1

Pour Julie Palmero, la famille ardéchoise moyenne est noire

Dans le quotidien Le Dauphiné Libéré, la journaliste Julie Palmero présente la rentrée scolaire d’une « famille moyenne ardéchoise »….

Jeudi 2 septembre, pour illustrer la rentrée scolaire dans le département de l’Ardèche, la Journaliste du quotidien régional Le Dauphiné Libéré (dont les éditions locales vont des portes de Genève au Vaucluse) Julie Palmero a suivi le quotidien d’une famille Ardéchoise, les Toilibou, dont quatre des enfants sont scolarisés.

Fière d’être accueillie en 2021 dans une famille ardéchoise, la brillante et jeune plumitive écrit : « Avec quatre enfants à la maison, la reprise des cours se fera dans différents établissements pour la famille Toilibou à Annonay… ».

Lors de son immersion au coeur de cette famille ardéchoise, la Journaliste du Dauphiné Libéré Julie Palmero relève : « Mercredi 1er septembre au matin, tout n’est pas encore prêt pour la rentrée mais pas d’inquiétude dans la famille Toilibou, parents et enfants sont rodés. Ils sont sept à la maison et deux grands garçons ont déjà quitté le nid.

« Tasnim, 15 ans, va rentrer en seconde au lycée Boissy-d’Anglas, ce jeudi, en même temps que Fanissi, 9 ans, en CM1, et Naïme, 8 ans, en CE1 à l’école Font-Chevalier. Tasslima, 12 ans, ira en quatrième au collège des Perrières dès ce vendredi. Enfin, Soultoine, 18 ans, retourne à Grenoble pour faire sa rentrée lundi en deuxième année de génie civil. « On est allés acheter les fournitures début août, ce sont les filles qui ont choisi ce dont il y avait besoin », explique Hadhurami, la maman…. ».

Il y a 20 ans, le Dauphiné Libéré gratifiait ses lecteurs de reportages sur la Grotte Chauvet, sur la ligne ferroviaire du Mastrou reliant Tournon-sur-Rhône à Lamastre, sur les gorges de Vallon-Pont-d’Arc, d’une interview de l’inspecteur d’académie et du directeur diocésain de l’enseignement catholique à la veille de la rentrée scolaire.

Mais, les équipes du quotidien régional, le DL, ont changé (en bien ?), les familles ardéchoises se sont renouvelées dans « cette Ardèche sauvage », pour reprendre le slogan de l’office départemental du tourisme.

Croisé devant le restaurant « l’Escabelle » à Annonay, un vieux lecteur, journal à la main, grommelle « Où sont les familles ardéchoises d’hier ? ». Plus dans le Dauphiné Libéré mon cher monsieur ! Dont le Président-directeur-général Christophe Tostain surnommé « le boxeur de ces dames » a été viré et remplacé à la tête du titre par une femme, Noëlle Besnard, ancienne cheffe du service paie (défense de rire….). L’Ardèche, elle aussi, est en train de changer, comme la France entière.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




V‌iolences conjugales : Christophe Tostain, PDG du Dauphiné Libéré, récidive !

Christophe Tostain, surnommé « le massacreur » (au centre sur la photo) avec ses amis Olivier Dussopt, ministre du Budget et des Comptes publics, Pierre Fayolle, directeur régional du Dauphiné Libéré et homme de confiance, à ses côtés.

Christophe Tostain, le « boxeur de ces dames » et PDG du Dauphiné Libéré, a été placé en garde à vue pour des « violences sur sa concubine en récidive » au commissariat de Grenoble dans l’Isère.

Christophe Tostain comparaîtra le 4 novembre prochain devant le tribunal correctionnel de Grenoble dans le cadre d’un dossier de récidive de violences conjugales. Il vient d’être suspendu, à titre conservatoire (il conserve son salaire) de ses fonctions de PDG du quotidien « Le Dauphiné Libéré » par la holding EBRA.

En mars 2019, Christophe Tostain avait tabassé sa compagne durant la journée des droits de la femme, et outragé, menacé les gendarmes qui venaient porter assistance à la belle madame G.

https://ripostelaique.com/le-patron-du-dauphine-libere-sera-juge-pour-violences-le-28-mai.html

À l’époque, le patron du Dauphiné Libéré a joué la montre. Il a obtenu le report de l’audience correctionnelle à plusieurs reprises.

https://ripostelaique.com/le-patron-du-dauphine-libere-juge-pour-violences-et-outrage-le-24-septembre.html

https://ripostelaique.com/le-proces-du-patron-du-dauphine-libere-renvoye-a-une-3e-audience.html

Ami du ministre du Budget et des Comptes publics Olivier Dussopt (grand amateur de tableaux de valeur offerts par la Saur, société concessionnaire de l’eau et de l’assainissement dans l’agglomération d’Annonay) et de nombreux politiques et puissants, le gros patron de presse Christophe Tostain n’avait été condamné qu’à 150 euros  de dommages et intérêts pour les gendarmes outragés et menacés

https://ripostelaique.com/outrage-a-gendarmes-pour-le-patron-du-dauphine-tostain-seulement-150-euros.html

et à seulement 6 mois de prison avec sursis pour le tabassage de sa compagne de l’époque.

https://ripostelaique.com/9-mois-de-prison-avec-sursis-requis-contre-tostain-patron-du-dauphine-libere.html

C’était lui accorder une impunité et le « permis » de recommencer. Pour la récidive avec sa nouvelle compagne, le PDG du Dauphiné Libéré a choisi la date du 14 février 2021, jour de la Saint-Valentin. Alors que l’immense majorité des hommes offrent des fleurs aux femmes, le « Rambo de la presse » distribue des baffes comme Obélix aux Romains.

https://www.sudouest.fr/justice/le-pdg-du-dauphine-libere-poursuivi-pour-violences-contre-une-femme-1577095.php

Contacté par téléphone, le procureur de la République de Grenoble Éric Vaillant a confirmé les faits, en précisant « À l’issue de la garde à vue, il a été laissé libre sans contrôle judiciaire ».

PDG du quotidien régional depuis 2013, Christophe Tostain avait été convoqué en mars par la police de Grenoble, qui l’avait placé en garde à vue pour des « violences sur sa concubine en récidive », selon les explications fournies par le procureur de la République de Grenoble.

Déjà condamné en 2019

Christophe Tostain avait été condamné en mai 2019 à 6 mois de prison avec sursis pour « violences sur conjointe » et « outrages » à l’encontre de gendarmes. Des faits qu’il avait reconnu lors de son procès, se disant « extrêmement honteux ».

Cette fois, le groupe EBRA (un conglomérat financier dominé par l’Est Républicain et le Crédit Mutuel, actionnaire principal du quotidien régional), vient de  préciser dans un communiqué paru dans le journal le Dauphiné Libéré, qui n’avait pas traité l’information en février dernier, que, « dans ces circonstances et dans l’intérêt du journal, Philippe Carli, président du groupe EBRA et administrateur, assurera la continuité de la direction du Dauphiné Libéré ».

L’autre grand quotidien régional de Rhône-Alpes, Le Progrès, n’a pas, lui aussi, informé ses lecteurs de ces faits très graves. Le SNJ, syndicat majoritaire au quotidien Le Progrès, « exige des explications, de la part de son PDG Pierre Fanneau, et de la part du groupe EBRA, et réclame réparation pour nos lecteurs, et appelle les journalistes à exprimer leur désapprobation et leur défiance vis-à-vis de cette décision autoritaire et déplacée, qui laissera nécessairement des traces ».

Or, le Progrès et le Dauphiné Libéré « jettent en pâture » à leur lecteur, chaque jour, le moindre citoyen qui dérape, celle qui vole quelques légumes, car sans ressource pour nourrir ses enfants, ou encore l’automobiliste arrêté en excès de vitesse, sans parler des querelles de voisinage pour un coq qui chante, ou la dispute entre deux agriculteurs qui se termine à coups de poings.

Par ailleurs, en avril 2016 à Viviers, puis en février 2017 à Villeneuve-de-Berg, en Sud Ardèche

https://ripostelaique.com/ardeche-120-personnes-ovationnent-karim-ouchikh-pierre-cassen-christine-tasin.html

le même Christophe Tostain et son adjoint Pierre Fayolle avaient interdit à leurs équipes de couvrir les conférences de Pierre Cassen, de Christine Tasin, et de Karim Ouchikh sur la montée de l’islamisme et de l’immigration en France. Illustration concrète de l’absence de déontologie de celui qui s’est toujours présenté comme « un grand patron de presse », alors qu’il avait une vocation de boxeur !

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411




Belloubet et Royal préfèrent dénoncer Mila que la raciste Hasfa Askar

« Je déteste les Blancs » nous dit Hafsa Askar sans que la justice ne s’émeuve, n’ouvre une information judiciaire dans le cadre de la loi contre la haine, le racisme en tous genres !

Oui mais cette définition ne s’adresse qu’aux Blancs, aux Français de souche ! Car d’autres Blancs comme les Arabes, les Berbères par exemple, échappent curieusement à cette définition du Blanc ! C’est fou comme le masochisme fait comme dégâts dans les esprits torturés des gauchistes !
Cette définition de l’antiracisme est à géométrie variable. Pour le ministère de la Justice, les juges rouges, les associations dites antiracistes,  cette définition ne s’adresse pas à tous.  N’est pas raciste la haine anti-France, anti-Français blancs, même si ces Français sont d’origine anglaise, allemande, polonaise, espagnole etc.
La définition du racisme selon la doxa Taubira, et pour la bien-pensance indigéniste et autres fascistes de gauche, exclue le racisme anti-Blanc qui ne serait, selon eux, que la couleur du diable, celle des salauds, des esclavagistes, des coloniaux, etc. (Source)
Qui connaît un peu l’histoire de l’humanité sait que cette vision, cette définition, est très restrictive et qu’elle oublie les réalités des massacres commis par les non blancs, si ce n’est en Afrique, en Asie, aux Amériques. Elle écarte aussi les 14 siècles de traite négrière commis par les Arabo-musulmans !
Le syndicat étudiant UNI s’est insurgé contre la nomination à la tête de la Fédération syndicale étudiante (FSE) d’une jeune femme connue sur Internet pour avoir produit nombre de tweets racistes, notamment envers les « Blancs ».
Madame Hafsa Askar a été nommée secrétaire générale de la Fédération syndicale étudiante. Une entité d’extrême gauche radicale et violente. Il faut se souvenir de ses propos : «…(les) Blancs comme une « sous- race » qu’il faudrait « gazer ». Cela ne vous rappelle rien, surtout en ce moment de commémoration de la Shoah ! « Je vous déteste presque autant que je déteste les Blancs «[Tout] ce que j’ai à dire c’est les Blancs, arrêtez de [vous] reproduire ! » Racisme clair et net et jamais dénoncé comme étant du racisme par la bien-pensance, et les larves de cette peste rouge qui décident ce qui est bien ou mal !

On notera la syntaxe et le vocabulaire d’une présidente d’un syndicat d’étudiants. Affligeant !

Comment éviter de faire un parallèle avec Mila, cette jeune femme quasiment lapidée par des internautes homophobes, racistes et se revendiquant de l’islam, cette douce religion pacifique, d’amour, de tolérance et de paix ! On en connaît depuis septembre 2001, les effluves, les faits et les crimes commis par ceux qui se revendiquent de l’islam ! Ces hommes et aussi ces femmes font référence aux sourates 2 verset 191,193, 216, etc.
Mila n’est pas du genre à se laisser déborder par des idiots, des lobotomisés, des croyants misogynes qui considèrent que la femme n’est pas l’égale de l’homme et pire, que l’égalité serait contre nature comme l’a affirmé Erdogan, le dictateur islamiste Turc !
Mila a dit ce qu’elle pensait des religions et particulièrement de l’islam : « Je déteste la religion. Le Coran est une religion de haine. Il n’y a que de la haine là-dedans. L’islam, c’est de la merde » ! Nous partageons absolument ses propos ! On regrette que les chrétiens n’aient toujours pas compris cette réalité ! “Je ne suis pas raciste, on ne peut pas être raciste d’une religion”, poursuit-elle. “J’ai dit ce que j’en pensais, j’ai totalement le droit, je ne regrette pas du tout, vous n’allez pas me le faire regretter. Là y’a encore des gens qui vont s’exciter, j’en ai clairement rien à foutre. Je dis ce que je veux, ce que je pense. Votre religion, c’est de la merde. Votre dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul.”
Cette réponse virile nous change des réponses de faux-culs de ceux qui nous gouvernent et se permettent de nous donner des leçons !  Bravo à cette maturité, à cette jeune fille qui n’a pas la langue dans sa poche !
Que disent nos bien-pensants comme les inénarrables Nicole Belloubet et Ségoléne Royal ! Elles se montrent critique à l’égard de la lycéenne Mila ! L’une condamne quasiment et rétropédale lorsqu’elle réalise qu’elle soutient le blasphème, une énormité. L’autre réduit Mila à une gamine mal polie, mal éduquée et pire, sans connaissance et instruction ! « Critiquer une religion, cela n’empêche pas d’avoir du respect, de l’éducation, de la connaissance, d’être intelligent », il ne faut a-t-elle dit, « certainement pas ériger une adolescente, qui manque de respect, comme le parangon de la liberté d’expression ». Mila ne serait donc pas intelligente, manquerait de connaissance et elle aurait manqué de respect ! Qui est cette femme qui réduit de cette façon cette jeune fille ?  
À mon sens, Mila est bien plus intelligente que Ségolène, elle connaît l’homophobie de l’islam,  et elle est juste dans son analyse ! Surtout, au regard de ce que madame Royal a produit depuis qu’elle est sortie de l’ENA. Elle fut en réalité, en politique, un pur produit parasite de la société ! Elle ferait mieux de se taire !  
Ces deux femmes citées plus haut ignorent sans nul doute ce que pense l’islam des femmes !
Il suffirait qu’elles lisent le Coran sur la place de la femme comme la sourate 4 verset 34, ou la sourate 2 verset 223 ! Sans compter la part d’héritage, sa position de mineure à vie, son obligation de se marier, la prédominance du père sur l’enfant au détriment de la mère, et j’en passe ! Sans compter l’idée de mort envers les homosexuels, la pédophilie justifiée, etc.
Oui l’islam c’est de la merde et le dire n’est qu’une vérité ! Nicole Belloubet, Ségolène Royal, voire Sophie de Menton sur Sud Radio, et toutes ces idiotes utiles des syndicats d’extrême gauche comme Hafsa Askar,  seraient cantonnées à la maison, comme des « champs de labour » sans possibilité de se refuser sans craindre le courroux de son mari et les anges qui vont la maudire toute la nuit ! Condamnées donc à se taire, à obéir et à faire des gosses sous le régime de l’islam ! 

Sans compter les propos débiles de cet islamiste.


Cette France révèle des perles trop rares comme Mila, et celles de bien des femmes qui luttent pour leur liberté, leur égalité. La plupart sont issues de cette religion de merde comme Zineb Al Razoui, ou Nadia Remadna !
Ces pseudo-« élites françaises » sont comme des morceaux de béton après un tremblement de terre, celui d’un islam qui aura détruit la pensée libre ! Bons à jeter, à transformer peut-être, mais en aucun cas bon à être utilisés !
Un mot sur une réaction curieuse affirmant que ce serait un complot des nationaux-sionistes ! Les patriotes se seraient jetés sur cette affaire pour complaire au sionisme ! Affligeante démonstration qui démontre les liens cachés chez certains se disant de droite, avec l’extrême gauche fasciste, ouvertement antisémites, pro-palestiniens, pro-arabes et farouchement anti-israélien. Tout est donc bon à récupérer, même une gamine de seize ans lesbienne, qui dit la vérité sur l’islam !

https://twitter.com/i/status/1222585387551547394

https://twitter.com/i/status/1222756306798465025

Gérard Brazon
 




Justice : après Dati, Alliot-Marie et Taubira, la catastrophe Belloubet

Tout au long de l’année, et depuis plusieurs années, nous subissons le laxisme judiciaire, la justice des juges rouges du syndicat de la magistrature, et les méfaits de la bien-pensance.

Nous pensions qu’après Rachida Dati et Michelle Aliot Marie sous Nicolas Sarkozy, nous avions touché le fond de la piscine !

Vint François Hollande qui décida de creuser le béton de ce fond de piscine avec Christiane Taubira, Manuel Vals et Bernard Cazeneuve, nous prouvant que nous avions encore de la marge. (Source)

 

Puis, avec Emmanuel Macron et sa fine équipe de bras cassés, nous avons Christian Castaner et l’inénarrable Nicole Belloubet qui poursuit l’œuvre entamée par Sarkozy !

La justice se délite ? Pire, elle sélectionne les prévenus en fonction des priorités politiques au pouvoir !

Suivant que vous êtes souverainistes ou mondialistes, les jugements des cours judiciaires vous seront favorables ou non !

Suivant que vous êtes policiers ou Gilets jaunes, de la haute bourgeoisie ou de la plèbe, des villes ou des campagnes, des Français de souche ou d’origine immigrée, des chrétiens ou des musulmans, des Blancs ou des Noirs ! La justice est devenue sélective ! Mais pas qu’elle…

Vous vous défendez chez vous contre un malfaiteur et vous êtes poursuivi ! Pire et aggravant, s’il est d’origine immigrée. Si votre fille se fait violer, cela dépendra si le violeur a les codes de notre société, ou non ! Si elle se fait assassiner et que vous protestez comme Patrick Jardin, la justice vous traite d’extrême droite ! La pire injure, si j’en crois la doxa socialisante et celle des républicains de LR !

La justice tranche désormais en fonction de critères qui nous sont devenus complètement inconnus !

Un homme de plus de 20 ans peut être déclaré mineur, sans qu’il y ait eu d’examen scientifique sérieux. Trop coûteux paraît-il ! À ce titre, il coûte à la société, 50 000 € par an, alors qu’un de nos anciens peut crever sur le trottoir parce qu’il est SDF, ou se retrouver à faire les poubelles des supermarchés ! La justice est où, dans ces réalités quotidiennes ?

Allez, j’y vais de mon raccourci : la France peut envoyer des missiles sur la Syrie coûtant plusieurs millions d’euros chacun, suite à une attaque chimique en 2018 à Douma, mais il se trouve, comme l’annonce le site internet WikiLeaks, en publiant un courriel d’un membre de l’équipe enquêtrice, que cette attaque chimique est fausse. Ce courriel accuse l’OIAC d’avoir dissimulé des irrégularités. Dans le même temps, les mêmes décideurs laissent crever nos anciens dans des mouroirs, ou demandent que les chômeurs de plus de 50 ans restent dans la précarité, en espérant un jour toucher une hypothétique retraite !

Mais revenons à la Justice ! Emmanuel Macron et sa Nicole Belloubet ont affiné l’idée qu’ils se font de la justice, un outil qui n’est plus que l’ombre de lui-même !

La loi du 23 mars 2019 est entrée en vigueur ! L’objectif est de réduire la population carcérale !

Pour les macronistes, ce ne sont pas les délits qui sont importants, ceux qui empoisonnent la vie des citoyens, c’est le nombre de délinquants que la justice ne peut garder entre ses murs, c’est-à-dire en prison !

Le problème, ce n’est pas la nuisance des délinquants, c’est leur libération au plus vite ! Cette loi impose des « aménagements de peine ». Celles allant jusqu’à un an de prison ! Sachant d’ailleurs, depuis Rachida Dati, que les condamnations inférieures à 2 ans de prison ne sont pas faites !

Il y a cependant un bémol dans cette loi ! Cela suppose une enquête de personnalité pour déterminer la faisabilité de ces modes alternatifs à l’incarcération nous dit Paule Gonzales dans le Figaro du 24 décembre ! Un procureur de la région parisienne affirme que c’est 60 % des peines ! Il se trouve qu’il n’a personne, ou si peu de personnel pour assurer la qualité des enquêtes !

Qu’importe, Nicole Belloubet demande à ce que ces enquêtes soient confiées à des associations qui se font payer 70 € l’enquête sans que l’on sache finalement le sérieux et la réalité de cette enquête. Ni la fiabilité des enquêteurs !

Je ne voudrais pas faire ma mauvaise langue, mais quid de l’enquêteur habitant dans le même quartier que le condamné ? Quid d’un enquêteur de confession musulmane face à un salafiste, voire un religieux ou se déclarant comme tel ?

D’après le procureur général, le risque  serait, s’il n’y a pas d’enquête effectuée, que le juge emprisonne le délinquant ! C’est grave docteur ?

Quant à la construction de nouvelles places de prisons, personne n’en parle chez les macronistes !  Pourtant, la France a le plus bas taux de places de prisons par rapport au nombre d’habitants.(Source) – (Source) – (Source). Cette France progressiste est vraiment devenue folle !

Gérard Brazon




Frédéric Bierry défend les p’tits migrants en surface et les bons vins en sous-sol

S’il est très difficile de dialoguer avec Frédéric Bierry (à l’extrême droite sur la photo) en surface à Paris, même lorsqu’il revendique plus de mineurs isolés étrangers pour le Bas-Rhin, il semble plus abordable en sous-sol, dans les caves des viticulteurs alsaciens, car il aime les vins d’Alsace

C’est l’histoire d’un gars devenu président LR  du département du Bas-Rhin, un peu par accident, un peu grâce à sa carte UMP, puis LR, un peu suite à des décès imprévus des titulaires du poste ou des prétendants émérites. Bref, pas forcément un mauvais bougre, qui répète, à ses interlocuteurs, lors de ses déplacements et de ses poignées de mains, « J’aime l’Alsace », « j’aime les vins d’Alsace ». Seulement, l’homme a une phobie. Il veut accueillir toujours plus de p’tits mineurs isolés étrangers (voir les chiffres plus bas). Ce qui commence à agacer une partie de ses électeurs et électrices.

Pour répondre à cette phobie, Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand-Est, préfet du Bas-Rhin et Frédéric Bierry, président du département du Bas-Rhin ont signé, le 13 mars 2018, « un protocole local pour simplifier les procédures d’accès au séjour des mineurs non accompagnés ». Alors même que les services enfance et aide sociale à l’enfance du Bas-Rhin sont saturés, et ne peuvent plus accueillir de petits Alsaciens en grave danger physique et moral dans leurs familles. Souvent, les décisions des juges des enfants sont exécutées huit mois après l’ordonnance de placement par manque de places. Une situation de carence consignée par écrit par Sabine Deblay, collaboratrice du président Frédéric Bierry, ou par Virginie Girardot, la très saturée directrice du foyer départemental de l’enfance.

Le protocole signé récemment vise à faciliter l’accueil, puis l’insertion des mineurs étrangers non-accompagnés. Pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance du temps de leur minorité, « les mineurs non-accompagnés doivent obtenir rapidement un titre de séjour à leur majorité » précise le document.

Le même document stipule : « L’obtention rapide d’un titre de séjour constitue un enjeu majeur pour favoriser les démarches d’insertion, notamment en termes de parcours de formation comme l’apprentissage (la délivrance d’une autorisation de travail étant liée au titre de séjour)… Pour le Département, l’enjeu est aussi financier puisque sans titre de séjour et d’autorisation de travail, la prise en charge de ces jeunes continue à peser financièrement sur le Département au travers des contrats jeunes majeurs, soit plus d’un million d’euros pour le Bas-Rhin….. ».

Les mineurs non-accompagnés et l’impact financier : quelques chiffres

2016 : 338 jeunes se sont présentés dans les services du département du Bas-Rhin : 213 mineurs non-accompagnés ont été pris en charge (+ 40 %), auxquels s’ajoutent 100 jeunes majeurs anciens mineurs non-accompagnés, toujours pris en charge ;

2017 : 580 jeunes se sont présentés (+72 %) : 352 ont été pris en charge (+ 65 %), auxquels s’ajoutent 65 jeunes majeurs anciens mineurs non-accompagnés.

Depuis début 2018 : 131 jeunes se sont présentés à ce jour ; 38 ont été identifiés comme mineurs non-accompagnés et mis à l’abri.

La création de nouvelles places d’accueil en appartement partagé (250 places au total) et le dispositif d’accueil solidaire par des familles bénévoles (20 places) engage un surcoût de plus de 5 millions d’euros à compter de 2018, à la charge du département.
Coût total prévisionnel mineurs et jeunes majeurs non-accompagnés 2018 : près de 10 millions d’euros, pour un an, pour le département du Bas-Rhin.

https://www.20minutes.fr/…/2078111-20170531-strasbourg-recherche-familles-benev…

De graves incidents signalés dans les structures d’accueil

Lyes Louffok, membre du Conseil national de la protection de l’enfance, a dénoncé le mercredi 26 juin 2019 des « menaces physiques » sur des jeunes filles en foyer à Obernai (Bas-Rhin). Il en veut pour preuve une vidéo tournée dans l’établissement. La structure départementale dément. Plusieurs plaintes ont été déposées. Frédéric Bierry n’a toujours pas répondu au courrier de Lyes Louffok, alors que les faits dénoncés sont extrêmement graves.

www.infomie.net/spip.php?breve3962

Membre du Conseil national de la protection de l’enfance, Lyes Louffok est lui-même un ex-enfant placé et a écrit « Dans l’enfer des foyers ». Il exige de Frédéric Bierry une réponse immédiate et appropriée, sous la forme d’une enquête administrative.

Le problème, c’est que Barbara Cligny, directrice adjointe de la mission enfance et famille du département du Bas-Rhin, semble complètement dépassée, comme ses collègues Sabine Deblay, collaboratrice du président Frédéric Bierry, ou Virginie Girardot, la très saturée directrice du foyer départemental de l’enfance.

Coïncidence :  il y a quelques jours, Lyes Louffok et Frédéric Bierry se trouvaient ensemble un mercredi matin à Paris à la même réunion, présidée par le secrétaire d’État à la protection de l’enfance, Adrien Taquet. Frédéric Bierry, président de la commission des affaires sociales de l’Assemblée des départements de France, y présentait la restitution d’un travail sur la protection de l’enfance. Mais Lyes Louffok n’a jamais pu aborder le président du département du Bas-Rhin car Frédéric Bierry a écourté sa présence pour « raisons d’agenda ».

Le lanceur d’alerte le déplore : « J’aurais voulu échanger avec lui. Mais pour moi, il n’y a pas à tergiverser : il faut juste déclencher une enquête le plus rapidement possible. Ce n’est pas le premier président d’un département que j’interpelle : je l’ai fait avec la Seine-Saint-Denis, et en général, le délai est long… »

D’autres départements ne sont pas exemplaires dans l’accueil des enfants mineurs placés, à l’image de l’Ardèche ou de la Moselle :

https://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

https://ripostelaique.com/moselle-12-millions-deuros-pour-376-mineurs-isoles-etrangers.html

Frédéric Bierry préfère la fraîcheur des caves

S’il est très difficile de dialoguer avec Frédéric Bierry en surface à Paris, même lorsqu’il revendique plus de mineurs isolés étrangers pour le Bas-Rhin, il semble plus abordable en sous-sol, dans les caves des viticulteurs alsaciens, car il aime les vins d’Alsace. Le 21 juillet 2019, Frédéric Bierry était encore à Blienschwiller, au cœur des foudres de la cave Meyer (de père en fils depuis 1471, nos valeurs alsaciennes traversent l’histoire, selon la publicité de l’entreprise).

Et sur sa page Facebook, le même Frédéric Bierry mentionnait « C’est un socle solide et indispensable pour construire l’Alsace de demain. »
Les viticulteurs : un patrimoine et des acteurs économiques majeurs pour que la gastronomie alsacienne et française conserve son image dans le monde. Pour le bonheur au quotidien des Alsaciens et pour faire rêver les touristes. »

Les Alsaciens semblent, eux, moins rêveurs, lorsqu’ils doivent payer, via leurs impôts, la note salée pour l’accueil de toujours plus de p’tits mineurs isolés étrangers, qui eux aussi, apprécient la gastronomie alsacienne ! Santé, Prosit, Frédéric Bierry….

 

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

Exclusif orphelinats : la galère de Noël pour les enfants placés

Quand la France sera-t-elle débarrassée du psychiâtre égyptien Omar Erkat ?

Moselle : combien coûtent les migrants dans ce département ?

Olivier Dussopt, un des derniers soutiens du « homard vert » de Rugy

Le « homard vert » François de Rugy a vraiment coûté très cher à la France !

Pensant sauver sa peau, de Rugy vire sa directrice de cabinet Nicole Klein !

Scandale François de Rugy : « Homard m’a tuer »

Ardèche : le maire d’Annonay interdit l’islamiste intégriste Omar Erkat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Moselle : 12 millions d’euros pour 376 mineurs isolés étrangers

Les contribuables mosellans sont tondus comme des moutons pour financer le centre départemental de l’enfance route de Plappeville à Metz, qui est le point d’entrée des mineurs isolés étrangers.

La Moselle : un département emblématique. Pendant des décennies, Metz et ses environs abritaient plusieurs dizaines de milliers de mineurs, qui descendaient dans la mine pour extraire le charbon, et apportaient un plus à l’économie. Aujourd’hui, le département accueille 376 mineurs (jeunes étrangers imposés à la Moselle par l’État), et qui coûtent 12 millions d’euros aux structures du département, donc aux contribuables mosellans.

Dans un précédent article, nous avions évoqué le coût surréaliste, pour les contribuables mosellans, des migrants adultes imposés par l’État :

Moselle : combien coûtent les migrants dans ce département ?

Chaque mois, l’aide sociale à l’enfance de la Moselle voit arriver 60 mineurs isolés étrangers de plus. Alors que ses structures sont déjà surchargées, comme celles du Bas-Rhin voisin (où le président du département, Frédéric Bierry, n’a plus réellement de prise sur les dysfonctionnements répétés de ses structures qui manquent cruellement de places), et ne fonctionnent plus normalement.

https://www.republicain-lorrain.fr/social/2019/03/01/bas-rhin-37-de-mineurs-en-plus

Joints par téléphone, les responsables de l’accueil des mineurs au sein du département de la Moselle sont peu loquaces. « La protection de l’enfance a changé en quelques années » concède un éducateur chevronné. « 16 % des jeunes dont nous nous occupons sont des mineurs étrangers non accompagnés (MNA). Ils représentaient 3 % il y a un peu plus de cinq ans », reconnaît Ludovic Maréchal, directeur de l’Aide sociale à l’enfance de la Moselle.  « C’est un public qui n’a rien à voir avec ce qu’on fait habituellement. »

Nos collègues de la rédaction du quotidien « Le Républicain Lorrain » se sont inquiétés de cette situation. Sous la plume de Kevin Grethen, le quotidien régional pointe un certain nombre de fraudes : « Dans le tableau, il y a un gros mais. Cette nouvelle vie attise les convoitises, et attire des réseaux organisés. Ils fournissent les faux documents, des récits clés en main. Metz est une destination connue de beaucoup de communautés.

« Les Albanais débarquent souvent avec une carte où la capitale de la Moselle est entourée au feutre rouge. Il a fallu s’adapter, encore. « Avec les services de la préfecture et la police aux frontières, nous évaluons les papiers présentés, poursuit Ludovic Maréchal. Nous étudions les parcours avec des psychologues pour voir la cohérence des discours. On se rend bien compte que certains ont appris par cœur un texte. Tous ces éléments sont croisés. »

« Les arrivants ne sont pas tous mineurs. D’autres ne sont pas isolés. Parmi ces personnes qui fuient la guerre, le réchauffement climatique, ou viennent en France pour des raisons économiques, un tiers des arrivants sont déclarés non mineurs. Ils sont alors sortis du système de protection à l’enfance. Et signalés à l’autorité judiciaire. »

Situation identique en Meurthe-et-Moselle, où le département est obligé d’accueillir 443 jeunes migrants. Là, le coût serait moindre…

https://www.republicain-lorrain.fr/social/2019/03/01/9-3-millions-d-euros-et-443-jeunes-en-meurthe-et-moselle

Cherchez l’erreur !

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

Moselle : combien coûtent les migrants dans ce département ?

Olivier Dussopt, un des derniers soutiens du « homard vert » de Rugy

Le « homard vert » François de Rugy a vraiment coûté très cher à la France !

Pensant sauver sa peau, de Rugy vire sa directrice de cabinet Nicole Klein !

Scandale François de Rugy : « Homard m’a tuer »

Ardèche : le maire d’Annonay interdit l’islamiste intégriste Omar Erkat

Quand la France sera-t-elle débarrassée du psychiâtre égyptien Omar Erkat ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




16 au 20 juillet 1942 : la préfecture de police de Paris arrête 13 152 Juifs

En fouillant les archives, l’écrivain Robert Paxton a retrouvé des pièces accablantes pour la préfecture de police de Paris.

 

Des femmes, des enfants, entassés comme des bêtes dans le vélodrome d’hiver, sans eau, sans nourriture, avant d’être chargés dans des trains pour rejoindre les camps de concentration et les chambres à gaz !

Sans vergogne et sans honneur, la préfecture de police de Paris dressait, le 20 juillet 1942, un tableau de chasse des Juifs arrêtés, où figurent 4 115 enfants et 5 919 femmes.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/07/16-au-20-juillet-1942-13-152-juifs-arretes-a-paris-sur-ordre-de-la-prefecture-de-police-002950615.html

Il y a 77 ans, 9 000  policiers et gendarmes français assistés de 300 à 400 militants du Parti populaire français de Jacques Doriot, ont déshonoré la France sur ordre de la préfecture de police de Paris. La première grande rafle des Israëlites a été entièrement menée par des policiers, gendarmes, miliciens français, sans le concours des militaires et gestapistes allemands, trop occupés sur le front de l’Est. Patriote, la rédaction de Riposte Laïque se devait de rappeler cette tragédie, conduite par des forces de l’ordre qui diront plus tard, comme pour les victimes Gilets jaunes, « on a obéi aux ordres »!

La rafle du Vélodrome d’Hiver, souvent appelée « rafle du Vél’d’Hiv » est la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre les 16 et 20 juillet 1942, plus de 13 000 Juifs, dont près d’un tiers étaient des enfants, ont été arrêtés à Paris et en banlieue pour être déportés : moins d’une centaine reviendront », selon l’écrivain américain Robert Paxton, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale et de la France sous Vichy.

Ces arrestations furent effectuées à la demande du Troisième Reich. Et les responsables de la préfecture de police de Paris ont fourni d’importants effectifs, avec un zèle inimaginable, alors qu’ils connaissaient l’existence des camps de concentration et des chambres à gaz.

Selon le site Wikipédia, « Dans le cadre de sa politique d’extermination des populations juives d’Europe,  l’Allemagne organise, en juillet 1942, une rafle à grande échelle de Juifs dans plusieurs pays européens, l’« opération Vent printanier »… Sur ordre du gouvernement de Vichy, après des négociations avec l’occupant menées par René Bousquet, secrétaire général de la police nationale, les Juifs de nationalité française ont été exclus temporairement de cette rafle qui concerna essentiellement les Juifs, étrangers ou apatrides, réfugiés en France, dont plus de quatre mille enfants le plus souvent français, nés de parents étrangers… ».

Depuis les Gaulois, jamais des chefs français, des unités militaires, des forces de police ne s’étaient prêtés à une telle besogne en faveur d’un État étranger. En ce mois de juillet 1942, la formule « On obéit aux ordre » est devenue abjecte, décadente. La tragédie et l’imposture étaient atteintes, dans une France à genoux devant les nazis et les gestapistes.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/olivier-dussopt-un-des-derniers-soutiens-du-homard-vert-de-rugy.html

https://ripostelaique.com/le-homard-vert-francois-de-rugy-a-vraiment-coute-tres-cher-a-la-france.html

https://ripostelaique.com/pensant-sauver-sa-peau-de-rugy-vire-sa-directrice-de-cabinet-nicole-klein.html

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html

 

 

 

 

 

 

 

 




Après s’être fait pincer, le « Homard vert » de Rugy démissionné !

Le « homard vert » de Rugy limogé par un pouvoir aux abois

La situation est devenue intenable pour le gouvernement, pour le Premier ministre Édouard Philippe, pour le président de la République Emmanuel Macron, et même pour le ministre de la Transition écologique François de Rugy. Comme le résume parfaitement le site anglophone Bastingnews.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/07/apres-les-diners-fastueux-et-lhlm-indu-francois-de-rugy-demissionne-002949219.html

« Trop d’abus lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale », précise une députée LREM de la Drôme, jointe par téléphone, et qui préfère conserver l’anonymat, afin de ne pas subir le sort de la députée alsacienne Agnès Thill. L’exclusion pure et simple !

Le « homard vert » restait accroché aux filets du pouvoir

Des dîners hors de prix, pour ses amis et les amis de sa femme, avec des homards géants et des vins de grands crus à 550 ou 2 200 euros la bouteille. De nombreux journalistes étaient invités à ces agapes, à l’image du chroniqueur Jean-Michel Aphatie.

Le « homard vert » de Rugy aurait pu sortir de la nasse, voici dix jours, avec les honneurs, en quittant les filets dès les premières révélations du site Mediapart et de l’hebdomadaire « Le Canard Enchaîné ». Mais, il est resté accroché aux filets, effectuant les mêmes dénégations, en son temps, que le prédateur Jérôme Cahuzac, jusqu’au moment où le pêcheur Emmanuel Macron l’a arraché des filets du gouvernement pour le rejeter  en eaux troubles  !

Pour l’amour-propre (bien écorné) de François de Rugy, la porte-parole du gouvernement, dont le nom est difficile à retenir, a annoncé ce mardi 16 juillet à 14 h 30 que le « homard vert » avait présenté sa démission, en ajoutant un tas de « sornettes » au passage, vite reprises par la presse française aux ordres.

Nouveau coup dur pour le gouvernement et le Président

L’affaire de Rugy survient après une cascade de démissions. Il y a d’abord eu les démissions de Richard Ferrand, de François Bayrou, de Marielle de Sarnez, de Sylvie Goulard. Puis celle de Nicolas Hulot. Puis celle encore de Gérard Collomb. Tous poids lourds de ce gouvernement qui se voulait exemplaire, différent des précédents gouvernements de droite ou de gauche.

Avec la démission de de Rugy, il n’y a pas de plan B pour Emmanuel Macron et son collaborateur Édouard Philippe. Cité par la presse, un retour de Nicolas Hulot est exclu, comme confirmé par ce dernier au site Blastingnews.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/06/nicolas-hulot-le-liberalisme-est-incompatible-avec-les-enjeux-ecologiques-002937941.html

Jamais un gouvernement n’a connu une telle cascade d’affaires, où les ministres tombent comme des mouches à miel butinant les fleurs issues des graines de Monsanto ou de Bayer. Car les deux représentants de ces deux firmes ont bien « cassé la graine » à la table du « homard de Rugy », lors des dîners coûteux et pantagruéliques et des orgies qui ont suivi.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/olivier-dussopt-un-des-derniers-soutiens-du-homard-vert-de-rugy.html

https://ripostelaique.com/le-homard-vert-francois-de-rugy-a-vraiment-coute-tres-cher-a-la-france.html

https://ripostelaique.com/pensant-sauver-sa-peau-de-rugy-vire-sa-directrice-de-cabinet-nicole-klein.html

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html

 

 




Olivier Dussopt, un des derniers soutiens du « homard vert » de Rugy

Olivier Dussopt, à côté de la maire PS Antoinette Scherer, dernier soutien de François de Rugy, le « homard vert ».

Sur Radio France, samedi, le secrétaire d’État auprès du ministre du Budget Olivier Dussopt (ex-député-maire PS d’Annonay) a apporté son soutien au « homard vert » François de Rugy. Répétés en boucle toute la journée, les propos du désormais macroniste Olivier Dussopt (il a déchiré sa carte du PS pour un maroquin ou strapontin ministériel) peuvent se résumer ainsi : « L’épisode des dîners fastueux a choqué certains électeurs de ma circonscription… Mais, il n’y a rien d’illégal. Avec le Premier ministre, nous renouvelons notre confiance à François de Rugy… ».

https://ripostelaique.com/ardeche-seulement-19-pour-loiseau-soutenue-par-dussopt.html

https://ripostelaique.com/annonay-1-mairesse-ps-2-mosquees-3-088-chomeurs.html

« Les copains, les coquins » comme aurait dit le regretté Charles Pasqua. Il est vrai qu’Olivier Dussopt a été découvert et « biberonné » par le maire PS d’Annonay Jean-Claude Tournayre. Si, si, le gros bonhomme rose qui se faisait (presque) offrir ordinateurs et téléphone portable par la communauté d’agglomération et son président Simon Plénet.

C’était en 2014.

Ardèche : un « Père Noël » généreux pour un ancien baron socialiste

Je doute que la majorité des anciens électeurs de l’opportuniste secrétaire d’État partagent son analyse. À sa décharge, Olivier Dussopt s’exprimait certainement en service commandé, pour conserver son strapontin ministériel. On l’avait connu meilleur et plus combatif aux dernières élections législatives, lorsqu’il assurait ses électeurs annonéens qu’il défendrait bec et ongles les fonctionnaires et « s’opposerait au licenciement de 120 000 fonctionnaires ».

On connaît la suite.

De quoi foutre les boules à tous ceux d’Annonay qui l’ont soutenu par le passé. Même si les sacoches des boules de pétanques de l’Élysée sont désormais fabriquées à Annonay.

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/06/les-sacoches-des-boules-de-petanque-de-lelysee-fabriquees-a-annonay-002938965.html

C’est tout ce qu’Olivier Dussopt a apporté à l’Ardèche depuis sa nomination ministérielle. Il n’a même pas réussi à décrocher les fonds pour le financement de la nouvelle caserne de gendarmerie d’Annonay à Boulieu-lès-Annonay, projet voté voici cinq ans et qui n’a pu démarrer et sortir de terre en raison de l’absence de financement par l’État.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/le-homard-vert-francois-de-rugy-a-vraiment-coute-tres-cher-a-la-france.html

https://ripostelaique.com/pensant-sauver-sa-peau-de-rugy-vire-sa-directrice-de-cabinet-nicole-klein.html

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html




Le « homard vert » François de Rugy a vraiment coûté très cher à la France !

En décembre 2017, François de Rugy, président de l’Assemblée nationale, et Séverine Servat, qui officie à la rédaction de Gala, ont uni leurs destinées, puis ont partagé, avec leurs invités un repas de gala à l’Assemblée nationale.

Trop c’est trop !
La liste des turpitudes de François de Rugy s’allonge tous les jours. On apprend ce jour qu’il loue un logement social à 531 € par mois en Loire-Atlantique, « pour y recevoir ses enfants ». Ainsi un ministre d’État, n°2 du gouvernement, n’hésite pas à louer un HLM comme résidence secondaire, ce qui, avec son revenu, est une abomination mais qui, en plus, est interdit par le règlement des HLM qui ne louent que des résidences principales…  Selon un de ses collègues du gouvernement, joint par téléphone, « De Rugy est une crapule, cela est maintenant évident » (pour ceux qui avaient des doutes avant cela). Combien de temps Macron gardera-t-il cette crapule au gouvernement ?

En fait, les dîners somptueux et coûteux donnés à l’Assemblée nationale, avec de la bouteille de vin à 2 200 euros, ne sont que la partie visible de l’iceberg du « homard vert ». Car François de Rugy est un récidiviste. Cette semaine, Mediapart l’accuse d’avoir organisé de copieux dîners et de coûteux travaux dans son appartement ministériel, financés par de l’argent public. Mais le train de vie de l’ancien président de l’Assemblée nationale avait déjà été pointé du doigt en juillet 2018. François de Rugy avait eu à se justifier de certaines dépenses effectuées sur fonds publics, dévoilées par un article du Parisien.

Et nos confrères de la rédaction du Figaro pointent du doigt les précédentes frasques de François de Rugy sur le dos des contribuables :

1) Le mariage de François de Rugy à l’hôtel de Lassay :

Fin décembre 2017, l’actuel ministre de l’Écologie avait organisé son déjeuner de mariage à l’hôtel de Lassay.  Le choix de l’hôtel résidentiel des présidents de l’Assemblée nationale pour accueillir les festivités n’avait pas fait l’unanimité. « Je n’y étais pas favorable », assure aujourd’hui un de ses collaborateurs. Selon des indiscrétions ayant fuité des cuisines de l’Assemblée nationale,  » des homards géants, des foies gras hors de prix, des vins à 2 000 euros le flacon, agrémentaient le déjeuner de mariage de François de Rugy et de Séverine Servat ». Vraiment un déjeuner de Gala.

2) Les soirées-raclette entre collègues

François de Rugy avait également dû se justifier de l’achat de quatre appareils à raclette et trois jeux de huit spatules pour verser le fromage, d’un montant total de 200,57 euros. Le matériel, acquis à l’occasion d’un dîner de fin d’année au cabinet, avait été passé en note de frais et remboursé par l’Assemblée nationale.

3) Un vélo elliptique aux frais du contribuable

Une autre affaire avait interrogé la déontologue de l’Assemblée nationale : l’achat d’un vélo elliptique d’une valeur de 768,99 euros, défrayé par l’Assemblée. François de Rugy s’était justifié en arguant qu’il ne pouvait « pas sortir faire un footing dans la rue sans un officier de sécurité » et avait donc « opté pour un vélo ».

4) Un troisième chauffeur

Alors que deux chauffeurs suffisaient à son prédécesseur, François de Rugy a fait embaucher un troisième chauffeur pour réaliser les allers-retours entre Paris et sa circonscription de Nantes. Une embauche qui avait aussi été largement critiquée au sein même de l’assemblée nationale. « Les distances pour se rendre à son domicile personnel à Nantes (Loire-Atlantique) ne sont pas les mêmes que son prédécesseur, Claude Bartolone (N.D.L.R. : élu de Seine-Saint-Denis) », avait indiqué son entourage lors d’une explication « bidon ».

5) François de Rugy a nommé la déontologue de l’Assemblée chargée aujourd’hui de contrôler ses dépenses

C’est donc une proche de François de Rugy qui occupe le poste stratégique de l’Assemblée nationale. Le 2 août 2017, sur proposition de l’ex-président de l’Assemblée nationale François de Rugy et conformément aux dispositions de l’article 80-2 du règlement de l’Assemblée nationale, le bureau a nommé à l’unanimité de ses membres Mme Agnès Roblot-Troizier, une proche de François de Rugy, comme déontologue de l’Assemblée nationale. La nomination est officialisée dans un communiqué de presse.

Or, alors que le gouvernement a sollicité un contrôle de la légalité et du bien-fondé des dépenses de François de Rugy, c’est la déontologue nommée par le même François de Rugy qui est chargée de ce contrôle !

6) le précédent Nicole Klein

Pour son HLM indu, la directrice de cabinet de François de Rugy a été limogée. Selon une jurisprudence constante dans notre République, François de Rugy devrait être limogé pour son HLM indu et inoccupé la plupart du temps à Nantes. Les mêmes causes devant produire les mêmes effets !

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/pensant-sauver-sa-peau-de-rugy-vire-sa-directrice-de-cabinet-nicole-klein.html

https://ripostelaique.com/scandale-francois-de-rugy-homard-ma-tuer.html

https://ripostelaique.com/quand-la-france-sera-t-elle-debarrassee-du-faux-psychiatre-egyptien-omar-erkat.html

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2019/06/les-sacoches-des-boules-de-petanque-de-lelysee-fabriquees-a-annonay-002938965.html

https://ripostelaique.com/annonay-1-mairesse-ps-2-mosquees-3-088-chomeurs.html