1

Enseigner la haine de soi, n’est-ce pas conforter ceux qui nous haïssent ?

Réformons le baccalauréat ; supprimons l’estrade du professeur pour éviter toute domination ; diminuons le nombre d’élèves par classe ; remplaçons livres et cahiers par des tablettes ; abstenons-nous de lire les notes à haute voix en rendant les devoirs afin de ne traumatiser personne ; interdisons les classements pour les mêmes raisons ; évitons de mettre zéro à celui qui n’a pas fait son travail ; multiplions les heures de soutien et les tutorats ; organisons des visites d’expositions, de sites historiques ou de musées ; prévoyons des excursions et des voyages ; établissons le dialogue entre élèves et d’élève à professeur ; réunissons mensuellement les membres de la communauté éducative ; rencontrons les parents… bref tentons l’impossible pour que demain soit mieux qu’aujourd’hui, et nous mesurerons à quel point nous avons bâti sur du sable dès lors que des élèves refusent impunément de faire quoi que ce soit !

La situation est encore plus grave quand ce refus émane d’élèves dont la culture d’origine s’oppose à la culture française. Que répondre, en effet, à ceux pour qui la langue française est une langue de « kouffar »(1), nos valeurs un ramassis d’aberrations, et la Charia la seule morale digne de ce nom ? Est-ce pour cela que des têtes pensantes ont rendu obligatoire l’étude de l’islam, et facultative celle du christianisme ? Que fait-on de l’humanisme et des Lumières ? Enseigner la haine de soi, n’est-ce pas conforter ceux qui culturellement nous haïssent ? Comment se peut-il que l’étude de l’esclavage, de la colonisation, des génocides, de la déportation fasse toujours l’économie de faits similaires commis au cours des siècles par d’autres peuples, y compris par des musulmans ? L’islam serait-il devenu le curseur de la vérité historique ?

Heureusement, des personnes s’élèvent pour dénoncer cette dérive, et parmi elles, Souad Ayada, qui vient d’être nommée à la tête du Conseil supérieur des programmes.

Autant dire qu’il faut en finir avec un enseignement qui, par laxisme, bannit tout effort, et par idéologie sacrifie l’objectivité même, afin d’assurer la promotion de l’islam.

Maurice Vidal

(1) Un kâfir (arabe : كافر kāfir, « mécréant, incroyant, ingrat, infidèle », au pluriel kouffar, كفار kuffār) est un terme arabe à connotation péjorative, désignant celui qui ne croit pas en l’islam.




Une supercherie nommée Principe de Laïcité

En cette date anniversaire de la loi 1905 sur la laïcité, j’ai envie d’interroger ce principe qui est la composante essentielle de « Riposte Laïque ». J’ai toujours eu le sentiment qu’il y avait quelque chose qui clochait et j’ai fini par comprendre que la commission Stasi nous a tous bien eus !

C’est avec mes amis de gauche, réunis autour du journal électronique ResPublica, et avec bien d’autres associations que j’avais milité contre les voiles islamiques à l’école. C’était avant que la loi du 15 mars 2004 ne soit promulguée. Vous avez bien lu : ce n’était pas pour le principe de Laïcité que j’avais milité et que je milite toujours, mais contre les voiles islamiques, même si ma mère est musulmane et qu’elle s’est toujours voilée. J’ai développé une allergie à ces torchons, à ces étouffe-musulmanes après avoir été aussi, en France, des étouffe-chrétiennes.

N’allez pas me raconter que vous n’en connaissez pas la toute première signification ! La soumission et la subordination de la gent féminine. Cela n’a donc rien à voir avec le principe de Laïcité, mais avec le principe de l’Égalité. Mais ça va au delà de ce principe général.

Aujourd’hui, le voile très résiduel de la sœur chrétienne nous indique qu’elle a fait le choix de Jésus et de Marie et renoncé à toute relation charnelle avec les hommes ou les femmes de notre espace et de notre temps. Le voile de la musulmane, de plus en plus présent dans notre espace social, visuel et esthétique, nous indique tout autre chose : celle qui porte ce type de voile attache une grande importance à sa virginité, jusqu’au soir des noces. En cas de besoin, elle reconstituera le précieux hymen qui représente l’honneur de la famille et celui du futur époux. Le voile islamique étant très bavard, il nous dit aussi une chose que nous n’aimons pas entendre ni regarder en face, tellement elle est horrible et qu’elle met à nu notre hypocrisie sociale, notre comédie humaine : « celle qui me porte n’épousera que des musulmans ou des convertis bien circoncis ».

Ah qu'elles sont fermées les filles de mon pays !

Autrement dit, sans avoir froid aux yeux, le voile islamique affiche sa ségrégation en fonction de la confession et nous désigne comme citoyens d’une République des lâches. En présence du voile islamique, vous pouvez boire votre honte et mettre une croix sur nos principes de Fraternité et d’Égalité. Mais le voile islamique reste muet lorsque des associations de lesbiennes lui posent la question : « la musulmane voilée dédaigne-t-elle ou pas des relations homosexuelles qui préservent sa virginité ? ». Bien des personnes en déduisent que le voile y consent, puisqu’il ne dit mot.

Mais voilà que la commission Stasi nous a tous égarés en nous expliquant qu’au nom du « principe de laïcité », ses membres se prononçaient, presque à l’unanimité, contre les signes religieux à l’école publique, et uniquement publique. Cette commission a présumé que nous étions plutôt dupes et elle avait plutôt raison, puisque la majorité des politiques et des militants en sont encore à invoquer le « principe de Laïcité » pour ne pas énoncer une vérité toute simple : le voile islamique, quelle qu’en soit la taille, est non seulement séparatiste mais aussi ségrégationniste, capable de torpiller le creuset de fusion que la France a toujours été. L’exogamie française est en passe de se transformer en endogamie gravement avancée, génératrice de communautés qui se côtoient, mais ne couchent pas et donc ne se reproduisent pas ensemble.

ErnestRenan
Ernest Renan

Il faut revenir au principe fondateur de la nation française(1) et aux principes fondateurs de la République, avant de répéter bêtement « laïcité, laïcité, laïcité ! » qui n’a de sens que si les fondamentaux ne sont pas remis en question par les pratiques quotidiennes et sociales de l’une ou l’autre religion ou idéologie.

Islam dégage ! Voilà le leitmotiv fondamental qu’il nous faut adopter pour hâter l’émancipation de nos concitoyens musulmans et, par conséquent, de la France qui, si elle se laisse islamiser, perdra tout simplement les fondements qui ont fait ce qu’elle est encore.

 Pascal Hilout

__________________________________________________________
(1) Relisez à ce propos la célèbre conférence d’Ernest Renan (1823-1892) : Qu’est-ce qu’une nation ?
 




Sortir de la crise européenne par le retour des Nations souveraines

Il fût un temps où nous avions un grand, un beau pays dont tous les Français avaient la fierté! Certes, nous nous chamaillons parfois et au pire, nous nous étripions, mais à chaque fois, au final, il y avait une raison supplémentaire d’aimer notre pays, notre France. Que ce soit du temps de nos Rois que nos « élites » d’aujourd’hui considèrent comme inutile à enseigner aux jeunes têtes devenues de moins en moins blondes! Comme si c’était une tare! Du temps de nos Empereurs qui firent de la France une puissance militaire et économique que les mêmes « élites »enfouissent dans les manuels scolaires au fond des pages quasiment dans les poubelles de l’Histoire du fait que ces mêmes jeunes têtes ne doivent pas s’encombrer de choses inutiles n’est-ce pas. Puis, les Républiques qui malgré tout, et sans le dire vraiment, ont poursuivi de manière différentes l’œuvre des monarques, leurs prédécesseurs sans le lustre et la grandeur hormis la cinquième du général de Gaulle bien vidée hélas de son substrat aujourd’hui!

En écoutant Pierre Hillard (1), docteur en Science politique, j’aperçois mieux les raisons de ce naufrage de la Maison France!  Des raisons qui se résument en quelques mots: la volonté de détruire les nations!

Cette idée de Nation n’est pas si ancienne mais elle est ancrée dans tous les cœurs! Qui ne ressent rien à l’écoute de la Marseillaise, au lever du Drapeau national, aux morts pour la France des 11 novembre et des 8 mai 1945 ne peut pas comprendre mon discours! L’hymne européen ne représente rien pour moi et ne représentera jamais rien pour moi ! De même le drapeau européen qui ne représente aucun symbole fédérateur. L’homme se construit à travers la famille proche, les amis, la commune, la cité et son pays et sur des valeurs que représentent des symboles comme le drapeau et l’hymne national ! C’est ainsi et il est inutile de demander de la ferveur « patriotique » envers un drapeau, un hymne qui sont entrés quasiment par effraction sur les façades publiques de nos bâtiments nationaux! Des usurpateurs en somme!  Aucun peuple ne s’est prononcé pour que son drapeau flotte à égalité avec ce bout de tissus bleu frappé de douze étoiles ! Cela s’est décidé en catimini entre quelques-uns!

Mais finalement, personne ne demande à des européens de mourir pour l’Europe, son hymne, son drapeau! C’est le passage obligé des symboles qui a voulu ce marquage auditif et visuel ! La réalité est ailleurs ! C’est fait pour amuser le chaland, faire plaisir aux moutons européens. Que les souverainistes ne se plaignent pas, ils ont encore leur drapeau national !

La réalité est plus prosaïque, plus éloignée des idéaux! Elle est financière, elle est industrielle et capitalistique, elle est dans la volonté de former des blocs de continents dont les peuples au premier degré comme à l’avant dernier sont totalement ignorés! Les peuples sont la matière première certes, mais comme le sont les poulets, les vaches et les veaux! Il ne viendrait pas à l’idée d’un éleveur de poser des questions et être attentifs aux éventuelles réponses de son cheptel!

Que désire le plus le fermier si ce n’est de s’agrandir et se développer!

Alors il existe des groupes de fermiers qui se sont partagé la terre et souhaitent  la rentabiliser le plus possible en évitant que les bestiaux s’entretuent si possible! Je dis bien si possible car dans ce genre d’affaires, il y a toujours des pertes n’est-ce pas! Des incompressibles, des incontournables! L’essentiel étant de rentabiliser le plus possible!

Ces groupes n’ont cure des sentiments de la volaille! Ces instituts, ces écoles, ces « élites » visent l’excellence et mettent en place des blocs homogènes et rentables.

Comment s’y prendre? Nous avons un exemple des méthodes utilisées qui se joue sous nos yeux! La crise est l’outil premier. Un outil mais aussi une façade également! La crise permet de faire avaler aux peuples plus d’intégration européenne et bien entendu plus de fédéralisme et plus de gouvernement mondial ! Que penser de cette dramatisation d’une soi-disante mésentente entre la France et de l’Allemagne sur les modifications du statut de la BCE (Banque Européenne) en échange d’une renégociations des traités ? Pourquoi affirmer que la France fait « des efforts » vis à vis de l’Allemagne alors même que ces efforts sont en fait, toujours plus d’abandon de souveraineté supplémentaire et non pas hélas, une récupération de nos droits souverains! Où est le courage de ces abandons de souveraineté puisque les responsables ne se donnent même pas la peine de les soumettre au peuple français et encore moins d’avoir à se justifier de ces trahisons envers nos ancêtres qui ont obtenu, le plus souvent dans le sang, cette pleine souveraineté ! Effort, courage, des mots vidés de leur sens par une rhétorique subtile mais surtout cynique d’un point de vue de la démocratie! Le peuple est sot! Le peuple ne comprendrait pas les enjeux économiques sans doute! Alors le peuple est mis de côté et regarde impuissant le dépouillement de son pays. Ne vous plaignez pas s’il cherche à se venger un jour ou l’autre!

Je songe à Éric Zemmour qui expliquait la nostalgie de la France dans son livre par le fait que la France s’est toujours voulue la première en Europe! Seule véritable nation continentale, elle s’est heurtée à sa concurrente anglaise! De longs siècles de batailles s’en suivirent où la France a tantôt assuré sa suprématie et puis la reperdait!

L’ Empereur Napoléon faillit réussir à faire une Europe unie sous l’égide de la France. Une Europe militaire certes, mais une Europe unifiée sous l’égide du drapeau tricolore. Le général de Gaulle ne voyait dans l’Europe, qu’un outil, le le moyen de permettre à la  France d’être la première! Toujours l’Angleterre, du temps de l’Empereur, les anglo-saxons du temps du général de Gaulle ont empêché sinon interdit cette Europe française! Une Europe qui ne correspondait pas aux critères du capitalisme et de la finance vu sous l’angle anglo-saxon du libre échange et du commerce sans état d’âme ! La France est une emmerdeuse avec son modèle social issu des révolutions et de son histoire plus que millénaire !

Alors la crise a bon dos! Qui est responsable ? Personne et tous les politiques à la fois. Qu’importe d’ailleurs puisque cette crise rapproche le moment de la grande unification de ce bloc économique voulu par les anglo-saxons et les américains en particulier! Le but? Créer un gouvernement économique mondial dans un premier temps et conclure sur un gouvernement mondial tout court, in fine. Cela passe par la constitution de blocs continentaux unifiés réunissant des pays volontaires ou non, voire des morceaux de pays s’il le faut!  On peut le craindre avec l’Italie du Nord qui souhaite le fédéralisme afin d’éviter l’Italie du Sud. De même avec l’Espagne et ces différentes et immenses régions comme la Catalogne qui aimerait bien se séparer tout comme le Pays  Basque, de l’Espagne sans parler des Flamands et des Wallons de la Belgique!

On peut, en aparté, se poser des questions sur ces pseudos « révolutions arabes » qui déstabilisent les pays et les nationalismes conservateurs arabo-musulmans. Demain, quelles seront les frontières de ces pays et les conséquences pour les nôtres?

La crise est le premier symptôme de la théorie des chocs qui fait se percuter des pays jusqu’à ce que l’idée de Nation explose! La France qui est le plus vieux pays d’Europe est très attachée à son indivisibilité et forme un bloc par elle-même! La langue depuis François 1er et son roman de l’Histoire française sont le ciment de cette construction. La langue n’est déjà plus privilégiée et son Histoire bâclée dans les écoles! La question est, quel traitement sera donné à la France pour qu’elle
accepte de se diluer et devenir une province européenne comme le sont devenu de facto la Grèce et l’Italie?

La Grèce a eu son le premier ministre viré pour avoir osé imaginer un référendum! Quel outrage tout de même fait aux européistes! Dans la semaine, il se rangea aux ordres et quitta le pouvoir. Curieusement, le nouveau Premier ministre Grec fait partie de la nomenklatura des adeptes d’un gouvernement mondial ! L’ Italie subit le même sort, une fois Berlusconi parti, c’est un autre adepte qui le remplace! L’ Espagne à la santé fragile, aux territoires fendillés par le système des régions autonomes est dans le collimateur. Puis le Portugal. Je ne parle même pas de la Belgique! Nul ne sait encore à quel moment la France  devra monter à l’échafaud européen!

En attendant, le Président de la future province de France, Nicolas Sarkozy se démène nous dit-on, pour nous éviter les affres de cette dégradation! Mais déjà, la France n’est plus notre France, celle de nos parents! 

Le dernier vrai Président de la République fût François Mitterrand! C’est lui-même qui l’a dit après la signature du traité de Maastricht. Là où s’était distingué autrefois, quand la France était une puissance redoutée, un vaillant guerrier français, Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan en 1673. 

Aujourd’hui, la France n’est déjà plus que l’ombre d’elle-même! Minée de l’intérieur par une immigration de repeuplement  encouragée par l’Europe et l’islamisation qui en résulte et des organismes européens qui nous menacent en permanence de sanctions si nous n’appliquons pas des traités qui nous lient et nous emmènent irrémédiablement à cet échafaud !

Aujourd’hui, c’est l’Allemagne qui réalise son rêve de domination européenne sous l’égide des anglo-saxons. Aujourd’hui, c’est 85% des lois votés par notre Assemblée National qui ne sont en fait, que la transcription obligatoire  des directives européennes elles-mêmes, issues des travaux de la commission européenne, dont les membres sont désignés par les chefs d’états le plus souvent désignés par un aréopage de députés de différents pays! La démocratie diluée au maximum! 

Demain, ce sont nos budgets nationaux qui seront examinés par la commission de Bruxelles comme l’exige José Manuel Barroso afin d’être validés ou retoqués au nom de la rigueur budgétaire voulue par l’Allemagne!  A ce niveau de cet article, on peut se poser raisonnablement la question du: comment va faire Nicolas Sarkozy pour nous expliquer que c’est mieux que Bruxelles analyse voire construise nos budget nationaux quitte à demander aux élus nationaux, presque croupions aujourd’hui, en attendant de l’être totalement demain, de valider nos recettes et dépenses en séance à Paris? De pauvres députés payés à ne rien faire alors même, que le gouvernement en a rajouté quelques un(e)s de plus pour « représenter » les Français de l’étranger ! Pourvu que cela ne donne pas des idées d’économies à faire! Mais là, je plaisante bien sûr!

Tout le travail de Nicolas Sarkozy jusqu’aux prochaines élections et de nous enfumer et nous faire croire que sans l’Europe, c’est la mort de la France alors même que la France est tombée malade si ce n’est, agonisante, depuis qu’elle a abandonné son indépendance chèrement acquise par le général de Gaulle! Le comble est, qu’il ne manque pas de toupet en allant se « recueillir  » sur la tombe du général à Colombey les deux églises avant que ce village ne s’appelle, comme le craignait le grand homme, Colombey les deux mosquées!

Lorsque l’on écoute le Capitaine de Pédalo François Hollande, nous ne pouvons qu’être atterrés par le niveau de compétence d’un homme qui fût dans toute sa vie, qu’un étudiant brillant dit-on, un marrant c’est certain, et un patron de parti politique! Avouez que c’est plutôt mince, même pour diriger une province sous la coupe de Bruxelles et de ses technocrates!

Alors qu’il nous faudrait une femme ou un homme à la carrure gaullienne, un chêne qui enverrait ces « jean foutres » et toute cette « chienlit » réviser leurs classiques, l’opposition nous propose un roseau élevé dans le compost vert.  Car au fond, tout le débat est là! Comment la France peut-elle sortir de cette épreuve entre des médecins à la Molière qui la saigne et des Guignols rose -vert qui s’étripent dans la pièce adjacente en s’interrogeant sur la hauteur des bougies!

Nous sommes dans un jeu de dupes depuis plusieurs années! Nous voyons des ministres et des politiques marionnettes qui l’ignorent pour la plupart d’entre-elles! Le véritable pouvoir est ailleurs et nos différents Présidents le savaient avant même que Nicolas Sarkozy soit Ministre de l’intérieur!

Après ce triste tableau, si toutefois je ne vous ai pas découragé,  je peux vous dire à mon sens,  que l’une des solutions, la plus simple, serait que Nicolas Sarkozy (re)devienne Gaulliste, ce qui n’est pas couru d’avance ou, d’élire au prochain mandat une femme ou un homme ayant assez de foi patriote pour renégocier tous les traités et rendre à la France sa santé! Cela passera forcément par des remous et des hurlements mais je suis quasiment certain, que ce désir de recouvrer notre indépendance est partagé par tous les peuples européens! La France retrouverait sa grandeur en montrant le chemin!

Il est faux de dire que l’Europe c’est la paix! L’ Europe est une dictature  anti-démocratique ou les peuples ne sont que du bétail au service des nouveaux Seigneurs, (saigneurs?). De plus, elle oblige au multiculturalisme et donc à l’islamisation de facto, car ce ne sont pas les Bouddhistes qui émigrent en majorité sur nos terres et imposent leur mode de vie inégalitaire. Cette Europe nous oblige, en interdisant que s’expriment nos racines judéo-chrétienne! Il faut corriger dans un premier temps, ces excès dictatoriaux au maximum puis, renégocier l’ensemble en tenant compte de l’avis peuples. La souveraineté est et reste une idée neuve! L’Europe oui, mais avec les peuples.

Gérard Brazon

(http://puteaux-libre.over-blog.com)

http://puteaux-libre.over-blog.com/article-vers-une-victoire-du-mondialisme-conference-de-pierre-hillard-89683133.html

http://puteaux-libre.over-blog.com/article-une-inteview-de-pierre-hillard-qui-merite-le-detour-89687672.html

 




Dominique Strauss-Kahn coupable ou innocent : la Patrie en danger n’en a rien à foutre !

Décidément, il fait chaud. Ce passage de juin à juillet 2011 est riche en rebondissements et en violences, violences comme toujours politiques, même si l’UMPS s’emploie à nous cacher leur caractère politique. Je parle bien évidemment des violences de racailles, et non des violences institutionnelles, les violences institutionnelles n’étant que des actes de collusion avec la racaille comme on l’a vu pour des affaires comme celles de René Galinier ou de Marie-Neige Sardin, deux beaux arbres maltraités, mais résistants, qui cachent malheureusement la forêt des victimes suppliciées de ces régimes de collaboration systémique entre hypercapitalisme global, altermondialisme gauchiste et islam universaliste (car l’islam est un universalisme !) qu’on appelle pudiquement les « démocraties occidentales ».
Après l’agression insignifiante contre le Président de la République, qui déclenche de véritables passions virtuelles sur les pages gauchistes de la Toile (alors que cette agression n’est que l’agitation du rien sur fond de vide), après les rumeurs d’innocence concernant l’oligarque multimillionnaire DSK, présenté, avant son affaire, comme le sauveur de la France (DSK, nous voilà !), après les gamineries du Ministre de l’Intérieur qui veut aménager des horaires pour les fêtes juives, ce qui lui permettra ensuite de justifier très facilement les accommodements déraisonnables concédés ou à concéder aux sectateurs de Mahomet, il s’agit de bien comprendre que l’été sera chaud…
Comme d’habitude, c’est dans la presse locale ou marginale, en tout cas dans ce qui est difficilement retransmis au « 20 heures », que se situe le vrai bruissement du sociétal, et c’est là aussi qu’il faut savoir écouter les bruits de bottes allant en s’amplifiant. Et pas les bottes auxquelles songe le bien-penser.

Un article de La Dépêche, retransmis par François Desouche, nous apprend la terrifiante agression d’une caserne entière par un groupe de racailles. Je n’affirme pas que le cas fût sans précédent, car après tout, ne serait-ce qu’avec les agressions contre des gendarmes, l’armée française a déjà lourdement payé son tribut à la triple guerre civile actuelle, que je décrivais dans un autre écrit.
http://www.ladepeche.fr/article/2011/07/01/1119672-une-bande-de-jeunes-armes-attaque-la-caserne.html
http://www.fdesouche.com/223822-castres-une-bande-de-jeunes-armes-attaque-la-caserne-du-8eme-rpima
http://ripostelaique.com/en-france-en-2011-c%E2%80%99est-bien-a-une-triple-guerre-civile-a-laquelle-il-faut-helas-se-preparer.html
Toujours est-il que l’agression de Castres, contre une caserne de parachutistes (le 8° RPIMA), me paraît une information autrement plus intéressante que l’innocence retrouvée – ou reperdue – de DSK, ou encore les frasques dérisoires d’Hermann Fuster. Du reste, les commentaires que j’ai lu sur F. Desouche à propos de l’affaire de Castres ne s’y trompent guère ; les lecteurs du site, pourtant habitués à scruter le sociétal et le géostratégique au moins autant que nous, reconnaissent qu’un pas a été franchi.
Cette expédition de racailles, apparemment, serait venue d’une agression de mystérieux paramilitaires contre des « jeunes de quartier ». Il suffit de citer La Dépêche.

En effet des incidents s’étaient produits peu avant allée Corbière, à proximité de Beaudecourt. Selon des riverains, vers 22 h 30, un groupe d’une trentaine de personnes, aux allures paramilitaires, a déboulé en courant en direction d’un « bar à chicha » en proférant des propos extrémistes et à caractère raciste. « Certains étaient cagoulés d’autres non, indique Xavier, qui réside au premier étage d’un immeuble HLM qui donne sur l’allée. J’ai entendu des cris, je me suis précipité à la fenêtre. J’ai vu des gars à l’allure militaire. Ils sont arrivés par le jardin Frascaty et se sont précipités vers le bar. Ils ont jeté des bouteilles vers les jeunes qui se trouvaient là et en ont coursé certains. Ils ont aussi abîmé des voitures. »
Au numéro 25 de l’allée, un voisin qui réside au-dessus de ce bar, aménagé dans une ancienne boulangerie, et ouvert de 18h à 1 h 30 du matin, confirme la virée. « Ils ont molesté le gérant et ont fait de la casse à l’intérieur, témoigne ce quinquagénaire. Cinq à six voitures ont été vandalisées dont ma Peugeot 207 décapotable. Depuis l’ouverture de ce lieu, on souffre certes de nuisances sonores mais il n’y avait jamais eu de violences. Ma capote a été lacérée. Je ne comprends pas. »

 
Cela fait belle lurette, à Riposte Laïque et ailleurs, que les articles bien-pensants, visant à présenter des hordes de racailles comme des victimes, nous laissent assez sceptiques. Si l’on en croit La Dépêche, on aurait affaire, en gros, à un groupe de jeunes de quartier qui aurait intenté une expédition de représailles, en quelque sorte légitime, contre un méchant groupe paramilitaire, en quelque sorte illégitime et raciste, et interprété comme venant de la caserne de Castres. La moralité de l’histoire, ma bonne dame, serait qu’au mieux il n’y en aurait pas un (groupe armé type racailles) pour racheter l’autre (groupe armé type paramilitaire). Et à la limite : les petits jeunes du quartier seraient quand même plus légitimes que ces affreux fachos venus les agresser gratuitement.
Bon. Vu le peu d’informations dont on dispose actuellement, et vu que les institutions de tout poil risquent fort de tout nous cacher, il ne reste à ce jour, et peut-être à jamais, que les ressources du bon sens. Ce qui, comme dirait le facétieux personnage d’Agatha Christie, nous amène à quelques conclusions tirées de nos petites cellules grises.

1) Un bar à chicha est un établissement totalement illégal depuis la répression anti-tabac, ce que les commentateurs de F. Desouche ont très bien aperçu.
2) Le bar à chicha remplace une boulangerie, et il est ouvert tard le soir. Un lieu éminemment recommandable sans doute, où se rencontrent essentiellement des intellectuels… En outre, c’est tout de même bizarre, en France, cette épidémie de boucheries et de boulangeries qui ferment (et dont on murmure qu’elles étaient souvent tenues par des Français de souche) pour être remplacées par de pieux commerces halal. Vertu, quand tu nous tiens !
3) Rien n’indique dans l’article que le groupe paramilitaire auteur de la présumée agression contre les jeunes du bar et du quartier soit composé de gens issus de la caserne de Castres.
4) Rien n’indique que le groupe paramilitaire ne se soit pas constitué lui-même après une première agression perpétrée par des racailles contre des membres de ce groupe ou des proches de ce groupe ; d’ailleurs le bruit court qu’en France, en raison de l’insécurité hallucinante qui règne désormais partout, renforcée par l’impunité quasi totale, renforcée encore par la criminalisation des victimes, il se constitue de temps à autres des milices de sécurité privée.
5) Autre hypothèse : rien n’indique que ce groupe paramilitaire ait existé en tant que tel. D’abord, il n’a d’existence que dans les témoignages des « gens du quartier ». Ensuite, qu’est-ce qui empêche que ce groupe ait été un gang de racailles rival d’autres racailles, venu pour en découdre dans un bar ? Qu’est-ce qui empêche même que ce groupe ait été une pure mise en scène des racailles elles-mêmes, afin de fournir un prétexte victimaire, destiné à légitimer, aux yeux des bien-pensants collaborationnistes, l’agression contre la caserne. D’ailleurs, le bruit court en France que certaines « agressions », disons de type « raciste » ou « islamophobe » (que c’est vilain ma bonne dame !), perpétrées contre des gens ou contre des lieux, seraient elles aussi de pure mises en scène destinées à fournir des prétextes victimaires afin de renforcer le collaborationnisme institutionnel. Les mauvaises langues affirment même que certaines profanations de cimetières chrétiens ou juifs, ou d’églises chrétiennes, ou de synagogues, où l’on retrouve comme un fait exprès des signes d’appartenance néo-nazis ou connotés extrême-droite, seraient en réalité des mises en scène de gauchistes ou encore de petits malins islamiques, qui s’adonneraient à ce genre d’activité pour jeter le discrédit sur tout ce qui ressemble de près ou de loin à un groupe patriotique. Rien n’empêche non plus un musulman de fabriquer de toute pièce une profanation contre l’islam afin de faire accuser les milieux patriotiques locaux… Notre présidente Christine Tasin avait elle-même été accusée sur Internet d’appeler à brûler le Coran ! Il s’en passe des choses en France. Lorsque je vois une croix nazie dessinée sur une église, par exemple, j’ai tendance à ne JAMAIS soupçonner les nationalistes, les patriotes ou les identitaires locaux. Je suis ainsi fait, il y a des gens comme ça… La faute aux petites cellules grises du détective.
6) Il existe d’ailleurs une présomption. Le groupe paramilitaire, selon La Dépêche, était composé d’une trentaine d’individus… exactement comme le groupe de racailles ! Là encore mon esprit chafouin me fait soupçonner des tas de choses : et si c’étaient les mêmes ? C’est mignon, comme programme : on décide de se faire une caserne de paras, lieu symbolique de force et de virilité, pour montrer à la France ahurie et dhimminuée que, décidément, les jeunes des cités ont d’énorme paires de couilles infiniment plus lourdes que celles des paras eux-mêmes, mais comme il faut tout de même un petit prétexte victimaire à fournir aux Français (un imam appellerait cela de la taqîya), on mime une attaque afin de déclencher les hostilités. D’ailleurs rien n’empêche, dans ce genre de mise en scène, de faire de vraies victimes et de vandaliser des voitures : il suffit de trouver deux ou trois personnes que les racailles, pour une raison ou pour une autre, ont dans le nez ; au choix, un honnête travailleur, un patriote qui en assez de voir pourrir sa vie locale, un grincheux, etc.
7) Enfin, et j’en terminerai là, en admettant même que ces angéliques jeunes gens de quartier aient été réellement molestés par des militaires, on peut malgré tout s’interroger sur la mentalité de ces jeunes qui se font justice eux-mêmes de cette façon, de manière aussi décomplexée, alors que des René Galinier ont connu la prison pour s’être défendus et que des Marie-Neige Sardin ont été lourdement condamnées pour avoir protesté contre un tapage nocturne. En réalité, il ne faut pas prendre les Français pour des poires : nous savons tous que si l’incident avait tragiquement dégénéré, si l’une de ces malheureuses racailles-victimes avait été tuée par arme à feu par un militaire affolé et menacé dans sa vie, nulle doute que ce brave para aurait été plongé pour des années en prison, alors même que des auteurs de vols, de viols, de lynchages et de meurtres se pavanent dans nos villes et dans nos villages, tous les jours, sans que personne ne songe à leur faire passer ne serait-ce que deux heures en garde-à-vue.

Le Lecteur va me demander : mais qu’est-ce que cette enquête du bon sens (les meilleurs détectives, vous les trouverez à Riposte Laïque !), qu’est-ce que cette enquête du bon sens vient faire dans un article consacré à Dominique Strauss-Kahn ? Réponse : elle a tout à y faire.
Cet article a pour seul but de démontrer, une fois de plus (nous n’en sommes pas à notre coup d’essai) que la Patrie est en danger, en grave danger, que tous les jours de vraies victimes et de vrais innocents vont en prison, pour de très lourdes peines, pour d’ailleurs s’y faire massacrer par des racailles (1) qui, elles, n’y sont que pour de courtes peines ; que tous les jours de vrais coupables et de vraies ordures n’y vont pas, en prison ; que tous les jours de vrais salauds dictent leurs conditions à la Justice, aux politiques, et aux médias, qui se prêtent à ce jeu avec une complaisance hallucinée ; que tous les jours les symboles nationaux sont bafoués, que l’insécurité et l’inversion des valeurs atteignent des niveaux inouïs ; que la ville de Castres, lapsus involontaire, vient de connaître la castration symbolique de son armée et de ses militaires ; bref, en conclusion, que l’innocence ou la culpabilité de DSK, la Nation s’en fout et la Patrie s’en tamponne !
Coupable ou innocent, ce n’est pas d’un multimillionnaire de « gauche » vendu aux oligarchies bancaires dont la France a besoin. La Patrie, la Nation, la France ne voteront jamais pour un DSK, ni pour aucun socialiste. La gauche, sous sa forme radicale ou social-démocrate, c’est aujourd’hui le pire des fascismes, l’horreur absolue, non pas simplement un totalitarisme abject, mais bel et bien le totalitarisme de l’abjection.
LE MEILLEUR SLOGAN ELECTORAL :
AVEC OU SANS DSK, TOUT SAUF LA GAUCHE EN 2012 !
Jacques Philarchein
(1) http://www.fdesouche.com/223688-%C2%AB-ma-premiere-incarceration-n%E2%80%99a-pas-ete-facile-j%E2%80%99etais-le-seul-francais-%C2%BB




Quand Joffrin rêve d'envoyer Frédéric Taddéi et Philippe Cohen en camp de rééducation…

Décidément, le journaliste, qui, depuis des lustres, passe de Libération au Nouvel Observateur et vice-versa (on ne s’étonnera donc pas, en passant, que la presse dite de gauche sente tant le renfermé…) se croit encore au temps des Khmères rouges (béni pour ceux de son engeance ?) en jetant l’opprobre sur deux autres journalistes, coupables selon le grand inquisiteur qu’il est de « perversité » (on ne rit pas) ou de « décontamineurs » (sic !) du Front National !
Le crime de Frédéric Taddéi et de Philippe Cohen ?
ENORME ! Ils ont permis que soient dites quelques vérités sur la France et sur la gauche, respectivement sur France 3 dans l’émission « Ce soir ou jamais »(1) et sur Marianne 2(2), vérités qui expliquent en partie la montée de Marine le Pen face aux abandons de l’UMPS.
http://www.fdesouche.com/187885-france-3-22h40-bouteldja-tasin-goldnadel-couteaux
A propos de l’émission animée par Frédéric Taddéi, dont nous saluerons au passage le courage, pour avoir osé enfin donner la parole aux islamophobes que nous sommes, l’ancien maoïste, qui rêve apparemment d’envoyer tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui en camp de rééducation (chassez le naturel, il revient au galop) accumule dénonciations mensongères et appréciations calamiteuses pour essayer de redorer le blason décidément bien terni d’une gauche qu’il incarne du haut de sa médiocrité et de son mépris du peuple.
Qu’on en juge : le sieur Joffrin ose carrément qualifier de droite extrême (censée être même pire que l’extrême droite, c’est dire) un Paul-Marie Coûteaux, souverainiste, humaniste, gaulliste, proche en leur temps de Jean-Pierre Chevènement et de Philippe Seguin, et unanimement reconnu de ses pairs. Il n’hésite pas non plus à qualifier de ce qui, pour lui, est la pire des injures (et vaut sans doute la gousse d’ail brandie devant le vampire) William Goldnadel, qui a fait l’unanimité en sa faveur jeudi dernier, par sa modération, sa pertinence, son sens de la répartie et la justesse de son argumentation. Quant à votre servante, ravie de devenir sous la plume de notre apprenti Staline « Dame » Tasin, elle se goberge de l’erreur sémantique qui a conduit ce vieux gauchiste sur le retour à montrer ainsi son mépris du peuple, que j’incarne trop bien à ses yeux. Dame Tasin n’a pas écrit dix pamphlets de sociologie ? Elle n’est pas légitime pour parler. Dame Tasin ne fait pas partie des élites politiques ? Elle n’est pas légitime pour parler. Dame Tasin n’est pas le clown de service, validé par les nombreux buts marqués, le dernier Oscar ou la chansonnette à la mode ? Elle n’est pas légitime pour parler…
Bref, vous l’aurez compris, seules les stars/élites choisies par snobisme ou co-optées par les éléments du système – et Joffrin fait partie des meubles- auraient le droit de paraître dans la lucarne magique et de dire ce qu’ils pensent. Il faut reconnaître que Dame Tasin, cette franchouillarde « shootée au saucisson-pinard » (hum, quel délice !), a le culot de dire ce que pense le peuple, aux antipodes de la pensée unique. Evidemment pour un Joffrin, ex-représentant de Libération qui a osé titrer, suite au vote des Suisses sur les minarets « le vote de la honte » ou faire 5 pleines pages sur le Ramadan pour en faire l’éloge l’an dernier (je vous invite à chercher désespérément 5 pages de louanges sur le Carême dans Libération…), un Taddeï qui ose donner la parole à qui n’a pas été adoubé par les hautes sphères ne peut être qu’un pervers… il n’a pas osé utiliser le mot traître, qui aurait bien trop révélé la conception clanique qu’il a des medias, mais cela saute aux yeux.
Par ailleurs, le maoïste de service semble avoir été aveuglé par l’éclat du peuple car la Dame Tasin, malgré ses nombreuses demandes, n’a pu obtenir et prendre la parole que quatre fois au cours de l’émission et a été la seule, absolument la seule, à parler du danger de l’islam. Or, ces quatre prises de parole, pas toutes consacrées à l’islam, d’ailleurs, sont devenues sous la plume de Joffrin un « DEFERLEMENT (mazette !) de clichés »…
On ne peut plus parler de la Shoah, du christianisme et de nos ancêtres les Gaulois à l’école ? Cliché !
Les filles refusent d’aller à la piscine avec les garçons ? Cliché !
Des élus ont peur d’avouer qu’ils aiment le porc ? Cliché !
Les enfants juifs fuient l’école publique où ils se font agresser ? Cliché !
Les médecins se font agresser quand ils examinent des femmes ? Cliché, vous dis-je !
Tous ces clichés, bien entendu, étant des vues de l’esprit, étroit, forcément, d’une Dame Tasin, islamophobe (et fière de l’être) et donc, pour cet inculte de Joffrin xénophobe. Fidèle à la doxa khomeiniste(3) (et capable de s’en glorifier), il a le culot de mettre sur le même plan le refus d’un système idéologique et la haine de l’étranger. Faute grave, déontologique, de tentative de manipulation de la pensée, commise par celui qui, ainsi, rejoint Nicolas Sarkozy qui avait osé comparer l’islamophobie à l’antisémitisme dans le camp des anti-blasphème et donc dans les ennemis de la démocratie, de la liberté d’expression et de la République.
Parce que, pour le sieur Joffrin, que les autres invités sur le plateau de « Ce soir ou jamais » ne se soient guère insurgés de m’entendre les rend complices et permettrait de croire que je représente un « courant important de l’opinion »… Mais, précisément et c’est là que le bât blesse pour notre inquisiteur, c’est le cas. Faut-il rappeler à ce porteur d’œillères le sondage du Monde montrant que 42% des Français considèrent que la communauté musulmane est une menace pour leur pays(4) ? Faut-il rappeler à ce porteur d’œillères que 73% des Français ne supportent pas le voile dans la rue(5) ? Faut-il rappeler à ce porteur d’œillères que les Français ont applaudi au vote des Suisses à 55% (sondage … Libération !(6)) ? . Au vu de ces chiffres, finalement, le sieur Joffrin aurait dû se dire que j’avais infiniment plus de légitimité pour parler au nom du peuple français qu’il n’en a, lui, pour parler au nom d’une gauche qu’il a trahie comme l’ont fait la plupart des élites politiques s’en réclamant depuis trente ans. Alors qu’il ne compte pas sur moi pour avoir la moindre vergogne. Au contraire.
On ajoutera en passant que le procès fait à Philippe Cohen, qui, pourtant, n’a pas toujours été élégant avec nous, notamment lors du fameux apéro saucisson-pinard et qui a même été jusqu’à faire l’impasse sur nos assises du 18 décembre, est inique et scandaleux. Philippe Cohen n’a jamais roulé pour l’extrême droite, pas plus que nous, et la haine de Joffrin pour ceux qui ne pensent pas comme lui a atteint l’apogée de la désinformation dans ses deux articles.
Laurent Joffrin, de son vrai nom Laurent Mouchard…
Post-scriptum : je profite de l’occasion pour faire connaître à ceux qui croiraient encore que Todd est capable d’ouvrir les yeux sur l’islam, malgré les propos simplistes et fatalistes qu’il a tenus jeudi dernier, l’interview qu’il a accordée au journal algérien El-Watan, le 3 novembre 2008(7)
Christine Tasin
http://www.resistancerepublicaine.eu/
(1) http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/media/20110311.OBS9477/billet-france-3-le-pen-ou-jamais-par-laurent-joffrin.html
(2) http://www.marianne2.fr/Le-Pen-le-Nouvel-Obs-et-Marianne-une-lecon-d-histoire_a203664.html?preaction=nl&id=2952704&idnl=26263
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rouhollah_Khomeini
(4) http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/01/04/islam-et-integration-le-constat-d-echec-franco-allemand_1460748_3224.html
(5) http://www.ifop.com/media/poll/1365-1-study_file.pdf
(6) http://www.liberation.fr/societe/0101606485-deux-sondages-sur-les-minarets-en-france
(7) http://www.elwatan.com/Le-milieu-intellectuel-parisien
Emmanuel Todd. Sociologue
« Le milieu intellectuel parisien est dans une islamophobie latente »
Le sociologue français, auteur de La fracture sociale, s’énerve contre le milieu intellectuel français qu’il juge en pleine dérive parareligieuse. Pour lui, l’islamophobie n’est pas une vue de l’esprit mais bien une réalité. Il dénonce aussi l’instrumentalisation des sifflets contre la Marseillaise.
Les pays musulmans sont-ils fâchés ou réconciliés avec la modernité ?
Les pays musulmans sont entrés dans la modernité. Je suis démographe, je remarque une baisse de fécondité très importante dans ces pays. La démographie est une réponse rationnelle à la pauvreté. Au Maghreb, cela passe aussi par l’élevation de l’âge du mariage de la femme. L’alphabétisation est un facteur très essentiel dans cette baisse. La Tunisie et l’Iran sont à 2 enfants par femme, la même chose qu’en France et aux Etats-Unis ! Ces résultats sont très intéressants pour un démographe. L’Algérie n’est pas loin avec 2,5. Il y a une forte interaction entre le Maghreb et la France. Ce lien culturel n’est pas à négliger. On veut lier Islam et fécondité. Les populations musulmanes ont donné leur réponse : rationalité et modernité.
On n’a pas l’habitude d’entendre ce genre de discours. Vous n’avez pas peur de l’Islam, vous ?
On est dans un moment épouvantable. Le milieu intellectuel parisien est dans une dérive parareligieuse, dans une islamophobie latente. Il existe une forme de crispation identitaire, une angoisse à la désoccidentalisation du monde, une rupture entre le clan des dominants et le monde multipolaire. Cette doctrine occidentaliste, qui veut que l’Occident soit riche et dominateur éternellement, m’inquiète. Il n’y a aucune raison d’avoir peur de l’Islam. L’accès à la modernité est une phase de transition qui charrie avec elle le doute de la croyance religieuse. Dans les années 1980, il y avait une forme d’arabophobie dans le milieu populaire, qui était une réaction négative par rapport au statut de la femme musulmane. Le niveau d’arabophobie est tombé dans le milieu populaire. Et ces cinq dernières années, on assiste dans le milieu intellectuel à une recrudescence de l’islamophobie.
Comment expliquez-vous les sifflets contre la Marseillaise au Stade de France ?
J’aimerais bien que les intellectuels et les politiques s’intéressent un peu moins au foot et davantage au libre-échange et aux délocalisations. En plein milieu de la crise financière, des centaines de gamins sifflent la Marseillaise et tous les vrais problèmes passent en arrière-plan. On appelle ça instrumentalisation. Je suis fier d’être Français, je n’ai pas attendu Max Gallo pour défendre la nation. Je ne vais pas m’évanouir parce que des gamins sifflent la Marseillaise. Il y a des sujets plus importants. Fils de bourgeois, jeune, j’avais fait pire que ces gamins. Il y a une crise de la démocratie. Les sarkozystes surestiment le fait d’avoir amarré à leur candidat les arabo-islamophobes. La classe politique a dérivé vers la droite.
C’est quoi être Français aujourd’hui ?
C’est parler français, avoir un certain rapport avec les autorités, les hommes et les femmes. L’assimilation culturelle se passe plus vite qu’avec les générations précédentes. La France est menacée dans son industrie, pas dans son identité. Les jeunes des banlieues qui caillassent la police sont des gamins insupportables, comme je l’étais à leur âge en mai 1968. En France, on se caillasse mais au moindre mort, on arrête tout. Je trouve que les flics ont été admirables. L’identité est conflictuelle, un mélange d’ordre et de désordre.
Par Rémi Yacine




Quand Joffrin rêve d’envoyer Frédéric Taddéi et Philippe Cohen en camp de rééducation…

Décidément, le journaliste, qui, depuis des lustres, passe de Libération au Nouvel Observateur et vice-versa (on ne s’étonnera donc pas, en passant, que la presse dite de gauche sente tant le renfermé…) se croit encore au temps des Khmères rouges (béni pour ceux de son engeance ?) en jetant l’opprobre sur deux autres journalistes, coupables selon le grand inquisiteur qu’il est de « perversité » (on ne rit pas) ou de « décontamineurs » (sic !) du Front National !

Le crime de Frédéric Taddéi et de Philippe Cohen ?
ENORME ! Ils ont permis que soient dites quelques vérités sur la France et sur la gauche, respectivement sur France 3 dans l’émission « Ce soir ou jamais »(1) et sur Marianne 2(2), vérités qui expliquent en partie la montée de Marine le Pen face aux abandons de l’UMPS.

http://www.fdesouche.com/187885-france-3-22h40-bouteldja-tasin-goldnadel-couteaux

A propos de l’émission animée par Frédéric Taddéi, dont nous saluerons au passage le courage, pour avoir osé enfin donner la parole aux islamophobes que nous sommes, l’ancien maoïste, qui rêve apparemment d’envoyer tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui en camp de rééducation (chassez le naturel, il revient au galop) accumule dénonciations mensongères et appréciations calamiteuses pour essayer de redorer le blason décidément bien terni d’une gauche qu’il incarne du haut de sa médiocrité et de son mépris du peuple.

Qu’on en juge : le sieur Joffrin ose carrément qualifier de droite extrême (censée être même pire que l’extrême droite, c’est dire) un Paul-Marie Coûteaux, souverainiste, humaniste, gaulliste, proche en leur temps de Jean-Pierre Chevènement et de Philippe Seguin, et unanimement reconnu de ses pairs. Il n’hésite pas non plus à qualifier de ce qui, pour lui, est la pire des injures (et vaut sans doute la gousse d’ail brandie devant le vampire) William Goldnadel, qui a fait l’unanimité en sa faveur jeudi dernier, par sa modération, sa pertinence, son sens de la répartie et la justesse de son argumentation. Quant à votre servante, ravie de devenir sous la plume de notre apprenti Staline « Dame » Tasin, elle se goberge de l’erreur sémantique qui a conduit ce vieux gauchiste sur le retour à montrer ainsi son mépris du peuple, que j’incarne trop bien à ses yeux. Dame Tasin n’a pas écrit dix pamphlets de sociologie ? Elle n’est pas légitime pour parler. Dame Tasin ne fait pas partie des élites politiques ? Elle n’est pas légitime pour parler. Dame Tasin n’est pas le clown de service, validé par les nombreux buts marqués, le dernier Oscar ou la chansonnette à la mode ? Elle n’est pas légitime pour parler…

Bref, vous l’aurez compris, seules les stars/élites choisies par snobisme ou co-optées par les éléments du système – et Joffrin fait partie des meubles- auraient le droit de paraître dans la lucarne magique et de dire ce qu’ils pensent. Il faut reconnaître que Dame Tasin, cette franchouillarde « shootée au saucisson-pinard » (hum, quel délice !), a le culot de dire ce que pense le peuple, aux antipodes de la pensée unique. Evidemment pour un Joffrin, ex-représentant de Libération qui a osé titrer, suite au vote des Suisses sur les minarets « le vote de la honte » ou faire 5 pleines pages sur le Ramadan pour en faire l’éloge l’an dernier (je vous invite à chercher désespérément 5 pages de louanges sur le Carême dans Libération…), un Taddeï qui ose donner la parole à qui n’a pas été adoubé par les hautes sphères ne peut être qu’un pervers… il n’a pas osé utiliser le mot traître, qui aurait bien trop révélé la conception clanique qu’il a des medias, mais cela saute aux yeux.

Par ailleurs, le maoïste de service semble avoir été aveuglé par l’éclat du peuple car la Dame Tasin, malgré ses nombreuses demandes, n’a pu obtenir et prendre la parole que quatre fois au cours de l’émission et a été la seule, absolument la seule, à parler du danger de l’islam. Or, ces quatre prises de parole, pas toutes consacrées à l’islam, d’ailleurs, sont devenues sous la plume de Joffrin un « DEFERLEMENT (mazette !) de clichés »…
On ne peut plus parler de la Shoah, du christianisme et de nos ancêtres les Gaulois à l’école ? Cliché !
Les filles refusent d’aller à la piscine avec les garçons ? Cliché !
Des élus ont peur d’avouer qu’ils aiment le porc ? Cliché !
Les enfants juifs fuient l’école publique où ils se font agresser ? Cliché !
Les médecins se font agresser quand ils examinent des femmes ? Cliché, vous dis-je !
Tous ces clichés, bien entendu, étant des vues de l’esprit, étroit, forcément, d’une Dame Tasin, islamophobe (et fière de l’être) et donc, pour cet inculte de Joffrin xénophobe. Fidèle à la doxa khomeiniste(3) (et capable de s’en glorifier), il a le culot de mettre sur le même plan le refus d’un système idéologique et la haine de l’étranger. Faute grave, déontologique, de tentative de manipulation de la pensée, commise par celui qui, ainsi, rejoint Nicolas Sarkozy qui avait osé comparer l’islamophobie à l’antisémitisme dans le camp des anti-blasphème et donc dans les ennemis de la démocratie, de la liberté d’expression et de la République.

Parce que, pour le sieur Joffrin, que les autres invités sur le plateau de « Ce soir ou jamais » ne se soient guère insurgés de m’entendre les rend complices et permettrait de croire que je représente un « courant important de l’opinion »… Mais, précisément et c’est là que le bât blesse pour notre inquisiteur, c’est le cas. Faut-il rappeler à ce porteur d’œillères le sondage du Monde montrant que 42% des Français considèrent que la communauté musulmane est une menace pour leur pays(4) ? Faut-il rappeler à ce porteur d’œillères que 73% des Français ne supportent pas le voile dans la rue(5) ? Faut-il rappeler à ce porteur d’œillères que les Français ont applaudi au vote des Suisses à 55% (sondage … Libération !(6)) ? . Au vu de ces chiffres, finalement, le sieur Joffrin aurait dû se dire que j’avais infiniment plus de légitimité pour parler au nom du peuple français qu’il n’en a, lui, pour parler au nom d’une gauche qu’il a trahie comme l’ont fait la plupart des élites politiques s’en réclamant depuis trente ans. Alors qu’il ne compte pas sur moi pour avoir la moindre vergogne. Au contraire.

On ajoutera en passant que le procès fait à Philippe Cohen, qui, pourtant, n’a pas toujours été élégant avec nous, notamment lors du fameux apéro saucisson-pinard et qui a même été jusqu’à faire l’impasse sur nos assises du 18 décembre, est inique et scandaleux. Philippe Cohen n’a jamais roulé pour l’extrême droite, pas plus que nous, et la haine de Joffrin pour ceux qui ne pensent pas comme lui a atteint l’apogée de la désinformation dans ses deux articles.

Laurent Joffrin, de son vrai nom Laurent Mouchard…

Post-scriptum : je profite de l’occasion pour faire connaître à ceux qui croiraient encore que Todd est capable d’ouvrir les yeux sur l’islam, malgré les propos simplistes et fatalistes qu’il a tenus jeudi dernier, l’interview qu’il a accordée au journal algérien El-Watan, le 3 novembre 2008(7)

Christine Tasin

http://www.resistancerepublicaine.eu/

(1) http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/media/20110311.OBS9477/billet-france-3-le-pen-ou-jamais-par-laurent-joffrin.html
(2) http://www.marianne2.fr/Le-Pen-le-Nouvel-Obs-et-Marianne-une-lecon-d-histoire_a203664.html?preaction=nl&id=2952704&idnl=26263
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rouhollah_Khomeini
(4) http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/01/04/islam-et-integration-le-constat-d-echec-franco-allemand_1460748_3224.html
(5) http://www.ifop.com/media/poll/1365-1-study_file.pdf
(6) http://www.liberation.fr/societe/0101606485-deux-sondages-sur-les-minarets-en-france
(7) http://www.elwatan.com/Le-milieu-intellectuel-parisien
Emmanuel Todd. Sociologue

« Le milieu intellectuel parisien est dans une islamophobie latente »

Le sociologue français, auteur de La fracture sociale, s’énerve contre le milieu intellectuel français qu’il juge en pleine dérive parareligieuse. Pour lui, l’islamophobie n’est pas une vue de l’esprit mais bien une réalité. Il dénonce aussi l’instrumentalisation des sifflets contre la Marseillaise.

Les pays musulmans sont-ils fâchés ou réconciliés avec la modernité ?
Les pays musulmans sont entrés dans la modernité. Je suis démographe, je remarque une baisse de fécondité très importante dans ces pays. La démographie est une réponse rationnelle à la pauvreté. Au Maghreb, cela passe aussi par l’élevation de l’âge du mariage de la femme. L’alphabétisation est un facteur très essentiel dans cette baisse. La Tunisie et l’Iran sont à 2 enfants par femme, la même chose qu’en France et aux Etats-Unis ! Ces résultats sont très intéressants pour un démographe. L’Algérie n’est pas loin avec 2,5. Il y a une forte interaction entre le Maghreb et la France. Ce lien culturel n’est pas à négliger. On veut lier Islam et fécondité. Les populations musulmanes ont donné leur réponse : rationalité et modernité.

On n’a pas l’habitude d’entendre ce genre de discours. Vous n’avez pas peur de l’Islam, vous ?
On est dans un moment épouvantable. Le milieu intellectuel parisien est dans une dérive parareligieuse, dans une islamophobie latente. Il existe une forme de crispation identitaire, une angoisse à la désoccidentalisation du monde, une rupture entre le clan des dominants et le monde multipolaire. Cette doctrine occidentaliste, qui veut que l’Occident soit riche et dominateur éternellement, m’inquiète. Il n’y a aucune raison d’avoir peur de l’Islam. L’accès à la modernité est une phase de transition qui charrie avec elle le doute de la croyance religieuse. Dans les années 1980, il y avait une forme d’arabophobie dans le milieu populaire, qui était une réaction négative par rapport au statut de la femme musulmane. Le niveau d’arabophobie est tombé dans le milieu populaire. Et ces cinq dernières années, on assiste dans le milieu intellectuel à une recrudescence de l’islamophobie.

Comment expliquez-vous les sifflets contre la Marseillaise au Stade de France ?
J’aimerais bien que les intellectuels et les politiques s’intéressent un peu moins au foot et davantage au libre-échange et aux délocalisations. En plein milieu de la crise financière, des centaines de gamins sifflent la Marseillaise et tous les vrais problèmes passent en arrière-plan. On appelle ça instrumentalisation. Je suis fier d’être Français, je n’ai pas attendu Max Gallo pour défendre la nation. Je ne vais pas m’évanouir parce que des gamins sifflent la Marseillaise. Il y a des sujets plus importants. Fils de bourgeois, jeune, j’avais fait pire que ces gamins. Il y a une crise de la démocratie. Les sarkozystes surestiment le fait d’avoir amarré à leur candidat les arabo-islamophobes. La classe politique a dérivé vers la droite.

C’est quoi être Français aujourd’hui ?
C’est parler français, avoir un certain rapport avec les autorités, les hommes et les femmes. L’assimilation culturelle se passe plus vite qu’avec les générations précédentes. La France est menacée dans son industrie, pas dans son identité. Les jeunes des banlieues qui caillassent la police sont des gamins insupportables, comme je l’étais à leur âge en mai 1968. En France, on se caillasse mais au moindre mort, on arrête tout. Je trouve que les flics ont été admirables. L’identité est conflictuelle, un mélange d’ordre et de désordre.
Par Rémi Yacine