1

Les musulmans veulent garder Macron, il est leur otage

Photos de Macron pietinees et brulees

Les musulmans de France vont donc voter pour Macron. C’est à quoi appellent la Grande mosquée de Paris et le Conseil français du culte musulman (CFCM), deux institutions qui se veulent représentatives de la communauté islamique en France.

Le scrutin du 24 avril se présente ainsi comme une confrontation entre Français et musulmans.

Les Français, dans une grande majorité, veulent se débarrasser de Macron. Les musulmans veulent le garder.

Français et musulmans n’habitent pas sur la même planète et ne partagent ni les soucis ni les espérances.

L’appel de la Grande mosquée n’est pas spontané. Il semble avoir été négocié à Alger, l’Algérie étant le propriétaire de la mosquée, avec ses hommes et ses biens.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a en effet effectué, mercredi dernier, en pleine campagne électorale pour le deuxième tour des élections présidentielles, une visite éclair à Alger où il a été reçu par le président de la République algérienne.

« Une visite surprise qui n’a pas été annoncée par les canaux officiels des deux pays, comme cela est pourtant le cas dans ce genre de déplacements de responsables de haut rang », fait remarquer le site d’information généraliste, « ObservAlgerie ».

Se référant à de nombreux observateurs, « ObservAlgerie » indique que « la visite éclair de Jean-Yves Le Drian à Alger serait liée à l’élection présidentielle en France ». Pour les observateurs, poursuit le site, « le déplacement du ministre des Affaires étrangères française en Algérie en pleine campagne électorale est une sorte de demande de « caution » de la part d’Alger pour le président sortant Emmanuel Macron. »

L’appel de la Grande mosquée a donc été négocié à Alger.

Il en fut certainement de même avec le Maroc.

Le Drian est probablement parti à Rabat après sa visite à Alger dans le même but : négocier le soutien des Marocains à Macron, via le Conseil français du culte musulman, un « instrument » marocain implanté en France et qui compte quelque 2500 mosquées dans l’Hexagone.

D’où la simultanéité de la publication, par les deux institutions musulmanes, de leurs communiqués respectifs appelant à voter pour Macron, le même jour, à la même minute.

Macron a certainement envoyé d’autres émissaires auprès de la Tunisie, de la Turquie et d’autres pays « fournisseurs » de musulmans à la France.

Il est certain qu’avec les voix musulmanes, Macron est assuré de remporter le scrutin du 24 avril et de demeurer à l’Élysée pour cinq années encore.

À quel prix a-t-il pu s’acquérir les voix musulmanes ?

Le prix doit être très fort, étant donné que les musulmans ne portent pas particulièrement Macron dans leur cœur.

Il est en effet difficile d’amener les musulmans à voter pour quelqu’un qui s’affiche avec de jeunes et virils garçons et qui, visiblement, cherche à se faire embrocher. L’homosexualité est l’une des choses les plus répugnantes aux yeux de l’islam et les plus sévèrement punies.

Il leur est également difficile de voter pour quelqu’un qui a suscité, tout récemment, en octobre 2020, une vague de violentes protestations dans le monde musulman suite à ses déclarations sur les caricatures anti-islamiques.

Manifestations contre Macron et la France

Comment donc Macron a-t-il pu convaincre les musulmans de lui accorder leurs voix ? Ou plutôt à combien les a-t-il achetés ?

Le fait est que, désormais, Macron ne peut rien leur refuser. Il est leur otage. Et ce sont les Français qui vont payer la rançon.

On va très vite voir les mosquées fleurir, les muezzins hurler leurs appels à la prière, le halal s’imposer, le voile se répandre et s’imposer même aux Françaises.

Mais les musulmans s’attendent à beaucoup plus :

  • Instauration de tribunaux islamiques comme c’est le cas en Grande-Bretagne et au Canada.
  • Organisation de campagnes régulières de conversion à l’islam dans les établissements scolaires, les administrations publiques et les lieux de travail, avec diffusion à la télé, à la radio et dans les médias.
  • Octroi de primes aux convertis.
  • Journées fériées pour les fêtes islamiques.
  • Enseignement de l’arabe à partir de la maternelle.
  • Enseignement de l’islam dès la première année du primaire.
  • Création et diffusion quotidienne d’émissions et de programmes islamiques à la télé (comme « N’oubliez pas les paroles du Coran »).
  • Horaire de travail réduit durant le ramadan.
  • Circoncision remboursée par la sécurité sociale.
  • Mise de vols spéciaux à disposition des musulmans effectuant le pèlerinage à la Mecque.
  • Fourniture gratuite de moutons à chaque foyer musulman pour la fête de l’Aid Al Adha.
  • Rapatriement de tous les djihadistes détenus au Proche-Orient ainsi que de leurs familles.
  • Libération et attribution de la Légion d’honneur à Salah Abdeslam.
  • Excision opérée dans les hôpitaux de l’État.
  • Transmission intégrale de la prière de vendredi à la télé.
  • Distribution d’armes de poing aux populations musulmanes des banlieues.

Les fondements de la république islamique de France seront ainsi jetés.

La liste des blessures que le Macron va infliger à la France est très longue, mais ce n’est pas la peine d’effrayer les bons citoyens français et de perturber leur profond sommeil.

C’est tellement mignon de voir les Français dormir d’un si paisible sommeil, comme des bébés, après un biberon pris sur BFMTV… Ils sont adorables (c’est surtout Macron qui doit le penser…).

Ils verront tout eux-mêmes comme la France est si joliment défigurée quand ils se réveilleront.

Si jamais ils se réveillent…

Messin’Issa

 




Les dix « gros bonnets » de la drogue en France : tous CPF… Quelle « Chance » !

Dans un article du 28 mars dernier, L’Obs nous dévoile le prestigieux palmarès des dix plus gros narcotrafiquants « français ».

Tous CPF – Chances Pour la France – « de Souche ».

En voici la liste, avec leur CV abrégé.

Moufide Bouchibi

Condamné pour trafic de drogue en septembre 2015 par le tribunal de Bordeaux à 20 ans de prison, le ressortissant « français » Moufide Bouchibi a été interpellé à Dubaï (Émirats-Arabes-Unis, EAU) ce 21 mars 2021 après six ans de cavale. Ex-associé puis rival de Sophiane Hambli – l’ancien trafiquant numéro 1 devenu le principal informateur de l’office des stups –, Bouchibi a dû quitter le Maroc, son pays natal, après une série de règlements de comptes en 2013. En contact direct avec les producteurs, Bouchibi est considéré comme le principal exportateur de résine de cannabis en France (il enverrait 50 tonnes par mois selon les estimations des policiers). La France vient de demander son extradition aux EAU.

Reda Abakrim

Surnommé le Baron de la drogue dans le milieu, Reda Abakrim, condamné par contumace en juin 2020 à vingt ans de prison pour l’enlèvement et le meurtre  d’un autre caïd de la drogue, Brahim Hajaji, dans la cité de La Coudraie à Poissy, Abakrim a été interpellé le 22 décembre 2020 à Casablanca (Maroc). Il est également surnommé Turbo, confie un informateur des stups « parce qu’il est capable de faire sortir une tonne de résine de cannabis du Maroc par jour ». Un exemple d’intégration réussie. Lors de son procès en 2020, Abakrim a été défendu par Me Eric Dupond-Moretti, l’avocat des pauvres et des déshérités.

Nordine D.

Photo bienvenue : Nordine, si tu nous lis…

D’après L’Obs : « Jamais condamné pour trafic de stupéfiants, il ne ferait actuellement l’objet d’aucune mise en examen. Selon des sources policières, il aurait récupéré une partie de la clientèle de Djamel Talhi, dit « James Dean », un ancien associé de Sophiane Hambli, devenu le numéro 2 du trafic derrière Moufide Bouchibi (voir supra) avant d’être arrêté en 2014 [et de devenir le principal informateur de l’office des stups]. Selon le dossier judiciaire, une partie de la marchandise retrouvée lors de la fameuse saisie des Douanes effectuée boulevard Exelmans, Paris 16e, en octobre 2015, lui appartiendrait. »

Ben de Trappes

Photo bienvenue : Ben, si tu nous lis…

Ben est originaire de la paisible ville de Trappes dans les Yvelines. Ben a été arrêté en France en 2018 dans une simple affaire d’usurpation d’identité. Arrêté et mis en examen en novembre dernier à Versailles pour trafic de stupéfiant, Ben réussit à prendre la fuite. Selon des sources généralement bien informées, Ben gérerait dorénavant ses affaires depuis le Maroc.

Bouchaïb El Kacimi

Photo bienvenue : Bouchaïb, si tu nous lis…

Selon L’Obs : « En 2014, ce Franco-Marocain a été considéré comme le responsable d’un vaste réseau d’importation de résine de cannabis et condamné à vingt ans de prison. Son équipe avait organisé pas moins de 45 « go-fast » depuis l’Espagne en quatorze mois pour importer 50 tonnes de cannabis. »

Plusieurs membres présumés de l’organisation « Furax » (surnom de El Kacimi) ont comparu en octobre 2014 devant les assises spéciales de Paris. « Pour vous, c’était un peu comme un trafic d’alcool ou de cigarettes ? », l’a interrogé l’avocat général, Philibert Demory, durant le procès. « Tout à fait », a répondu El Kacimi qui a affirmé aspirer dorénavant à « une vie posée, sans souci ». En fuite depuis 2019, El Kacimi gérerait ses juteuses affaires depuis le Maroc.

Kévin Douré

Kévin nous vient quant à lui de la Martinique. D’où peut-être son surnom particulièrement politiquement incorrect de « El negro » dans le milieu. Mais soyons indulgents : ces gens-là n’ont pas nécessairement les codes.

Selon L’Obs : « Lors d’un premier séjour en prison, il noue des relations avec des « Vénez », surnom donné en Martinique aux Vénézuéliens installés sur l’île, représentants des plus gros narcos sud-américains. Au faîte de sa gloire, on estime qu’il expédiait une tonne de cocaïne par mois. »

Arrêté en octobre 2013 avec des complices suite à une enquête de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS), il travaillait avec des intermédiaires vénézuéliens — ces derniers se procurant la drogue en Colombie — pour l’importer vers l’Europe. Son réseau utilisait le «rip off» (placer la marchandise dans un conteneur avant son chargement sur un navire), avec des complicités parmi les dockers en Martinique, à Sainte-Lucie, au Havre et à Dunkerque.

En juin 2018, il est condamné à 22 années d’emprisonnement. Fait tout à fait surprenant : Kévin Douré est actuellement sous les verrous. Sa malencontreuse couleur de peau ne lui a sans doute pas permis de bénéficier des mêmes complicités d’évasion que les susnommés. Ce n’est qu’une hypothèse, naturellement. Son incarcération ne l’empêche apparemment pas de continuer à gérer ses lucratives activités via son réseau.

Rachid El M.

Rachid nous vient de Strasbourg. C’est un proche de Moufide Bouchibi (voir supra) depuis de longues années, il serait l’un des principaux fournisseurs de cannabis de l’Est de la France. Il disposerait de contacts privilégiés chez les producteurs marocains. Condamné à une peine de sept ans de prison en 2017, il est actuellement en fuite…

Nasserdine et Abdelrani T.

Photos manquantes : Nasserine et Abdelrami, si vous nous lisez…

Deux trafiquants en un. Surnommés « les jumeaux » dans le milieu, les deux frères, condamnés par le passé pour des affaires de vols, approvisionne(raie)nt la région de Marseille (d’où ils sont originaires) en résine de cannabis. Ils ne font actuellement pas l’objet de mandats de recherche et seraient, selon certaines sources, installés dans la région de Malaga, dans le sud de l’Espagne d’où ils gèrent leur petit commerce, apparemment sans être autrement inquiétés par les autorités françaises ou espagnoles. Comme chez les Dalton, il semble qu’il y ait un frère dominant. C’est manifestement Nasserdine.

Younès L.

Photo manquante : Younès, si tu nous lis…

Commentaires de L’Obs : « Appartenant à une famille bien connue de la PJ nantaise, ce Franco-Marocain né à Meknès est considéré comme le principal pourvoyeur en résine de cannabis du Grand Ouest. Connu pour des faits de vol commis dès l’âge de 15 ans, il n’a jamais été condamné pour trafic de stupéfiants à ce jour ». Il serait actuellement au Maroc.

Ali et Messaoud Bouchareb

Alors qu’il était activement recherché dans le cadre de l’affaire « Air Cocaïne », le « Stéphanois » Ali Bouchareb a été interpellé en mai 2016 près de Barcelone. Le procès d’Ali Bouchareb s’est ouvert en février 2019. La vie des deux frères Bouchareb est un roman palpitant : nous vous la laissons découvrir dans cet article de Lyon Capitale.

Henri Dubost (en liberté surveillée pour port aléatoire de muselière)

 

 

 




Escapade à Rabat, le soir de Noël

Mon amie Carole (1) passe actuellement ses vacances de Noël à Rabat, Maroc. Elle m’a fait part de ses premières impressions dans un email savoureux que je n’ai pu résister à adresser à Riposte Laïque, avec son accord bien entendu…

Mon cher Jean,

Je t’écris de Rabat, pas très éloignée du central de « modération » de la liberté de pensée des Français… Demain Noël mais aucune crèche à l’horizon, Dieu soit loué. Toutefois les supermarchés arborent des sapins de Noël, des montagnes de boules multicolores et de cadeaux, parmi lesquels déambulent des barbes en qamis et des qamis à barbe, ainsi que des prunelles en emballage noir dont on ne sait si elles portent la barbe : on se croirait presque en France. Mais ces spécimens antiques ne représentent toutefois qu’une minorité, du moins chez les mâles. Quelques femelles portent ostensiblement les cheveux longs, un genre qui nous change de la France.

Sous la pression de ses filles Latif a acheté son sapin de Noël pur plastique made in China en pleine médina, derrière le Marché Central. On se les arrache pour seulement 300 dirhams (27 euros). Pendant ce temps nos têtes de nœud gouvernementales font en France la chasse aux crèches.

Pour son saucisson et son jambon pur porc Latif s’approvisionne dans la plupart des supermarchés, ou sinon à la charcuterie de l’Agdal. L’alcool coule à flot, pour une clientèle essentiellement marocaine.

Les gens sont gentils, l’ambiance est sereine, seulement troublée par des explosions populaires organisées en faveur de la Palestine, Oumma oblige (l’Oumma c’est textuellement la Matrice), des explosions antisémites et anti-américaines — mais on n’entend à la radio que des variétés américaines ! Pas une seule chanson de Johnny n’a été diffusée, Dieu soit loué. Aucune de Jean d’Ormesson non plus.

La radio : on écoute surtout Médi 1, « Radio Méditerranée Internationale », une antenne franco-marocaine située à Tanger spécialisée en langue de bois socialo bien pensante. La France et sa presse enfarine jusqu’ici ! J’ai entendu son chroniqueur Pierre Boussel donner une leçon bien sentie au président américain à propos de Jérusalem ; je ne pense pas que le malheureux Donald s’en remette.

Comme tu le sais Latif et Latifa habitent Cité Yacoub-El-Mansour, Jacob-le-Victorieux, un quartier populaire très vivant en bordure de l’océan mais hélas proche d’une mosquée qui leur pourrit la vie nuit et jour. En effet, alors qu’on s’y attend le moins retentit soudain une longue et lugubre plainte diffusée par hauts parleurs, à un volume si fort que j’ai cru la première fois qu’il s’agissait d’un attentat.

C’était en fait l’appel à la prière, nécessaire paraît-il pour satisfaire les besoins d’adoration du dernier né des dieux uniques, le très Grand Allah — plus Grand que lui-même, dit-on. Un challenge. Faute de se livrer alors à la récitation coranique obligatoire accompagnée d’une gymnastique savante propice au transit intestinal, le fidèle adorateur ne pourrait prétendre à l’usage de l’une voire de plusieurs parmi les septante-douze houris vierges aux grands yeux profonds qui s’offriraient à lui au Firdaous, le Paradis, le moment venu après sa mort.

Je précise que c’est un on-dit car personne n’en est encore revenu pour en rapporter témoignage. À ma question sur l’usage que pourraient faire les pieuses musulmanes de ces septante-douze houris, ou bien si elles bénéficieraient elles aussi de septante-douze puceaux n’ayant jamais servi, on me répondit que le Coran était muet sur ce chapitre.

Sauf que le Prophète (saws) avait constaté lors d’une visite d’inspection que El-Aâfia, l’Enfer, était surtout peuplé de femmes, car porteuses de tous les vices. À ce prix-là pourquoi prient-elles ? ai-je questionné. Cela fait partie des mystères de la foi, m’a répondu Latifa en riant tandis que Latif se servait un second whisky pour « oublier ces conneries ! » (sic). Et il ajouta, furieux : « On n’a pas le choix ! »

Latif et Latifa ont mis leurs deux filles à l’École Jeanne-d’Arc, au quartier de l’Agdal, ancienne école primaire catholique aujourd’hui de confession musulmane, bien qu’appartenant toujours à l’Évêché, lequel est présent à Rabat comme à Casa où la Cathédrale officie tous les dimanches. Contrairement à une idée reçue il y a des églises un peu partout dans le Royaume, ainsi que des synagogues.

Les droits d’écolage sont si élevés dans les établissements français, autonomes financièrement c’est-à-dire officiellement non subventionnés par la France, que seuls les grandes familles bourgeoises et les trafiquants de cannabis peuvent y mettre leurs enfants. La classe moyenne en est écartée de ce fait.

Quant aux classes populaires, elles sont maintenues dans un enseignement arabophone afin de leur interdire plus tard l’accès aux postes de direction, réservés à l’élite francophone. C’est du moins ce que prétend Latif. Le gratin, lui, envoie ses rejetons aux USA. Cela permet, dit-il, de maintenir des classes sociales bien distinctes, nécessaires au bon fonctionnement d’une économie libérale. Et ça marche plutôt bien… Qui parlait de ce meilleur des mondes avec des Alpha-plus et des Bêta-moins ?

Ça marche plutôt bien en effet, si j’en juge par la quantité de voitures neuves qui circulent. Le luxe des voitures contraste avec la France, l’argent semble couler à flots ici. Toutes les tractations importantes se font en espèces. Un exemple : Latif a dû remplacer sa vieille Toyota de quinze ans d’âge par une Dacia montée à Tanger ; le concessionnaire lui a demandé de payer en espèces, à cause des chèques douteux ; sa banque elle-même lui a déconseillé le chèque de banque qui aurait pris une semaine pour son établissement par le siège de Casablanca et aurait entraîné des frais ; Latif a dû se transformer en porteur de valise… pas très rassuré ! Ça dépayse de la France.

Petite anecdote. Je profite d’un feu rouge pour m’échapper d’un « Petit-taxi » dont le conducteur à la barbe fleurie m’imposait des sourates à plein tube. Je me plains à l’agent de police de faction, lequel n’arrête pas le taxi « qui n’a commis aucune infraction », me répond-il, mais siffle un autre « Petit-taxi » à mon intention, où cette fois c’est un Berbère berbérisant, joyeux bavard francophone qui me donne avec une sympathique bonhommie un petit cours de tamazight jusqu’à ma destination. Les Arabes, il ne les aime pas et il le dit… Pays de contrastes !

Latif m’expliquera par la suite que Salé, la ville jumelle de Rabat, est entièrement salafiste, où ces intégristes sont déguisés en Bédouins. Cela pourrait surprendre quand on sait que la population marocaine est majoritairement d’origine berbère, parmi laquelle de nombreux juifs de la diaspora convertis à l’islam, d’autres juifs exilés d’Andalousie au XVe siècle également convertis, de Vandales qui se sont fondus dans la population du Rif, de Noirs issus de l’esclavage, de Romains, Espagnols, Portugais et Français, issus de l’esclavage ou non, et pour finir de très peu d’Arabes de souche, et que la langue populaire, le darija, est incompréhensible pour un Arabe du Moyen Orient, sans parler du tamazight des Berbères — ce qui en fait un pays arabe !

Je ne t’apprendrai rien en te disant qu’en fait le ciment est l’islam, sans lequel le pays exploserait en tribus et clans hostiles les uns aux autres, le bled siba de la dissidence d’avant Lyautey. D’où le maintien d’une religion d’État obligatoire, ce que fut le rôle du christianisme en France. Le roi est Amir Al Mouminine, Émir des Croyants, pour consolider cette communion.

Mohammed VI est le fils aîné de Hassan II, qui fut exilé avec son père Mohammed V par la France entre 1954 et 1956 chez « Madame Gascar ». Il est apprécié par son peuple, qui lui reconnaît sa grande capacité de travail et ses résultats. Il est partout. Il attire la compassion par sa maladie, le diabète dit-on, dont le traitement à la « courtisane » (il s’agirait de la cortisone) l’a fait tant grossir. Il n’a certes pas le charisme de son père Hassan II mais il a su maintenir la cohésion du pays et le développer, tant au niveau des infrastructures régionales qu’à celui des relations africaines et internationales.

C’est ce constat qui m’a fait prendre conscience des avantages de la royauté, où le chef de l’État n’est ni dans un camp ni dans l’autre mais au-dessus des partis politiques, arbitre au-dessus de la mêlée. De plus il dispose de temps pour entreprendre des projets à long terme. Enfin il constitue un repère pour la nation — repère qui semble aujourd’hui faire défaut dans nos démocraties républicaines.

Un bon système si le monarque est bon, une dictature qui peut être insupportable dans le cas contraire, en tout cas un système moins agité que celui où nos élus éphémères consacrent la première moitié de leur quinquennat à défaire ce qu’a fait leur prédécesseur et la seconde moitié à préparer leur ré-élection espérée — ce qui se traduit par des dépenses considérables pour un résultat catastrophique… Un message qui aura du mal à passer dans nos pays socialo-soviétiques.

À noter que le Maroc est lui aussi confronté à une invasion migratoire, apparemment de Noirs en recherche d’esclavage. Et comme les Droits de l’Homme ont contaminé le pays, les autorités semblent assez perturbées, voire paralysées, ne sachant trop qu’en faire, en tout cas incapables d’imaginer que ces migrants puissent reprendre en sens inverse le chemin par lequel ils sont arrivés. La population locale les regarde avec méfiance et perplexité, d’autant plus que la plupart, souvent chrétiens, ne parlent pas arabe. Des chrétiens noirs ici ça fait désordre. Ils sont très respectueux et nous interpellent « Papa » et « Maman » ; on se sent en famille. À part la couleur.

Il n’y a pas que les migrants qui se multiplient mais aussi les forces de l’ordre, c’est impressionnant. Chaque carrefour est gardé par un à trois agents ou agentes de police, de nombreuses femmes en uniforme en effet ; la première fois qu’on en voit une, toute mignonne, ça fait quelque chose. Ils et elles sont là semble-t-il pour domestiquer les files continues de 4×4 toute neuves, qui ne peuvent s’arrêter car il n’y a plus aucune place de stationnement disponible à Rabat. Seuls les feux rouges autorisent une courte pause. Puis elles repartent pour un tour. Jusqu’à épuisement.

Voilà, je t’ai tout dit. Je pense à Yidir et à toi qui devez être bien malheureux à l’idée de passer ces fêtes de Noël et de fin d’année en zone occupée.

Je t’embrasse — Carole

Jean Ducluzeau

(1) — Carole Maillac est co-auteur avec Yidir Aberkane de « Pronostic vital engagé… Islamectomie ! », Éditions Riposte Laïque, 2013, une bombe d’une actualité brûlante.




François Hollande : la descente aux enfers

AV GROT AMélioré
François Hollande donne au monde l’image d’un président préhistorique, qui passe plus de temps à festoyer qu’à gérer la France. D’où cette descente aux enfers.
av repas
 
Pas de trêve pascale pour l’impopularité croissante de François Hollande, 24e président de la République française. Les plus récents sondages commandés par les services du Palais de l’Elysée indiquent que « Seuls 3% des Français souhaitent le voir se représenter. 81% des sympathisants socialistes réclament une primaire, avec ou sans le Président… ». François Hollande paie au prix fort l’échec de sa politique syrienne (lire aussi http://ripostelaique.com/comment-lambassadrice-de-bachar-a-ridiculise-les-bras-casses-hollande-fabius.html), de sa politique agricole (lire aussi http://ripostelaique.com/jets-de-bouses-de-vaches-huees-pour-hollande-au-salon-de-lagriculture.html ), de sa politique sociale (lire aussi  http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html ), de sa politique économique dans une France où tout va mal, surtout pour les patriotes qui travaillent dur, dans une France en plein désarroi, où nos paysans se suicident pour échapper aux huissiers, dans une France où des intégristes égyptiens utilisent le pays comme base-arrière, dans une France où les projets de mosquées ou de centres cultuels musulmans intégristes se multiplient, dans une France où les entreprises licencient à tour de bras, où le groupe Aoste ferme son usine « Calixte » à Boffres en Ardèche, dans une France où peu d’entreprises innovent, créent des emplois et beaucoup disparaissent , dans une France où beaucoup de magistrats découragés diagnostiquent « La fin des juges », à l’image de Marie-Odile Theoleyre dans son remarquable livre (http://suite101.fr/article/actualite–la-fin-des-juges-dans-une-societe-en-pleine-folie-a35178), certains juges, et certains élus, ici et là, redressant la tête et stoppant des errements, en faisant prévaloir l’intérêt républicain.
La mauvaise gestion du dossier « terrorisme » par des collaborateurs incompétents de François Hollande (lire aussi http://ripostelaique.com/surnomme-r2d2-lemploye-de-banque-cazeneuve-naurait-jamais-du-finir-a-linterieur.html ) et par les services de renseignements français, ainsi que par les agents des services de renseignements intérieurs (lire aussi http://ripostelaique.com/exclusif-massacres-terroristes-dus-a-faillite-renseignement.html ) ont contribué à cette inexorable descente aux enfers de François Hollande.

Notre analyse est confortée par une enquête de l’hebdomadaire L’Express reprise par Wikipédia, qui expose, à partir des résultats de plusieurs sondages, cinq raisons à l’impopularité croissante du président de la République : absence de gouvernance, absence d’autorité, absence de ligne directrice, opposition d’une partie de la population au projet d’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe, promesses économiques non tenues. L’éditorialiste François Lenglet estime ainsi que c’est le non-respect de trois promesses fondamentales ayant trait à l’économie du pays (celle de la résorption du déficit public à 3 % du PIB en 2013 – s’établissant finalement à 4,1 % -, celle d’inverser la courbe du chômage cette même année et l’engagement de « stabilité fiscale ») qui explique une grande partie de la très forte et persistante impopularité de l’exécutif. L’affaire Cahuzac et ses prises de position dans le conflit syrien ont également un impact négatif sur la perception de son action.

François Hollande représenté aux côtés d’Angela Merkel, symbolisant l’importante influence de l’Allemagne au sein de l’Union européenne.

En octobre 2013, l’affaire Leonarda avait renforcé l’impopularité de François Hollande : alors qu’auparavant les mauvais résultats économiques et les hausses d’impôts en constituaient les facteurs essentiels, Le Point note que cette affaire impacte directement le jugement de la personnalité de François Hollande ; en novembre 2013, il est considéré comme le président le moins courageux de la Ve République et apparaît, d’après une analyse de BVA, comme « incapable de trancher ». Le même mois, le baromètre Ifop indique que François Hollande bat le record d’impopularité pour un président de la Ve République, avec seulement 20 % d’avis favorables.

Dès 2013, l’hypothèse que Manuel Valls lui soit préféré en vue de la présidentielle de 2017 est évoquée. Plusieurs sondages donnent en effet François Hollande éliminé de la compétition présidentielle dès le premier tour. À la suite des élections municipales et européennes de 2014, qui sont un échec pour la gauche, sa popularité continue à diminuer (18 % de satisfaction contre 82 % de mécontents selon le baromètre Ifop), y compris chez les sympathisants socialistes, qui ne lui accordent plus majoritairement leur confiance. Son impopularité record sous la Cinquième République est confirmée en septembre 2014 par tous les instituts de sondage, avec des taux d’opinions favorables allant de 13 à 19 %.

 Du jamais vu pour un président de la République. A croire que le sobriquet, « Monsieur 3% », qu’on lui prêtait quelques mois avant la primaire socialiste de 2011, lui colle à la peau. A l’époque, ce chiffre représentait la part de sympathisants socialistes qui souhaitaient voir le candidat Hollande désigné pour la présidentielle de 2012. On connaît la suite. Mais quatre ans plus tard, et un an avant la nouvelle élection présidentielle, François Hollande est retrouvé à un niveau de popularité très faible. A la nuance près que ce taux concerne désormais l’ensemble des Français.

Seulement 15% des sympathisants socialistes en veulent

Selon les derniers sondages, seules 3 % des personnes interrogées souhaitent voir François Hollande se représenter en 2017. Un chiffre très faible, supérieur chez les sympathisants socialistes, mais encore dramatiquement bas pour un président sortant. Chez les sympathisants socialistes, ils ne sont en effet que 15% à souhaiter qu’il se présente à sa propre succession. Il est devancé auprès de cette population par Valls (40 %) et par Martine Aubry, d’une courte tête (16%).

81% des sympathisants du PS se déclarent favorables à une primaire à gauche

Pour la première fois dans l’histoire de la V ème République, un président sortant semble obligé, par ses propres supporters, à passer sous les « fourches caudines » d’une primaire dans son propre camp. Car 81% des sympathisants socialistes souhaitent la tenue d’une primaire pour désigner leur candidat pour 2017. Et ce dans l’hypothèse où François Hollande se représente. Des résultats désastreux, très sévères pour le président de la République, qui est largement désavoué et humilié par son propre camp.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411




Faut-il juger les juges ?

av juge burgaud

Faut-il juger les juges lorsqu’ils se sont trompés ou lorsqu’ils ont été désavoués ?

 

A la fin des années 70, près de 90 % de l’activité des juges était consacrée à la lutte contre la criminalité, la délinquance. Depuis 20 ans, de plus en plus de magistrats se veulent les « censeurs » de la vie politique, de la presse, et ce sont autant de moyens humains qui font défaut dans la lutte contre la criminalité organisée, la petite délinquance. Le « mariage de raison » (et non d’amour) qui prévalait entre les magistrats et les journalistes dans les années 80 a volé en éclat. Alors même que l’impartialité des juges est mise en cause, chaque jour. Certains juges ont même jeté le discrédit sur des commissaires de police efficaces, en reprochant à ces flics de terrain d’avoir « franchi la ligne rouge dans leurs recherches d’informations au sein du grand banditisme ». Mais, personne n’ose sanctionner, de manière exemplaire, les magistrats qui dérapent, à l’image de l’affaire d’Outreau.

Plusieurs magistrats se sont même interrogés sur l’indépendance de certains juges vis à vis de certaines religions (lire aussi http://ripostelaique.com/des-juges-francais-infeodes-a-certaines-religions.html ). La question méritait d’être posée, après que la Ministre de la Justice Christiane Taubira ait annoncé, le 27 avril 2015, aux journalistes accrédités auprès de son ministère, l’octroi de 2,7 M€ de crédits sur 3 ans
«destinés à mettre en place des formations à la laïcité pour les magistrats et les personnels des juridictions ».

 

La rentabilité domine aussi l’institution. Avec un management à la japonaise. Du coup, plusieurs magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », à l’image de Marie-Odile Theoleyre dans son remarquable livre.

 

Au pénal surtout, mais aussi dans une moindre mesure au civil, les juges français ont un pouvoir plus important que leurs homologues des autres démocraties (en particulier les pays anglo-saxons de Common law), qui doivent s’effacer beaucoup plus souvent qu’eux, dans la prise des décisions, derrière des jurés populaires, qu’on ne trouve en France que dans les cours d’assises (encore dans celles-ci les juges professionnels ont-ils une influence importante, voire prépondérante, à en croire des confidences de jurés).

Ce constat est partagé par Benoît Garnot, agrégé d’histoire et docteur ès lettres, qui enseigne l’histoire de la justice à l’université de Bourgogne depuis 1988 et est l’auteur de nombreux ouvrages. Son dernier livre Histoire des juges en France, de l’Ancien Régime à nos jours est aux éditions Nouveau monde est meilleur qu’un diagnostic médical. 

av jugL’image du juge au XIX ème siècle : dépassée ?

 

L’auteur y décrypte les caractéristiques des magistrats en France. Il estime que les justiciables doivent être en droit de demander des comptes aux juges. Car le pouvoir des juges concerne le quotidien des procès, et donc le quotidien des Français.

Certes, les juges ont toujours été décriés, quels que soient l’époque et le lieu. La critique de la justice, et par conséquent des juges, était déjà très importante dans l’Antiquité : voyez Aristophane! Dès lors, pour Benoît Garnot, « La critique des juges n’a jamais cessé depuis. On a accusé les juges d’incompétence, de partialité, de concussion, de cruauté, d’insensibilité…, le plus souvent à tort (pas toujours cependant). Alors pourquoi une telle hostilité? Parce que tout procès fait au moins un mécontent, le perdant, et le plus souvent deux, quand le gagnant estime qu’il n’a pas reçu assez ou que l’autre n’a pas été suffisamment puni, ce qui est la réaction la plus fréquente.

 

« Après, il est très facile, mais trop courant, de reporter son mécontentement ou sa déception sur le juge. Quand en plus on se trouve, comme actuellement, en période de crise économique et sociale, les juges constituent des boucs émissaires idéaux… surtout quand des élus en rajoutent en contestant des décisions de justice… ».

 

Le plus gros problème demeure une judiciarisation de notre société Française, qui donne l’impression que les magistrats veulent se mêler de tout. Et Benoit Garnot a le mérite de rappeler « On oublie que les juges sont faillibles et ont droit à l’erreur, mais ils ont souvent du mal à la reconnaître… ». Et personne n’ose, à l’arrivée, sanctionner tous les magistrats qui ont commis des erreurs, qui ont ruiné des vies, qui ont massacré des enfances, qui ont détruit des entreprises, des commerces, des exploitations agricoles, en ordonnant ici une faillite, là une expulsion agricole, sans avoir vraiment pris le temps d’étudier le dossier.

 

Ces juges poursuivent leur carrière, un blâme administratif dans le pire des cas, une mutation dans les îles de la République lorsque l’affaire est moins grave mais alimente les médias.

 

Certains magistrats se placent sous la coupe du pouvoir politique, sous l’emprise de certaines loges maçonniques, ou prennent des engagement associatifs d’un tout autre plan, mais cela mériterait un trop long développement. S’ajoute à cela le recrutement et les carrières, au XIXe siècle et pendant une bonne partie du XXe siècle. Ce phénomène s’est atténué aujourd’hui pour les recrutements, mais beaucoup moins pour les carrières. Dans le traitement des affaires banales, qui constituent l’immense majorité du contentieux, la liberté des juges du siège est totale (évidemment dans le cadre de la loi et de la jurisprudence). La sujétion au pouvoir politique concerne surtout les magistrats du parquet, et de nombreuses affaires à connotation politique ou financière, qui s’avèrent souvent très médiatisées.

Les juges de l’ordre judiciaire sont-ils trop puissants en France ? Et que dire des juges constitutionnels, dont les décisions infirment de plus en plus souvent les lois votées par le Parlement ?

Dans une France où beaucoup de magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », on a l’impression que certains serviteurs de l’Etat, dont les ancêtres se sont illustrés sur les champs de bataille, pour que «vive la France », tentent ici ou là de sauver le Pays réel, en incarnant cette laïcité et le sens de l’Etat que nous défendons.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html



Insecticides : « dégelée Royal » pour Le Foll

av le foll m'a tuerSur les 58 députés présents hier soir à l’assemblée nationale (sur un total de 577), 30 parlementaires ont eu le courage de voter contre les insecticides tueurs d’abeilles, et ont infligé une « dégelée Royal » à Stéphane Le Foll

Suite à l’engagement d’un certain nombre de médias, dont Riposte Laïque (http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html), des principaux syndicats de défense de l’apiculture, dont l’Abeille Ardéchoise et Drômoise : défense des abeilles, des apiculteurs , hier soir, tard dans la nuit, l’Assemblée Nationale a adopté l’interdiction des néonicotinoïdes en 2018. Deux heures de débats pour une interdiction obtenue à l’arrachée, grâce à l’engagement des députés qui se battent aux côtés des apiculteurs, depuis plus d’un an. Après deux heures de débats, les élus ont acté l’interdiction par 30 voix contre 28.

Ils ont ainsi fait barrière aux manœuvres de Stéphane Le Foll qui avait pourtant mis tout son poids de Ministre de l’Agriculture dans la balance pour éviter leur interdiction, faisant totalement fi des principes de l’agroécologie et des objectifs d’Ecophyto qu’il prétend défendre…

Néanmoins, l’UNAF (l’Union Nationale de l’Apiculture Française) regrette que « nos élus n’aient pas fait le choix d’interdire ces produits dès 2017, comme la Commission du Développement Durable l’avait initialement décidé, laissant encore les producteurs et leurs abeilles victimes de ces autorisations de mise sur le marché comme ils le sont depuis vingt ans… ». D’ici à 2018, un million de colonies d’abeilles vont périr suite à la mise en œuvre tardive de cette interdiction.

Si nous devons accueillir, avec tous les apiculteurs et avec tous les consommateurs de fruits et légumes, ce vote comme une vraie satisfaction tant cela était inimaginable quelques heures avant le débat, nous devons rester extrêmement vigilants car :

  1. le Sénat va devoir confirmer cette interdiction en 2ème lecture et cela est loin d’être gagné : apiculteurs, ONG environnementales et élus engagés à nos côtés devront redoubler d’efforts pour le maintien du texte tel quel.
  2. Si elle est confirmée par le Sénat, l’interdiction entrera en vigueur au 1er septembre 2018 soit dans plus de deux ans. Et en deux ans, de nombreux évènements peuvent venir remettre en question une interdiction qui a de nombreux ennemis…

Par ce message, nous tenions surtout à remercier tous les lecteurs de Riposte Laïque pour tout le travail qu’ils ont fait vers les élus. Nous savons que vous avez été nombreux à les contacter et que les élus ont été très sensibles à ces prises de contact. Votre travail a été indispensable pour nous permettre d’en arriver là où nous sommes aujourd’hui.

Et vous l’aurez compris, vous serez de nouveau mis à contribution pour le 4ème round, la deuxième lecture au Sénat ! Car nul doute que le lobby agro-industriel, représenté par Stéphane Le Foll au gouvernement, garde, avec ce report, le secret espoir d’obtenir un nouveau changement de législation en 2017 ou 2018.

 

Loi Biodiversité à l’Assemblée Nationale : les insecticides néonicotinoïdes enfin interdits mais… dans deux ans.

Hormis les firmes, plus personne ne conteste la toxicité des néonicotinoïdes envers les abeilles et les pollinisateurs. Mais les lobbys restent puissants… Pourtant, de manière courageuse, le 17 mars 2016, les députés ont décidé une interdiction des néonicotinoïdes à compter du 1er septembre 2018. L’Union Nationale de l’Apiculture Française se satisfait que l’Assemblée prenne enfin ses responsabilités face à la dangerosité de ces produits et du ministre Stéphane Le Foll, regrettant néanmoins le délai de deux ans pour la mise en application de l’interdiction.

C’est donc une vraie satisfaction même si ce n’est pas encore une victoire : les apiculteurs ne pourront se réjouir que lorsque leurs abeilles comme les pollinisateurs et l’ensemble de la biodiversité ne seront plus exposées à ces produits.

L’Union Nationale de l’Apiculture Française salue le travail des députés qui se sont investis sur le sujet et reste plus que jamais déterminée avant le passage du texte en 2ème lecture au Sénat.

Pour Gilles Lanio, président de l’UNAF, « D’ici la fin des discussions sur la loi biodiversité, l’UNAF, comme les nombreuses associations apicoles et environnementales qui soutiennent ce combat, mettra TOUT en œuvre pour poursuivre la mobilisation afin d’obtenir le retrait définitif de ces produits. C’est une urgence absolue ».

Voir l’amendement adopté :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/3564/AN/974.asp

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html




Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles

av le foll avait promis son aide aux apiculteurs en 2012Lorsqu’il a été nommé ministre de l’agriculture, Le Foll a visité des exploitations apicoles dans la Sarthe (ici chez Sophie Dugué), spécialisées dans l’élevage des reines d’abeilles. Il avait alors promis d’aider les apiculteurs et les abeilles. Aujourd’hui, Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles en soutenant les pesticides et insecticides tueurs d’abeilles. Si les abeilles collectaient des billets de banque à la place du pollen et du miel, elles seraient mieux défendues par les ministres socialistes, par les députés et les sénateurs. 

AV AB ISRAE

Suite au courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, le quotidien de gauche « Le Monde » dévoile le drôle de jeu du Ministre Stéphane Le Foll qui demande aux députés de voter pour les insecticides et pesticides tueurs d’abeilles. A ce stade, deux hypothèses s’imposent. Soit Stéphane Le Foll est devenu fou, et il doit être interné. Soit Stéphane Le Foll est au service des multinationales de l’insecticide, dans un schéma à la Jérôme Cahuzac, et il doit être immédiatement démis de ses fonctions. Les principaux syndicats d’apiculteurs de France, dont l’Abeille Ardéchoise et Drômoise : défense des abeilles, des apiculteurs , ont vivement réagi ce jour en inscrivant, sur leurs sites internet et leurs pages Facebook « LE FOLL, VRP DES MULTINATIONALES DE L’INSECTICIDE TUEUR D’ABEILLES. COMBIEN GAGNE-T-IL DANS LA SERIE « CAHUZAC EST MON MODELE » ? ».

Certes, le combat des apiculteurs pour obtenir l’interdiction des néonicotinoïdes semblait bien inégal dans la République des profiteurs. D’un côté, les firmes qui fabriquent les insecticides tueurs d’abeilles (et d’humains ?) et qui déversent des dizaines de millions d’euros via leurs « lobbystes » présents dans les couloirs des ministères, de l’Assemblée Nationale, du Sénat. De l’autre, les apiculteurs qui n’ont pu offrir aux députés, le 14 mars 2016, que 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ».

Après la colère des agriculteurs au dernier salon de l’agriculture (http://ripostelaique.com/jets-de-bouses-de-vaches-huees-pour-hollande-au-salon-de-lagriculture.html), après les trahisons successives de Stéphane Le Foll (http://ripostelaique.com/foll-trahit-agriculteurs-senat-saborde-lapiculture.html), tous s’estiment aujourd’hui victimes d’un ministre incompétent, « ayant pêté les plombs » puisque Le Foll a décidé de « faire son beurre » en tuant 9 milliards d’abeilles en France.

 

Hier, jour de l’ouverture des discussions sur la loi biodiversité, les dirigeants des apiculteurs de France étaient aux abords de l’Assemblée Nationale pour un rassemblement avec les élus, les ONG et la presse afin de demander l’interdiction de ces pesticides. Le même jour, ils ont fait livrer à l’Assemblée Nationale 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ». Avec une lettre d’accompagnement expliquant la dangerosité pour les abeilles et pour es hommes des insecticides tueurs d’abeilles.

 

Le 14 mars au soir, dans l’édition du Monde du 15/03, les apiculteurs ont fait publier un encart demandant l’interdiction des néonicotinoïdes.

 

Durant le week-end, Nicolas Hulot a publié une tribune sur la question dans Le Monde, sur proposition de la coordination des apiculteurs de France.

 

Toutes ces actions sont importantes au niveau national. Elles auront permis d’obtenir une interdiction desnéonicotinoïdes en Commission du Développement Durable, mais pour transformer l’essai lors du vote en séance, ce ne sera peut-être pas suffisant compte-tenu de la mobilisation du camp adverse et notamment du Ministre de l’Agriculture.

Aujourd’hui, suite au démentiel courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, l’UNAF et 3 autres syndicats d’apiculteurs ont écrit de nouveau à l’ensemble des députés pour répondre à l’argumentaire du Ministre.

 

Par la voix d’Anne Furet, la coordinatrice de l’UNAF (l’Union Nationale de l’Apiculture Française qui rassemble 90 % des fédérations d’apiculteurs de France), les combattants de l’Apiculture adressent ce message aux lecteurs de Riposte Laïque : « Nous comptons sur vous pour continuer de contacter tous vos députés, afin de connaitre leur positionnement lors du vote (demain soir ou vendredi matin). » Pour les coordonnés des députés c’est ici (cliquez sur « contact » dans la fiche du deputé) => http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/liste/tableau

Naturellement, dans ce dossier où il y a présomption de corruption de la part des multinationales des insecticides « tueurs d’abeilles » nous vous informerons du vote de vos élus, en publiant une liste nominative, département par département, avec les prénoms et noms des parlementaires concernés.

 

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html




Liste de 22.000 noms : les combattantes kurdes révèlent l’intox de Daech

av combattantes kurdes

Exclusif : les combattantes Kurdes révèlent l’intox de Daech à travers le Wiki Leaks de l’Etat islamique

Les sœurs de Reem Hassan, cette chef de guerre tombée en héros, voici quelques mois, face à Daech (http://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html), dont nous avons souvent relayés les exploits, dénoncent via un mail adressé à leurs soutiens, la plus grosse manipulation de l’état islamique, reprise en chœur par tous les médias occidentaux, le Wiki Leaks de l’Etat islamique. Selon ces combattantes, « le «Wiki Leaks» de l’Etat islamique, une soi-disante liste comportant 22.000 noms de recrues de l’organisation terroriste, constitue une vaste opération d’enfumage orchestrée par l’Etat islamique. Il en est de même de l’intox, prise au sérieux par les services de renseignements occidentaux selon laquelle l’Etat islamique a transféré son quartier général, en plein désert, en laissant son fief de Raqqa. Depuis plusieurs semaines, les structures de commandement de l’Etat Islamique se trouvent dans des quartiers populaires de Mossoul, difficilement bombardables… Les mouvements de résistance Kurde sont les seuls à disposer d’informateurs de terrain, au sein d’une population Kurde de 37 millions d’habitants, dont les territoires sont massivement occupés par l’Etat Islamique et par les colonialistes et génocidaires Turques… ».
L’absence officielle d’activité sur Raqqa, qui abrite toujours d’importants moyens logistiques non décelés par les satellites Occidentaux, s’explique, selon plusieurs cheffes de guerre Kurdes, par le fait que les combattants de Daech connaissent les heures de passage des satellites occidentaux.
L’exemple de la chef de guerre Reem Hassan a fait des émules parmi les femmes Kurdes qui s’emploient, depuis de nombreuses années, à former des cadres pour le futur Etat Kurde. Surtout lorsque les Kurdes ont appris, via internet, que le colonne de combattantes de Reem Hassan a été trahie et abandonnée par la France et les USA, sans doute pour faire plaisir aux dirigeants Turques. En effet, les aviations françaises et américaines avaient fermement promis un soutien aérien au groupe de combattantes dirigées par la Jeanne d’Arc Syrienne Reem Hassan. (lire http://ripostelaique.com/exclusif-la-jeanne-darc-kurde-reem-hassan-est-tombee-en-heros-face-a-daech.html ).  Sans cette promesse de soutien aérien, les combattantes de la Liberté n’auraient, sans doute, pas attaqué DAECH à une contre cinquante ce jour là et auraient attendu que le rapport de force leur soit plus favorable.
av kurdDe par le sang versé par ces combattantes Kurdes, l’Occident et l’ONU devront, demain, accorder un état souverain aux 37 millions de Kurdes
Peu d’experts du Renseignement Occidental (y compris Bernard Bajolet, l’Enarque Français qui dirige la DGSE Française) se sont posés des questions sur l’authenticité des documents, notamment des logos et de la rhétorique utilisées, qui ne correspondent pas forcément aux habitudes de Daech. Les combattants Kurdes savent, eux, depuis des années, que les principaux adversaires de la région sont Daech et les Turques, « et qu’on ne quitte pas vivant l’organisation terroriste Daech, encore moins avec des documents confidentiels et une liste de 22 000 noms » !
av bajoletBernard Bajolet (en civil au centre), l’enarque qui dirige la DGSE : homme de terrain ou d’appareil ?
Pour une fois, les ministres de la Défense et de l’Intérieur Français ont été bien inspirés de se taire en se refusant à tout commentaire. Un porte-parole de Downing Street a déclaré, lui, n’avoir pas eu connaissance de ces documents jusqu’à présent et étudier «la façon dont nous pouvons utiliser ces informations pour lutter contre Daech».
av bachar écoutes dgse et dcriLes agents des services de renseignements occidentaux et Américains collectent le renseignement devant des ordinateurs et via des satellites. Les agents Kurdes ou Syriens (parmi les meilleurs au monde avec ceux du Mossad) « chouffent » dans les lignes et villes tenues par Daech.
amie is lt para prête
Comment cette intox est-elle arrivée sur la table des chefs occidentaux et de quelques médias ? Selon un scénario digne du vol des bijoux de la Castafiore dans Tintin. La chaîne britannique Sky News, le journal allemand Süddeutsche Zeitung, ainsi que le site d’opposition syrien Zaman al-Wasl ont publié des extraits de ces listings. Sky News affirme les avoir obtenus sous forme d’une clé USB dérobée au chef de la police du «califat» et transmise en Turquie par un membre repenti de Daech. Comme si un potentiel traitre de Daech arrivait à « faire les poches » du chef de la police de l’organisation terroriste.
Dans une France marquée par l’arrivée massive des migrants, y compris dans les orphelinats (lire http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html ), dans une France où nos paysans se suicident pour échapper aux huissiers, dans une Allemagne où les migrants perturbent le quotidien de plusieurs grandes villes, le ministre de l’intérieur Thomas de Maizière, sans même vérifier l’authenticité des documents a souligné « qu’ils permettaient de comprendre «les structures sous-jacentes de l’organisation terroriste» et permettraient de faciliter et d’accélérer les poursuites contre les candidats au djihad en Allemagne ». Heureusement que le ridicule ne tue pas.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

 http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html



Exclusif : le ministre Urvoas privilégie la gastronomie à la justice

av rest UrvoasComme son mentor François Hollande, Jean-Jacques Urvoas est plus souvent à table qu’au chevet des victimes et des justiciables, et en ce 9 mars il privilégie la gastronomie à la justice

av repas

Incroyable, mais vrai. Pendant que la colère du peuple de France s’exprime dans la rue, Urvoas se trompe de Marx ! Alors que les orphelinats et maisons « d’enfants placés » subissent la crise, les restrictions, l’absence d’eau chaude dans les douches des  jeunes pendants plus de deux ans pour certains (lire aussi http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html ) le ministre de la justice Urvoas pavoise, dans une invitation presse auprès de tous les journalistes accrédités auprès de la Chancellerie, sous le libellé « Jean-Jacques URVOAS, garde des Sceaux, ministre de la Justice

se rendra à l’événement de lancement du

« Guide gourmand des restaurants d’application » de la Protection judiciaire de la jeunesse, mercredi 9 mars 2016, 12h15, au Ministère de la Justice, Atrium du site Olympe de Gouges

35, rue de la Gare – Paris 75019″

 

Le même communiqué de presse du Ministre socialiste de la justice précise : « A l’occasion de la parution de son « Guide gourmand des restaurants d’application », la direction du Ministère de la Justice en charge de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) organise un événement culinaire, en présence de Jean-Jacques URVOAS, garde des Sceaux, ministre de la Justice, et de Thierry MARX, chef étoilé, invité d’honneur de cet événement pour son travail sur l’insertion professionnelle qu’il réalise auprès des publics en difficulté avec « Cuisine, mode d’emploi(s) ».

« Cette opération vise à valoriser le potentiel et l’investissement des jeunes pris en charge, ainsi que les actions d’insertion professionnelle conduites par les agents de la Protection judiciaire de la jeunesse.

« Déroulé :

11h30 : Ouverture de la manifestation aux invités : 10 stands de dégustation, tenus par une trentaine de jeunes sous protection judiciaire, pris en charge dans des unités éducatives d’activités de jour (UEAJ), et des personnels éducatifs.

En présence de Catherine SULTAN, Directrice de la Protection judiciaire de la jeunesse, et de Thierry MARX, chef étoilé.

 

« 12h15-13h30 : Présence de Jean-Jacques URVOAS, garde des Sceaux, ministre de la Justice.

Visite des stands, rencontres et échanges avec les jeunes et les professionnels…. »

Alors que quatre paysans se suicident, chaque jour, alors que les jeunes, les étudiants, les salariés seront dans la rue ce mercredi contre la réforme El Khomri du code du travail, alors que 7 millions de Français vivent dans la précarité, le Ministre de la justice Jean-Jacques URVOAS préfère la gastronomie aux difficultés quotidiennes des victimes de la justice, en voulant nous faire croire qu’il est resté un homme de gauche en s’affichant avec le chef Marx. Tout un symbole selon lui !

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

 

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html




Une étudiante gabonaise amoureuse de Macron : Cazeneuve l’arrête !

av macron déstabilisé par une étudiante

Une étudiante en droit Gabonaise de 29 ans est accusée d’avoir déstabilisé Emmanuel Macron : elle a été arrêtéeLe ministre recevait des propositions de rencontre et des mails érotiques depuis le mois de septembre

Macron et R2-D2 Cazeneuve ont fait arrêter par de super flics du SRPJ la jeune femme Gabonaise de 29 ans, qui « déclarait sa flamme au ministre de l’économie ». Raciste, le Ministre ? Messages d’amour, photos érotiques : le ministre de l’Économie a déposé plainte. La jeune femme a été arrêtée jeudi. Dans la France de Hollande, de Valls, de Cazeneuve, il est désormais interdit d’aimer un Ministre, de lui déclarer sa flamme, lorsqu’on n’a pas le look de Julie Gayet.
C’est notre confrère le Midi Libre qui révèle l’affaire, voici une dizaine d’heures, dans l’édition informatique, et qui, sans intention malveillante, présente le ministre de l’économie comme un « bênet » qui ne sait pas bloquer une adresse internet. Du coup, une modeste étudiante a réussi à perturber le ministre de l’économie, par des messages amoureux, dans ses activités quotidiennes au service de la France.
 Le Midi libre écrit : « Le charme d‘Emmanuel Macron a fait visiblement perdre la tête à une étudiante en droit, qui a été arrêtée par la police jeudi près de Montpellier. Car depuis des mois, cette Gabonaise de 29 ans envoyait des messages d’amour et des photos érotiques au ministre de l’Économie, par mail, sur sa boîte personnelle. Datant de septembre, les premiers messages n’ont sans doute pas attiré beaucoup l’attention du ministre. Mais leur répétition et leur nombre ont fini par pousser Emmanuel Macron à déposer plainte le 16 février dernier.

« C’étaient des mails dans lesquels elle lui déclarait sa flamme »

Compte tenu de son rang, l’affaire a été confiée à la police judiciaire, qui a rapidement localisé l’auteur des messages : une habitante de Juvignac, dans l’agglomération de Montpellier, qui a vu débouler jeudi après-midi les enquêteurs du SRPJ. Une perquisition a été menée à son domicile, son ordinateur et son téléphone portable ont été saisis, et elle a été placée en garde à vue, pour « messages réitérés malveillants en vue de troubler la tranquillité d’autrui ».

 « Il s’agissait de messages à caractère érotique »

Elle est depuis interrogée sur son comportement, et sur les raisons qui l’ont conduite à envoyer ces mails répétés à l’un des ministres les plus en vue du gouvernement de Manuel Valls. « Il s’agissait de messages à caractère érotique, c’étaient des mails dans lesquels elle lui déclarait sa flamme. Il y avait aussi des photos d’elle, dans le détail desquelles nous n’entrerons pas », confie une une source judiciaire jointe par téléphone.

Du côté des enquêteurs, la plainte du ministre et l’ordre d’arrestation sont confirmé, comme le fait que l’étudiante « ne présente aucune dangerosité particulière ». Reste que la décision a été prise de traiter la procédure comme il se doit dans la France en état d’urgence. « On ne peut tolérer qu’une personnalité publique soit harcelée par des messages électroniques, fussent-ils d’amour. » ajoutent les super flics chargés du dossier.

                              Egarement passager d’une fille amoureuse ?

Avec leur zèle habituel, les magistrats du Parquet ont demandé que « la jeune femme soit également être examinée par un psychiatre, afin de déterminer si les manifestations de son coup de cœur ministériel relèvent d’un égarement passager ou d’une obsession plus inquiétante ». Selon les conclusions de l’expert, elle pourrait se voir remettre une convocation au tribunal, ou une autre forme de sanction, type plaider-coupable.

Les magistrats du Parquet ont déclaré au Midi Libre que « selon la loi d’août 2014, qui réprime « le harcèlement par la voie électronique« , elle encourt cependant jusqu’à un an de prison, et 15 000 € d’amende. »

Ce 26 février 2016, dans l’après-midi, nous avons contacté le cabinet d’Emmanuel Macron  pour une éventuelle réaction du ministre à sa réaction bizarre et aux mesures judiciaires disproportionnées. Réponse gênée de la collaboratrice de cabinet : « Nous allons peut-être vous surprendre, mais nous ne ferons aucun commentaire. »

Francis GRUZELLE