1

Parti Radical : le coup d’état du 10 juillet 2021 a échoué

Seule, la presse politique confidentielle en a parlé pour éviter que d’autres prétendants ne sortent de leur maison de retraite pour prendre le pouvoir dans différentes instances….

L’évènement a été dissimulé par l’ensemble des médias. Le 10 juillet 2021, la Ve République a failli vaciller. Un putsch a été fomenté à Paris par la jeune garde du Parti Radical, plus vieille formation politique de France. La jeunesse du Parti Radical, conduite par l’ancien ministre et maire de Nancy André Rossinot (82 ans), Didier Bariani (77 ans) et Emile Zuccarelli (80 ans) ont tenté, à l’aide d’une motion, de renverser le président du parti Laurent Hénart (53 ans). La motion était intitulée « Pour un renouveau » et précisait aux militants qu’il convenait « de rejoindre le mouvement d’Emmanuel Macron » en prévision des prochaines élections présidentielles. Comme si le Parti Radical pouvait avoir un réel impact en 2022.

Mais c’est toujours très chouette de voir que les personnes âgées du parti sont toujours au top du Mouvement Radical et que ça reste une histoire d’hommes.

Pour mémoire, le bon docteur André Rossinot, qui pressentait un nouveau destin ministériel si Emmanuel Macron est réélu président de la République en 2022, a été  président du Parti radical à plusieurs reprises : de 1983 à 1988, de 1993 à 1997 et de 2003 à 2007 (en tandem avec Jean-Louis Borloo à partir de 2005). L’hypothèse d’une candidature d’André Rossinot à l’élection présidentielle de 1988, sous l’étiquette du Parti républicain, fut évoquée.

Également membre de l’UMP, le bon docteur Rossinot, qui avait épousé une jeune journaliste de l’Est Républicain, la blonde Françoise Cordelier, s’était illustré en 2007 et 2012 en apportant son soutien à Nicolas Sarkozy aux élections présidentielle, sans obtenir de « maroquin » en retour.

Déjà, En avril 2018, le bon docteur Rossinot avait annoncé « qu’il apportait son soutien au président de la République, Emmanuel Macron. Avec un train de retard, un an après l’élection présidentielle de 2017 !

Heureusement que les trois vieillards n’ont pas souhaité, dans leur motion, apporter un large soutien à Eric Zemmour, car la crédibilité croissante de ce dernier aurait été considérablement entamée. Avec des « parrains » pareils.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




Le pass sanitaire, piège à cons de Macron

« Pass » ou « trépasse » si je faiblis, car c’est le dernier piège à cons de Macron.

Le « pass » sanitaire, c’est l’astuce trouvée par un haut fonctionnaire de l’Élysée pour diviser la société française et créer un écran de fumée. Totalement illégal par rapport à la déclaration des droits de l’homme de 1789. Mais redoutablement efficace !

Grâce à lui, les « pro-pass » et les « anti-pass » se divisent, s’engueulent. Nos amis et moins amis s’invectivent dans la rue, sur les forums, dans les réunions, sur les réseaux sociaux.

‌Pendant ce temps, Macron et Castex bénéficient d’une paie royale pour augmenter encore et toujours plus le prix des carburants, finaliser leur réforme structurelle des retraites, distribuer, dans le cadre de la crise sanitaire, des sommes énormes à des entreprises dégageant de gros bénéfices, sans oublier de renflouer des entreprises publiques comme le groupe la Poste (banque postale et courrier), qui affichait 1,3 milliards de déficit au titre de l’année 2020.

http://www.lefigaro.fr/societes/l-etat-va-devoir-se-porter-au-secours-de-la-poste-20210528

http://www.hebdo-ardeche.fr/actualite-11467-sts-composites-mise-sur-la-relance

Ainsi, vendredi 2 juillet, le ministre délégué chargé des Comptes publics, Olivier Dussopt, s’est rendu à SaintDésirat afin de remettre un chèque de 800 000 euros à l’entreprise nord-ardéchoise STS Composites (ancienne entreprise Inoplast, dont l’ex-PDG Pascal Diaz conduisait une liste LREM à Tournon-sur-Rhône aux élections municipales 2020).

https://acoyseme.blogspot.com/2021/07/la-poste-va-ralentir-la-distribution-du.html

Pendant que les « pro-pass » et les « anti-pass » se foutent sur « la gueule », plus de Gilets jaunes dans les rues, les revendications des infirmières sont tombées aux oubliettes, le coût de la vie continue d’augmenter, les agriculteurs en graves difficultés se suicident, dix millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, les allocations familiales coulent à flot pour les familles maghrébines et leurs enfants fictifs, des millions de retraités font les poubelles pour survivre, etc, etc.

Pendant ce temps, l’islam gauchisme continue de gangrener les universités, notamment à Strasbourg et à Paris. Et 40 000 étudiantes et étudiants pauvres sont obligés de se prostituer pour survivre, manger, payer le loyer du studio. Tant la précarité est grande et occultée par les médias nationaux aux ordres du pouvoir.

https://www.eyrolles.com/Litterature/Livre/escort-etudiante-itineraire-d-une-enfant-gatee-9782381021324/

https://www.fnac.com/ia9730219/Francis-Gruzelle

Pendant ce temps, nos policiers et gendarmes se font tirer dessus par les « islamo grenoblois » (qui ont remplacé les « Italo grenoblois ») en Isère, ou par le milieu musulman à Marseille qui, kalachnikovs à l’appui, a supplanté et éliminé les truands français traditionnels équipés de l’emblématique 11,43. Que nombre de Marseillais honnêtes commencent à regretter car, à l’époque francophone du milieu, il n’y avait pas de balles perdues pour les passants sur les trottoirs.

Le grand banditisme maghrébin a généralement été à l’école et instruit sur notre sol. Il a vite compris les atouts de la kalachnikov. Chance, erreur, imprécision : tout ce qui peut sauver la vie lors d’une fusillade n’existe pas avec l’AK-47, un engin qui ne laisse aucune place au hasard. Simple à utiliser, facile à transporter, il est si efficace qu’on n’a pas besoin d’entraînement. « Il peut transformer même un singe en combattant » a dit Kabila, le redoutable Président congolais.

« Multi pass » extrait du 5 ème élément, le film de Luc Besson, sorti en 1997,

A croire que Steven Spielberg fut un visionnaire et précurseur avec « Minority Report » (film de science-fiction américain réalisé et sorti en 2002), comme Luc Besson avec « le cinquième élément » (film de science-fiction français tourné en langue anglaise, coécrit et réalisé par Luc Besson, sorti en 1997, trois César dont celui du meilleur réalisateur, plus grand succès au box-office France 1997) dans l’anticipation d’une société soumise à la dictature et au « multi pass ».

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




Mis en examen, Dupond-Moretti veut réformer l’institution judiciaire

Le magistrat Philippe Courroye et Eric Dupond-Moretti au restaurant Louchebem à Paris. Viandard, Eric Dupond-Moretti affirme défendre les artisans bouchers. Mais, il est à l’origine d’un carnage au ministère de la justice !

21 juillet 13 h 30, Éric Dupond-Moretti va proposer aux parlementaires de réformer l’institution judiciaire qui vient de le mettre en examen

Mis en examen vendredi pour « prise illégale d’intérêts » (une première pour un garde des Sceaux de la Ve République), Éric Dupond-Moretti, sans vergogne, proposera aux parlementaires de la commission des lois, mercredi 21 juillet, à 13 h 30, un projet de loi « pour la confiance dans l’institution judiciaire ». Il fallait oser ! La belle tête de vainqueur du gouvernement de Jean Castex est vraiment hors concours, toutes catégories.

Les journalistes accrédités auprès du ministère de la Justice ont reçu un « mail de convocation » pour ce grand moment de la justice française. Quelques jours après avoir été convoqué par la commission d’instruction de la Cour de justice de la République, soupçonné d’avoir profité de ses fonctions pour servir ses anciennes activités d’avocat et régler ses comptes avec des magistrats, le ministre Éric Dupond-Moretti veut réformer l’institution judiciaire qui vient de le mettre en examen.

Au moment où de nombreux médias spéculent sur sa démission (sans avoir ouvert leurs mails du ministère de la Justice), Éric Dupond-Moretti tente de rebondir avec un projet de loi réformant l’institution. Du coup, à partir de mercredi, la quasi-totalité des médias français ne parleront plus de la mise en examen du ministre de la Justice Dupond-Moretti, mais du projet de loi « pour la confiance dans l’institution judiciaire ».
Tel un gladiateur dans l’arène judiciaire, Éric Dupond-Moretti a choisi d’affronter le cirque médiatique sur un terrain où personne ne l’attendait. Surtout les Français moyens (sans parler des 10 millions qui vivent sous le seuil de pauvreté) qui ne savent plus quoi penser du ministre, de la République, des coquins au pouvoir.

Du jamais vu de mémoire de Gaulois. Celui que nombre de Français surnomment le « Yéti » ne recule devant rien. Il est prêt à tout pour rester dans son confortable fauteuil place Vendôme, où Emmanuel Macron l’a mis en orbite pour le plus grand malheur de la justice et pour le plus grand bonheur des taulards, dont beaucoup étaient les clients du même Éric Dupond-Moretti.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




La Cour de justice de la République convoque Éric Dupond-Moretti

 

La justice a décidé de « cuisiner » le garde des Sceaux de la République française, Éric Dupond-Moretti

En plein confinement, Eric Dupond-Moretti avec Nicole Rubi, la patronne du restaurant la Petite Maison à Nice, belle-mère d’un autre avocat célèbre Thierry Herzog.

Eric Dupond-Moretti en plein confinement…. Aujourd’hui, il trinque dur !

Pour la première fois en France, la Cour de justice de la République convoque un ministre de la Justice en exercice pour des faits très graves. Après les quinze heures de perquisition à la Chancellerie, Éric Dupond-Moretti est cité à comparaître comme un vulgaire délinquant le 16 juillet.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/07/04/perquisition-au-ministere-de-la-justice-eric-dupond-moretti-met-en-cause-un-syndicat-de-magistrats_6086915_3224.html

L’information nous est confirmée au téléphone, ce 5 juillet à 15 heures, par une collaboratrice d’Éric Dupond-Moretti, qui souhaite conserver l’anonymat. « La plainte conduit le garde des Sceaux devant la Cour de Justice de la République ».

https://www.usinenouvelle.com/article/eric-dupond-moretti-convoque-le-16-juillet-a-la-cjr.N1118639

Et la petite séance d’humiliation continue pour Éric Dupond-Moretti. Comme cela était prévisible, il est convoqué devant la commission d’instruction de la Cour de justice de la République le 16 juillet, pour une éventuelle mise en examen.

Le but des juges est d’instruire à charge et à décharge le conflit d’intérêts dont se serait rendu coupable le garde des Sceaux. En janvier dernier, en effet, trois plaintes de syndicats de magistrats et une plainte d’Anticor accusaient Éric Dupond-Moretti de prise illégale d’intérêts, après qu’il eut diligenté des inspections et des enquêtes administratives successives contre quatre magistrats.

Une qualification juridiquement large, mais déshonorante puisqu’elle laisse à penser que le garde des Sceaux aurait confondu ses intérêts privés avec l’intérêt général…

https://www.journaldesfemmes.fr/societe/actu/2709288-diners-clandestins-dupond-moretti-attal-le-maire-riester-christophe-leroy-pierre-chalencon/

Eric Dupond Moretti fortune

 

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 




Un quartier d’Annonay maltraité et l’Ardèche bascule à droite

Le « pays » de Jean Ferrat bascule à droite, suite à la mauvaise gestion des élus socialistes et au massacre de Bernaudin, une cité d’Annonay gérée par la majorité de gauche du département de l’Ardèche.
La majorité de droite a gagné sur le fil avec un canton d’avance. La défaite des candidats socialistes dans le canton d’Annonay Sud (canton traditionnellement à gauche depuis des décennies) a permis ce basculement à droite, suite à la désastreuse politique de gestion du logement social dans la cité de Bernaudin (1 000 électeurs inscrits). Décryptage du suicide départemental socialiste sur les terres de Jean Ferrat (1).
https://www.ledauphine.com/politique/2021/06/28/elections-departementales-une-fete-improvisee-en-l-honneur-d-olivier-amrane-a-privas
Sale temps pour les socialistes en Ardèche, qui étaient aux commandes du département depuis 23 ans. Déjà affaiblis par les poursuites judiciaires dont fait l’objet Olivier Dussopt (3), leur créateur, dans les affaires de corruption du N° 3 de l’eau et de l’assainissement en France, la Saur, il ne manquait plus qu’un scandale immobilier.
https://www.marianne.net/politique/entre-deux-lecons-de-morale-olivier-dussopt-se-faisait-offrir-des-tableaux-par-une
https://www.revolutionpermanente.fr/Le-secretaire-d-Etat-Oliver-Dussopt-sous-enquete-judiciaire-pour-corruption
Comme prévu, les candidats socialistes Stéphanie Barbato-Barbe (adjointe au maire d’Annonay) et Jérémy Fraysse (ancien correspondant du Dauphiné Libéré) ont été largement battus au 2 ème tour sur le canton d’Annonay Sud, suite au « massacre programmé par Ardèche Habitat de la Cité de Bernaudin ».
Les candidats socialistes de la majorité départementale pouvaient difficilement rattraper leur retard dans le canton d’Annonay Sud. Car ce canton abrite la cité de Bernaudin, avec environ un millier d’électeurs.
Des logements récemment isolés et restaurés vont être rasés
Il y a un mois, les responsables d’Ardèche Habitat, organisme locatif de gestion sociale, dirigée par la majorité de gauche du département de l’Ardèche et présidé par le PS Olivier Peverelli (2), vice-président socialiste du département et maire du Teil, ont annoncé aux locataires, lors d’une réunion, la destruction, début 2022, des immeubles N° 35 et 36, sans solution de relogement des occupants, et la destruction du centre social.
Chacun a pu constater que le département de l’Ardèche « marchait sur la tête ». En effet, les deux immeubles qui vont être détruits ont bénéficié d’une réfection totale de l’isolation (des caves au toit) durant l’hiver 2020, par une entreprise de Castres, et tous les appartements ont été équipés de chaudières individuelles neuves durant l’hiver 2019.
Tous les autres bâtiments de la cité de Bernaudin ont bénéficié des mêmes travaux de chaudières neuves et d’isolation.
Les responsables d’Ardèche Habitat, sous l’autorité du département socialiste et du président Olivier Peverelli, ont aussi annoncé que tous les habitants de la cité de Bernaudin devraient quitter leur appartement pendant un mois et demi, à l’hiver 2022-2023, pour permettre à Ardèche Habitat d’effectuer des travaux de réfection de toutes les cuisines, salles de bain et WC. Ils ont précisé que l’eau serait coupée pendant un mois et demi.
Ardèche Habitat ne propose pas de solution de relogement
Sans proposer de solution de relogement, de nuits d’hôtels, et d’indemnités de repas et petit déjeuner, puisque les habitants concernés ne pourront plus accéder à leur cuisines, chambres, salles de bain et appartement en général.
Le tout sans concertation préalable, les habitants de Bernaudin étant convoqués à cette réunion dite « d’information » par lettre simple. Et là, on leur a indiqué que tout était décidé et planifié.
Les inconditionnels défenseurs de la majorité socialiste au département de l’Ardèche et les candidats pourront toujours trouver une excuse bidon du type « On n’était pas au courant » ou « le vice-président du département Olivier Peverelli gagate après le tremblement de terre du Teil où il a été secoué ». A moins que les responsables administratifs d’Ardèche Habitat n’aient voulu torpiller la majorité départementale de gauche.
Mais, comment les électeurs de Bernaudin, traditionnellement à gauche, pouvaient voter, dans le canton d’Annonay Sud pour les candidats socialistes présentés par Simon Plenet, maire d’Annonay et 1er vice-président du département de l’Ardèche ?
Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411
(1) Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat, né le 26décembre1930 à Vaucresson1 (Seine-et-Oise) et mort le 13mars2010 à Aubenas (Ardèche), est un auteur-compositeur-interprète français. Auteur de chansons à texte, il alterne durant sa carrière chansons sentimentales, chansons poétiques et chansons engagées et a souvent maille à partir avec la censure. Reconnu pour son talent de mélodiste, il met en musique et popularise nombre de poèmes de Louis Aragon avec l’approbation de celui-ci.

Compagnon de route du Parti communiste français, il s’en démarqua sur différents sujets.

Bien que peu présent dans les médias et malgré son retrait de la scène à quarante-deux ans, cet ardent défenseur de la chanson française connaît un grand succès critique et populaire. Apprécié d’un large public, Jean Ferrat est considéré, à l’instar de Léo FerréGeorges Brassens et Jacques Brel, comme l’un des grands de la chanson française.

En 1972, Jean Ferrat rompt avec la maison de disques Barclay et se fait plus rare. Il est fatigué par 10 années de scène.

En 1974, Christine Sèvres et lui décident d’aller vivre en Ardèche, près de Vals-les-Bains, à Antraigues-sur-Volane, dont il connaît le maire communiste, le peintre Jean SaussacN 22. Il y a acheté, en 1964, une ferme, perdue au milieu de 20 hectares, où ils vivent entourés de leurs chiens, chats et de leur ânesse appelée « Justice sociale ». Il sera un temps conseiller municipal et maire-adjoint de la commune. La fille de Christine, Véronique Estel, désormais majeure, les suit.

Jean et Christine, couple libre, s’éloignent mais continuent de partager la propriété d’Antraigues. Jean vit en couple avec Colette Laffont, professeur d’éducation physique et sportive rencontrée en 1971, tout en continuant de s’occuper de Christine, gravement malade43 (il attendra janvier 1992 pour épouser Colette, à Ivry-sur-Seine).

En 1975, il publie, sous le label Temey, un nouvel album : La femme est l’avenir de l’homme. Son chant se veut toujours plus engagé et Ferrat fustige les guerres coloniales, dans Un air de liberté, attaquant nommément un article de Jean d’Ormesson, éditorialiste et directeur au Figaro, et suscite encore ainsi la polémique. Dans la chanson Un jeune, un an après l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la Présidence de la République, Ferrat se moque de la création du mouvement des jeunes Républicains indépendants, proche du parti politique présidentiel. Il est encore une fois en phase avec son temps, rappelant, dans La femme est l’avenir de l’homme la proximité entre deux des plus importantes batailles revendicatives du xxe siècle comme du précédent : la lutte sociale et la lutte féministe en plein essor. Un nouvel album nommé Les Instants volés clôt la décennie.

Polygram rachète à Barclay son catalogue à la fin des années 1970. Désireux alors de ne pas dépendre de la major, Jean Ferrat réenregistre la quasi-intégralité de ses titres, avec l’aide de l’arrangeur et chef d’orchestre Alain Goraguer, puis sort sous son propre label, Temey, avec l’éditeur Gérard Meys, une nouvelle édition de 11 volumes en 1980. La même année, paraît l’album Ferrat 80, dont le titre phare Le Bilan ne passe pas inaperçu. Jean Ferrat y dénonce les purges staliniennes. Avec son engagement social et politique jamais démenti, celui-ci exprime le recul de plus en plus grand qu’il prend vis-à-vis de ce socialisme qu’il qualifie de caricature : « Ce socialisme n’était qu’une caricature, dans ma bouche à jamais la soif de vérité ». Dans une émission qu’il lui consacre, Michel Drucker demande à Jean Ferrat s’« il ne craint pas qu’on l’accuse de tourner sa veste ». Sans ambages, le poète déclare : « Il ne faut pas compter sur moi pour faire de l’anticommunisme ».

 

(2) Maire PS du Teil, Olivier Pévérelli,  né le 4 mars 1960, chargé d’affaires à la  Caisse d’Epargne, Président d’Ardèche Habitat,  Président de l’Association des Maires de l’Ardèche (AMF07) – élu le 1er décembre 2020, vice président PS du département de l’Ardèche, suppléant du député PS Hervé Saulignac, préside Ardèche Habitat, l’organisme de gestion locative et sociale du département de l’Ardèche. Le 11 novembre 2019, la commune dont il est maire a été victime d’un séisme de magnitude 5,4, dont l’épicentre est localisé en Ardèche, et ressenti à 11 h 52. Ce séisme s’est produit sur une faille sismique non répertoriée. Ressenti de Lyon à Montpellier, c’est le tremblement de terre le plus puissant survenu dans la région depuis cinquante ans et en France depuis celui de Saint-Dié dans les Vosges en 2003. Quatre personnes sont blessées (dont une gravement, tombée de son échafaudage à Montélimar) sans provoquer de dégâts majeurs bien qu’une centaine de maisons soit affectée au Teil15,16. Les principaux quartiers touchés étant ceux de La Rouvière et de Mélas avec son église, classée aux monuments historiques français depuis 1875.

(3) Olivier Dussopt, né le 16 août 1978 à Annonay (Ardèche), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste jusqu’en 2017, député de la deuxième circonscription de l’Ardèche, élu le 17 juin 2007, il est le benjamin de l’Assemblée nationale pendant la XIIIe législature. Réélu en juin 2012, il est membre de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République.

Alors qu’il s’inscrivait jusqu’alors dans l’opposition au gouvernement Édouard Philippe, il est nommé secrétaire d’État en novembre 2017 dans ce même gouvernement. Il devient trois ans plus tard ministre délégué chargé des comptes publics dans le gouvernement Jean Castex. Avec d’autres anciens socialistes, il fonde en 2020 le parti Territoires de progrès qui vise à rassembler l’aile gauche de la majorité.

Selon Wukipedia , le 20 mai 2020, le journal Mediapart révèle qu’en janvier 2017, Olivier Dussopt s’est fait offrir des lithographies numérotées du peintre Gérard Garouste par un dirigeant local de la Saur, quelques jours après avoir annoncé, en tant que maire, un partenariat industriel avec la même Saur pour l’installation d’une micro-turbine hydroélectrique sur la commune d’Annonay — le contrat, négocié à partir de 2016, est signé en juin 2017. Ces œuvres sont estimées à un peu plus de 2 000 euros.

Olivier Dusspot ne les a pas déclarées alors que c’est obligatoire pour « les dons, avantages […] d’une valeur qu’ils estiment supérieure à 150 euros dont ils ont bénéficié à raison de leur mandat », selon le code de déontologie de l’Assemblée nationale. Après avoir déclaré que c’était un cadeau d’« un ami », ce qui est par la suite démenti par l’intéressé, Olivier Dussopt reconnaît finalement que c’était bien un « cadeau de l’entreprise » et déclare qu’il va le restituer. Il indique également qu’il saisit la déontologue de l’Assemblée nationale afin qu’elle « vérifie la conformité de [son] choix initial ». Il réfute que ces cadeaux aient constitué des remerciements aux marchés (trafic d’influence) confiés à la Saur, affirmant que celle-ci a « remporté ces marchés » parce qu’elle « était la mieux-disante ». Il est depuis visé par une enquête du parquet national financier confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), ouverte pour «  corruption » et «  prise illégale d’intérêts », et perquisitionné par la police à son domicile d’Annonay le 18 août 2020.




Humiliation : dans sa ville, le Yéti n’a fait que 83 voix, loin derrière Chenu !

Les « populistes » de son village natal viennent de le sortir à grand coup de pied dans le cul !

Les ministres LREM du Nord : de belles têtes de vainqueurs, comme dirait un célèbre acteur du « dîner de cons » !

Cousolre, vous connaissez ? Bien sûr que non !  Pourtant, cette commune de 2 237 habitants, située sur les contreforts des Ardennes, encerclée par le territoire du Hainaut belge, est entrée dans l’Histoire dimanche. Car c’est ici que, le ministre de la Justice a enregistré le plus mauvais score du gouvernement, dans ces élections élections régionales 2021 en obtenant 83 voix .

A Cousolre, le village où il est né en 1961 et où il a grandit, où il était surnommé le gamin, Eric Dupond-Moretti se fait « bouffer les couilles » par le RN Sébastien Chenu dans un score sans appel. Sébastien CHENU emporte la victoire avec un score de 31,54 % des voix face à Eric Dupond-Moretti, tête de liste départementale, avec 20,29 % des voix. Le Yéti recueille en tout et pour tout 83 suffrages, la quasi totalité des habitant le considérant désormais comme « un boulet ». Et le chasseur éric Dupond-Moretti se prend un vrai coup de fusil.

http://elections.actu.fr/hauts-de-france/cousolre_59157

Ici, le ministre de la Justice se croyait en terrain conquis, en s’engageant dans cette bataille des régionales face au sortant Xavier Bertrand. C’était une première pour l’avocat bobo, qui ne s’est jamais frotté au suffrage universel et qui a manifesté sa volonté de faire barrage au RN, conduit dans les Hauts-de-France par Sébastien Chenu, qui est quant à lui allé voter à Denain, ville où il arrive en tête avec 44,38%.

L’immense majorité des électeurs de Cousolre ne se sont pas déplacés pour le « chasseur de sangliers », qui affichait déjà une tête de chien battu le matin lorsqu’il est venu voter. 

Dans le Pas-de-Calais Eric Dupond Moretti conduit la liste de la majorité présidentielle (LREMMoDemTdPAgirMEI), tractée au niveau régional par Laurent Pietraszewski. Durant la campagne, il présente le Rassemblement national comme « un véritable danger pour la démocratie » qu’il convient de « virer » des Hauts-de-France. Avec 9,1 % des suffrages exprimés, les listes de la majorité présidentielle sont éliminées au premier tour. Dans le Pas-de-Calais, la liste d’Éric Dupond-Moretti obtient un score global de 8,7 %.

Eric Dupond-Moretti : découvrez son colossal patrimoine …

https://www.voici.fr/news-people/actu-people/eric-dupond-moretti…

Dès son arrivée au bureau de vote de la ville de Cousolre Eric Dupond-Moretti est stressé. A tel point que ce ministre de Macron, qui se dit attaché à la démocratie, n’a même pas remarqué qu’il manquait une partie des bulletins de vote, ceux de son adversaire.

http://www.lavoixdunord.fr/1031199/article/2021-06-20/gros-couac-cousolre-les-bulletins-de-la-liste-portee-par-karima-delli-ont-tous

Le yéti devenu aveugle ?

Six piles au lieu de sept, Eric Dupond-Moretti ne s’est aperçu de rien ce matin ans le village de Cousolre en votant à 9 heures. Éric Dupond-Moretti n’a pas vu la bévue et a glissé sans mot dire son bulletin dans l’urne… Mais quand même, à 9 heures, qu’un ministre et candidat n’ait pas remarqué l’absence de son adversaire, ça interroge dans le bocage… Certains pensent que le Yéti a perdu la vue, même à courte distance. Sur la table du bureau de vote du gymnase, il manque pourtant bien tout le matériel de vote de la liste pour le Climat, pour l’Emploi, emmenée par Karima Delli. Une absence que des électeurs de cette sensibilité ont bien sûr remarquée, et ont fait remonter.

Du coup, Cousolre entre dans l’histoire, comme Azincourt, le Pont d’Arcole, la défaite de Sedan, et devient le coup de pied « au cul » à Dupond-Moretti !

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




Régionales : le RN donné en tête dans six régions

Le Bleu Marine (en gris tristou sur la carte IPSOS ci-dessus, mais c’est évidemment un hasard…) sera apparemment très tendance ce dimanche. La formation de Marine Le Pen pourrait en effet arriver en tête au premier tour dans six des treize régions métropolitaines :

  • En PACA, avec 41% des intentions de votes, Thierry Mariani devance le sortant LR Renaud Muselier, crédité de 34%
  • En Bourgogne-Franche-Comté, Julien Odoul, le chef de file du RN est crédité de 28% des suffrages, alors que la sortante, Marie-Guite Dufay, PS, ne rassemble que 21% des intentions de votes
  • En Nouvelle-Aquitaine, la candidate RN Edwige Diaz, 27%, devance le sortant PS Alain Rousset, 25%
  • En Centre-Val de Loire, c’est le RN Aleksandar Nikolic qui mène la danse avec 28% des intentions, devant le MoDem Marc Fesneau crédité de 21%
  • En Occitanie, le RN Jean-Paul Garraud est annoncé en tête avec 30% des voix, devant la présidente sortante PS Carole Delga créditée de 26%
  • En Bretagne, le RN Gilles Pennelle, annoncé à 20% devance d’une courte tête le PS Loïg Chesnais-Girard et le LREM Thierry Burlot, crédités tous deux de 19%

***

Des pronostics qui, pour les partis du système, relancent pour le second tour l’éventualité d’un « front républicain anti RN », ce que les diplodocus de la politique nomment la stratégie du « cordon sanitaire » (l’expression date du coup monté de Carpentras de 1990).

La nouveauté est que cette manœuvre bassement politicienne est devenue par trop grossière et ne semble plus du goût des électeurs. A preuve le bond de Thierry Mariani dans les sondages en PACA, après l’annonce début mai par le Premier ministre Jean Castex d’un accord avec Renaud Muselier.

***

Le candidat LR (en bleu foncé sur la carte) pourrait être en tête en Auvergne-Rhône-Alpes, dans le Grand Est et en Pays de Loire ; le centriste (mauve) en Normandie ; le DVD (bleu clair) dans les Hauts-de-France et en Île-de-France. Sans surprise, le candidat nationaliste arriverait en tête en Corse.

***

Il s’agit naturellement de projections, et comme le disait fort justement le regretté Pierre Dac : « La chose qui reste encore le plus difficile à prévoir, c’est bien l’avenir ».

***

Un résultat semble malheureusement déjà acquis : le faible niveau de participation, avec quelque 27 millions d’abstentionnistes annoncés (60% des inscrits)…

***

Henri Dubost

 

 




Voyous de la République (2) : Bruno Bonnell tête de liste LREM aux régionales

À Villeurbanne et Lyon, aux élections municipales et métropolitaines de mars 2020, le député LREM Bruno Bonnell et Emmanuelle Haziza (ex-LR) avaient formé un tandem, pour le meilleur et pour le pire, pour décrocher la Métropole de Lyon.

Le tombeur de la ministre Najat Vallaud-Belkacem aux législatives de 2017 à Villeurbanne avait une particularité que sa rivale ignorait à l’époque : il ne payait pas d’impôt, pas d’ISF, malgré des revenus annuels estimés à 2,6 millions d’euros.

Bruno Bonnell, proche parmi les proches de Gérard Collomb et d’Emmanuel Macron pourrait bien devenir le Jérôme Cahuzac d’En Marche. Les mêmes causes produisent souvent les mêmes effets, c’est par un divorce conflictuel que tout avait commencé pour Jérôme Cahuzac et que tout commence pour Bruno Bonnell. Sa femme, ou plutôt son ex-femme, en défendant ses intérêts dans une procédure de divorce conflictuel, a permis de mettre en lumière des faits extrêmement troublants. Au moins deux sociétés contrôlées par Bruno Bonnell sont domiciliées au Delaware (État américain), paradis fiscal interne des États-Unis. Bruno Bonnell a en outre entièrement restructuré son patrimoine pour ne payer ni l’impôt de solidarité sur la fortune d’abord, ni l’impôt sur le revenu ensuite.

https://www.lagauchemorale.com/actualites/article/bruno-bonnell-en-marche-pour-etre-le-cahuzac-de-macron

Spécialisé dans le domaine des technologies numériques, propriétaire d’un château féodal dans le Beaujolais et d’un autre château dans le Gard, il a fondé deux sociétés spécialisées dans la robotique de service et un fonds d’investissement entièrement destiné à la robotique, Robolution Capital.

Certes, ces dernières années, les rançons du succès politique sont pléthore, de François Fillon à Richard Ferrand. L’adversaire de Laurent Wauquiez aux élections régionales 2021 en Auvergne-Rhône-Alpes, Bruno Bonnell, 61 ans, boule à zéro et carrure imposante, n’a rien de commun avec les « candidats enseignants » du parti socialiste des années 80. Et son train de vie reste celui d’un grand « saigneur ».

D’ailleurs, les déontologues de l’Assemblée nationale ont pointé du doigt, dans un document dont la rédaction de RL a obtenu une copie, son « train de vie absolument sans rapport avec ses ressources avouées ». Comme l’occupation d’un « château féodal » dans le Beaujolais. À côté de lui, le président de région sortant Laurent Wauquiez (LR) fait figure de « clodo ».

Bruno Bonnell a fait fortune dans la robotique et les jeux en ligne 

On découvre sur des documents transmis aux services français des douanes plusieurs éléments sur une société de Bruon Bonnell dénommée BB26, immatriculée dans le Delaware. À l’époque, Bruno Bonnell habitait à New York pour gérer Infogrames et Atari, numéro 2 mondial du jeu vidéo. Après des déconvenues boursières, le PDG est viré le 2 avril 2007, moyennant une indemnité de 2 282 000 euros. Par anticipation, la société BB26 est créée sur conseil de ses avocats américains en mars 2007, afin de lancer une activité de jeux en ligne. Un prêt d’1 million d’euros lui est même accordé en juin 2007, que l’on retrouve inscrit dans le rapport annuel public d’Infogrames Entertainment.

Avec Bruno Bonnell, peur sur la ville

Sans vergogne, ce richissime chef d’entreprise ayant mis toutes ses billes aux États-Unis, a sollicité et obtenu l’investiture de LREM pour conduire la liste aux élections régionales. Élu avec 60,32 % des voix contre l’ancienne ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem dans la 6e circonscription du Rhône, il est régulièrement invité dans les médias. Seul hic : ce milliardaire politique de 61 ans se soucie peu de sa circonscription. « Pas d’affiche à son effigie pour signaler sa présence. Le local administratif (…) n’a pas vocation à recevoir les électeurs », écrit le quotidien Le Monde à propos de sa permanence.

https://www.ouest-france.fr/politique/la-republique-en-marche/bruno-bonnell-depute-lrem-n-est-pas-la-pour-faire-l-assistante-sociale-5661332

Si on gratte sur son parcours, on a en permanence l’image d’un affairiste passé de « la robotique en marche » à la République En Marche, suite à la naïveté des électeurs de Villeurbanne et de la 6e circonscription du Rhône. En 2007, il rachète la société Robopolis, spécialisée dans la distribution de robotique de service et localisée à Villeurbanne. Il serait propriétaire depuis 2007 de deux sociétés situées dans des paradis fiscaux. En 2011, il fonde AWAbot, entreprise spécialisée dans les robots de téléprésence. En 2013, il crée le premier fonds d’investissement européen destiné à la robotique de service, Robolution Capital.

L’homme s’est aussi intéressé aux médias. Bruno Bonnell est le repreneur de la première chaîne de télévision consacrée aux jeux vidéo et aux arts numériques, Game One TV, lancée en 1998 en partenariat avec le groupe Canal+.

L’entrepreneur est également choisi pour incarner le patron dans l’émission The Apprentice : Qui décrochera le job ?, produite par Endemol et diffusée à la rentrée 2015 sur M6. C’est notamment Donald Trump ou Alan Sugar qui tiennent ce rôle dans les versions américaine et britannique. L’émission est déprogrammée par M6 après seulement deux épisodes aux audiences catastrophiques. Nicolas Copperman, président d’Endemol, invité par l’Association des journalistes média, parlait d’un  « rejet du concept »  et admettait un échec.

Un pur produit mis sur orbite par Hollande et Montebourg

En 2012, Nicole Bricqministre du Commerce extérieur dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, le nomme en tant que fédérateur à l’export de la famille de produits « Mieux communiquer », comme le précise le site Wikipédia. « Sa mission consiste alors à coordonner les opérations commerciales internationales englobant différentes sociétés françaises des filières du numérique, de l’image et des télécommunications. Il a été reconduit dans cette fonction par les ministres successifs Fleur Pellerin et Matthias Fekl ».

Un an plus tard, Arnaud Montebourgministre du Redressement productif, à qui il a été présenté par Gérard Collomb, puis Emmanuel Macronministre de l’Économie, le chargent de l’élaboration et de la mise en place du plan « France Robot Initiative », visant à définir la robotique comme un secteur de développement économique stratégique pour la France et faisant partie des 34 plans pour la Nouvelle France industrielle.

Le sortant Laurent Wauquiez « recycle » à gauche

Face à lui, le président sortant de la région LR Laurent Wauquiez a mémorisé la pub télé de la lessive et du « chimpanzé Omo costaud » et lave plus blanc en recyclant, ici et là des maires socialistes. Ainsi, en Ardèche, la liste Wauquiez a incorporé, en 8e position, le maire de gauche de Saint-Sauveur-de-Montagut Jacquy Bernard Barbisan, déjà candidat sous l’étiquette socialiste à la mairie du Cheylard en 2008, puis aux élections cantonales du Cheylard en 2011, et enfin aux municipales de Saint-Sauveur-de-Montagut en mars 2020 contre la liste de droite « Construisons demain » conduite par Sébastien Jourdan.

Comme si Laurent Wauquiez craignait d’être débordé, sur sa gauche, par l’ancienne ministre Najat Vallaud Belkacem, et sur sa droite par la liste du Rassemblement National conduite par Andrea Kotarac, un transfuge de la France Insoumise. À l’occasion de ce scrutin, le chef de file du Rassemblement national se pose en alternative à Laurent Wauquiez. Il se lance aussi à la chasse des électeurs des Républicains.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de presse 55411

Prochain article :

Les voyous de la République (3) Le député LREM Mustapha Laabid




Train de nuit : un Falcon pour rapatrier le bouffon Jean Castex

Le coût énorme de ce trajet aérien est à multiplier par deux pour le Premier ministre Jean Castex, puisque pour venir le récupérer dans les Alpes-Maritimes, il a bien fallu que l’appareil aille jusqu’à Nice.
Et, après le train de nuit Paris-Nice, le bouffon Castex prend un Falcone pour soit disant réparer le téléphone dans la Drôme (pour mieux mettre les habitants sur écoute) et ordonne au pilote de l’avion de rentrer à Paris, en ces termes « E.T. téléphone maison… ». Rires
Énième bouffonnerie de communication du gouvernement :
« Le dernier épisode de Oui-Oui chef de gare à bord du train de nuit Paris-Nice s’est soldé par un retour en Falcon » après que le même Castex ait essayé de « réparer les téléphones en panne dans la Drôme », à Aouste-sur-Sye ‼️ Chef de gare la nuit, télégraphiste le jour…. Bientôt remplaçant du « facteur Cheval » dans la Drôme ?
Castex fait donc voler un jet à vide pour venir le récupérer à Nice à la sortie de sa séquence de com, Bien vu le bilan carbone !

http://www.sudouest.fr/politique/jean-castex/il-inaugure-le-train-de-nuit-paris-nice-puis-rentre-en-falcon-le-retour-de-jean-castex-en-avion-fait-reagir-2898031.php

Payez des impôts braves gens ! Pour promener un « premier ministre guignol »….

A l’image de son « roi mage » Emmanuel Macron, l’amuseur du palais Jean Castex se croit tout permis.

Mieux que « Jacouille » dans les visiteurs. Après avoir inauguré la réouverture du train de nuit Paris-Nice, le Premier ministre a pris l’avion pour une étape dans la Drôme puis son retour à Paris. Un trajet moins écologique qui a fait réagir sur Twitter

« C’est ce qu’on appelle un couac… Dans la nuit de jeudi à vendredi 21 mai, le Premier ministre Jean Castex a inauguré la réouverture du train de nuit Paris-Nice, fermée depuis 2017. Un voyage « symbolique » pour mettre en lumière une « concrétisation rapide du plan de relance » gouvernemental, qui consacre 5,3 milliards au secteur ferroviaire, dont 100 millions pour les trains de nuit, mais aussi l’occasion d’insister sur la « dimension écologique » de ces trajets, alors que la loi Climat est en examen à l’Assemblée. » écrivent nos confrères de la rédaction du quotidien Sud Ouest, qui fait son travail d’information à la différence de nombreux quotidiens nationaux.

Seulement voilà, un détail est venu ridiculiser et altérer son escapade : Jean Castex a effectué son voyage retour à bord d’un avion privé, comme l’a repéré le compte Twitter spécialisé dans le suivi des données aériennes@CotamFleet, rapporte le HuffPost.

La capacité de ce gouvernement à prendre les gens pour des imbéciles atteint des sommets stratosphériques. Notre point de vue est d’ailleurs partage par Hervé Kempf, le rédacteur en chef du média Reporterre, spécialisé dans les problématiques environnementales.

Matignon reconnait que Castex s’est envoyé en l’air aux frais des contribuables

Pauvre France ! Qu’est devenue ta classe politique ? Dans les années 70, le premier ministre de l’époque Pierre Messmer, authentique gaulliste, qui avait risqué sa peau de capitaine dans le désert à Bir Hakeim pour retenir, pendant trois semaines les troupes allemandes d’Ervin Rommel, rentrait à Metz, sa ville d’attache, en voiture, avec un unique « chauffeur-officier de sécurité », pour ne pas mobiliser un équipage aérien et des officiers de sécurité. Car Pierre Messmer avait le sens de l’état, le respect des hommes et des finances de la République.

Sans vergogne, les proches de Jean Castex ont confirmé ce jour au journal “Libération” que « le chef du gouvernement avait bien emprunté l’avion, mais que ce mode de transport avait été choisi en raison d’une étape qu’il devait faire dans la journée à Aouste-sur-Sye, dans la Drôme, avant de rejoindre la capitale. »

Le cabinet du premier ministre a même ajouté « L’usage d’autres moyens de transport ne lui aurait tout simplement pas permis de tenir cette séquence en région, comme cela est régulièrement le cas lorsque le Premier ministre se déplace » , pour justifier son ses acrobaties aériennes aux frais des contribuables.

Ce n’est pas la première fois que le Premier ministre est confronté à ce genre de polémique, rappelle le HuffPost. En septembre 2020 déjà, l’usage de l’avion gouvernemental pour un vol entre Paris et Châlons-en-Champagne (deux heures de voiture), avait fait vivement réagir.

Le coût énorme de ce trajet aérien est à multiplier par deux pour le Premier ministre, puisque pour venir le récupérer dans les Alpes-Maritimes, il a bien fallu que l’appareil aille jusqu’à Nice. Mais, c’est bien connu dans les dialogues de Michel Audiard, « les cons, ça ose tout. C’est même à cela qu’on les reconnait ! »

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411




Olivia Grégoire, copine de Valls, appelle au meurtre de Marine Le Pen

Après le chasseur Dupond-Moretti, la sanguine Olivia Grégoire veut, elle aussi, la peau de Madame Le Pen

Olivia Grégoire, l’ex de Manuel Valls, d’une voix mâle nous assure que le danger raciste, c’est Madame Le Pen. Rien dans les évènements des derniers mois ne saurait la faire changer d’avis.

« L’ennemi raciste à abattre, l’ennemi de la République, c’est Marine Le Pen« . Ce n’est pas les assassinats aux couteaux fous, au camion fou, à la voiture folle, aux islamistes tous fous ou délirants par la grâce de la justice, aux fous d’Allah. Non, non, c’est Madame Le Pen qui est le premier, le seul, l’unique danger raciste en France.

Ce n’est pas non plus les plus six cents actes de violence et de quasi-émeutes dans les banlieues de France, bien sûr.

Olivia Grégoire nous la fait à la Christiane Taubira avec l’esclavage. Si ce n’est pas des Blancs qui commettent les exactions, il est inutile de les souligner pour ne pas vexer les protagonistes, les fauteurs de troubles à l’ordre public.

Seule catégorie à souligner, le petit Blanc qui pète un plomb.

Exemple ? Un prétendu « survivaliste » blanc, qui aura – excusez du peu – à peine tenu trois jours dans une forêt qu’il connaissait bien, et armé jusqu’aux dents aura, lui, fait la une de tous les journaux du matin jusqu’au soir. Survivaliste c’est égal, pour les journalistes, à Blanc et d’extrême droite, c’est bien connu. Quelle foutaise !

Un feuilleton bienvenu. Quelle belle aubaine pour cette Olivia sans peur – hormis de Madame Le Pen – que ces petits Blancs qui dérapent et permettent ainsi aux journalistes de pouvoir révéler tous les patronymes, les vies, les histoires intimes et personnelles et puis les visages de ceux qui « sèmeraient la terreur dans les villages« .

On notera que l’on ne connaît toujours pas le visage ni le prénom de celui qui a tué d’un coup de couteau au cœur une gamine de dix-sept ans. Sûrement un venu d’ailleurs qu’il ne faut pas traumatiser.

“L’ennemi raciste à abattre, l’ennemi de la République, c’est Marine Le Pen ».

Olivia Grégoire ne doit pas connaître Raoul Vilain, celui qui porta dans un estaminet parisien un coup de revolver fatal à Jean Jaurès, suite à une campagne et des appels au meurtre de celui-ci dans la presse. Ces dirigeants ont décidément une culture historique très fragile.

71 % des Français jugent qu’il y a suffisamment d’immigrés et qu’en accueillir davantage n’est pas souhaitable. Ah bon. Ces Français ne parlent pas du danger raciste de Madame Le Pen ? Étonnant dirait Desproges !  (Source)

Olivia Grégoire ne semble pas avoir été informée que Abdelaziz Hafidi, qui militait chez à Générations de Benoît Hamon, et avait par ailleurs des sympathies islamistes fortes, avait été candidat EELV-LFI-Générations dans la Région Centre-Val-de-Loire. Je dis avait, car il a été viré de la liste et suspendu du mouvement de Benoît Hamon. Il faut croire que même un islamo-collabo comme Hamon a considéré que son poulain était bien plus dangereux que Madame Le Pen. (Source)

Sans doute que cet islamo-gauchiste de Hamon est plus réaliste que Jean-Luc Mélenchon, le « c’est moi la République » qui a affirmé tranquillement, lors d’un meeting à Aubin, que « la population française est et sera métissée, l’islamo-gauchisme ne vous menace pas plus que les zombies ». Là pour le coup, l’ex-socialiste, le candidat politique venu de Tanger la Marocaine, a fait très fort. (Source)

Olivia Grégoire, à la voix si masculine, n’a pas percuté parce que l’islamo-collabo Mélenchon n’est pas à abattre, il n’est pas raciste comme Madame Le Pen, et n’est pas un danger pour la République. Il est juste anti-France, anti-Jeanne d’Arc, et déteste les Blancs aux yeux bleus. 

C’est curieux, tout de même, ces expressions de chasse, et d’abattre qui ont cours chez les ministres de ce gouvernement macroniste. Vous imaginez un militant du Rassemblement National ou simplement d’une Droite nationale dire que l’on doit chasser, éliminer, abattre un responsable politique sous prétexte qu’il ne serait pas de votre bord ?

Animaliser un adversaire, le transformer en proie, le considérer comme nuisible et donc à éliminer, cela ne vous rappelle pas les heures sombres ?

Olivia Grégoire ne considère pas qu’à la suite d’un couvre-feu aussi inutile qu’idiot, des « Français de papiers » dérangés dans leur fête de l’Aïd après 19 heures ont agressé un policier de 51 ans. C’est pas grave. Ils l’ont laissé dans le coma : « Une agression et une intervention comme il en existe des centaines par jour », explique David-Olivier Reverd.

Ce n’est pas le plus important, nous explique Olivia Grégoire, ministricule du gouvernement de Castex. Le plus important c’est d’abattre l’ennemi raciste, l’ennemi de la République, l’important c’est d’éliminer Madame Le Pen.

Je ne sais pas dans quel monde ces gens là vivent, mais manifestement, ils sont devenus véritablement dangereux pour nous tous. Pour tous les Français globalement. Pour la France en particulier.

De grâce, Mesdames et Messieurs les électeurs, ne vous abstenez pas/plus aux prochaines élections et surtout pas aux Présidentielles. L’abstention est devenue un piège à cons pour les moutons et les veaux de France. Elle autorise d’être gouverné par des poux minoritaires qui abusent de votre abstention. Quitte à animaliser, je les transforme en suceurs de sang.

La Boétie nous a dit : « ce tyran, seul, il n’est pas besoin de le combattre, ni même de s’en défendre, il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à la servitude. Il ne s’agit pas de lui arracher le pouvoir, mais seulement de ne pas lui donner. »

Gérard Brazon