1

Exclusif : 100 terroristes libérés chaque année de prison, et après ?

Une fois libérés des prisons françaises, beaucoup d’anciens détenus reprennent leur première vie, le terrorisme.

 

« Les terroristes islamistes qui sortent de prison sont plus nombreux que ceux qui y entrent. » explique Laurent Ridel, directeur des services pénitentiaires, interrogé par téléphone. L’homme résume bien la problématique du système français. Et les probables attentats à venir. Car depuis 2019, près de 100 détenus condamnés pour terrorisme sortent de prison chaque année après avoir purgé leur peine, ou une partie de leur peine. Comment s’assurer qu’ils ne vont pas récidiver sans pour autant les empêcher de se réinsérer ? Un défi pour la justice, la police… et toute la société. Que deviennent ces sortants ces sortants hors normes ?

Dans La Croix l’Hebdo de ce vendredi, deux consoeurs, Marie Boëton et Marianne Meunier, ont aussi enquêté sur ce sujet hyper sensible que la quasi-totalité des médias français refusent de traiter, oubliant au passage la déontologie de l’information. Les deux journalistes du groupe Bayard Presse révèlent le cas d’un terroriste récidiviste et écrivent : « Le 29 novembre, les renseignements appréhendent deux jeunes djihadistes en région parisienne. Âgés de 23 ans, ils ont fait connaissance sur les réseaux sociaux et partagent une même ambition : attaquer au couteau des passants dans la rue, dans des centres commerciaux… et mourir en martyrs sous le feu de la police.

« Le projet, qui fait l’objet d’échanges entre les deux hommes, parvient jusqu’aux oreilles de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Il s’annonce « sérieux et imminent ». Vite, il faut mettre les suspects hors d’état de nuire. L’un d’eux se révèle bien connu des services : libéré en 2020, il avait été condamné auparavant à quatre ans de prison pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

« Pour les autorités, il fait partie des anciens « TIS », le sigle que les attentats ont imposé pour désigner les terroristes islamistes. Incarcérés en masse dans les années 2010 (la France est le pays qui a le plus « écroué »), ils sont nombreux, désormais, à recouvrer la liberté : 70 en 2020, 84 en 2021 et une centaine d’ici à la fin de l’année…. ». Ces chiffres donnent froid dans le dos, surtout aux proches des familles des victimes d’attentats, Bataclan et autres.

Trop souvent, les médias se sont focalisés sur les terroristes de retour de Syrie. Mais le plus grave danger ne se situe pas là. Mais bien dans les prisons françaises qui ouvrent leurs portes pour faire sortir des terroristes bien plus dangereux, qui vont se répandre dans la nature. Sans emploi à la clé, endoctrinés, islamisés à fonds, ils constituent des bombes vivantes pour la population civile française. « Ces chiffres n’ont pas vocation à diminuer dans les années à venir », affirme un magistrat du Parquet national antiterroriste (Pnat), contacté ce 8 septembre par téléphone. Et ce sont eux le grand défi des autorités aujourd’hui : non plus les revenants de Syrie, mais les sortants de prison. « Les terroristes islamistes qui sortent de prison sont plus nombreux que ceux qui y entrent », confirme le patron de l’administration pénitentiaire, Laurent Ridel.

Alors plusieurs journalistes responsables, ceux de La Croix et de Riposte Laïque posent la bonne question : « Pourquoi cette déferlante ? ». La réponse est apportée par un juge anti-terroriste joint par téléphone : « Ceux qu’on libère actuellement ont, pour la plupart, été condamnés pour être partis en Syrie dans les années 2014, 2015Ils ont écopé de peines intermédiaires allant, en gros, de cinq à huit ans de prison. » Et il surenchérit : « Les mêmes faits commis à partir de 2016 – après le Bataclan – ont été plus lourdement sanctionnés. Ces TIS-là sortiront plus tard. »

Certains condamnés sont des fous furieux

Prenons l’attentat de Nice de 2016 commis par un terroriste isolé et fasciné par la violence. Radicalisé sur le tard, sans lien direct avec Daech, Mohamed Lahouaiej Bouhlel est passé à l’acte sans laisser de message de revendication. L’enquête a mis en évidence une personnalité instable et sa grande violence, en particulier envers sa femme.

Entre récidive et réinsertion, portraits de sortants de prison pour terrorisme

Le système judiciaire français n’est pas à l’abri de la récidive. Alors pourquoi libère-t-il des types aussi dangereux pour la société sans suivi, sans garde-fou ? Une réponse Monsieur Eric Dupont-Moretti ?

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




Islam et assassinats : perpétuité pour Salah Abdeslam

Le procès de Salah Abdeslam vient de montrer des hommes ignorants de la société occidentale, de son mode de vie, voulant imposer en Europe un islam par la violence.

Le (premier ?) chapitre du procès des attentats du 13-Novembre doit se refermer ce mercredi 29 juin 2022. Après dix mois d’audience, après le cirque habituel durant tout le procès de Salah Abdeslam, le verdict est attendu. Salah Abdeslam, seul membre encore vivant du commando qui a perpétré les sanglantes attaques sur les terrasses de la capitale et dans la salle de spectacle du Bataclan le 13 novembre 2015, devrait connaître ce jour la peine de prison qu’il devra purger. Les réquisitions du Parquet national antiterroriste sont lourdes. Très lourdes. Si les juges les suivent, c’est une condamnation rare et historique qui sera prononcée à l’encontre du terroriste de 32 ans, de « nationalité française ». Mais une condamnation bien moindre que celles prononcées dans les pays musulmans à l’encontre des terroristes. C’est bien là le paradoxe.

Après le cirque des auditions du  principal prévenu et des 19 autres accusés au procès des attentats du 13 novembre 2015, les médias français ont fait « leurs choux gras » avec le réquisitoire devant la cour d’assises spéciale de Paris. Les peines réclamées contre les vingt accusés vont de cinq ans à la perpétuité incompressible, la plus lourde à l’encontre de Salah Abdeslam, « au regard de l’immense gravité des faits qui lui sont reprochés ». C’est le moins qu’on puisse dire. Après les plaidoiries de la défense, tous les Français attendent le verdict. Et après, que restera-t-il de ce procès « historique » aux yeux du monde ? Rien ou pas grand-chose. Si ce n’est la longue liste des innocentes victimes.

Qui se souvient du procès du tueur de l’ancien Président égyptien Anouar el-Sadate ? Plus grand monde ! Si, moi. Car j’avais été tétanisé par les échanges, rapportés à l’époque dans le quotidien Le Monde, entre le président du tribunal égyptien et le frère musulman qui avait tiré sur Sadate.

Le juge a demandé au tueur de l’ancien Président égyptien Anouar el-Sadate : « Pourquoi avez-vous tué le Raïs Sadate ? »

Le meurtrier lui a répondu : « Parce qu’il était laïc ! »

Le juge a alors questionné :  « Que signifie laïc ? »

Le tueur a dit : « Je ne sais pas ! »

Dans le cas d’un autre procès, suite à la tentative d’assassinat du défunt écrivain égyptien Naguib Mahfouz, le juge a demandé à l’homme qui a poignardé Naguib Mahfouz : « Pourquoi l’avez-vous poignardé ? »

Le terroriste a déclaré : « À cause de son roman Les enfants de notre quartier. »

Le juge lui a  alors demandé : « Avez-vous lu ce roman ? »

Le criminel a dit: « Non ! »

Lors d’un troisième procès, toujours en Égypte, le président du tribunal a demandé au terroriste qui a tué l’écrivain égyptien Faraj Fouda : « Pourquoi avez-vous assassiné Faraj Fouda ? »

Le terroriste a répondu : « Parce que c’est un infidèle ! »

Le juge lui a alors demandé : « Comment saviez-vous qu’il était infidèle ? »

Le terroriste a répondu : « D’après les livres qu’il a écrits. »

Le juge a alors insisté : « Lequel de ses livres vous laissait croire qu’il était infidèle ? »

Le Terroriste a lâché : « Je n’ai pas lu ses livres ! »

Le juge a haussé le ton et crié : « Comment ? »

Le terroriste a alors répondu : « Je ne sais ni lire ni écrire ! »

Le juge égyptien, consterné, a lancé cette mise en garde : « La haine ne se propage jamais par la connaissance. Elle se propage toujours par ignorance. »

Le procès de Salah Abdeslam vient de montrer des hommes ignorants de la société occidentale, de son mode de vie, voulant imposer en Europe un islam par la violence.

Difficile de croire que l’accusé ait, le soir du 13 novembre, comme il l’a confié lors de l’un de ses interrogatoires, renoncé « par humanité » à se faire exploser dans un café du 18e arrondissement de Paris, même si son avocat, à l’émission « Quotidien » du 6 juin, a estimé que « c’est quelqu’un de très humain, c’est quelqu’un avec lequel on peut discuter et c’est quelqu’un avec lequel on peut construire quelque chose ».

Certes, dans les démocraties occidentales, tout homme a le droit d’être défendu. Mais, il y a des limites à l’indécence. Là, on est tombé dans la tragédie, la décadence et l’imposture ! On peut néanmoins espérer que le verdict suivra les réquisitions et souhaiter que Salah Abdeslam finisse ses jours en prison. On doit bien cela à toutes les victimes des attentats du 13-Novembre.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Dernière minute : Abdeslam condamné à perpétuité.

https://www.lepoint.fr/societe/proces-du-13-novembre-abdeslam-condamne-a-la-perpetuite-incompressible-29-06-2022-2481544_23.php




Rois émiratis : cheikh, échec et mat pour Genève

La famille du cheikh Zayed des Émirats arabes unis possède une petite maison de Rmiste fortement gardée, sur le Mont Gosse à flanc de colline, en Haute-Savoie, avec une vue imprenable sur Genève. La bâtisse initiale a été agrandie sans permis de construire et sans autorisation, sur ce site protégé du Mont Gosse, sur le territoire de la commune de Monnetier-Mornex.

Le cheikh Zayed des Émirats arabes unis (à droite sur la photo) et son frère sont considérés par Emmanuel Macron comme « deux alliés essentiels de la France »… D’autres auraient choisi Vladimir Poutine pour allié fiable !

Depuis l’affaire Pierre Maudet (corruption par Abu Dhabi du premier magistrat de Genève), révélée par la journaliste Sophie Roselli, alors responsable du pôle enquête de la Tribune de Genève, les princes d’Abu Dhabi semblent quelque peu en froid avec les autorités de Genève. Une preuve ? Pour loger leurs personnels et leur suite à l’occasion de leurs vacances d’été dans leur palais d’été sur le Salève, à cheval sur les communes de Vétraz-Monthoux et de Monnetier-Mornex, les princes d’Abu Dhabi ont choisi la France voisine et ses hôtels Novotel et Mercure à Gaillard plutôt que Genève, dont les hôtels étaient chargés de cette mission les années précédentes. Un évident manque à gagner pour la cité Genevoise des bords du Léman.

Du coup, la famille royale émiratie a privatisé pour l’été deux hôtels haut-savoyards près de Genève, le Novotel et le Mercure à Gaillard. Une sorte de remerciements à l’égard du ministre Jean-Yves Le Drian qui a pris l’habitude de déguster, avec eux, assis en tailleur, un bébé chameau entouré du traditionnel couscous ? Et qui, au passage, leur cède quelques dizaines de rafales, à prix d’amis, pour « carboniser » les démocrates qui se révoltent dans les différents royaumes de la fédération des Émirats arabes unis….

La famille royale Al Nahyane d’Abu Dhabi a donc pris ses quartiers d’été pour deux mois dans son immense propriété de Vétraz-Monthoux, dont les bâtiments avaient été agrandis sans permis (sur le site protégé » du Mont Gosse) en 1987-1988, en France voisine. Son personnel était jusqu’à présent logé dans des hôtels de Genève.

Cette manne arabe va désormais profiter aux hôteliers et commerçants des communes d’Annemasse et de Gaillard. Le nouvel établissement Novotel, qui allait ouvrir dans les prochains jours, est réquisitionné et privatisé jusqu’en septembre afin de loger, sur trois étages, la suite et les services de sécurité des princes émiratis.

Un autre hôtel, le Mercure à Gaillard, est également réquisitionné pour les deux mois d’été. La mairie de Gaillard, contactée ce jour par téléphone, évoque aussi la possibilité qu’un troisième hôtel du secteur soit occupé par la suite de la famille Al Nahyane.

Reste une question : les femmes totalement voilées de la famille royale émirati Al Nahyane vont-elles venir faire leur shopping à Genève comme les années précédentes ? Et provoquer le bouclage en fin de journée de certains quartiers de la cité de Calvin ?

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411
Lire aussi ces compléments d’information :
https://ripostelaique.com/maltraitee-la-femme-de-lemir-de-dubai-fuit-en-allemagne.html
https://ripostelaique.com/les-islamistes-ont-investi-internet-pour-y-preparer-les-futurs-attentats.html



Les islamistes ont investi Internet pour y préparer les futurs attentats

 

Une spécialiste du terrorisme et d’internet, Myriam Benraad,  révèle que le pire est devant nous et pronostique des attentats en série par des musulmans isolés, recrutés et formés sur internet, puis « lâchés » après un sérieux bourrage de crâne sur la toile.

Plusieurs chercheurs révèlent qu’internet est hors de contrôle. Les autorités ne parviennent plus à faire barrage aux messages de haine des islamistes et internet est devenu leur terrain de chasse, un « nomade’s land », une jungle, un élevage de terroristes, où les islamistes les plus chevronnés décèlent et forment des novices. Le cancer islamiste gangrène internet et le mal semble irréversible face à cette horde sauvage et au manque de moyens et de personnels formés des services de sécurité intérieure.

Villejuif, Romans-sur-Isère, Colombes, Conflans-Sainte-Honorine, Nice… Les attentats terroristes meurtriers ayant frappé et endeuillé la France en 2020 ont été perpétrés par des individus isolés souvent armés d’un simple couteau. Alors qu’en 2015 la France était ciblée par des attentats préparés depuis les fiefs de Daesh en Syrie et en Irak, et soutenus par une véritable logistique, ceux qui nous frappent depuis 2016 sont l’œuvre de solitaires qui se sont radicalisés en ligne, parfois de manière extrêmement rapide.

Ces éléments précis, incontestables, connus du Président Emmanuel Macron, du Premier ministre Jean Castex, et des plus hauts responsables de la police, ne sont pas le fruit de l’imagination fertile d’un journaliste en « mal de copie ». Ils proviennent d’études remises aux plus hauts responsables de l’État, et dont la rédaction de Riposte Laïque a pu obtenir une copie, un cadeau de Noël en somme.

Parmi les auteurs de ces études, une universitaire est bien connue par tous les responsables de la lutte antiterroriste. À la demande des autorités, la chercheuse Myriam Benraad a décrypté « le rôle primordial d’Internet et des réseaux sociaux dans la radicalisation et le passage à l’acte des djihadistes qui ont frappé la France en 2020 ».  Professeur associée en relations internationales à l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI) et au sein de plusieurs universités étrangères, Myriam Benraad a pisté les islamistes sur internet et ses conclusions donnent froid dans le dos. Sauf à nos dirigeants qui semblent dépassés et préfèrent se figer sur le covid-19.

Contactée par téléphone le 22 décembre 2020, cette spécialiste d’internet et du terrorisme diagnostique une nouvelle montée en puissance des réseaux islamistes qui gangrènent la toile. Elle affirme : « Les autorités nous disent qu’on assiste à des attentats de plus en plus imprévisibles. Bien sûr, l’affaire Samuel Paty commence par une longue campagne de cyberharcèlement qui aurait dû alerter la sécurité intérieure et faire réagir longtemps avant le drame final. Mais personne ne s’attendait à ce que ce jeune Tchétchène passe à l’acte. On ne se doutait pas qu’il faisait partie de la cohorte qui suivait sur Facebook le parent d’une élève de Samuel Paty, Brahim C. Il n’avait pas un profil à risque, par conséquent personne ne s’attendait à ce qu’il surgisse du bois et qu’il organise méthodiquement cet attentat abominable : il n’habitait pas sur place, n’avait rien à voir avec la situation… C’est déroutant. »

À notre question « L’État français est-il passé à côté d’une nouvelle menace ? », la chercheuse Myriam Benraad affirme sans détour : « Les islamistes ont investi Internet dans des proportions inédites. Je suis effrayée par le nombre d’extrémistes qui orchestrent des campagnes de harcèlement sur les réseaux sociaux. C’est désormais une menace de premier plan envers la sécurité publique qui n’a pas encore reçu de réponse à la hauteur de l’enjeu… » Tout est dit dans ces quelques lignes.

Et visiblement, « la lanterne », loin d’éclairer Emmanuel Macron, a refermé le Président sur ses certitudes, son ego démesuré, dans une France sans bouclier, à la merci d’islamistes désormais recrutés et formés sur les réseaux sociaux.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411



Le recul du gouvernement dans la lutte contre le terrorisme

Plusieurs magistrats s’expriment et dénoncent les reculs du gouvernement en matière de lutte antiterroriste.

Le gouvernement a-t-il oublié les derniers attentats meurtriers de Paris, de Nice ou ceux perpétrés dans d’autres villes françaises ?

À chaque attentat c’est la même rengaine  : Force doit rester à la loi, l’Etat sera implacable avec les terroristes, tous les moyens de l’Etat sont mobilisés dans cette lutte, cette guerre, etc. La deuxième partie du discours concernant les victimes, la compassion, le soutien de la Nation…

Mais, savez-vous que la prochaine grande loi de programmation pluriannuelle sur la Justice ne contient plus une seule disposition sur la lutte contre le terrorisme ?

Savez-vous que le projet de parquet national antiterroriste, initié par Jean-Paul Garraud a été abandonné ? Alors même que la ministre de la Justice Nicolle Belloubet se déclarait favorable à cette mesure le 19 décembre 2017

https://www.francetvinfo.fr/monde/terrorisme-djihadistes/video-parquet-national-terroriste-la-ministre-de-la-justice-proposera-des-pistes-concretes-d-ici-trois-mois_2521911.html

Jean-Paul Garraud, ancien secrétaire national de l’UMP à la justice, avait proposé, dès 2015, la création d’un parquet national antiterroriste sur le modèle du parquet national financier qui existe depuis plusieurs années. Une cour d’assise spéciale permanente lui aurait été adjointe pour juger rapidement les terroristes et sans possibilité d’appel. Désormais avocat général auprès de la cour d’appel de Poitiers, l’ancien député de la Gironde qui faisait partie de la droite populaire, dénonce le recul du gouvernement. Il explique : « Savez-vous que la Justice, les forces de l’Ordre doivent mener cette « guerre » avec des moyens ordinaires, les mêmes que pour les autres infractions… ?
Comment voulez-vous faire la guerre, et surtout la gagner, dans de telles conditions ?
Je me suis exprimé à de nombreuses reprises et depuis des années sur le sujet.
Alors, je n’irai pas plus loin. Je refuse cette situation.  J’agirai et il ne faudra pas s’en étonner. »

« L’alerte attentat » a été supprimée le 1er juin 2018

Deux ans après son lancement en juin 2016, le gouvernement a décidé d’enterrer définitivement, avec beaucoup de discrétion médiatique, l’application mobile SAIP, qui permettait de prévenir la population en cas d’attentat.

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/lapplication-saip-destinee-a-diffuser-des-alertes-attentat-ne-sera-plus-active-a-partir-du-1erjuin_2775873.html

Depuis le 1er juin, l’application mobile SAIP (système d’Alerte et d’Information des Populations), plus connue sous le nom « alerte attentat », n’est plus active. Ce qui a été confirmé par Frédéric de Lanouvelle, porte-parole du ministère de l’Intérieur. Le gouvernement a décidé de l’abandonner, sans consulter les spécialistes de la lutte antiterroriste. Pourquoi ?

C’est comme si l’actuel gouvernement avait « consulté une voyante » ou « tiré les tarots », et « obtenu la révélation » d’une France sans attentat, sans terroriste, sans islamiste intégriste. De doux rêveurs ou des types dangereux pour la sécurité nationale ?

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

https://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

https://fr.blastingnews.com/societe/2018/05/meurtres-en-serie-a-marseille-des-kalachnikov-lyonnaises-002599045.html

https://ripostelaique.com/a-frejus-un-clando-tunisien-viole-une-sexagenaire-dans-un-parc-public.html

https://ripostelaique.com/il-y-a-3-ans-herve-cornara-etait-decapite-par-un-islamiste.html

https://ripostelaique.com/que-faire-des-460-enfants-soldats-de-daech-a-leur-retour-en-france.html