1

Présidentielle : Eric Zemmour, premier invité de «C dans l’air»

Eric Zemmour a la stature d’un vrai chef d’état, capable de redresser la France. Le 23 janvier, Éric Zemmour détaillera son programme et sa vision de la France sur la scène internationale durant une heure.

Eric Zemmour doit avoir le sourire. C’est lui en effet qui « inaugurera », le 23 janvier à 20 h 55, la première émission « C dans l’air » des élections présidentielles 2022. En le plaçant en tête des candidats auditionnés, la présentatrice Caroline Roux reconnait implicitement qu’Eric Zemmour est la locomotive de la compétition présidentielle, le premier opposant à Emmanuel Macron.

Autant dire que l’audience de France 5 va exploser. Et la chaine a dès à présent adressé un communiqué de presse aux journalistes accrédités, libellé « C dans l’air : les principaux candidat(e)s à l’élection présidentielle ». Le ton est donné avec ce communiqué de presse annonçant une série de quatre émissions spéciales en prime time de « C dans l’air », dont le lancement est prévu dimanche 23 janvier à 20h55 sur France 5. Éric Zemmour sera interrogé sur sa vision de la France sur la scène internationale par Caroline Roux durant une heure.

D’après les informations confirmées par France 5, contactée par téléphone ce mardi 11 janvier 2022, c’est le candidat Éric Zemmour qui sera le premier à s’y coller. L’ancien polémiste de CNews répondra donc aux questions de la présentatrice Caroline Roux .

Ce choix de France 5 intervient au moment où de nombreux médias français boycottent le candidat Eric Zemmour, candidat préféré d’une majorité de français, ceux notamment qu’un président socialiste, François Hollande, méprisait en les qualifiant de « sans dent ». Le succès de ce débat pourrait favoriser l’obtention de parrainages auprès de maires, qui prendront conscience de la valeur du possible successeur d’Emmanuel Macron à l’Elysée.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




Le député LR Guillaume Peltier rallie Éric Zemmour

Le député LR Guillaume Peltier rallie Eric Zemmour car il est persuadé que Valérie Pécresse conduit LR à la défaite.

Les ralliements de poids en faveur d’Eric Zemmour, seul candidat crédible face à Emmanuel Macron, se succèdent. Dernier en date, celui de Guillaume Peltier, l’ancien numéro 2 de LR où il était progressivement tombé en disgrâce dans les instances. Guillaume Peltier a annoncé dimanche son inconditionnel soutien au candidat à la présidentielle Eric Zemmour, “seul candidat de la droite” selon lui, en taclant sévèrement Valérie Pécresse.

L’information est confirmée par l’AFP, qui cite Guillaume Peltier « J’ai pris la décision de soutenir le seul candidat de la droite, le seul candidat fidèle aux valeurs du RPR, le seul candidat capable de battre Emmanuel Macron parce que capable de rassembler tous les électeurs de droite ». De plus, Guillaume Peltier, le député du Loir-et-Cher, a expliqué à Cnews et Europe 1 : “Je veux que la France reste la France….Il est urgent que la majorité silencieuse se lève et prenne le pouvoir face à la tyrannie des minorités… J’appelle à l’union de tous les électeurs de droite derrière Eric Zemmour ».

Guillaume Peltier était le porte parole de Nicolas Sarkozy

Le ralliement de Guillaume Peltier dérange les notables de LR, mais aussi Marine Le Pen. En effet, ancien du Front national passé chez Philippe de Villiers au début des années 2000, Guillaume Peltier, fut le porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Il y a quelques temps, Guillaume Peltier avait perdu sa place de vice-président de LR en décembre, après un tweet admiratif envers Eric Zemmour. Avant cela, il avait été déchu de son poste de numéro 2 fin mai 2021, après avoir assuré « porter les mêmes convictions » que le maire de Béziers Robert Ménard, proche du RN.

Depuis son annonce de ralliement à Eric Zemmour, les coups bas se succèdent et les insultes pleuvent. Lors d’un déplacement à Cerbère (Pyrénées-Orientales) à la frontière franco-espagnole, Marine Le Pen (RN) a vilipendé Guillaume. Peltier, lui reprochant d’avoir coché toutes les cases, d’avoir fait tous les mouvements politiques ».

Même son de cloche du côté des ténors du Modem. Le ministre MoDem Marc Fesneau, du même département que Guillaume Peltier, a aussi condamné sur Twitter ce « retour à la maison mère, au terminus des prétentieux, des ambitieux et des opportunistes ». Guillaume Peltier « va probablement en éclaireur » auprès d’Eric Zemmour, a jugé sur BFMTV le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, qui voit dans ce départ le symptôme « d’un problème d’autorité et de ligne chez les LR ».

Ce ralliement laisse augurer d’autres ralliements en faveur du candidat Eric Zemmour, et devrait favoriser l’obtention de parrainages auprès de maires et de cadres LR ayant des mandats régionaux ou départementaux, et fidèle à la ligne de l’Ex LR Guillaume Peltier.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 

 




Seul, Eric Zemmour recadre efficacement Emmanuel Macron

https://images.bfmtv.com/FaTb-hExkklyZp0rmCebSXXQlvE=/0x53:1024x629/640x0/images/Macron-Zemmour-1143897.jpg

Parmi tous les candidats à l’élection présidentielle, Eric Zemmour s’impose comme l’anti Macron par excellence. Il est le seul que Macron redoute dans le cadre d’un débat public télévisé.

Parmi les nombreux candidats à l’élection présidentielle 2022, les « vieux chevaux de retour », d’Arnaud Montebourg à Marine Le Pen, en passant par Valérie Pécresse ou Jean-Luc Mélenchon, n’ont pas les capacités intellectuelles ou la volonté politique de « recadrer » le « gamin trublion » Macron. Si, au début des années 1980, le même Emmanuel Macron, en client éméché d’un bistrot du Nord avec tenu ses propos sur les non vaccinés, le patron du bistrot aurait fait taire Macron, avec l’autorité du « bistrotier responsable. Mais voilà, nos confrères journalistes du Parisien n’ont pas le savoir faire professionnel des bistrotiers qui faisaient la richesse de nos terroirs.

Il aura donc fallu attendre le 6 janvier pourpour que le candidat préféré de la France profonde, Eric Zemmour, renvoie Emmanuel Macron dans « sa niche ». Et dise tout haut ce que 3 français sur 4 pensent.

Sur Europe 1 ce 6 janvier, Eric Zemmour a régalé les auditeurs de la station en réagissant aux propos d’Emmanuel Macron, qui expliquait dans un entretien au Parisien vouloir «emmerder» les non-vaccinés. Le candidat favori des électeurs et électrices de droite à la présidentielle a commenté : «J’aimerais bien qu’il emmerde d’autres gens comme les caïds, les trafiquants de drogue, les gens qui ont brûlé les voitures à la Saint-Sylvestre.»

Et Eric Zemmour d’enfoncer le clou : « Les terroristes qui tuent au Bataclan ce sont ses enfants, et en revanche les non-vaccinés ne sont pas citoyens ? ». Bien vu Eric !

Si l’attention médiatique s’est largement concentrée sur le terme «emmerder», pour Eric Zemmour, « la phrase la plus grave » de l’interview du chef de l’Etat est ailleurs, lorsque ce dernier affirme : « C’est l’immense faute morale des antivax : ils viennent saper ce qu’est la solidité d’une nation. Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen. »

Quel autre chef d’état dans le monde aurait osé tenir des propos aussi irresponsables ? Le turc Erdogan, qui n’est pas ma tasse de thé, a-t-il vraiment franchi la « Border Ligne » lorsqu’il proposait à son homologue français de lui prêter (gracieusement) son psychiatre personnel ? L’avenir le dira….

 

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411