1

Religion, idéologie et totalitarisme

Selon Karl Marx, « la religion est l’opium du peuple ». Marx considérait la religion comme une superstructure idéologique imposée par la classe dirigeante pour contribuer à l’asservissement du peuple.

Ce point de vue semble bien démodé, voire oublié, de nos jours. La religion est désormais considérée par les élites, de gauche aussi bien que de droite, comme totalement séparée du phénomène politique. Il est toujours possible de critiquer des opinions politiques. Mais la critique du phénomène religieux est très mal vue aujourd’hui, pour ne pas dire illégale.

Cette volonté de protéger la religion de toutes critiques est une grave erreur, qui met en danger la survie de notre civilisation. Car la religion est bien une idéologie, au sens traditionnel du terme : un ensemble d’idées imaginées, de croyances et de convictions. Le fascisme et le communisme sont des idéologies. Le catholicisme et l’islam sont des idéologies.

Par nature, toute idéologie est liberticide quand elle est poussée à son extrême. Car les idéologies peuvent être utilisées par les démagogues qui s’en emparent pour imposer leurs vues à la société. Le terrain est propice. Tant de gens se posent des questions et recherchent des réponses faciles à leurs problèmes qu’ils acceptent avec crédulité les solutions toutes faites que leur proposent divers idéologues. Des centaines de millions de Chinois ont cessé de se poser des questions au siècle dernier parce que le « petit livre rouge du président Mao »  leur apportait toutes les réponses. Depuis des siècles, des milliards de chrétiens et de musulmans trouvent toutes leurs réponses dans la Bible et le Coran. Les croyants n’ont qu’à suivre les préceptes de leur livre saint et tout sera pour le mieux. Les personnes qui choisissent le communisme ou la religion pour guider leur vie doivent abandonner toute originalité. L’islam utilise un terme très révélateur à cet égard – taqlid, qui signifie ‘imitation’ en arabe.

Les intellectuels de la Renaissance et les philosophes du 18e siècle sont parvenus au péril de leur vie à faire sauter les verrous de l’endoctrinement religieux du Moyen Âge. Ils ont affirmé le droit de l’individu d’élaborer ses propres idées. Copernic et Galilée ont restauré la pensée scientifique contre la volonté de l’Église médiévale. Voltaire a défendu la liberté de penser. Les peintres modernes, de Monet à Picasso, ont su imposer l’originalité de la création artistique, remplaçant le conformisme des artistes médiévaux et byzantins par de nouvelles façons de voir le monde.

On nous dit maintenant, comme au Moyen Âge, que la religion est au-dessus de toute critique, qu’il s’agisse des religions traditionnelles de l’Europe ou des religions importées. Héritiers de leurs prédécesseurs qui se sont rangés aux côtés du fascisme et du communisme, les intellectuels d’aujourd’hui s’érigent en défenseurs des idéologies religieuses. Alors que leur vocation devrait être de défendre la liberté individuelle et le sens critique, ils semblent accepter sans la moindre hésitation le nouveau totalitarisme qui menace aujourd’hui les pays européens après avoir pris le contrôle de tant d’autres pays. Une fois de plus, les intellectuels et maîtres à penser trahissent l’Europe et jouent le rôle de cinquième colonne au service de l’asservissement et de l’abrutissement du totalitarisme.

Périclès et les philosophes de la Grèce antique avaient bien compris la nature et le danger du conformisme caractérisant leurs voisins orientaux. Nous sommes confrontés au même péril, habillé cette fois du manteau de la religion..

Ce n’est pas que la religion soit automatiquement mauvaise. Il existe dans toute idéologie, religieuse ou non, une dialectique qui exprime ses propres contradictions et qui peut permettre un raisonnement critique. Chaque religion a un côté spirituel et un côté rituel. Plus l’aspect rituel est développé, plus l’idéologie religieuse est asservissante. L’islam a développé le merveilleux concept d’ijtihad, qui permet à chaque musulman de réfléchir et de tirer ses propres conclusions au lieu de se baser sur le concept susmentionné d’imitation servile et de conformisme – taqlid. Malheureusement, c’est ce dernier concept qui prime dans l’islam d’aujourd’hui.

Nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins. L’Europe des lumières ne survivra que si elle défend le droit de ses peuples de s’opposer à toutes les idéologies totalitaires qui sortent périodiquement des bas-fonds de notre inconscient collectif pour imposer des solutions artificielles qui étouffent l’esprit critique, la réflexion scientifique et la créativité artistique. « Je pense, donc je suis », écrivait Descartes. « J’imite, donc je suis », répondent les adeptes des idéologies totalitaires. Toute religion est une idéologie. Il ne doit pas y avoir de sujet tabou, au-dessus de toute critique. L’Europe restera laïque, ou elle sera asservie.

François Tocqueville




Non à une France des mosquées, oui à la France des Lumières

La République ne doit pas faire des accommodements avec les religions, elle doit être garante de la séparation entre les Eglises et l’Etat telle que le définit la Loi de 1905.

Pendant que le monde arabe se révolte contre des dirigeants despotes, les élus  UMPS de la Nation dont la mission est  de préserver  les  fondements de notre République laïque continuent à instrumentaliser la communauté musulmane à des fins électorales.

Ces mêmes élus  de droite et de gauche n’hésitent  pas à contourner la Loi de 1905 en finançant par des moyens détournés  des mosquées avec des fonds publics  (baux emphytéotiques, vente de terrains en dessous du prix du marché).

La Sarkozie  en pleine déconfiture sur le plan économique et social  envisage d’organiser le 5 avril prochain une convention sur la laïcité et la place de l’islam de France.

C’est la dernière trouvaille d’un Président de la République à bout de souffle, qui pense se maintenir au pouvoir en s’alliant avec des représentants de l’islam.

Ce Président nous aura tout fait en 5 ans de mandat, le Président blig blig, le Président du pouvoir d’achat, Le Président du « casse toi pauvre con »,  le Président de la croissance avec les dents, le Président du bouclier fiscal pour les plus fortunés, le Président de la refondation du capitalisme,  et maintenant  le Président  d’un islam de France.

Son secrétaire au logement Benoît Apparu (1), au lieu de se consacrer à la construction de logements sociaux,  a osé déclarer  dans l’émission Bourdin Direct sur RMC le 17 février 2011 :

« A mon avis, il faut faciliter la construction de mosquées dans notre pays, quitte s’il le faut à ce que l’Etat y participe. Même si c’est contraire à loi de 1905, il faudra faire un aménagement s’il le faut. »

Les élus de la Nation ont perdu la tête ou ils ne rendent pas compte que la France n’en peut  plus de leurs frasques et de leurs attitudes anti républicaines.

Ils oublient un peu trop vite que les Français ne veulent  pas que la France s’islamise et qu’ils ont en assez que leurs élus , déjà  suffisamment discrédités , remettent en cause le pacte républicain qui nous a permis jusqu’à ce jour de vivre ensemble au-delà de nos différences.

Le sondage réalisé par l’IFOP le 7 et 9 décembre 2010 et  paru le 4 janvier 2011 dans le Monde était pourtant éloquent et révélateur d’un certain malaise des français face aux provocations incessantes et répétées des islamistes dans notre Pays. Pour les français, 68% des musulmans ne se sont pas bien intégrés dans notre société, 42% des personnes interrogées considèrent l’islam comme une menace.

Sarkozy ne semble pas  avoir tiré les enseignements de ce sondage et continue à penser qu’il peut fixer des règles à l’islam, alors qu’il devrait  en tant  que garant de notre constitution garder la neutralité que lui impose sa fonction.

On ne peut pas d’un côte dénoncer le multiculturalisme, comme vient de le faire, il y a quelques jours, Nicolas Sarkozy et en même temps, favoriser le communautarisme en préconisant  un islam de France.

Cette dérive dangereuse de nos élus peut nous conduire à une guerre civile, si l’on continue dans cette voie.

La République est salie et dévoyée par ces élus de Droite et de Gauche.

Ils n’ont pas honte  tous ces élus collabos (2) de financer  avec nos impôts la construction de mosquées dans le Pays des lumières et de Voltaire.

Daniel Vaillant Maire du 18éme arrondissement de Paris a fait voter avec la bénédiction de tous les élus de son Conseil municipal la construction d’une mosquée dont le coût exorbitant 28,7 millions d’euros sera payé par les contribuables parisiens.

Ils ne sont pas à un scandale près ces élus de la dhimmitude, qui subissent les pressions du CFCM et de sa composante influente l’UOIF.

Ils ne sont même plus capables de défendre les valeurs de la République pour laquelle, ils nous demandent à chaque élection de leur apporter nos suffrages.

Les mosquées sont des lieux ou l’on enseigne l’islam fondamentaliste et les préceptes du Coran contraire aux valeurs de la République une indivisible et laïque.

Comme déclarait  en 1999 Mr Ergodan le premier  ministre turc :

«  Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats ».

Si l’on n’y met pas un terme, l’islam conquérant nous imposera une société ou la charia sera la loi divine qui prévaudra sur toutes les lois de la République.

Nous ne voulons plus de compromission, nous ne voulons plus  d’accommodements,  nous ne voulons plus de reniement, nous ne voulons plus de lâcheté, nous ne voulons plus de politiques pleutres et corrompus.

Nous voulons des hommes et des femmes politiques attachés aux valeurs universalistes, à la mixité dans tous les lieux de la cité, à la défense de la dignité et au respect des femmes, tout le contraire  de ce que l’islam enseigne à ses disciples.

La France des Lumières ne  se laissera  pas envahir par  l’obscurantisme, elle ne se laissera pas voler le  combat des hussards de la République qui sous l’égide de Jules Ferry  ont voté  trois lois créant  l’école respectivement laïque, gratuite et obligatoire, et qui auront  édicté la loi de 1905 officialisant la séparation des Eglises et de l’Etat.

Ce principe de laïcité a permis de distinguer  le pouvoir politique des organisations religieuses, garantissant par la même la liberté de culte (les manifestations religieuses devant respecter l’ordre public).

Ces dernières années les prières dans les rues orchestrées par les islamistes dans certaines grandes villes de France ont bafoué ce principe de laïcité, sans que le Pouvoir n’intervienne pour faire respecter la Loi de 1905.

Ce principe de laïcité a réaffirmé parallèlement  à la liberté de culte, la liberté de conscience et n’a placé aucune opinion au dessus des autres (religion, athéisme, agnosticisme, libre pensée) construisant ainsi l’égalité républicaine.

C’est tout cet héritage que nos élus de la République sont en train de brader et de renier pour laisser place  à un communautarisme dont les méfaits pourraient  être dévastateurs, si  l’on n’a pas le courage et la volonté de s’y opposer.

Tous  ces élus de la dhimmitude ont fait en 30 ans des dégâts incommensurables en soutenant des politiques économiques, sociales et migratoires, contraires à la souveraineté de la Nation et aux aspirations réelles du Peuple Français.

C’est un leurre de vouloir prétendre édicter des règles  à une idéologie fasciste  telle que l’islam. Je rappellerai tout simplement que le mot islam signifie en arabe soumission, obéissance.  En tant que religion, l’islam prêche la soumission et l’obéissance totale à Allah.

Ce serait donc méconnaître totalement cette religion que de croire que celle-ci serait soluble dans notre République, alors que son dessein premier est de conquérir par tous les moyens de nouveaux adeptes et d’imposer la charia  dans tous les pays d’accueil ou sa communauté est présente.

Pour que nos élus ne s’égarent pas dans des débats stériles  et inutiles sur un islam ou non de France, je les invite à lire ci-dessous  des déclarations de quelques spécimens islamistes qui devraient nous ouvrir les yeux sur la nature réelle de l’islam :

« Zineb El-Ghazali – guide de la section féminine des Frères musulmans – Égypte – 1980

Ou bien le gouverneur est musulman et le gouvernement est islamique, alors le Musulman l`accepte et le soutien, ou bien le gouverneur n`est pas musulman et le gouvernement n`est pas islamique alors il le refuse et cherche a l`abolir par tous les moyens, par la persuasion et par la force, par le combat secret et par la lutte publique… Tout abandon total ou partiel de cette position est nécessairement, de la part du Musulman, un abandon de l`Islam et de sa doctrine »
Cheikh Hussein El-Kouatli Directeur de el-Fatwa – Principale institution théologique sunnite du Liban
O vous qui croyez ! Ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens. Ils sont amis les uns des autres. Celui qui les prend pour amis est des leurs.
(Coran – Sourate de la Table servie)
Sans la conquête de l’État, la religion périclite ; sans la discipline de la loi révélée, (charia) l’État devient une organisation tyrannique
Ibn Taymiyya, XIII-XIVe siècles
« L`islam est religion et État, Coran et glaive, culte et commandement, patrie et citoyenneté. Allah est notre but, le Prophète notre modèle, le Coran notre loi, le Jihad notre voie, le martyr notre vœux. »
Hassan al-Banna – Fondateur et idéologue de la confrérie des Frères musulmans -1928 –
Onze choses sont impures, l’urine, l’excrément, le sperme, les ossements, le sang, le chien, le porc, l’homme et la femme non-musulman, le vin, la bière, la sueur du chameau. Tout le corps d`un individu non-musulman est impur, même ses cheveux, ses poils, ses ongles, et toutes les sécrétions de son corps.
Khomeiny – Iran
Le Jihad (guerre sainte contre les non-musulmans) s’impose jusqu`au jour du jugement et il représente ce qu`il y a de mieux dans l`islam. Il est un objectif stratégique au service de la prédication. (la dawa)
Ali Belhadj – idéologue du Front Islamique du Salut en Algérie années 90
L’intégralité de l’être de l’infidèle (kufr – Kafir – vous et moi) est impure, chaque organe de son corps – son cerveau même, ses yeux, son nez, ses mains, ses pieds, se plaindront de l`injustice et de la cruauté qu’il leur impose. Chaque partie de son être le dénoncera devant Allah qui étant la source de la justice, le récompensera avec le plus grand châtiment qu`il mérite. Cela est la conséquence misérable du kufr. Il conduit dans les allées aveugles de l`échec total, ici et dans l’au-delà.
Mawdoudi -idéologue islamiste pakistanais
Le Coran fait interdiction absolue à un Musulman d’accepter la souveraineté d’un non-Musulman en terre d’Islam. Il n’y a, à ce principe, aucune exception, ni à Jérusalem, ni au Caire, ni à Beyrouth, et pas même à Madrid ou peut-être demain à Paris. »

Que dire de plus ? Croit-on vraiment que l’on peut continuer à soutenir que l’islam est une religion de paix et d’amour ?

Les politiques n’ont pas pour mission d’organiser le fonctionnement des religions dans notre société, ils doivent s’assurer que les religions ne  s’immiscent pas  dans les affaires du ressort de  l’Etat républicain, ce pour préserver la liberté de conscience, la liberté d’expression et la liberté d’opinion.

L’UMP semble ne pas  savoir comment faire pour retrouver une légitimité perdue et reconquérir un électorat déçu par une politique déconcertante et incomprise.

Il ne sert à rien de courir derrière  Marine le Pen, car la Droite et la Gauche réunies se chargent par de tels comportements  de faire sa campagne, sans que celle-ci  n’ait réellement besoin d’intervenir dans les médias.

Cette droite calculatrice  et cette gauche compassionnelle auront fait le lit du Front National, car elles portent en elles les échecs du multiculturalisme  et les dérives communautaristes de la France  actuelle.

En tant que citoyen de sensibilité de gauche, mais dans laquelle je ne me reconnais plus, je ne peux  que comprendre l’exaspération et la colère de mes concitoyens.

Je crains fort que l’élection présidentielle de 2012 ne soit le purgatoire de tous ces collabos qui auront pactisé avec l’islam conquérant au lieu de défendre les valeurs de notre République  une indivisible et laïque, rempart à tous les obscurantismes.

Fabrice LETAILLEUR
http://lebloglaicdechamps.over-blog.com/
(1) http://www.rmc.fr/editorial/148528/b-apparu-veut-autoriser-la-construction-de-mosquees-avec-largent-public/
(2)http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-financer-les-mosquees-les-elus-se-mouillent_946853.html
(3) http://www.francesoir.fr/laicite-verite-sur-financement-des-mosquees-62741.html




Débat Tasin-Dieudonné : République ou islam, deux projets de société inconciliables

Le débat entre Christine Tasin et Dieudonné est à présent disponible. Chacun pourra voir, pendant une heure d’un débat qui a démarré lentement, avant de s’animer progressivement et de finir sur les chapeaux de roue, deux personnes capables de débattre courtoisement, presque respectueusement, avec des projets de société totalement antagoniques. C’est aussi cela le modèle de la liberté d’expression : défendre ses valeurs, ses choix de société, de vie, sans avoir recours à la menace, à l’anathème, à l’injure ou à l’agression physique.

En effet, Christine Tasin a défendu en permanence un modèle de société issu des Lumières, basé sur la République, la laïcité, la liberté de conscience, la liberté d’expression, et l’égalité hommes-femmes… tout ce que l’islam ne peut pas accepter.

Dieudonné, lui, pour une fois, a peu parlé des Juifs et du complot sioniste, même s’il n’a pu s’empêcher d’y revenir deux ou trois, (il lui faut bien préserver son fonds de commerce, et se pavaner devant ce qu’il appelle le discours révolutionnaire du Hamas… Oubliant juste de préciser que sa charte prévoit l’extermination de tous les Juifs, et la disparition d’Israël !).

Il a commencé à se dire chrétien, tout en précisant que les chrétiens et les musulmans ont des intérêts communs, et que le Christ est un prophète de l’islam.

Ensuite, il a joué le croyant tolérant, face à la méchante athéiste Christine. Il a continué sur les Lumières, qui auraient été esclavagistes et colonialistes.

Naturellement, selon lui, l’islam est une religion d’amour et de paix, la preuve, tout le monde peut devenir musulman, alors, elle n’est pas accueillante, cette religion ?

DEUX LECTURES DE L’ISLAM…

Il a continué par un numéro sur la liberté, style chacun fait ce qui veut, et les prières dans les rues, c’est beau, pas vrai, des hommes qui honorent leur Dieu dans un message de paix, les yeux vers le ciel (Christine a répondu que c’était plutôt leurs fesses qui étaient vers le ciel).

Il a enchaîné sur l’école, partisan du libre choix de l’élève : si une fille, pour des raisons religieuses (ou de prétendue pudeur, ce qui, pour l’islam est la même chose : la honte associée au corps de la femme) ne veut pas aller à la piscine, elle doit en avoir le droit, comme celui qui, en désaccord avec le contenu du cours d’histoire, qui ne correspondrait pas à sa propre histoire ou à sa conception de l’histoire doit avoir le droit de ne pas y mettre les pieds…

Evidemment, cela crève les yeux, le discours, souvent confus par ailleurs, d’un Dieudonné est d’abord totalement antagonique avec la République laïque, et bien plus proche du modèle communautariste anglo-saxon. S’appuyant sur une conception dévoyée de la liberté, il encourage les musulmans, sur le territoire français, à ne pas respecter les règles du pays, et à imposer les leurs, en refusant, par exemple, les cours qui ne seraient pas compatibles avec leur vision de la religion (sports, histoire, sciences naturelles) et en les encourageant à multiplier les prières publiques dans nos rues, au nom d’un acte d’amour à Allah le miséricordieux !

DEUX VISIONS DES PRIERES MUSULMANES ILLEGALES

Il est clair, devant ce débat, que chacun des protagonistes a un but et un public défini et que ce qui les oppose est indépassable. Christine Tasin s’adresse à tous, républicains, musulmans, hommes, femmes… pour essayer de convaincre les uns et les autres de la grandeur et de la nécessité du modèle républicain, universaliste, incompatible avec l’islam parce que seul capable de rassembler sous la bannière de la liberté et de la tolérance quand Dieudonné cherche à prouver aux seuls musulmans (et à quelques chrétiens sur les bords) qu’il est bien avec eux et que la lutte, pour lui comme pour eux, c’est la lutte contre la France, ses valeurs, son histoire, ses fondements de « République une et indivisible ». Il nous a ainsi montré le visage inquiétant du communautariste qui s’élève en juge et ose refuser le vivre ensemble au nom de ses croyances, de ses options philosophiques… Il nous a montré, que, pour lui comme pour ses pairs, il n’y a, actuellement, que deux options en France : contester les lois et les règles et refuser de les suivre et, quand les dhimmis et collabos de la République auront accepté et pris leurs desiderata comme principes, imposer l’islam, c’est-à-dire la soumission, à tous.

Au-delà de la partition de l’ancien humoriste, qui fut reçu par le Hezbollah en 2006, avec Alain Soral, et par le président iranien, avec Yahia Gouasmi, président du centre Zahra, et ancien colistier de Dieudonné sur la liste antisioniste, on constate qu’aujourd’hui ce dernier est totalement aux mains des islamistes, et qu’il relaie fidèlement, sur le territoire français, leur propagande hexagonale et internationale. On le sent en effet pieds et poings liés sur l’islam, bien loin de cette liberté d’expression qu’il prétend défendre, lorsqu’il ne peut répondre aux critiques sur l’ inégalité des femmes et la chasse aux homosexuels que par une pirouette « il n’y a pas que les femmes et les homosexuels, et les autres ? » montrant bien l’énorme problème du communautarisme qui est en train de s’installer en France, où chacun ne peut plus s’exprimer comme citoyen lambda, sans intérêt autre que celui de son pays et de ses concitoyens, quels que soient son sexe, sa religion ou sa sexualité !

Cela à une période charnière du début du XXIe siècle. En France, suite aux Assises sur l’islamisation de nos pays, et au sondage du Monde, les yeux commencent à s’ouvrir sur le péril mortel qui guette notre modèle laïque et civilisationnel. La classe politique laisse à la seule Marine Le Pen le soin d’exprimer les inquiétudes d’une population abandonnée par l’ensemble d’une classe politique qui, par sa défense d’une immigration majoritairement musulmane, sans intégration, prépare sans vergogne une libanisation de la France, porteuse d’une logique de guerre civile.


Echec et Mat Dieudonné M’bala M’bala Christine Tasin
envoyé par enquete-debat. – L’info internationale vidéo.

Dans tous les pays européens, les partis qui prennent conscience de ce danger, qui ne se cantonne pas à l’Hexagone (bien lire toutes les interventions étrangères du livre « Les Assises de l’islamisation de nos pays ») progressent électoralement de manière spectaculaire.

Après Angela Merkel, c’est le premier ministre anglais, David Cameron, qui reconnaît l’échec du multiculturalisme.

des-dangers-du-multiculturalisme-en-angleterre-et-en-allemagne-mais-qu-attend-sarkozy-66576110.html

C’est dans ce contexte que nous assistons aux événements d’Egypte et de Tunisie. En temps normal, quand un peuple paraît se révolter contre une dictature, spontanément, on a envie de soutenir cette révolte, dans laquelle on rêve de voir une future révolution émancipatrice de nature progressiste. C’est ce que la majorité des médias a envie de voir.

Il n’y a qu’un problème : en 1979, il s’est produit le même scenario en Iran. Les Etats-Unis, sous la direction du démocrate Jimmy Carter, ont favorisé l’arrivée de l’ayatollah Khomeiny, qui a tout de suite annoncé la couleur : « Nous exporterons l’islam partout ». 32 ans après, l’administration Obama ne serait-elle pas en train de jouer la même partition ? Au-delà de la grossièreté d’une ingérence impérialiste des Etats-Unis (qui n’a pas l’air d’indigner nos gauchistes islamo-collabos quand elle vient d’Obama), on ne peut que constater que le président américain ne paraît pas du tout inquiet de l’arrivée des Frères musulmans en Egypte, ou de leurs pendants, comme Ghannouchi, en Tunisie. Comme le souligne Alain Rubin, où voit-on, dans ces manifestations, la moindre remise en cause de l’oppression de l’islam sur les peuples ? La moindre remise en cause du voile islamique et de sa symbolique ? La moindre remise en cause du massacre des coptes d’Egypte ?

Dans le même registre, nos benêts compassionnels ne paraissent pas davantage inquiets devant les conséquences possibles de la chute de régimes qui, certes, étaient des dictatures (comme celle du chah d’Iran), mais qui pourraient être rapidement remplacées par des modèles totalitaires religieux, comme en Iran. Or, il valait mieux vivre dans l’Iran du chah que dans l’Iran des ayatollah pour les femmes comme pour les amoureux de la démocratie et de la liberté.

Alain Soral affirmait préférer la France de Tariq Ramadan à celle de Riposte Laïque. Un autre militant d’extrême droite, Emmanuel Ratier, que le journal gauchiste « Reflexes » qualifie de « militant d’extrême droite et antisémite notoire » ose comparer le discours anti-islam de notre journal au discours antisémite des années 1930. Il ne fait que reprendre le parallèle que les islamistes utilisent systématiquement, pour se victimiser, et interdire toute critique de leurs pratiques hégémoniques et conquérantes. Il ne fait que reprendre les scandaleux propos de Sarkozy, à Alger, osant comparer l’antisémitisme et l’islamophobie. Il ne fait que reprendre les discours de ceux qui, à l’instar de Mélenchon, de la direction de la Libre Pensée et de tout un pan de la gauche, en niant les réalités historiques, comparent ceux qui veulent résister à l’islamisation de leur pays avec les antisémites du 20e siècle. Comme si, dans un seul endroit du monde, en 2011, les musulmans étaient persécutés (ils ne le sont que par leurs tyrans et leur religion, et c’est à eux de s’émanciper), alors que, dans la majorité des cas, les oppresseurs et les bourreaux agissent au nom de l’islam.

Des personnes aussi différentes qu’Alain Gresh, du Monde Diplomatique, Thierry Meyssan, ancien animateur du Réseau Voltaire, les duettistes Dieudonné-Alain Soral, Houria Bouteldja, qui parlent de l’Iran comme d’une démocratie exemplaire, et de l’islam comme d’une religion de paix, montrent que le discours des islamistes a de fidèles relais dans l’ensemble des familles politiques françaises, de l’extrême droite à l’extrême gauche.

Comme dans les années 1940, les situations de guerre transcendent les clivages traditionnels. Aujourd’hui, le péril islamiste les fera exploser de la même manière. Il y aura d’un côté ceux qui, de l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par l’UMPS, se montreront résignés à accepter l’islamisation et la disparition de notre pays, et de l’autre côté les Résistants, qui viendront, eux aussi, de toutes les familles politiques, qui la refuseront, et se battront.

Nous nous reconnaissons dans la France incarnée par Christine Tasin, nous n’accepterons jamais celle que nous prépare le discours d’un Dieudonné. Et, aussi courtois qu’ait été le débat, nous savons bien que les deux projets sont inconciliables, et que l’un devra s’imposer contre l’autre…

——————————————————————-

RIPOSTE LAIQUE ET LA PLAINTE DE LA LDH


Pierre Cassen auditionné suite à une plainte de la LDH
envoyé par enquete-debat. – Regardez les dernières vidéos d’actu.
http://www.enquete-debat.fr/archives/reactions-a-chaud-de-pierre-cassen-suite-a-son-audition-par-la-police/
ECRIRE A LA LDH…
Ligue des droits de l’Homme, 138 rue Marcadet, 75018 Paris
ldh@ldh-france.org
Téléphone : (33) 01 56 55 51 00
Fax : (33) 01 42 55 51 21
——————————————————————–

COMMANDER LE LIVRE ET LE DVD DES ASSISES

– Livre seul, il coûte 21 euros (frais de port compris).
Envoyez les chèques à Riposte Laïque, BP 82035, 13201 Marseille Cedex 1
– DVD seul, 20 euros (et 15 euros par DVD supplémentaire, à envoyer à Enquête et Débats, 5 rue Lalo, 75116 Paris.
Commander le livre sur Amazon :
http://www.amazon.fr/ASSISES-INTERNATIONALES-SUR-LISLAMISATION-PAYS/dp/2953604227/ref=sr_1_7?s=books&ie=UTF8&qid=1295293885&sr=1-7
——————————————————————–

COMMENT AIDER RIPOSTE LAIQUE

Nous avons dû puiser dans notre trésor de guerre pour que ces assises puissent se dérouler. Si vous souhaitez nous aider à continuer, plusieurs solutions :
– Chèque de soutien à envoyer à l’ordre de Riposte Laïque, à Riposte Laïque, BP 82035, 13201 Marseille Cedex 1.
– Commander « Les dessous du voile », « La colère d’un Français » : chèque de 19 euros par livre (frais de port compris) à l’ordre de Riposte Laïque
– Commander « Résistance Républicaine » : chèque de 20 euros (frais de port compris) à l’ordre de Riposte Laïque.
– Par virement :
Compte Crédit Agricole d’île de France
ASSOCIATION RIPOSTE LAÏQUE
RIB: 18206 00102 60258993748 72
IBAN: FR76 1820 6001 0260 2589 9374 872
BIC: AGRIFRPP882
——————————————————————–

Contact avec Résistance Républicaine :

http://resistancerepublicaine.info/

Commander le livre « Résistance Républicaine » : Envoyer un chèque de 20 euros (16 euros et 4 euros de frais de port) à l’ordre de Riposte Laïque, BP 82035, 13201 Marseille Cedex 1.
Commander le livre sur Amazon :
http://www.amazon.fr/Résistance-Républicaine-Cyrano-équipe-RL/dp/2953604219/ref=sr_1_3?ie=UTF8&s=books&qid=1275659145&sr=1-3