à estampiller des opérations laïcité.

Minute de silence, débats en classe, projets pédagogiques… La journée de vendredi était consacrée dans les écoles, les collèges et les lycées de France à un hommage à Samuel Paty, alors qu’avant son assassinat, il fut lâché par tous et surtout, sa hiérarchie, dont des confrères pleurnichent maintenant dans Libération… Ne l’oublions jamais!

« Cette tragédie nous amène à agir sur toutes les dimensions du problème. La doctrine de l’Éducation nationale n’est plus de mettre les problèmes sous le tapis, tous les signalements remontent ». Vaste fumisterie !

Et pour mieux enfumer le gogo, ça jargonne, à l’instar du site Public Sénat et sa chaîne assortie, que vous rémunérez à cette fin :
« Depuis la rentrée, chaque établissement dispose d’un « guide républicain » envoyé par le ministère, « nouveau maillon pour transmettre et faire vivre les valeurs de la République », indique le site internet de l’Éducation nationale. Il s’agit d’une sorte de valise de référence sur la laïcité, composée de trois ouvrages : un recueil de textes fondamentaux baptisé « L’idée républicaine », une « somme pédagogique » consacrée à chaque discipline enseignée de l’école au lycée, et un vademecum de la laïcité à l’école, c’est-à-dire un ensemble de fiches pratiques qui rappellent le cadre juridique face aux situations d’atteinte à la laïcité. Un quatrième texte est annoncé pour la fin d’année : « Respecter autrui à l’école élémentaire ». « Ce guide accompagnera les professeurs des écoles dans cet enseignement fondamental qui concourt à faire des élèves de futurs citoyens conscients de leurs droits et de leurs obligations vis-à-vis de leurs pairs, des adultes qui les entourent et, plus largement, de la société dans laquelle ils vivent ».

« Un vaste plan de formation à la laïcité sur quatre ans a été lancé par le ministère de l’Éducation nationale. La préparation des formateurs doit débuter courant octobre, avant que les premiers enseignants puissent intégrer cette formation début 2022. En 2018, un Ifop révélait que 74 % des enseignants disaient ne pas avoir reçu de formation initiale pour enseigner le principe de laïcité. À cette fin, une période de 10 jours répartis sur deux ans est envisagée. »

« En attendant, un parcours d’autoformation, de 2 à 6 heures, « Faire vivre les valeurs de la République », est disponible en ligne. Il propose des pistes pour « la résolution de situations difficiles ». Cette formation a été suivie par plus de 1 500 personnes sur les 869 000 enseignants que compte la France »…

« Supprimé dans la foulée de l’assassinat de Samuel Paty, l’Observatoire de la laïcité a laissé place à un comité interministériel sur la laïcité, placé sous la tutelle de Matignon. En juillet dernier, cette instance a défini 17 engagements dans sa feuille de route, parmi lesquelles la mise en place de « référents laïcité » dans les administrations, mais aussi un renforcement de la formation initiale des personnels de l’Éducation nationale « dans le cadre d’un module dédié à la laïcité » au sein des instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation. »

Ayant abandonné sa mission, refusant d’agir contre « l’ensauvagemenr » et ses dérives, l’Éducation nationale se gargarise de mots pour mieux balader les enseignants.

À force de se faire ridiculiser, maltraiter, insulter, brutaliser… ce qui est surprenant, c’est qu’il y ait en France toujours autant de gens voulant être profs dans le public.

Daphné Rigobert

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=JM48XP0–t0

 

 




Les hussards noirs de la robotique : cela se déroule en 2070…

Véronique Bouzou enseigne le français dans un établissement « classique » de la banlieue parisienne. Elle a commencé sa carrière dans des collèges « sensibles » d’Evreux et de Mantes-la-Jolie. Une expérience qu’elle raconte dans ses premiers ouvrages :
Manuel de survie à l’usage d’un prof de banlieue
Confessions d’une jeune prof
Ces profs qu’on assassine

En juillet 2010, Véronique Bouzou répondait aux questions de Pierre Cassen sur Riposte Laïque à propos de ce dernier ouvrage

Véronique Bouzou, qui ne fait pas mystère de son engagement à droite – une marque de courage dans le monde sinistrogyre de l’Education nationale –, est également auteur de plusieurs essais sur la fonction de l’école dans la société contemporaine :
L’école dans les griffes du septième art
Je suis une prof réac et fière de l’être
Génération treillis – Faites l’armée, pas la guerre

Véronique Bouzou vient de publier Les hussards noirs de la robotique  un ouvrage qui tranche sur sa production antérieure, puisqu’il s’agit d’un roman. Oui, mais un roman d’anticipation, un genre qui permet de décrire la société contemporaine avec un certain recul…

Véronique Bouzou a accepté de répondre aux questions de Riposte Laïque

***

Riposte Laïque : Véronique Bouzou, c’est la première interview que vous donnez à un média à propos de votre dernier livre Les hussards noirs de la robotique. Pourquoi avoir choisi Riposte Laïque ?

Véronique Bouzou : La laïcité est l’un des thèmes centraux de cet ouvrage. Non pas la laïcité telle qu’elle est dévoyée aujourd’hui – tout comme le sont d’ailleurs notre Histoire, notre langue et notre culture – par des apprentis sorciers qui sacrifient toutes nos valeurs sur l’autel du vivre ensemble et autres fadaises, mais bien celle d’une laïcité telle qu’elle fut instaurée avec la loi de 1905 et mise en pratique à l’école par ceux que Charles Péguy surnommait « les hussards noirs de la République ».

RL : Les « hussards noirs » de Péguy portaient une morale parfaitement compatible avec la morale chrétienne. Ce n’est plus tout à fait le cas de la « laïcité » contemporaine…

VB : Oui, tout cela appartient désormais à un passé révolu. Pire encore : aujourd’hui, le concept même de laïcité est devenu un véritable cheval de Troie pour tous les prosélytes d’un islam radical désireux de gagner du terrain et d’empiéter sur notre civilisation. Que n’a-t-on point entendu comme inepties ces derniers temps, au nom de la sacro-sainte laïcité et des valeurs de la République ! Tel est le constat amer que je dresse comme professeur de français au sein de l’Éducation nationale. Les enseignants sont aujourd’hui en première ligne et certains d’entre eux, hélas, vont jusqu’à le payer de leur vie.

RL : L’effondrement de cette laïcité « authentique » à la Péguy n’est pas la seule plaie dont souffre l’Education dite encore « nationale »…

VB : S’ajoutent en effet d’autres réjouissances dans le quotidien du métier d’enseignant comme l’exaltation de la culture de la repentance, les théories du genre, l’écriture inclusive, le nivellement vers le bas et – cerise sur le gâteau – les prémices de ce qu’il convient bien d’appeler une dictature sanitaire. Autant de défis auxquels sera confrontée tout au long de sa carrière Diane Bonnel, l’héroïne de mon roman d’anticipation. Voilà pourquoi j’ai tenu à dresser un panorama sans complaisance (avec une touche d’humour cependant !) de notre monde en proie à une forme de « démocrature ».

RL : « Démocrature » ? C’est-à-dire ?

VB : Nous sommes dans l’ère du « ça ne se fait pas », « ça ne se dit pas ». Triste époque que celle où les moutons orwelliens se prennent pour des sauveurs de l’humanité parce qu’ils portent un masque en extérieur, même en pleine forêt ou seuls dans leur voiture ! Temps étouffant où la repentance perpétuelle mine le moral de nos contemporains qui ont peur de leur ombre… « Même pas peur ! » scandent frénétiquement les manifestants lors des marches blanches organisées à la suite d’assassinats de leurs compatriotes par des islamistes. Pourtant, c’est bien la peur qui les conduit à obéir à des injonctions ubuesques et contradictoires de leurs dirigeants durant la crise sanitaire. C’est bien la peur également qui les rend dociles et soumis lorsqu’ils chantent en chœur des slogans lénifiants, tels que « Pas d’amalgames » et « Vous n’aurez pas ma haine ». Ou bien, dans le registre sanitaire : « Vite, ma dose ! ».

RL : Les hussards noirs de la robotique se déroule en 2070, et a pour cadre le lycée « pilote » Alan Mathison Turing. Pourquoi une telle référence ?

VB : Alan Turing est un mathématicien du début du XXème siècle. Il est considéré comme l’un des principaux précurseurs de l’informatique et de la robotique.  Ce n’est évidemment pas par hasard si j’ai choisi de situer l’intrigue de mon roman dans un établissement qui porte son nom. Il s’agissait de faire un bond en avant et tenter, par un habile jeu de miroir temporel, d’analyser à froid l’apathie collective si caractéristique de notre époque soumise au diktat du « tout technologique ». Les outils modernes de communication ont fait exploser le socle commun sur lequel repose toute société viable. C’est maintenant l’ère de l’individualisme et de l’égocentrisme. FaceBook permet à chacun de « s’étaler », de se donner en spectacle sans la moindre retenue – on sait tout de vos goûts, de vos loisirs, de vos performances sportives, de vos animaux de compagnie… Les réseaux sociaux démultiplient l’égo des foules – tout spécialement des adolescents, clientèles de choix pour ce type d’exhibitionnisme – et les enfoncent dans des considérations purement matérialistes, où le petit confort mental de chacun prime sur l’intérêt général. Où sont les valeurs que nous ont léguées nos aïeux ? Du courage, eux, ils n’en manquaient pas !

RL : L’apathie, la soumission, le conformisme, l’individualisme, vous semblent donc être les « péchés capitaux » de nos sociétés occidentales ?

VB : Que répondre à un élève du futur qui, au regard des attentats islamistes ayant ensanglanté notre sol pendant plusieurs décennies, ne manquerait pas de nous demander : « Et à part allumer des bougies, vous avez fait quoi ? ». Question que je me suis moi-même posée et qui a servi de déclic à l’écriture de mon livre que j’ai voulu comme une sorte de témoignage testamentaire. En effet, comment les générations futures jugeront-elles l’aveuglement, et la soumission de bon nombre de nos compatriotes ? Et surtout, comment justifier notre inaction ? Combien d’attentats, de décapitations, de faits divers tous plus sordides les uns que les autres avant que nous ne réagissions ? A-t-on connu une période d’embrasement comme le décrit Laurent Obertone dans Guérilla ? Avons-nous préféré nous résigner en finissant par accepter l’inacceptable comme l’anticipe Michel Houellebecq dans Soumission ? L’État de siège a-t-il été décrété par les militaires comme dans Article 36 d’Henri Vernet ? Toutes ces hypothèses à la fois ? Ou aucune d’entre elles ?

RL : Un signe d’espoir, parfois, comme cet appel « Pour un retour de l’honneur de nos gouvernants » lancé récemment dans Valeurs actuelles par une vingtaine de généraux ?

VB : Une vingtaine de généraux, une centaine de hauts-gradés et plus d’un millier de militaires, en effet. Ces soldats ne font rien d’autre qu’exhorter le président Macron à défendre le patriotisme menacé – je les cite – par un « délitement qui, avec l’islamisme et les hordes de banlieue, entraîne le détachement de multiples parcelles de la nation pour les transformer en territoires soumis à des dogmes contraires à notre constitution ». Reste à savoir si ces lanceurs d’alerte seront entendus. Ce qui est certain, c’est que la Grande Muette a le vent en poupe auprès d’une majorité de nos concitoyens. Dans mon précédent ouvrage, Génération Treillis, j’ai pu montrer à quel point la demande d’autorité était forte dans notre pays, notamment chez les jeunes générations, en quête de sens. Dans Les hussards noirs de la robotique, j’ai imaginé une solution pour sortir de l’impasse. C’est une hypothèse parmi d’autres et sans déflorer le sujet, je vous dis juste que les armées françaises ont été de la partie, mais pas toutes seules…

RL : L’armée à la rescousse donc, mais aussi, et paradoxalement, les nouvelles technologies dont vous avez commencé par nous dire qu’elles étaient à l’origine de l’avachissement de nos sociétés…

VB : En tant qu’enseignante, je m’intéresse naturellement de près à l’impact des nouvelles technologies sur l’éducation de nos enfants. Là aussi, le sujet est d’actualité en ces temps de confinement où l’enseignement à distance s’est considérablement développé, avec malheureusement beaucoup d’amateurisme et d’improvisation. Mais nul besoin d’être devin pour savoir que ces nouvelles technologies – au premier rang desquelles l’Intelligence Artificielle – prendront une part croissante dans l’école de demain. Le saut temporel effectué dans mon livre permet de porter leur influence au paroxysme : les enseignants en chair et en os seront-ils peu à peu remplacés par des androïdes ? Les élèves, de la maternelle aux classes supérieures, seront-ils essentiellement biberonnés à l’Intelligence Artificielle ? Tout comme l’école du XXème siècle aura été marquée par l’héritage des hussards noirs de la République, celle du XXIème siècle verra-t-elle l’avènement des hussards noirs de la robotique ? Un nouveau paradigme qui signera peut-être la fin de l’humanité. Un véritable défi eschatologique ? Au lecteur de juger…

Propos recueillis par Henri Dubost

 




Crèche de Beaucaire : Julien Sanchez racketté par le juge Marcovici

Cinq mille euros par jour d’astreinte jusqu’au démontage de la crèche ! C’est la condamnation du 18 janvier dernier qui s’abat sur Julien Sanchez, maire de Beaucaire, pour avoir osé installer une « exposition culturelle et festive autour des crèches provençales » à l’intérieur de sa mairie.

En effet, l’État qui semble n’avoir rien d’autre à faire en ce moment, avait traîné la municipalité de Beaucaire devant le Tribunal administratif de Nîmes puis devant la cour administrative d’appel de Marseille au motif que celle-ci avait méconnu la loi sur la laïcité du 9 décembre 1905. L’arrêt a été rendu par un juge unique, Laurent Marcovici, connu pour ses chroniques dans la revue de l’AJDA, l’Actualité juridique du droit administratif. L’une d’elles se félicitait du fait que les parcs d’éoliennes situés en montagne ne portaient pas, de leur seule existence, une atteinte aux sites où ils sont implantés…

Mais il en faut plus pour faire plier le maire de Beaucaire, dont la liste électorale a remporté 59,5 % des voix au premier tour des municipales, le 15 mars dernier. Un score que de nombreux élus lui envient ! Julien Sanchez, droit dans ses bottes,  a annoncé dans une vidéo qu’il saisirait le Conseil d’État pour faire annuler la décision de la cour d’appel de Marseille et qu’il porterait plainte pour discrimination. Et en attendant, sa crèche ne sera pas démontée. Et tout porte à croire qu’il obtiendra gain de cause.

https://www.objectifgard.com/2021/01/19/beaucaire-la-mairie-condamnee-a-5-000-euros-par-jour-jusquau-demontage-de-sa-creche-provencale/

En effet, dans une affaire similaire, le Conseil d’État avait fait connaître sa position de principe à propos des crèches : « l’installation temporaire de crèches de Noël, à l’initiative d’une personne publique dans un emplacement public, est légale si elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse ». Il recommandait donc aux juges du fond d’examiner l’existence ou l’absence d’usages locaux, le contexte et le lieu de l’installation de la crèche.

L’affaire en question remonte à Noël 2012 : le président du conseil général de Vendée avait été attaqué en justice par la Fédération de la Libre Pensée pour avoir installé une crèche dans les locaux de l’Hôtel du Département. Après avoir été déboutée de sa demande par la cour administrative d’appel de Nantes, la Fédération avait formé un pourvoi en cassation.  Mais, par une décision du 25 janvier 2018, le Conseil d’État avait rejeté ce pourvoi en estimant « qu’il ne lui appartenait pas de remettre en cause les constats de faits effectués par les juges du fond dans l’exercice de leur pouvoir souverain ». Une jurisprudence qui laisse de l’espoir à Julien Sanchez !

https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/installation-d-une-creche-de-noel

Quant à la discrimination dont la mairie de Beaucaire s’estime victime, elle mérite aussi l’attention du juge : en effet, à des centaines de kilomètres de Beaucaire, à Paris, une curieuse exposition de têtes de moutons s’est déployée l’été dernier sur le pont Saint-Ange, à deux pas de la Goutte d’Or, à la fin du Ramadan. On apprend que l’exposition, organisée sur la voie publique par l’Institut des cultures de l’Islam, a été sponsorisée par la Marie de Paris et les mairies des Xe et XVIIIe arrondissements. Elle rend clairement hommage à l’animal sacrifié massivement à l’occasion de la fête d’Aïd el-Kébir. Le clin d’œil est manifeste et l’on ne voit guère le lien avec le caractère industriel du quartier, longtemps marqué par ses activités ferroviaires. Quant à la gare du Nord, elle n’a jamais été une route vers le Moyen Orient ! Et pourtant, que je sache, aucune des mairies n’a été inquiétée pour cette exposition.

    

   

   

Et pour en revenir à Beaucaire, ce n’est pas la première fois que le maire, par ailleurs porte-parole du Rassemblement National depuis 2017, est inquiété pour ses crèches. Déjà en 2016, la Ligue française pour la défense des droits de l’homme avait déposé une requête en référé auprès du tribunal administratif de Nîmes, contre la décision d’installer une crèche de la nativité au sein de l’hôtel de ville. Elle récidive en 2017 mais Julien Sanchez obtient gain de cause. Cela n’a pas empêché cette même Ligue, gavée de subventions, d’attaquer à nouveau en référé en 2018  la mairie de Beaucaire, au motif que « l’arrivée du santon de Jésus dans l’exposition constituait un trouble à l’ordre public ». Un motif fantaisiste qui n’avait pas été retenu par le juge. C’est donc chaque année le parcours du combattant pour Julien Sanchez !

Sur le montant astronomique de l’astreinte, Julien Sanchez le juge « surréaliste et choquant » ! Et pour cause car la ville de Beaucaire, qui ne compte que 16 000 habitants, connaît un endettement par habitant supérieur à la moyenne, malgré une gestion jugée saine par la Cour régionale des comptes.

https://www.beaucaire.fr/le-conseil-municipal/le-budget-communal/chambre-regionale-des-comptes/

Julien Sanchez n’est pas le seul à subir le harcèlement anti-crèche : Robert Ménard avait été lui aussi condamné en 2017 et contraint de retirer sous astreinte sa crèche installée dans l’hôtel de ville de Béziers.

Hector Poupon




Merah, Kouachi, Boubakeur, Muhammad, El Karoui : même islam, même combat !

En 1962, le talentueux Gérard Oury publiait un film intitulé « Le Crime ne paie pas ». C’était il y a 56 ans, et, à l’époque, la plupart des assassins, dans les films français, étaient des Gaulois.

Sauf que depuis vingt ans, il suffit de regarder la liste des auteurs d’attentats commis en France, pour constater qu’il y a eu quelques changements, dans notre pays…

Et dire qu’il y a eu un crétin de juge, au procès de Gérard Boyadjian, pour demander au cinéaste pourquoi il a choisi des prénoms musulmans dans son documentaire « Chameau pas d’amalgame » !

Il suffit, d’autre part, de regarder la composition ethnico-religieuse de nos prisons, pour comprendre que les délinquants ne se contentent pas d’attentats spectaculaires, mais que, tous les jours, ils mènent un véritable djihad contre notre pays, et nos compatriotes.

Le crime ne paie pas… sauf quand il est commis par des musulmans. A l’époque où Macron, sous les conseils du trio Darmanin-Kepel-El Karoui, s’appelle à officialiser un islam de France qui n’est qu’une imposture servant à éradiquer notre modèle laïque, il n’est pas inutile de rappeler, en dehors des crimes et agressions quotidiennes, l’oeuvre des soldats d’Allah en France, depuis trente ans.

Ils ont agressé notre école laïque, en 1989, en y imposant le voile islamique, jusqu’en 2004, où, sous l’impulsion, entre autres, des fondateurs de Riposte Laïque, une loi fut votée par le gouvernement de Jacques Chirac, pour interdire les signes religieux (essentiellement le voile) à l’école.

Dans la foulée, ils sont partis à la conquête de notre école, comme le démontre magistralement Christine Tasin dans son dernier livre.

Ils ont agressé la dignité des femmes en imposant, partout dans l’espace public, des voiles toujours plus nombreux, et portés par des gamines de plus en plus jeunes. Pour survivre, nombre de jeunes femmes, gauloises ou maghrébines, renoncent à s’habiller de manière coquette, quand elles savent qu’elles peuvent croiser ces loustics.

Ils ont multiplié les émeutes, les actes de vandalisme, les voitures brûlées, les quartiers dévastés, les agressions gratuites, s’appuyant en permanence sur le discours de l’excuse des sociologues gauchistes et juges « Murs des Cons », certains par ailleurs de leur impunité, face à une police qui avait trop souvent l’ordre de ne pas intervenir. Pas de vague !

Ils ont multiplié le nombre de mosquées, qui n’ont fait que renforcer le communautarisme musulman, et implanter un Etat dans l’Etat, avec des lois différentes de celles de notre pays.

Ils ont multiplié les boucheries halal, agressant les lois européennes et les traditions culinaires françaises, et ont revendiqué de la nourriture halal partout où ils le pouvaient. Rappelons les liens entre le halal et le financement du terrorisme, comme le rappelle Alain Wagner, aux côtés du docteur Alain de Peretti.

Ils ont imposé à la France le rythme de leur ramadan, désorganisant écoles, quartiers et entreprises.

Ils ont multiplié les incidents et les agressions dans les hôpitaux, interdisant à des médecins masculins d’examiner leur épouse voilée.

Et puis ils ont multiplié les actes djihadistes, comme le démontre le bilan, bien incomplet, de Maxime Lepante…

https://ripostelaique.com/le-vrai-bilan-des-attentats-musulmans-en-france-2015.html

Et à chaque nouvel attentat, à chaque égorgement, dans un pas de deux remarquable, ils ont su mobiliser leur armée de propagande : imams, musulmans modérés, islamologues dhimmis, soutenus par toute la bien-pensance médiatique, qui venaient ânonner sur les plateaux de télévision que l’islam ce n’était pas cela, que les musulmans étaient les principales victimes des djihadistes, qu’il ne fallait pas confondre islam et islamisme, et autres foutaises. Sans oublier le coup des Français convertis. Comment Boubakeur se fout ouvertement de la gueule du monde !

Et à chaque attentat, il se trouvait un Cazeneuve ou une Hidalgo pour renier encore davantage la laïcité, et accorder toujours plus d’accommodements raisonnables aux musulmans et à l’islam… et multiplier les procès contre Riposte Laïque (à noter qu’il y en a deux à qui cela n’a pas porté chance de déposer plainte contre nous ou de menacer Riposte Laïque).

Et plus la République et la France reculaient, plus les musulmans et les soldats d’Allah exigeaient, et continuaient d’avancer…

Marwan Muhammad, le porte-parole du CCIF, osait affirmer tranquillement qu’il militait pour une France musulmane dans 40 ans. Et personne ne l’a collé dans l’avion ! Un ancien porte-parole du CCIF appelle ouvertement les muzz à l’insurrection, et il ne se passe rien !

https://www.saphirnews.com/Desobeissance-civile-ils-l-ont-deja-fait-pourquoi-pas-nous_a23429.html

Dans ce contexte de capitulation généralisée, après le lèche-babouches Hollande, arriva l’islamo-collabo Macron. 92 % de vote musulman en sa faveur ! Il est vrai qu’après avoir qualifié l’oeuvre de la France en Algérie de « crime contre l’humanité », et avoir ouvert les entreprises françaises au voile islamique, il avait donné des gages. Il était le candidat des musulmans.

https://www.youtube.com/watch?v=FaAc7W5vWkY

Et nous le disions dès le mois de mai 2017, par cette vidéo de Maxime Lepante…

Macron élu, il ne lui restait plus qu’à payer ses dettes, et remercier les musulmans. Il s’entoura donc de trois conseillers, Darmanin, Kepel et El Karoui, pour nous peaufiner un nouvel épisode de l’imposture appelée « Islam de France », qui revenait surtout à éradiquer notre modèle laïque au bénéfice de l’islam.

Intéressant d’abord de voir qui sont ces trois hommes.

Darmanin, caricature du renégat, l’homme qui trahit son mentor Vanneste pour prendre sa place, le politicard qui quitte LR pour rejoindre Macron, le profiteur qui monnaie des services contre des prestations sexuelles, et le seul homme de droite à avoir déposé plainte contre Riposte Laïque, qui montrait sa dhimmitude avec les racailles de Tourcoing, ville dont il était le maire.

Kepel, ancien trotskiste, bardé de diplômes, qui nous enfume depuis trente ans en expliquant que l’islam c’est compliqué, qu’il y a plein de nuances, qui nous fait le coup de l’islam et de l’islamisme, et qui, en bon fonctionnaire de son fonds de commerce, noie le poisson en nous expliquant que ce dogme est compatible avec la France si on éradique les extrémistes ! Sans oublier ses nombreuses attaques contre Riposte Laïque ! Kepel, comme les imams, ne sert qu’à une chose : innocenter l’islam des attentats.

https://ripostelaique.com/a-quoi-sert-gilles-kepel-a-innocenter-lislam-des-attentats.html

Et puis El Karoui ! La caricature du bon musulman tel qu’on le rêve. Bardé de diplômes, issu d’une famille tunisienne prestigieuse, fils d’une grande mathématicienne et d’un grand anthropologue, marié à une Française spécialiste du Maghreb. Ancien conseiller de Raffarin, de Thierry Breton, ancien directeur chez Rothschild, ancien conseiller islam d’Ali Juppé, membre de l’Institut Montaigne, il ne pouvait que devenir le conseiller islam de Macron.

On lui donnerait Allah sans confession, et il nous raconte, avec son air suave, que l’islam était une religion française. Et il nous explique pourquoi, sans vergogne, avec des arguments par ailleurs très facilement démontables.

Et bien sûr, c’est ce musulman sans barbe et sans djellabah, propre sur lui, très cultivé, habillé à l’européenne, qui va, à sa façon, poursuivre l’offensive que l’islam mène contre la France depuis trente bonnes années.

Il est intéressant par ailleurs de noter que sa mère se prénomme Nicole, que son père, tunisien, n’est venu en France qu’en 1958, et que ce garçon, né en 1971 à Paris, se prénomme… Hakim. Cherchez l’erreur !

Il suffit de lire l’analyse de Christine Tasin, sur ces neuf propositions criminelles, pour mieux comprendre que l’islam de France qu’il nous propose, ce n’est plus la France, ce n’est plus la République, ce n’est plus la laïcité, mais c’est un grand pas vers la République… islamique que tout bon musulman vivant en France appelle de ses vœux.

https://ripostelaique.com/islam-de-france-les-9-propositions-criminelles-del-karoui-conseiller-de-macron.html

Les musulmans militants, les islamistes assassins, les islamo-racailles ont multiplié les actes de guerre, visant à affaiblir la France, depuis trente ans.

Les attentats de Kelkal, Merah, Kouachi et Coulibaly, les provocations de Muhammad, n’ayant pas eu les réponses à la hauteur de la guerre qui nous est menée, Karim El Karoui, dans un autre registre, bien plus présentable, n’a plus qu’à ramasser la mise, et à nous vendre son islam de France, qui ne touchera pas à l’islam, mais éradiquera notre modèle laïque.

Ajoutez à cela un durcissement de la loi envoyant en prison directement tous ceux qui oseront critiquer l’islam et l’invasion migratoire, et vous aurez une avancée importante de la charia en France.

Par ailleurs, El Karoui sait pertinemment que les musulmans n’accepteront jamais cet islam de France, pour les raisons que Stratediplo nous expliquaient ce matin.

https://ripostelaique.com/lislam-de-france-de-macron-ne-sera-jamais-reconnu-par-les-musulmans.html

Mais c’est une étape importante d’une nouvelle soumission française qu’il va mettre en place, avec la complicité de Macron.

Le 16 janvier 1994, pour bien moins que cela, les francs-maçons et les associations laïques, soutenues par toute la gauche, mettaient un million de personnes dans la rue de Paris, pour protester contre un projet de réforme de Bayrou, qui voulait libérer le financement des écoles catholiques. Cette fois, ces imposteurs ne bougent pas, confirmant qu’ils ne sont que de faux laïques, catholicophobes et islamophiles, donc des traîtres.

Quant à El Karoui, il ne fait que poursuivre, à sa façon, le combat des assassins d’Allah, au service de l’islamisation de la France. C’est donc un bon musulman, spécialiste de la takkya, comme nous l’expliquait Bernard Dick, qui connaît la musique…

https://ripostelaique.com/la-takiyya-expliquee-aux-mecreants.html

Kelkal, Merah, Kouachi, Coulibaly, Boubakeur, Muhammad, El Karoui : méthodes différentes, même combat au service de l’islam, contre la France !




Chevènement prêt à trahir la laïcité pour mieux se soumettre à l’islam

On cherchait où placer Jean-Pierre Chevènement pour qu’il se fasse oublier.

De temps en temps, il réapparaissait sur les chaînes de télé pour, justement, qu’on ne l’oublie pas.

Alors, en haut lieu, on s’est dit : « Pourquoi ne pas le caser à la présidence de la Fondation de l’islam en France ? »

Cette structure, mort-née une première fois en 2005, et moribonde depuis sa renaissance, est donc confiée à l’ex-ministre de l’Intérieur. Cependant, et c’est l’avis des trois sénateurs chargés d’une mission sur l’organisation de l’islam, elle n’a pas joué le rôle qu’on attendait d’elle.

Il est vrai que l’on n’a pas entendu souvent son président depuis son intronisation mais voilà qu’il se rappelle à nous en affirmant que la FIF est présente malgré l’opposition souterraine des fédérations musulmanes et des mosquées.

Jean-Pierre Chevènement dresse un bilan positif, malgré l’objet laïc qui l’empêche de répondre aux défis de la lutte contre la radicalisation !

Dès l’instant qu’il le dit pourquoi ne pas le croire.

La FIF dispose d’une enveloppe de 900.000 euros sur 3 ans (2017 à 2019) pour financer des projets et, selon lui, elle aurait déjà mobilisé environ 70% de cette subvention. Pour réaliser quoi ou dans quel objectif ?

Toujours selon lui : « Combattre par la culture et par la connaissance l’idéologie salafiste primaire, frustre, brutale, qui nourrit la violence djihadiste et faire émerger un islam cultivé. »

Magnifique programme dont on attend toujours les résultats.

Soyez patients, nous dit Chevènement, nous soutenons la formation profane de futurs imams et aumôniers. Nous avons financé une centaine de bourses, sur les 450 demandes d’étudiants inscrits dans les 18 diplômes universitaires de fonction civile et civique qui existent désormais.

Nous avons signé une convention avec le CNRS, subventionnée à hauteur de plus de 200.000 euros, afin de soutenir la recherche en islamologie fondamentale, plus une cinquantaine de bourses octroyées à de futurs imams afin qu’ils améliorent leur pratique de la langue française.

(Puisque ces imams, venant de l’étranger, ne parlent pas (très bien) notre langue !).

Dans le but, mais vous l’aviez sans doute compris, « que les prêches du vendredi soient faits en français, même si la prière, c’est normal n’est-ce pas, doit être faite en arabe, la langue du Coran »

Sans doute serait-il nécessaire également que Jean-Pierre Chevènement apprenne l’arabe de façon à pouvoir contrôler ce qui se dira en arabe et qui ne se dira pas en français !

D’ailleurs cela soulève déjà des oppositions du côté des islamistes qui n’acceptent pas que l’on associe la langue arabe à la radicalisation. Ils estiment que cela est totalement faux et inadmissible (Un tweet de Mohamed Bajrafil, imam réformateur).

Et moi qui croyais, naïvement, que les « radicalisations » se fabriquaient en arabe auprès des musulmans !

Après tout ce préambule nous constatons, sans être le moins du monde étonné, que la FIF n’a pas encore réalisé grand-chose…mais elle a de nombreux projets :

*Développer un « campus numérique », composé de vidéos, afin de faire connaître l’histoire et la pensée islamiques, mais aussi la laïcité et les valeurs de la République.

*Promouvoir un contre-discours théologique face « au succès » de plusieurs prédicateurs salafistes (Tiens donc, il y aurait encore en France, malgré les interdictions et les fermetures de mosquées, des prédicateurs salafistes ? En dehors des prisons bien sûr ?)

Avant même que ces projets voient le jour (on peut toujours espérer), les oppositions sont déjà présentes :

Hakim El Karaoui, essayiste, consultant et pourtant partisan d’un « islam de France » s’interroge sur l’impact de vos projets et doute fortement de votre réussite ?

Abdallah Zekri, délégué général du CCFM n’hésite pas à déclarer « On ne peut pas laisser M. Chevènement s’occuper des problèmes religieux, ce n’est pas son rôle »

Et tous refusent le projet qui vous tient le plus à cœur, M. le président de la FIF : « Créer une faculté de théologie musulmane à l’université publique de Strasbourg, dans cette ville qui n’est pas soumise à la loi de 1905 sur la séparation des cultes et de l’Etat »

L’idée paraissait pourtant originale mais soyons un peu sérieux, M. l’ex-ministre de l’Intérieur, pouvez-vous garantir que cette faculté enseignera un islam de paix et d’amour et ne sera pas un nouveau foyer de radicalisation et de formation de futurs terroristes ? Comment contrôlerez-vous les imams qui professeront en langue arabe ?

Vous avez 78 ans, M. Chevènement, souvenez-vous le 5 juillet 1962, vous aviez 23 ans.

En février 2002 vous avez témoigné, sur le magazine « Le point » : « A l’époque sous-lieutenant en Algérie, j’ai vécu un drame affreux en mars 1962. Plusieurs de mes moghaznis (supplétifs musulmans) ainsi que le chef du village de Saint-Denis-du-Sig, ont été tués dans des conditions atroces par un commando du FLN. J’ai retrouvé Miloud, mon aide de camp, égorgé.

            J’ai appris que près de 20.000 personnes ont été torturées et égorgées dans le village Nègre (Quartier d’Otan).

            Par la suite vous avez rectifié à environ 3000 morts et 800 disparus.

Vous êtes mieux placé que quiconque, puisque vous y avez assisté personnellement, pour témoigner de la sauvagerie, de la barbarie, de la cruauté, de ces djihadistes musulmans, que vous espérez réformer aujourd’hui.

Je suis persuadé que vous-même n’y croyez pas !

Manuel Gomez




Deschamps, 86 ans : agent de Moscou, puis islamo-collabo à Beaucaire

Décidément, Julien Sanchez peut se vanter, en ayant réintroduit le porc dans les cantines municipales de Beaucaire, d’avoir fait sortir du bois un sacré nombre de collabos.

Cela a commencé par les GG, qui se sont livrés à un véritable procès en sorcellerie contre le maire de Beaucaire, se comportant ouvertement en agents de l’islam.

https://ripostelaique.com/gg-face-a-sanchez-truchot-marschall-et-soubre-se-sont-comportes-en-agents-de-lislam.html

Cela a continué par l’intellectuel à deux balles Raphaël Enthoven, qui, lui, comme un vulgaire Bourdin, a comparé l’idéologie de Julien Sanchez à celle de Daesch, et a qualifié le maire de Beaucaire de porc, rien de moins.

Mais le plus beau restait à venir. Ce lundi, donc, devant la mairie de Beaucaire, une représentante d’une association de parents d’élèves, au nom peu gaulois, organisait donc un rassemblement citoyen, un pique-nique citoyen, des prises de paroles citoyennes, devant la mairie impure.

Certes, parmi les intervenants figurait un fiché S, membre du Cri (Coordination contre le racisme et l’islamophobie). Cela fait désordre, mais l’essentiel est de faire passer Julien Sanchez pour un anti-laïque sectaire et raciste, donc il ne faut pas être trop regardant… On notera que, malgré le renfort de petits-enfants à qui on avait fait quitter l’école, il n’y avait guère que quelques dizaines de personnes.

http://www.fdesouche.com/938323-derriere-manifestation-contre-suppression-repas-de-substitution-a-beaucaire-association-islamiste-dont-dirigeant-fiche-s

Nous avons eu droit au discours de l’antifasciste de service, une nommée Laure Cordelet, bien évidemment blogueuse sur Médiapart, dans un style mémère qui a besoin d’occuper ses après-midi…

Mais le pompon allait venir d’une intervention de la crapule stalinienne de service, un nommé Bernard Deschamps, né en 1932, âgé dont de 86 ans. Et toujours communiste, mais devenu islamo-communiste, comme vous allez le comprendre.

Cet homme avait donc 7 ans lors de l’accord entre Staline et Hitler.

Il avait la trentaine lors de l’invasion de Budapest par les tanks russes. Aucun souci. Il avait le même âge quand ses camarades sabotaient les armes de nos soldats, en Indochine ou en Algérie, et pactisaient ouvertement avec ceux qui tuaient nos enfants.

Il avait la quarantaine quand les chars russes envahirent Prague, mettant fin au Printemps impulsé par Dubcek. Et il avait le même âge quand les événements de 68 montrèrent que le PCF, loin d’être un parti révolutionnaire, était surtout le cerbère de la classe ouvrière, monnayant sa capacité de nuisance avec ceux qu’il appelle la Bourgeoisie.

Il avait la cinquantaine quand son parti fit tout pour faire perdre Mitterrand, et se rallia à l’Union de la gauche, obtenant 4 ministres destinés à faire passer l’austérité et le chômage de masse chez les travailleurs, ainsi que la casse de pans entiers de notre industrie (mines, métallurgie, sidérurgie). Il avait le même âge quand Jaruzelski effectua un coup d’Etat militaire contre Solidarnosc, en Pologne.

Il a vu son parti passer de 20% à 1 %. Il ne peut pas ignorer que le communisme est responsable de la mort de 100 millions de personnes, selon l’auteur du « Livre noir du communisme », Stéphane Courtois. Il ne peut pas ne pas connaître l’ampleur de la trahison de tous les partis communistes, contre le salariat, quand ils ont été au pouvoir. Et malgré cela, il reste un communiste haineux, sectaire, con et menteur, comme le prouve son hallucinante intervention devant la mairie de Beaucaire, au milieu des islamistes et des islamo-collabos de gôche.

Et quand il parle laïcité, là, c’est le pompon, le discours du collabo-coco dans toute sa splendeur !

Notons que ce collabo commence par « Salam Aleikoum », belle preuve de soumission… Et bien évidemment, Marine est fasciste… De la part de staliniens qui ont du sang sur les mains, il faut oser !

Et ce collabo, qui ose se dire communiste, se vante d’avoir voté Macron au deuxième tour.
Faut-il juste rappeler à cette crapule, qui ose faire des références à la Résistance, que les islamistes qu’il soutient étaient du côté d’Hitler, et que nombre d’anciens nazis se sont convertis à l’islam, pour servir contre Israël. Et faut-il également lui rappeler qu’aujourd’hui encore, dans nombre de pays musulmans, le livre le plus lu s’appelle « Mein Kampf ».
Et faut-il surtout rappeler à cet homme, qui a sur les mains le sang de toutes les victimes du stalinisme, que ce ne sont pas les militants du Front national qui tuent, violent, égorgent et agressent nos compatriotes, mais la cinquième colonne musulmane, qui ne peut agir que grâce à des collabos comme lui et ses complices.
Christine Tasin ne pouvait qu’étriller cet homme qui, toute sa vie, aura été un collabo et un traître : d’abord agent de Moscou, et traître à la France, puis aujourd’hui agent de l’islam, et pareillement traître à la France.
Notons bien sûr les meilleurs passages de ce grand moment d’Histoire et de littérature, où on entend cette crapule stalinienne instrumentaliser Jaurès pour justifier sa soumission aux barbus assassins.

Quels rapports, me direz-vous, entre le communisme et l’Etat islamique ou, pour faire bref, et l’islam ?

Elémentaire, mon cher Watson.

Même totalitarisme, même dictature.

Même dictature de la pensée, même suppression de la liberté d’expression.

Même mépris pour la vie et la liberté d’autrui, même mépris pour la culture et la civilisation qui ne seraient pas idéologiquement corrects.

Même haine du christianisme. 

Alors on peut comprendre que, faute de communisme en Europe, certains communistes louchent sur l’islam et attendent le sauveur Mahomet pour se sentir comme chez eux ! 

D’où, sans doute, le parallèle étonnant entre « Allah Akbar » et « Je vous bénis au nom du père, du fils et du saint-esprit ». Le cri du guerre du djihadiste « Allah akbar » ( le Dieu musulman est le plus grand, et puisqu’il est le plus grand, il impose sa prétendue loi, y compris par les attentats et autres égorgements ) mis sur le même plan que le geste de pardon et de souhaits de bonheur du chrétien.

Etonnant… De trois choses l’une, soit Bernard Deschamps est d’une inculture abyssale, soit il a une haine abyssale – haine communiste ? – pour le christianisme , soit il rêve d’un monde islamique et est prêt à tout pour défendre son idole, l’islam et justifier ses horreurs.

Dans les trois cas, cet homme est dangereux. Cet homme fait, à sa manière, l’apologie du terrorisme.

Quant à la voilée renvoyée au statut de la cornette de la bonne sœur et de la soutane, sans faire de détail. L’obligation faite à toutes les femmes, qui en meurent comme Katia Bengana, et le choix d’un uniforme pour ceux qui font profession de servir le Dieu des chrétiens. 

Katia Bengana, assassinée en Algérie à 17 ans pour avoir refusé de porter le voile

Alors, à vrai dire, je ne sais pas si ce communiste bredouillant est un assassin, mais je suis sûre d’une chose, c’est que ce mec est un salaud. 

Christine a tout dit, on n’a plus qu’à attendre la conversion à l’islam de Deschamps, qui ne fera ainsi qu’imiter Garaudy, autre vieille crapule stalinienne aujourd’hui disparu dans les poubelles de l’Histoire.

Martin Moisan




Trappes : l’arabe enseigné dès la 5e dans les 3 collèges de la ville

A Trappes, l’une des « classes où l’arabe est enseigné dès la 5e »  dans les trois collèges de la ville

L’ancien Président de l’Université de Strasbourg Alain Beretz, un des théoriciens de l’apprentissage de l’arabe et de la formation des imams à l’université de Strasbourg. En violation même des principes du Concordat, toujours en usage en Alsace et en Moselle.

Depuis la dernière rentrée scolaire, l’arabe est enseigné en langue vivante 2 à partir de la 5e dans les trois collèges de Trappes. Après la drôle de potion du Dr Beretz à l’université de Strasbourg, qui a lancé la formations d’imams (https://ripostelaique.com/islam-a-luniversite-de-strasbourg-la-drole-de-potion-du-dr-beretz.html), on s’achemine vers une banalisation de l’enseignement de l’arabe, et donc vers un communautarisme, dans des collèges de ZEP où les jeunes éprouvent de grosses difficultés avec le français.

Et les établissements, à l’image du collège Gustave-Courbet de Trappes, organisent même la fête de la langue arabe. Contacté par téléphone à son domicile, le principal d’un des trois collèges de Trappes, qui souhaite conserver l’anonymat, explique, avec une certaine gêne : « A l’occasion de la journée mondiale de la langue arabe, il s’agissait de célébrer l’arrivée de l’arabe en langue vivante 2 dans les trois collèges de la ville, Gustave-Courbet, Youri-Gagarine et Le Village… Il ne faut pas déformer cette démarche.

« Souvent, dans leurs familles, ils parlent le dialecte de leur pays d’origine. Ici, on leur apprend l’arabe littéraire. La langue arabe va leur apporter beaucoup de choses. Elle peut leur permettre de passer des concours, de travailler avec le Moyen-Orient… ».

Cette démarche semble à contre courant et parait aussi stupide que la construction de milliers de mosquées à la fin des années 80 pour officiellement « favoriser l’intégration des musulmans ». Beaucoup de ces mosquées sont aujourd’hui noyautées par les salafistes et par les intégristes, et contribuent au communautarisme.

L’enseignement du français évite le repli communautaire

Pour pouvoir s’intégrer dans une société, quelle qu’elle soit, il faut savoir parler la langue. On pourrait dire que c’est une évidence et que ça relève même du sens commun. « C’est une condition de base de l’intégration, mais ce n’est pas suffisant.
On observe qu’on peut maîtriser la langue française et ne pas s’intégrer, parce que l’intégration n’est pas que linguistique. Il faut associer l’apprentissage de la langue à la découverte et le respect de ce qu’on appelle les valeurs et les principes de la République » confie un « instit » de la vieille école.

C’est évident : la langue favorise l’intégration !  Le fait d’avoir un travail, d’aller chercher ses enfants à l’école, de faire du sport, favorisent aussi l’apprentissage du français. On sait aussi que la parfaite maîtrise du français n’assure pas une complète adhésion aux principes et aux valeurs de la société d’accueil. S’exprimer c’est une chose, mais il faut aussi comprendre et se faire comprendre. L’intégration linguistique est un très long processus, qui ne s’arrête jamais. C’est élargir toujours un peu plus son répertoire langagier. Car l’apprentissage du Français permet de s’ouvrir aux autres, de mener une vie en lien avec les autres.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411
Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/sandra-44-ans-meurt-de-froid-dans-la-rue-les-clandestins-dorment-au-chaud.html

http://ripostelaique.com/islam-a-luniversite-de-strasbourg-la-drole-de-potion-du-dr-beretz.html

http://ripostelaique.com/encore-une-zone-de-non-droit-et-des-emeutes-a-carpentras.html

http://ripostelaique.com/la-caf-3e-lieu-saint-de-lislam.html

http://www.dna.fr/faits-divers/2013/03/09/djihad-la-filiere-francaise

http://ripostelaique.com/exclusif-coup-de-balai-au-siege-de-la-police-parisienne-falcone-vire.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html

 




Le vaillant préfet Pouëssel va-t-il envoyer les tanks déloger la crèche de Béziers ?

C’est avec un immense plaisir que les patriotes assistent au bras de fer qui depuis quelques temps, oppose le courageux Robert Ménard, Maire de Béziers, au soumis Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault, donnant, à l’encontre de la digne fonction qu’il occupe, la preuve de son insupportable mépris des us et coutumes de la France qui le nourrit pourtant grassement… depuis la fin de ses études à l’ENA (d’où sont sortis les plus nuisibles de nos gouvernants).

http://www.herault.gouv.fr/Services-de-l-Etat/Prefecture-et-sous-prefectures/Corps-prefectoral/Curriculum-vitae-Prefet-de-l-Herault-Pierre-POUESSEL

Car pendant qu’un de ses prédécesseurs à ce poste, Daniel Constantin s’est « recyclé » dans l’accueil des migrants albanais via l’association Gammes, largement subventionnée par nos impôts, l’actuel Préfet de l’Hérault, n’a effectivement rien de plus important à faire, que de combattre… une crèche de Noël, indisposant fortement les pratiquants d’une religion prétendue d’amour et de tolérance !!!

https://ripostelaique.com/daniel-constantin-portrait-dun-ancien-prefet-dhimmi-qui-heberge-des-albanais-a-couteau.html

Monsieur Robert Ménard, sympathisant du Front National ne s’en est jamais caché bien qu’ayant pris ses distances pour suivre son chemin personnel… mais il n’en fallait pas plus pour qu’il soit systématiquement étiqueté « extrême droite », ce qui en France est un « gros mot », validé par les idiots utiles de tous poils, incapables de chanter un autre air que « faire barrage au FN » !

Alors Monsieur le Maire de Béziers, qui a déjà tant fait de bien et de positif dans cette ville, à la grande satisfaction de ses administrés, est devenu la bête noire de toute la bien-pensance, ne sachant quoi faire pour lui nuire, et ce d’autant plus que le personnage possède bien plus de courage et de caractère, que tous ces malotrus réunis, qui le poursuivent de leur hargne, voire même de leur haine pour certains !

S’aidant bien évidemment de tout l’appareil d’Etat où pullulent les collabos donneurs de leçons aux « populistes » qu’ils méprisent, sentant bien combien ceux-ci pour la plupart, ont percé à jour leurs magouilles destinées à cacher leur incompétence n’ayant d’égale que leur fourberie… monsieur le préfet de l’Hérault … qui n’a décidément rien d’un héros, roule des mécaniques pour faire céder un homme qui lui est pourtant infiniment supérieur !

L’objet du litige : une superbe crèche installée dans la mairie de Béziers… qui s’est vue sommée de disparaître, au nom de la laïcité à géométrie variable que pratiquent tous les traîtres à la Patrie, pour complaire à l’espèce protégée par tous les couards islamo-collabos, redoutant les « désordres » d’un éventuel attentat… de la part des « agneaux » islamiques !

Alors, pendant que partout en France se déroulent d’ insoutenables agressions, vols, viols, assassinats… à répétitions, dont une grande ville comme Montpellier n’est pas exclue, loin de là…  Pouëssel pèse de tout son poids pour que soit retirée dans les plus brefs délais, cet objet monstrueux, susceptible sans doute d’effrayer les paisibles petits enfants musulmans et leurs innocents parents.

Pourtant, pas plus que ses prédécesseurs, le sensible personnage ne semble si regardant quand leur fumeuse laïcité est piétinée par un maire de Montpellier ayant célébré, en famille, mais posté sur facebook, la fin du ramadan (un des cinq piliers de l’islam) ...

http://www.lengadoc-info.com/46/politique/maire-montpellier-celebre-fin-du-ramadan/

Pas plus que lorsque 2000 ovins sont sacrifiés, parfois dans des abattoirs clandestins, dans de scandaleux manques d’hygiène, lors de l’aïd-el-kebir, même si le contraire est prétendu…

Mais ce qui ne manquera pas de choquer tous les citoyens français, qu’ils soient croyants, athées, ou simplement agnostiques, c’est le respect par nos dirigeants, des traditions religieuses musulmanes, quand par ailleurs, ils interdisent celles qui sont les nôtres depuis des millénaires, osant s’abriter derrière une fallacieuse laïcité qu’ils manipulent à leur façon, pourvu qu’elle aille dans le sens du politiquement correct !

« TRADITION. La célébration de la fête religieuse musulmane de l’Aïd-el-Kébir a eu lieu durant les trois jours du week-end dernier, en fin de période de congés scolaires. L’action des services de l’État dans le département de l’Hérault a permis de concilier le bon accomplissement du rite avec les dispositions légales de protection des consommateurs, de protection du bien-être animal et de respect de l’environnement. La Direction Départementale de la Protection des Populations – DDPP – a assuré le contrôle des conditions de fonctionnement des abattoirs temporaires autorisés de Montpellier – sur le site de Grammont- et de Baillargues, ainsi que de l’abattoir permanent de Pézenas”, indique ce mardi soir la préfecture de l’Hérault.

https://e-metropolitain.fr/2017/09/05/aid-el-kebir-lherault-environ-2000-ovins-ont-ete-sacrifies/

Ce préfet indigne, nommé le 4 janvier 2016, n’avait d’ailleurs pas perdu de temps avant de « débouler » à Béziers dès le 11 janvier, son discours (vidéo dans le lien) trahissant combien il avait envie d’en « découdre » avec Robert Ménard …

http://www.midilibre.fr/2016/01/05/le-nouveau-prefet-de-l-herault-en-visite-a-beziers-ce-lundi-11-janvier,1265583.php

Cependant si l’on en croit les priorités qu’il avait annoncées :

« Mes premières priorités seront la sécurité, les politiques de cohésion sociale, le développement économique et la lutte contre le chômage« .

Il semblait évident qu’une simple crèche installée dans une mairie, ne porterait absolument aucun ombrage à ces nobles causes.

Pour autant, il faut savoir que l’attitude de Pierre Pouëssel est, en tous points, semblable à celle d’une majorité d’élus, véritables judas se faisant élire sur de belles paroles, pour mieux les trahir sur le terrain une fois élus…

Nommé par l’un d’entre eux, comment pourrait-il faire différemment… à moins de posséder courage et pugnacité comme Robert Ménard, ce qui n’est manifestement pas le cas !

La préfecture de l’Hérault ayant saisi le Tribunal administratif de Montpellier en référé, le juge a enjoint  le maire de Béziers, de retirer sous 48 heures la crèche de Noël installée dans sa mairie, prononçant une astreinte de 2000 euros par jour de retard.

A l’encontre de toute vraie justice et toute logique, le juge a justifié sa décision en rappelant que « l’installation d’une crèche à titre temporaire à l’initiative d’une personne publique dans un emplacement public n’est légalement possible que lorsqu’elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, sans exprimer la reconnaissance d’un culte ou marquer une préférence religieuse ».

En résumé, toutes les nuisances, bruyantes violentes et olfactives imposées chaque été aux citoyens pendant un long mois, de même qu’à l’automne les égorgements sauvages et les écœurantes mers de sangs dans certaines villes… sont éminemment respectables parce que culturelles, artistiques et festives, et n’expriment absolument pas la reconnaissance d’un culte, ni ne marquant une préférence religieuse !!!

En revanche, ces critères ne s’appliquant point à une simple crèche, innocente et paisible ; elle ne saurait en aucun cas être supportée, par tous les bouffons, aux ordres des islamistes ayant déjà pris en grande partie le pouvoir en France, même si pour l’instant ils continuent de laisser croire aux crétins officiels, qu’ils sont là pour les aider, afin de partager un jour le pouvoir avec eux !

http://www.leparisien.fr/societe/la-justice-ordonne-au-maire-de-beziers-de-retirer-la-creche-de-noel-de-l-hotel-de-ville-18-12-2017-7460646.php

Monsieur Pierre Pouëssel, Préfet de l’Hérault, n’est donc rien d’autre qu’un de ces soumis, préférant la dhimmitude, dès lors que les avantages, voire privilèges liés à la fonction seront préservés (croit-il), au courageux combat qui permettrait de mettre fin aux exigences et jérémiades sans fin des islamistes, en cessant de céder à toutes leurs demandes…

Mais pour l’heure, il n’en a pas terminé avec le brave Maire de Béziers… celui-ci ayant fait le choix raisonnable de se conformer à la décision de justice, évitant ainsi les lourdes amendes prévues en cas de refus d’obtempérer… pour mieux installer cette même crèche, plébiscitée par les Biterrois et bien d’autres citoyens épris de probité, quelque mètres plus loin, dans un autre bâtiment municipal !

Magnifique pied de nez au préfet socialiste et sa clique… Bravo Monsieur Ménard, bien joué !

https://www.ouest-france.fr/politique/robert-menard/contraint-par-la-justice-robert-menard-va-deplacer-sa-creche-sans-y-renoncer-5456783

Tel est pris qui croyait prendre… l’armée des faux-culs n’a donc plus qu’à tout reprendre à zéro, en cherchant de nouveaux prétextes pour justifier leur bassesse, étant entendu qu’ils en ont d’ores et déjà tellement fait qu’il leur devient quasiment impossible de faire croire en leur impartialité.

De rage, le préfet Pouëssel  enverra-t-il les tanks déloger la crèche de Béziers ?

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

P.S. A titre personnel, je ne manque pas chaque soir, de poster sur ma page VK (le facebook russe) une nouvelle crèche dédiée à la Libre Pensée… nul doute que ces derniers accepteront de les partager avec l’exceptionnel préfet de l’Hérault, la période de Noël étant avant tout celle du partage et des  sentiments fraternels …




Faut-il interdire l’islam ? Non, il y a mieux à faire ! (2/2)

 

(Suite de la première partie)

Pour abolir le pouvoir du religieux réintroduit en France afin de précipiter la régression civilisationnelle nécessaire à la réinitialisation du monde libre selon le modèle barbare, c’est un plan anti-corruption à large spectre qu’il s’agit de mettre en place. En termes de stratégie, le mieux est de proposer des mesures consensuelles, que personne ne voudrait récuser, ne provoquant pas de clivage droite-gauche, et à même d’entraîner une large adhésion. Car en réalité nous n’avons plus trop le temps d’échafauder des stratégies de fachos racistes pour renforcer le pouvoir des islamo-gauchistes et de leurs maîtres mondialistes en confortant les conditions de la guerre civile et mondiale voulue par ces derniers.
Puisqu’il s’agit d’interdire, nous proposons donc quelques mesures susceptibles de mobiliser largement la société dans un esprit fraternel, car la lutte contre la corruption est justement susceptible de renforcer les liens conviviaux entre gens coopérant en bonne intelligence. Voici quelques lignes de ce plan anti-corruption en direction des agents de l’État, qui ne propose qu’un retour à l’esprit de la loi politique légitime :

– Interdiction à un quelconque élu, ministre, magistrat, président ou présidentiable, de percevoir quelque fonds, rémunération ou gratification quels qu’ils soient, pour défendre des intérêts particuliers, quel que soit la communauté ou le lobby (religieux, financier, industriel, étatique, etc). A fortiori qu’interdiction leur soit faite d’aller mendier eux-mêmes des fonds ou soutiens dans des dîners communautaires, ambassades argentées, ou à l’étranger, pour défendre des intérêts allochtones à la république française.

– Interdiction de subventionner, avec l’argent public ou non, des lieux de cultes (autres que ceux historiquement présents en France et appartenant au patrimoine culturel national), associations ou autres « centres culturels », dans le but de développer le communautarisme et d’obtenir des soutiens (achat de voix etc.).

– Interdiction de permettre ou de financer des fêtes ou évènements d’origine religieuse (autres que ceux sécularisés qui appartiennent à notre culture) dans l’espace public, ou d’y participer avec ostentation, et de porter des attributs religieux en signe d’allégeance.

– Interdiction de défendre en France des intérêts en contradiction avec ceux des Français se reconnaissant comme tels sans plus de précisions ethnique, communautaire ou religieuse, par quelque action, financement ou prise de parole que ce soit.

– Interdiction de livrer la France, son peuple et ses institutions, à l’organisation mafieuse nommée UE. Restauration des frontières et de la souveraineté nationale, soit : Frexit.

– Interdiction à quiconque appartient à une société secrète de briguer un mandat.

– Interdiction d’avoir un mandat après avoir servi la haute finance (en particulier contre les intérêts de son propre pays).

– Interdiction de permettre l’infiltration des sphères exécutives, législatives, juridiques, judiciaires, policières et des services secrets, par quelque communauté, lobby, société secrète, ou État étranger que ce soit.

– Accessoirement : Interdiction d’accrocher des représentations tronquées de Belzébuth dans les salons de l’Élysée, de voler les objets d’art de la collection nationale et de laisser uriner les chiens sur les meubles d’époque.

Une fois que les minima de l’éthique publique auront été intégrés par les agents de l’État, nous verrons la fin de l’impunité communautaire, de la discrimination positive, et de l’instrumentalisation du terrorisme. Une remigration naturelle s’ensuivra, car des gouvernants, élus et magistrats intègres viendront en poste, ayant à cœur de protéger notre souveraineté. Ils réserveront l’aide sociale aux plus nécessiteux des nationaux, s’occupant désormais de leurs administrés et laissant les autres gouvernants s’occuper des leurs, selon une logique sans faille. Les clandestins rentreront donc chez eux pour faire quelque chose de leur vie plutôt que de pourrir la nôtre.

L’islam est un troll hideux destiné à vous fourvoyer et à détourner votre attention et votre énergie. Nous devons traiter les questions politiques sur le terrain politique, sans discourir d’islam ad vomitem, sujet sans intérêt aucun, sans pertinence politique aucune, et dont le livre de référence est d’une fréquentation notoirement mortifiante pour un esprit éclairé.
Notons que prendre fait et cause pour Israël, État religieux, colonialiste, ségrégationniste, refoulant les migrants dans le désert, et ayant intérêt à ce que la haine des musulmans se répande de manière décisive en Europe, afin d’entraîner l’Occident dans toutes les guerres qui alimentent le terrorisme et les migrations, est particulièrement contre-productif, anti-laïque, et indéfendable politiquement.

À la corruption généralisée, il n’y a pas d’autre manière de répondre que par la rigueur intellectuelle, l’intégrité morale, la responsabilité dans l’usage de la liberté d’expression, la conscience politique, le sens de la justice, et la hauteur de vue. Nous devons instaurer un large débat dépassant les clivages partisans qui sera à l’origine d’un vaste front citoyen anti-corruption afin de reconstruire les institutions légitimes de l’État de droit laïque.

Nos représentants sont les premiers et seuls responsables politiques, par définition. Nous devrons ouvrir les procès de ces collabos pour haute trahison. Nous apprendrons alors ce que leur a rapporté le sang des nôtres, les souffrances infinies infligées à Marianne, et qui sont leurs commanditaires. Et là, il y aura des surprises.

Isabelle James, pour la liberté d’expression