1

Montluçon les quatre mosquées ou le bal des faux-culs !

La saga de Montluçon n’est pas finie et je ne résiste pas au plaisir de vous donner à lire les contradictions du maire qui s’auto-interviewe (pas de stagiaire à incriminer cette fois) pour se justifier (et non pour s’expliquer, ce qui aurait été le minimum pour ses administrés qui ont découvert grâce au battage médiatique orchestré cet été par Résistance républicaine et d’autres sites, que leur ville s’islamisait vitesse grand V grâce aux autorisations de construire des mosquées que délivre généreusement  leur maire…

Qu’une mosquée ne soit pas une salle de prières, (comme l’a fort brillamment rappelé René Marchand lors de notre banquet républicaine de samedi dernier à Montluçon) mais une caserne, une mairie, une école, un lieu d’endoctrinement où l’on apprend aux musulmans à respecter la charia avant la loi républicaine ne dérange absolument pas monsieur Dugléry ! 

http://ripostelaique.com/rene-marchand-et-christine-tasin-animent-un-banquet-republicain-a-montlucon.html

Nous si.

Que, par ailleurs, monsieur Dugléry prétende, en août, être intervenu pour que l’on ne parle pas de minaret mais de « surélévation » pour, un mois après (Interview maire de Montluçon), prétendre  que depuis janvier il aurait demandé qu’il n’y ait ni minaret ni surélévation en dit long sur ses capacités à mentir à ses électeurs et à croire qu’ils sont capables de prendre des vessies pour des lanternes !

Par ailleurs, dans le côté cocasse, on notera le projet de l’association musulmane Al Salam de porter plainte contre l’appel à la prière effectué par les Identitaires vendredi matin aux aurores… Si le juge pouvait condamner les appels à la prière et que cela fasse jurisprudence… Quelle jubilation !

Christine Tasin

Résistance républicaine




Le ramadan responsable des émeutes de Montluçon ?

C’est en tout cas ce que disent les jeunes interrogés par les journalistes de La Montagne.

Les voisins auraient eu l’outrecuidance de vouloir dormir un soir de rupture du jeûne du ramadan… Pour les jeunes qui témoignent dans l’article ou bien à la radio, il est normal de faire du bruit quand on fête le ramadan. Le ramadan, c’est leur tradition (ce n’est pas celle de leurs voisins ? Tant pis pour eux, ils n’ont qu’à se convertir…). Et il est normal de ne pas apprécier que la police vienne faire respecter le sommeil des voisins.  

Les responsables des émeutes, ce ne sont pas eux, bien sûr, mais les policiers qui sont venus rétablir l’ordre et… la mairie, ou la société, ou l’Etat, allez savoir, qui ne met pas de salle à disposition des jeunes pour faire la fête, ni même d’éducateurs…

On se disait aussi…

Il nous arrive, à tous, de vouloir faire la fête, parce que mariage, naissance, anniversaire. Que faisons-nous ? Nous essayons d’abord de faire le moins de bruit possible et en tout cas de le faire cesser après 22h. Les voisins n’ont pas à être incommodés par nos raisons privées, sauf à rendre la vie de chacun et donc de tous invivable, 365 jours par an !  Et quand nous sommes très nombreux et que la fête doit durer longtemps, nous louons une salle aux mairies, faites pour cela, tout simplement, sans attendre que les municipalités mettent à notre disposition une salle, aux frais de la collectivité…   

Quant à l’argumentation qui consiste à excuser les débordements par le fait que les jeunes qui font ramadan sont inoccupés, n’ayant ni salle à leur disposition ni éducateurs formés à leur spécificité de musulmans (sic !) elle nous fait hurler !

Qu’est-ce que c’est que cette mentalité d’assistés ? Qu’est-ce que c’est que ce misérabilisme victimaire? Qu’est-ce que ce communautarisme scandaleux ? Qu’est-ce que c’est que ces gens-là, qui, sur le territoire, français, réclament un traitement particulier à cause de leur religion quand tous les autres jeunes au chômage, qui sont pléthore sur le marché du travail, font des démarches, cherchent des stages ou des formations et essaient de s’en sortir, par eux-mêmes tout simplement, sans attendre passivement une aide venue de l’Etat ni un éducateur qui n’a rien à voir là-dedans ?

En France, jusqu’à présent, on disait : « aide-toi, le Ciel t’aidera ». A Montluçon, il semble que, dorénavant,  l’on dise : « caillasse les policiers, la Mairie t’aidera »…  

Ça promet…

Christine Tasin

Résistance républicaine




Nuit d'émeute à Montluçon à l'emplacement d'une des deux futures mosquées. Hasard ?

Nous nous égosillons à le dire. Plus on accorde d’accommodements raisonnables, plus on autorise – et même finance !- de mosquées, plus on accepte les prières dans les rues, plus les demandes des islamistes se font insistantes, moins la République est respectée, plus elle est piétinée et plus les zones de non-droit où police et pompiers ne peuvent plus intervenir se multiplient et se développent…
La dernière preuve en date, les émeutes de la nuit dernière à Montluçon. Appelés pour tapage nocturne (rupture du jeûne du ramadan ?) dans le quartier de Bien-Assis, pratiquement sur le lieu d’une des futures mosquées, dont le terrain a été vendu une somme  symbolique par la Mairie, les policiers ont été caillassés et  les poubelles brûlées.
Selon l’un des témoins, responsable local de Résistance républicaine,  qui nous en a informés, la police aurait été contrainte d’utiliser les flashball pour permettre aux pompiers de faire leur travail et il aurait  fallu des renforts de police venus de Moulins et de Vichy  pour ramener le calme dans le quartier… sans qu’aucune interpellation ait été effectuée !  
Nul doute que certains ne manqueront pas de dire que nos articles sur le minaret de Montluçon auront mis le feu aux poudres, sans doute les mêmes que ceux qui avaient eu l’indécence d’attribuer  la tuerie de Norvège au message de l’apéro saucisson-pinard !
Peu nous chaut. Nous connaissons les véritables responsables des émeutes.
Jusqu’à quand les Maires, préfets et notre gouvernement chercheront-ils à acheter une paix sociale impossible à obtenir par toujours plus d’accommodements raisonnables et de renoncements ?
Jusqu’à quand les Maires, préfets et notre gouvernement se coucheront-ils devant le désordre, la violence et la haine à l’égard de la France ?
Jusqu’à quand les Maires, préfets et notre gouvernement accepteront-ils qu’un ferment de guerre civile couve partout en France, rendant quasiment inéluctables la formation de milices citoyennes et la levée en masse de tous ceux, Français ou immigrés légaux, qui veulent vivre en paix selon  nos valeurs et notre culture ?
Jusqu’à quand les Maires, préfets et notre gouvernement refuseront-ils de comprendre qu’il n’y a qu’une seule façon de faire finir les émeutes et de rétablir ordre et sécurité, le karcher à eau dans un premier, temps,  l’armée qui ne fait pas de quartier si cela ne suffit pas ?
Nous sommes dans un contexte de guerre contre un système totalitaire. Il nous faut, d’urgence, serrer les coudes et faire face, avec détermination, aux forces obscures et barbares qui veulent nous imposer leur loi.
C’est le rôle d’un gouvernement digne de ce nom.
C’est le rôle d’un gouvernement élu par la volonté des Français sur un programme qui mettait l’accent, en 2007, sur la Républliqe, le respect des valeurs, de la volonté populaire et de la sécurité.
ON nous l’a promis en 2007.
Nous sommes en 2011 et, comme sœur Anne, nous ne voyons toujours rien venir, les Barbe Bleue nous menacent pourtant chaque jour davantage.  Pour une simple raison : les racailles ont compris qu’ils étaient dans un pays où on pouvait impunément agresser des policiers, sans que ceux-ci n’aient le droit de se défendre, par la crainte du syndrome Malek Oussekine, et d’un embrasement généralisé. Pour ne pas avoir la guerre (des émeutes), nos gouvernants choisissent le déshonneur, depuis 30 ans. Comme le disait Winston Churchill, ils auront la guerre, et le déshonneur.
En attendant, les citoyens de ce pays constatent avec effroi, que d’Amiens à Montluçon en passant par Marseille, il ne se passe plus une journée qui ne démontre que notre pays est de moins en moins en état de faire respecter l’état de droit, en France.
Plus grand monde n’est dupe, quand, en décalage total avec la réalité quotidienne subie par des millions de nos compatriotes, les bien-pensants continuent, à longueur d’antenne, à nous vanter une immigration qui enrichit le peuple de France, ou un islam de France qui va s’intégrer tellement harmonieusement dans la République que le maire de Paris lui ouvre les portes de l’Hôtel-de-Ville !
Montluçon incarne tellement mieux que de longs discours leur invraisemblance ! Ce sera la République ou les « islamo-racailles » comme les appelle Alain Soral.  
Christine Tasin
Résistance républicaine




Le maire UMP de Montluçon : cachez ce minaret que je ne saurais voir !


Décidément il nous faut remercier et féliciter vivement le journal La Montagne et surtout ses journalistes qui ont fait –cela devient suffisamment rare pour être signalé- un véritable travail d’investigation. Après avoir publié le 14 août un entretien  avec Aziz Lamachi, Président d’une association de musulmans ayant obtenu un permis de construire pour une mosquée avec minaret d’où aurait lieu l’appel à la prière, ils publient le 18 août une interview du maire de Montluçon qui s’était fendu d’un communiqué démentant toute autorisation donnée et pour un minaret et  pour l’appel à la prière   devant la levée de boucliers partout en France à partir de nos articles sur le sujet
Certains de nos lecteurs, naïfs, étaient marris de cette erreur et nous demandaient même à l’avenir de vérifier nos informations auprès des mairies. Nous étions beaucoup plus dubitatifs, devant la mention du permis de construire et même du nom de l’architecte choisi pour le minaret ainsi que devant l’assurance dont les propos de monsieur Lamachi témoignaient et nous nous demandions « Qui ment ? « , les responsables de Résistance républicaine Auvergne et Limousin étant chargés d’aller examiner ce permis de construire…
Ils n’en ont pas eu le temps, les journalistes de La Montagne ayant fait un beau travail.
En effet, non seulement ils sont allés consulter le permis de construire et rappellent que, contrairement aux assertions de monsieur  Dugléry, le maire de Montluçon :  » La note explicative du dossier de l’architecte précise pourtant que : « le projet consistera à fermer l’auvent existant et à construire un minaret sur la façade principale» »  mais ils nous livrent le numéro de Tartuffe pitoyable que joue le maire qui ose affirmer sans rougir qu’il a accepté une « surévélation » mais qu’il ne voulait pas que l’on emploie le mot « minaret ».
Pourquoi donc,  monsieur le Maire ? Qu’on l’appelle surélévation ou minaret, il s’agit toujours d’une caractéristique de mosquée et le mot ne change rien  à l’affaire. Et un minaret, baptisé hypocritement surélévation pour mieux tromper vos administrés et la France entière qui a découvert votre forfait, cela sert à appeler à la prière, comme l’a rappelé celui qui, de toutes évidences, a été votre interlocuteur…
Un forfait ? Tromper vos administrés ? Les mots sont durs ?
Hélas non, monsieur le Maire, vous vous êtes vendu tout seul avec un cynisme effrayant : « si on n’en avait pas parlé, personne n’aurait rien vu ».
Ainsi, le minaret-surélévation ayant paraît-il été réduit de 15 à 9 m était-il censé se fondre dans le paysage au point de ne pas être remarqué des passants…
Quel est le but de cette dissimulation, monsieur le Maire ? Habituer vos administrés à considérer les minarets comme faisant partie du paysage normal de l’Allier ? Les amener peu à peu à trouver normal que des appels à la prière soient lancés du haut de la « surélévation » ?
 
Pressé de trouver un bouc émissaire dans un premier temps, le maire avait désavoué le responsable de l’association, n’hésitant pas à affirmer que des rivalités avec l’autre association musulmane pourraient expliquer ses propos mais… chassez le naturel, il revient au galop.  Aziz Lamachi a lui aussi oublié que « la petite tour » qui accompagne les mosquées s’appelle un minaret et il est prêt, comme le maire, à discuter… à nouveau.
A la place des Montluçonnais, je me méfierais. Le pire pourrait bien être à venir… Je les invite à décortiquer, comme le Conseil Municipal dont on se demande quel rôle il a joué et jouera dans la transformation de Montluçon en Montluçon les Deux Mosquées, les prochains compte-rendus des conseils municipaux.
Qu’ils n’oublient pas : plus de minaret, seulement des tours ou surélévations. Exactement comme les Carrefour ou Casino, ayant compris que les produits halal commençaient à avoir mauvaise presse font de la publicité    pour les spécialités « exotiques » ou « d’Orient »…
Bientôt, sans doute, ne trouvera-t-on plus le mot « mosquée » remplacé par « édifice de culte », histoire de faire prendre aux Français des vessies pour des lanternes.
Enfin, histoire d’essayer. Nous veillons au grain, et nous sommes de plus en plus nombreux. Une véritable armée de Résistants qui ne laissera rien passer aux traîtres de l’UMPS qui veulent nous imposer un système totalitaire contraire à nos valeurs et à notre histoire, l’islam.
Christine Tasin
Résistance républicaine