1

Annonay : Jamal Naji élu municipal le jour, trafiquant de stupéfiants la nuit

Municipales 2020 à Annonay : Jamal Naji au centre de la liste conduite par le leader LR Marc-Antoine Quenette très proches de Laurent Wauquiez.

Le leader LR Marc-Antoine Quenette a toujours été soutenu aux municipales par Laurent Wauquiez et Brice Hortefeux, ex-lieutenant de Sarkozy.

Dans ce conseil municipal d’Annonay, en Ardèche, où le maire PS de 2008 à 2018 et actuel ministre du travail Olivier Dussopt (1) se faisait offrir des tableaux de grands peintres par la Saur en contre partie de l’octroi de marché public, c’est maintenant l’opposition LR qui se trouve sous les feux médiatiques, avec l’affaire Jamal Naji. Placé sous contrôle judiciaire depuis samedi car soupçonné d’être une des têtes d’un trafic international de stupéfiants, comme le révèle, pour une fois, le quotidien Le Dauphiné Libéré, le commerçant Jamal Naji était censé faire gagner la mairie en 2020 au leader LR Marc-Antoine Quenette (très proches de Laurent Wauquiez qui lui avait obtenu par deux fois une investiture aux législatives de 2017 et de 2022 face à Olivier Dussopt).

« Corruption » et « prise illégale d’intérêts » : …

https://ripostelaique.com/corruption-et-prise-illegale-dinterets…

Annonay. Un élu ardéchois mis en examen pour trafic de …

Eternel perdant aux municipales, aux législatives, face à Olivier Dussopt, le leader LR Marc-Antoine Quenette voulait inverser la vapeur et gagner la mairie en mars 2020. Il avait donc placé plusieurs musulmans dans les onze premières places de sa liste, en martelant « un large éventail de compétences », pour s’attirer le vote des milliers de musulmans d’Annonay. Le leader LR Marc-Antoine Quenette et ami de Laurent Wauquiez fut une fois encore battu aux municipales de 2020, mais il favorisa l’accès de conseillers municipaux peu fréquentables sous le buste de Marianne, dans le cadre de la proportionnelle et des sièges accordés aux listes minoritaires.

« Un large éventail de compétences – hebdo-ardeche.fr

https://www.hebdo-ardeche.fr/actualite-9351-un-large-eventail-de…

Fait encore plus incroyable : le leader LR Marc-Antoine Quenette a toujours mis en avant, à chaque élection, son titre d’énarque et sa fonction de magistrat financier. Pourquoi ce brillant magistrat, qui a accès au fichier CASSIOPEE, ne s’est-il pas renseigné sur le passé et les ennuis judiciaires de ses colistiers ? Parce qu’il était persuadé qu’il allait gagner la mairie d’Annonay avec le vote musulman ? Parce qu’il est persuadé d’avoir un flair infaillible ? Il est vrai que beaucoup d’électeurs annonéens lui prêtent un ego surdimensionné. C’est aussi pour cela qu’une majorité d’électeurs lui ont préféré un clone socialiste d’Olivier Dussopt, un dénommé Simon Plenet.

Au passage, le ministre du travail Olivier Dussopt, qui fait un « SAUR » aux retraites, doit se « fendre la gueule » car l’affaire Jamal Naji fait oublier ses propres frasques avec le distributeur d’eau duquel il a accepté des pots de vins et sa mise en examen par le parquet national financier. Quel retour de bâton pour le donneur de leçons LR Marc-Antoine Quenette !

Nous avons patienté plusieurs jours pour reprendre cette information. Pourquoi ? D’abord pour la vérifier auprès des services d’enquêtes. Ensuite pour obtenir la réaction des responsables politiques des Républicains, au niveau régional et au niveau national. Que nenni. Aucun de ces notables n’a eu le courage de nous rappeler pour communiquer sur les affaires Marc-Antoine Quenette et Jamal Naji. Courage, fuyons !

Le fonds de l’affaire est parfaitement résumé par le quotidien Le Dauphiné Libéré, dans son édition du 10 décembre 2022. Nos confrères écrivent : « Annonay (07) : L’élu ardéchois Jamal Naji mis en examen pour trafic de stupéfiants et blanchiment. “Une affaire tentaculaire” ; “un trafic qui s’étend au-delà de l’Ardèche” ».

Ils ajoutent : « Le conseiller municipal annonéen Jamal Naji, placé sous contrôle judiciaire, nie en bloc sa participation présumée à un trafic de stupéfiants et à du blanchiment. Le temps de l’enquête, il a choisi de se mettre en retrait de la vie politique….. Un élu annonéen est aujourd’hui pris dans le tourbillon d’une affaire tentaculaire de trafic de stupéfiants qui remonte à plusieurs années et s’étend au-delà de l’Ardèche. À la suite de perquisitions réalisées à Annonay en début de semaine, une petite dizaine de personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. »

Certes, le choix de recrutement de LR s’est basé sur la couverture officielle affichée par Jamal Naji. Officiellement, c’était un honnête commerçant et restaurateur spécialisé dans la restauration de type rapide et le CROQ SANDWICH. Mais, il semblerait, au vu des mois d’enquêtes, que l’homme ait croqué ailleurs, dans un secteur certes illégal, mais beaucoup plus lucratif.

 

NAJI JAMAL (448503797) : Chiffre d’affaires, statuts, Kbis

https://www.pappers.fr/entreprise/naji-jamal-448503797

Etablissements de l’entreprise NAJI JAMAL Siège Fermé 448 503 797 00012 Adresse : RES ST CHARLES-BAT G2 DOM DE LA GARE 07100 ANNONAY Date de création : 10/02/2003

Qui disait que les élus et candidats aux élections devaient être blancs comme neige et avoir un casier judiciaire vierge ? On peut désormais rajouter  NAJI JAMAL au casier judiciaire de la République.

 

Francis GRUZELLE

Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

(1) La résidence ardéchoise d’Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics, a été perquisitionnée par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), a-t-on appris mercredi 19 août 2020, via une dépêche de l’Afp. Car Olivier Dussopt, ami d’Emmanuel Macron, fait partie de ces ministres et politiques corrompus, déviants, dénoncés dans plusieurs livres et dans une foule de liens internet..

https://www.ladepeche.fr/2020/08/19/corruption-et-prise-illegale-dinterets-le-domicile-du-ministre-olivier-dussopt-perquisitionne-9026335.php

Pourtant, il est toujours en poste. Il a même été promu ministre du travail par Emmanuel Macron. En effet, celui qui était encore secrétaire d’État à la Fonction publique, avant d’être promu dans le gouvernement Castex, avait alors expliqué n’avoir pas déclaré deux lithographies du peintre Gérard Garouste (très coté sur le marché : la moindre de ses œuvres est vendue 2 000 euros) à la déontologue de l’Assemblée nationale – comme c’est requis pour tout cadeau de plus de 150 euros – car il « ignorait la valeur » des deux tableaux. Le PNF n’était pas joignable dans l’immédiat pour confirmer ce développement de l’enquête.

L’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), a aussi perquisitionné, mercredi 19 août 2020, les locaux d’entreprises du Nord Ardèche, dont la Saur, 3e entreprise française spécialisée dans la fourniture d’eau et dans le traitement des eaux usagées, soupçonnées d’avoir versé des pots de vin contre l’attribution de faveurs, au ministre Olivier Dussopt, comme l’a indiqué une source proche du dossier, confirmant une information de Mediapart et une dépêche de l’Afp.

 

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

« Corruption » et « prise illégale d’intérêts » : …

https://ripostelaique.com/corruption-et-prise-illegale-dinterets…
https://www.ladepeche.fr/2020/08/19/corruption-et-prise-illegale-dinterets-le-domicile-du-ministre-olivier-dussopt-perquisitionne-9026335.php
https://ripostelaique.com/proche-de-macron-jean-francois-husson-le-monsieur-immobilier-du-senat.html



Des pirates s’accaparent des pompes à essence et vendent le litre à 3 euros

Le fil d’anticipation « Mad Max » devient réalité en Ile de France avec les jeunes des banlieues qu’ils soit migrants ou Français !

La station de Villers-le-Bel piratée et des automobistes obligés d’acheter l’essence à plus de 3 euros le litre.

Comme dans le célèbre film « Mad Max » où la lutte devient sévère pour quelques gouttes d’essence ! En Île-de-France, à différents endroits des pirates ont pris le contrôle de pompes à essence, puis ont revendu le précieux carburant à plus de 3 euros le litre aux automobilistes. Mais aussi dans d’autres secteurs comme le montrent ces articles publiés par nos confrères Français de souche.

L’histoire est complètement hallucinante. Une bande de jeunes a réquisitionné une station essence du groupe Total dans le Val d’Oise. « Les individus filtraient les usagers et refusaient l’entrée aux personnes n’appartenant pas au quartier », a indiqué une source policière à l’Agence France Presse.  Les faits se sont déroulés à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), les pirates attaquant une station du groupe Total.

Selon l’Agence France Presse, les individus se sont même permis de vendre le carburant à un tarif prohibitif sous le regard ahuri et impuissant des automobilistes et de la responsable de la station.

Lorsque les policiers sont arrivés sur place, les individus avaient déjà pris la fuite et étaient toujours recherchés ce mardi. Un jeune homme d’une vingtaine d’années a été interpellé pour outrage.

D’une manière plus générale, dans notre France à la dérive, ces actes de piratage, complétés ici et là par du siphonnage des réservoirs des véhicules en stationnement, des vols de carburant, etc. ont mis en lumière la pénurie de carburant qui touche les stations-essence.  D’après les informations de RMC, la police a mis fin à l’occupation illégale en procédant seulement à une interpellation, toujours selon RMC.

Beaucoup d’automobilistes issus des quartiers ont accepté ce racket pour pouvoir rouler et se rendre à leur travail. Ceux qui refusaient étaient sérieusement menacés selon la police. Plusieurs conducteurs ont même essuyé des châtaignes.

Dans le détail, ces individus ont décidé d’assurer, à leur manière, la distribution des carburants. De cette façon, si les habitants et les migrants du quartier étaient bel et bien autorisés à se servir librement, il a été proposé aux autres par les délinquants des bidons remplis, dont le prix avait été fixé par leurs soins, à plus de trois euros le litre. Plus cher que du pinard de base. Certains automobilistes, qui ont refusé de se soumettre à leur système, ont été violentés, puis priés de quitter la file d’attente. Finalement, l’intervention des forces de l’ordre a permis de mettre un terme à cette situation de racket d’un autre âge et ayant cours dans d’autres pays (Afrique, Moyen Orient). On peut être surpris du fait qu’un seul individu âgé d’une vingtaine d’années ait été interpellé, alors qu’il s’agissait d’un racket en bande organisée.

Dans un autre secteur, les policiers ont interpellé hier à Étampes (Essonne) quatre individus pour vol de carburant. À l’intérieur de leur véhicule une cuve contenant 2 000 litres de gazole a été saisie. La découverte intrigue dans le contexte de pénurie de carburants que connaît la France. Les quatre individus interpellés étaient tous des migrants selon une source policière.

Ainsi va la France de 2022 et de Macron.

Francis GRUZELLE

Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Lire aussi :

Blocage des raffineries : l’impuissance du garde d’Esso Éric Dupond-Moretti

Pénurie d’essence : en Haute-Savoie, un automobiliste impatient poignarde un autre client de la station-service

 




Blocage des raffineries : l’impuissance du garde d’Esso Éric Dupond-Moretti

Suite à l’impuissance du garde d’Esso Éric Dupond-Moretti, la France se paralyse par manque de carburant.

Une situation inédite dans l’Est de la France : pratiquement toutes les stations de Meurthe-et-Moselle sont à sec au niveau carburant et sont fermées suite aux blocage des raffineries (cliché Francis GRUZELLE).

A Vézelise la station-service du supermarché G 20 est fermée depuis plusieurs jours ! A sec….   (cliché Francis GRUZELLE).

Suite à l’impuissance du garde d’Esso Éric Dupond-Moretti et du ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, incapables d’utiliser la force publique pour débloquer les dépôts de carburants et les raffineries en grève, suite à l’impuissance du ministre de l’économie, incapable d’imposer des négociation salariales aux dirigeant de Total et d’autres marques, des millions d’automobilistes français sont à sec. Dans certains départements, comme la Meurthe-et-Moselle, 95 % des stations-services indépendantes ou de la grande distribution sont fermées  suite aux blocage des raffineries et du gouvernement Borne, aveugle face à la détresse des automobilistes et des transporteurs routiers.

Selon les informations officielles, la grève se poursuit dans plusieurs raffineries et dépôts de carburant de TotalEnergies et Esso, filiale d’ExxonMobil. Le mouvement de grève pour les salaires chez TotalEnergies a été reconduit lundi jusqu’à mardi et étendu à une quinzaine de stations-service autoroutières du réseau Argedis, filiale de TotalEnergies, selon l’AFP.

Dans le cadre des informations plus ou moins contradictoires, voire fausses, diffusées par la direction des firmes pétrolières, ce lundi, Total a indiqué être disposée à négocier avec les syndicats à condition que ceux-ci décident du déblocage des raffineries. Mais le directeur du raffinage Europe du groupe a néanmoins rappelé qu’en cas de fin du mouvement de grève, la situation ne reviendrait pas à la normale immédiatement« Nous faisons le maximum pour approvisionner les Français. On mobilise l’ensemble de la chaîne logistique. Il y a les points de blocage liés au mouvement en cours mais on essaye de les contourner le plus possible. On souhaite le déblocage de la situation de manière à faciliter le réapprovisionnement et dans ce contexte, il faut une grosse semaine pour retrouver un rythme normal », a expliqué Jean-Marc Durand, joint par téléphone.

Selon l’AFP, « Les salariés de la raffinerie de Normandie, près du Havre, dans le dépôt de carburants de Flandres, près de Dunkerque et à la « bio-raffinerie » de La Mède ont reconduit leur mouvement de grève, long déjà de plus d’une dizaine de jours, pour réclamer des augmentations salariales ».

 Pénurie de carburant : cartes interactives, Waze, applications… comment trouver une station-essence approvisionnée près de chez vous

Des milliers stations-essence touchées

Le mouvement a également été reconduit dans les deux raffineries françaises du groupe Esso-ExxonMobil. Les nouvelles stations-service touchées par cette extension du mouvement de grève sont les stations de Paisy (Rhône), Montluel (Ain), Ceignes (Ain), Lançon-Provence (Bouches-du-Rhône), ainsi que d’autres en région parisienne, mais aussi près de Rouen et dans la région de Strasbourg.

On croit rêver lorsqu’on entend les dirigeants de Total Énergie, qui, eux, ont du carburant pour leurs voitures de fonction.

https://www.lindependant.fr/2022/10/10/narbonne-face-a-la-penurie-de-carburants-le-groupe-total-energies-appelle-ses-clients-a-ne-pas-se-precipiter-en-station-10726584.php

Enfin, sur France Inter, l’autre ahuri du gouvernement Gabriel Attal a parlé « d’un week-end de galère pour les milliers voire les millions de Français » et le ministre du Budget Olivier Dussopt, qui s’était fait offrir deux tableaux de maîtres en contrepartie d’un marché public par les dirigeants de la Saur, groupe international de distribution d’eau, a dit « avoir conscience des grandes difficultés que ces pénuries génèrent ».

« Corruption » et « prise illégale d’intérêts » : …

Toutefois, le même ministre a assuré que le gouvernement « faisait vraiment tout pour que la situation puisse se régler dans la semaine ». Il devrait revoir sa copie et rester dans les histoires d’eau.

L’action du gouvernement consisterait, selon Gabriel Attal, « à mettre la pression pour que le dialogue social puisse avancer puisque je rappelle que le cœur de ce blocage est dû à la CGT qui veut anticiper des discussions sur les salaires qui devaient avoir lieu en novembre ». Maigres résultats d’un gouvernement aux abois dans une France à genoux.

Francis GRUZELLE

Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




Dauphiné Libéré: Teten Gentil veut sauver le sulfureux soldat Dussopt

Pour l’élection législative 2022, le « mariole » Olivier Dussopt affiche sa très grande proximité avec Emmanuel Macron. Des photos suffisantes pour faire oublier ses trahisons à l’égard des électeurs socialistes de 2007, 2012, 2017, le démantèlement par ses soins de la fonction publique, sa volonté de mettre la retraite à 65 ans, les ponctions de la CSG sur les comptes des retraités ?

a-christophe-Tostain.jpg

Olivier Dussopt a toujours affiché son amitié avec l’ancien PDG du Dauphiné Libéré Christophe Tostain (à sa gauche sur la photo), l’homme qui tabassait les femmes et outrageait et insultait les gendarmes les soirs de beuverie. Vu la proximité des deux hommes, le quotidien est-il crédible avec ses articles à la gloire de Dussopt ?

Quelle différence entre le correspondant local du Dauphiné Libéré d’Annonay « Teten » Gentil et un cireur de pompes ? Aucune ! Couvert par la nouvelle présidente directrice générale du titre Noëlle Besnard (qui a remplacé Christophe Tostain (2), le massacreur de ces dames), et par le rédacteur en chef Guy Abonnenc, Etienne Gentil, surnommé « Teten » dans les bas quartiers d’Annonay et les bistrots qu’il fréquentent, fait ouvertement campagne pour le ministre suspecté de corruption Olivier Dussopt, qui a accepté les pots de vins des sociétés des Eaux. Dans l’édition du 31 mai, en page 1, Teten titre « Olivier Dussopt un ministre candidat indétrônable ». Bigre !

La réalité du terrain : Dussopt battu à cause de l’histoire d’eau et du reniement des électeurs de gauche

Entre les rêves de Teten et la réalité, il y a un océan. Dans la réalité de terrain, du côté d’Annonay, aucun maire de la centaine de villes et villages de la 2e circonscription de l’Ardèche n’a accepté d’être le suppléant du ministre du travail Olivier Dussopt, accusé de corruption par le Parquet National Financier.

L’actuel ministre a du se rabattre sur une mère de famille de Glun (petit village de 693 habitants) Laurence Heydel Grillere, qui n’apparait qu’en bas de la page 4 du luxueux prospectus couleur d’Olivier Dussopt distribué dans les boites à lettres avec les prospectus commerciaux par une société spécialisée, à défaut de militants qui accepteraient de « tracter » pour Dussopt. Consolation en ce lendemain de la fête des mères (et non des maires) : Laurence Heydel Grillere est néanmoins l’une des adjointes au maire de Glun. A défaut d’un maire, une demie maire !

Pourtant, si Olivier Dussopt, reconduit dans le nouveau gouvernement, était réélu député de l’Ardèche, le suppléant ou la suppléante deviendrait automatiquement député. Cette anecdote montre que les maires ardéchois ne croient pas en la victoire d’Olivier Dussopt, un des ministres suspecté de corruption de l’ère Macron.

La rédaction de Riposte Laïque a relaté cette situation réelle dans son édition du 27 mai :

https://ripostelaique.com/ardeche-olivier-dussopt-accuse-de-corruption-risque-de-ne-pas-etre-reelu.html

Les rêves et délires de « Teten » Gentil : Dussopt réélu

Dans la fiction, il y a les rêves de « Teten » Gentil (par chance pour lui le ridicule ne tue pas) qui divague en ces termes sur son « héros Dussopt » : « Olivier Dussopt, semble indéboulonnable…. Les scrutins se succèdent, les Présidents changent, les partis politiques traditionnels explosent et Olivier Dussopt ne bronche pas dans la 2e  circonscription de l’Ardèche. L’Annonéen de 43 ans est toujours élu de la République, invaincu dans les urnes en son nom propre, 15 ans après avoir allumé la première mèche en juin 2007, comme benjamin de l’Assemblée nationale.

« Ce ne fut pas toujours simple, à l’image des dernières élections législatives en 2017. À la surprise générale, la méconnue candidate En Marche Laurette Gouyet-Pommaret, surfant sur la déferlante Macron, lui avait damé le pion au premier tour. Mais pas au second, l’animal politique, farouche défenseur de la laïcité, avait su remettre l’église au cœur du village avec un marathon de rencontres publiques. Au plus près des habitants, et des maires qu’il a côtoyés avec l’écharpe tricolore dans un sens ou l’autre (maire ou député)…. ». En intégralité du « Teten » très gentil et très proche d’Olivier Dussopt.

Le constat impartial du quotidien Le Progrès : Dussopt en grosses difficultés

Le Progrès, autre quotidien de la région Rhône-Alpes (qui appartient au même groupe Ebra (1) que le Dauphiné Libéré) est plus objectif et impartial que le DL. Dans son édition d’hier, il classe Olivier Dussopt parmi les ministres en grosses difficultés dans leur circonscription.

Avec le professionnalisme qu’on leur reconnait, les journalistes de la rédaction du Progrès ne visualisent pas le même match que « Teten » Gentil. Ils écrivent « Dans la 2ème circonscription de l’Ardèche, Olivier Dussopt, ministre du Travail, se frotte à un territoire où Marine Le Pen a obtenu des résultats au-dessus de sa moyenne nationale au premier (25,52% contre 23,15% sur la France entière) comme au deuxième tour (45,64% contre 41,45%). Surtout, Olivier Dussopt a été élu en 2017 avec l’étiquette socialiste. Et, comme Damien Abad ou Justine Bénin, il l’emportait précisément contre un candidat de La République en Marche…. ».

https://www.leprogres.fr/elections/2022/05/30/abad-bouguignon-benin-ces-ministres-candidats-dans-des-circonscriptions-perilleuses

Certes, note article va rappeler la publicité des singes pour la lessive avec « Omo plus costaud » et les brillantes prestations des chimpanzés du cirque Rech (ancien cirque Jean Richard). Il montre surtout les différences d’analyse entre des journalistes objectifs et un correspondant de presse amélioré très engagé. Il dévoile aussi les différences entre le quotidien Le Progrès, qui n’a jamais mangé dans la « gamelle de la mairie d’Annonay » et le quotidien Le Dauphiné Libéré qui a toujours bénéficié des annonces légales payantes et des publicités payantes de la mairie d’Annonay et de la communauté de communes lorsqu’Olivier Dussopt était aux manettes localement.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

(1) Est Bourgogne Rhône Alpes (EBRA) est le holding d’un groupe de presse quotidienne régionale française créé en février 2006 avec l’acquisition du pôle Rhône-Alpes de la Socpresse par le groupe Est républicain et la Banque fédérative du Crédit mutuel. Depuis septembre 2009, le Crédit Mutuel Alliance Fédérale est l’unique propriétaire du groupe, selon le site d’information Wikipedia.

Premier groupe de presse quotidienne régionale, il possède neuf quotidiens régionaux — dont Le Dauphiné libéréLe ProgrèsDernières Nouvelles d’Alsace et L’Est républicain — diffusés dans 23 départements de l’Est de la France, ainsi que trois hebdomadaires locaux et deux journaux gratuits. Il a également détenu une maison d’édition et plusieurs chaînes de télévision locales.

En 2015, le groupe a vendu chaque jour 970 245 exemplaires de ses neuf quotidiens régionaux pour un lectorat estimé en 2013 à 4,29 millions de lecteurs par jour. En 2014, les quotidiens ont reçu 5 385 000 visites uniques par mois sur leurs sites web et 1 999 000 sur leurs applications mobiles.

En novembre 2015, le groupe EBRA décide de quitter le syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR) à la suite d’un différend sur le paiement de la cotisation du Républicain lorrain.

En septembre 2017, Philippe Carli (ancien président de Siemens France et ex-DG du Groupe Amaury) succède à Michel Lucas à la tête du groupe de presse après avoir été chargé de réaliser un audit de ses activités.

Le groupe ayant enregistré en 2018 une perte de plus de 113 millions d’euros, annonce début juin 2019 le projet d’ouverture d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) qui concernerait 386 postes. En parallèle, le groupe envisage la création d’une seconde structure qui emploierait 284 salariés à Houdemont, sur le site de L’Est Républicain. La direction espère voir le projet se mettre en place le 1er janvier 2021.

Le 18 mars 2022, EBRA rachète l’éditeur de presse en ligne Humanoid (qui détient notamment Numerama) pour une somme comprise entre 40 et 60 millions d’euros d’après Le Figaro.

(2) https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/grenoble-prison-requise-contre-l-ancien-pdg-du-dauphine-libere-juge-pour-violences-conjugales-en-recidive-2322454.html

https://www.sudouest.fr/justice/le-pdg-du-dauphine-libere-poursuivi-pour-violences-contre-une-femme-1577095.php

https://ripostelaique.com/tag/christophe-tostain-le-massacreur




Ardèche: Olivier Dussopt, accusé de corruption, risque de ne pas être réélu

Conseil de Macron à Dussopt : « Olivier, arrêtes de te faire offrir des lithographies numérotées en pots de vin par les distributeurs d’eau ou des bouteilles d’alccol millésimées par une distillerie de l’Ardèche ! Tu as assez déconné ces derniers temps, et c’est le dernier avertissement ».

Depuis 20 ans, le quotidien Le Dauphiné Libéré et ses dirigeants successifs ont « sponsorisé » l’irrésisistible ascension du socialiste Olivier Dussopt et couvert ses errements et dérives.

En 2017, pendant qu’il reprochait son manque d’éthique à François Fillon, Olivier Dussopt se faisait offrir de luxueuses lithographie contre l’octroi d’un marché public !

Olivier Dussopt, un homme seul dans la ville d’Annonay ?

Mardi 24 mai 2022 à 18 heures, une manifestation contre Éric Dupond-Moretti, Gérald Darmanin et Damien Abad s’est déroulée à Paris.

Le nouveau ministre Damien Abad a été lâché, en cinq minutes, par tous ses amis hauts placés, dont le président du Sénat Gérard Larcher.

Député socialiste de l’Ardèche jusqu’au 24 décembre 2017, le nouveau ministre du travail est visé par des procédures judiciaires suite aux articles de Mediapart,  dévoilant une affaire de corruption dès le 20 mai 2020.

Le journal Mediapart révèle qu’en janvier 2017, Olivier Dussopt s’est fait offrir des lithographies (5) numérotées du peintre Gérard Garouste (Les deux oeuvres en question se nomment La Reine Esther (6) et Le Compagnon, le Coq) par un dirigeant local de la Saur (3), quelques jours après avoir annoncé, en tant que maire, un partenariat industriel avec la même Saur pour l’installation d’une micro-turbine hydroélectrique sur la commune d’Annonay. Le contrat, négocié à partir de 2016, est signé en juin 2017. Ces œuvres sont estimées à un peu plus de 2 000 euros.

Olivier Dusspot (4) ne les a pas déclarées alors que c’est obligatoire pour « les dons, avantages […] d’une valeur qu’ils estiment supérieure à 150 euros dont ils ont bénéficié à raison de leur mandat », selon le code de déontologie de l’Assemblée nationale. Après avoir menti et déclaré que c’était un cadeau d’« un ami »,  fait par Franck Meneroux (2), l’un des dirigeants de la Saur en Ardèche, qui est par la suite démenti par l’intéressé Franck Meneroux, Olivier Dussopt reconnaît finalement que c’était bien un « cadeau de l’entreprise » et déclare qu’il va le restituer.

C’est oublier un peu vite les propos tenus par Olivier Dussopt au début de l’année 2017. Il expliquait qu’un élu condamné après avoir « utilisé les prérogatives qui étaient les siennes pour s’enrichir, pour détourner, pour dévier et vicier l’intérêt public et bafouer l’intérêt général », « ça devrait être éliminatoire »… Et en mars 2017, moins de deux mois après avoir reçu les « lithographies pots de vin », Olivier Dussopt ironisait sur les « cadeaux dispendieux », au moment où l’on apprenait que le candidat de LR François Fillon s’était vu offrir des costumes onéreux par l’avocat Robert Bourgi et qu’il évoquait alors le cadeau « d’un ami « . Plus faux cul qu’Olivier Dussopt, tu meurs !

Dans le quotidien Le Dauphiné Libéré, qui occulte les faits de corruption à ses lecteurs et qui présente Olivier Dussopt comme une victime de Médiapart, Olivier Dussopt indique « qu’il saisit la déontologue de l’Assemblée nationale afin qu’elle « vérifie la conformité de [son] choix initial. Il réfute que ces cadeaux aient constitué des remerciements aux marchés (trafic d’influence) confiés à la Saur, affirmant que celle-ci a « remporté ces marchés » parce qu’elle « était la mieux-disante ». »

Olivier Dussopt est depuis visé par une enquête du parquet national financier confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), ouverte pour « corruption » et « prise illégale d’intérêts », et son domicile d’Annonay est perquisitionné par la police le 18 août 2020.

Olivier Dussopt pourrait être contraint de démissionner du gouvernement à l’issue des législatives s’il n’est pas réélu dans l’Ardèche. Élu en juin 2007, puis en 2012 et 2017, sous  l’étiquette socialiste, parti qu’il a quitté le 24 décembre 2017 pour entrer au gouvernement, le sortant n’est pas assuré d’être reconduit par les électeurs dans la 2 ème circonscription de l’Ardèche (celle du Nord).

Comme Damien Abad (1), sous le coup d’accusations de viol portées par deux femmes, ou le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, aussi visé par une plainte pour viol, pour laquelle le parquet a requis un non-lieu en janvier dernier (qui est pour sa part resté à Beauvau), Olivier Dussopt s’accroche à son poste au gouvernement jusqu’aux législatives. Le scrutin constituera une porte de sortie. Dimanche, l’Élysée a fait savoir que tout ministre candidat aux législatives qui serait battu devrait démissionner. Une règle qui vise les 15 membres de l’exécutif candidats, y compris la première d’entre eux, Élisabeth Borne.

Percée de Le Pen dans la circonscription de Damien Abad en avril

En avril dernier à la présidentielle, la cinquième circonscription de l’Ain a massivement voté pour Marine Le Pen, la plaçant en tête du premier tour avec 27,4% des voix, devant Emmanuel Macron (22,7%) et Jean-Luc Mélenchon (20,3%). Au second tour, Emmanuel Macron s’est imposé sur le fil avec 50,8%, contre 49,2% pour Marine Le Pen. S’il serait hasardeux de prédire le résultat de la législative à cette seule aune, la percée de la candidate d’extrême droite au détriment d’Emmanuel Macron constitue a minima un indicateur.

De surcroît, Damien Abad aura face à lui un candidat Les Républicains, en la personne de Julien Martinez, conseiller municipal à Oyonnax. Une candidature qui pourrait contribuer à un émiettement des voix et jouer en défaveur du député sortant. L’investiture de Julien Martinez a été actée en dernière minute, Damien Abad s’étant écarté de LR à la veille de la date limite pour déposer son dossier en préfecture.

« J’y vais parce que Damien Abad nous a baladés. Il a manqué de clarté vis-à-vis de ses intentions. Quand on est un chef, impliquant de nombreuses responsabilités, on ne peut pas avoir l’attitude qu’il a pu avoir », a tancé le candidat LR officiel dans les colonnes du Progrès à l’égard de l’ancien patron des députés LR.

Olivier Dussopt, Damien Abad feront-ils partie de la « même charrette » au soir du 19 juin ? Malgré l’inconditionnel soutien du quotidien Le Dauphiné Libéré pour le premier et du journal Le Progrès pour le second.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 

(1) En plein confinement, alors que les restaurants étaient fermés, l’élu aindinois Damien Abad faisait partie des convives d’un prestigieux club d’affaires situé sur les Champs-Élysées à Paris. Le quotidien du soir  « Le Monde » évoque un « luxueux déjeuner », celui de la Fédération Nationale des Travaux Publics, le club TP 90 installé au dernier étage d’un immeuble luxueux de l’avenue des Champs-Elysées, doté d’une terrasse avec vue sur la Tour Eiffel.

Parmi les convives des déjeuners ou dîners se tenant en ces lieux feutrés où le luxe le dispute à la qualité des menus servis, concoctés par les équipes du chef étoilé Michel Sarran, figure, aux côtés de nombreux chefs d’entreprise et de politiques, le député de la 5e circonscription de l’Ain, Damien Abad.

(2) https://www.bing.com/ck/a?!&&p=bed2710526e44fbc3795c77a9aaccf12e74db29aaf1f39a76c66da8fb70ba4ffJmltdHM9MTY1MzY1NDA1MCZpZ3VpZD1mMThiODRkMy1kNDhkLTQ5ZGEtOTcwOS1hMzAzYzI0NGQzNDAmaW5zaWQ9NTM3Mg&ptn=3&fclid=72089f83-ddb7-11ec-a5b0-cb8e43893cd1&u=a1aHR0cHM6Ly9pc3N1dS5jb20vc2F1cmZvbmRhdGlvbi9kb2NzL3JhcHBvcnRfZF9hY3Rpdml0X19kZV9sYV9mb25kYXRpb25fc2F1ci8zOA&ntb=1

(3) En mars 2018, l’émission Cash Investigation dénonce, lors d’une enquête sur le contrat liant l’agglomération de Nîmes Métropole et la Saur depuis 2002, une marge trop importante effectuée par la société Saur. L’expert-comptable Patrick du Fau de Lamothe annonce dans l’émission que les Nîmois paient entre 30 et 40 % leur eau trop chère. Il a également signalé que la marge effectuée par Saur à Nîmes était « deux à trois fois plus importante que celle réalisée par les opérateurs de l’eau à Cergy, Dunkerque ou Toulouse »

(4) La défense du ministre est d’autant plus embarrassée que par le passé Olivier Dussopt s’était montré très sévère avec ce type de comportement. Lors de la campagne présidentielle 2017, il expliquait qu’un élu condamné après avoir « utilisé les prérogatives qui étaient les siennes pour s’enrichir, pour détourner, pour dévier et vicier l’intérêt public et bafouer l’intérêt général », « ça devrait être
éliminatoire »… Et en mars 2017, moins de deux mois après avoir reçu les lithographies, Olivier Dussopt ironisait sur les « cadeaux dispendieux », au moment où l’on apprenait que le candidat de LR François Fillon s’était vu offrir des costumes onéreux par l’avocat Robert Bourgi et qu’il évoquait alors le cadeau d’un ami .

(5) Les œuvres, estimées à « un peu plus de deux mille euros », ont été offertes par l’intermédiaire de Franck Meneroux, l’un des dirigeants de la Saur, selon Mediapart. « Problème : seulement quelques jours avant de se voir offrir les lithographies de Garouste, Olivier Dussopt a annoncé publiquement en tant que député-maire d’Annonay un partenariat industriel avec… la Saur pour l’installation d’une
micro-turbine hydroélectrique sur la commune », indique Mediapart. Dussopt a donc bien reçu des pots de vin d’un distributeur d’eau. Santé Olivier Dussopt !

(6) Gérard Garouste représente ici la reine Esther, qui, dans la tradition juive, est vue comme un instrument de la volonté de Dieu pour empêcher la destruction du peuple juif, les protéger.




Melenchon se fait baiser par le PS en Ardèche

Pendant qu’Olivier Dussopt pédale dur pour Emmanuel Macron, l’ancien président du département Laurent Ughetto s’autoproclame candidat PS et de gauche aux élections législatives.

A la veille des élections législatives, rien ne va plus entre l’Union populaire de Mélenchon et les candidats de gauche. On assiste même à un beau bordel en Ardèche. Ambiance.

« Melenchon cornichon » lâche un socialiste ardéchois après que le groupe politique de Jean-Luc Melenchon ait fait connaître son désaccord, le 28 avril 2022, face aux déclarations de candidatures aux élections législatives de différentes personnalités de la gauche ardéchoise. Mélenchon oublie une chose : les Ardéchois ont toujours défié Paris, et les leaders ardéchois du PS considèrent Mélenchon comme un bouffon. Et Olivier Dussopt, qui pédale dur pour Emmanuel Macron, comme un traître à dézinguer.

Dans un communiqué, les mélenchonnistes de l’Union populaire du Centre Ardèche font « connaître leur désaccord face aux déclarations de candidatures aux élections législatives de différentes personnalités de la gauche ardéchoise ».

Ils écrivent : “Alors que les négociations nationales sont entamées entre l’Union populaire et les différents partis de gauche afin de réaliser l’union souhaitée par les électeurs sur un programme de rupture à la politique d’Emmanuel Macron ; certains en Ardèche se déclarent déjà candidats. Cela crée de la confusion auprès des électeurs de gauche.” Une absence de cette Union qui, selon eux, “pourrait favoriser la montée de l’extrême droite”. Ils font notamment référence à l’ancien président socialiste du département Laurent Ughetto (PS) , qui a oser lancer sa campagne avec une conférence de presse  à Antraigues-sur-Volane (le village de Jean Ferrat (1)…), dans le Sud-Ardèche, mercredi 27 avril.

Ils mettent astucieusement en avant leurs “chefs de file”, Jeanne Voiry et Cédric Piviers, inconnus en Ardèche, qui sont “respectueux des engagements nationaux” et “attendent donc l’investiture officielle de tous les candidats de gauche”. Elle devrait être déterminée le 7 mai après la Convention législative qui se tiendra en Île-de-France.

Laurent Ughetto (2), le socialiste ardéchois qui défie Melenchon

Conseiller départemental et ancien président du département, Laurent Ughetto s’est autoproclamé candidat PS et de gauche aux élections législatives dans la 3e circonscription de l’Ardèche, avec une suppléante très connue dans le Sud, Astrid Riffard.

L’enfant du pays ne veut pas se laisser « emmerder » par Paris et par Mélenchon. Il ne s’en cache pas. Lors de la conférence de presse de présentation de sa candidature aux élections législatives, mercredi 27 avril à Antraigues (Sud Ardèche), Laurent Ughetto, conseiller départemental élu sur le canton de Vallon-Pont-d’Arc (premier symbole) et président du département jusqu’en 2021, a réaffirmé son appartenance au PS, tout en disant « sa volonté de faire entendre une autre voix et sa capacité à incarner une gauche moderne ».
Laurent Ughetto (PS)  a pris soin de lancer sa campagne par une conférence de presse donnée à Antraigues-sur-Volane, le village de Jean Ferrat (deuxième symbole ayant irrité le parti communiste), dans le Sud-Ardèche, mercredi 27 avril.
Dans la 1re circonscription de l’Ardèche (Privas), on voit mal le député sortant PS (4) Hervé Saulignac (ami et complice de Laurent Ughetto), élu en 2017 contre la machine de guerre LREM, succomber aux sirènes de la France insoumise et de l’union populaire.
Idem dans la 2e circonscription de l’Ardèche (Annonay et nord Ardèche) où la députée PS (3) Michèle Victory (ex-suppléante d’Olivier Dussopt) a montré sa force de caractère en restant ancrée et fidèle au PS, contre vents et marrées. Alors Melenchon n’a cas bien se tenir !
Une chose est sûre : le marchand de farce et attrapes Jean-Luc Mélenchon a perdu la main en Ardèche.

(1) Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat, né le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Seine-et-Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche), est un auteur-compositeur-interprète français. Auteur de chansons à texte, il alterne durant sa carrière chansons sentimentales, chansons poétiques et chansons engagées et a souvent maille à partir avec la censure. Reconnu pour son talent de mélodiste, il met en musique et popularise nombre de poèmes de Louis Aragon avec l’approbation de celui-ci, selon le site Wikipedia.

En 1974, Christine Sèvres et Jean Ferrat décident d’aller vivre en Ardèche, près de Vals-les-Bains, à Antraigues-sur-Volane, dont il connaît le maire communiste, le peintre Jean Saussac. Il y a acheté, en 1964, une ferme, perdue au milieu de 20 hectares, où ils vivent entourés de leurs chiens, chats et de leur ânesse appelée « Justice sociale ». Il sera un temps conseiller municipal et maire-adjoint de la commune. La fille de Christine, Véronique Estel, désormais majeure, les suit.

Jean et Christine, couple libre, s’éloignent mais continuent de partager la propriété d’Antraigues. Jean vit en couple avec Colette Laffont, professeure d’éducation physique et sportive rencontrée en 1971, tout en continuant de s’occuper de Christine, gravement malade (il attendra janvier 1992 pour épouser Colette, à Ivry-sur-Seine).

(2) Aux  élections départementales de 2021 , Laurence Allefresde et Laurent Ughetto (PS) sont élus avec 64,39 % des suffrages exprimés (4 007 voix pour 6 582 votants et 16 637 inscrits).

(3) Michèle Victory, née en 1958 à Bône (ancienne Algérie française) est une femme politique française, membre du Parti socialiste, selon le site Wikipedia. Adjointe au maire de Tournon-sur-Rhône de 2001 à 2008, elle devient suppléante en 2007 du député Olivier Dussopt. Le 24 novembre 2017, Dussopt quitte l’opposition parlementaire au second gouvernement Édouard Philippe pour la fonction de secrétaire d’État du même gouvernement, selon le site Wikipedia. Elle devient députée en décembre 2017, s’inscrivant dans l’opposition au gouvernement.

(4) Hervé Saulignac, né le 6 novembre 1970 à Privas (Ardèche), est un homme politique français, selon le site Wikipedia. Il est député de la 1re circonscription de l’Ardèche depuis le 18 juin 2017 et conseiller départemental du canton de Privas. En tant que membre du Syndicat Mixte de l’Espace de Restitution de la Grotte Chauvet, Hervé Saulignac a piloté le projet d’inscription de la grotte ornée du Pont d’Arc dite grotte Chauvet au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle est inscrite sur la liste des biens culturels du patrimoine mondial depuis le 22 juin 2014 lors de la 38e session de l’UNESCO organisée au Qatar. Le 10 avril 2015, il a inauguré cette réplique aux côtés du Président de la RépubliqueFrançois Hollande.

 

 




Pâtes pour 10 millions de français, Macron lui a festoyé à Versailles 

Comme le faisait Louis XVI, pendant que le bon peuple crevait de faim, Emmanuel Macron festoye à « La Lanterne » à Versailles avec ses courtisans.

Le président de la République Emmanuel Macron n’est pas rentré à l’Élysée après son discours de victoire, ce dimanche 24 avril. Il a pris la direction de la Lanterne, résidence présidentielle à Versailles, pour fêter sa réélection à la présidence de la République. A « La Lanterne », Emmanuel Macron s’est mis à l’ombre des rois.

https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2020-12-18/quest-ce-que-la-lanterne-cette-residence-ou-emmanuel-macron-sest-isole-pour-se-remettre-du-coronavirus-d4b745fc-90f9-456a-bbba-d76b86c77362

Pendant que 10 millions de français mangeaient des pommes de terre à l’eau ou des pâtes, Emmanuel Macron a fêté sa réélection au pavillon de « la Lanterne » avec le menu suivant :

Mises en bouche

Foccacia aux herbes façon pissaladière,
Pâté croûte de volaille fermière, citron confit et pignons de pin,
Socca de pois chiche bio de Cucuron façon Tacos.

Entrée

Asperge verte de Mallemort, saumon fumé et condiment mimosa.

Poisson

Dos de St Pierre rôti, taboulé de courgettes au basilic, fumet crémé au Curry Madras.

Viande

Gigot d’agneau de Haute Provence confit, crumble à l’ail des ours, polenta gratinée et jus réduit.

Dessert

Comme un calisson, poire et melon, crème légère aux amandes, tuile glace royale.

Le tout arrosé de grands crus issus des meilleurs vignobles de France.

Entouré de ses proches, de plusieurs ministres, des dirigeants de LREM, et d’une cohorte de courtisans, Emmanuel Macron a donc partagé un repas copieux et abondant dans une ambiance joyeuse et festive, comme s’il célébrait la victoire de l’équipe de France au Mondial, dans cette ancienne résidence royale.

Au débit de la Ve République, la Lanterne a d’abord été la résidence des Premiers ministres

Le pavillon, construit sous Louis XVI, touche le parc du château de Versailles. Le domaine de quatre hectares est situé à tout juste une demi-heure de Paris. Elle a d’abord vu défiler bien des premiers ministres, adeptes du faste caractérisant cette luxueuse demeure, avant de devenir une « résidence présidentielle » depuis 2007. Car Nicolas Sarkozy estimait que ce luxueux domaine lui était plus adapté qu’à « son collaborateur François Fillion ».

En 2017, au soir du premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron avait privilégié « La Rotonde » pour festoyer. Nicolas Sarkozy avait lui choisi « le Fouquet’s » pour fêter sa réélection aux frais des français en 2007.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Consulter ces articles pour un complément d’information :

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/elections/pr%C3%A9sidentielle-2022-emmanuel-macron-va-f%C3%AAter-sa-victoire-%C3%A0-la-r%C3%A9sidence-de-la-lanterne-%C3%A0-versailles/ar-AAWxWef?ocid=uxbndlbing

https://www.sudouest.fr/elections/presidentielle/emmanuel-macron-fete-sa-victoire-a-versailles-a-la-residence-d-etat-de-la-lanterne-10718098.php




Ardèche : Marine Le Pen en tête sur les terres d’Olivier Dussopt

Le ministre du budget Olivier Dussopt a été propulsé en politique par le parti socialiste et par le quotidien « Le Dauphiné Libéré » et ses dirigeants de l’époque, souvent aux côtés du jeune député maire d’Annonay.

Nul n’est prophète dans son pays. Le ministre LREM du budget Olivier Dussopt doit méditer cet adage populaire ce soir. En effet, le tableau (pas le pot de vin offert par la Saur pour l’obtention des marchés de l’eau) des résultats confirme une percée de Marine Le Pen dans les communes de la circonscription électorale du ministre du budget et des comptes publics.

Pour le deuxième tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national, semble néanmoins avoir convaincu dans de nombreux communes du Nord Ardèche.
C’est notamment le cas à Ardoix (393 pour elle, 319 pour son adversaire), à Bogy (143 à 118), à Brossainc (85 à 61), à Champagne (203 à 138), à Cheminas (107 à 85), à Eclassan (292 à 281), de peu à Etables (234 à 232), à Limony (245 à 178), de deux voix à Ozon (104 à 102), à Pailharès (97 à 93), à Peyraud (152 à 107), à Saint-Cyr (421 à 373), à Saint-Romain-d’Ay (351 à 282), à Saint-Victor (317 à 256), à Satillieu (430 à 411), à Sécheras (155 à 148), à Vanosc (256 à 231), à Villevocance (372 à 259), à Vinzieux (130 à 127), ou encore à Vocance (195 à 94).
Le cas de Brossainc est significatif, avec des électeurs qui ont accordé 60 % des suffrages à Marine Le Pen, alors que le maire de Brossainc, Christian Massola, est encarté LREM. Il a même été, pendant plusieurs années, un des responsables du comité En Marche du Nord Ardèche.
A la lumière de ces premiers chiffres, le ministre LREM Olivier Dussopt va-t-il se représenter dans la deuxième circonscription de l’Ardèche ? Pour mémoire, aux législatives de 2017, il avait été élus sous l’étiquette PS, avant de jeter sa carte rose aux orties pour un strapontin ministériel. Sa suppléante Michele Victory est restée encartée au PS et siège dans le groupe socialiste à l’Assemblée Nationale.
En somme, un homme de conviction, grand amateurs d’art et de tableaux gratuits, avide de pouvoir.
Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411
Articles constituant un complément de lecture :
https://ripostelaique.com/le-ministre-olivier-dussopt-accepte-les-pots-de-vin-des-distributeurs-deau.html?print=pdfhttps://www.lemonde.fr/societe/article/2020/08/19/le-domicile-d-olivier-dussopt-perquisitionne-dans-le-cadre-d-une-affaire-pour-corruption-et-prise-illegale-d-interets_6049361_3224.htmlhttps://ripostelaique.com/tag/perquisitions-chez-olivier-dussopt



Dussopt et Lemaire vendent 1 000 bouteilles pour combler le déficit

Les inconditionnels soutiens d’Emmanuel Macron sont aux abois, et ne savent plus quoi faire pour faire réélire leur employeur. Il y a ceux qui distribuent des oeufs de Pâques aux enfants de la part du candidat président, en espérant les suffrages des parents. D’autres, les locataires de Bercy par exemple, annoncent la vente de 1 000 bouteilles de pinard pour combler le déficit budgétaire. La grande braderie de Bercy est en marche.

On connaissait la passion du ministre du budget et des comptes publics Olivier Dussopt pour les tableaux de peinture des grands maitre, notamment ceux qu’il se faisait offrir en contre partie de l’octroi de marchés publics à un grand groupe.

https://ripostelaique.com/le-ministre-olivier-dussopt-accepte-les-pots-de-vin-des-distributeurs-deau.html

https://lesobservateurs.ch/2021/12/28/grand-est-la-bataille-de-suez-pour-les-ordures/

https://ripostelaique.com/corruption-et-prise-illegale-dinterets-perquisition-chez-olivier-dussopt.html

On connaissait moins l’intérêt d’Olivier Dussopt et de l’ineffable Bruno Le Maire pour les grands crus de vins. A la veille des fêtes pascales, les deux complices d’Emmanuel Macron proposent « le vin de Pâques ». Enfin Presque ! Puisque la vente des précieux nectars aura lieu à la fin du mois.

L’information est confirmée par la DNID (direction nationale d’interventions domaniale), sous service de la Direction générale des finances publiques, sous la forme d’une vente aux enchères exceptionnelle exclusivement consacrée aux grands crus, organisée le samedi 30 avril prochain à DIJON.

La grande braderie de Bercy

Et Bercy précise « Plus de 1000 bouteilles regroupées en 200 lots représentant les plus grands crus en particulier de Bourgogne et du Bordelais vont être proposées aux enchères. La vente se tiendra à partir de 10h dans la magnifique salle de Flore du Palais des Ducs de Dijon mise à disposition par la municipalité. Des enchères pourront également être portées sur internet en enchérissant sur la plate-forme Drouot Digital pendant toute la durée de la vente. »

On apprend aussi que la vente sera précédée d’une exposition au Caveau des Architectes le 30 avril entre 9h et 12h. Et les amateurs des « vins de Bercy » pourront consulter le catalogue sur le site de Drouot : https://drouot.com/v/124472-vente-cav-dijon

On vit dans un pays formidable. Pas de nez rouge pour les deux ministres logés à Bercy ! Ils n’ont pas bu les goulellantes chopines. Mais les voila transformés en marchands de pinard à quelques jours du 2 ème tour de l’élection présidentielle. Pour inciter tous les amoureux des vins à voter pour Emmanuel Macron ?

Vous imaginez le général de Gaulle demander à son fidèle ministre de la culture André Malraux d’aller vendre du pinard de la République une semaine avant le second tour de l’élection présidentielle de 1965 ?

Pour Bercy (ministère de l’économie et des finances), « Cette vente se veut une nouvelle illustration du dynamisme institutionnel… ».

Alors, en cette avant veille de Pâques, alors que les « cloches rentrent de Rome », santé gentils électeurs !

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




Et la Ve République enfanta Emmanuel Néron Macron

NeronRome.jpg

Que Macron manipule, mente, insulte et méprise, franchement ce n’est pas une surprise. Jamais nous n’avons eu un président, dans le monde, qui méprise et insulte autant son peuple ! Sauf Neron, l’empereur fou de Rome, qui incendia la capitale et fit périr des dizaines de milliers de romains.

Mais je regrette que les opposants d’Emmnel Macron ne soient pas plus virulents sur son bilan. Pourtant, il y a le choix ! Jamais un gouvernement n’a eu autant de « démissions ». Jamais un gouvernement n’a eu autant de ministres avec des problèmes de justice. Comme si les gouvernements de Macron avaient été constitués par les SPIP (services pénitentiaires d’insertion et de probation).

Jamais un entourage de président n’a eu autant d’histoires sordides : agressions sexuelles, vols, corruption, détournements de fonds, exhibitions sexuelles….  Avec des champions comme Benalla , Sybeth , Buzyn , Griset, Dussopt, Dupont-Moretti, Bayrou, Elimas, Ferrand, Fabius, de Sarnez, Goulard, Darmanin,…… liste non exhaustive ! Vingt huit ministres concernés. Le président du conseil constitutionnel aussi ! Il y aurait de quoi écrire un livre « Le casier judiciaire de la République ».

Mais, dimanche, le « Vox Populi » a parlé. Les candidats de 70 % des français mécontents ont été écartés des arènes de la démocratie par « Neron Macron ». Même s’il est détesté par tous ceux qu’il a déçus.

Jamais un chef de l’état de la Ve République n’ autant occupé l’espace médiatique à son profit lorsque le pays croule sous les malheurs. Par exemple, en prononçant neuf allocutions sur le Covid-19 en à peine deux ans. Ou en usurpant sa fonction à des fins électorales lors d’échéances mal engagées pour LREM. Avant les dernières élections régionales, il a engagé un tour de France, aux frais de l’état, pour soutenir des listes LREM partisanes et incompétentes.

Plus récemment, il a usurpé sa fonction en retardant, jusqu’à l’extrême limite sa déclaration de candidature.

Emmanuel Neron Macron n’a jamais réussi à se défaire vraiment de l’image d’arrogance, voire de mépris, qui lui colle à la peau depuis ses années de conseiller à l’Elysée, puis au ministère de l’économie. Jouisseur, Emmanuel Neron Macron prend un évident plaisir à exercer seul le pouvoir suprême et à favoriser les grandes fortunes du pays.

Emmanuel Neron Macron, très ami avec Laurent Fabius et son fils Victor Fabius, a octroyé de gros marchés financiers à des cabinets conseils qui emploient  le fils Fabius. Et pas de la menu monnaie, mais des dizaines de milliers d’euros, dont les contrats ont été couverts par le président du conseil constitutionnel Laurent Fabius. Le livre enquête « les Infiltrés », écrit par les journalistes Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre, grands reporters à « l’Obs », a révélé que des cabinets de conseil (dont McKinsey, Accenture, Boston Consulting Group, Capgemini) avaient reçu des sommes fantastiques du gouvernement notamment pour connaître l’état des stocks de masques en France au début de la crise sanitaire.

Ce sont ces mêmes cabinets conseils qui, grassement payés, ont demandé au gouvernement de baisser les APL, et de retire 5 euros sur les APL des étudiants, citoyens vulnérables financièrement.

https://www.nouvelobs.com/politique/20210627.OBS45815/des-milliards-depenses-pour-se-substituer-a-l-etat-enquete-sur-la-republique-des-consultants.html

Le parquet national financier s’est saisi de cette affaire pénalement répréhensible. Mais le candidat Emmanuel Neron Macron a refusé de fournir la moindre explication sur ce qui ressemble à des détournements de fonds, impliquant Victor, le fils Fabius. S’il n’est pas réélu le 24 avril prochain, le citoyen Emmanuel Macron devra rendre des comptes à la justice. Réélu, il bénéficiera de l’immunité présidentielle pendant cinq ans.

https://www.nouvelobs.com/economie/20210623.OBS45630/les-bons-conseils-du-cabinet-mckinsey-au-president-macron.html

Le rapport des économistes, demandé par Emmanuel Macron et rendu le 23 juin, se réfère à quatorze reprises au cabinet McKinsey. Qui recommande l’intelligence artificielle pour améliorer le contrôle fiscal, la qualité de l’emploi et la productivité.

Or, les liens entre Emmanuel Macron et le cabinet McKinsey remontent à 2007. Emmanuel Macron est alors inspecteur des finances, à 29 ans. Il devient rapporteur général adjoint de la commission Attali, dont le rôle était de proposer des réformes économiques au président Nicolas Sarkozy. Emmanuel Macron impressionne l’assistance. Parmi les membres présents,: Eric Labaye, alors dirigeant de McKinsey en France, qui se lie d’amitié avec Macron.

“On se réunissait le soir jusqu’à minuit dans une salle du Sénat avec Attali et Macron, raconte un ancien membre de la commission au quotidien Le Monde. Dans les sièges du public, il y avait trois ou quatre jeunes de McKinsey. Ils faisaient des simulations sur Excel. Leur chef était si brillant qu’on l’écoutait comme s’il était membre à part entière”. Ce chef s’appelle Karim Tadjeddine. Il est passé par les prestigieuses écoles d’ingénieur françaises Polytechnique et les Ponts et Chaussées. Le cabinet McKinsey intervient gratuitement. Une mission appelée “pro bono” dans le milieu (“pour le bien public”) ou “reputation building” (“construction de réputation”) au sein du cabinet.

L’enquête du Parquet national financier a mis à jour une confusion des genres entre le cabinet conseil et Emmanuel Neron Macron et son entourage. Car une fois Emmanuel Macron élu en 2017, de jeunes consultants de McKinsey rejoignent le pouvoir et occupent  les postes clés de directeur adjoint du cabinet du secrétaire d’Etat au Numérique (Mounir Majoubi à l’époque), de chef du “pôle projets” de la République en Marche, de directeur général de la République en Marche. Éric Labaye, le dirigeant de McKinsey qu’Emmanuel Macron avait rencontré en 2007, a été nommé président de Polytechnique par Emmanuel Macron en août 2018. De son côté, l’ancien patron des Jeunes avec Macron, Martin Bohmert, a rejoint le cabinet McKinsey en 2020.

Le parquet national financier tente de déterminer si des sommes ont été versées par le cabinet conseil McKinsey à Emmanuel Neron Macron dans un paradis fiscal, avant sa première élection de 2017. Car rien n’a été mentionné dans la déclaration de patrimoine du même Macron en 2017. Cherchez l’erreur !

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411