1

Macron menace grands et petits d’obligation vaccinale s’il était réélu

Attention le bilan sanitaire d’Emmanuel Macron est désastreux[1], mais s’il repasse, il veut tous nous « vacciner » !

Et il le dit, de même que Valérie Pécresse.

Il est urgent de sauver notre avenir et particulièrement nos enfants que le président et son clone Pécresse mettraient en danger par leur projet persistant de vouloir élargir l’obligation vaccinale à tous, y compris aux petits.

Nous avons déjà démontré, ainsi que de célèbres collègues à nouveau lors du sommet international de Marseille et de Massy[2], que l’injection expérimentale est inefficace et ne protège ni des contaminations, ni de la mort,[3]

Nous avons avec tant d’autres tenté de sensibiliser les citoyens contre les dangers précoces, à moyen terme et inconnus à long terme des injections expérimentales dont les essais ne seront pas terminés avant 2023.

Nous tenons ici à quelques jours du vote crucial à attirer une nouvelle fois votre attention sur le risque d’un renouvellement de l’équipe actuelle ou de son clone avec V. Pécresse. Le pass n’a été suspendu que le temps des élections, mais le processus d’obligation vaccinale se poursuit dans le même temps à l’Union Européenne par la tentative d’imposer un pass européen à court terme.[4]

IL FAUT PROTÉGER VOS ENFANTS QUI NE RISQUENT RIEN DU SARS COV2 ET ILS VEULENT LES VACCINER AVEC DES TRACTS MENSONGERS ET DES RÉCOMPENSES !

Quelle honte de diffuser ces flyers en accès libre à tous pour convaincre les enfants de se laisser transformer en cobayes à vie en osant écrire que les vaccins sont sûrs et efficaces et adaptés aux enfants par exemple. Et ils seraient évacués en quelques jours comme tous les vaccins. Quel toupet d’écrire sur des documents officiels de telles contre-vérités.

Une nouvelle fois nous découvrons à quoi sert l’argent de nos impôts et à quoi servent les ARS, ces bras armés du pouvoir pour faire accepter la dictature sanitaire, agences régionales de santé mises en place par Roselyne Bachelot en 2008, élargissant le périmètre de pouvoir des agences régionales de l’hospitalisation instituées par Alain Juppé en 1998 avec le début de la fin de notre système de santé déjà bien attaqué depuis Giscard et Mitterrand.

Il faudra informer les candidats députés de l’impérative nécessité de supprimer cette bureaucratie autoritaire et ruineuse.[5]

REFUSONS L’UKASE DES VAX OBLIGATOIRES ET VOTONS CONTRE TOUS LES CANDIDATS QUI NE SERAIENT PAS ASSEZ CLAIRS SUR CE SUJET !

Notes

 

Médecins, nous recevons tous les trois à quatre jours des notes de la direction générale de la santé nous informant que nous pouvons commander des doses de vaccins disponibles. N’ayez crainte, ils seront prêts pour mi avril  ces notes sont signées Bernard Celli responsable de la dite « task force vaccination » en bon français, comme vous le constatez, et le célèbre et inoubliable Jérôme Salomon toujours directeur général de la santé…..

Nicole Delépine

  1. [1] https://nouveau-monde.ca/le-bilan-de-la-politique-sanitaire-du-quinquennat-de-macron-est-desastreux/[]
  2. [2] L’International covid summit à l’IHU de Marseille : « C’était important de se rassembler » (francesoir.fr) []
  3. [3] https://nouveau-monde.ca/les-vaccins-augmentent-ils-le-risque-de-contamination-et-de-mort-par-covid19-confirmation-un-an-plus-tard/[]
  4. [4] L’ancienne diplomate européenne Iveta Sulca met en garde contre l’agenda de vaccination de Bruxelles 29/03/2022
    Projet de loi sur le laissez-passer de vaccination qui sera adopté début avril ou mai Dans toute l’UE, plus de 100 000 personnes ont déjà signé une pétition contre le projet de loi. Mais selon Sulca, il y en a encore trop peu de signataires À l’avenir, seuls ceux qui ont été vaccinés plusieurs fois devraient pouvoir vivre normalement dans toute l’UE. La folie de la vaccination ne s’arrêtera probablement jamais à moins que cet agenda de l’oligarchie bruxelloise ne soit arrêté. Sulca rend également compte du régime de vaccination brutal en Lettonie. Les personnes non vaccinées sont licenciées en masse et discriminées partout. En Lettonie également, le virus corona relativement inoffensif n’a jamais conduit à une véritable urgence.
    Vous pouvez commenter le projet de loi ici :
    https://ec.europa.eu/info/law/better-regulation/have-your-say/initiatives/13375-extension-of-the-regulation-about-the-digital -certificat-COVID-der-EU_de[]
  5. https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-bureaucratie-etouffe-le-systeme-205363
    Et
    Santé et argent magique. Le Hold up de la médecine par la bureaucratie au service de la finance. Le rôle des ARS – AgoraVox le média citoyen[]



300.000 soignants non vaccinés : Macron a perdu la guerre de la contrainte

Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais, c’est peut-être la fin du commencement.” Churchill à propos de la bataille de Stalingrad

Trois mille soignants sont suspendus en ce 16 septembre, dans un système de santé déjà exsangue depuis deux décennies au moins. Peu importe, puisque certains hôpitaux ou services n’hésitent pas à renvoyer des malades en chimiothérapie ou des parturientes pour absence de passe sanitaire, dont chacun a compris qu’il n’avait de sanitaire que le nom.  Et la suppression continue des lits depuis 2020 a démontré pour les plus naïfs que le but du pouvoir n’était pas de soigner (interdiction des traitements précoces efficaces, euthanasie déguisée au Rivotril dans les EHPAD etc..) mais bien de soumettre le peuple au contrôle numérique via la mise en condition par la vaccination et le pass de moins en moins sanitaire et de plus en plus totalitaire.

LE STALINGRAD DU POUVOIR

La médecine d’Hippocrate agonise, et la question est de savoir quand on va la mettre en réanimation et lui donner les traitements précoces efficaces … Mais est-ce une victoire du pouvoir ou bien un Stalingrad de Emmanuel Macron quand on sait qu’environ 300 000 soignants ont résisté au harcèlement, aux menaces, aux intimidations de leur hiérarchie, des ARS et de la sécurité sociale, et pire peut-être aux pleurs de leur famille, inquiète des conséquences en particulier financières d’un licenciement sans indemnité de chômage, ni aides sociales ni rien… « On va se retrouver à la rue ».

Comme l’explique clairement le Dr Eric Menat dans une interview coup de gueule du soir de cette Bérézina du pouvoir, un étranger qui arrive en France reçoit rapidement entre 1500 et 2000 euros, et il ne le remet pas en cause le moins du monde mais souhaiterait que l’aide-soignante qui gagne à tout casser 1500 euros par mois et n’a donc pas d’avance sur ses comptes, ne se retrouve pas SDF faute de salaire mais aussi interdiction d’autre travail et absence d’indemnité y compris de logement.

Comment accepter cette discrimination sordide entre citoyens ?

Eric Verhaeghe comme souvent nous remonte le moral dans sa tribune du 15 Septembre 2021 dans le courrier des Stratèges : « c’est démangeant d’établir une corrélation entre ce coup de pouce aux profits et les immenses besoins de financement de la campagne électorale qui s’ouvre, même si aujourd’hui aucun élément factuel sérieux ne permet d’étayer ce soupçon. Les communiqués officiels sur l’issue de cette bataille sont évidemment triomphalistes sous la plume du gouvernement. En réalité, Macron a perdu la première manche, et il le sait ».

« Cette campagne, portée par de très puissants intérêts industriels trouvent dans la Commission Européenne une écoute très attentive. Ces intérêts sont à la fois ceux des laboratoires pharmaceutiques, mais aussi ceux de l’industrie numérique et en particulier  sa branche spécialisée dans la surveillance numérique des populations, la reconnaissance faciale, la recherche des citoyens (tracking), l’identité numérique dont le passe dit sanitaire est le modèle »

Pour Eric Verhaeghe l’idée de la bulle du pouvoir renfermée sur elle-même, à cent lieues de la vraie vie des villes et des campagnes, est qu’elle a déjà gagnée.

A contrario les combattants pour la liberté du samedi sont convaincus qu’ils ont déjà perdu !  Ces analyses sont aussi fausses l’une que l’autre et nous partageons cet avis.

Comme nous avait averti Emmanuel Macron en mars 2020, il s’agit d’une guerre dont les racines sont déjà anciennes, (voir les nombreuses vidéos des défenseurs de l’eugénisme et de la société du tout numérique de Attali à Bill Gates en passant par Laurent Alexandre, par exemple).

L’actualité doit nous rassurer sur l’avenir

« Il n’y aura par conséquent aucune victoire-éclair, ni d’un côté ni de l’autre. Il y aura un long combat. Il faut s’y préparer. »

Les médias complices des adorateurs du Great reset ont réussi à réduire le débat (qui n’a jamais lieu) sur l’opportunité de la vaccination et du pass et à le réduire à une bataille rangée entre provax et les citoyens prudents qualifiés d’antivax.

 « Dans la durée, l’enjeu mondialisé du passe sanitaire est bien la projection de l’Occident dans une logique de crédit social à la chinoise, et dans une numérisation de l’identité couplée au contact tracking et à la surveillance généralisée. L’Etat veut désormais tout savoir de vous, de vos amis, de vos lieux préférés, de votre emploi du temps, sans que vous n’en preniez ombrage. Votre servitude doit devenir un motif de fierté » nous explique Eric Verhaeghe.

Finalement les générations jeunes ou encore jeunes, nés après 1968, qui ont vécu en bisounours, dans la pensée unique sans grande conscience de ses dangers découvrent un monde inimaginable. Parfois les parents et grands-parents avaient évoqué la seconde guerre mondiale, et l’extermination des Juifs dont certains étaient restés en Allemagne lors de la montée du nazisme car ils ne pouvaient croire aux horreurs que d’autres, plus clairvoyants, pressentaient.

Ils découvrent comme le dit joliment Eric Verhaeghe.

« que la démocratie peut finir brutalement et se transformer en dystopie, lorsque sa conduite est abandonnée à une caste de petits marquis soudoyés par quelques grands possédants. La démocratie est comme une orchidée : elle est fragile, au fond, et demande une attention de tous les instants, quand on croyait qu’elle était immortelle. »

LA FORCE INTERIEURE INSOUPCONNEE EN NOUS 

Et là il nous explique la force intérieure que beaucoup auront découvert dans les nuits d’angoisse et d’hésitations et finalement « ont laissé leur volonté de liberté s’affirmer malgré la pression collective. Ils assument d’être mis au ban de la société pour rester eux-mêmes.

Cette force-là, ce n’est pas en temps de paix, en temps de bonheur, qu’on la découvre en soi. Et il faut ici remercier Macron d’avoir permis à des millions de Français de découvrir qu’ils pouvaient aller loin, très loin, dans les ressources intérieures, dans la souffrance, pour affirmer leur volonté et pour résister ». 

L’électrochoc du 12 juillet a produit un formidable réveil de la volonté et la volonté est ce qui a toujours sauvé et sauvera à nouveau l’Occident. Organiser la sécession pour se protéger de la Caste en commençant par une sécession psychique. »

 LA TRAGEDIE ACTUELLE COUPLEE A LA RESISTANCE

La limite du supportable a-t-elle été atteinte ? Comme pour mon père, entré en résistance et le maquis lorsque les mesures de l’occupant avaient dépassé le supportable.

Partout, des soignants ont démissionné, parfois par centaines (on parle de 300 démissions au CHU de Strasbourg), avant d’être suspendus. 450 soignants seraient suspendus à Nice.

Les arrêts-maladie ont explosé partout avec de nombreuses fermetures de service, des urgences, itératives, intermittentes.

Partout, l’obligation vaccinale a clivé et traumatisé des équipes déjà fortement secouées par des mois de COVID et surtout de faux covid et d’interdiction de soigner, de prendre en charge des malades non-covid devant des lits obstinément vides.

Les soignants ont ensuite vu arriver les malades du vaccin, AVC, infarctus, embolies pulmonaires, thromboses etc. avec interdiction d’en parler à l’extérieur sous peine de sanction.  Ils ont été aux premières loges pour évaluer les conséquences morbides de ces faux vaccins qu’on leur impose, d’où les refus, les dépressions, les démissions, les suicides etc…

Quant aux résidences pour personnes âgées, qui vivent un vrai désastre, les familles ne tarderont pas à voir les effets ? Où est passé le respect de la personne humaine dans ces lieux qui n’étaient pas des prisons mais sont devenus des lieux d’enfermement pire que les prisons. Rappelons-nous à quel point les résidents sont contraints à l’injection dangereuse car refus signifie isolement dans la chambre, interdiction de visites et de vie commune etc.… les capos se révèlent vite dans ces périodes de guerre, comme les héros à l’opposé.  Dans les prisons, le refus est accepté car les détenus ne sont pas des cobayes le ministre de la justice l’a dit… Mais les vieux, pas de problème ?

Et chaque jour, le pouvoir en rajoute comme aujourd’hui ces mesures propres à la Nouvelle Calédonie

« Épouvante de l’obligation vaccinale covid en Nouvelle-Calédonie : les trisomiques, les obèses ou les personnes souffrant d’un cancer auront une amende de 175 000 francs (1470 euros) si non vaccinés ! Affreux et scabreux ! Notre combat n’est pas que politique, il est humain ! »[2]

 Mais la résistance continue

Des centaines de personnes rassemblés devant l’ARS de #Montpellier, contre l’obligation vaccinale pour le personnel soignant. Ils avaient jusqu’à aujourd’hui pour avoir au moins une première dose du vaccin. Autrement, leur contrat de travail sera suspendu.

https://twitter.com/i/status/1438089713747955714 

Et devant l’hôpital de Besançon.

https://twitter.com/i/status/1438148297059966979

Devant l’ARS DU VAUCLUSE à Avignon

https://twitter.com/i/status/1438139287892074497

 Chaîne humaine autour du ministère de la Santé en soutien aux soignants soumis à l’obligation vaccinale.

Une action parmi les centaines d’actions en #France pour défendre la #Liberté de soins & #prescription et dénoncer la Dictature Sanitaire.

Aucun rationnel médical.

Poursuivons, le Droit, l’Humain sont de notre côté, les consciences se réveillent.

Nicole Delépine

[1] https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/09/15/pourquoi-macron-a-dores-et-deja-perdu-la-bataille-de-lobligation-vaccinale-pour-les-soignants/?

[2] Tweet de Florian Philippot




La sanction populaire initiée par Philippot ne fait que commencer

Même en reprenant les chiffres du ministère de la Vérité, la participation aurait augmenté de 20 % par rapport aux rassemblements de samedi dernier, avec 205 000 manifestants dans toute la France, contre 160 000. À Paris, le chiffre de 14 250 manifestants fait sourire, lorsque l’on sait que plusieurs manifestations anti-passe sanitaire se déroulaient simultanément dans les rues de la capitale, noires de monde. Et ce, au beau milieu de l’été !

https://resistancerepublicaine.com/2021/08/01/nice-contre-le-pass-la-promenade-des-anglais-noire-de-monde/

https://resistancerepublicaine.com/2021/08/01/a-la-rochelle-nous-etions-encore-plus-nombreux-que-le-17-et-le-24/

C’est bien le signe que le mécontentement se généralise, avec une visibilité qui ne se limite pas aux grandes villes.

Les dernières nouvelles ne vont pas arranger les affaires de ce gouvernement, qui devient d’autant plus hargneux qu’il se sent dépassé par la situation et les « mauvaises » nouvelles.

Une étude américaine nous indique en effet que, vis-à-vis du variant Delta, les contaminations sont aussi fréquentes chez les vaccinés que chez les non vaccinés.

https://www.lavoixdunord.fr/1051266/article/2021-07-30/la-guerre-change-les-vaccines-transmettraient-autant-le-variant-delta-que-les

Ainsi tombe l’argument de vente selon lequel on vaccine pour « protéger les autres ». Il semblerait qu’il n’en soit rien. À cette info s’ajoutent les propos violents de celui qui nous sert de ministre de l’Éducation nationale, qui entend exclure des sorties scolaires les enfants non vaccinés et qui promet la fermeture des classes dès le premier « cas ». Avec la fin de l’école à la maison, on en conclut à l’interdiction d’instruire ! Du jamais entendu, de la bouche d’un ministre… de l’Éducation ! Il ajoute que la vaccination sera bientôt accessible aux enfants dès l’âge de 12 ans, ce qui n’a pas manqué de susciter la colère de nombreux parents et grands-parents manifestants.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/07/28/dans-les-colleges-et-lycees-les-eleves-non-vaccines-seront-evinces-s-il-y-a-un-cas-de-covid-19-dans-une-classe_6089766_3224.html

Ce samedi, le départ de la manifestation des Patriotes était prévu devant la gare Montparnasse, en direction du Ministère de la Santé. Un parcours assez court, mais avec un public toujours aussi motivé, appelant Macron à la démission, dans une ambiance festive mais bien déterminée.

La place de Fontenoy, moins prestigieuse que la place du Trocadéro, était comble pour conclure le défilé et écouter les intervenants.

Après le discours d’introduction de Dominique Bourse-Provence, porte-parole des Patriotes, une militante venue des Antilles prend la parole pour alerter sur la situation insupportable créée par le rétablissement d’un couvre-feu en plein été, qu’elle a qualifiée de « mesure punitive pour nous forcer à nous vacciner ».

https://vk.com/video645636444_456239022

Puis Rémi Tell, fondateur du collectif « Peuple libre », prend la parole pour nous rappeler que Macron a fait fortune en organisant le rachat par Nestlé de la branche lait infantile de Pfizer. Un marché particulièrement controversé.

C’est alors qu’un certain Christophe, médecin, intervient pour nous chanter les louanges des vaccins, non sans créer une certaine frayeur parmi le public. Ses enfants, nous dit-il, sont vaccinés « par des vaccins qui ont fait leurs preuves ». Puis d’enchaîner en dénonçant les dangers d’administrer les vaccins anti-covid aux jeunes personnes et de dénoncer le gommage des effets secondaires dans la presse médicale. Faut-il en déduire que pour ses enfants, il ne parlait que des onze vaccins ?

https://vk.com/video645636444_456239024

Après l’intervention d’un leader politique bien connu des Patriotes, qui nous dit que Macron veut l’on devienne ses complices, Éric, le talentueux animateur des Patriotes, nous annonce la transmission, en direct de Rome, du message de Fabrice Di Vizio. Notre avocat préféré, spécialiste du Droit de la santé publique, rend d’abord hommage aux parlementaires italiens qui se sont révoltés et dénonce la lâcheté des parlementaires français.  « Le Sénat a dit : nous avons voté avec un pistolet sur la tempe » nous rappelle-t-il, en déplorant le fait que, dans cette crise sanitaire, chacun cherche à se défausser de ses responsabilités. Quelle honte ! Il s’en prend aussi au Premier ministre qu’il accuse de trafiquer les chiffres. « Le gouvernement vous ment… refusez et boycottez… Il faut que ce gouvernement disparaisse de l’histoire ».

https://vk.com/video645636444_456239023

Florian Philippot ferme le ban par un discours enflammé au cours duquel il appelle les routiers, les commerçants, les directeurs de salles de spectacle, de lieux culturels, de salles de sport, à refuser d’exiger le passe sanitaire, tandis qu’il appelle les citoyens à boycotter tous les lieux où le passe serait exigé. Pas question de nous laisser diviser entre vaccinés et non vaccinés.  Il met solennellement en garde le Conseil constitutionnel de donner son aval, vendredi prochain, à la Loi liberticide du gouvernement. Tonnerre d’applaudissements !

https://vk.com/video645636444_456239026er

Et pas question de nous démobiliser samedi prochain, au cas où le Conseil constitutionnel, garant du respect de la Constitution, se ferait complice de l’apartheid sanitaire !

Hector Poupon




Boîte à outils à usage des résistants

Alors que le benêt qui nous sert de porte-parole du gouvernement se permet d’opposer piquouze ou tsunami viral, il est temps de constituer des boîtes à outils à usage des résistants. Avec 100 000 personnes dans la rue à Paris, ce samedi 17 juillet 2021 (estimation réaliste),  il est temps de relever le défi et de sauver notre honneur face au mépris du peuple. Car il a osé, au nom du gouvernement,  qualifier les résistants de « frange capricieuse et défaitiste » ! Mais pour qui se prend-il ? Ne nous faisons pas d’illusion. La dictature est en place et tout est verrouillé : un Parlement godillot, et un gouvernement des juges, comme le qualifie si bien Éric Zemmour.  Les Cours suprêmes n’appliquent plus le droit, elles le disent, en l’interprétant comme bon leur semble. Restent les textes supranationaux, le droit international  et des juridictions ouvertes à la saisine comme la Cour de justice européenne et la Cour européenne des droits de l’homme. Mais lorsqu’elles rendront leurs jugements, de l’eau aura coulé sous les ponts et il sera trop tard.

Comme sous l’Occupation, il ne faut compter que sur nos propres moyens. Ne nous faisons pas d’illusions : cela commence par les personnels soignants, ce sera bientôt les personnels travaillant dans les lieux « accueillant du public » : les profs, les postiers, les personnels de mairies, des services sociaux, des transports, ceux qui travaillent dans les lieux culturels… La gouvernance punitive sera sans pitié ! On ne joue plus « à se faire peur », comme disait Zemmour en mars 2020, désormais, la répression est la seule réponse au Covid !

https://francais.rt.com/france/88847-vaccination-generale-ou-tsunami-viral-attal-critique-frange-capricieuseet-defaitiste-covid-19

Plusieurs axes de réflexion :

  • Comment répondre à une injonction de vaccination ?

Le docteur Louis Fouché nous donne deux pistes : ne pas refuser le vaccin, si vous êtes contre la vaccination ou contre ce vaccin car vous seriez en tort. Cependant la législation actuelle laisse encore quelques portes de sortie :

– Demandez si le vaccin contient du MRC5, tous les vaccins en ont. Ce sont des cellules de fœtus humains avortés ou contenant des traces d’ADN humain. Vous avez le droit de le refuser pour des motifs religieux par exemple : c’est un droit fondamental reconnu par la plus haute cour de justice de l’Union européenne.

– Demandez s’il y a une possibilité de réaction iatrogène. Le médecin vous dira forcément oui… Donc vous ne pouvez pas vous faire vacciner puisqu’il y a un risque.

https://resistancerepublicaine.com/2021/02/15/le-docteur-fouche-vous-explique-comment-refuser-legalement-le-vaccin-sil-devient-obligatoire/

On peut aussi prendre un rendez-vous pour le vaccin, puis de ne pas venir. Ou bien, encore mieux : venir, attendre que l’infirmière prépare la seringue et, au moment où va s’abattre la piqûre fatale, tomber en sanglots et s’en aller en pleurnichant. On peut même se pisser dessus pour faire plus vrai. Effet garanti pour le reste de la file d’attente ! LOL !

  • Comment adapter ses modes de vie aux discriminations ?

Exclusion des centres commerciaux ? Qu’à cela ne tienne, on pourra revisiter les boutiques de son quartier, dont les tarifs ne sont pas nécessairement moins avantageux que ceux des grandes surfaces.

Exclusion des lieux des restaurants ? Certains développent la livraison en ligne ; vous commandez le menu de votre choix pour un moment festif à la maison.

Exclusion des lieux de culture ? Le cinéma en ligne a fait des progrès : moins de temps perdu en déplacements inutiles…

Cela n’empêche pas quelques actes militants, comme le fait d’aller sur place, sans illusion, ne serait-ce que pour faire comprendre au prestataire qu’il va perdre un client en refusant une entrée, puis deux, puis trois … au nom de mesures sanitaires complètement débiles. Peut-être que ces commerçants pris en tenaille finiront par exiger de leurs syndicats professionnels la levée des mesures restrictives auxquelles ils sont soumis.

https://rmc.bfmtv.com/emission/45-000-euros-d-amende-pour-les-restaurateurs-qui-ne-controle-pas-le-pass-sanitaire-en-fonction-de-la-taille-du-restaurant-c-est-carrement-la-moitie-de-leur-annee-2046024.html

https://www.lindependant.fr/2021/07/14/covid-19-un-serveur-travaillant-sans-masque-dans-un-restaurant-et-sans-pass-sanitaire-est-passible-dune-amende-son-employeur-aussi-9670689.php

  • Comment contrer le passe sanitaire ?

Quelques sites peuvent nous aider :

1) ANIMAP, l’annuaire en France des commerces, restaurants, entreprises et services qui n’exigeront PAS le Pass Sanitaire (Vaccin ou Test) : https://animap.fr/

2) le Collectif « Laissons les médecins prescrire », annuaire en France des médecins engagés à ne PAS vacciner et favorables à traitements préventifs : https://manifestes-libertes.org/medecins-engages/

Cherchez votre commune !

3) Enfin, l’application TousAntiPass qui a été lancée après le discours de Macron du 12 juillet 2021 https://www.tousantipass.fr/

Les Gaulois réfractaires, mais aussi tous ceux qui vivent dans le doux pays de France, pourront laisser libre cours à leur imagination pour composer avec le passe sanitaire imposé par les autorités.

  • Comment résister à un licenciement illégal par des moyens légaux

Ne jamais démissionner, ne jamais accepter de se faire vacciner de son propre gré. Signer et faire signer par votre employeur une reconnaissance de non-consentement selon le modèle ci-dessous et surtout, réfléchir à deux fois !

Hector Poupon




Stop : ils s’entêtent à vouloir vacciner les enfants !

Les enfants ne risquent rien du covid-19 ; vouloir leur injecter des vaccins non testés est criminel et inutile.

Depuis plus d’un an les lobbyistes des firmes pharmaceutiques rêvent d’imposer la vaccination anti-covid-19 à l’ensemble de la population mondiale en utilisant des obligations vaccinales et le chantage « vacciné ou socialement mort ».

Et depuis plus d’un mois ils s’attaquent aux enfants [1] alors que ceux-ci ne risquent rien du Covid-19, qu’ils ne le transmettent pas et que rien ne prouve que les vaccins puissent être efficaces et sans danger pour eux.

Les enfants ne risquent rien du Covid-19 et ne peuvent donc tirer aucun bénéfice individuel de la vaccination anti-covid-19.

Toutes les séries rapportées [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] et tous les relevés nationaux et internationaux confirment tous que le Covid-19 est rare et presque toujours bénin chez l’enfant, et qu’ils risquent moins du Covid-19 que de la grippe saisonnière.

En France, depuis un an, Santé Publique France n’a comptabilisé que 3 morts attribuées au Covid (tous souffraient de maladies chroniques, de cancer ou d’immunodéficience) sur près de 8 millions d’enfants et adolescents de moins de 15 ans alors que la grippe fait en moyenne 8 victimes chaque année dans ce groupe d’âge.

L’OMS [9]confirme que les enfants ne risquent pratiquement rien :

Ce risque infime fait qu’aucun bénéfice individuel ne peut être espéré de la vaccination chez les enfants alors que des complications post-vaccinales parfois graves, allant jusqu’à la mort, sont rapportées partout dans les médias

Les enfants ne sont pas des vecteurs de propagation de la maladie ; les vacciner ne changerait en rien l’évolution de l’épidémie.

Toutes les séries rapportées et tous les relevés nationaux et internationaux montrent que les enfants et adolescents ne sont pas vecteurs de transmission et qu’ils ne sont pas contaminés par les camarades d’école, mais habituellement par les parents à domicile.

Plus de 20 études épidémiologiques dans une dizaine de pays ont recherché opiniâtrement des contaminations à partir d’enfants de moins de 15 ans : aucune n’a pu mettre en évidence un seul exemple réellement probant.

L’étude de l’Inserm [10] est très démonstrative. L’enfant des Contamines a été en contact, alors qu’il était malade, avec 172 personnes, dont 112 élèves et professeurs dans trois écoles et un ski-club. Il n’a contaminé personne, même pas les deux autres enfants de sa fratrie. Et l’infection apportée de Singapour par un adulte est restée cantonnée aux occupants du chalet.

L’étude de l’institut Pasteur sur les écoles primaires de Crépy-en-Valois [11] a porté sur 1 340 personnes, dont 139 infectées (81 adultes et 58 enfants). Parmi 510 élèves de six écoles primaires, ils ont identifié trois enfants de trois établissements différents qui étaient infectés au moment où les écoles étaient encore ouvertes. Aucun de ces trois enfants n’a contaminé quiconque, qu’il s’agisse d’autres élèves ou d’adultes.

L’étude Coville [12], du groupe Activ (Association clinique et thérapeutique infantile du Val-de-Marne) dirigé par le professeur Robert Cohen, vice-président de la Société française de pédiatrie, a porté sur 600 enfants, de la naissance à l’âge de 15 ans permet de conclure que : « sans histoire de Covid parental, l’enfant n’a rien. »

Aux Pays-Bas, les enfants âgés de 0 à 17 ans ne représentent que 1,3 % de tous les patients déclarés avec Covid-19, bien qu’ils représentent 20,7 % de la population. Seulement 0,6 % des hospitalisations signalées concernaient des enfants de moins de 18 ans et Il n’y a pas de cas d’enfants décédés du Covid-19. Une étude des ménages aux Pays-Bas a rapporté des données sur 116 enfants de 1 à 16 ans [13] et les résultats préliminaires ont montré que rien n’indique que les enfants de moins de 12 ans aient été les premiers infectés de la famille.

En Irlande [14], avant la fermeture des écoles aucun cas de contamination scolaire n’a été détecté parmi les 924 enfants et 101 adultes au contact de six infectés (trois enfants, trois adultes).

En Australie [15] [16]  9 élèves et 9 membres du personnel infectés par le SRAS-CoV-2 dans 15 écoles ont eu des contacts étroits avec un total de 735 élèves et 128 membres du personnel. Seules 2 infections secondaires ont été identifiées, aucune chez le personnel adulte. 1 élève du primaire a été potentiellement infecté par un membre du personnel.

En Suisse [17]: sur un total de 4 310 patients atteints du SRAS-CoV-2, 40 étaient âgés de moins de 16 ans (0,9 %). Parmi les 111 contacts familiaux positifs des enfants étudiés, les mères prédominaient (n = 39), suivies des pères (n = 32), des frères et sœurs pédiatriques (n = 23), des frères et sœurs adultes (n = 8) et des grands-parents (n = 7).

En Finlande un enfant de 12 ans qui allait à l’école durant sa maladie a été en contact avec 121 personnes et n’en a contaminé aucune.

En Grèce [18] l’analyse épidémiologique de 23 clusters touchant 109 personnes (66 adultes et 43 enfants n’a retrouvé aucun cas de transmission à partir d’un enfant.

À Singapour [19], deux écoles primaires et une école secondaire ont constaté des covid-19 infantiles. Aucun des 34 contacts identifiés des écoles primaires ne s’est révélé positif. Parmi les 77 contacts de l’école secondaire, 8 ont développé des symptômes grippaux, mais aucun d’entre eux n’a été testé positif.

Sur les plus de 11 180 articles ayant pour sujet l’enfant et le Covid-19 répertoriés par PubMed le 9/4/2021 et les 1794 spécifiquement dédiés à la transmission éventuelle par les enfants, aucun n’apporte la preuve d’une transmission d’un enfant à un autre enfant ou à un adulte dans le monde réel [20] [21] [22] [23] [24].

Les seuls articles qui évoquent cette possibilité se basent sur la charge virale ou sur des modélisations aux hypothèses fausses.

Certes des enfants scolarisés peuvent être malades ou testés positifs, mais chez les asymptomatiques, il s’agit le plus souvent de faux positifs (plus de 90 %), ou d’infections anciennes qu’ils ont contractées à domicile et dont ils sont guéris. Les transmissions scolaires sont possibles, mais toutes celles qui ont fait l’objet d’une enquête épidémiologique sérieuse montrent qu’elles sont liées au personnel adulte.

Comme les enfants sont innocents de la transmission de la maladie leur vaccination, même si elle était efficace ne servirait à rien pour protéger les autres.

Les vaccins actuels n’empêchent pas la transmission de la maladie !

Dans les pays champions des campagnes de vaccination, les transmissions se poursuivent et sont même parfois augmentées.

Ainsi aux Émirats arabes unis la circulation du virus est plus intense depuis la vaccination

Même phénomène au Bahreïn :

 

Même évolution au Chili

La comparaison des évolutions des mortalités en Grande-Bretagne confinée et très vaccinée et en Suède non confinée et peu vaccinée suggère même que la vaccination aggrave au moins transitoirement transmission et mortalité.

Cette très douteuse efficacité des vaccins actuels pour prévenir la transmission du virus est reconnue par la Haute Autorité de Santé et a été officialisée par O. Véran dans son argumentaire récent devant le Conseil d’État [25] : « le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. »

Même si les enfants étaient contagieux, leur vaccination serait donc inefficace pour protéger les autres puisque les vaccins ne sont pas capables d’interrompre la transmission !

Les vaccins ne sont même pas expérimentaux chez l’enfant : ils n’ont même pas été testés !

Chez les adultes, les vaccins sont expérimentaux puisque les essais ne seront pas terminés avant 2023. Chez l’enfant ils ne sont même pas expérimentaux car les essais excluaient jusque récemment les moins de 16 ans et que le premier essai chez l’enfant a été interrompu après un accident avant inclusion significative d’enfants cobayes.

C’est donc un médicament qui n’a pas du tout été testé chez eux et qui n’a pas reçu d’AMM même conditionnelle que les vaccinolâtres voudraient injecter aux enfants qui n’en ont pas besoin !

Pour retrouver nos libertés, il suffit de le vouloir !

L’argument de la vaccination des enfants « nécessaire pour retrouver nos libertés » agité par Stéphane Dhersin reprend le chantage classique des avocats du vaccin. Cet argument ne repose sur aucun fait scientifiquement établi mais sur des prophéties mathématiques truquées/fausses.

Les Suédois, les Biélorusses, les Finlandais, les Néerlandais qui n’ont jamais été confinés souffrent d’une mortalité inférieure à la nôtre.

Le gouverneur du Texas a supprimé toutes les contraintes prétendument sanitaires le 10 mars et depuis la mortalité baisse alors qu’elle augmente dans des États (Michigan, Minnesota) encore soumis aux restrictions sociales.

Dans un court article au Lancet, Delfraissy [26] et quatre autres membres du Conseil scientifique déclarent qu’il faut changer de politique sanitaire, cesser d’utiliser les confinements épisodiques et ne plus compter sur la vaccination pour nous sortir de la crise. Pourquoi ne les écoute-t-on pas ?

N’ayons plus peur inutilement. Arrêtons de massacrer l’équilibre psychologique, la santé, l’éducation et l’avenir professionnel de nos jeunes. notre économie.

Et ne sacrifions pas les enfants sur des croyances et modélisations fausses qui ne peuvent être utiles qu’aux actionnaires des marchands de vaccins.

Les enfants ne risquent rien du Covid-19 et ne sont pas vecteurs du Covid-19. Vouloir leur injecter des vaccins non testés est criminel.

Dr Gérard Delépine

[1] Antoine Beau Covid : faut-il vacciner les enfants pour un retour à la vie normale en septembre ? SCIENCE

07/04/2021

“Vacciner les mineurs est un levier d’action potentiel dans la lutte pour revivre normalement”, explique Jean-Stéphane Dhersin, modélisateur

[2] Peter Brodin Why is COVID-19 so mild in children ? Editorial Acta Paediatrica 24 March 2020

[3] Ji Young Park First Pediatric Case of Coronavirus Disease 2019 in Korea J Korean Med Sci. 2020 Mar 23 ;35(11)

[4] LiangSua the different clinical characteristics of corona virus disease cases between children and their families in China – the character of children with COVID-19 Emerging Microbes & Infections 2020, VOL.

[5] Qinxue Shen Novel Coronavirus Infection in Children Outside of Wuhan, China Pediatr Pulmonol. 2020 Apr 7. doi : 10.1002/ppul.24762. Online ahead of print

[6] Ya-Nan Han et al A Comparative-Descriptive Analysis of Clinical Characteristics in 2019-Coronavirus-infected Children and Adults Pediatrics April 2020

[7] Zhonghua Er Ke Za Zhi pour la Société de pédiatrie et Association médicale chinoise : Recommandations pour le diagnostic, la prévention et le contrôle de la nouvelle infection à coronavirus 2019 chez les enfants (première édition intermédiaire). 2020 ; 58 : 169–74.]., Chinese Journal of Pediatrics

[8] Haiyan Qiu Clinical and epidemiological features of 36 children with coronavirus disease 2019 (COVID-19) in Zhejiang, China : an observational cohort study Lancet Infect Dis. 2020 25 mars ; S1473-3099 (20) 30198-5.

[9] OMS Covid19 dashboard consulté le 9/4/2021

[10] Kostas DANIS et al pour Santé Publique France Cluster of coronavirus disease 2019 (Covid-19) in the French Alps, 2020 Clinical Infectious Diseases Oxford University Press for the Infectious Diseases Society of America.

[11] Fontanet et al SARS-CoV-2 infection in primary schools in northern France : A retrospective cohort study in an area of high transmission medRxiv 2020

[12] Christèle Gras-Le Guen https://theconversation.com/rentree-scolaire-la-covid-19-nest-definitivement-pas-une-maladie-pediatrique-145287 []

[13] Sur la base des rapports des services de santé publique municipaux (GGD

[14] Heavey L, Casey G, Kelly C, et al. No evidence of secondary transmission of COVID-19 from children attending school in Ireland, 2020. Euro Surveill 2020 ;25 :2000903

[15] D’après l’Australian National Centre for Immunisation Research and Surveillance https://www.bing.com/search?q=l%E2%80%99Australian+National+Centre+for+Immunisation+Research+and+Surveillance&form=QBLH&sp=-1&pq=&sc=0-0&qs=n&sk=&cvid=4D88315372394AACB2AA964A03900C84

[16] Centre national de recherche et de surveillance de la vaccination. COVID-19 dans les écoles — L’expérience en NSW. Nouvelle-Galles du Sud, Australie : Centre national de recherche et de surveillance sur l’immunisation

[17] Hildenwall H, Luthander J, Rhedin S, et al. Paediatric COVID-19 admissions in a region with open schools during the first two months of the pandemic. Acta Paediatr. 2020 ; 00 :1–3. https://doi.org/10.1111/apa.15432

[18] Helena C. Maltezoua Transmission dynamics of SARS-CoV-2 within families with children in Greece : a study of 23 clusters J Med Virol. 2020 août 7 ;10.1002/jmv.26394. doi : 10.1002/jmv.26394

[19] Agence gouvernementale de Singapour. COVID-19 : cas à Singapour [Internet]. Singapour, Agence gouvernementale de Singapour. 2020 ; [cité le 12 mars 2020. Disponible sur : https://www.gov.sg/article/covid-19-cases-in-singapor [

[20] Weiyong Liu .et al : Detection of Covid-19 in Children in Early January 2020 in Wuhan, China N Engl J Med. 2020 2 avril ; 382 (14) : 1370-1371

[21] ) Liu Y, Yan L-M, Wan L, et al. Viral dynamics in mild and severe cases of COVID-19. Lancet Infect Dis. 2020. https://doi.org/10.1016/ S1473 -3099(20)30232

[22] Hong H, Wang Y, Chung H-T, Chen C-J, Clinical characteristics of novel coronavirus disease 2019 (COVID-19) in newborns, infants and children, Pediatrics and Neonatology, https://doi.org/10.1016/j.pedneo.2020.03.001.

[23] Wu Z, McGoogan JM. Characteristics of and important lessons from the coronavirus disease 2019 (COVID-19) outbreak in China : summary of a report of 72 314 cases from the Chinese Center for Disease Control and Prevention. JAMA 2020 ; published online Feb 24. DOI :10.1001/jama.2020.2648

[24] Jonas F Ludvigsson macroanalysis of Covid 19 in children. Acta Paediatr. 2020 23 mars

[25]  Décision du conseil d’état du 2 AVRIL 2021 Les restrictions de déplacement des personnes vaccinées sont justifiées

[26]Laetitia Atlani-Duault, Bruno Lina, Franck Chauvin, Jean-François Delfraissy, Denis Malvy Immune evasion means we need a new COVID-19social contract Lancet https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S2468-2667%2821%2900036-0




Passeport vaccinal : chronique d’une mort annoncée

Le passeport vaccinal gravement attentatoire aux libertés

Depuis plusieurs mois, les partisans d’une obligation vaccinale anti-Covid essaient de l’imposer au moyen d’un passeport sanitaire.[1]

Un tel système est illogique, discriminatoire et gravement attentatoire aux libertés fondamentales. Heureusement, le refus des USA le condamne à terme.

Le pass vaccinal est totalement illogique

Ses partisans rassemblent des gens encore terrorisés par le covid-19, sous enfumage pluriquotidien des médias (ils se sont fait vacciner ou attendent leur piqûre), des professionnels épuisés prêts à céder au chantage de nos gouvernants « vaccinés ou ruinés » et les lobbyistes des firmes qui rêvent du marché idéal d’une obligation vaccinale déguisée.

Les vaccinés terrorisés du Covid-19 devraient rester cohérents : s’ils croient que les vaccins les protègent, ils n’ont aucune raison de craindre le contact des non vaccinés. Et s’ils craignent de les côtoyer, c’est qu’ils pensent que les vaccins ne les protègent pas suffisamment : ils n’ont alors aucune raison d’imposer un vaccin inefficace à leurs concitoyens.

Personne n’a pu démontrer que la vaccination empêche d’être contaminé. Roselyne Bachelot, la célèbre ministre de la Culture et ancienne de la Santé du temps du H1N1, vient de démontrer le contraire. Elle ne protège pas de mourir de Covid-19, elle ne limite pas la transmission de la maladie. On se demande désormais si la vaccination ne favorise pas la maladie, au contraire, car dans les pays champions des vaccinations, les campagnes de vaccination ont été suivies d’une forte augmentation des contaminations pendant plusieurs semaines.

L’exemple du Bahreïn est caractéristique :

Comme celui des Émirats arabes unis :

La comparaison des mortalités Suède vs Grande-Bretagne est également démonstrative

 

Croire que la reprise des activités sera permise par la vaccination est illusoire

Les professionnels qui espèrent reprendre leur activité normalement grâce à cette obligation vaccinale déguisée se trompent lourdement, en tous cas pour la France.

Un octogénaire qui avait fait ce pari en espérant ainsi se libérer des mesures autoritaires dont le gouvernement nous accable a été débouté par le Conseil d’État auquel il demandait « sa remise en liberté » totale.

Les arguments d’Olivier Véran adressés au Conseil d’État méritent d’être rappelés :

« l’efficacité partielle des vaccins« , et le risque particulier des vaccinés : « les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. »

Ces affirmations inattendues du ministre de la Santé sur l’incertitude de la capacité de prévention de la transmission du virus par les vaccins anti-Covid sont confirmées par la Haute autorité de Santé.

« Au vu des données limitées à ce jour sur l’impact de la vaccination avec le vaccin d’AstraZeneca sur le risque de transmission du SARS-CoV-2, la HAS insiste sur la nécessité de maintenir l’ensemble des gestes barrières et des mesures de distanciation sociale ».

Après la vaccination expérimentale, vous ne serez pas plus libres qu’avant !

L’OMS n’est pas favorable aux passeports vaccinaux [2]

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle n’était pas favorable à l’obligation de faire des passeports vaccinaux pour les voyages internationaux.

Margaret Harris, porte-parole de l’OMS, a précisé : « en tant que l’OMS, nous disons à ce stade que nous ne voudrions pas voir le passeport de vaccination comme une condition d’entrée ou de sortie, car nous ne sommes pas certains à ce que le vaccin empêche la transmission.

Il y a toutes ces autres questions, à part la question de la discrimination contre les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner pour une raison ou une autre. »

Le Conseil de l’Europe rappelle que le pass viole les droits fondamentaux

Le Conseil de l’Europe [3] qui regroupe tous les États européens, à l’exception du Belarus, du Kosovo et du Vatican est le parrain de la Cour européenne des droits de l’homme. Le 27.01.2021 dans sa résolution 2361/2021[4], il rappelle entre autres, que « personne ne peut être vacciné contre sa volonté ou sous la pression ».

« Les 47 États membres sont invités à̀signaler avant la vaccination que la vaccination n’est pas obligatoire et que les personnes non vaccinées ne doivent pas subir de discrimination.

La discrimination est également expressément interdite en cas de risques sanitaires existants ou si une personne ne souhaite pas être vaccinée

Les fabricants de vaccins sont tenus de publier toutes les informations sur la sécurité des vaccins.

La plus importante organisation de défense des droits de l’homme en Europe a désormais établi des normes et des obligations, ainsi que créer des lignes directrices en vertu du droit international, qui doivent être appliquées par les 47 États membres, y compris l’UE en tant qu’organisation.

Les discriminations, par exemple sur le lieu de travail ou les interdictions de voyager pour les personnes non vaccinées, sont donc exclues dans toute procédure judiciaire, contre toute autorité, tout employeur, tout fournisseur de voyages, tout responsable de maison…

Cette résolution n‘est pas contraignante pour les États, mais rappelle les droits fondamentaux de notre civilisation sur lesquels pourront s’appuyer les juges pour récuser toute tentative d’y porter atteinte.

Les États-Unis ont donné l’exemple en refusant le pass

Donald Trump Jr., le fils de l’ancien Président, a tweeté : « si vous êtes un républicain en poste et que vous ne vous opposez pas vocalement et agressivement aux passeports vaccinaux, il est peut-être temps de trouver une autre carrière. »

Ron De Santis, gouverneur républicain de Floride, a publié une ordonnance interdisant aux entités gouvernementales de délivrer tout type de certificat de vaccin et aux entreprises d’en exiger un [5].

Greg Abbott, le gouverneur du Texas, a signé un décret similaire [6], interdisant à toute organisation qui reçoit de l’argent du gouvernement d’exiger une preuve de vaccination avant d’entrer.

Le gouverneur républicain de l’Idaho, Brad Little, a interdit [7] lui aussi les « passeports vaccinaux » pour le Covid-19.

Madame le gouverneur de l’Iowa, Kim Reynolds, a déclaré [8] :

« je m’oppose fermement aux passeports vaccinaux et je crois que nous devons prendre position en tant qu’État contre eux, ce que j’ai l’intention de faire. Je vais travailler avec les législateurs de l’État sur l’adoption d’une loi durant cette session législative, et si cela échoue, j’émettrai un décret exécutif »

La Maison Blanche a déclaré qu’elle n’introduirait pas de passeports fédéraux obligatoires pour les vaccins Covid [9].

Jen Psaki, l’attachée de presse de la Maison Blanche a précisé :

« le gouvernement n’est pas favorable pour l’instant, et nous ne soutiendra pas non plus un système qui oblige les Américains à porter un passeport vaccinal »

« Il n’y aura pas de base de données fédérale sur les vaccinations, pas d’obligation fédérale exigeant que chacun obtienne un certificat de vaccination. »

Médicalement illogique, inutilement attentatoire aux libertés fondamentales, déconseillé par l’OMS, interdit dans beaucoup d’États américains, le passeport vaccinal que veulent imposer les mercenaires des entreprises vaccinales est condamné. Veillons cependant à ce qu’il soit bien définitivement enterré.

Dr Gérard Delépine

[1] le groupe UDI à l’Assemblée nationale défend l’instauration d’un « passeport vert », visant à permettre aux futures personnes vaccinées de « retrouver une vie normale », comme se rendre dans les restaurants ou dans les lieux de culture.

[2] https://www.fr24news.com/fr/a/2021/04/loms-ne-soutient-pas-les-passeports-de-vaccination-covid-19.html

[3] le Conseil est composé de deux organes : un comité des ministres des Affaires étrangères et une Assemblée parlementaire composée de 648 membres représentant les pays (leur nombre est pondéré en fonction de la population). La délégation française par exemple est composée de 36 députés et sénateurs (titulaires et suppléants confondus). qui a adopté fin janvier la résolution qui nous intéresse.

[4] Vaccins contre la covid-19 : considérations éthiques, juridiques et pratiques https://pace.coe.int/fr/files/29004/html

[5] https://www.lefigaro.fr/flash-eco/la-floride-interdit-le-passeport-vaccinal-au-nom-des-libertes-individuelles-20210403

[6] https://fr.theepochtimes.com/texas-interdit-passeports-vaccinaux-covid-19-1711736.html

[7] https://baptiste-giabiconi.eu/lidaho-devient-le-troisieme-etat-a-interdire-les-passeports-de-vaccins-contre-le-covid-19-liowa-pourrait-etre-le-prochain/?lang=fr

[8] Le gouverneur Kim Reynolds demande l’interdiction des « passeports vaccinaux » https://www.thegazette.com/news/gov-kim-reynolds-calls-for-ban-of-vaccine-passports/

[9] 19 https://www.bbc.com/news/world-us-canada-56657194,




Israël accusé d’avoir violé le Code de Nuremberg

Une excellente nouvelle !

La violation  du code de Nuremberg examinée par la Cour Pénale Internationale

Un de nos tweets récents dénonçant la violation du code de Nuremberg par les gouvernements qui veulent imposer la vaccination anti covid a été censuré par Twitter au motif qu’il soutiendrait l’idéologie nazie ! Les censeurs de Twitter ont-ils lu le texte ? Ont-ils pris ce prétexte invraisemblable pour empêcher une opinion contraire à la doxa officielle de se propager ?

Quoiqu’il en soit, ils vont bientôt devoir censurer La Cour Internationale de Justice de la Haye car celle-ci vient de déclarer une plainte reprenant notre argumentation.

La Cour internationale de Justice a été créée en 1945 par l’article 92 de la Charte des Nations unies  et constitue l’organe judiciaire principal des Nations unies. C’est un organe permanent qui siège à La Haye. Elle est composée de 15 juges élus pour 9 ans par un double scrutin de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité à la majorité absolue des deux chambres. Les juges sont renouvelés par tiers. La CIJ jouit de garanties d’indépendance, d’impartialité et de compétence. Elle a comme langues officielles le français et l’anglais.

Les plaignants

L’organisation « People of Truth » représentée par les avocats Ruth Makhachovsky et Aryeh Suchowolski dénonce des violations du Code de Nuremberg par le gouvernement israélien et d’autres parties.

La plainte

« Nous nous adressons à vous au nom de l’association « Anshei Emet », une association en cours d’établissement, dont les membres sont des avocats, des médecins, des militants du public et en général, qui ont fait le choix d’exercer leur droit démocratique de ne pas recevoir le traitement médical expérimental (Immunisation Corona), et qui estiment que de grandes pressions, dures et illégales, sont exercées sur eux au nom du gouvernement d’Israël, des membres de la Knesset, des ministres, des hauts représentants élus du public, des chefs de villes et plus encore.

Nous souhaitons commencer par des connaissances de base sur le sujet. Le vaccin Corona est un traitement médical innovant, qui n’a obtenu que récemment l’approbation de la FDA aux États-Unis (dans le cadre d’une procédure d’urgence uniquement), une approbation qui n’est pas définitive et avec des détails sur 22 effets secondaires du vaccin. En outre, il est clair pour tous les facteurs médicaux que le sujet de l’influence à long terme du traitement n’a pas été testé scientifiquement (tests et recherches), et l’effet à long terme et la sécurité du traitement sur ses receveurs sont inconnus. Il est important de préciser que jamais jusqu’à présent n’ont été administrés dans le monde entier des immunisations par cette technologie médicale d’introduction d’un M-ARN synthétique dans le corps, et toutes les immunisations précédentes ont fonctionné d’une manière totalement différente, par l’introduction d’un ou virus affaibli et excitation naturelle du système immunitaire contre lui. Comme détaillé par un virologue senior, les risques anticipés par ce traitement médical innovant sont ci-joints en Annexe 1 à ma lettre.

« Code de Nuremberg » — Un code d’éthique médical publié sur la base des lois en vertu desquelles les criminels nazis ont été jugés pour avoir mené d’horribles expériences médicales pendant la Seconde Guerre mondiale, dans le procès des médecins connu sous le nom de procès de Nuremberg. Le Code de Nuremberg a ensuite constitué la base de la législation de la Déclaration d’Helsinki ainsi que la base de la loi sur les droits des patients en Israël. Nous avons l’intention de vous présenter et de détailler comment, dans l’État d’Israël cette année, le gouvernement d’Israël avec ses ministres et ses membres de la Knesset, les chefs de villes et d’autres hauts responsables, enfreignent le code de Nuremberg de manière illégale, de manière flagrante. et extrême, et à notre regret, non seulement dans un seul aspect mais beaucoup, trop !

  1. a) Consentement éclairé pour participer à une expérience médicale – un premier principe du Code de Nuremberg est la volonté et le consentement éclairé de la personne à recevoir un traitement et à participer à une expérience. La personne est censée activer la liberté de choix sans l’intervention d’un facteur employant la force, la tromperie, la fraude, la menace, la sollicitation ou tout autre type de liaison ou de coercition. Lorsque les chefs du ministère de la Santé ainsi que le premier ministre ont présenté le vaccin en Israël et ont commencé la vaccination des résidents israéliens, les vaccinés n’ont pas été informés, qu’en pratique, ils participent à une expérience médicale et que leur consentement est requis à cet effet en vertu du Code de Nuremberg, et seulement lorsqu’il est devenu évident que le premier ministre avait effectivement signé un accord avec la société Pfizer (le fabricant), il a d’abord été publié et également déclaré par le premier ministre, qu’il s’agissait bien d’une expérience médicale, et que c’était là l’essence de l’accord. Il s’agit en fait d’une expérience médicale génétique sur des êtres humains, réalisée sans consentement éclairé et sous une infraction grave et flagrante du Code de Nuremberg.
  2. b) L’accord Bibi-Pfizer. Après factum, il est devenu clair que le premier ministre d’Israël a signé un accord avec la Pfizer Company (la société de fabrication), en vertu duquel il recevra une énorme quantité de millions de portions de vaccins, et avec une préférence par rapport aux autres pays, et en contrepartie, les vaccinés (résidents d’Israël) serviront « d’expérimentateurs » pour la société pharmaceutique. Il a été convenu que la société pharmaceutique recevrait d’Israël toutes ses informations médicales et personnelles secrètes à son insu ou sans son consentement préalable. En outre, nous devons déclarer que jusqu’à ce moment, le contenu de l’accord concernant la plupart des résidents de l’État d’Israël, n’a pas été publié, ce qui est la transparence obligatoire en vertu de la loi, et il a été publié avec « black-out » / dissimulation d’un grand nombre d’informations incluses dans cet accord.

Il convient de dire et de rappeler que nous ne vivons pas dans un pays de dictature, de sorte qu’à l’évidence, un tel accord doit être soumis à une transparence totale envers le large public.

  1. c) Traitements alternatifs. En ce qui concerne le consentement éclairé pour un traitement médical, et sur la base des principes du Code de Nuremberg, il existe une obligation de détailler et de suggérer à un patient plusieurs alternatives de traitement, en détaillant également le processus médical (et tout ce qui y est inclus). comme les avantages et les inconvénients/bénéfices et risques, existant dans chaque traitement, pour lui permettre de prendre une décision personnelle intelligente concernant le traitement qu’il préfère. Comme indiqué, cela doit être fait sans exercer de pressions et librement, en tant que personne libre.

 Malgré tout ce qui précède, l’État d’Israël et le Ministère de la Santé ne présentent pas aux citoyens israéliens les alternatives actuellement existantes pour traiter la maladie de Corona, qui se sont avérées efficaces et avec peu d’effets secondaires, et non dangereuses. Ils sollicitent les citoyens et leur font pression (tout en violant de manière flagrante le processus de consentement éclairé), dissimulent les informations concernant les vaccinations et créent une atmosphère sévère de peur et de coercition.

  1. d) Un quatrième principe est que l’expérience sera menée pour éviter les souffrances ou les blessures physiques.

 On sait que le traitement a causé la mort de nombreuses personnes, des blessures et des dommages graves (y compris une incapacité et une paralysie) après l’administration du vaccin. Malgré ce fait, le gouvernement n’a pas ordonné l’ouverture d’une enquête sur la question. Il est intéressant de constater que le Ministère de la Santé a ouvertement admis que 41% des policiers, des militaires, du personnel éducatif et médical, qui avaient été vaccinés, souffraient d’effets secondaires graves et mettaient leur vie en danger. Il est également étonnant qu’il n’y ait pas de rapports complets sur le nombre de morts ou de blessés, comme on peut s’y attendre dans un tel processus médical au profit du public participant à l’expérience.

  1. e) Un cinquième principe stipule que l’expérience ne doit pas être menée lorsqu’il y a des raisons de supposer que la mort ou des blessures réelles se produiront. Concernant la violation de ce principe, voir ci-dessus. Comme indiqué, concernant les données sur les cas de décès, nous les citoyens n’entendons que le bouche à oreille sur les réseaux sociaux (par des amis, des voisins ou des proches) et non sur les médias centraux.
  2. f) Un principe supplémentaire est que le facteur responsable de l’expérience sera prêt à l’arrêter à n’importe quel stade s’il existe une raison raisonnable de supposer que cela causera des blessures, une invalidité ou la mort du participant à l’expérience. Il a déjà été prouvé que beaucoup de gens sont morts du traitement, ont été blessés, sont devenus invalides et paralysés ; cependant, le gouvernement israélien continue d’imposer cette dangereuse expérience aux citoyens israéliens.
  3. g) Voici des publications récentes, qui démontrent les violations flagrantes et criminelles du Code de Nuremberg au nom du gouvernement, des ministres et des membres de la Knesset, des chefs de villes et des hauts fonctionnaires, ainsi que des employeurs :

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples (parmi tant d’autres) de violations du Code de Nuremberg (qui seront jointes à l’annexe 2 de ma lettre).

Exercez une pression économique :

  1. L’Association des fabricants, appuyée par un avis juridique, menace d’envoyer en congé sans solde tout salarié qui ne sera pas vacciné.
  2. Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, souhaite promulguer une loi qui empêchera l’arrivée des non-vaccinés sur un lieu de travail.
  3. Ne pas refuser les frais de chômage.

L’exercice de la pression sociale :

  1. Une menace pour empêcher l’accès aux divertissements, aux loisirs et à la réception de services de la communauté.
  2. Les artistes, les leaders d’opinion et les représentants du public, qui dans tous les coins choisissent de faire de la propagande, et de manière agressive et insultante, proposent même des punitions et des sanctions. (Membre de la Knesset Ayelet Shaked, membre de la Knesset Smotrich, le ministre de la Santé Edelstein, membre de la Knesset Benet, animateur de l’émission matinale Avri Gilad, le chanteur Yoram Gaon, Judy Nir Moses et autres)
  3. Des véhicules avec des systèmes de sonorisation errant dans les rues exhortant les gens à arriver pour les vaccinations, des conversations et des avis agressifs des compagnies d’assurance maladie, et même en fixant des rendez-vous pour les vaccinations sans le souhait des assureurs, et plus encore.

Incitations interdites pour les non vaccinés :

  1. Recevoir une nuit gratuite dans un hôtel, des jours de vacances, etc., offerts par les propriétaires de diverses entreprises à leurs employés.
  2. Réductions dans divers établissements commerciaux, privés et publics, ainsi qu’une carte d’avantages promue par le gouvernement.

Le premier ministre israélien a déclaré à plusieurs reprises que les citoyens israéliens participent à cette expérience médicale innovante au profit de tous les citoyens du monde, qui, pour une raison quelconque, ne se précipitent pas pour obtenir le traitement médical susmentionné, et ils attendent avec impatience de voir les expérimentateurs israéliens. Il en est de même de l’accord signé par le gouvernement avec la société Pfizer, occulté en de nombreux endroits, soulevant des questions sur les accords conclus par le gouvernement avec la société Pfizer.

Il est souligné par la présente que les moyens actuellement activés contre les citoyens, y compris la proposition de législation contre quiconque n’a pas été vacciné, contredisent non seulement le Code de Nuremberg et l’autonomie de l’individu sur son corps, mais également la législation en vigueur en Israël, y compris la loi fondamentale sur la dignité et la liberté des personnes, la loi sur la liberté d’occupation, la loi sur les droits des patients, la loi sur l’égalité des chances au travail, l’interdiction de la discrimination dans les produits, services et la loi sur l’accès aux divertissements et aux lieux publics, et d’autres lois.

Par conséquent, et compte tenu de ce qui précède, nous adressons à votre honneur deux demandes principales :

  1. Interrompre immédiatement l’expérience médicale et l’administration de vaccins au public des citoyens israéliens.
  2. Donner instruction au gouvernement d’entamer toutes les procédures législatives qui enfreignent le principe du consentement éclairé d’une personne pour recevoir le traitement médical décrit ci-dessus, et qui nie le statut juridique en Israël et dans la démocratie israélienne, y compris le fait d’éviter de légiférer sur le Passeport vert, remise des noms de ceux qui ne sont pas vaccinés aux autorités locales ou à toute autre législature nuisible.
  3. Agir avec la sévérité la plus requise contre toute entité publique/commerciale/professionnelle, qui viole les lois de l’État sur les sujets de l’emploi ou les autres sujets nécessaires pour empêcher la contrainte, la coercition ou la sollicitation de vacciner, ainsi que l’objet de discrimination, contre ceux qui ont fait le choix de ne pas recevoir le traitement médical innovant susmentionné.
  4. Nous vous demandons de porter à votre attention qu’une copie de ce document sera également transmise aux canaux médiatiques du monde entier car la violation du Code de Nuremberg est pertinente dans tous les pays du monde libre.
  5. Enfin, il est précisé que ce n’est que récemment qu’une décision a été prise au Parlement européen le 27/1/21 « enjoignant toutes les autorités de ne pas exercer de pression ou de sollicitation sur les personnes pour qu’elles prennent le vaccin Corona de quelque manière que ce soit. Par conséquent, tout ce qui est bon pour les États européens avancés l’est certainement aussi pour Israël – et l’équilibre est évident.

Représentation légale et élection de domicile

Les candidats seront représentés aux fins de cette procédure par

Avec respect

Ruth Makhachovsky et Aryeh Suchowolski

Autres plaintes connexes

L’avocate Ruth Makhchowolski a déclaré le 5 mars dernier à Israel News que « dans le même temps, la plainte sera également déposée devant le tribunal de Nuremberg, avec l’avocat allemand Reiner Fullmich. Lundi, la plainte sera déposée à la Haute Cour par Aryeh Suchowolski en Israël, concernant la violation du Code de Nuremberg »

Point de la vaccination en Israel au 13/3/2021

Aujourd’hui le succès de la campagne de vaccination est indéniable avec, au 2 mars 2021, un total de 8 731 727 doses de vaccin administrées à plus de 4 millions de personnes. Mais ce modèle de campagne éclair n’a été obtenu que grâce à l’acceptation et à l’engagement du gouvernement de communiquer sans limites à Pfizer les données de santé des Israéliens devenant ainsi les cobayes officiels de Pfizer.

La vaccination a bénéficié d’une propagande mensongère dans la population et d’un chantage au confinement ne respectant les règles éthiques de la déclaration d’Helsinki et les droits des personnes sur le consentement éclairé indispensable pour les traitements expérimentaux[1]. Les journaux parlent de succès sur les pourcentages de vaccinés ou le taux prétendu de protection que le vaccin conférerait d’après les communiqués du fabricant ou des caisses qui sont chargés de la vaccination, alors qu’un examen objectif doit se focaliser sur deux points précis : le vaccin prévient-il les transmissions du virus ? Diminue-t-il la gravité de la maladie et tout particulièrement le risque d’en mourir ?

Lorsqu’on consulte les chiffres de l’OMS, on observe que la vaccination a été suivie d’une augmentation considérable des contaminations journalières, malgré un confinement strict.

 

 

La vaccination ne paraît donc pas diminuer la contagiosité des vaccinés.

En Israël, malgré un confinement strict, la vaccination a été suivie d’une augmentation considérable de la mortalité journalière. Le mois de janvier a établi le record mensuel de la mortalité, regroupant à lui seul près de 30% de la totalité des morts depuis le début de l’épidémie dans ce pays.

La vaccination, loin de diminuer le risque létal de la maladie, paraît au contraire l’avoir exacerbé au moins transitoirement.   Ces faits confirment qu’il y a toujours des risques à participer à un essai thérapeutique, même si le vaccin est autorisé (sous conditions).

Nous attendons avec intérêt les suites que la cour donnera à cette plainte.

Nicole Delépine

[1] Les essais phase 3 n’étant ni terminés ni analysés, les vaccins sont effectivement expérimentaux ; leur autorisation n’est d’ailleurs que conditionnelle et ne pourra devenir complète qu’après analyse des résultats définitifs des essais phase 3  prévue en 2023 au mieux.




Les assureurs crachent le morceau : le vaccin anticovid est expérimental

La vérité sort de la bouche des assureurs [1] : le vaccin est expérimental

 Expérience biomédicale, cas d’exclusion 

En cas de décès dû au vaccin, comment réagira votre compagnie d’assurances ?

Il vient d’apparaître, dans les échanges entre tweetos, une vérité bien concrète : si vous avez un capital décès sur une assurance-vie, le capital ne sera pas viré à votre bénéficiaire si vous décédez par suite d’un « vaccin » thérapie génique ou même classique, mais en cours d’expérimentation. Il semble que ce soit comparable au décès en cas de suicide.

Apparemment certaines assurances (au moins car toutes n’ont pas encore répondu) [2] considèrent que vous avez participé volontairement à une expérimentation. Ce qui est vrai, consciemment ou non, en fonction de ce que vous aurez accepté d’apprendre et de lire ou écouter sur ces médicaments en cours de tests et mis curieusement sur le marché avant que la phase 3 pré-commercialisation théorique ne soit terminée.

 Quelques autres témoignages : « mon père a appelé son assurance, on lui a clairement dit : « Monsieur, si vous faites le choix de vous porter volontaire, nous ne prendrons rien en charge. Personne n’a de recul sur ce vaccin, nous sommes désolés ». Voilà la réponse claire de son assureur de + de 20 ans. C’est limpide.  L’assurance ne fonctionnerait pas apparemment car ledit « vaccin » est considéré comme expérimental. Tenez-le-vous pour dit. ! » (discussion sur Twitter à la suite du post ci-dessus. « On a juste des réponses faites à des assurés par des assurances confirmant qu’en cas de problème pas de paiement car on est dans une expérience biomédicale, cas d’exclusion ».

L’indemnisation revient à l’État qui a dégagé firmes et professionnels de toute responsabilité médicolégale

D’autres témoignent de la logique de la réponse des assurances : l’AMM conditionnelle à durée déterminée en principe courte a été donnée en même temps que l’État a protégé les laboratoires de toutes poursuites en cas d’ennuis et secondairement a accordé le même privilège aux médecins et autres personnels qui injecteront le fameux vaccin. À la source de cette ARNaque, Pfizer a reçu des milliards de $ de la Grande-Bretagne, des USA et Israël, une avance pour trouver un vaccin. « Pfizer a accepté, mais décline toute responsabilité. très vite ils adaptent le mARN, destiné aux vaches. nos chefs jubilent, achètent, sans aucune garantie. C’est fou ! » précise un autre twittos.

Et maintenant, bien que l’épidémie soit en voie de disparition, il faut bien les vendre très vite dont l’invraisemblable folie promotionnelle y compris via le ministre alors que les médicaments remboursés par la Sécurité sociale sont interdits de publicité. Mais Véran a tous les droits et les maires suivent BFM TV [3] mais eux ne seront pas protégés des tribunaux.

Incroyable mais vrai, alors que des professionnels sont poursuivis pour des erreurs médicales potentielles ou un résultat insuffisant, vous êtes ici dispensé de toute responsabilité sans vérification que le minimum vital a été fait. L’interrogatoire sur les antécédents familiaux, personnels sur votre état actuel etc. ne sera probablement pas réalisé dans l’officine entre la vente de deux médicaments et de toute façon ce n’est pas le métier du pharmacien. Le Français a-t-il perdu tout son bon sens ?

 Démontrer la responsabilité du vaccin, un parcours du combattant [4]

Le cobaye se rassure en pensant qu’en cas d’accident, voire de décès, il pourra comme prévu se retourner vers l’ONDIAM, l’organisme de solidarité qui assurera les indemnisations (avec vos impôts). Mais bien sûr il vous faudra (ou à vos héritiers) établir le lien de cause à effet entre la piqûre et l’accident ou le décès. Si la mort est survenue dans les quelques heures suivant l’injection, ils y arriveront peut-être mais si le délai est plus long, ce sera un parcours du combattant. 20 ans minimum.

Certains déjà attendent depuis 10 ans pour être dédommagés dans le cadre de la vaccination contre le H1N1 et de la lourde complication qu’est la narcolepsie (phase d’endormissement brutal et incontrôlable des sujets atteints rendant toute vie normale impossible et sans traitement connu), plus de 800 personnes en France dont la vie est fichue pour une soi-disant pandémie terrible qui n’a touché que quelques centaines de personnes en France. Merci Mme Bachelot et sa visite des réas sous l’œil des caméras.

Et pourtant les assureurs ont raison :  les vaccins sont expérimentaux 

Les médias qui suivent l’AFP mentent avec elle.

l’AFP prétend que l’utilisation actuelle des vaccins anti covid-19 ne serait pas expérimentale et qu’elle serait conforme au code de Nuremberg. Ces deux affirmations sont mensongères !

Les vaccins anticovid-19 actuels sont tous expérimentaux

Un traitement est expérimental tant que les essais phase trois n’ont pas été terminés, analysés, publiés et validés par les agences sanitaires et des médecins indépendants des firmes pharmaceutiques.

Actuellement aucun des vaccins anticovid-19 mis sur le marché ne satisfait à ces exigences de sécurité et ils sont donc expérimentaux. Le plus avancé, celui de Pfizer, aura son essai phase 3 [5] terminé dans deux ans, en 2023, d’après le site gouvernemental américain qui enregistre tous les essais sur l’homme (clinical trials.gov à https://clinicaltrials.gov/ct2/home).

Ces vaccins expérimentaux ont été mis sur le marché avec une autorisation temporaire dite conditionnelle qui ne deviendra définitive qu’après l’examen par les agences des résultats définitifs des résultats des essais phase 3.

L’utilisation d’un médicament expérimental constitue une expérience biomédicale, même si elle est autorisée par les agences du médicament

Les essais thérapeutiques sont très encadrés : les promoteurs expliquent que le malade sera beaucoup plus surveillé que s’il prend un traitement classique. Ce qui est vrai et les cancéreux inclus dans les essais vous raconteront leur IRM ou/et Petscan mensuel (au lieu de trimestriel par exemple). Et les promoteurs contractent des assurances pour les volontaires cobayes sains ou malades consentants, pour les dédommager en cas d’accident.

ESSAI SAUVAGE SANS LES GARDE-FOUS HABITUELS DES ESSAIS CLASSIQUES

La différence avec les essais habituels est que la vaccination à grande échelle du vaccin anticovid qui se déroule actuellement n’offre pas les précautions normalement prises en cas d’essai validé par les comités de protection des personnes.

D’où la confusion entre expérimentation et prescription normale, ce que pensent beaucoup de naïfs puisque le médicament est autorisé et remboursé.

Les vaccinés ne sont pas enregistrés comme faisant partie d’un essai et ne bénéficient pas d’une surveillance médicale renforcée comme cela est obligatoire dans les essais cliniques officiels. Leurs complications ne sont donc pas recensées de manière systématique et les résultats de cette vaccination ne sont pas évalués, ni publiés obligatoirement contrairement aux essais traditionnels. Les sources de recensement des effets secondaires se font sur la base du volontariat par envoi d’information aux sites des agences du médicament comme l’EMA en Europe. Mais en conséquence elles ne peuvent assurer l’exhaustivité des évènements indésirables ni leur précision dans la description médicale et donc la mise en cause des résultats.

Vaccin expérimental sans l’urgence qui le justifierait.

Il est certes admis par la Convention d’Helsinki [6] [7],  que faute d’interventions avérées, le médecin peut recourir à une intervention non avérée si, selon son appréciation professionnelle, elle offre une chance de sauver la vie – dans tous les cas, le consentement éclairé du patient est indispensable – ou préserver la santé du patient. Les nouvelles informations doivent être enregistrées et, le cas échéant, rendues publiques.

Or il existe des traitements curatifs en début de maladie manifestement efficaces et reconnus dans les parties du monde un peu plus indépendantes de Big Pharma mais niés en France contre toute évidence, car pour obtenir l’AMM conditionnelle pour nos fameux vaccins, aucun traitement curateur ne doit être reconnu par les autorités de l’État.  Ne rappelons pas la saga chloroquine qui se répète avec la saga ivermectine (entre autres).

Pas de débat démocratique sur les bénéfices risques des vaccins versus traitements précoces

Les informations concernant les vaccins sont sévèrement censurées en France [8],[9] et leurs complications ne sont découvertes que si les médias indépendants les révèlent. C’est uniquement par les journaux que l’on a appris la mort, après vaccination, de nombreux pensionnaires d’Ehpad en France et à l’étranger. Pour tenter d’en savoir plus, beaucoup d’entre nous tentent d’explorer les bases de données officielles, mais c’est un parcours du combattant (décès classés par maladie, par tranche d’âges, etc.) [10] et ne tient compte, comme on l’a vu, que des cas déclarés volontairement. Les vaccinés hors essai calibré, surveillé sont « bénévoles » et non soumis à surveillance stricte.

Un vaccin expérimental injecté sans consentement éclairé reprend l’attitude de certains médecins nazis

Xavier Bioy, professeur d’Université à Toulouse-1 s’insurge à l’AFP de cette comparaison. « C’est très fort : on compare des scientifiques avec des médecins nazis qui mettaient de l’acide dans les plaies des pauvres détenus qui se faisaient torturer dans les camps ».

Il a manifestement oublié que les médecins nazis, eux aussi scientifiques, ont pratiqué de très nombreux essais sur les vaccins :

– vaccination contre le paludisme (février 1942 à avril 1945 à Dachau : 1 100 cobayes humains et nombre inconnu de victimes),

– vaccination contre le typhus par Eugen Haagen au camp de Natzweiler,

– vaccins contre le typhus exanthématique, le paludisme, la fièvre jaune (485 cobayes humains), la gangrène gazeuse (15 victimes), la dysenterie, l’hépatite, la tuberculose menées par Erwin Ding-Schuler et Waldemar Hoven au camp de Buchenwald.

Comment un universitaire spécialiste de l’éthique peut-il avoir oublié ces faits historiques qui ont précisément conduit à l’élaboration du code de Nuremberg ?

En 1947, les médecins nazis plaidaient pour leur défense : « dans un État totalitaire en temps de guerre, il n’y a pas de responsabilité personnelle ; c’est la nécessité de l’État qui se substitue à la volonté individuelle, et il n’y a pas de consentement qui vaille : ni des médecins expérimentateurs, ni des sujets ; dans ces circonstances, l’intérêt de la science au service de la défense de la Nation prime sur celui de l’individu. »

Mais l’absence de consentement éclairé des vaccinés a valu à ces scientifiques nazis la condamnation à mort ou emprisonnement.

Depuis mars 2020, nous sommes, paraît-il, en état de guerre selon le chef de l’État, dans un État de plus en plus totalitaire et la défense des médecins vaccinateurs sans consentement éclairé du citoyen n’est pas plus recevable aujourd’hui qu’hier.

Dans les Ehpad, le consentement n’est pas toujours libre et éclairé

Or, dans les Ehpad, le consentement éclairé n’est manifestement pas la règle absolue, d’autant que se précise le chantage d’autorisation de sortie liée à la vaccination totalement incompatible avec un consentement libre que définit ainsi la déclaration d’Helsinki :

« Pour être valide, votre consentement doit être libre et éclairé. Il doit donc être obtenu sans aucune forme de pression ou de menace. Cela signifie également que vous avez reçu toute l’information nécessaire pour prendre vos décisions et qu’il vous a été possible de poser vos questions avant que les soins soient prodigués. Les renseignements doivent vous être fournis dans un langage simple et compréhensible. »

Et encore : « lorsqu’il sollicite le consentement éclairé d’une personne pour sa participation à une recherche, le médecin doit être particulièrement attentif lorsque cette dernière est dans une relation de dépendance avec lui ou pourrait donner son consentement sous la contrainte. »

 Et certains réclament une obligation vaccinale en commençant par les soignants !

Les soignants sont globalement mieux informés que la population.

Ils ont appris avec inquiétude les effets secondaires éprouvés par leurs collègues des hôpitaux bretons qui ont eu le douteux privilège d’être les premiers vaccinés et dont 25 % à 40 % ont été contraints d’arrêter de travailler avec retenue de salaire car une journée de carence leur a été prélevée sur leur salaire et suppression de la prime. Ils ont par ailleurs appris que le Premier ministre australien avait été hospitalisé dans un état grave le lendemain de sa vaccination par AstraZeneca. L’utilisation de ce dernier vient d’ailleurs d’être suspendu dans neuf pays d’Europe.

Ils ont aussi  eu connaissance des résultats paradoxaux des pays champions de la vaccination qui d’après les courbes de l’OMS ont partout subi de fortes augmentations (parfois transitoires) des contaminations (incidence journalière multipliée par 2 à 4) et de la mortalité.

 Leur préjugé favorable à la vaccination s’est ainsi transformé, pour plus de 60 % d’entre eux, en refus éclairé d’un vaccin expérimental. Mais les médias se démènent pour cacher cet énorme fiasco et l’opposition à cette politique totalitaire de nombreux Israéliens. Les personnels de santé ayant refusé la vaccination et licenciés autoritairement ne font pas la une de l’actualité, pas plus que le paradoxe du faible nombre de cas covid en Palestine non vaccinée contiguë. Question taboue !

Autre exemple : aux Émirats arabes unis, la campagne de vaccination a été suivie d’un accroissement considérable de la mortalité.

Le covid-19, prétexte de lois sociales régressives, ne doit pas nous faire oublier les leçons d’éthique de la dernière guerre mondiale et vouloir par peur imposer une vaccination et se comporter comme certains médecins nazis. Oui la comparaison est juste avec la médecine nazie, et Alain Jocaerd, Xavier Bioy et l’AFP se sont trompés ou ont menti !

Le vaccin anticovid, quelle que soit la marque, est expérimental. Vous serez un cobaye consentant non couvert par vos assurances pour le capital décès.  En France tant que la Sécurité sociale ne sera pas complètement démantelée, vous serez soigné.  Aux USA, des compagnies d’assurance refusent d’indemniser les soins.

Un médicament comme les autres ?

Nicole Delépine

[1] Patrick Schmitt Spinosi twitter 10 mars

[2] déjà une compagnie suisse et des compagnies américaines

[3] Carlo Brusa a déposé une plainte contre BFM TV pour publicité interdite par la loi ;  voir son site reaction19fr

[4] Penser aux victimes du médiator, de la Dépakine, du vaccin H1N1 et bien d’autres. TERRIBLE, LA MÉMOIRE COURTE !

[5] Les candidats vaccins qui semblent suffisamment efficaces après les essais animaliers et les essais humains phase1 et 2 poursuivent leur développement en phase III. À ce stade, le nouveau vaccin est comparé à l’absence de vaccin. Les personnes reçoivent, de façon aléatoire, soit un placebo supposé inerte, soit le vaccin en cours d’évaluation afin de mesurer son efficacité et sa toxicité

[6] L’Association médicale mondiale (AMM) a élaboré la Déclaration d’Helsinki comme un énoncé de principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains, y compris la recherche sur du matériel biologique humain et sur des données identifiables.  La Déclaration est conçue comme un tout indissociable. Chaque paragraphe doit être appliqué en tenant compte de tous les autres paragraphes pertinents.  Conformément au mandat de l’AMM, cette Déclaration s’adresse en priorité aux médecins.

[7] https://www.espace-ethique.org/ressources/charte-declaration-position/declaration-dhelsinki

[8] Il y a 3 jours, une de nos vidéos a été supprimée de YouTube alors qu’elle ne faisait état que d’informations vérifiées et accessibles ; et mon épouse fait l’objet d’une plainte par le Conseil de l’Ordre parce qu’elle ne répétait pas la propagande de l’État. C’est le cas de nombreuses vidéos de lanceurs d’alerte, du site Reinfocovid en particulier

[9] Je viens d’être bloqué douze heures sur Twitter pour communication d’une vidéo sur les bénéfices risques des vaccins, comme de nombreux autres. C’est le tarif actuel.

[10]  http://www.adrreports.eu/fr/index.html




Génération Résistance, danser encore contre la coronadinguerie !

https://www.youtube.com/watch?v=Gq9qFvoMKaY
Génération Résistance,  « DANSER ENCORE »   
manifestation organisée le 4 mars 2021 à Paris, Gare du Nord.

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

Non, non, non, non, non, non !

 

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

Nous sommes des oiseaux de passage

Jamais dociles ni vraiment sages

 

Nous ne faisons pas allégeance

A l’aube en toute circonstance

Nous venons briser le silence

Et quand le soir à la télé

Monsieur le bon Roi a parlé

 

Venu annoncer la sentence

Nous faisons preuve d’irrévérence

Mais toujours avec élégance

Non, non, non, non, non, non !

 

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

Non, non, non, non, non, non !

 

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

Auto, métro, boulot, conso

Auto, attestations, consignes

 

Absurdités sur ordonnance

Et malheur à celui qui pense

Et malheur à celui qui danse

Chaque mesure autoritaire

Chaque relent sécuritaire

 

Voit s’envoler notre confiance

Ils font preuve de tant d’insistance

Pour confiner notre confiance

Non, non, non, non, non, non !

 

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

Non, non, non, non, non, non !

 

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

Non, non, non !

 

Ne soyons pas impressionnables

Par tous ces gens déraisonnables

 

Vendeurs de peur en abondance

Angoissant jusqu’à l’indécence

Sachons les tenir à distance

Et pour notre santé mentale

Sociale et environnementale

 

Nos sourires, notre intelligence

Ne soyons pas sans résistance

Les instruments de la démence

Non, non, non, non, non, non !

 

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

Non, non, non, non, non, non !

 

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

Non, non, non, non, non, non !

 

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

Non, non, non, non, non, non !

 

Nous, on veut continuer à danser encore

Voir nos pensées enlacer nos corps

Passer nos vies sur une grille d’accords

DANSER ENCORE !

Paroles gentiment transcrites par Henri Dubost