1

Pour les musulmans, voter Macron est plus grave que voter Marine

Tout sauf Macron

C’est un écrivain et chercheur musulman, Youssef Hindi, qui l’affirme.

Dans un texte audio posté sur Telegram, le chercheur, d’origine marocaine, dit ne pas comprendre la position des musulmans qui ont voté Mélenchon au premier tour et refusent voter Marine Le Pen au second.

Revenant sur le déroulement des élections du premier tour, Youssef Hindi, relève que les musulmans qui ont voté pour Mélenchon l’ont fait pour « quelqu’un qui fait la promotion de quelque chose de répréhensible dans l’islam, quelque chose d’extrêmement grave du point de vue islamique », à savoir la promotion de l’homosexualité.

« D’un point de vue islamique, insiste-t-il, le vote pour Mélenchon est plus grave que le vote pour Marine Le Pen ».

Youssef Hindi, qui est également conseiller géopolitique et géostratégique du parti politique Civitas, considéré comme catholique intégriste et d’extrême droite, se penche d’autre part sur les rapports de Macron avec les musulmans et l’islam.

« Macron et son ministre de l’Intérieur ont poursuivi dans le blasphème et l’insulte du prophète », dit-il. Il rappelle que Macron a fait la promotion des caricatures de Charlie-Hebdo et considère le blasphème comme faisant partie de la liberté d’expression.

Dans son discours d’hommage au professeur d’histoire, Samuel Paty, assassiné le 16 octobre 2020 à Conflans, dans les Yvelines, Macron avait réaffirmé que la France ne renoncerait pas aux caricatures et aux dessins.

Cette déclaration avait entraîné des manifestations et des critiques dans plusieurs pays musulmans, dont la Turquie, la Libye, l’Algérie, le Bangladesh et le Pakistan.

Youssef Hindi, qui est également historien de l’eschatologie messianique (ensemble de doctrines et de croyances portant sur le sort ultime de l’homme après sa mort et sur celui de l’univers après sa disparition), reproche à Macron son ingérence dans les affaires cultuelles musulmanes et sa volonté de soumettre l’islam à la République, avec notamment la charte imposée aux imams.

Pour lui, Macron est plus radicalement anti-musulman que Marine Le Pen.

Macron, souligne-t-il, c’est « une synthèse de LGBTisme, de Zemmourisme, de Lepenisme et de Wokisme ».

Youssef Hindi, dont les travaux sont tournés principalement vers l’étude des origines des idéologies modernes, de leur évolution et leur influence sur la politique et la géopolitique contemporaines, estime que Macron passera d’une manière ou d’une autre, mais que voter contre lui, « c’est lui rendre la tâche plus difficile » et « réduire au maximum sa légitimité ».

Il appelle tous les électeurs, musulmans et non musulmans, à « faire barrage à Macron pour l’affaiblir » et « précipiter la confrontation avec la macronie ».

Il avertit qu’avec Macron on va souffrir. On va, dit-il, connaître, l’appauvrissement, le rationnement des produits alimentaires, la vaccination à outrance, même pour les enfants, sans oublier le risque de guerre à cause de Macron qui provoque la 1ʳᵉ puissance nucléaire mondiale.

Il est certain que Macron n’aura pas son deuxième mandat s’il ne bénéficie pas d’un report des voix de Mélenchon.

Depuis le soir du premier tour de la présidentielle, Macron ne cesse de multiplier les appels du pied aux électeurs de Mélenchon.

On estime actuellement que 43 % des électeurs de Mélenchon sont prêts à voter pour Macron, 28 % pour Marine Le Pen et 29 % pensent s’abstenir.

Sachant que 69% des électeurs musulmans ont accordé leurs voix au chef suprême de « La France insoumise », quel est leur pourcentage parmi ceux qui vont voter pour Macron. ?

Macron peut aisément s’assurer les voix des écolos-verts et des LR en épongeant les dettes de leurs malheureux candidats, Yannick Janot et Valérie Pécresse, avec l’aide Rothschild pour qui ces dettes représentent un misérable petit centime, mais les voix musulmanes risquent de lui faire défaut. Et son trône à l’Élysée pourrait chanceler.

Sans les voix musulmanes, Macron risque d’être éjecté.

Voter ou ne pas voter pour Macron est une question âprement débattue au sein de la communauté islamique actuellement et on s’attend à ce que les mosquées, les prédicateurs et les imams se prononcent sur cette question. Ils vont certainement le faire à la veille du jour fatidique du 24 avril comme ils l’ont fait à la veille du premier tour en appelant à voter pour Mélenchon.

On imagine l’euphorie et l’excitation des musulmans qui tiennent entre leurs mains le sort de Macron et, partant, le sort de la France pour les 5 prochaines années. Et au-delà.

Les musulmans n’appelleront certainement pas ouvertement à voter Martine Le Pen, mais ils savent qu’elle a mis du lait de chamelle dans son vin.

Beaucoup de lait.

Et que son vin est devenu halal.

Messin’Issa

 

 




Union des fossoyeurs Macron-Mélenchon : Tout sauf la France

Macron serrant la main de Melenchon

Après « Tout sauf Macron » puis « Tout sauf Marine Le Pen », c’est un nouveau slogan fort, unificateur et prometteur qui va s’imposer sur la scène politique française : « Tout sauf la France ».

Il a été adopté comme slogan commun par le président sortant, Emmanuel Macron, qui brigue un deuxième mandat, et le leader bien-aimé de « La France insoumise », Jean-Luc Mélenchon, médaille de bronze de la course à l’Élysée.

Depuis la proclamation des résultats de la présidentielle, Emmanuel Macron n’avait cessé de faire les yeux doux à Jean-Luc Mélenchon en louchant sur son portefeuille qui bandait sous le poids de millions de voix.

« Tout sauf la France », ce slogan n’était pas difficile à accepter par Mélenchon. Il avait déjà bâti sa campagne électorale sur le slogan « Un monde nouveau est possible ». Soit un monde sans la France…

Mélenchon n’a jamais caché son dégoût pour la France. Il n’aime pas la France et veut la détruire et la faire disparaître. C’est son droit. Il est payé pour ça.

C’est certainement l’unique politicien au monde qui n’aime pas son pays et qui veut en être le président. Il est rusé, le Mélenchon. Après plusieurs années dans l’opposition, il est arrivé à la conclusion qu’on détruit plus facilement un pays quand on en tient les commandes.

C’est plus facile de projeter une voiture dans un ravin quand on en est au volant que quand on se tient au bord de la route et qu’on prie pour que ça arrive.

Son dégoût pour la France est hautement apprécié au sein de certaines catégories de populations présentes sur le territoire français et dites françaises (n’essayez pas de suivre mon regard, je porte des lunettes noires).

C’est ce qui lui a permis de faire ce score « historique » de 22%.

Quant à Macron, son mépris pour la France et les Français est légendaire.

Les deux hommes sont liés depuis toujours par leurs sentiments similaires envers la France.

Mélenchon a donc succombé aux avances de Macron qui le draguait pour ses 7,7 millions de voix.

Macron en a besoin. Il veut un 2e mandat, coûte que coûte. Il veut rompre avec les échecs de ses médiocres prédécesseurs Sarkozy et Hollande. Lui, c’est un autre calibre.

Il promet à un avenir radieux Mélenchon si ce dernier accepte de transférer les 7,7 millions sur son compte électoral créditeur.

Il est prêt à lui céder Matignon. Et Brigitte aussi.

Et Mélenchon a dit oui. La tentation est trop forte. Il n’y a pas loin de Matignon à l’Élysée. Il va se retrouver sur le chemin de ses rêves, sur la voie de son obsession.

« Je serai le meilleur premier ministre que la France n’ait jamais eu », promet-il.

Macron veut aussi utiliser la racaille affiliée à Mélenchon pour intimider ses adversaires. La racaille est plus efficace qu’Alexandre Benalla. La racaille peut agir à visage découvert, elle ne craint rien. La milice-racaille de Mélenchon a déjà fait ses preuves dans ce domaine. Ses derniers exploits ont été réalisés à Lille et à Nantes où des locaux des partis écologiste et communiste ont été vandalisés dimanche dernier après la proclamation des résultats de la présidentielle. Les assaillants voulaient punir ces deux partis pour le fait que leurs candidats ne s’étaient pas retirés au profit de Mélenchon.

On évoque cet incident.

« Finalement, dit Mélenchon, je suis content de ne pas être arrivé deuxième. On aurait été des rivaux. Je préfère qu’on soit des alliés et je suis heureux d’être ton ami. »

« Ta milice me sera nécessaire », insiste Macron.

Il explique que gouverner n’est pas seulement prononcer des discours, mais aussi « agir ». En éborgnant 30 Gilets jaunes, il a réduit le mouvement au silence. Mais il préfèrerait utiliser la racaille et ne pas recourir aux services de police et de gendarmerie pour éviter tout scandale.

Mélenchon n’est pas contre. Il a redit oui, les armes aux yeux, et a enlacé Macron.

Macron est ému. Il n’a pas été enlacé depuis sa magnifique rencontre avec des jeunes aux Antilles. Il soupire. C’était il y a si longtemps.

Leur union scellée, ils se sont découvert des affinités communes. Leur attachement aux îles. Mélenchon y a beaucoup de partisans politiques. Macron beaucoup de « plaisir » charnel…

Leur accord va déboucher sur la fusion de leurs deux partis. « La France Insoumise » (LFI) et « La République En Marche » (LREM) vont s’unir pour le meilleur et le pire sous le nom de « La France En Marge » (LFEM).

Macron demande du champagne.

« À bas la France », dit Macron en choquant son verre contre celui de son nouvel allié.

« À bas la France », répète Mélenchon en portant le verre à ses lèvres.

C’est ainsi que la France va vivre ses dernières années dans la douceur et la béatitude et rendra l’âme dans la sérénité et la quiétude entourée des chiens.

Messin’Issa

 

 

 

 




Mélenchon a oublié de remercier les musulmans: il va le payer cher

Melenchon en manifestation avec musulmans

Ils sont furieux, les musulmans. Ils fulminent contre Mélenchon. Ils lui ont accordé leurs voix et l’ont porté à la 3e place de la présidentielle de dimanche dernier, et l’ingrat n’a même pas daigné leur dire un petit « merci » ni lors de son intervention, suite à la proclamation des résultats, ni après.

Erreur monumentale de Mélenchon qui a ignoré ses maîtres.

Il a été 4e aux présidentielles de 2012 et 2017. Il a toujours été considéré comme un tocard malgré sa grande gueule et des ambitions disproportionnées avec sa petitesse et sa médiocrité. Le voici aujourd’hui à la 3e place et il se comporte comme s’il venait de conquérir l’Élysée, en oubliant de rendre grâce à ses bienfaiteurs musulmans. C’est impardonnable.

Mélenchon peut se permettre d’être insoumis vis-à-vis de la France, mais pas vis-à-vis des musulmans.

Il a voulu taire le soutien qui lui a été apporté par les musulmans pour ne pas se ridiculiser devant les Français qui l’auraient désavoué pour toujours.

Les musulmans lui sont, certes, toujours reconnaissants pour son aversion, ses attaques et ses insultes contre la France et les catholiques, mais ils ne peuvent lui pardonner cette bévue qu’ils considèrent comme un outrage à leur communauté.

Dans leur grande humilité et leur immense modestie, les musulmans aiment qu’on fasse étalage de la moindre action de leur part en faveur de la société et qui prouve qu’ils sont une richesse pour la France, d’autant qu’il s’agit ici de l’issue d’une élection présidentielle.

Les musulmans vont donc déposer une requête auprès du ministère de l’Intérieur pour récupérer leurs voix accordées à l’ingrat Mélenchon et pour que l’on procède à un nouveau décompte des voix dans leur ensemble.

Ceci est constitutionnellement possible. Il n’est pas prévu par la Constitution française, mais il doit bien se trouver une constitution de par le monde qui autorise cette mesure.

La mondialisation ne se résume pas aux seuls Coca et hamburgers. Elle inclut aussi le partage des constitutions.

Il est donc tout à fait normal de puiser dans les constitutions des autres pays ce qui manque à la nôtre, d’autant que ce sont les musulmans qui le demandent. Que ne ferait-on pas pour les satisfaire ?

Le retrait des voix des musulmans risque d’être fatidique pour Mélenchon.

Selon une étude l’Ifop pour La Croix, près de sept électeurs musulmans sur dix ont voté pour lui, soit 69 % des électeurs de la communauté islamique.

Sachant que le nombre des musulmans en France avoisinerait les 8,4 millions (ce qui semble bien en deçà de la réalité quand on observe leur rapide prolifération dans toutes les régions de France) et en supposant qu’ils sont tous électeurs, ce n’est pas moins de près de 5,8 millions de voix islamiques qui sont allées à Mélenchon.

Sachant que Mélenchon a recueilli au total quelque 7,7 millions de voix, le retrait des voix islamiques le ramènerait à la situation désastreuse que vivent aujourd’hui Valérie Pécresse et Yannick Jadot qui sont obligés de faire la manche pour survivre.

Ça lui apprendra à ne pas s’agenouiller devant ses maîtres et à les ignorer.

Il pourra se racheter en se faisant circoncire, faire profession de foi,  porter barbe et abaya, et accomplir le pèlerinage pour absoudre ses péchés de mécréant.

Rien n’est impossible pour Mélenchon.

Il vendrait son cul pour rester sur la chaise.

Allez, Jean-Luc, sois un homme, pour une fois. Fais preuve d’un tant soit peu de dignité. Tu ne sais peut-être pas ce qu’est la dignité. C’est le contraire de l’humiliation (dixit André Malraux).

L’humiliation, par contre, tu connais sûrement.

Tu t’es trop compromis avec ces gens qui sont, pour la plupart, hostiles à la France comme toi. Des gens qui l’ont meurtrie, mortifiée, blessée, handicapée, salie, souillée, humiliée, terrifiée.

Tu t’es discrédité. Tu es un traître.

Tu es politiquement mort.

Tu finiras dans les poubelles de l’histoire.

Alors rends-leur leurs voix pour te purifier et mourir dans la dignité.

Quitte la politique. Quitte la France. Émigre en Arabie ou au Qatar. Ils t’accueilleront les bras ouverts.

Ils collectionnent les félons et les traîtres français de ton espèce.

Un félon et un traître de qualité.

Messin’Issa




50 % des Français veulent être enterrés par Macron et Mélenchon

Enterrement

Il y a des images qui tuent. L’image qui s’est affichée dimanche 10 avril, à 20 heures, sur les écrans des télévisions françaises, est de celles-ci. Elle restera dans les annales.

Elle a tranché net la tête à des espérances de renouveau pour un peuple méprisé, de délivrance pour un pays envahi et dévasté, de redressement pour une nation égarée, de réhabilitation et de purification pour une histoire et une culture souillées.

Elle a tué l’espoir d’une reconquête tant désirée et tant souhaitée. Tant désirée pour que nos parents et grands-parents la vivent pleinement avant de se séparer de ce monde. Tant souhaitée pour l’avenir de nos enfants et nos petits-enfants.

Elle a réduit à néant les initiatives pour le sauvetage de la France naufragée.

Elle marque le début de la fin de la France.

Deux visages sur l’écran. Macron et Marine. Et c’est la fin d’un rêve. Un rêve brusquement interrompu et condamné à disparaître.

Puis vient la tronche d’un fossoyeur de la République, un croque-mort de la France. Une pourriture. Mélenchon. Pour tourner le couteau dans la plaie.

C’est le trio qui va achever la France sur ordonnance des Français.

Ils ont été désignés pour cette tâche suivant les vœux exprimés par le peuple français lors du scrutin du 10 avril.

Le peuple français est généreux et reconnaissant. Il avait option de choisir entre la déchéance et le renouveau, entre la décadence et le redressement, entre la vie et la mort.

Il a choisi la mort. C’est moins fatigant que le renouveau et le redressement. La mort avec Macron et Mélenchon. Il a rejeté la vie. En tirant à bout pourtant sur Zemmour avec 7 balles dans la tête.

Le pauvre Zemmour, patriote parmi les patriotes, n’osera certainement plus jamais s’aventurer sur ce terrain où ceux à qui il veut redonner la vie veulent sa mort.

On lui a bien fait comprendre que le terrain doit être laissé à ceux qui veulent enterrer la France et son histoire. Parce que la France a été condamnée à mort, sans possibilité de faire appel.

Condamnée parce qu’elle se retrouve sur le chemin de l’islam, qui ne tolère nulle autre loi que celles d’Allah, et sur le chemin de la globalisation qui sous-tend l’immigration massive et l’abandon de la souveraineté.

Allah et la globalisation sont aujourd’hui des intimes qui se tiennent bras dessus, bras dessous.

Les images qui défilaient à l’écran montraient des scènes joyeuses. Des hommes et femmes qui s’amusent, chantent et dansent. On ne tarde pas à se rendre compte qu’il s’agit, en fait, d’un horrible enterrement. L’enterrement d’un être vivant. L’Espoir. L’espoir incarné par un petit homme d’à peine 1.67 m. Éric Zemmour.

Le peuple français avait décidé, ce 10 avril, que l’Espoir ne lui convenait pas.

C’est une décision irrémédiable.

On peut obliger un peuple à se soumettre, mais pas à espérer.

L’espoir, on l’a ou on ne l’a pas. Le peuple Français ne l’a pas. Il préfère la soumission.

C’est son droit le plus absolu.

On imagine Macron ricaner en lisant ces lignes.

Il est extraordinaire de constater que les deux acteurs de la vie politique française qui veulent enterrer la France obtiennent à eux deux près de 50% des suffrages, soit la moitié des électeurs, alors que celui qui veut la sauver, Zemmour, n’obtient que 7%.

Le verdict est clair : 50% des Français veulent être enterrés.

Les deux « acteurs » qui veulent la mort de la France, ce sont Macron (27,8) et Mélenchon (22). Deux noms qui commencent par « M », comme la mort.

Les deux hommes poursuivent des objectifs différents mais qui se rejoignent.

Ce sont les banques pour Macron, le laquais des Rothschild. Les mosquées pour Mélenchon, l’homme le plus dégoûtant de toute la classe politique française.

Tous les deux sont adoubés par ceux qui veulent s’emparer de la France après sa mise à mort.

Ils ont terrassé la bête immonde qui se dressait sur leur chemin.

Zemmour n’est plus. Le chemin est libre.

Les banques et les mosquées se tiennent bras dessus, bras dessous.

Elles dansent la java.

Elles sont heureuses.

La France est morte et les Français sont soumis.

La soirée du 10 avril fut réellement une soirée d’enterrement.

Un enterrement prémédité.

L’enterrement d’une histoire et d’un espoir.

Messin’Issa

 

 

 

 

 

 

 




Mélenchon, comme la plupart des musulmans, tu hais la France : dégage!

Melenchonvoilee2.jpg

Tu sembles si fier de ta performance dans cette élection. Certes, tu as eu de bons scores dans les îles, mais ce sont les musulmans, avec ses imams et ses prédicateurs, qui t’ont hissé à la 3e place et qui t’ont donné tes 20%. Tu ne peux pas en être fier. Ça ne t’honore pas. Ton score ne t’appartient pas. Il appartient aux musulmans.

Tu dois quand même être un peu déçu.

Tu croyais surement que tu allais passer le premier tour parce que la communauté islamique t’a accordé ses voix.

Tu croyais conquérir l’Élysée parce que les imams et les prédicateurs islamiques te portent dans leurs bras comme un bébé en manque d’affection.

Quand des personnes hostiles à un pays et le combattent veulent porter une personne à la tête de ce pays, c’est que cette personne est un félon. Et tu l’es, Jean-Luc.

Le communiqué des imams et prédicateurs islamiques, qui annonce t’accorder le soutien des musulmans, doit t’avoir ravi. Tu pensais avoir, enfin, les ailes qui te permettraient d’atterrir à l’Élysée. On imagine que tu as lu quelques versets de coran et fait quelques génuflexions, le cul bien élevé vers le ciel, pour remercier Allah le Très-Haut.

TchoMelenchonpourri-1.jpg

On imagine que tu as juré d’être toujours reconnaissant et loyal envers ses adeptes.

Tu es bien naïf, Jean-Luc. Les voix des musulmans, ce n’est pas un cadeau. Elles font fuir les voix françaises. Elles te couvrent de honte. Elles te dénudent. Elles te détruisent. Elles te livrent à la risée populaire. Elles te jettent dans les poubelles de l’Histoire. Et tu y es.

On imagine que ce sont surtout ces mêmes musulmans qui t’ont accordé les 150.000 signatures que tu posais comme condition avant d’annoncer ta candidature.

Quand les musulmans offrent leurs voix, ils s’attendent à être payés en retour. Au prix fort.

On voit déjà ce qu’ils t’auraient demandé. Mais ça ne t’effraie pas. Tu es prêt à leur offrir tout ce qu’ils veulent, même s’ils ne t’accordaient pas leurs voix. C’est le comportement de tout félon.

Les voix islamiques t’ont officiellement élevé au rang de traître.

Les musulmans eux-mêmes doivent le penser. Les imams et prédicateurs qui se sont fendus d’un communiqué pour annoncer urbi et orbi qu’ils t’accordaient leurs voix, ont cependant tenu à rester anonymes.

Il est de bon ton de se cacher quand on cautionne un traître.

La France a besoin de patriotes et de résistants. Pas de traîtres et de félons.

Qu’aurais-tu fait de l’Élysée si tu y arrivais, sinon une mosquée avec appel à la prière amplifié de façon à être entendu dans toute la banlieue, là où réside la plupart de tes partisans.

Tu fatigues les Français avec tes jérémiades à propos de l’islam et des musulmans.

Tu fatigues les Français avec tes candidatures répétées, stériles et infructueuses. Tu n’arrives pas à comprendre que les Français ne veulent pas de toi. Tu leur pollues l’air.

Tu désespères les Français. Tu vas à contre-courant de l’histoire. Les Français veulent une France non soumise à l’islam. Toi, tu veux leur imposer l’islam.

Tu es un obstacle à leurs espoirs et leurs espérances. Pire, une menace pour leur survie.

Tu sembles déjà penser à la ramener en espérant que puisque tu es passé de la 4e à la 3e place en trois présidentielles étalées sur 10 ans, tu pourrais atteindre la 2e place dans cinq ans et que tu pourrais finalement viser l’Élysée qui te hante depuis si longtemps.

Les musulmans ne te soutiendront pas tout le temps. La France est en train de s’islamiser à grande vitesse grâce à des gens comme toi, et, dans cinq ans, les musulmans auront leur propre candidat. Tu retomberas alors à 2%.

Retire-toi, Jean-Luc. Déclare faillite et ferme ta boutique. Va-t’en. Fous le camp. Dégage le plancher. C’est tout ce que les Français te demandent. C’est un immense service que tu rendrais à la France si tu disparaissais de leur champ de vision. Le seul et unique service que tu lui auras rendu.

La France ne s’en portera que très bien. Un air de délivrance soufflera sur toutes les terres françaises.

Comme la plupart des musulmans, tu hais la France. Tu veux enrayer sa culture et son histoire. Tu veux la salir et la souiller.

Tu recrutes tes militants parmi ceux qui ne reconnaissent pas la loi française et ne se soumettent qu’à la loi de leur Dieu.

Mais, toi, tu n’as aucune loi. Tu manges à tous les râteliers. Tu n’as aucun scrupule.

Il est temps pour toi d’arrêter de t’agiter. Jette l’éponge et quitte le ring politique.

Va te reposer à la Mecque pour soigner tes hématomes et tes blessures. Et restes y. L’Arabie te conviendrait très bien. Tu pourrais y donner libre cours à ta passion pour la religion de paix et d’amour.

Jean-Luc est un prénom qui ne te convient pas. Tu devrais t’appeler Ahmed ou Mohamed. Mais peut-être que tu attends d’être à l’Élysée pour faire ta profession de foi et changer de prénom.

Mais tu n’y seras jamais.

Messin’Issa




Nous avons prié pour la victoire de notre candidat Moul’chi, alias Mélenchon

La journée de ce dimanche risque d’être très stressante pour ma famille et nos proches.

Mon père invitait souvent des proches et des voisins et on se retrouvait entre une trentaine de bons et loyaux musulmans pour discuter de l’élection présidentielle. On analysait les candidats et leurs programmes afin de savoir pour qui voter.

A défaut d’un candidat pur musulman, on se demandait qui parmi les candidats en lice peut mieux représenter les intérêts de notre communauté musulmane.

Alors qui ?

Zemmour, bien sûr, dit quelqu’un. Tout le monde éclate de rire.

Plus sérieusement, c’est le nom de Moul’chi qui revient le plus souvent (prononcer Moul’chi en accentuant bien le « chi » comme dans « tu me fais chi/er »).

Il signifie le propriétaire, le maître des lieux, celui qui tient les choses en main, celui qui peut intervenir et régler une affaire, bref celui qui peut tout. Comme Zeus.

C’est ainsi qu’on appelle Jean-Luc Mélenchon dans notre petite communauté. C’est depuis qu’il a proclamé « C’est moi la république ». On l’avait cru.

On lui a aussi décerné le titre honorifique de « Moulay ».

Au Maroc, ce titre est porté par les descendants du roi et la noblesse. Il équivaut à « Monseigneur » ou « Altesse ».

On a pensé que quelqu’un qui repousse des policiers et des magistrats, comme Moul’chi l’avait fait, ne peut être que de sang royal. Moul’chi méritait bien son titre.

Moulay Moul’chi nous paraît être le plus proche de l’islam et des musulmans. Il est toujours de leur côté, les défend et les protège. Il aime notre culture, plus que la française. Il adopte nos traditions et nos coutumes. Il est pour le port du voile. Il a, en plus, un grand atout. Il est du bled. Il est né à Tanger. S’il est élu, la France se hissera au rang de nation islamique dès la première semaine de son pouvoir.

La France viendra à Allah et à son Messager sans qu’on soit obligés de mener le djihad pour cela.

Moul’chi est le leader de la France insoumise. Des insoumis comme nous. Nous n’accepterons jamais les lois scélérates de ce pays. Il n’y a que la loi d’Allah qui prévaut.

Tous réagissent avec un « Allahou Akbar », comme dans un recueillement.

On a parlé du respect dont il jouit dans les médias et on a maudit les personnes qui l’appellent « La Meluche » en priant pour qu’Allah les punisse en leur envoyant des flics confisquer leurs permis de conduire.

D’autres noms sont cités, dont Hidalgo. C’est quelqu’un qui respecte notre culture et organise, chaque année, un grandiose iftar pour nous pendant le mois du Ramadan.

Mais on ne va quand même pas voter pour une femme. Le Coran ne le recommande pas. En plus, elle n’a aucune chance. C’est un tocard.

La candidature de Hidalgo est rejetée.

On aborde la candidature de Marine.

Marine va nous aimer si elle passe, c’est moi qui vous le dis, intervient quelqu’un. Donnons-lui une chance. Je suis en France depuis 45 ans. J’ai vu passer plusieurs présidents et tous nous ont choyés, aidés, encouragés et aimés.

Marine nous aime déjà, fait observer un autre.

Normal, toutes les Françaises nous aiment, réplique le premier. Rappelez-vous ce qu’on nous disait au pays avant de venir ici. Tu n’auras pas la peine de travailler avec tes mains, utilise juste ton zob, qu’on nous conseillait. Les Françaises aiment ça et vont te payer pour. Tu pourrais devenir riche comme tant d’autres le sont devenus.

Chacun évoque ses exploits sexuels et combien il a gagné et on revient à Marine.

On ne peut malheureusement pas voter pour elle. Hidalgo pourrait nous faire un procès. On ne peut pas rejeter sa candidature et accepter celle de Marine.

Quelqu’un évoque Macron, mais c’est un « jamais » qui fuse à l’unisson. C’est un gosse qui n’a jamais pensé venir prier avec nous à la mosquée, qui n’a donc pas d’égards pour les musulmans et qui, en plus, défend la liberté de caricaturer notre prophète Mohamed.

Il ne reste donc plus que Moulay Moul’chi.

Il est adopté comme le candidat idéal et unique pour nous.

Cette décision est saluée par une longue standing ovation conclue par un feu d’artifice avec des Allahou Akbar de toutes les couleurs.

Il fut convenu de faire un couscous, d’appeler des hommes de religion pour lire du Coran et de faire des prières pour que Moul’chi puisse passer.

On a demandé aussi à l’imam de la mosquée de notre quartier de faire une prière spéciale pour Moul’chi

Je ne peux pas, a-t-il refusé, il n’est peut-être pas circoncis. Allez lui demander et revenez me voir.

On n’a pas osé.

On peut demander à sa compagne, suggère quelqu’un. C’est une musulmane. Elle doit savoir distinguer un zizi circoncis d’un zizi non circoncis.

Pas la peine, objecte un autre. Elle dirait qu’il est circoncis sans nous fournir de preuve. Elle aurait peur de passer pour une femme qui couche avec un mécréant non circoncis.

L’imam a quand même accepté de faire une prière en off.

Il nous a expliqué qu’une prière en off est une prière prononcée à voix basse. Il n’y a qu’Allah qui l’entend.

Le mode off existe dans la pratique islamique. Il y a des versets qui sont lus à haute voix et d’autres à basse voix dans les prières.

Nous sommes certains que Moulay Moul’Chi passera.

Nous sommes certains que les voix de notre petite communauté peuvent faire pencher la balance de son côté.

Avec un coup de pouce d’Allah, il pourrait même devenir président ce soir même.

Ne serait-ce qu’en off.

Messin’Issa

NB / Je n’y suis pour rien dans ce texte.

Je ne fais que relater ce que m’a rapporté un cousin de Saint-Denis.




Impossible n’est pas français, sauf pour nos politocards !

Ils sont formidables, les adversaires de Zemmour ! On ne pourrait lui en inventer de meilleurs…

Beaucoup étaient tout petits, il y a dix-neuf ans, les autres ont dû devenir amnésiques. 

Les vieux recommencent et les jeunes pensent faire du neuf… C’est ainsi qu’en 2002, JMLP arriva au deuxième tour de la présidentielle…  

Et croyant innover,  ils nous rejouent la même diabolisation qu’avec le Menhir, oubliant que ce qui marche et se vend trente ans plus tôt devient ultérieurement dangereusement obsolète.

Jean-Marie Le Pen avertissait des périls, Éric Zemmour constate qu’ils sont advenus, le prouve, tant c’est si facilement vérifiable, dans les rues, les villes, quartiers… et surtout, dans  d’innombrables vidéos… Désormais, implacables, les archives du web témoignent… Et nul s’en méfie…

Que Macron – et d’autres avant lui – jette les antifas sur tout ce qui importune ces jeunes bourgeois jouant à la révolution, est contre-productif. Mussolini est mort en 1945 et il n’y a plus de fascistes, même la dénomination de ces dangereux excités est totalement ridicule. À croire que leurs grands-parents se font ainsi qualifier, s’ils n’apprécient pas les plantations d’éoliennes ou l’avènement du iel, pour ces ignares, fascistes équivalent à désuet ou sales connards.

Le populo, ils n’aiment pas ! Nous les avons vus à l’œuvre, combattant les Gilets jaunes, sabotant leurs manifs… détruisant, ignominieusement et injustement, à plusieurs reprises, le modeste restaurant où Zemmour a déjeuné à Marseille… courageux mais pas téméraires, tout dissimulés de noir le week-end, pour mieux retrouver leurs écoles de luxe le lundi, avec vêture assortie.

Il y a bien pire, et c’est beaucoup mieux : toute cette même gauche immuable qui, des socialistes à Nathalie Artaud, tempête et hurle contre la moindre initiative de Zemmour ou prétendue telle.

C’est très malin de signer des pétitions et exercer des pressions contre le propriétaire de la salle de Villepinte où il doit tenir son premier meeting de campagne. C’est oublier qu’entre autres… Tariq Ramadan y tint aussi, avec nombres d’idéologiquement proches, grand nombre de meetings, sans que jamais le « neuf-trois » et la gauche s’en émeuvent… Alors que beaucoup s’en souviennent… et vont le dire.

Les temps ayant changé, les vrais Français aussi. Il est à souhaiter que les médias et politocards continuent à user avec Zemmour des stratégies déployées à l’encontre de Jean-Marie Le Pen.

L’on peut toujours utiliser des silex pour faire du feu et mitonner des côtelettes d’ours, toutefois, une plaque à induction facilite grandement les cuissons.

Si la technologie précède ou suit, les professionnels de la politique, du centre à l’extrême gauche, heureusement, ils font de l’immobilisme, tant entre corruptions, compromissions  et collusions ils sont coincés par leurs innombrables impossibles.

Il n’en reste donc qu’un pour lequel : impossible n’est pas français !

Mitrophane Crapoussin




300 militantes et élues dénoncent des « violences sexuelles et sexistes »

Alice-Coffin2.png

Oh! Ca suffit les mecs! Ce n’est pas parce qu’on vous laisse voter n’importe quoi et jouer avec notre pognon, qu’il faut en plus embêter les madames.  Violences sexuelles et sexistes, c’est du gravissime! Il est écrit violences… Vous réalisez?

Vous devriez déjà être bien contents d’être éligibles avec des mentions sur votre casier judiciaire… Qu’est-ce que  Le Parisien nous apprend quant à une tribune publiée dans Le Monde?  «Trois candidats ou potentiellement candidats à l’Élysée sont déjà cités dans de nombreux témoignages d’agressions sexuelles », rappellent ces « femmes travaillant dans le milieu politique, élues, collaboratrices, fonctionnaires, responsables associatives, militantes ». Parmi les 300 signataires figurent la vice-présidente du Sénat et ancienne ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, la députée (FI) Danièle Obono ou encore la conseillère de Paris, Alice Coffin. »

Qui a osé importuner l’affable et si jolie Alice Coffin?

Macron, Mélenchon, Lassalle, Montebourg, Asselineau, Bertrand, Zemmour, Poutou,  Jadot, Dupont-Aignan, Philippot, Ciotti, Roussel, Juvin, Barnier?

Coupable de tout et plus encore, il y a fort à parier que Zemmour en prenne encore plein la gueule, il fait tellement n’importe quoi…

Quant à Macron, au vu de certaines photos… il semble avoir des inclinations tellement particulières… que ça ne correspond pas aux signataires.

Les candidats à la présidentielle, les partis qui les représentent et les maires ne sont pas les seuls visés, il y  aurait aussi des violenteurs parmi les 577 députés…

Apparemment, les Sénateurs se comportent mieux.

Elle est très chouette cette tribune, toutefois très décevante. Il se dit que les femmes sont beaucoup plus courageuses que les mâles, en fait,  elles n’en n’ont pas dénoncé un seul.

Se mettre à 300* pour faire un tel chambard, pour au final  écraser, est-ce bien utile?

Ne serait-ce point de la délation pour de la délation…

Daphné Rigobert

  • Et selon 20 minutes: « Ont été à l’initiative de la tribune Fiona Texeire, collaboratrice d’élus, intervenante à Sciences Po Rennes, Mathilde Viot, cofondatrice de l’association « Chair collaboratrice », Madeline Da Silva, maire adjointe des Lilas (Seine-Saint-Denis), Alice Coffin, conseillère de Paris et Hélène Goutany, journaliste. »
  • Selon franceinfo: « Parmi les signataires de la tribune, figurent l’ancienne ministre socialiste des Droits des femmes Laurence Rossignol, l’adjointe socialiste à la mairie de Paris Audrey Pulvar, la porte-parole du PS Gabrielle Siry-Houari, la candidate arrivée deuxième à la primaire écologiste pour la présidentielle 2022 Sandrine Rousseau, l’ancienne maire écologiste de Marseille et première adjointe Michèle Rubirola, la députée écologiste Delphine Batho, l’eurodéputée La France insoumise Manon Aubry et la députée LFI Danièle Obono. »



Après la tarte à Choupi : pandémie d’enfarinades ce week end en France !

Macron baffé, Méluche et Rugy enfarinés : une actualité décidément riche, ces derniers jours…

***

On ne se lasse pas de la tarte à Choupi :

On pourra simplement regretter qu’elle ne fut qu’une baffe, mais il faut un début à tout. Remarquons qu’entre balle et baffe, il n’y a qu’une lettre double d’écart. J’dis ça, j’dis rien, bien entendu.

Une « baffe magique » qui a fait le tour du monde.

Soulignons encore une fois la magnificence du geste :

« Montjoie ! Saint Denis ! »

Et pan dans la gueule de celui à qui la Gueuse a confié son pouvoir satanique :

jusqu’à l’an prochain, avant de le confier pendant les cinq années suivantes à un autre Golem, sans doute pire encore…

Cette gueuse abjecte née dans le sang des Français :

et dont le but revendiqué depuis plus de deux siècles (j’inclus évidemment le funeste Napoléon 1er dans cette grande lignée de fossoyeurs) est la destruction de la France.

Gloire immortelle à toi, Damien !

Le saccage de la basilique Saint-Denis et des tombeaux des rois de France par la racaille républicaine en août et octobre 1793 et en janvier 1794 est vengé : le corps du roi ayant été violenté, Damien Tarel, par sa gifle, a délégitimé l’Etat sous sa forme républicaine actuelle.

Il faut dire que la perte du sacré de la fonction présidentielle était actée depuis longtemps… :

***

Dans son roman épique Sire :

Jean Raspail a écrit des pages saisissantes sur la profanation des sépultures royales par la lie révolutionnaire excitée par les loges maçonniques. Un livre à lire et à relire.

***

Un cran en dessous, mais ne boudons pas notre plaisir : papy Méluche, le septuagénaire insoumis en voie d’EHPADisation accélérée, s’est fait enfariner ce samedi 12 juin à Paris au cours d’une manifestation contre l’exxxtrêêême droooaaaate, alors qu’il répondait aux questions de la presse :

Manifestation du ban et de l’arrière ban de ce qu’il reste encore de « gauche » en France.

Désolé de ne pouvoir mettre ici la vidéo publiée dimanche 6 juin par Papacito, dans laquelle le youtubeur tire à bout portant et poignarde un mannequin qui ne symbolise pas – tout en symbolisant un peu quand même, mais sans vraiment symboliser – un avorton de La France insoumise : elle a été retirée par YouTube dès le lendemain.

Consolons-nous avec la superbe réponse de Papacito à Papy Méluche :

Quoi qu’il en soit, gloire à cet enfarineur anonyme !

***

Et enfin, l’enfarinade vendredi soir à Nantes de François de Rugy :

Là, c’est une enfarineuse – émule de Charlotte Corday – qui s’y est collée. Son cri ne fut pas :

« Montjoie ! Saint Denis ! »

mais :

« Rends le homard ! »

Ça a peut-être un peu moins d’allure, mais le geste est à saluer.

Bravo à toi, Gauloise anonyme !

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

 

 

 




Mélenchon : « Papy Voise ? Un coup de Chirac pour éliminer Jospin en 2002 ! »

Lors des crises lacrymales politico-médiatiques qui ont ponctué le départ ad Patres en septembre 2019 de Jacques Chirac, Père de la Nation (après beaucoup d’autres, il est vrai), personne n’est revenu sur ce qu’en 2002, on a appelé l’ « affaire Papy Voise »

Il a fallu qu’un Jean-Luc Mélenchon, septuagénaire insoumis en voie d’EHPADisation accélérée, vienne nous rafraîchir opportunément la mémoire (vers 1:20) :

***

Mais que fut donc l’ « affaire Paul Voise » ? Papy Méluche nous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. C’est le privilège de l’âge.

Rappels (extraits de Wikipédia, of course…) :

L’affaire Paul Voise, du nom d’un retraité né en 1930 et mort en 2013 dans le Loiret, est un fait divers ayant fait la une en France durant les deux jours précédant le 21 avril 2002 où eut lieu le premier tour de l’élection présidentielle française, notamment le « samedi de réflexion » où la campagne est interrompue dans les médias audiovisuels.

Le 18 avril 2002, soit trois jours avant le premier tour qui vit l’élimination surprise de Jospin au profit de Jean-Marie Le Pen, un retraité, Paul Voise, est agressé dans son pavillon d’Orléans.

Deux individus non identifiés ont tenté de le rançonner, puis l’ont roué de coups et incendié sa maison avant de prendre la fuite.

Un fait divers dramatique qui, aujourd’hui, ne bénéficierait pas de la moindre ligne dans les médias nationaux, tant l’ensauvagement de la société est devenue banale depuis cette époque.

Le lendemain 19 avril, le journal de 20 heures de TF1 accorde une grande importance à la couverture de ce fait divers. Les images du visage tuméfié et les pleurs de Paul Voise bouleversent la France entière et provoquent une vague d’indignation.

La chaîne LCI repasse 19 fois le sujet pendant la journée.

Le 20 avril, TF1 revient très longuement dans ses journaux télévisés sur cette histoire, de même que France 2

***

Plusieurs journalistes et hommes politiques ont avancé l’idée que l’affaire avait ainsi joué un rôle majeur dans l’élimination surprise au premier tour du candidat socialiste Lionel Jospin, devancé par le candidat du Front nationalJean-Marie Le Pen.

Robert Namias, à l’époque directeur de l’information de TF1, concédera quelques années plus tard que le traitement de l’affaire par sa chaîne « relevait de la faute ». Donner la moindre place à la violence et la délinquance qui gangrènent la France « fait le jeu du Front national et de l’extrême droite ». On ne doit donc pas en parler. Depuis lors, les journaleux aux ordres ont parfaitement compris la leçon.

***

En tout cas, chapeau bas, Monsieur Chirac ! Mobiliser toute la DGSI pour aller, trois jours avant le premier tour des présidentielles, magistralement attaquer un modeste retraité qui passait des jours tranquillou dans son petit pavillon orléanais et réussir, grâce à ses copains des médias, à faire mousser cette affaire au point de parvenir à éliminer son concurrent le plus gênant et gagner le second tour avec quelque 82% des voix, il fallait le faire.

C’est presque aussi fort que Mitterrand et l’affaire de Carpentras grâce à laquelle le Florentin a réussi à scinder la droite en deux blocs antagonistes et irréconciliables…

Et un grand merci à Papy Méluche de nous avoir, quelque vingt après, dévoiler le pot-aux-roses.

***

 

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni