1

Loi Covid : devant l’Assemblée Nationale, les résistants ne décolèrent pas !

De nombreux manifestants se sont rassemblés à l’appel de Florian Philippot, en ce lundi 11 juillet 2022, pour protester contre le projet de loi dit « de veille et sécurité sanitaire » débattu à l’Assemblée nationale. La place Édouard Herriot était en effervescence pour accueillir les orateurs du jour, bien décidés à en découdre avec Emmanuel Macron.

Anne, venue de Polynésie, explique que seuls les vaccinés munis d’un passe peuvent voyager entre Tahiti et la Métropole et que le ras-le-bol des Polynésiens est général. Rappelant que les macronistes ont perdu les élections au profit des indépendantistes, elle explique que les Polynésiens veulent retrouver leur souveraineté, comme les patriotes français veulent retrouver leur indépendance vis-à-vis de l’Union européenne.

Corentin, un militant de la Marne, nous dit ensuite que le refus du gouvernement d’Élisabeth Borne de se soumettre à un vote de confiance a eu pour conséquence la motion de censure de Mélenchon et ses sbires.

Puis, Claude Janvier, écrivain engagé, co-auteur de « COVID-19, le bilan à 40 questions », monte à la tribune pour nous rappeler que le 21 octobre 2021, seulement 135 députés sur  577 ont voté la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’en juillet 2022. Il s’indigne du faible taux de présence des députés au moment des votes (en moyenne 20 % selon les données du site www.datan.fr.) Selon lui, la réactivation du passe vaccinal ne pourra que conduire à de nouvelles exclusions de la vie sociale.

Ouba, fondatrice de l’ADEE (Association de défense des élèves et des étudiants), prend la parole pour rappeler le scandale des cabinets de conseil (coût : 1 milliard d’euros), l’endettement croissant sur les marchés financiers étrangers avec des taux d’intérêts qui s’envolent. Elle ne manque pas de marteler l’actualité du jour : comment le géant américain Uber s’est allié à Emmanuel Macron pour imposer ses activités en France.

https://www.lefigaro.fr/politique/emmanuel-macron-somme-de-s-expliquer-sur-ses-liens-avec-uber-20220711

Nicolas Dupont-Aignan, bien connu pour ses sympathies à l’égard des Patriotes de Florian Philippot, vient nous assurer qu’il votera contre de projet de loi. Il met en relation la révision à la baisse du  projet de loi, avec la mobilisation des antivax et surtout le fait que le parti présidentiel n’a plus la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Il souligne quelques aspects les plus choquants du projet : maintien du passe vaccinal entre la Corse et le continent, maintien du passe à l’hôpital et  pour les Ehpad : « on dépense 60 millions chaque mois à payer des vigiles pour contrôler les passes devant les hôpitaux, alors que cet argent pourrait être utilisé à un meilleur fonctionnement des hôpitaux ». Il rappelle que 17 300 lits ont été supprimés en quelques années. Il nous dit surtout que le projet de loi reste sur la même logique mortifère : refus de soigner les malades, instrumentalisation de la peur comme moyen de contrôle social.

Marc Doyer, le mari de Mauricette Doyer, décédée de la maladie de Creutzfeldt-Jacob, contractée peu de temps après une injection fatale, nous dit avec une grande émotion qu’il continuera de se battre jusqu’à sa mort pour la défense des victimes des vaccins. « Ce que j’ai vécu me met dans une rage froide (…) On a dépensé des fortunes avec les tests, alors qu’on aurait pu utiliser cet argent pour améliorer les hôpitaux (…) Ne votons pas cette loi qui ne sert à rien ! On fait travailler des soignants (vaccinés) qui sont malades et l’on suspend des soignants (non vaccinés) qui ne sont pas malades : comment voulez-vous qu’ils soient respectés avec des mesures aussi absurdes ? »

https://twitter.com/Marc_Doyer/status/1546505360047067143?ref_src=twsrc%5Egoogle%7Ctwcamp%5Eserp%7Ctwgr%5Etweet

https://www.francesoir.fr/videos-entretien-essentiel/marc-doyer

Florian Philippot vient conclure la manifestation du 11 juillet 2022 : sans détour, il prend parti pour le vote de la motion de censure, peu importe la couleur politique de ceux qui l’ont portée.

Ne pas retirer l’obligation du passe vaccinal dans les hôpitaux, ne pas prévoir la réintégration des personnels soignants suspendus, est un scandale immense : voter le projet de loi ouvre la porte à un passe activable qui pourra à tout moment être durci par décret, il faut absolument l’éviter ! Quant au ministre de la Santé, François Braun, il ne lui inspire aucune confiance : « nous espérons que son départ sera d’actualité ! ».

https://ripostelaique.com/francois-braun-nouveau-ministre-de-la-sante-un-covidiste-et-un-incapable.html

Quant aux députés qui entendent « donner sa chance à Élisabeth Borne », ils oublient qu’elle a déjà été ministre pendant cinq ans. Elle l’a donc déjà eue, sa chance ! Et puis, quel sens cela a-t-il de donner sa chance aux lobbyistes d’Uber, aux copains de McKinsey, à celui qui a bradé Alstom aux Américains,  et qui s’incline devant Ursula von der Leyen ? Il faut la fin de ce gouvernement ! Si aucun gouvernement ne survit à une motion de censure, Macron sera obligé de partir. Il aura fait deux mandats et même si le second mandat n’est pas arrivé à son terme, il ne pourra plus jamais se représenter et la France pourra à nouveau respirer.

La foule écoute en voulant bien y croire, tout en manifestant une visible exaspération face à une assemblée censée représenter le peuple mais qui s’avère finalement impuissante à faire entendre sa voix face à un exécutif sûr de lui et bien déterminé à imposer sa loi.

Et de fait, les députés de l’opposition n’auront pas réussi à s’entendre, en ce 11 juillet 2022 pour faire tomber le gouvernement Borne. D’autres motions de censure suivront-elles ?

Hector Poupon




Apartheid sanitaire : chaque samedi  les militants restent mobilisés

Ce samedi 19 mars 2022, le cortège partait de la place de Barcelone pour rejoindre la désormais célèbre place Pierre Laroque. Malgré la suspension du passe vaccinal, la mobilisation ne faiblit pas, même si la grande presse persiste à passer l’événement sous silence. Tirs groupés contre McKinsey, Pfizer et Macron tout au long du défilé !

 

Les prises de parole commencent, après la traditionnelle Marseillaise, par l’allocution de Dominique Bourse-Provence, qui déclare les manifs à la préfecture depuis plus de 15 mois. Puis Fabien, de l’École normale supérieure raconte comment son administration a osé lui proposer un stage au Comité consultatif national d’éthique, dont le président n’est autre que le sinistre Jean-François Delfraissy, qui a poussé à l’obligation vaccinale pour les soignants.

https://www.legeneraliste.fr/actu-pro/politique-de-sante/le-pr-delfraissy-desormais-favorable-une-vaccination-obligatoire-des-soignants

Selon Fabien, la France n’a jamais été autant menacée de toutes parts.

Après un intermède musical, un jeune pompier de 19 ans raconte comment, après avoir refusé sa troisième dose, il a été viré comme un malpropre et comment, lorsqu’il est revenu reprendre ses affaires à la caserne, on a interdit de lui adresser la parole, tout en organisant une escorte musclée jusqu’à son vestiaire, comme s’il s’agissait d’un repris de justice !

Puis, Charles-Henri Gallois, fondateur de Génération Frexit, vient rappeler le nombre de lits d’hôpital supprimés en 2020, soit 5 700, au plus fort de la crise. Il exige la réintégration des soignants congédiés pour « défaut de parcours vaccinal complet ».

https://www.marianne.net/politique/apres-l-upr-debout-la-france-ou-les-patriotes-voila-encore-un-nouveau-parti-souverainiste

« C’est le jour de l’union des souverainistes » poursuit-il avant de s’en prendre à Macron qui, en échange d’un soutien électoral, est prêt à brader la Corse ! Un acte de haute trahison qui devrait être jugé comme tel.

Puis maître Di Vizio, un fidèle intervenant des manifs de Philippot, monte sur le podium et se lance dans une diatribe inattendue contre Éric Zemmour, suscitant des réactions d’étonnement de la part du public. Rappelons que 40 % des militants des Patriotes se sont prononcés en faveur du candidat Éric Zemmour, contre 28,6 % en faveur de Dupont-Aignan, suite à l’abandon de la campagne présidentielle par leur leader.

https://www.lesalonbeige.fr/les-adherents-du-parti-de-florian-philippot-se-prononcent-a-plus-de-40-en-faveur-deric-zemmour/

L’avocat fait état d’un débat sur la chaîne DIVIZIONAIR auquel il participait, avec une représentante du parti Reconquête.

https://youtu.be/UAqWxmlQ0LI

On aura compris qu’il reproche à Éric Zemmour de n’avoir pas été assez incisif par rapport à la politique sanitaire du couple Véran-Macron. Puis, Di Vizio fustige les partisans du « vote utile », lui préférant le « vote par conviction » et le retour à une « prime de l’honnêteté ». Tout cela est bien beau dans l’absolu, sauf que si l’on veut vraiment se débarrasser de Macron, on ne peut prendre le risque d’éparpiller des voix sur des petits candidats, au risque d’offrir un boulevard à Jean-Luc Mélenchon ou à Valérie Pécresse.  C’est tout le problème de Nicolas Dupont-Aignan qui maintient coûte que coûte sa candidature.

Et oui, évincer Macron passe par des sacrifices, n’en déplaise à M. Di Vizio, même s’il a raison lorsqu’il dit que l’on devrait exiger de tous les candidats des garanties sur l’abandon du passe vaccinal. Mettre son ego de côté, certains l’ont compris depuis longtemps, comme Jean-Frédérique Poisson lequel, sans hésiter, a rejoint Éric Zemmour dès le début de sa campagne.

Fort du soutien officiel des Patriotes de Florian Philippot, Nicolas Dupont-Aignan monte à la tribune et s’en prend aux parlementaires qui aujourd’hui demandent l’abolition du passe vaccinal, après avoir voté pour sa mise en place : des complices !  Puis il attaque les journalistes qui lui ont reproché de ne pas avoir respecté les consignes d’isolement lorsqu’il a eu le Covid, pour le salir. Et il conclut, en reprenant un slogan bien connu des manifestants : « Les Français doivent éteindre leur télé et allumer leur cerveau ».

Comme chaque samedi, Florian Philippot prend la parole en dernier. Ses talents d’orateur ne se démentent pas ! Il commence par nous rafraîchir la mémoire par des faits d’actualité : l’annonce d’une quatrième dose pour les plus de 80 ans, puis pour les « plus de 65 ans à risque », jusqu’à la déclaration d’Albert Bourla de Pfizer qui préconise tout bonnement « la quatrième dose pour tous ». C’est le retour programmé, mais en catimini, à l’apartheid sanitaire. Autre alerte en Allemagne, où l’obligation vaccinale va être soumise au Parlement au mois d’avril. De quoi faire rêver Macron qui n’a d’yeux que pour Berlin ! Il rappelle qu’il faut toujours un passe pour se rendre à l’hôpital, pour visiter un proche dans un Ehpad, ou dans un établissement accueillant des handicapés.

Pour Philippot, il faut exiger :

– l’abrogation définitive de toute forme de passe,

– le recrutement de soignants et non de vigiles-contrôleurs de QR codes  dans les hôpitaux,

– la fin du port du masque, partout,

– la liberté de prescrire rendue aux médecins,

– la fin de poursuites contre les médecins,

– la dissolution du Conseil de l’Ordre des médecins,

– la réintégration des personnels congédiés avec excuses publiques de l’État et  indemnisation,

– enfin des sanctions contre les responsables qui ont tout fait pour masquer les effets secondaires désastreux des « vaccins » et qui ont mis en place l’apartheid sanitaire.

Puis il attaque sur le scandale des cabinets de conseil, et les conflits d’intérêts avec Pfizer. « Qui se présente aux élections, Emmanuel Macron ou Emmanuel MacKinsey ? » Il cite l’accablant rapport du Sénat concernant le recours massif aux cabinets de conseil par l’administration Macron.

https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/un-phenomene-tentaculaire-opaque-le-rapport-au-vitriol-du-senat-sur-le-recours

On vient de découvrir que toute la stratégie vaccinale a été conçue  par le cabinet McKinsey dont la probité est mise en doute. N’a-t-on pas appris que le Sénat vient de saisir la justice pour suspicion de faux témoignages contre la société McKinsey ?

https://youtu.be/y2PMz2oDt7U

Et pour conclure sur une note de politique générale, Florian Philippot réaffirme la nécessité du Frexit, car l’Union européenne nous prive de notre souveraineté et nous impose l’austérité. Il  se prononce pour la sortie de l’OTAN « qui porte la guerre partout dans le monde depuis trente ans ». Il évoque le sort des enfants irakiens, victimes de la guerre menée par la coalition et dont plus personne ne parle. Il cite l’intervention en Libye soutenue par BHL « qui ose encore parader sur les plateaux de télévision » ! Selon le fondateur des Patriotes,  BHL fait partie des « faux amis de l’Ukraine qui ne sont que des semeurs de guerre » !

Avant de clôturer la grand-messe du samedi, Philippot nous invite à privilégier les cafés et les restaurants qui ont eu le courage de résister à la dictature sanitaire. Il nous incite à un devoir de mémoire : « soyons des porteurs de mémoire », contrairement à Olivier Véran qui a traité par le mépris les soignants virés, comme si ces personnes n’avaient jamais existé.

Hector Poupon




Le siège parisien de Pfizer visé par des manifestants anti-vaxx

On peut dire que Sophie Tissier et son équipe ont réussi leur coup ! Partant du Ministère de la Santé, place Pierre Laroque, le cortège des manifestants s’est rendu au siège parisien de Pfizer à Montrouge, en ce samedi 29 janvier 2022.

Des policiers armés jusqu’aux dents montaient la garde pour protéger les bureaux de la multinationale, tout en gardant une oreille attentive aux discours des orateurs.

 

Plusieurs centaines de manifestants s’étaient rassemblés devant le siège de Pfizer, en bordure du périphérique pour protester contre la vaccination des enfants et plus globalement contre la dictature sanitaire planifiée.

Un regain d’énergie très apprécié pour cette association, l’Union Citoyenne pour la Liberté (l’UCPL) qui revendique plus de cinquante manifestations depuis le début de la crise sanitaire. Elle avait connu ses heures de gloire l’été dernier avec le fameux collectif des Blouses Blanches.

On ne peut que saluer le courage et la détermination de Sophie Tissier, porte-parole de l’UCPL et co-présidente de Force Jaune. La filiation avec les Gilets Jaunes de la première heure est manifeste et n’a pas facilité les relations avec le Ministère de l’Intérieur lorsqu’il s’est agi de négocier un parcours. Nombreux rassemblements ont été refusés.

 

Dans une interview accordée à France Soir, le 16 janvier 2021, Sophie Tissier déclarait : « Notre association collégiale Force Jaune est issue du groupe initiateur des déclarations de manifestation sur les Champs-Elysées au tout début du mouvement, avec des GJ de la première heure, et revendique l’indépendance vis à vis de tout parti et syndicat, défendant l’esprit originel du mouvement hors des clivages politiques gauche/droite : la solidarité, l’humanisme, le mieux-vivre et surtout la remise en cause de notre système politique dans son ensemble, car nous jugeons que les institutions de la Cinquième république aujourd’hui ne répondent plus aux enjeux et sont devenues antidémocratiques par la grande prise de pouvoir des médias et de la finance, sans contrôle citoyen indépendant de tout conflit d’intérêt ».

Visiblement les relations avec Florian Philippot ne sont pas très bonnes. Lors d’une précédente manifestation, Sophie Tissier lui reprochait de ne pas lui avoir donné la parole…

Et pourtant, on note le même attachement à la liberté et un argumentaire quasiment identique à propos de la dictature sanitaire : la censure des médias, les mensonges sur les chiffres, les abus de pouvoir, les conflits d’intérêts à tous les niveaux, la tentative de contrôle social de la population et le funeste projet de mettre en place, à terme, une véritable identité bio-numérique. On crie à la mafia organisée !

Il faut se rendre à l’évidence : malgré son appel à « l’Union Sacrée », Philippot n’a pas réussi à fédérer tous les opposants au passe vaccinal. Ce qui n’enlève rien à son succès ! Mais il est vrai qu’un appareil politique structuré lui a donné un avantage certain en termes de logistique et d’organisation, comparé à une fédération de collectifs aux sensibilités diverses et variées, dont la liste serait longue à énumérer. Le lecteur pourra trouver sur le site de l’UCPL, les noms des signataires du manifeste fondateur de l’UCPL : on y trouve des professionnels de la santé, des chercheurs, des militants politiques, familiaux, étudiants …

https://unioncitoyennepourlaliberte.com/

Pour être complet, rappelons qu’en ce samedi 29 janvier 2022, l’UCPL et Florian Philippot n’étaient pas les seuls à battre le pavé : à l’appel des Gilets Jaunes et de Citoyens en colère, un cortège très animé a défilé entre la place de la Bastille et Denfert-Rochereau.

https://fr.sputniknews.com/20220129/les-anti-pass-vaccinal-manifestent-pour-la-premiere-fois-depuis-son-entree-en-vigueur–video-1054884713.html

Coiffée de son traditionnel chapeau de feutre noir, Sophie Tissier nous rappelle que, selon les déclarations mêmes de Pfizer, la phase d’essai thérapeutique doit se terminer fin 2023. « En attendant, on fait de nous des cobayes de la thérapie génique« .

Puis elle dénonce les conflits d’intérêts présents à tous les niveaux : présidence de la République, gouvernement, Conseil constitutionnel, Commission européenne, Conseil dit scientifique… et rappelle que Macron, alors au service des banques, s’était enrichi en 2011 avec la vente d’une filiale de Pfizer dont il s’était occupé.

Un certain Romain Doyer de Verity-France prend la parole pour nous raconter ce qui est arrivé à sa mère, victime de la maladie de Creutzfeldt-Jacob, suite à la vaccination. « Je suis le gardien de cette prison, dans le couloir de la mort » nous explique-t-il, avant de nous dire que son association avait reçu de nombreux témoignages à propos de cette maladie à prions : pas moins d’une trentaine de cas lui ont été révélés en quelques jours. Une situation très inquiétante, sur laquelle le professeur Montagnier avait pourtant alerté de longue date !

 

Sophie Tissier rappelle la triste réalité de la gestion à la française du COVID-19 : le déclassement de l’hydroxychloroquine, exposant les malades, soignés au seul Doliprane à des formes graves, les atteintes à la liberté de prescrire, le protocole mis en place par Véran consistant à imposer une respiration artificielle très traumatisante pour les personnes admises en réanimation.

Mais le cœur du discours porte sur les effets « secondaires » des vaccins vendus par Pfizer : l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament recense officiellement 37209 effets indésirables (ce qui signifie en pratique des handicaps à vie). Et même le service de fact-checking de Libération, admet qu’il faudrait multiplier ce chiffre par un facteur de 10 à 20 : myocardites, AVC, thromboses, paralysies faciales, troubles de la coagulation, troubles menstruels, chute de la fertilité masculine (-21%), explosion des cas de cancers aux Etats-Unis depuis les campagnes de vaccination massive.

La colère monte dans la foule et les slogans sont sans complaisance : « Macron, Castex, Véran, assassins ! », Pfizer, assassin ! »

Pour en revenir à Pfizer et au choix de s’attaquer au symbole qu’il représente, la porte-parole de l’UCPL dénonce l’opacité des contrats passés entre Pfizer et la Commission européenne et notamment la clause par laquelle, les Etats-membres s’engagent à acheter les stocks de vaccin quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire. On comprend pourquoi le matraquage pour la vaccination est orchestré avec tant de vigueur : il faudra écouler les stocks, coûte que coûte !

Des militants tournent les banderoles vers les automobilistes empruntant la bretelle du périphérique et c’est avec joie que de nombreux coups de klaxon approbateurs retentissent.

Avant la dispersion de la manifestation, qui s’est déroulée très pacifiquement, les derniers soutiens s’adressent aux soignants suspendus. Puis un appel est lancé pour la mise en place d’un réel plan de sauvetage de l’hôpital public et pour renouveler l’opération Pfizer autant de samedis qu’il sera nécessaire !

Hector Poupon

 




Patrons de bistrot, de cinéma, artistes… c’est bien fait pour vous ! 

Dès que sont advenues les premières mesures liberticides en 2020, achetés par l’argent des contribuables, vous vous êtes écrasés. L’on ne vous a pas davantage entendus lors de l’élargissement du passe dit sanitaire, vous n’avez pas manifesté… vous n’avez pas bougé en apprenant l’avènement du passe vaccinal. Pourtant à vous tous, vous êtes en très grand nombre…

Interdiction de manger debout dans les bars, interdiction de manger assis dans les cinémas, fini les 5 000 spectateurs en intérieur, les expos, les salons, les discothèques… Ce ne sont pas ces mesures délirantes et liberticides  qui vous perturbent, c’est la baisse de votre CA. Il fallait y penser plus tôt ! Votre égoïsme  vous a rendus très court-termistes. À l’époque où les Français devaient se signer d’aberrantes autorisations de sortie, cela ne vous a pas donné à réfléchir, pourtant, les confinements et les couvre-feux vous ont offert beaucoup de loisirs…  que vous avez dû probablement user à vous faire désinformer par les chaines Pfizerisées et leurs propagandistes médiatiques ou médicaux.

Docilement, vous avez vérifié les passes dits sanitaire, vous allez contrôler les passes dits vaccinaux, tout comme, si Macron vous l’ordonne, vous contrôlerez aussi les pièces d’identité, fliquant sans vergogne vos concitoyens…

Vous n’avez pas trouvé inadmissible qu’en pleine pandémie Véran ferme 5 700 lits d’hôpitaux ? Qu’en grande pénurie de soignants, on en vire des centaines de milliers de la fonction publique ? Que les généralistes soient interdits de soins et de prescriptions ? Que l’on contraigne les Français à participer à une expérimentation médicale avec des technologies et produits, toujours en AMM conditionnelle et non garantis par les laboratoires ? La perspective de la prochaine 4e dose, annoncée au Sénat par Delfraissy, ne vous a pas sortis de votre torpeur ?

Dans une indifférence absolue, vous avez laissé invectiver, ostraciser, discriminer de très nombreux Français… Ces mesurettes prohibant l’accès au zinc, la vente de pop corn,  sont des broutilles à côté de ce qui est advenu et adviendra.

Il est impossible d’éprouver la moindre compassion pour des professions qui collaborent avec autant de zèle ou des artistes, lâches ou convaincus, qui n’ont réagi que quand Macron a touché à leur tiroir-caisse…

Peut-être que beaucoup de Français refuseront la 4e ou la 5e dose, ils seront alors privés de passe, n’iront plus dans les bars, dans les cinémas, plus au spectacle… vos bistrots, restaurants, exploitations, salles et salons vont alors se vider et vous l’aurez bien mérité !

Daphné Rigobert




Et voilà le frangin Sarko qui veut nous vacciner tout au long de notre vie !

Beaucoup moins moche que son aîné, il est médecin, se prénomme François et préside « Tous pour la santé ». Judicieusement, à point nommé, il vient  nous reparler vaccins, dans Le Figaro

 » TPLS est l‘Agence de communication & d’affaires publiques spécialisée dans la production & diffusion de contenus dans la santé. L’agence analyse les besoins de l’environnement et replace les sujets dans une perspective de santé publique & d’éthique grâce à ses propres outils et solutions de communication. »

C’est un peu comme la famille Fabius… mais lui, il grenouille ailleurs et autrement. Industrie pharmaceutique, groupe de santé/prévoyance, cabinets de consulting… il fut toujours partout où fallait être…

Bien qu’ayant fait cette année des profits indécents, Big Pharma doit aussi commercialiser ses autres produits. Donc cet autre VRP vient nous rappeler qu’il est d’autres vaccins incontournables, négligés pendant la crise dite sanitaire, n’oubliant pas de saluer Macron au passage : « La vaccination est dorénavant au cœur de la stratégie gouvernementale. Le Président a accéléré le déploiement des vaccins. On ne peut que s’en réjouir (…) »

«  (…) au printemps dernier, près d’un million de Français n’avaient pas reçu leur rappel de vaccin. (…) Ce retard de vaccination de rappel de l’ensemble de la population s’accroît depuis le premier confinement et expose plus particulièrement les nourrissons à la résurgence de pathologies infectieuses, potentiellement mortelles, du fait de la multiplication de foyers de contamination intergénérationnelle, au sein des familles elles-mêmes. Nous alertons sur le risque d’augmentation significative des cas de coqueluche, alors que cette maladie est particulièrement contagieuse (capacité de reproduction plus de 10 fois supérieure à celle du Covid), et pendant longtemps (plus de 3 semaines). (…)

Nous appelons tous les autorités de santé à remettre la prévention au cœur de la stratégie de santé, en organisant de véritables consultations médicales de prévention aux âges du rappel (25, 45 et 65 ans), et, en simplifiant l’accès au rappel, grâce à l’intervention de professionnels de proximité formés, tels que les pharmaciens et infirmiers, pour la réalisation des injections.

(…) L’implication de l’ensemble des professionnels de terrain, en collaboration avec les associations de patients, permettra une caisse de résonance des messages, notamment grâce au développement de l’exercice coordonné et pluriprofessionnel, pour sensibiliser la population adulte à l’importance du respect des recommandations du calendrier vaccinal 2021 et pour rattraper ce retard vaccinal.

Nous demandons ainsi aux instances en charge de la Santé publique d’élargir le débat autour de la vaccination contre le Covid et de déclarer la prévention cause nationale de santé publique. Pour empêcher des décès et des hospitalisations en réanimation supplémentaires, il est indispensable de rappeler à tous l’importance d’une « vaccination tout au long de la vie », à base de rappels réguliers pour les vaccins qui le nécessitent. »

Cette intervention n’étant pas un hasard de calendrier, plutôt une date inscrite dans un grand agenda, comme à chaque fois… il n’est plus à craindre que le passe vaccinal ne serve pas qu’au contrôle du vaccin anti-Covid… Gare à celui qui n’aura pas eu son rappel de diphtérie, tétanos,  poliomyélite (maladie disparue en Europe)… sous peu, ils vont même ressusciter le vaccin contre la variole !

Mitrophane Crapoussin




Une société de vigilance ou la dictature selon Macron…

Dans une émission de BFM TV, Mathieu Slama, essayiste, analyste politique et enseignant au Celsa [École des hautes études en sciences de l’information et de la communication], s’oppose à Lauriane Rossi, député LREM, stupide et bornée, pour tenter de lui faire comprendre les ravages liberticides engendrés par le passe vaccinal.

Il considère que remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal est un inacceptable chantage à la liberté et dénonce une politique autoritaire ne se cachant même plus.

 Mettant à l’index des millions de Français, le Premier ministre a osé dire : « Il n’est pas admissible que le refus de quelques millions de Français de se faire vacciner mette en risque la vie de tout un pays et entame le quotidien d’une immense majorité de Français qui a fait preuve de responsabilité depuis le début de cette crise. » 

Le lendemain, le porte-parole du gouvernement défendait le passe vaccinal dans des termes ahurissants : « Pour que les vaccinés puissent vivre quasi normalement, les non-vaccinés doivent vivre un quasi-confinement. » 

Et parachevant ce tableau, voici comment une députée de la majorité justifiait le recours à une telle coercition : « La liberté doit être collective et pas individuelle. Nous assumons de faire peser la contrainte sur celles et ceux qui ne sont pas vaccinés par rapport à celles et ceux qui ont fait le choix de la responsabilité. »

Par ces propos intolérables, d’une gravité sans précédent, le gouvernement enterre une société de liberté pour nous obliger à subir  une société de l’ordre et de la discipline, trahissant ainsi tout notre héritage politique comme  nos idéaux humanistes et républicains. 

Révolution juridique et politique majeure, le passe est une mesure sans équivalent dans notre histoire politique contemporaine. Il agit comme un outil de discipline qui permet d’activer et de désactiver les droits de n’importe quel citoyen, selon son comportement. 

 Il contredit d’abord le principe du caractère inaliénable de la liberté, qui n’est pas quelque chose que le pouvoir octroie ou non aux citoyens, en fonction de leur bonne conduite. La liberté ne s’accorde pas : elle est consubstantielle à la citoyenneté. « Les hommes naissent et demeurent libres » : tel est le point de départ philosophique de l’aventure révolutionnaire et républicaine.

Le passe contredit un autre principe fondamental : celui de l’indivisibilité de la citoyenneté, la République ne se divise pas, la citoyenneté pas davantage.

Or, qu’est-ce que le passe vaccinal, si ce n’est l’institution d’une déchéance de citoyenneté des non-vaccinés ?

Avec le passe vaccinal,  l’accès à la pleine citoyenneté est désormais déterminé par des doses de « vaccin »,  nos relations sociales devenant conditionnées à un QR Code contrôlé par d’autres citoyens, la police effectuant  les contrôles des contrôles. 

Lors de son show télévisé, le dictateur Macron a qualifié cette société de « société de vigilance »,  affirmant que le fait d’être Français impliquait « d’abord des devoirs »… C’est oublier que la République s’est d’abord construite sur l’idée que le citoyen avait avant tout des droits, et qu’un régime soumettant l’individu à l’intérêt collectif n’est pas un régime démocratique mais un régime autoritaire.

Sans réelle opposition ni contre-pouvoir pour lui faire face, le gouvernement a les mains libres pour faire ce qu’il veut. S’il est en mesure de tenir un discours autoritaire aussi assumé et radical, c’est parce qu’il sait qu’il y a, dans l’opinion, une demande d’autorité et de coercition très forte vis-à-vis des non-vaccinés qui sont devenus, au fil des mois, les boucs émissaires de la crise sanitaire, accusés de tous les maux par un pouvoir qui a choisi, de manière très cynique, de les livrer à la vindicte populaire et de les désigner comme les seuls responsables de la crise. Notre inconscient persécuteur, si bien analysé par René Girard, a ainsi ressuscité de la pire des manières à l’occasion de la pandémie.

Cette complicité de l’opinion a de quoi inquiéter, car elle encourage ce gouvernement à poursuivre son travail de sape de notre état de droit, et à  affaiblir nos libertés au nom de l’exigence de sécurité. 

Pour nous alerter plus encore, Mathieu Slama cite une phrase de cet effroyable rapport du Sénat, que nous dénoncions dès le 5 septembre dernier, lequel expose sans ambages que si  une dictature prend des mesures pour sauver des vies quant une démocratie pleure ses morts, alors il faut s’interroger avec pragmatisme sur les mesures que l’on pourrait prendre en dehors du cadre démocratique…

Vous aurez été prévenus.

Daphné Rigobert

 

 




Comment vendre ou acheter un faux passe vaccinal ?

Cette vidéo ne fait aucunement la promotion de faux passes, elle raconte en dessins et avec humour comment vendre ou acheter ces documents falsifiés.

Selon le ministère de l’Intérieur, environ 182 000 passes sanitaires circuleraient en France. II suffit de faire un tour sur le DarkWeb pour vérifier que l’offre explose. Un groupe de chercheurs suédois vient d’étudier ce Web parallèle à la recherche de faux certificats.

Ils ont trouvé ces précieux sésames sur dix-sept places de marché et dans dix boutiques individuelles (« vendor shop »). 

Cette étude démontre  que les vendeurs proposent des certificats pour presque tous les pays, notamment ceux de l’Union européenne, les plus demandés. 

Le document est livré par e-mail sous format PDF, les tarifs allant de 39 à 2 800 dollars. Les paiements se font généralement en bitcoins ou moneros. 

 Il convient de rappeler que le certificat Covid-19 n’est rien d’autre qu’un ensemble de données, nom, prénom, date de vaccination, type de vaccin, signé de façon électronique par la clé privée de l’organisme de délivrance. Ce dernier peut être un hôpital, un centre de tests, une autorité sanitaire, etc. En théorie, cette signature garantit l’intégrité des données et authentifie l’auteur. 

Cependant, il existe trois moyens de contourner cette sécurité. Le premier, c’est la fuite d’une clé privée. C’est assez peu probable, les clés privées des organismes de délivrance étant stockées de façon centralisée dans une base de données nationale, que l’on présume très sécurisée… 

Le deuxième moyen est un accès illégitime au logiciel que l’organisme de délivrance utilise pour signer les données d’une personne vaccinée.

Le troisième moyen, probablement le plus utilisé, est la complicité d’une personne disposant d’un accès au logiciel de signature. Par ce mode opératoire, le vendeur du DarkWeb  transmet à son complice les données personnelles de son client, lequel se charge de générer le certificat Covid. Il est  ainsi impossible de distinguer un certificat frauduleux d’un certificat véritable.

Interrogée, la Commission européenne défend le système qu’elle a instauré,  minimisant le phénomène, estimant qu’il s’agit « d’un phénomène négligeable par rapport aux plus de 740 millions de certificats qui ont été émis ».

Cette déclaration ne s’appuyant sur aucun décompte précis, l’ampleur exacte du phénomène est en fait très difficile à évaluer. 

Mitrophane Crapoussin




Un passe vaccinal plus un test: les vaccinés vont-ils encore accepter?

Il semble que Macron recule sur le fait d’introduire dans sa proposition de loi sur le passe vaccinal l’obligation de présenter un test positif pour accéder à certains lieux: bars, salles de sports, etc. Ce qui est tout à fait regrettable. Tant il convient  que les Français crédules, dupés  ou complices prennent la mesure de ce qu’ils ont accepté, malgré les mises en garde de plus vigilants qu’eux,  quant à ces mesures qui n’avaient rien de sanitaires mais tout de liberticides.

Certes Philippot, Dupont-Aignan, Asselineau ne sont que de petits leaders politiques. Que vaut leur parole quand tous les autres dits grands se taisaient ou applaudissaient, ce qui revient au même. La collusion est donc avérée et totale.

D’aucuns disent qu’ils se sont écrasés car 60 ou 70% de leur électorat seraient des pro-passes. Justement. Il faut donc que les pro-passes assument jusqu’au bout leurs « choix » inconsidérés.

Si dans l’immédiat, il ne leur est pas fait obligation de présenter passe et test négatif pour aller boire un café, il parait qu’une disposition vague permettrait au gouvernement d’en décider ultérieurement.

Sachant désormais que ces « vaccins » ne les protègent pas, qu’ils peuvent être contaminés et contaminants et qu’ils seront bientôt obligés à une 4e dose pour pouvoir jouir d’un semblant de liberté, il sera intéressant d’observer jusqu’où et quand, ils vont se laisser asservir.

Partout relayée, par une armée de collabos médiatiques et médicaux, la propagande gouvernementale est toujours très active et semble-t-il efficace…

Multipliant les déclarations, nombre de sénateurs font semblant de s’offusquer contre le passe vaccinal et vont, comme d’habitude, obtempérer. Sans parler du Conseil constitutionnel et du Conseil d’Etat… 

L’ennemi gouvernant le pays, sans contre-pouvoirs, les Français vaccinés n’ont plus qu’eux pour les protéger de cette terrible offensive débutée en mars 2020.

A suivre.

Mitrophane Crapoussin

 

Et voici un message de Fabrice Di Vizio!

 

Réjouissant! Qui veut voir une député MoDem aussi stupide qu’une député LREM?

 

 

 




Pour convaincre les non vaccinés, il faut un bon tour de passe-passe !

Nous sponsorisons pour Macron et ses ministres des centaines de communicants et agences de com, plus catastrophiques les uns que les autres. Ils ne savent même pas monter une stratégie efficace ou faire une bonne accroche pour convaincre les non vaccinés d’enfin obtempérer.

Attal, le perroquet tressautant, n’est pas crédible. Véran le sossotant hargneux et Castex, qui ne parle qu’à coup de menton, sont discrédités. 

Souvent Martin Blachier a évolué dans ses avis… Il ferait une petite amende honorable (de fiction) et on le nommerait porte-parole alternatif avec Christiane Taubira, dame d’un âge certain qui, pouvant parler à d’autres cibles, ne s’est jamais affirmée comme une passionaria des vaccins…

L’efficient discours de Macron, du 12 juillet 2021, n’ayant convaincu que 90 % d’apeurés, de crédules ou d’obligés, il convient donc d’inventer une autre forme de langage pour séduire les récalcitrants.

« Piquez les enfants avant qu’ils vous rendent piqués! », « Pfizer pour toute la terre! », « Qui n’a pas de passe trépasse ! », « Non vaccinés, on va vous ruiner! »…

 Ça ne marche pas !

Tout d’abord il faut déterminer les freins et les blocages. Jamais une marque n’a fait acheter un produit par la menace. C’est pourtant ce que fait le lamentable VRP en chef de Pfizer France…

Remonter la pente sera difficile tant il a menti depuis le début. Il est devenu si prévisible qu’un papier plaisantin de RL prévoyait déjà le 26 novembre la récente campagne Omicron.

En pub, il faut surprendre. Agréablement. L’on doit promettre et faire rêver. Il faut de la valeur ajoutée…

Écrasant le marché, Pfizer devrait  céder quelques parts à des vaccins de forme traditionnelle, ce qui pourrait séduire les rétifs aux novations technologiques. Demeurant toutefois en AMM conditionnelle, un certain pourcentage pourrait continuer à s’en méfier… Disons 5 % d’irréductibles, déclarant : « Plutôt covidés que vaccinés ! ».

Altruisme, bienveillance, bien-être, praticité, danger, ostracisme, discrimination… ne fonctionnant pas, il convient de trouver d’autres arguments. Ce qui sera délicat, tant du fait de ses déplorables conseillers, Macron a braqué des millions de gens. Il va donc falloir user de beaucoup de créativité et pourquoi pas d’humour.

« Un vaccin pour manifester en toute liberté! », « Tous vaccinés, finis les collabos! », « Pas de vaccins pour les clandestins ! », « Liberté, égalité, vacciné ! »…

 Big Pharma  finançant campagnes et médias, il lui faut donner d’autres mots d’ordres aux journalistes-propagandistes et surtout, virer d’urgence la centaine de médecins de plateaux qui ne sait communiquer que par menaces et invectives interposées, ne faisant qu’exaspérer les opposants.  Il faut les remplacer par de véritables communicants ou des acteurs, que l’on déclarera médecins ou chercheurs, lesquels n’auront qu’à apprendre leur texte.

Tout communiquant efficient ferait remarquer que quand un marché est captif à 95 %, ce qui est extraordinaire… il est inutile de se fatiguer pour les 5 % restant.

Cependant, dans le monde de demain, 100 % est devenu un objectif  incontournable…

Daphné Rigobert