1

Fermeture de Russia Today : le pluralisme version UE et Macron

La guerre pour le contrôle de l’information fait rage. Le constat n’est pas nouveau, et ce n’est pas un hasard si les Gilets Jaunes s’en sont pris à France Télévision, qui a rapidement pris une posture hostile au mouvement populaire pour le dénigrer et en minimiser la portée.

Même attitude à l’égard des mouvements de protestation contre les mesures liberticides prises au prétexte de protéger la population. Tout porte à croire que des consignes ont été donné aux médias subventionnés pour minimiser  un mouvement d’opinion pourtant bien ancré : un silence assourdissant sauf pour dire, souvent sans chiffres sérieux à l’appui, que de semaine en semaine la participation aux manifs décroissait.

Face à cette désinformation par omission, RT-France et Spoutnik, se sont efforcés de couvrir en continu ces manifestations du samedi, que ce soit celles de Florian Philippot ou celles des Gilets jaunes ou de l’UCPL Union Citoyenne pour la Liberté. Le pouvoir en place ne leur pardonnera jamais d’avoir effectué ce beau travail d’investigation, donnant une certaine visibilité sur le net aux opposants au passe sanitaire.

Avec la guerre en Ukraine, l’occasion était trop belle pour faire taire ces médias en ligne, accusés d’être des relais de la propagande de Vladimir Poutine. Dans un climat de russophobie délirant, le moment de la revanche était arrivé !

Une première salve a été lancée par une poignée de sénateurs menés par Laurent Lafon, président de la Commission Culture du Sénat pour demander la fermeture de Russia Today France et de Spoutnik. Il accuse la chaîne RT de -je cite- « relayer des actions de propagande du Kremlin sans véritable contradiction ». Puis, une deuxième salve arrive par la Commission Européenne, en la personne de sa présidente Ursula Von der Leyen  qui demande la fermeture des deux chaînes russes dans toute l’Europe, au prétexte qu’elles sont des armes de guerre aux mains de Vladimir Poutine. Faut-il lui rappeler  qu’aucun des pays de l’Union européenne n’est en guerre contre la Russie ? Et pourtant, l’amie d’Emmanuel Macron obtient un accord des Etats-membres pour exclure les médias russes de l’espace médiatique européen. Ainsi l’interdiction d’émettre commence le 2 mars 2022.

Hier unie pour organiser  le flicage via le passe sanitaire, l’Union Européenne se mobilise désormais pour la censure des médias russes. Ainsi progresse la construction européenne par des mesures liberticides, faute de mieux ! A noter que pourtant, la Commission n’a aucune compétence en matière de contrôle de la liberté d’expression dans les Etats-membres, pas plus qu’elle n’en avait en matière de santé.

Un déchaînement de haine russophobe semble s’abattre sur l’Europe : sur France Culture, l’ex-maoïste rallié au PS et éditorialiste  Brice Couturier déclare : «  il faut interdire RT-France et les autres organes de désinformation poutiniens ». Parallèlement, les musiciens russes deviennent persona non grata !

Quand va-t-on vider des musées les collections de peintures russes ?

Ceux qui voulaient éradiquer le corona virus veulent désormais, par les mêmes mesures dictatoriales, éradiquer le virus russe !

Et l’ineffable BHL n’a pas été de reste sur RMC en appelant les autorités à « s’engager sur le front médiatique », ce qui résume bien la conception de la liberté d’expression des gens de gauche.

Rappelons qu’Emmanuel Macron, après deux ans passés au parti socialiste, avait déjà qualifié RT-France en  2017, « d’organe de propagande mensongère ». Rien que cela !

Pourtant, même si RT-France n’est pas immatriculé au registre du commerce, elle est liée par une convention avec l’ARCOM (l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, ex-CSA depuis le 1er janvier 2022), une autorité publique indépendante qui se pose en garant de la liberté d’expression…

Or RT-France n’a fait l’objet que d’une seule mise en demeure par le CSA à propos d’un dossier concernant la situation en Syrie.  Aucune autre sanction, ni poursuite pour fausse information, depuis son lancement il y a quatre ans. Face à la censure actuelle, Xenia Fedorova, directrice de la chaîne dénonce « un acte de censure pur et simple qui viole l’Etat de droit et va à l’encontre même des principes de la liberté d’expression ».

Hélas, le couperet est tombé et la présentatrice de RT France, Samanta Ramsamy, a dû faire ses adieux aux internautes.

Cent soixante-seize salariés dont une centaine de journalistes vont donc se retrouver au chômage.

Une première réaction de soutien est venue du Syndicat National des Journalistes (le SNJ) qui déplore, dans un communiqué du 28 février 2022, je-cite, « un acte de censure qui réduit le pluralisme de l’information (…) Les intimidations et les représailles n’ont jamais fait avancer la liberté d’expression ».

https://www.snj.fr/article/ne-d%C3%A9fend-jamais-la-libert%C3%A9-en-attaquant-les-journalistes-1580995529

Sur Sud-Radio, André Bercoff s’indigne de la mise à l’index de RT-France, affirmant que la liberté d’expression n’est pas à géométrie variable et rappelant que de nombreuses agences de presse financées par l’étranger, n’ont jamais fait l’objet de censure, même en période de tensions internationales !

Il rappelle que la chaîne Al -jazeera Plus, financée par le Qatar, n’a jamais été menacée de fermeture, malgré ses prises de position communautaristes et islamistes fort éloignées du pluralisme imposé aux chaînes médiatiques. Gilles Kepel avait pourtant averti en décembre 2021 que la version arabe de la chaîne satellitaire Al Jazeera était devenue un relais de la propagande des Frères Musulmans à travers le monde. Bercoff cite également la chaîne américaine CNN, subventionnée par la fondation Clinton, et l’on pourrait compléter le tableau en rappelant le renflouement du journal Le Monde par Bill Gates !

Une pétition en ligne de soutien à RT-France, a été mise en ligne sur change.org : elle a déjà recueilli plus de 30 000 signatures.

Mais RT-France a aussi reçu le soutien de Didier Maïstro, ex- leader des Gilets Jaunes. Cet ancien président de Sud Radio, outré par le diktat de la Commission, a déclaré : « les journalistes de la chaîne (RT-France) sont Français, je les ai côtoyés sur le terrain, notamment au plus fort des Gilets Jaunes, libres et courageux? Ca change des donneurs de leçons qui n’ont jamais fait de terrain ! ».

Malgré ce bel hommage rendu à la déontologie journalistique de RT-France,  les internautes devront se passer, du moins provisoirement des sites de ré-information russes. L’Allemagne a déjà pris les devants en interdisant la première Russian Today sur son territoire : résultat Moscou a fermé le bureau de la radio-télévision allemande Deutsche Wellen. Il faut s’attendre à ce que France 24 qui émet en Russie et touche 24 millions de foyers russes (et 4 millions en Ukraine) subisse le même sort.

Hector Poupon




Éducation nationale : qu’attend Blanquer pour faire le ménage ?

Jean-Michel Blanquer

Qu’est-ce que l’Éducation nationale ? Autrefois, elle s’appelait Instruction publique et elle avait la prétention de permettre à tous de s’instruire, d’apprendre à lire, écrire et compter.

Cette Instruction publique, valorisée sous Napoléon III et son ministre Victor Duruy, avait de l’ambition, mais n’était pas exempte de défauts comme sous la IIIe République avec l’imposition du parler français dans toutes les écoles de France au détriment des langues et dialectes locaux. Les hussards noirs, comme on appelait les instituteurs, avaient de l’autorité. Ils étaient les maîtres de la classe, de la cour de récréation et étaient tous très respectés dans les villes et villages au même titre que le maire, le curé, le notaire, la gendarmerie, etc.

Les diplômes de fin de scolarité étaient un gage d’obtention d’acquisition du minimum comme le CEP que nos bacheliers d’aujourd’hui seraient bien incapable de passer et le Bac. Chaque jeune sortant et diplômé pouvait aborder, selon son niveau, le monde du travail artisanal, ouvrier, ou les champs. Pour les bacheliers, c’était les facultés. Tous savaient lire, écrire, et compter à 12 ans.

Qu’est devenue cette Instruction publique appelée désormais Éducation nationale, si peu éducative et si peu nationale, compte tenu du nombre d’élève étrangers dans les classes ?

Qu’est devenue cette Éducation nationale dont les héritiers des hussards noirs sont devenus des pleutres, des savonnettes, des individus dans leur grande majorité intéressés par leur bien-être, leurs congés, leur tranquillité, plutôt que par les progrès des élèves et leur réussite ?

À leurs décharge, je suis bien obligé de tenir compte qu’avec l’invasion migratoire, les salles bondés d’enfants parlant à peine le français, issus de milieux n’ayant aucun lien avec la communauté française, éduqués par des parents fidèles aux traditions de leurs pays d’origine, trimbalant dans leur mental des haines racistes et recuites de pseudo-anciens colonisés, et qui sont, de plus, plus sensibles aux aides sociales, aux allocations familiales déversées par la solidarité, et la fraternité française que par la trilogie Liberté- Égalité-Fraternité.

Ils s’en battent l’œil, s’en contrefoutent car s’ils vivent physiquement en France, ils sont, grâce aux paraboles qui pullulent sur les façades d’immeubles, branchés en permanence sur les chaînes d’infos de leurs pays. Aucune chance qu’ils s’intègrent, aucune.

Sauf pour ceux qui ont l’intelligence de comprendre la chance qu’ils ont d’être en France, pays qui leur offre la possibilité de ne pas vivre dans un bidonville de Bamako, Dakar, Tunis, Alger, Casablanca, ou Yaoundé. Il est vrai que même éduqués par la France, certains se retrouvent parmi les indigénistes haineux.

Qu’est devenue cette Éducation nationale dont la hiérarchie est lâche, soumise, forte avec les faibles, avec les quelques professeurs qui ont parfois le courage de dénoncer les conditions de travail et de dispensation de l’instruction ?

C’est la hiérarchie des couvertures.  Celles des fonctionnaires du ministère, des recteurs, des inspecteurs d’académie plus promptes à dénoncer, à accuser, à sanctionner qu’a soutenir ou défendre un prof qui subit des insultes, des voies de faits, des harcèlements, des agressions.

Celles qui refusent de sanctionner des élèves qui harcèlent un étudiant, qui menacent de mort des profs et finissent pas les laisser sur les bancs des écoles pour proposer à la victime de quitter son collège, son lycée comme pour l’affaire Mila, cette jeune fille qui est donc sanctionnée de fait, pour avoir défendu son point de vue. Beau message de soumission aux harceleurs.

Hiérarchie des couvertures comme pour l’affaire Samuel Paty, assassiné sauvagement alors même que comme Le Point le révèle, il y eut des courriels rédigés par le rectorat au professeur, dans lesquels l’inspection académique aurait évoqué « une appréciation inexacte de la laïcité et de la neutralité ». Mort parce qu’il aurait commis une erreur d’appréciation. La famille a dû être contente d’apprendre cela. Sans compter tous ses collègues profs, qui se sont détournés de Samuel Paty.  Tous, au demeurant, devaient être présents lors de la marche blanche. La honte ne les a pas étouffés.

La couverture de l’académie de Versailles qui a, pour sa part, regretté des manquements de la part du professeur d’histoire-géographie ! Samuel Paty a été assassiné avec la complicité d’élèves,  celle de profs lâches, mais aussi celle de sa hiérarchie.

Il ne faut pas croire que cette institution est la seule en cause.

Les gauchistes qui la composent de bas en haut pullulent dans cette institution. Ils auront encore, croyez-le, des larmes de crocodiles quand d’autres profs paieront le prix fort grâce à leur lâcheté !

Ils s’imaginent qu’en courbant la tête, ils éviteront le sabre, la hache du boucher, le couteau de cuisine. Quelle bêtise ! Ces femmes et ces hommes sans culture historique, sans conscience, et souvent sans science vu le niveau, n’arrivent pas à comprendre que le salut est de se mettre debout, et non de ramper en espérant la clémence des bourreaux.

Que dire de cette institution d’obédience catholique comme ce lycée de Saint-Sulpice siégeant au 68 rue d’Assas dans le très bourgeois 6e arrondissement de Paris et faisant partie du groupe OGEC.

Cette fois c’est un acharnement sur une employée, une hôtesse d’accueil, que nous connaissons bien à Riposte Laïque pour l’avoir remarquée pour son courage, sa pugnacité à défendre la laïcité à travers la Brigade des Mères.

Lycée Saint-Sulpice 68 rue d’Assas Paris VIe

Madame Nadia Remadna est l’objet d’une sorte de harcèlement dans cette institution scolaire privée catholique dirigée par madame Nathalie Jouclas parce qu’elle a écrit un livre racontant son expérience, son combat comme lors de l’émission de France 2 à Sevran démontrant que les femmes étaient refusée dans la salle, sous prétexte « qu’ici, à Sevran, on est comme au bled« .

Harcelée par sa hiérarchie parce qu’elle a été sur des plateaux de télévisions diverses pour alerter du danger de l’islam dans les banlieues, ou avec d’autres mères qui se battent avec elle, afin de préserver leurs enfants du salafisme et de la nuisance des Frères musulmans. La réponse de cette institution catholique est de l’exclure, de lui refuser de revenir travailler dans leurs locaux sous prétexte « de la protéger« . 

La France est malade et nous le savons bien. Elle est empoisonnée par ces petits fonctionnaires qui disent comme en son temps Giono, « plutôt allemand que mort ».

Le peuple de France a longtemps cru qu’il avait été un peuple de résistants, mais chaque jour nous démontre qu’il n’en est rien, qu’en son sein, le poison de la collaboration fait son œuvre.

Le peuple de France moutonneux obéit aux injonctions du pouvoir. Des citoyens, jeunes pour la plupart, portent, effrayés, un masque dans leur voiture personnelle, ils écoutent religieusement la propagande télévisée destructrice de liens sociaux et familiaux, et ils portent un masque, y compris seuls !

Ils le portent dans des lieux où il n’y a pas de raisons de le mettre comme dans les espaces non confinés, les chemins de montagnes, sur les plages, en mer, en nageant, comme nous le disent des professeurs comme Toussaint, etc.

Il y a des hélicoptères qui surveillent, à plusieurs milliers d’euros de l’heure le vol. Il y a des forces de l’ordre qui obéissent sans discernement. Ils obéissent alors même qu’ils pourraient, s’ils le voulaient, ne pas le faire ou simplement tempérer, mais ils doivent faire du chiffre, sauf dans les banlieues bien sûr, car c’est plus facile d’interdire de nage des personnes âgées, comme à Biarritz.

Le peuple de France aujourd’hui,

  • C’est des profs qui s’écrasent
  • Une hiérarchie éducative qui baisse les yeux ou dénonce le prof rebelle, ou le parent d’élève récalcitrant au fait que son enfant porte un masque à partir de 6 ans
  • C’est des citoyens terrorisés qui remplissent, inquiets, leur        « laisser passer » comme d’autres hier, ne sortaient pas sans leurs « ausweis »
  • Des journalistes qui tombent dans la délation
  • Des forces de l’ordre qui agissent comme des hommes de main !

Obéir, c’est bien normal en tant que représentants de l’ordre, mais on pensait que l’obéissance avait des limites depuis Nuremberg, que c’était fini. Ce n’est manifestement pas le cas.

Gérard Brazon




Bayonne : le pitoyable communiqué politiquement correct de Marine

Je vais encore me faire des amis chez les amoureux de Marine Le Pen, chez les en transits du LR, les transis du Rassemblement National, mais qu’est-ce que les élus avaient besoin de faire des communiqués dignes de partis bien-pensants ? 

Certes, Marine Le Pen voulait sans doute être la première ! Mais une fois fait, ne pouvait-elle pas argumenter, se demander pourquoi les médias ont été si prompts à divulguer la photo de l’auteur dans la presse, à donner son nom, son prénom, l’adresse du village, interviewer le maire de celui-ci, et sans doute examiner le fond des poubelles de ce vieillard de 84 ans qui, manifestement, a pété les plombs. 

Cela n’excuse en rien l’acte de ce monsieur qui, clairement, nuit au combat patriote contre l’islamisation de notre pays, compte tenu de la mentalité politique de ceux qui nous dirigent !

Les hyènes médiatiques se pourlèchent les babines! Ils ont enfin, depuis l’affaire Merah, le « terroriste » d’extrême droite, celui qu’un moment donné, certains journalistes espéraient du fond de leurs âmes de gauchistes !

Bon c’est vrai, il n’a plus trop de cheveux, il n’est pas trop vaillant, on ne sait pas encore s’il a les yeux bleus, mais on sait qu’il a participé aux élections sous l’étiquette Front National ! On le tient, le misérable, on ne le lâche plus ! 

Est-ce que ce monsieur était marié, père de famille, grand-père vu son grand âge ? A-t-on songé à la famille, aux enfants et petits- enfants ? Non, sûrement pas… Pas d’importance, car chez les gauchistes, on est forcément « fascistes » de père en fils, comme on est esclavagistes ou colonialistes de famille !

Quand on connaît les précautions que la presse prend pour donner les noms, les prénoms, les lieux de vie, quand il s’agit de parler d’un déséquilibré islamique, on est en droit de s’étonner de cet étalage d’informations qui nous démontre qu’en France, s’appeler Louis ou Martin vous assure une plus grande reconnaissance que de s’appeler Abdelkader ou Merah !

La magie de la bien-pensance et du politiquement correct ! D’où ma remarque sur le Rassemblement National qui s’est précipité, comme tous les autres, sur le vieillard quelque peu dérangé qui, au fond, ne risque plus grand chose !

Que dit Zemmour là-dessus ? La même chose que ce que nous pensons à Riposte Laïque !

#Zemmour : « Quand on tue au nom d’Allah, cela n’a rien à voir avec l’islam. Quand on blesse deux musulmans, on cherche les coupables » (Source)

Image

Que dit le RN ? « L’attentat commis contre la mosquée à Bayonne est un acte inqualifiable que je condamne avec la plus grande fermeté. Il va à l’encontre de mes valeurs et de celles portées par notre mouvement et il doit être traité avec la sévérité la plus totale. »

On retrouve les même clefs, les mêmes éléments de langage, comme on dit en politique, chez l’ensemble des élus RN de France ! La consigne est bien passée ! Même Julien Odoul est prié d’avaler son chapeau, de se faire traiter de faux-cul, d’hypocrite, sur les réseaux par les islamo-collabos et les islamo-gauchistes !

C’était pourtant l’occasion rêvée de faire remarquer ce deux poids/ deux mesures dans les médias ! C’est donc avec un grand plaisir que j’ai pu entendre de la bouche d’André Berkoff, sur Sud-Radio, cette réflexion de bon sens ! La presse se moque bien de tenir la balance de l’information équilibrée, elle se réjouit et pèse de tout son poids du côté de ceux qu’elle déteste ! 

Oui, le Rassemblement National est en bonne voie ! Il désarme, se rend, abandonne la lutte et se transforme peu à peu en parti politique comme tous les autres ! Bien-pensant et bien lisse !

Va-t-il profiter de cet aspect rassurant pour les pigeons, les bonnes âmes, la mère de famille au foyer de 50 ans, le bourgeois de Neuilly ou des quartiers chics, le bobo du 18e et d’ailleurs ? Je ne le crois pas ! 

Va-t-il conquérir les cœurs des banlieues, les ouvriers dans les usines, les chômeurs et les misérables qui cherchent leur pitance dans les poubelles des supermarchés ? Je ne le crois pas non plus !

Pour les conquérir, le Rassemblement National devra faire le grand écart entre les priorités des uns et la peur des autres !

Entre le déclassement redouté des uns, ceux qui ont peur de sombrer dans la misère, et la peur que le RN a de choquer en affirmant que ce déclassement est une résultante, et que l’immigration et son corollaire l’islam, en sont une des causes principales !

Entre la peur de dire que la France ressemble de moins en moins à celle de nos parents, et celle de se faire traiter de racistes et d’islamophobes ! 

En conséquence, le RN doit parler vrai, rechercher et trouver des alliances avec d’autres partis, et construire un programme commun de droite nationale, pour espérer un jour avoir des résultats dignes de Matteo Salvini qui lui, en Italie, n’hésite pas à s’allier !  Bref, se vouloir volontaire plutôt que bien-pensant. 

Gérard Brazon

 

 




Municipales : les islamistes à la manœuvre et Marine à la ramasse !

Marine Le Pen est la cible, la candidate préférée d’Emmanuel Macron ! Il en parle avec gourmandise partout, sans arrêt et dernièrement à Mayotte.

L’immigration a toute sa sollicitude, parce qu’il « ne faut pas faire monter le score du RN » ; la sécurité également parce que cette insécurité n’est pas due à la politique de l’immigration, mais à la volonté qu’aurait Marine Le Pen d’exploiter ce filon, et l’ignorance des Français qui ne savent pas les bienfaits de sa politique, et ignorent tous ses efforts, etc. Les Gilets jaunes canal historique savent trop bien de quoi il s’agit. 

Sur tout l’échiquier, c’est la même antienne ! Les élections approchent et voici nos élus qui s’électrisent, montent au créneau, hurlent à la louve lepéniste, ce qui permet à Madame Marine Le Pen de jouer dans la cour des grands ! Aux pays des aveugles, le borgne est roi alors même que nous aurions eu besoin d’un vrai visionnaire. Quand on sait désormais que cette responsable politique passe plus de temps à sanctionner ses propres militants, comme Jean Claude Blanchard, qu’à mener des combats d’union des patriotes, et sur tous les terrains et qu’elle cède trop facilement à la pression de la bien- pensance. Désespérant véritablement ! (Source)

Allons-nous assister à un numéro d’éplucheur d’oignons ? Nous allons voir des « votez pour moi » qui suis très naze certes, qui ai prouvé que je ne suis ni social, ni sécuritaire, ni patriote, ni extrême.

Emmanuel Macron n’est qu’un banquier « progressiste », qui ne sait pas ce qu’est le travail, puisque il ne sait pas ce qu’est la pénibilité, ni les cotisations retraite, etc.

Son discours au fond est : je suis un mondialiste bien sûr, qui se fout bien de la France puisqu’elle a commis des crimes contre l’humanité, et qu’elle n’a pas été foutue d’inventer une culture française !

Votez pour moi Françaises, Français, sinon… vous allez vous retrouver avec « la haine », les « repliés sur eux-mêmes », ceux de « la France petit format », ayez peur, et bla-bla !

C’est un peu le schéma qu’Emmanuel Macron a sorti à Mayotte. Il est atterré, dit-il, que 45,6 % de la population à 98 % musulmane ait pu voter pour Marine Le Pen aux dernières élections ! Ce qui fait dire aux mauvaises langues que le Rassemblement National n’est pas insensible au vote musulman. Ceci expliquant cela !

Branle-bas de combat dans les municipalités : chacun va y aller de son pince-fesse de fin d’année dans les mairies, petites réceptions et petites pépées, et recevoir les associations islamiques sans alcool visible, rouler des gamelles à l’imam du coin, promettre l’accélération de la construction d’une énième mosquée, prêter des salles dans les écoles de la République pour « l’aide scolaire », cache-sexe des écoles coraniques, etc. Politique politicienne écœurante !

Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire en lisant la propagande du maire de Poissy, Karl Olive, sur son vivre-ensemble, sinon gare à la fessée ! « Je te respecte, tu me respectes et on vit bien ensemble, sinon c’est la sanction » (Figaro du 22 oct.).

C’est le même maire, ex-LR (dit de droite) qui affirme dans la même interview, qu’ « il ne voit pas le risque de communautés quelles qu’elles soient à Poissy ». Il va même plus loin, ce faux Bisounours, puisque pour lui les mères voilées qui accompagnent les enfants dans les sorties scolaires sont celles qui veulent s’intégrer et qu’il ne faut pas les stigmatiser ! Parfait coup de patte facile à Julien Odoul qui n’avait fait qu’interpeller la présidente de la région Bourgogne et non, comme les journalistes ne cessent de le dire, directement cette voilée militante de l’islam !

À travers cette interview, on peut voir se dessiner les premières réflexions de candidats pour qui la mort de victimes d’attentats, d’agressions au couteau, de violences islamiques diverses et variées importent peu puisqu’il ne faut pas choquer les électeurs musulmans, et ce faisant, mépriser tous ceux qui prennent conscience peu à peu qu’ils se font phagocyter par les « Frères musulmans », la pire engeance d’un islam conquérant ! Les quartiers se font réislamiser grâce à la collaboration de ces maires inconscients.

Oui, ce sont les politiques de droite, de gauche, macronistes du LR, du PS, du PC, des pseudo-insoumis, et des soi-disant écolos qui favorisent la montée du communautarisme, et pour quelques années de plus au pouvoir !

Bientôt, et on le verra dans les prochaines municipales, les salafistes, les « frérots » de l’islam n’auront plus besoin de ces béquilles ! Ils investiront les mairies en costume- cravate et les départements, sous diverses formes comme Mohamed Morsi en Égypte. Ils imposeront peu à peu, dans les institutions, en sous-main, à travers les services municipaux et  associations, les rouages du pouvoir, de tous les pouvoirs ! Ils feront de ces maires islamo-collabos, des maires fainéants incapables de s’opposer à leurs volontés. À défaut d’êtres maires eux-mêmes, ils auront des 1ers maires-adjoints qui seront en réalité des maires du palais de la commune.  C’est ce qui se passe dans les mairies de Saint-Denis (93).

Karl Olive n’est qu’un de ces représentants croupions de l’islam à Poissy, comme dans d’autres villes, comme dans les Hauts-de-Seine et ailleurs !  Comme il s’aplatit comme un tapis de prière, il a hélas l’assurance de préserver son poste de supplétif de l’islam ! 

Nadia Remadna le dit sans relâche, dans ses interventions à Sud-Radio, sur RT-France, à ses risques et périls, et dans le silence de plomb des médias qui écoutent certes, mais n’entendent pas !

Désespérant, vous dis-je, surtout quand on constatera l’étendue de l’abstention qui, comme je le dis fréquemment, rend service à tous ces islamo-collabos !

Gérard Brazon

 




J’ai accompagné Nadia Remadna, interrogée par Bercoff à Sud-Radio

 

Lundi 22 octobre, j’ai pu accompagner ce que j’appelle une femme de courage, Nadia Remadna dans les studios de Sud-Radio. Elle avait été invitée par l’excellent André Bercoff pour expliquer son action sur le terrain en tant que mère et présidente de l’association « Brigade des Mères »!

J’ai toujours été fasciné par ces femmes de courage qui bravent tous les dangers, qui subissent les avanies des islamo-collabos et autres islamistes, qui refusent de voir à leurs portes les dangers de l’islam politique. Elles sacrifient leur tranquillité, parfois perdent leurs boulots comme Nadia !

Dans son interview par André Bercoff, Nadia Remadna explique que l’islam conquérant, revendicatif, politique, est devenu une réalité de par la complicité des élus municipaux, départementaux, régionaux et nationaux qui ont laissé faire, quand ils n’ont pas favorisé l’entrée des « grands frères » dans leurs différents conseils ou leurs différents services sociaux !

Ce sont les élus islamo-collabos et  pas seulement de gauche hélas, qui ont favorisé les créations d’associations communautaristes, qui ont financé, par les subventions, des responsables d’associations sportives ou « culturelles », ou « d’aides aux devoirs », alors même qu’elles ne sont en fait que des sortes de « madrassas » (écoles coraniques) pour formater les esprits des jeunes des banlieues ! 

Ce sont des médias complaisants, des journalistes qui ne veulent pas voir, pas entendre, pas dire la réalité par peur d’être taxé d’extrême-droite, d’islamophobes et que sais-je encore…

Ce matin, j’écoutais la béate Virginie Martin sur Sud Radio qui se plaignait que l’on ne condamne pas l’islamophobie au même titre que l’antisémitisme ! Fort heureusement, elle a été recadrée par l’excellente Élisabeth Lévy de Causeur lui rappelant que les Juifs d’avant-guerre n’avaient pas eu d’associations de défense, ni de droit à la parole dans tous les médias et ne craignaient pas d’être déportés dans les camps de la mort ! Pas de René Bousquet en vue, ni de rafle prévue par des héritiers de radicaux-socialistes pro-nazis !  

Effarante démonstration d’ailleurs, qui veut faire d’une saine islamophobie, un véritable crime contre l’humanité alors même que cette islamophobie consiste à défendre notre pays, notre culture, notre identité du néant islamique ! Je suis islamophobe, je le revendique ouvertement comme peuvent le faire toutes ces femmes de courage qui savent, comme en Iran, en Arabie saoudite, au Qatar, au Soudan, au Pakistan, etc., qu’elles sont les premières victimes de ce système totalitaire !

Il faut, mesdames, messieurs les journalistes, soutenir l’action de la « Brigade des mères » comme l’a fait André Bercoff sur Sud Radio.

Il est insultant pour nous, les patriotes, pour toutes ces femmes de courage, d’écouter l’interview de Nicole Belloubet qui considère que les djihadistes, ces esclavagistes, ces tortionnaires, ces criminels violeurs de Daesch, sont des « combattants » ! Ces hommes devraient être déchus de leur nationalité et non considérés comme des « combattants » !

Ils devraient jugés et fusillés pour haute trahison ! C’est que l’on fait à ceux qui retournent leurs armes contre leur pays ! 

Gérard Brazon




François Hollande : la descente aux enfers

AV GROT AMélioré
François Hollande donne au monde l’image d’un président préhistorique, qui passe plus de temps à festoyer qu’à gérer la France. D’où cette descente aux enfers.
av repas
 
Pas de trêve pascale pour l’impopularité croissante de François Hollande, 24e président de la République française. Les plus récents sondages commandés par les services du Palais de l’Elysée indiquent que « Seuls 3% des Français souhaitent le voir se représenter. 81% des sympathisants socialistes réclament une primaire, avec ou sans le Président… ». François Hollande paie au prix fort l’échec de sa politique syrienne (lire aussi http://ripostelaique.com/comment-lambassadrice-de-bachar-a-ridiculise-les-bras-casses-hollande-fabius.html), de sa politique agricole (lire aussi http://ripostelaique.com/jets-de-bouses-de-vaches-huees-pour-hollande-au-salon-de-lagriculture.html ), de sa politique sociale (lire aussi  http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html ), de sa politique économique dans une France où tout va mal, surtout pour les patriotes qui travaillent dur, dans une France en plein désarroi, où nos paysans se suicident pour échapper aux huissiers, dans une France où des intégristes égyptiens utilisent le pays comme base-arrière, dans une France où les projets de mosquées ou de centres cultuels musulmans intégristes se multiplient, dans une France où les entreprises licencient à tour de bras, où le groupe Aoste ferme son usine « Calixte » à Boffres en Ardèche, dans une France où peu d’entreprises innovent, créent des emplois et beaucoup disparaissent , dans une France où beaucoup de magistrats découragés diagnostiquent « La fin des juges », à l’image de Marie-Odile Theoleyre dans son remarquable livre (http://suite101.fr/article/actualite–la-fin-des-juges-dans-une-societe-en-pleine-folie-a35178), certains juges, et certains élus, ici et là, redressant la tête et stoppant des errements, en faisant prévaloir l’intérêt républicain.
La mauvaise gestion du dossier « terrorisme » par des collaborateurs incompétents de François Hollande (lire aussi http://ripostelaique.com/surnomme-r2d2-lemploye-de-banque-cazeneuve-naurait-jamais-du-finir-a-linterieur.html ) et par les services de renseignements français, ainsi que par les agents des services de renseignements intérieurs (lire aussi http://ripostelaique.com/exclusif-massacres-terroristes-dus-a-faillite-renseignement.html ) ont contribué à cette inexorable descente aux enfers de François Hollande.

Notre analyse est confortée par une enquête de l’hebdomadaire L’Express reprise par Wikipédia, qui expose, à partir des résultats de plusieurs sondages, cinq raisons à l’impopularité croissante du président de la République : absence de gouvernance, absence d’autorité, absence de ligne directrice, opposition d’une partie de la population au projet d’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe, promesses économiques non tenues. L’éditorialiste François Lenglet estime ainsi que c’est le non-respect de trois promesses fondamentales ayant trait à l’économie du pays (celle de la résorption du déficit public à 3 % du PIB en 2013 – s’établissant finalement à 4,1 % -, celle d’inverser la courbe du chômage cette même année et l’engagement de « stabilité fiscale ») qui explique une grande partie de la très forte et persistante impopularité de l’exécutif. L’affaire Cahuzac et ses prises de position dans le conflit syrien ont également un impact négatif sur la perception de son action.

François Hollande représenté aux côtés d’Angela Merkel, symbolisant l’importante influence de l’Allemagne au sein de l’Union européenne.

En octobre 2013, l’affaire Leonarda avait renforcé l’impopularité de François Hollande : alors qu’auparavant les mauvais résultats économiques et les hausses d’impôts en constituaient les facteurs essentiels, Le Point note que cette affaire impacte directement le jugement de la personnalité de François Hollande ; en novembre 2013, il est considéré comme le président le moins courageux de la Ve République et apparaît, d’après une analyse de BVA, comme « incapable de trancher ». Le même mois, le baromètre Ifop indique que François Hollande bat le record d’impopularité pour un président de la Ve République, avec seulement 20 % d’avis favorables.

Dès 2013, l’hypothèse que Manuel Valls lui soit préféré en vue de la présidentielle de 2017 est évoquée. Plusieurs sondages donnent en effet François Hollande éliminé de la compétition présidentielle dès le premier tour. À la suite des élections municipales et européennes de 2014, qui sont un échec pour la gauche, sa popularité continue à diminuer (18 % de satisfaction contre 82 % de mécontents selon le baromètre Ifop), y compris chez les sympathisants socialistes, qui ne lui accordent plus majoritairement leur confiance. Son impopularité record sous la Cinquième République est confirmée en septembre 2014 par tous les instituts de sondage, avec des taux d’opinions favorables allant de 13 à 19 %.

 Du jamais vu pour un président de la République. A croire que le sobriquet, « Monsieur 3% », qu’on lui prêtait quelques mois avant la primaire socialiste de 2011, lui colle à la peau. A l’époque, ce chiffre représentait la part de sympathisants socialistes qui souhaitaient voir le candidat Hollande désigné pour la présidentielle de 2012. On connaît la suite. Mais quatre ans plus tard, et un an avant la nouvelle élection présidentielle, François Hollande est retrouvé à un niveau de popularité très faible. A la nuance près que ce taux concerne désormais l’ensemble des Français.

Seulement 15% des sympathisants socialistes en veulent

Selon les derniers sondages, seules 3 % des personnes interrogées souhaitent voir François Hollande se représenter en 2017. Un chiffre très faible, supérieur chez les sympathisants socialistes, mais encore dramatiquement bas pour un président sortant. Chez les sympathisants socialistes, ils ne sont en effet que 15% à souhaiter qu’il se présente à sa propre succession. Il est devancé auprès de cette population par Valls (40 %) et par Martine Aubry, d’une courte tête (16%).

81% des sympathisants du PS se déclarent favorables à une primaire à gauche

Pour la première fois dans l’histoire de la V ème République, un président sortant semble obligé, par ses propres supporters, à passer sous les « fourches caudines » d’une primaire dans son propre camp. Car 81% des sympathisants socialistes souhaitent la tenue d’une primaire pour désigner leur candidat pour 2017. Et ce dans l’hypothèse où François Hollande se représente. Des résultats désastreux, très sévères pour le président de la République, qui est largement désavoué et humilié par son propre camp.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411




Faut-il juger les juges ?

av juge burgaud

Faut-il juger les juges lorsqu’ils se sont trompés ou lorsqu’ils ont été désavoués ?

 

A la fin des années 70, près de 90 % de l’activité des juges était consacrée à la lutte contre la criminalité, la délinquance. Depuis 20 ans, de plus en plus de magistrats se veulent les « censeurs » de la vie politique, de la presse, et ce sont autant de moyens humains qui font défaut dans la lutte contre la criminalité organisée, la petite délinquance. Le « mariage de raison » (et non d’amour) qui prévalait entre les magistrats et les journalistes dans les années 80 a volé en éclat. Alors même que l’impartialité des juges est mise en cause, chaque jour. Certains juges ont même jeté le discrédit sur des commissaires de police efficaces, en reprochant à ces flics de terrain d’avoir « franchi la ligne rouge dans leurs recherches d’informations au sein du grand banditisme ». Mais, personne n’ose sanctionner, de manière exemplaire, les magistrats qui dérapent, à l’image de l’affaire d’Outreau.

Plusieurs magistrats se sont même interrogés sur l’indépendance de certains juges vis à vis de certaines religions (lire aussi http://ripostelaique.com/des-juges-francais-infeodes-a-certaines-religions.html ). La question méritait d’être posée, après que la Ministre de la Justice Christiane Taubira ait annoncé, le 27 avril 2015, aux journalistes accrédités auprès de son ministère, l’octroi de 2,7 M€ de crédits sur 3 ans
«destinés à mettre en place des formations à la laïcité pour les magistrats et les personnels des juridictions ».

 

La rentabilité domine aussi l’institution. Avec un management à la japonaise. Du coup, plusieurs magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », à l’image de Marie-Odile Theoleyre dans son remarquable livre.

 

Au pénal surtout, mais aussi dans une moindre mesure au civil, les juges français ont un pouvoir plus important que leurs homologues des autres démocraties (en particulier les pays anglo-saxons de Common law), qui doivent s’effacer beaucoup plus souvent qu’eux, dans la prise des décisions, derrière des jurés populaires, qu’on ne trouve en France que dans les cours d’assises (encore dans celles-ci les juges professionnels ont-ils une influence importante, voire prépondérante, à en croire des confidences de jurés).

Ce constat est partagé par Benoît Garnot, agrégé d’histoire et docteur ès lettres, qui enseigne l’histoire de la justice à l’université de Bourgogne depuis 1988 et est l’auteur de nombreux ouvrages. Son dernier livre Histoire des juges en France, de l’Ancien Régime à nos jours est aux éditions Nouveau monde est meilleur qu’un diagnostic médical. 

av jugL’image du juge au XIX ème siècle : dépassée ?

 

L’auteur y décrypte les caractéristiques des magistrats en France. Il estime que les justiciables doivent être en droit de demander des comptes aux juges. Car le pouvoir des juges concerne le quotidien des procès, et donc le quotidien des Français.

Certes, les juges ont toujours été décriés, quels que soient l’époque et le lieu. La critique de la justice, et par conséquent des juges, était déjà très importante dans l’Antiquité : voyez Aristophane! Dès lors, pour Benoît Garnot, « La critique des juges n’a jamais cessé depuis. On a accusé les juges d’incompétence, de partialité, de concussion, de cruauté, d’insensibilité…, le plus souvent à tort (pas toujours cependant). Alors pourquoi une telle hostilité? Parce que tout procès fait au moins un mécontent, le perdant, et le plus souvent deux, quand le gagnant estime qu’il n’a pas reçu assez ou que l’autre n’a pas été suffisamment puni, ce qui est la réaction la plus fréquente.

 

« Après, il est très facile, mais trop courant, de reporter son mécontentement ou sa déception sur le juge. Quand en plus on se trouve, comme actuellement, en période de crise économique et sociale, les juges constituent des boucs émissaires idéaux… surtout quand des élus en rajoutent en contestant des décisions de justice… ».

 

Le plus gros problème demeure une judiciarisation de notre société Française, qui donne l’impression que les magistrats veulent se mêler de tout. Et Benoit Garnot a le mérite de rappeler « On oublie que les juges sont faillibles et ont droit à l’erreur, mais ils ont souvent du mal à la reconnaître… ». Et personne n’ose, à l’arrivée, sanctionner tous les magistrats qui ont commis des erreurs, qui ont ruiné des vies, qui ont massacré des enfances, qui ont détruit des entreprises, des commerces, des exploitations agricoles, en ordonnant ici une faillite, là une expulsion agricole, sans avoir vraiment pris le temps d’étudier le dossier.

 

Ces juges poursuivent leur carrière, un blâme administratif dans le pire des cas, une mutation dans les îles de la République lorsque l’affaire est moins grave mais alimente les médias.

 

Certains magistrats se placent sous la coupe du pouvoir politique, sous l’emprise de certaines loges maçonniques, ou prennent des engagement associatifs d’un tout autre plan, mais cela mériterait un trop long développement. S’ajoute à cela le recrutement et les carrières, au XIXe siècle et pendant une bonne partie du XXe siècle. Ce phénomène s’est atténué aujourd’hui pour les recrutements, mais beaucoup moins pour les carrières. Dans le traitement des affaires banales, qui constituent l’immense majorité du contentieux, la liberté des juges du siège est totale (évidemment dans le cadre de la loi et de la jurisprudence). La sujétion au pouvoir politique concerne surtout les magistrats du parquet, et de nombreuses affaires à connotation politique ou financière, qui s’avèrent souvent très médiatisées.

Les juges de l’ordre judiciaire sont-ils trop puissants en France ? Et que dire des juges constitutionnels, dont les décisions infirment de plus en plus souvent les lois votées par le Parlement ?

Dans une France où beaucoup de magistrats découragés diagnostiquent «La fin des juges », on a l’impression que certains serviteurs de l’Etat, dont les ancêtres se sont illustrés sur les champs de bataille, pour que «vive la France », tentent ici ou là de sauver le Pays réel, en incarnant cette laïcité et le sens de l’Etat que nous défendons.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html



Insecticides : « dégelée Royal » pour Le Foll

av le foll m'a tuerSur les 58 députés présents hier soir à l’assemblée nationale (sur un total de 577), 30 parlementaires ont eu le courage de voter contre les insecticides tueurs d’abeilles, et ont infligé une « dégelée Royal » à Stéphane Le Foll

Suite à l’engagement d’un certain nombre de médias, dont Riposte Laïque (http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html), des principaux syndicats de défense de l’apiculture, dont l’Abeille Ardéchoise et Drômoise : défense des abeilles, des apiculteurs , hier soir, tard dans la nuit, l’Assemblée Nationale a adopté l’interdiction des néonicotinoïdes en 2018. Deux heures de débats pour une interdiction obtenue à l’arrachée, grâce à l’engagement des députés qui se battent aux côtés des apiculteurs, depuis plus d’un an. Après deux heures de débats, les élus ont acté l’interdiction par 30 voix contre 28.

Ils ont ainsi fait barrière aux manœuvres de Stéphane Le Foll qui avait pourtant mis tout son poids de Ministre de l’Agriculture dans la balance pour éviter leur interdiction, faisant totalement fi des principes de l’agroécologie et des objectifs d’Ecophyto qu’il prétend défendre…

Néanmoins, l’UNAF (l’Union Nationale de l’Apiculture Française) regrette que « nos élus n’aient pas fait le choix d’interdire ces produits dès 2017, comme la Commission du Développement Durable l’avait initialement décidé, laissant encore les producteurs et leurs abeilles victimes de ces autorisations de mise sur le marché comme ils le sont depuis vingt ans… ». D’ici à 2018, un million de colonies d’abeilles vont périr suite à la mise en œuvre tardive de cette interdiction.

Si nous devons accueillir, avec tous les apiculteurs et avec tous les consommateurs de fruits et légumes, ce vote comme une vraie satisfaction tant cela était inimaginable quelques heures avant le débat, nous devons rester extrêmement vigilants car :

  1. le Sénat va devoir confirmer cette interdiction en 2ème lecture et cela est loin d’être gagné : apiculteurs, ONG environnementales et élus engagés à nos côtés devront redoubler d’efforts pour le maintien du texte tel quel.
  2. Si elle est confirmée par le Sénat, l’interdiction entrera en vigueur au 1er septembre 2018 soit dans plus de deux ans. Et en deux ans, de nombreux évènements peuvent venir remettre en question une interdiction qui a de nombreux ennemis…

Par ce message, nous tenions surtout à remercier tous les lecteurs de Riposte Laïque pour tout le travail qu’ils ont fait vers les élus. Nous savons que vous avez été nombreux à les contacter et que les élus ont été très sensibles à ces prises de contact. Votre travail a été indispensable pour nous permettre d’en arriver là où nous sommes aujourd’hui.

Et vous l’aurez compris, vous serez de nouveau mis à contribution pour le 4ème round, la deuxième lecture au Sénat ! Car nul doute que le lobby agro-industriel, représenté par Stéphane Le Foll au gouvernement, garde, avec ce report, le secret espoir d’obtenir un nouveau changement de législation en 2017 ou 2018.

 

Loi Biodiversité à l’Assemblée Nationale : les insecticides néonicotinoïdes enfin interdits mais… dans deux ans.

Hormis les firmes, plus personne ne conteste la toxicité des néonicotinoïdes envers les abeilles et les pollinisateurs. Mais les lobbys restent puissants… Pourtant, de manière courageuse, le 17 mars 2016, les députés ont décidé une interdiction des néonicotinoïdes à compter du 1er septembre 2018. L’Union Nationale de l’Apiculture Française se satisfait que l’Assemblée prenne enfin ses responsabilités face à la dangerosité de ces produits et du ministre Stéphane Le Foll, regrettant néanmoins le délai de deux ans pour la mise en application de l’interdiction.

C’est donc une vraie satisfaction même si ce n’est pas encore une victoire : les apiculteurs ne pourront se réjouir que lorsque leurs abeilles comme les pollinisateurs et l’ensemble de la biodiversité ne seront plus exposées à ces produits.

L’Union Nationale de l’Apiculture Française salue le travail des députés qui se sont investis sur le sujet et reste plus que jamais déterminée avant le passage du texte en 2ème lecture au Sénat.

Pour Gilles Lanio, président de l’UNAF, « D’ici la fin des discussions sur la loi biodiversité, l’UNAF, comme les nombreuses associations apicoles et environnementales qui soutiennent ce combat, mettra TOUT en œuvre pour poursuivre la mobilisation afin d’obtenir le retrait définitif de ces produits. C’est une urgence absolue ».

Voir l’amendement adopté :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/3564/AN/974.asp

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/foll-beurre-tuant-9-milliards-dabeilles.html

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html




Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles

av le foll avait promis son aide aux apiculteurs en 2012Lorsqu’il a été nommé ministre de l’agriculture, Le Foll a visité des exploitations apicoles dans la Sarthe (ici chez Sophie Dugué), spécialisées dans l’élevage des reines d’abeilles. Il avait alors promis d’aider les apiculteurs et les abeilles. Aujourd’hui, Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles en soutenant les pesticides et insecticides tueurs d’abeilles. Si les abeilles collectaient des billets de banque à la place du pollen et du miel, elles seraient mieux défendues par les ministres socialistes, par les députés et les sénateurs. 

AV AB ISRAE

Suite au courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, le quotidien de gauche « Le Monde » dévoile le drôle de jeu du Ministre Stéphane Le Foll qui demande aux députés de voter pour les insecticides et pesticides tueurs d’abeilles. A ce stade, deux hypothèses s’imposent. Soit Stéphane Le Foll est devenu fou, et il doit être interné. Soit Stéphane Le Foll est au service des multinationales de l’insecticide, dans un schéma à la Jérôme Cahuzac, et il doit être immédiatement démis de ses fonctions. Les principaux syndicats d’apiculteurs de France, dont l’Abeille Ardéchoise et Drômoise : défense des abeilles, des apiculteurs , ont vivement réagi ce jour en inscrivant, sur leurs sites internet et leurs pages Facebook « LE FOLL, VRP DES MULTINATIONALES DE L’INSECTICIDE TUEUR D’ABEILLES. COMBIEN GAGNE-T-IL DANS LA SERIE « CAHUZAC EST MON MODELE » ? ».

Certes, le combat des apiculteurs pour obtenir l’interdiction des néonicotinoïdes semblait bien inégal dans la République des profiteurs. D’un côté, les firmes qui fabriquent les insecticides tueurs d’abeilles (et d’humains ?) et qui déversent des dizaines de millions d’euros via leurs « lobbystes » présents dans les couloirs des ministères, de l’Assemblée Nationale, du Sénat. De l’autre, les apiculteurs qui n’ont pu offrir aux députés, le 14 mars 2016, que 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ».

Après la colère des agriculteurs au dernier salon de l’agriculture (http://ripostelaique.com/jets-de-bouses-de-vaches-huees-pour-hollande-au-salon-de-lagriculture.html), après les trahisons successives de Stéphane Le Foll (http://ripostelaique.com/foll-trahit-agriculteurs-senat-saborde-lapiculture.html), tous s’estiment aujourd’hui victimes d’un ministre incompétent, « ayant pêté les plombs » puisque Le Foll a décidé de « faire son beurre » en tuant 9 milliards d’abeilles en France.

 

Hier, jour de l’ouverture des discussions sur la loi biodiversité, les dirigeants des apiculteurs de France étaient aux abords de l’Assemblée Nationale pour un rassemblement avec les élus, les ONG et la presse afin de demander l’interdiction de ces pesticides. Le même jour, ils ont fait livrer à l’Assemblée Nationale 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ». Avec une lettre d’accompagnement expliquant la dangerosité pour les abeilles et pour es hommes des insecticides tueurs d’abeilles.

 

Le 14 mars au soir, dans l’édition du Monde du 15/03, les apiculteurs ont fait publier un encart demandant l’interdiction des néonicotinoïdes.

 

Durant le week-end, Nicolas Hulot a publié une tribune sur la question dans Le Monde, sur proposition de la coordination des apiculteurs de France.

 

Toutes ces actions sont importantes au niveau national. Elles auront permis d’obtenir une interdiction desnéonicotinoïdes en Commission du Développement Durable, mais pour transformer l’essai lors du vote en séance, ce ne sera peut-être pas suffisant compte-tenu de la mobilisation du camp adverse et notamment du Ministre de l’Agriculture.

Aujourd’hui, suite au démentiel courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, l’UNAF et 3 autres syndicats d’apiculteurs ont écrit de nouveau à l’ensemble des députés pour répondre à l’argumentaire du Ministre.

 

Par la voix d’Anne Furet, la coordinatrice de l’UNAF (l’Union Nationale de l’Apiculture Française qui rassemble 90 % des fédérations d’apiculteurs de France), les combattants de l’Apiculture adressent ce message aux lecteurs de Riposte Laïque : « Nous comptons sur vous pour continuer de contacter tous vos députés, afin de connaitre leur positionnement lors du vote (demain soir ou vendredi matin). » Pour les coordonnés des députés c’est ici (cliquez sur « contact » dans la fiche du deputé) => http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/liste/tableau

Naturellement, dans ce dossier où il y a présomption de corruption de la part des multinationales des insecticides « tueurs d’abeilles » nous vous informerons du vote de vos élus, en publiant une liste nominative, département par département, avec les prénoms et noms des parlementaires concernés.

 

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/deux-poisons-tuent-la-france-monsanto-et-lislam.html

http://ripostelaique.com/ardeche-le-maire-dannonay-interdit-lislamiste-integriste-omar-erkat.html

http://ripostelaique.com/migrants-lardeche-francis-gruzelle-denonce-mensonges-de-letat.html

http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/conditions-de-travail-prehistorique-a-grotte-chauvet.html

http://ripostelaique.com/france-quil-manque-plus-a-nos-politiques.html

http://ripostelaique.com/valence-quatre-spahis-protegeaient-mosquee-attaques-voiture-folle.html

http://ripostelaique.com/tantonville-les-migrants-arrivent-dans-le-chateau-cazeneuve-a-gagne.html




Liste de 22.000 noms : les combattantes kurdes révèlent l’intox de Daech

av combattantes kurdes

Exclusif : les combattantes Kurdes révèlent l’intox de Daech à travers le Wiki Leaks de l’Etat islamique

Les sœurs de Reem Hassan, cette chef de guerre tombée en héros, voici quelques mois, face à Daech (http://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html), dont nous avons souvent relayés les exploits, dénoncent via un mail adressé à leurs soutiens, la plus grosse manipulation de l’état islamique, reprise en chœur par tous les médias occidentaux, le Wiki Leaks de l’Etat islamique. Selon ces combattantes, « le «Wiki Leaks» de l’Etat islamique, une soi-disante liste comportant 22.000 noms de recrues de l’organisation terroriste, constitue une vaste opération d’enfumage orchestrée par l’Etat islamique. Il en est de même de l’intox, prise au sérieux par les services de renseignements occidentaux selon laquelle l’Etat islamique a transféré son quartier général, en plein désert, en laissant son fief de Raqqa. Depuis plusieurs semaines, les structures de commandement de l’Etat Islamique se trouvent dans des quartiers populaires de Mossoul, difficilement bombardables… Les mouvements de résistance Kurde sont les seuls à disposer d’informateurs de terrain, au sein d’une population Kurde de 37 millions d’habitants, dont les territoires sont massivement occupés par l’Etat Islamique et par les colonialistes et génocidaires Turques… ».
L’absence officielle d’activité sur Raqqa, qui abrite toujours d’importants moyens logistiques non décelés par les satellites Occidentaux, s’explique, selon plusieurs cheffes de guerre Kurdes, par le fait que les combattants de Daech connaissent les heures de passage des satellites occidentaux.
L’exemple de la chef de guerre Reem Hassan a fait des émules parmi les femmes Kurdes qui s’emploient, depuis de nombreuses années, à former des cadres pour le futur Etat Kurde. Surtout lorsque les Kurdes ont appris, via internet, que le colonne de combattantes de Reem Hassan a été trahie et abandonnée par la France et les USA, sans doute pour faire plaisir aux dirigeants Turques. En effet, les aviations françaises et américaines avaient fermement promis un soutien aérien au groupe de combattantes dirigées par la Jeanne d’Arc Syrienne Reem Hassan. (lire http://ripostelaique.com/exclusif-la-jeanne-darc-kurde-reem-hassan-est-tombee-en-heros-face-a-daech.html ).  Sans cette promesse de soutien aérien, les combattantes de la Liberté n’auraient, sans doute, pas attaqué DAECH à une contre cinquante ce jour là et auraient attendu que le rapport de force leur soit plus favorable.
av kurdDe par le sang versé par ces combattantes Kurdes, l’Occident et l’ONU devront, demain, accorder un état souverain aux 37 millions de Kurdes
Peu d’experts du Renseignement Occidental (y compris Bernard Bajolet, l’Enarque Français qui dirige la DGSE Française) se sont posés des questions sur l’authenticité des documents, notamment des logos et de la rhétorique utilisées, qui ne correspondent pas forcément aux habitudes de Daech. Les combattants Kurdes savent, eux, depuis des années, que les principaux adversaires de la région sont Daech et les Turques, « et qu’on ne quitte pas vivant l’organisation terroriste Daech, encore moins avec des documents confidentiels et une liste de 22 000 noms » !
av bajoletBernard Bajolet (en civil au centre), l’enarque qui dirige la DGSE : homme de terrain ou d’appareil ?
Pour une fois, les ministres de la Défense et de l’Intérieur Français ont été bien inspirés de se taire en se refusant à tout commentaire. Un porte-parole de Downing Street a déclaré, lui, n’avoir pas eu connaissance de ces documents jusqu’à présent et étudier «la façon dont nous pouvons utiliser ces informations pour lutter contre Daech».
av bachar écoutes dgse et dcriLes agents des services de renseignements occidentaux et Américains collectent le renseignement devant des ordinateurs et via des satellites. Les agents Kurdes ou Syriens (parmi les meilleurs au monde avec ceux du Mossad) « chouffent » dans les lignes et villes tenues par Daech.
amie is lt para prête
Comment cette intox est-elle arrivée sur la table des chefs occidentaux et de quelques médias ? Selon un scénario digne du vol des bijoux de la Castafiore dans Tintin. La chaîne britannique Sky News, le journal allemand Süddeutsche Zeitung, ainsi que le site d’opposition syrien Zaman al-Wasl ont publié des extraits de ces listings. Sky News affirme les avoir obtenus sous forme d’une clé USB dérobée au chef de la police du «califat» et transmise en Turquie par un membre repenti de Daech. Comme si un potentiel traitre de Daech arrivait à « faire les poches » du chef de la police de l’organisation terroriste.
Dans une France marquée par l’arrivée massive des migrants, y compris dans les orphelinats (lire http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html ), dans une France où nos paysans se suicident pour échapper aux huissiers, dans une Allemagne où les migrants perturbent le quotidien de plusieurs grandes villes, le ministre de l’intérieur Thomas de Maizière, sans même vérifier l’authenticité des documents a souligné « qu’ils permettaient de comprendre «les structures sous-jacentes de l’organisation terroriste» et permettraient de faciliter et d’accélérer les poursuites contre les candidats au djihad en Allemagne ». Heureusement que le ridicule ne tue pas.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

 http://ripostelaique.com/exclusif-orphelinats-galere-de-noel-enfants-places.html

http://ripostelaique.com/exclusif-la-mort-en-direct-de-reem-hassan-assassinee-par-daech-trahie-par-la-france-et-les-usa.html